VOTE | 859 fans

#219 : Question de karma

Scénario : Krista Vernoff - Réalisation : Rob Corn
Guest stars : Jeffrey Dean Morgan, Jonathan Slavin, Cress Williams, Ann Cusack, Mark Harelik, Sarah Utterback, Sara Ramirez, Noah Gray-Cabey, Matt Roth

Meredith et George ne savent pas comment réagir face à la tension qui règne entre eux, au travail et à la maison. Tout le monde se demande ce qu'il se passe. Derek et Addison ne vont pas bien suite à la visite de Mark, l'ex-amant d'Addison, et leur relation va de plus en plus mal. Addison doit demander de l'aide à Bailey pour un problème très personnel. Elle s'est "assise" sur des plantes venimeuses causant de graves démangeaisons et des ampoules à un endroit particulièrement mal placé. La relation entre Izzie et Alex progresse lentement mais sûrement jusqu'au retour de Denny Duquette. Bientôt, Alex devient extrêmement jaloux et ne voit pas d'un très bon oeil le lien qui lie Izzie et son patient. Cristina et Burke s'occupent d'un homme sur le point de se marier qui a un anévrisme qui peut se rompre à tout moment, le risque de l'opération est aussi grand que celui de mourir dans la rue.

Guest stars : Jeffrey Dean Morgan (Denny Duquette), Jonathan Slavin (Rick), Cress Williams (Tucker Jones), Ann Cusack (Amy), Mark Harelik (Keith Polus), Sarah Utterback (Olivia l'infirmière), Sara Ramirez (Calliope "Callie" Torres), Noah Gray-Cabey (Shawn Belighter), Matt Roth (Michael)

Popularité


3.9 - 10 votes

Titre VO
What Have I Done To Deserve This ?

Titre VF
Question de karma

Première diffusion
26.02.2005

Première diffusion en France
25.09.2006

Plus de détails

[EXT SGH]

(Plan sur Georges assis par terre contre la porte de sa chambre)

VOIX OFF (Georges) : D’accord. C’est vrai. Parfois, mêmes les meilleurs d’entre nous prennent des décisions irréfléchies. De mauvaises décisions. Des décisions que l’on sait déjà qu’on va regretter sur le moment, à la minute ou plus précisément, le matin qui va suivre.

(Plan sur Meredith allongée sur son lit)

VOIX OFF (Georges) : Nan, je veux dire peut-être pas regretter, regretter, parce qu’au moins on aura été capable de prendre une risque mais, quand même. Quelque chose au fond de nous décide de faire une folie, une chose dont on sait qu’elle va forcément se retourner contre nous.

(Plan sur Doc qui aboie)

VOIX OFF (Georges) : On le sait, mais on le fait quand même.

(Derek et Addison sont couchés dans leur lit et Doc aboie pour demander à sortir)

DEREK, encore endormi : Hum…non…. J’arrive Doc ! Une seconde. Retiens-toi jusqu’à ce que j’arrive.

ADDISON, déjà réveillée : Je vais le sortir.

DEREK, à moitié endormi : Hum c’est mon tour.

ADDISON, déjà debout : Non, c’est pas grave. Je vais sortir Doc et toi, dors un peu. Ca va aller. Le grand air, la nature, un matin de printemps ! Dors encore un peu !

DEREK : D’accord.

ADDISON : A moins que tu veuilles parler ?

DEREK : Oh non ! C’est reparti !

ADDISON : Non, je n’ai pas dit qu’on devait parler, j’ai seulement dit que si tu voulais parler, on pouvait le faire et je peux commencer si tu veux. On peut parler de tout et de rien. Y’a des tas de sujets de conversation.

DEREK : Oh c’est trop tôt pour que je supporte une crise féminine dans une conversation normale !

ADDISON : C’est qu’en règle générale, tu attaques en hurlant quand tu es furieux contre moi. Et là, mark débarques hier et tu n’as pas encore hurlé alors, je veux te donner une chance de le faire. Vas-y ! Hurle !

DEREK : Je ne veux pas hurler.

ADDISON : Tu ne veux pas hurler, toi ?

DEREK : Je veux seulement dormir. Et Doc lui il veut pisser, de préférence pas à l’intérieur du mobil home.

ADDISON : D’accord. Tu peux hurler hein ? Si c’est ce que tu veux !

DEREK, mettant son oreiller sur sa tête : Addison arrête !!

ADDISON : Bon, bon d’accord. J’y vais. J’y vais. Tu viens Doc ?

(Plan sur Meredith qui essaie de sortir en douce de sa chambre)

VOIX OFF (Georges) : Ce que je veux dire c’est qu’on récolte ce qu’on sème. On n’a que ce qu’on mérite.

(Georges essaie lui aussi de sortir de sa chambre en douce. Meredith et Georges se croisent et un malaise s’en ressent. Alex sort à moitié nu de la chambre d’Izzie et se dirige vers la salle de bain)

MEREDITH, à Alex : Salut.

IZZIE : Bonjour. Bonjour. Quoi ? J’ai encore couché avec lui. Ça fait de moi une pute c’est ça ? Une catin excitée qui n’en a jamais assez ? Vous pourriez briser ce silence pesant ?

VOIX OFF (Georges) : C’est le karma ! Et peu importe comment vous voyez ça !

(Meredith fait demi-tour et retourne dans sa chambre)

IZZIE, à Georges : Qu’est-ce qu’il se passe ?

VOIX OFF (Georges) : Votre karma vous empoisonne !

[INT SGH]

(Plan sur le vestiaire des internes. Meredith est en train de se coiffer. Georges veut aller se brosser les dents mais comme Meredith est présente au lavabo, il fait demi-tour)

ALEX, à propos de Georges et Meredith : 50$ qu’il l’a vu s’envoyer en l’air avec Mark Sloan !

IZZIE, à propos de Georges et Meredith : Il se passe quelque chose. Regarde, ils sont bizarres !

ALEX : Ouais d’accord. Il a dû la surprendre avec Docteur Mamour !

CRISTINA : Roh !

ALEX : Est-ce que je viens de l’appeler Mamour ?

CRISTINA : Oui et tu le sais !

ALEX : Oh super ! (A Izzie) Tu veux gâcher ma vie ?

CRISTINA, à Alex et Izzie : Trouvez-vous une chambre !

IZZIE, à Georges et Meredith : Hey vous deux !

GEORGES : Excuse-moi.

IZZIE : Oh pardon. Mais,…mais qu’est-ce qu’il y a ?

MEREDITH : Rien.

CRISTINA : Rho ! Vous savez qu’on finira par le découvrir !

IZZIE : SI vous nous le dites, on pourra vous aider !

GEORGES : Y’a rien à dire.

CRISTINA : Oh ! Ça veut dire qu’il y a des choses à dire !

GEORGES : Arrêtez !

MEREDITH : Y’a rien à dire !

(Plan sur la chambre d’un patient, Keith Paulus dont Olivia est en train de s’occuper. Sa femme, Amy est assise dans un fauteuil près de son lit)

AMY : Et pourquoi pas des gardénias ? Des montagnes et des montagnes de gardénias !

KEITH : Ça peut attirer les abeilles !

AMY : Oh, c’est pour ça que je t’aime ! Bon pas de gardénias !

(Burke entre dans la chambre accompagné des cinq internes)

BURKE : Qu’est-ce qu’on a ?

CRISTINA : Keith Paulus, admis la nuit dernière pour une douleur thoracique. Il est en post infarctus. Aucun antécédent cardiaque personnel ou familial, pas de facteurs risques.

AMY : Il a une santé de fer !

KEITH : Mais, je me retrouve au lit après avoir eu une crise cardiaque.

AMY : A chaque moment, je pense que vous allez nous dire que c’est une fausse alerte mais, il semblerait que c’était vraiment une attaque !

KEITH : Elle parle quand elle est nerveuse.

BURKE : Je comprends. Mr Paulus, malheureusement, le scanner nous a montré une sorte de masse autour de votre cœur. Une très, très grosse masse.

KEITH : Une masse. D’accord. C’est le code pour tumeur ?

AMY : Non, c’est absurde. Il n’a aucune tumeur. Il est en très bonne santé.

BURKE : On ne saura rien avant d’avoir fait un examen approfondi. On vous fera une angiographie aujourd’hui.

KEITH : D’accord. Très bien.

(Plan sur les internes marchant dans le couloir. Georges fait exprès de faire tomber un stylo pour ralentir Cristina et lui parler seul à seul)

GEORGES : Est-ce que Meredith a dit quelque chose à quelqu’un à propos d’un truc ?

CRISTINA : Non. Tu as des potins ?

GEORGES : Non.

CRISTINA : Alors, fous moi la paix, je bosse.

GEORGES : Parfait ! Parce que j’ai pas l’intention d’en parler moi non plus.

CRISTINA : Parfait ! Alors tais-toi !

GEORGES : C’est ce que je viens de dire !

(Ils croisent Addison qui marchent bizarrement. Il semblerait qu’elle ait des démangeaisons.)

CRISTINA : Qu’est-ce qu’elle a ?

(Les internes et Derek se dirigent vers la chambre d’un petit garçon, Shawn Begleiter. Il est accompagné de ses deux papas)

RICK, inquiet : Est-ce que tu as envie de vomir ?

SHAWN : Non.

RICK : Parce qu’il n’y a aucune honte à avoir envie de vomir.

SHAWN : Papa, j’ai pas envie de vomir.

ALEX : Shawn Begleiter, 11ans. Il est ici pour vomissement incohersif après un petit choc à la tête.

RICK : Oh, je ne dirai pas qu’il soit « petit ».

MICKAEL : Il a été frappé par une balle de baseball.

RICK : Oui. Shawn était leur première base et ce petit crétin de Harry DeBalhamer a frappé la balla au moment où Shawn ne regardait pas. Tout ça c’est ma faute. Je ne savais que je n’aurai pas dû le laisser jouer en petite league. C’est un sport très dangereux !

MICKAEL : Rick ! Laisse les médecins se charger de lui !

RICK : Ils veulent savoir ce qu’il s’est passé et moi je leur dis ce qu’il s’est passé.

MICKAEL : Shawn va aller bien ! N’est-ce pas ?

DEREK : Oui, on va le surveiller attentivement. Des recommandations ?

MEREDITH : Un trauma crânien peut conduire à des tas de choses, de la contusion à l’hémorragie cérébrale. Je vais commencer par vérifier les antécédents puis je ferai un examen neuro complet et un scan.

RICK : Euh….Tu es sur que tu ne veux pas vomir ?

SHAWN : Non !

(Plan sur Addison toujours bizarre qui rentre dans la chambre du mari de Bailey, Tucker.)

ADDISON : Tucker!

TUCKER : Docteur Sheperd!

ADDISON: Comment…? Comment vous vous sentez?

TUCKER : Je vais très bien ! Je rentre chez moi !

ADDISON : Ah, c’est fantastique ! Est-ce que Miranda doit vous y attendre ?

(Bailey sort de la salle de bain à ce moment-là avec son bébé dans les bras)

BAILEY : Non. C’est moi qui le ramène.

ADDISON : Oh quelle chance !

BAILEY : Est-ce que ça va ?

ADDISON : J’ai besoin d’une consultation !

BAILEY, se tournant vers son mari : Non, je ne travaille pas !

ADDISON : Euh, Miranda, c’est très urgent !

(Plan sur Bailey qui est sur le point d’examiner Addison)

BAILEY, auscultant Addison : Oh non !

ADDISON : Oh pitié ! Dites pas ça !

BAILEY : Addison, je suis sincèrement désolée. C’est une réaction au sumac vénéneux, là où personne ne voudrait avoir de sumac vénéneux.

VOIX OFF (Georges) : Comme je le disais…

ADDISON : Oh non !!!

VOIX OFF (Georges) : …le Karma, ça craint !

[Générique]

(Plan sur Derek en train d’ausculter Tucker)

DEREK : C’est officiel Tucker ! Vous avez le droit de rentrer !

TUCKER, son fils dans les bras : Je ne pourrais jamais assez vous remercier ! Je vous remercie ! Ma femme vous remercie ! Mon fils vous remercie !

DEREK : Où est votre femme ? Vous devez attendre 6 semaines avant de conduire !

RICHARD, entrant dans la chambre : Le docteur Sheperd est très pointilleux quand il s’agit de la convalescence de ses patients ! Je devrais le savoir !

TUCKER, serrant la main de Richard : Richard !

RICHARD : Je voulais passer vous voir avant que Bailey ne vous ramène.

TUCKER : Eh bien elle est quelque part par là. (A Derek) Votre femme est passée. Elle a dit qu’elle avait besoin d’une consultation.

RICHARD : Une consultation ? Bailey est pourtant en congé maternité.

TUCKER : Ça avait l’air plutôt personnel comme consultation. Mais ça ne fait rien. Ça m’est égal d’attendre.

(Plan sur Bailey toujours en train d’ausculter Addison)

BAILEY : Ca y est me revoilà.

ADDISON : Vous n’avez pas fait de dossier ? Pitié, dites-moi que vous n’avez pas fait de dossier !

BAILEY : Non, je n’ai pas fait de dossier. Ce qui veut dire qu’officiellement, on vole cette lotion à la calamine et ces gants. Vous n’aurez qu’à régler ça avec le chef !

ADDISON : Avec le chef ?! Non ! Non ! Je ne réglerai pas ça avec lui !

BAILEY : Je plaisantais !

ADDISON : D’accord ? Est-ce que je plaisantai quand vous aviez les pieds dans les étriers ?

BAILEY : Non, je le reconnais. Et je vous présente mes excuses. Oh bon sang !

ADDISON, souffrant : Ah quoi ?

BAILEY : Ces cloques grossissent à une vitesse folle ! Ah, je vais devoir vous faire une injection de corticoïde !

ADDISON : De corticoïdes ?

BAILEY : Je n’ai jamais vu une réaction aussi violente au sumac vénéneux !

ADDISON : Oh !!!!!!!!

BAILEY : Rho !!! Qu’est-ce que vous avez fait ?

ADDISON : Oh ! Pour l’amour du ciel Miranda, la calamine !!!!

BAILEY : Ah ! Euh oui désolée.

(Plan sur Alex poussant Shawn en fauteuil roulant et Meredith marchant à côté de lui)

ALEX : Qu’est-ce qu’il se passe entre O’malley et toi ?

MEREDITH : Rien.

ALEX : Quoi que t’ait fait, j’ai forcément fait pire.

MEREDITH : Qu’est-ce qui te dit que c’est moi qui ait fait quelque chose et pas Georges ?

ALEX : Parce que Bambi a l’air furieux et toi t’as l’air pareil. Et voilà. Allez mon grand, laisse-moi t’aider ! (Il aide Shawn à monter sur le scanner)

MEREDITH : D’accord. J’ai fait quelque chose. Et c’est quelque chose de vraiment terrible.

SHAWN : Une fois j’ai mis un œuf cru dans mon tiroir à chaussettes un mois entier et je l’ai écrabouillé dans le carnet de notes de mon instituteur !

MEREDITH : Argh !

SHAWN : Mes papas étaient furieux après moi !

MEREDITH : Mais, ce que j’ai fait c’est bien pire que ça !

SHAWN : Cooool !

ALEX : Cool.

(Plan sur Burke, accompagné de Cristina et Georges, en train de faire une angiographie à Keith Paulus)

CRISTINA, à Georges : Arrête de bouder !

GEORGES : Je boude pas !

CRISTINA : Je t’en prie. Inutile que je te regarde, je sais que tu boudes. Quoi que Meredith ait fait, elle n’a pas fait exprès alors, tire un trait là-dessus !

BURKE, se raclant la gorge.

CRISTINA : C’est pas déplacé. Il se comporte comme si elle avait dépecé son animal de compagnie !

BURKE : Yang, ça n’est pas gentil.

CRISTINA : Je ne suis pas gentille.

GEORGES : SI tu… Si tu savais ce qu’elle a fait, je suis sûr que tu comprendrais.

CRISTINA : Non, je ne comprendrais pas ! Je ne veux rien savoir. Ce que je veux c’est analyser cette angiographie, faire monter ce type au bloc et lui enlever cette masse cardio-thoracique.

GEORGES : Ça n’a pas l’air d’une masse à mes yeux.

BURKE : Parce que ce n’en est pas une.

(Plan sur la chambre de Keith Paulus. Il est réveillé et sa future femme est auprès de lui.)

BURKE : Ce qu’on croyait être une masse, est en réalité un anévrisme coronarien fistulisé dans une des cavités de votre cœur.

KEITH : Est-ce que c’est facile à soigner ?

AMY : Excusez-moi mais, avant que vous répondiez, je voudrais que vous sachiez qu’on va se marier. On est amoureux et on va se marier. On est plus très jeune et on attend ça depuis longtemps, vous comprenez ? J’ai déjà ma robe, les invités sont prévenus et ça doit être le plus beau jour de notre vie. La raison pour laquelle je vous dis ça, c’est que vous avez ce drôle de regard. Ce regard sombre et inquiétant.

KEITH : Oh !

AMY : Et on est plutôt du genre optimistes !

KEITH : Chérie !

AMY : Alors j’ai pensé que ça vous aiderait de savoir ça !

BURKE : Docteur Yang, fermez la porte. (Se racle la gorge) Hum. Bon voilà. On peut vous opérer de cet anévrisme, essayé de réparer les dégâts mais, ce genre de lésion est extrêmement délicat. Les risques que l’anévrisme se rompe au cours de l’intervention sont élevés.

KEITH : Et qu’est ce qui l’empêche de se rompre si je pars d’ici sans rien faire ?

BURKE : Rien. Les risques sont aussi élevés.

AMY : Ca n’est pas possible. Ca n’est pas possible.

KEITH : Ca va aller Amy !

AMY : Non, non je regrette !

BURKE : je sais que c’est assez brutal mais si on doit vous opérer, on doit le faire le plus vite possible !

AMY, en pleurs : Mais….mais, on va se marier !

KEITH, essayant de la rassurer : Chérie !

AMY : Vous entendez, on va se marier !

(Plan sur Burke, Georges et Cristina qui sortent de la chambre)

GEORGES : Ils sont amoureux, c’est un gentil couple. Ils ne méritent pas ce qui leur arrive.

BURKE : C’est toujours le cas.

GEORGES : Ah oui ? Vous voyez en fait, je crois au karma et en général les braves gens méritent de bonnes choses. En tout cas, j’ai toujours cru que ça fonctionnait comme ça.

CRISTINA : Comment tu peux croire ça et pratiquer la médecine ??

GEORGES : Pourquoi ? Pourquoi ? Je ne dis pas que tous ceux qui sont malades ou bien tous ceux qui meurent sont mauvais, non ? Ce que je dis c’est que je crois qu’il y a un équilibre ou qu’il devrait y’avoir un équilibre a moins une espèce d’équilibre, non ?

BURKE, riant : Oh O’malley ! Qu’est-ce que Grey a pu te faire ?

(Plan sur la chambre de Shawn)

MICKAEL : Vous voulez dire quoi exactement par du sang dans le ventricule ?

DEREK : Très bien, je vais vous expliquer.

RICK, inquiet : Oh mon Dieu ! Son cerveau est en train de saigner ?

DEREK : Il n’y a aucune raison de paniquer. C’est une toute petite quantité de sang. Et ce genre de lésion se résorbe souvent d’elle-même.

RICK : Oui mais, si ce n’est pas le cas ? Est-ce qu’il va perdre des points de QI ? Parce qu’il est très intelligent.

DEREK : Non.

RICK : Il adore être intelligent vous savez. Est-ce qu’on devrait attaquer cette saloperie qui a frappé la balle ? Ou le coach ? On pourrait attaquer le coach.

MICKAL : Shawn adore son coach.

RICK : Oui je sais, mais son cerveau saigne !

MICKAEL : Rick !

SHWAN : Papa ! Je vais bien, arrête !

DEREK : Oui. Il est réveillé, vif, il souffre peu. Ce sont de bons signes. Je veux simplement le mettre sous scop pendant 48h.

RICK : Bon. D’accord. Tu entends ça Shawn, hein ? De bons signes, ça veut dire chéri, que tu ne dois pas être inquiet.

SHAWN : Je ne suis pas inquiet.

RICK : Moi je le suis.

MICKAL ET SHAWN : On le sait !

(Plan sur Izzie sur le parking des urgences. Alex est assis sur un banc)

IZZIE, voyant Alex : Ah il ton bipper toi aussi ? Ça doit être important !

ALEX : Ah non, personne ne m’a bipé.

IZZIE : Ah bon ? Tu peux m’attacher ça ? (Elle veut qui lui attache sa blouse)

ALEX : Personne t’a bipé non plus !

IZZIE : Bah si, si, je viens d’être bipé ! (Alex se met face à Izzie) C’est toi qui m’as bipé ? Alex ! (Alex lui tend un cupcake) Oh !

ALEX : T’es libre ce soir ?

IZZIE : Je peux me libérer ! Tu travailles toujours avec Meredith ?

ALEX : Hum. J’essaie de t’embrasser !

IZZIE : Oui, mais, elle t’a expliqué ce qu’il s’est passé entre elle et Georges ? Parce que je commence vraiment à m’inquiéter.

(Une ambulance arrive avec un homme sur un brancard)

AMBULANCIER : Homme de 35 ans, avec difficultés respiratoires. A eu un épisode syncopal.

IZZIE : Oh mon Dieu !

AMBULANCIER : Pouls rapide et irrégulier !

IZZIE : C’est Denny !

(Izzie court pour aller voir ce qu’il se passe)

ALEX : Quoi ?

IZZIE : C’est Denny !

(Plan sur une salle des urgences)

URGENTISTE : Eh c’est mon patient jusqu’à ce que je vous le transmette.

IZZIE : Je connais cet homme. Il est en tête de liste pour avoir une greffe de cœur. Ça fait de lui un patient chirurgical. J’ai bipé le Docteur Burke et il va arriver. Transmettez-le-nous tout de suite. (A l’ambulancier) Qu’est-ce qu’il a eu sur les lieux ?

AMBULANCIER : On lui a donné 40 de flurozémine. Le rythme est resté inchangé après 6 d’adénosine.

BURKE, arrivant aux urgences : Qu’est-ce qu’on a ?

IZZIE : C’est Denny.

BURKE : Denny ?

ALEX : Candidat à une transplantation. Arythmie sévère sur OAP. Constantes dans tous les sens.

BURKE : Son rythme cardiaque laisse à désirer.

ALEX : Il est en insuffisance cardiaque.

IZZIE : Le bisoprolol diminue les risques de mortalité. On peut essayer ça ? Et les inhibiteurs calciques et la dioxine ? Quelqu’un lui en donne ?

BURKE : Stevens ! Du calme ! Il tient le coup ! Il n’est pas brillant mais il tient le coup !

IZZIE : Mais, on ne peut rien faire de plus ? On doit forcément pouvoir faire plus.

BURKE : Le mieux qu’on puisse faire c’est le monter en soins intensif cardio et attendre que son cœur se stabilise.

ALEX : Izzie on devrait…On devrait y aller.

IZZIE : Toi vas-y. Moi, je vais rester.

(Plan sur Bailey en train de prendre des fournitures médicales)

BAILEY : Non. Oui.

RICHARD : Je vous vois !

BAILEY, sursautant : Non, pas du tout !

RICHARD : Votre mari a eu son autorisation de sortie il y a une heure.

BAILEY : Je ne suis pas là.

RICHARD : Rentrez chez vous ! Vous ne bossez pas aujourd’hui vous êtes en congé de maternité.

BAILEY : Exactement !

(Bailey s’éloigne mine de rien et Richard soupire)

(Plan sur Cristina en train d’ausculter Keith Paulus)

CRISTINA : Vous avez pris votre décision ?

KEITH : Quoi ? Oh ! A propos de l’intervention. Non on est encore….On en discute encore. On se disait qu’on pourrait peut-être attendre après le mariage.

AMY : Euh…Alors, comment il va ?

CRISTINA : Il n’y a pas de changements.

KEITH : Et, c’est un bon signe ?

CRISTINA : Non. Pas vraiment. C’est… Ecoutez, avec votre cœur vous problème vous irez bien jusqu’à ce que ça n’aille plus. Et si vous refusez l’intervention et que vous partez tout de suite, ce n’est qu’une question de temps. Vous pouvez tenir jusqu’au mariage mais, ce n’est pas certain et vous en savez rien. Vous irez bien jusqu’à ce que vous mouriez.

KEITH, riant jaune : Quoi ? Vous… vous essayez de me réconforter ?

CRISTINA : Non, j’essaie de vous convaincre de laisser le docteur Burke vous opérer.

AMY : Est-ce qu’il risque de mourir aujourd’hui ?

CRISTINA : Il risque de mourir aujourd’hui quoi qu’il fasse mais, le docteur Burke est le meilleur et c’est lui votre meilleure chance.

(Plan sur Denny allongé inconscient dans son lit. Burke et Izzie sont dans le couloir)

BURKE, au téléphone : 5 millions, leucocytes 13 700. (Il raccroche) Stevens ? Tout va bien ?

IZZIE : Je trouve… Je trouve ça injuste. C’est vraiment injuste. On traite des crétins sans arrêt, on s’occupe d’eux, on les répare, on les renvoi chez eux qu’ils le méritent ou non, c’est pas grave mais,…. Denny est un gentil garçon, Docteur Burke. C’est quelqu’un de bien avec un cœur malade et tout ce qu’on peut faire pour lui c’est attendre.

BURKE : Crois-moi, j’en suis conscient. Je soigne Denny depuis longtemps.

IZZIE : Il ne mérite pas ça.

BURKE : Ce qu’il mérite, ceux sont les meilleurs soins cardiaques et c’est ce qu’on lui prodigue. Tu l’aimes bien n’est-ce pas ?

IZZIE : Je trouve... Je trouve que c’est trop injuste.

(Plan sur Bailey en train de soigner Addison)

BAILEY : D’accord.

ADDISON, souffrant.

BAILEY : Alors… Est-ce que cette poche de glace vous soulage ?

ADDISON, souffrant : Oh, j’en sais rien ! Je crois pas !

BAILEY : Je peux vous demander comment ça vous est arrivé, exactement ?

ADDISON : J’ai couché avec Mark !

BAILEY : Oh ! Et il avait du sumac vénéneux sur sa…

ADDISON, furieuse : Non ! J’ai couché avec Mark il y a un an et apparemment voilà ce que j’ai gagné !

BAILEY : Oui. Mais comment vous avez eu ça ?

ADDISON, triste : Je vis dans une caravane ! Et Meredith Grey m’a confié son chien. Je suis sortie pour lui lancer un bâton et j’ai eu envie de faire pipi. Alors, je me suis accroupie. En fait, je ne voulais pas entrer et réveiller mon mari parce qu’à la façon dont il me regarde depuis hier, je voulais quelques minutes de paix et voilà ce que j’ai gagné ! (Elle se met à pleurer)

BAILEY : Non, non ! Surtout ne pleurez pas, je vous en prie ! Arrêtez de pleurer ! Arrêtez de pleurer ! Stop ! Vous allez me faire avoir…Oh… Une montée de lait….Est-ce que vous pouvez me donner des compresses ?

ADDISON, pleurant à chaudes larmes : Oh je suis désolée !

BAILEY : Donnez-moi des compresses !

ADDISON, pleurant : Je suis désolée ! Je suis désolée !

(On toque à la porte de la salle d’examen)

BAILEY, à Addison : Oh stop! Je vous en prie, arrêtez!

(Bailey va ouvrir la porte à peine entrebâillé)

RICHARD, entendant pleurer Addison : Oh.

BAILEY : Je peux vous aider chef ?

RICHARD : Docteur Bailey, je ne sais pas ce que vous faites là-dedans mais, quoi que ce soit….

(Bailey ouvre la porte un peu plus grande pour qu’il voie qu’elle a une montée de lait)

RICHARD : Oh… Euh…Nan. Docteur Bailey, je suis désolé. Euh continuez….

(Plan sur Derek entrant dans la chambre de Shawn)

DEREK : Qu’est-ce qu’il se passe ?

MEREDITH : Je faisais son bilan neuro et je l’ai trouvé désorienté. Ça ressemble à un caillot. Hypertension intracrânienne.

DEREK : Rho ! Faut faire baisser la pression tout de suite.

ALEX : Le kit de trépanation est prêt !

RICK : Le kit de quoi ? Vous allez trépaner Shawn, c’est bien ça ?

DEREK, à Debbie : Debbie, faites les sortir !

DEBBIE : Messieurs.

RICK : Non.

MICKAEL : Rick !

RICK : On ira nulle part !

DEREK : Ecoutez, je vais faire un trou dans le crane de votre fils, vous n’avez pas besoin de voir ça !

RICK : C’est notre fils ! On ne le laissera pas ! On veut rester à ses côtés !

(Mickael reste aussi et prend la main de Rick)

DEREK : Lame de 15. Je veux un drain prêt à évacuer dès que j’aurai passé la dure mère ! (Aux papas de Shawn) Ne vous inquiétez pas ! (A Alex) Passez-moi la perceuse.

(Rick sert la main de son fils. Et Derek perce le cerveau de Shawn)

DEREK : Voilà c’est bon. Tiens, regarde. Le drain vite.

MEREDITH : Pupilles réactives.

DEREK : La pression est stabilisée.

RICK : Il va bien ?

DEREK : Bilan neuro toutes les heures et surveillance renforcée. (Aux papas) On est tranquille pour l’instant.

RICK : On est tranquille ?

DEREK : Vous avez tenu le coup !

SHAWN, se réveillant : Oh ! J’ai mal à la tête !

ALEX : Ravi de te revoir bonhomme. (Son bipper se met à sonner) Une urgence. (Et il part)

SHAWN : Papa t’es tout pâle, est-ce que ça va ?

(Rick se met à vomir)

DEBBIE, ironique : Oh génial !

RICK : Ça va.

(Plan sur la chambre de Denny où les moniteurs sonnent)

ALEX : T’es arrivé vite !

IZZIE : On doit réussir à contrôler son rythme cardiaque. Passe-lui tout de suite 300 d’amiodarone.

BURKE, entrant dans la chambre : Où il en est ?

IZZIE : Fibrillation ventriculaire. Son cœur bat trop vite si on n’arrive pas à le ralentir…

ALEX : Il va lâcher.

BURKE : D’accord. On va essayer la cardio-version. (A Alex) Met 5 de morphine.

DENNY : Izzie ?

IZZIE : Vous êtes réveillé ?

DENNY : Hey ! J’espérai vraiment qu’on se verrait !

IZZIE : Il nous lâche pas une seconde, ici.

DENNY : C’est insensé tout ce que je dois faire pour attirer l’attention d’une fille.

(Alex est jaloux et agacé par cette scène)

BURKE : Denny, on va vous envoyer une série de chocs électriques dans le corps. Normalement, ils doivent ramener votre rythme cardiaque à la normale.

IZZIE : Je serai là, tout prêt.

DENNY : Ca va faire mal ?

BURKE : ce ne sera pas drôle !

DENNY : Peut-être que vous devriez tenir ma main dans ce cas ?

ALEX : Je peux m’occuper des palettes !

BURKE : Vas-y.

IZZIE : Prêt ?

DENNY : Oui je suis prêt.

ALEX : Dégagez !

DENNY, hurlant de douleur : Oh !!!

BURKE : Inchangé. On charge à 100.

ALEX : Dégagez !

DENNY, hurlant de douleur : Oh !!! Oh la vache ! Ça secoue !

(On entend le moniteur se mettre à biper normalement)

BURKE : Denny, vous êtes un petit veinard !

DENNY : Docteur, je devrais vous botter le cul ! Me faire crier comme un bébé devant une fille que je cherche à impressionner c’est moche ! Oh la vache !

BURKE : Prenez soin de vous !

(Plan sur Derek marchand dans un couloir. Il aperçoit Bailey)

DEREK : Docteur Bailey ?

(Elle marche plus vite pour ne pas avoir à lui parler)

DEREK, courant pour la rattraper : Docteur Bailey ? Vous ne m’entendez pas ?

BAILEY : Euh….

DEREK : Je vous ai bipé !

BAILEY : Je suis un peu distraite pour l’instant !

DEREK : Oui, oui. Je vous ai bipé !

BAILEY : Je ne suis pas de garde ! Je suis en congé maternité !

DEREK : Et je bipe ma femme aussi et elle ne me répond pas non plus ! Vous savez où elle est ?

BAILEY : Ce n’est pas parce que je le sais que vous devez le savoir. Il y a certaines choses que vous n’avez pas à apprendre. En tout cas, pas par moi. Et sincèrement, vous n’aimeriez pas savoir.

DEREK : Vous devez me dire où elle est ! J’ai sauvé la vie de votre mari !

BAILEY : Elle a sauvé la vie de mon bébé !

DEREK : Donc le bébé bat le mari ?

BAILEY, tout en s’éloignant : hum hum.

DEREK, ahuri : Le bébé bat le mari ?!

(Plan sur Meredith marchant dans un couloir, un dossier à la main. Face à elle arrive Georges. Elle ne veut pas le croiser et fait demi-tour)

(Plan sur Georges entrant dans une salle de conférence. Il se sert un café. Amy, la compagne de Keith Paulus est là elle aussi)

GEORGES : Oh, Amy ?

AMY : Le site web disait qu’on devrait garder les factures.

GEORGES : Pardon ?

AMY : Oui, au cas où il se passe quelque chose. Vous savez, c’est mieux de les avoir. Je les ai ici, j’ai tout : celle de ma robe, celle de l’orchestre. J’ai aussi les ares pour la salle de bal et la lune de miel. Mais ma mère a dit que je devrais pas les garder. Elle a dit que ça portait malheur, que c’était tenté le diable.

GEORGES : Ce n’est pas votre faute.

AMY : On vit sa vie et on tombe amoureux, on fait des projets, on a des tas de rêve. On ne pense pas que tout ça peut se terminer comme ça, en un clin d’œil.

(Plan sur Meredith assise sur un fauteuil dans un couloir. Alex arrive en sifflotant)

ALEX : Qu’est-ce que tu fais ?

MEREDITH : Je me cache

D’accord. T’as couché avec O’malley et alors ? Tire un trait là-dessus !

MEREDITH : Il te l’a dit ?

ALEX, se mettant à rire : Je plaisantais ! Oh mais, je ne suis pas surpris !

MEREDITH : Pourquoi ?

ALEX: Bah parce que, quand ta vie est trop nulle, tu picoles et tu couches avec le premier venu. C’est ton truc. C’est tout toi ! Mais, je trouve ça charmant !

MEREDITH: Tu couches avec la première venue quand t’es sobre !

ALEX : Oh j’ai fait ça une seule fois et Izzie m’a pardonné ! O’malley lui il ne te pardonnera pas !

MEREDITH : Izzie ne t’a pas pardonné !

ALEX: Oh que si ! On est ensemble !

MEREDITH : Non, c’est faux ! Izzie couche peut-être avec toi mais, elle ne te verra jamais comme elle te voyait avant que tu couches avec Olivia.

ALEX/ Pourquoi tu veux me mettre en colère ?

MEREDITH : T’essaie de dire que t’es pardonnable d’avoir couché avec Olivia mais que je le suis pas d’avoir couché avec Georges !

(Georges, arrive surprenant la conversation)

GEORGES, surpris : Tu lui as dit !

MEREDITH : Georges !

GEORGES : Oh quand je me trompe sur quelqu’un !

MEREDITH : Non Georges !

GEORGES : Je me trompe vraiment !

(Georges prend la fuite. Meredith et Alex le suive)

MEREDITH : Non Georges ! C’est pas ce que tu crois!

ALEX : Oh ça va ! Arrête !

GEORGES : Non, toi arrêtes ! Toi, arrête ! J’ai pas l’intention d’arrêter, moi !

MEREDITH : Georges !

IZZIE, surgissant d’un couloir perpendiculaire : Qu’est-ce qu’il se passe ?

ALEX : Il y a Bambi qui panique !

IZZIE : Je vois ça ! Mais, pourquoi tu paniques ?

GEORGES : Mais, tu penses que quelqu’un est …..

(Cristina arrive à son tour)

GEORGES : …. est ton ami et tu crois qu’elle pourra au moins respecter ton intimité !

CRSITINA : Qu’est-ce qu’il y a ?

ALEX : Il y a Bambi qui panique !

IZZIE : ça elle a vu !

CRISTINA : ça je vois. Mais pourquoi il panique ?

IZZIE : Et pourquoi il panique ?

MEREDITH : Georges, est-ce qu’on peut parler ?

GEORGES, furieux : JE NE VEUX PAS PARLER A TOI ! Je n’avais pas l’intention de le dire et si tu ne m’avais pas fui chaque fois que tu me voyais, tu l’aurais su !

(Georges déboule dans les escaliers suivit de tous les autres)

MEREDITH : D’accord. Tu as raison mais, on pourrait parler maintenant ?

GEORGES : Tu veux parler maintenant que tu as dit à tout le monde qu’on avait fait l’amour !

IZZIE, choquée : Vous avez fait quoi ?

CRISTINA, choquée : Tu as fait l’amour avec Georges ?!

GEORGES, étonné : Tu ne leur avais rien dit !

MEREDITH : Non.

GEORGES : Oh merde !

(Il fonce dans les escaliers, trébuchent et tombent jusqu’en bas)

TOUS ENSEMBLE : Georges !

GEORGES, souffrant.

ALEX, se moquant de Georges.

(Plan sur Georges assis dans une salle d’auscultation. Les autres internes l’observent à travers la vitre)

GEORGES : Laissez-moi tranquille !

(Les internes s’éloignent)

MEREDITH, à Alex : Dis-moi qu’il va aller bien !

ALEX : Il s’est démit l’épaule. Tout ira bien.

(Alex et Izzie partent)

MEREDITH, de mauvaise humeur : C’est pas exactement ce que je voulais dire.

(Izzie fait demi-tour)

IZZIE : Meredith, si tu ne peux pas arranger les choses, si tu ne peux rien faire pour Georges. Enfin tu vois, s’il faut que je choisisse un côté, je suis du sien. (Elle part)

(Cristina et Meredith restent toutes les deux)

CRISTINA : C’est lui le plus faible. C’est vrai ! Même si les faibles c’est pas mon truc, c’est minable.

MEREDITH : J’ai fait quelque chose d’affreux. Je ne…. J’ai fait quelque chose d’affreux.

CRISTINA : D’accord. Il est amoureux de toi depuis le premier jour. Tu ne pouvais pas l’ignorer. (Pause) On a toutes fait des choses affreuses.

MEREDITH : Merci beaucoup.

CRISTINA : De rien.

(Plan sur Georges. Un médecin arrive pour s’occuper de lui. Il s’agit du docteur en orthopédie : Callie Torres)

CALLIE : Georges O’malley ?

GEORGES : Salut.

CALLIE: Docteur Georges O’malley? Le cœur réparé dans l’ascenseur c’était vous?

GEORGES : Oui, oui. C’est moi.

CALLIE, épatée : Oh ! C’était stupéfiant !

GEORGES : Merci. J’ai l’épaule démise.

CALLIE, regardant l’épaule de Georges : Oui. Je vois ça.

GEORGES : Rho, c’est pas si terrible.

CALLIE : Si, ça l’ait. Choisissez votre médicament.

GEORGES : Pas d’antalgique.

CALLIE : Plutôt osé !

GEORGES : Non. En fait, je suis officiellement de garde.

CALLIE : Et vous prévoyez de rester ?

GEORGES : Hum.

CALLIE : Encore plus osé !

GEORGES : Tout ce que je veux, c’est un peu d’aide pour la remettre en place.

CALLIE : Vous vous êtes battus ?

GEORGES : Non, je suis tombé. Je viens de faire un vol plané dans l’escalier.

CALLIE : Où ça ? Chez votre petite amie ?

GEORGES : Quoi ? Non, je suis célibataire.

CALLIE, se préparant à remettre en place l’épaule de Georges sans qu’il s’en aperçoive : Ah oui ?

GEORGES, hurlant de douleur.

CALLIE : C’est moins douloureux quand on ne le voit pas venir.

(Callie lui passe l’attelle)

GEORGES : C’est fait ?

CALLIE : C’est fait.

GEORGES : D’accord. Merci

CALLIE : Pas de quoi.

GEORGES, s’en allant : Au revoir.

CALLIE : Au revoir.

(Plan sur un ascenseur. Meredith et Derek monte tous les deux dedans. Derek regarde Meredith de façon insistante)

MEREDITH : Non !

DEREK : Non ?

MEREDITH : Ne sois pas gentil avec moi. J’ai fait un truc épouvantable.

DEREK : On fait tous des trucs épouvantables.

MEREDITH : Non ! Je…. J’ai fait une chose affreuse. J’arrive même pas à croire que j’ai fait ça. Je sais pas, j’étais triste et….. Je suis…presque sûre que je vais perdre tous mes amis.

DEREK : En tout cas, pas moi.

MEREDITH : Tu n’es pas mon ami.

DEREK : Bien sûr que si ! Enfin,…je pourrais. Je suis un très bon ami.

MEREDITH : Non, on ne peut pas être ami.

DEREK : Mais, si on peut. Je serai un ami idéal.

MEREDITH : Comment ? Comment on pourrait être ami ?

DEREK : On pourrait….prendre l’air ensemble ? Hum ? Je promène Doc un matin sur deux vers Tiger Mountain. On pourrait prendre un café, regardait Doc jouer et discuter de la complexité de nos existences.

MEREDITH : C’est ça….

DEREK : On pourrait. Ce serait marrant. Je pourrais être ton ami Meredith.

MEREDITH, sortant de l’ascenseur : Non ! Tu ne pourrais pas être mon ami.

(Les portes de l’ascenseur se referment sur Derek, triste)

(Plan sur Izzie dans la chambre de Denny)

IZZIE : Je vais ajouter la trinitrine. Votre pression sanguine est stable maintenant. Votre activité cardiaque est meilleure et la fibrillation est sous contrôle.

DENNY : J’adore votre façon de dire « fibrillation » !

IZZIE : Fibrillation ! (Elle rigole)

DENNY : C’est sexy !

IZZIE : Comment vous vous sentez ?

DENNY : Hum….Vous croyez au karma ?

IZZIE : Euh….Oui, j’y crois. Oui.

DENNY : je crois que vous devez être à moi !

IZZIE, en souriant : Mais, il faut avoir été très, très gentil pour me mériter !

DENNY : Oh bah j’ai dû l’être !

IZZIE, rigolant : D’accord.

(Alex observe la scène depuis le couloir. Il n’a pas l’air très content)

(Plan sur Derek dans un couloir. Il s’arrête et regarde à travers la fenêtre de la porte. Richard arrive à son tour.)

RICHARD : Je ne ferai pas ça si j’étais vous. !

DEREK : Le docteur Bailey….

RICHARD, interrompant Derek : Si elle veut de l’intimité, alors on lui donne de l’intimité Derek. Compris ?

DEREK : Attendez, le docteur Bailey m’a bipé.

RICHARD : AH oui ?

DEREK : Oui.

BAILEY, arrivant à son tour : C’est vrai ! Et je ne suis toujours pas de garde ! Je suis toujours en congé de maternité et j’ai toujours besoin d’intimité chef ! (A Derek) Venez ici ! (Elle entre dans la chambre)

DEREK : Quoi ?

RICHARD : Quoi ?

(Derek entre aussi dans la chambre. Richard le suit mais se fait claquer la porte au nez)

(Plan sur l’intérieur de la chambre. Un rideau sépare Derek et Bailey d’Addison)

BAILEY : Interdiction de bouger, de regarder, de pousser ce rideau ! Vous restez là et vous la laisser vous parlez ! C’est compris ?

DEREK : c’est vraiment nécessaire ?

BAILEY : Je croyais avoir dit c’est compris !

DEREK : Je ne suis pas complètement idiot !

BAILEY : Je ne suis pas si certain de ça ! Laissez la parler !

(Bailey sort de la chambre)

DEREK : Addison, tout ça est ridicule !

ADDISON : Reste où tu es ! C’est promis ?

DEREK : D’accord, c’est promis.

ADDISON : Je vais te montrer quelque chose et quand je le ferai, tu ne devras pas rire et tu ne devras pas jubiler !

DEREK : Pourquoi je jubilerai ?

ADDISON : J’ai eu une réaction au sumac vénéneux !

DEREK, poussant le rideau : Quoi ?

(Addison soulève le drap et Derek s’avance pour voir de plus près)

DEREK : Hum. Une grosse réaction au sumac vénéneux. Hum.

ADDISON, furieuse : Alors, cette fois on est quitte ? C’est assez pénible comme ça ? J’ai payé ma dette à la société, Derek ?

(Derek se met à rire. Addison lui jette son oreiller à la figure et elle se met à rire elle aussi.)

(Bailey se tient derrière la porte et écoute la conversation. Elle sourit)

BAILEY, parlant à son bébé : Oh ! Bonjour Tuck ! Aller, on va rentrer chez nous ! Aller. Oui. Mon beau garçon, mon beau garçon.

(Plan sur Georges et Cristina marchant dans un couloir)

GEORGES : Elle ne t’a rien dit à propos de nous ?

CRISTINA : Non. Quoi ? C’est si terrible que ça ?

GEORGES : Ben, à toi elle te dit tout, donc ça n’avez pas assez d’importance pour qu’elle t’en parle !

CRISTINA, agacée : Ecoute Georges ! T’apitoyer c’est… C’est nul ! Si tu ne veux plus que des trucs merdiques t’arrivent, arrête d’accepter des situations merdiques et demande mieux !

(Cristina va déposer le dossier qu’elle tient dans les mains au bureau. Georges est sur le point de rentrer dans la chambre de Keith quand Amy en sort)

GEORGES : Hey Amy.

AMY : Pouvez-vous dire au Docteur Burke que Keith accepte l’intervention.

CRISTINA, revenant : Oh, c’est génial !

GEORGES : Où allez-vous ?

AMY : Euh….Je ne suis pas…Je ne suis pas assez forte pour ça !

GEORGES : Oh Amy, je sais que c’est dur. Mais, votre fiancé va monter en chirurgie et vous voudrez être là à son réveil.

AMY : Non, je ne veux pas. Ce n’est plus mon fiancé. C’est terminé.

GEORGES : Vous allez le quitter ?

AMY : Je ne suis pas assez forte pour le supporter.

CRISTINA : Alors, dans la santé et dans la maladie ne fait pas partie de vos vœux ? Vous avez oublié celui-là ?

AMY : Je vous en prie, essayez de comprendre ! Je déteste ça, je déteste ne pas me sentir assez forte. Je sais simplement que j’y arriverai pas !

OLIVIA, depuis la chambre de Keith : Georges, il s’enfonce !

GEORGES, entrant dans la chambre de Keith : Quoi ?

CRISTINA, entrant dans la chambre de Keith : Son anévrisme a pu rompre ! Bipe le Docteur Burke !

(Amy reste devant la chambre sans bouger puis s’en va)

(Plan sur le bloc opératoire où Burke et Cristina opérer Keith. Georges est dans la galerie en train d’observer. Olivia le rejoint)

OLIVIA : Il va s’en sortir ?

GEORGES : Burke fait des miracles ! Tu sais que la fiancée du malade l’a laissé tomber ?

OLIVIA : On dirait qu’il a évité le pire !

GEORGES : Je crois pas qu’il va voir les choses comme ça.

OLIVIA : Si elle n’arrive pas à l’aimer aussi fort qu’il l’aime alors, elle ne le mérite pas.

GEORGES : T’es au courant pour Meredith et moi ?

OLIVIA : Ben, tout le monde est au courant Georges. Tu as hurlé de toutes tes forces dans le couloir. J’imagine que c’est dur. Je suis désolée.

GEORGES : Je suis désolée. Oui, si je t’ai… si je t’ai fait souffrir autant que je souffre aujourd’hui alors, je suis désolée.

OLIVIA : C’est gentil de dire ça.

[EXT SGH]

(Plan sur Georges qui fait ses valises. Puis il va dans la chambre de Meredith.)

[FLASH-BACK sur la nuit dernière. Georges se remémore la nuit qu’il a passé avec Meredith]

GEORGES : C’était comment ?

MEREDITH : C’était bon. Très bon.

GEORGES : Oui ?

MEREDITH : Oui.

GEORGES : Parce que je pourrais le faire encore ! Oui j’adore ! J’adore le faire !

MEREDITH : Non. C’est bon.

GEORGES : Je veux dire que je le ferai jusqu’à ce que tu….

MEREDITH : Non. Ça va aller. Je vais bien. Aïe ! Ça c’est mes cheveux !

GEORGES : Pardon ! D’accord. Pardon, je suis désolé.

MEREDITH : Oui.

GEORGES : Pardon. Meredith. Meredith.

(Georges est toujours allongé sur Meredith et cette dernière se met à pleurer)

MEREDITH, pleurant : Oh Georges !

GEORGES : Meredith ? Qu’est-ce qu’il y a ?

MEREDITH, pleurant : Rien. Rien de grave. Pourquoi tu crois que quelque chose cloche ?

GEORGES : Tu pleures ?

MEREDITH : Non, non c’est fini. T’occupe pas de moi !

GEORGES : Arrête ! Arrête ! C’est idiot de dire ça !

MEREDITH, pleurant : Oui. Oui ça va. Ça va aller. Je t’assure ça va. T’as presque fini non ?

GEORGES : Non.

MEREDITH, pleurant : Georges!

GEORGES : Meredith.

MEREDITH, pleurant : Georges, je t’en prie!

GEORGES, se levant, furieux : Coucher avec moi, c’est vraiment si affreux pour toi?

MEREDITH, ne bougeant pas et pleurant : Non ! Georges ! C’est pas toi !

(Meredith pleure dans son lit et Georges part en claquant la porte)

[Retour au présent]

(Georges entre dans la chambre de Meredith pour récupérer son pull. A ce moment-là, Meredith arrive et ce tient sur le pas de la porte de sa chambre)

MEREDITH : Il y a une valise dans le couloir.

GEORGES : Je venais récupérer ma chemise.

MEREDITH : Il y a une valise.

GEORGES : Oui. Je n’habite plus ici, maintenant. (Il se dirige vers la porte) Excuse-moi.

(Meredith se décale pour le laisser passer. Au moment de sortir Georges se retourne)

GEORGES : Pourquoi ? Je veux seulement savoir pourquoi tu… ? Si tu ne voulais pas…

MEREDITH : Mais, je ne savais pas que je ne voulais pas Georges. Tu étais là et tu disais tous ces mots parfaits et tendres, et j’étais triste. Et alors, j’ai pensé que peut-être, peut-être que je cherchais bien loin ce que j’avais juste devant moi. Et si j’ai voulu essayer c’est…parce que tu es Georges et que tu es génial. Je ne savais pas que je ne voulais pas jusqu’à ce que je sache que je ne voulais pas.

GEORGES : Oui. D’accord.

MEREDITH : Est-ce qu’on pourrait faire marche arrière et recommencer comme c’était ?

GEORGES : Je ne sais pas comment faire. Non. C’est fini. Tout est fini.

VOIX OFF (Georges) : D’une façon ou d’une autre, notre karma nous pousse à nous regarder en face.

[INT SGH]

(Plan sur le vestiaire où Izzie se fait belle)

VOIX OFF (Georges) : On peut regarder son karma dans les yeux ou on peut attendre qu’il s’approche de nous par derrière.

ALEX : Tu es prête ?

IZZIE : Quoi ?

ALEX : On va pas… On avait des projets pour ce soir !

IZZIE : Oh ! Oh, j’avais oublié. Désolée. On remet ça ?

ALEX, déçu : Bien sûr.

(Plan sur Keith en salle de réveil. Burke est là.)

KEITH : Amy ?

BURKE : Elle n’est…pas là. Mais, ….mais, vous oui. C’est ça l’important !

KEITH : Elle est partie ? Elle est vraiment partie ? Qui peut faire ça ? Quel genre de personne peut faire ça ?

VOIX OFF (Georges) : D’une façon ou d’une autre, notre karma nous rattrape toujours.

(Plan sur la chambre de Denny, il est en train de lire. Izzie arrive pour lui rendre visite)

IZZIE : Bonsoir !

DENNY : Bonsoir vous-même ! Wahou ! Je dois dire que ce n’est pas ce que j’avais imaginé pour notre premier rendez-vous !

IZZIE : Vous plaisantez ? SI vous saviez tout ce que j’ai dû faire pour avoir un beau garçon dans un lit avant !

DENNY : Vous trouvez que je suis beau ?

IZZIE, riant : D’accord. Taisez-vous et buvez !

(Plan sur Georges assis sur un rebord de fenêtre, à l’extérieur de l’hôpital.)

VOIX OFF (Georges) : Et la vérité en tant que chirurgien c’est qu’on a plus souvent l’occasion que d’autres de faire pencher la balance en notre faveur.

CALLIE : Georges?

GEORGES : Docteur Torres?

CALLIE: Callie. Vous partez en voyage?

GEORGES : En quelque sorte.

CALLIE : Eh bien, dans ce cas… (Elle note son numéro de téléphone dans la main de Georges) Appelez-moi dès que vous reviendrez en ville !

(Callie s’éloigne. Au même moment le Docteur Burke sort de l’hôpital et voit Georges assis tout seul)

VOIX OFF (Georges) : Peu importe le mal qu’on se donne, on ne peut pas échapper à son karma. Il nous suit partout !

[EXT SGH]

(Plan sur Cristina et Burke allongés dans leur lit)

BURKE : C’est ton ami et il a besoin de ton aide.

CRISTINA : Est-ce que ces problèmes sont chirurgicaux ?

BURKE : Hum, non.

CRISTINA : Alors, dans ce cas, il n’a pas besoin de mon aide.

BURKE : Tu es une chic fille.

CRISTINA : Tu te trompes.

(Burke éteint la lumière. Cristina fait de même.)

BURKE : Bonne nuit.

CRSITINA : Hum. Bonne nuit.

GEORGES, depuis le canapé de leur salon : Bonne nuit !

VOIX OFF (Georges) : Je crois qu’on ne peut pas vraiment se plaindre de son karma. Ça n’est pas injuste, ce n’est pas inattendu. C’est seulement une façon d’équilibrer les choses.

(Plan sur Derek faisant sa balade matinale avec Doc. Meredith est là, elle aussi)

MEREDITH, à Doc : C’est bien mon grand !

VOIX OFF (Georges) : Et même quand on est sur le point de faire quelque chose qui pousse notre karma à nous tomber dessus et bien cela va sans dire….

MEREDITH : Bon.

DEREK : Bon.

MEREDITH : Amis, c’est tout.

DEREK : Amis, c’est tout.

VOIX OFF (Georges) :…On le fait quand même.

[INT. MEREDITH’S TOWNHOUSE]

(Opens with George sitting on the floor of his bedroom against the door)


George Voice Over: Okay so sometimes even the best of us make rash decisions.
 

(The screen flashes to George standing in front of Meredith from last episode in her bedroom. It flashes back to George looking uneasy as he glances back at his door)


GVO: Bad decisions. Decisions we pretty much know we’re gonna regret the moment, the minute, especially the morning after.


(Again the screen flashes back to the scene from last week where Meredith is removing George’s shirt. Cut to Meredith’s bedroom where Meredith is lying in bed fully dressed also looking uneasy)


GVO: I mean maybe not regret, regret because at least you know we put ourselves out there. But still … something inside us decides to do a crazy thing.


(Meredith’s alarm goes off and she hits it off)


GVO: A thing we know that’ll probably turn around and bite us in the ass.


[INT. DEREK AND ADDISON’S TRAILER]


(Doc barks and runs up to the bed where Addison and Derek are lying. Derek seems fast asleep and Addison is wide-awake holding the pillow to herself)


GVO: Yet, we do it anyway.


(Doc barks loudly again and Derek wakes up groggy)


DR. SHEPARD: Oh god. Calm down Doc. Just hang on. Just hold it until I get there please.


ADDISON: I’ll walk him.


(Addison gets up)


DR. SHEPARD: No it’s my turn.


ADDISON: No it’s okay. I’ll walk Doc. You just s- sleep. Good. (She puts on a dressing robe) Fresh outdoors. Spring morning. You just sleep.
 

DR. SHEPARD: Okay.


ADDISON: Unless you wanna talk.


DR. SHEPARD (eyes closed and hugging his pillow): Oh god here it comes.
 

ADDISON: Well I’m not saying that we have to talk. I’m just saying if you want to talk we could you know. I could start you know and, and you could talk about anything- at all you wanna talk about.


DR. SHEPARD (groggy): Ah it’s just too early for me to interpret girl flip-out into normal conversation.


ADDISON: It’s just that you usually … you start yelling you know when you get mad. And Mark showed up yesterday and you haven’t yelled yet. I’m trying to give you a chance. So just go. Yell.


DR. SHEPARD: I don’t wanna yell.


ADDISON: You don’t wanna yell? You?


DR. SHEPARD: I just want to sleep. (Doc barks) Doc here wants to pee. Preferably not inside this trailer.


ADDISON: Okay.


(Derek sighs. Addison puts on a dorky looking cap and stops at the doorway)


ADDISON: You could yell if you want to. I can take it! I’m ready!


DR. SHEPARD: Addison.


(He pulls a pillow over his head)


ADDISON: Alright. I’m going. (Doc barks) I’m going. Come on.
 


[INT. MEREDITH’S TOWNHOUSE]


(Meredith is grabs her keys and listens at the doorway to see if George is out there)


GVO: What I’m saying is … we reap what we sow.
 

(Cut to George opening his bedroom door very carefully)


GVO: What comes around goes around.

(He creeps out and we see that Meredith is also walking down the hallway also creeping quietly. She stops uncomfortable when see sees George and he stops too when sees her. All of sudden Izzie’s bedroom door opens with a naked Alex pulling on his underwear and heading to the bathroom. Izzie steps out in her PJs)


IZZIE (to Meredith): Morning. (She turns and sees George) Morning. (The other two are just silent) What? So I slept with him again. So I’m a big whore. Big horny whore who can’t get enough. Can we get over the shocked silence already?


(She looks confused as she realizes George looks a little uncomfortable)


GVO: It’s karma and any way you slice it …


(Meredith hurries back to her bedroom and Izzie turns to George)


IZZIE: What’s going on?


(George shrugs)


GVO: … karma sucks.



[EXT. SGH ENTRANCE]


[INT. SGH, INTERN LOCKER ROOM]


(Meredith is getting ready in front of the mirror tying up her hair. George walks up to brush his teeth but goes back when he realizes Meredith is there. Cristina is standing with Izzie and Alex who are sitting on a bench at the lockers a few feet away watching the whole situation unravel)


ALEX: 10 bucks says O’Malley caught her doing Mark Sloan.
 

(Izzie hits him. Meredith heads to her locker)


IZZIE: There’s something going on. I mean look at them.


ALEX: Alright he walked in on her doing Mc Dreamy.

(Cristina looks bemused and Izzie gives him a look)

ALEX: Did I just call that dude Mc Dreamy?


CRISTINA: Oh you know you did.


ALEX: Awesome. (to Izzie) You are ruining my life.


IZZIE: Ha.


(He moves up to her really close and moves to kiss her but Izzie gets up)


CRISTINA: Get a room.


(Izzie walks up to them and Cristina follows her)


IZZIE: Guys.


GEORGE: Excuse me.


IZZIE: Oh sorry. (she ducks out of George’s way) What’s ah- what’s a going on?


(George and Meredith both give Izzie weird looks)


MEREDITH: Nothing.


CRISTINA: Oh you know we’re going to find out anyway.
 

IZZIE: You tell us and maybe we can help.


GEORGE: There’s nothing to tell.


CRISTINA: Oh that means there’s something to tell.


GEORGE: Come on.


MEREDITH: There’s nothing to tell.
 


(Cut to a patient room where a middle-aged man named Keith Polus lies in bed. His fiancée Amy is sitting on chair next to the bed as Nurse Olivia takes Keith’s temperature)


AMY: Well how bought Gardenias? Like masses and mountains of Gardenias?


KEITH: Are we worried about bees?


AMY: Okay that’s why I love him.


(Olivia smiles)


AMY: No Gardenias
.

(The camera now shows that Izzie, Alex, George, Meredith and Cristina are in the room. Burke walks in)


DR. BURKE: Who would like to present?


CRISTINA: Ah Keith Polus admitted last night with chest pains. (Keith nods smiling at Dr. Burke) Status post QMI. Ah no family or personal history of heart disease. No cardiac risk factors.


AMY: He’s healthy as a horse.
 

KEITH: A horse who’s in bed after just having a heart attack.


(Meredith moves around uncomfortable as does George. Izzie notices)


AMY: See now any minute I think you’re going to tell us this was a false alarm and it just seemed that he had a heart attack.


(Burke checks Keith with his stethoscope)


KEITH: She talks when she gets nervous.
 

(Keith winks at Amy)


DR. BURKE: Hmm I understand. Mr. Polus unfortunately the scans show what looks like a mass around your heart. A very, very large mass.


(Amy gets up and moves to stand next to Keith nervous)


KEITH: Mass ... okay. Is that code for tumor?


AMY: Okay that’s absurd. He doesn’t have a tumor. He’s incredibly healthy.

DR. BURKE: We won’t know until there’s further exploration which is why I’d like to do an angiogram today.


KEITH: Okay, good.


(Amy looks a little shocked)



(Cut to Meredith walking down the hallway. Izzie and Alex follow laughing and grinning at each other. Cristina follows those two with George lagging behind. George purposely drops his pen in front of Cristina to stop her walking. He picks it up)


GEORGE: Did Meredith say any- anything to anyone about anything?
 

CRISTINA: No. Are you gonna dish?


GEORGE: No. (Cristina looks at him) No.


(She starts to walk again)


CRISTINA: Leave me alone I’m working.
 

GEORGE (walks up to her): Well good because I don’t want to talk about it. Ever.
 

CRISTINA (looks like she doesn’t care): Fine. Then don’t.


GEORGE: I’m just saying.


CRISTINA: Uh.


(The doors at the opposite end of the hallway open and Addison walks through as if she’s got a major wedgie. They all stop and stare at her as she walks by)


CRISTINA (to the others): Are you? That’s weird.



(Cut to the group entering another patient’s room with Dr. Shepard. There’s a cute young black boy named Shawn Beglighter lying in the bed holding a bucket. His parents Rick and Michael are standing with him at his bedside. In relation to Rick just imagine Jack from ‘Will and Grace’)


RICK: Do you need to throw up again?


SHAWN: No.


RICK: Cause there’s no shame in needing to throw up.


SHAWN: Dad I don’t need to throw up.


ALEX: Shawn Beglighter. 11 years old. In for intractable vomiting after a minor head injury.


RICK: Oh I wouldn’t exactly say minor.


MICHAEL: He was hit in the head with a baseball.


RICK: Yeah playing first and this little dolt hairy dopple hammer hits the line-diver out of nowhere and Shawn wasn’t looking and (he makes a gesture and sighs. Derek is checking Shawn. He mutters to Michael) You know this is my fault. I knew I shouldn’t have let him play little league. It’s clearly a dangerous sport!

MICHAEL: Rick, let’s let the doctors talk.


RICK: They wanna know what happened. Michael, I’m telling them what happened.


MICHAEL: Shawn’s gonna be okay. (to Derek) Right?


DR. SHEPARD: Yeah we have to keep a close eye on him. (Rick nods) Okay recommendations?


MEREDITH: Traumatic brain injury could indicate anything from a concussion to intracranial hemorrhaging. (Rick brings his hand to his chest upset) I’d start with a HNP, do a thorough neuro-exam and get a CT.
 

DR. SHEPARD: Good.


RICK: Are you sure you don’t need to throw up?


SHAWN (sighs): Dad.
 

(Rick nods)



(Cut to Addison standing at the doorway of Tucker’s patient room where he is dressed and packing up his things ready to go home. Addison still looks like she has a major wedgie or something)


ADDISON: Tucker.


(Tucker turns around)


TUCKER: Dr. Shepard.


ADDISON: How um … how are you feeling?


(She walks into the room)


TUCKER (smiles): I’m feeling great. I get to go home.
 

(Addison forces a smile back)


ADDISON: That’s fantastic. Is Miranda gonna meet you there?


(Bailey opens up the bathroom door and walks out of the bathroom holding her little baby Will)


DR. BAILEY: No. I’m driving him there.


ADDISON (looks relived): Oh thank god.

DR. BAILEY: You okay?

ADDISON: I need a consult.


(Tucker gives Bailey a look)


DR. BAILEY (defensive to Tucker): I’m not working.


ADDISON (clears her throat): Hmm. Miranda, I need a consult.
 

(Cut to an exam room where Addison is sitting on a table in stirrups and Bailey is looking under Addison’s skirt)


DR. BAILEY: Oh no.
 

ADDISON: Please don’t say that.


DR. BAILEY: Addison, I’m so, so, sorry. You have poison oak, (Addison moans and lies back on the exam seat/bed) where nobody wants to have poison oak.
 

GVO: Like I was saying… ADDISON: Oh god.

GVO: … payback’s a bitch.



(Cut to Tucker’s room where Derek is checking on Tucker who is holding William)


DR. SHEPARD: It’s official my friend. You get to go home.
 

TUCKER (smiles): I can’t thank you enough. I thank you. My wife thanks you. (Will gurgles) Oh and my son thanks you.


DR. SHEPARD: Hey where is your wife? You can’t drive for another six weeks.


(Richard walks in)


RICHARD: Dr. Shepard is a stickler when it comes to his patients’ recovery. I should know.


(They shake hands)

TUCKER: Hey Richard.


RICHARD: Wanted to stop in before Bailey took you home.
 

TUCKER: Uh well she’s here somewhere. (he gestures to Derek) Ah your wife came in earlier. Said she needed a consult.


(Derek looks confused)


RICHARD: Consult? Bailey is on maternity leave.


TUCKER: Seemed like some kind of personal consult. It’s okay. I don’t mind waiting.



(Cut to Addison in the exam room. Bailey pulls back the curtain and sits down in front of Addison who looks very irritated at the itchiness of her legs)


DR. BAILEY: Okay I’m back.


ADDISON: You didn’t make up a chart did you? Please tell me you did not make up a chart.


DR. BAILEY: I did not make up a chart which means (Bailey puts on some gloves) we are officially stealing this calamine lotion and these gloves. You take it up with the Chief.


ADDISON (horrified): The Chief? No, no, no, no. I can not take this up with the Chief.

DR. BAILEY: I’m just kidding.


ADDISON: Okay did I make jokes with you when you were in the stirrups?


DR. BAILEY: No you did not and I’m apologizing.


ADDISON (tries to rub her legs together): Uh!

(Bailey lifts up Addison’s skirt)

DR. BAILEY: Oh my!


ADDISON: What?


DR. BAILEY: These blisters are growing awful fast. Yeah I gotta give you a shot of steroids.
 

ADDISON (sits up aghast): Steroids?

DR. BAILEY: I’ve never seen a case of poison oak this bad. (Addison sighs and lies back down and Bailey continues looking) Ewwwww, girl what did you do?


ADDISON: Oh for the love of God Miranda, the calamine!


DR. BAILEY: Oh right sorry.


(She moves to get the calamine lotion)



(Cut to Alex pushing Shawn in a wheelchair down the hall. Meredith is walking with them holding Shawn’s chart)


ALEX: What happened with you and O’Malley?


MEREDITH: Nothing.


ALEX: Well whatever it is I’ve done worse.
 

MEREDITH: How do you know I did something? How do you know George didn’t do something?


ALEX: Because Bambi looks pissed and you look guilty.


(The walk into the CT room)


ALEX: Here we are. Come on buddy let me help you up here. (He lifts Shawn on the table of the CT machine) There you go.


MEREDITH: Fine. I did something. A terrible, terrible something.


SHAWN: One time I put a raw egg in my sock drawer for a month and then I smashed it in my teacher’s grade book.


MEREDITH: Ew.


SHAWN: My Dads were really mad.
 

(Alex looks amused)


MEREDITH: Well what I did was worse than that.


SHAWN: Cool.


ALEX: Cool.



(Cut to an O.R where Burke is doing an angiogram on Keith. Cristina and George are assisting. George shoots a glance at Cristina)


CRISTINA: Stop pouting.


GEORGE: I’m not pouting.


CRISTINA: Oh please I don’t have to even look at you. I can feel you pouting. Whatever Meredith did it wasn’t on purpose so get over it already. (Burke clears his throat loudly) I’m not being inappropriate. He’s acting like she skinned his puppy.


DR. BURKE (whispers back to her): Cristina, it’s not nice.


CRISTINA: Well I’m not a nice person.


GEORGE: If you knew what she did you would understand.


CRISITNA: No I don’t understand. I don’t wanna know. What I want is to analyze this angiogram, put this sucker into surgery and excise his cardio-thoracic mass.


GEORGE (looking at the screen): Doesn’t look like a mass to me.


DR. BURKE: That’s because it’s not.



(Cut to Keith’s patient room where he is now back in sitting upright on the bed. Amy is sitting next to him. Burke is standing there with his chart. Cristina and George are there as well)


DR. BURKE: What we thought was a mass is actually a coronary artery aneurysm with a fistula into one of your heart chambers.


KEITH: Is it ah easy to fix?


AMY: Before you answer that question I just want to let you know that we are getting married.  We’re, we’re in love and we’re getting married and we’re not so young so we’ve been waiting a long time for this. I have my dress and everyone’s coming and it’s supposed to be the happiest day of our lives and that the only reason I’m telling you this is because you have this look on your face. This dark ominous look and-


KEITH (interrupts): Oh honey.


AMY (continues on force smiling): … we’re silver lining kind of people so I just thought I might help if you knew that.


DR. BURKE: Dr. Yang, would you close the door? (Cristina shuts the door and Burke clears his throat and Amy instantly looks scared) We can ah- we can operate on the aneurysm. Try to repair it. But this type of lesion is extremely delicate. Chances of it rupturing in surgery are high.
 

KEITH: What keeps it from rupturing if I’m just walking down the street?


DR. BURKE: Nothing. The risks are high either way.


AMY: This isn’t happening. This can’t be happening.


KEITH: It’s okay Amy.


AMY: No it’s not.


DR. BURKE: I know it’s a lot to process but if we’re going to operate, we need to do to it as soon as possible.


AMY (shocked and teary-eyed): We’re getting married.
 

KEITH (strokes her hair and whispers): Honey.
 

AMY: We’re getting- we’re getting married.
 

KEITH (soothingly): Hey, hey, hey, hey, hey.
 

(Cut to Burke, Cristina and George outside Keith’s room)


GEORGE: They seem like a really nice couple. They don’t seem like they deserve this.


DR. BURKE: Um they never do.
 

GEORGE: Really? I guess I just think I believe in karma. You know I mean good people deserve good things. At least that’s how I thought the universe worked.
 

CRISTINA: How can you think that and practice medicine?


(George gives looks up at her shocked and Burke gives her a disapproving look)


GEORGE (angry): Why- I’m not saying that everybody who gets sick or everybody who dies is bad. I’m just saying that ah I think that there’s a balance. Or there should be balance! I should- there should be some sort of balance. That’s (he shrugs and mutters to himself)


DR. BURKE: Good god O’Malley, what the hell did Grey do to you?


(George looks up at Burke and then gives Cristina a look and Cristina just looks amazed)



(Cut to Shawn’s room where he’s back in his bed. Derek is standing in front of Shawn’s bed and Shawn’s parents are both standing at the bedside)


MICHAEL: What exactly do you mean when you say blood in the ventricle?


(Derek nods but doesn’t get to answer)


RICK: Oh my god his brain is bleeding?


DR. SHEPARD: Well there’s no need to panic. It’s a small amount of blood and these injuries often resolve themselves.


RICK: Yeah but what if it doesn’t? Will he lose IQ points? Because he’s very smart (Derek shakes his head no and Michael shakes his head apologetically) and that’s very important to him and he likes to be smart. (to Michael) Do you think we should sue that little brute that hit the ball? (Michael raises his eyebrows) Or the coach? We should sue the coach.

MICHAEL: Shawn loves the coach.


RICK: Yeah Shawn’s brain is bleeding!


MICHAEL: Rick.


SHAWN: Dad, I’m fine. Geeze.


DR. SHEPARD: Yeah. He’s awake, alert, minimal pain. These are all good signs. I just want to monitor him over the next forty-eight hours.
 

RICK (nods): Okay. Good. Hear that Shawn? Good signs. (Shawn nods) That means honey you shouldn’t be scared.


SHAWN (nods): I’m not.


RICK: I am.

MICHAEL & SHAWN (at the same time): We know.

(Cut to Izzie wearing a yellow gown coming out of the Pit to outside into the waiting area for the ambulances. Alex is sitting on a bench holding a cupcake)


IZZIE: Oh they paged you too? Must be something big.


(Alex stands up)


ALEX: Nobody paged me.


IZZIE (refers to the back of her gown): Can you tie this?

ALEX: Nobody paged you either.


IZZIE: Yes they did. I just got a page. (Alex pushes her against the wall and Izzie starts smiling) Did you page me? Alex. (He holds up the cupcake to her) Oh. Oooh.


(She starts licking the cream of the cake and Alex starts kissing her cheek)


ALEX: You free tonight?


IZZIE: I might be. Hmm … Hey are you still working with Meredith?


(Alex shakes his head and kisses her. An ambulance can be heard coming in)


ALEX: I’m trying to kiss you.


IZZIE: Yeah but she won’t say anything about what happened between her and George (Alex shakes his head) because I’m starting to get really worried.
 

(Alex just kisses her)


(You can hear Ray the paramedic wheeling in a patient)


RAY: 35 year old male. Shortness of breath. Had a syncopal episode.


(Izzie looks to the side and sees Denny Ducquette the heart transplant patient from episode 2x13 being wheeled in)


RAY (trails off as he wheels Denny): Pulse is rapid and-


IZZIE (pulls away as she realizes): Oh my god. It’s Denny.


(She starts running down the hall after the paramedics)


ALEX: What?


IZZIE (calls back): It’s Denny!


(She leaves Alex looking gloomy holding the cupcake in his hand)



(Cut a trauma room where Denny is being placed onto a gurney in the middle of the room surrounded by E.R. doctors. The ER resident comes in)


IZZIE: What did you get in the field?


ER RESIDENT: Hey this is my patient until I sign him over to you.


(Alex jogs in)


IZZIE: I know this guy. He’s on top of the donor list for a new heart. That makes him surgical. I’ve already paged Dr. Burke and he’s on his way. So you better start signing now. (to the paramedic) What did he get in the field?


RAY: We gave him 40 of farosamide. Rhythm didn’t change after 6 of adenosine.
 

(Ray and the other paramedic leave. Izzie looks upset at this and Burke walks in)


DR. BURKE: What do we got?


IZZIE: It’s Denny.

ALEX: Transplant dude.


DR. BURKE: Denny?


ALEX: Transplant candidate. Acute dysrhythmia and CHF. Vitals all over the place.
 

DR. BURKE (checks Denny): His heart rhythm is a mess.
 

ALEX: He’s in heart failure.


IZZIE (panicked): Bizoprolo can reduce the chance of mortality. Can we try that? What about ACE inhibitors? Digoxin! Somebody load him with dig!


DR. BURKE: Stevens slow down. He’s holding on. Barely but he’s holding on.
 

IZZIE (still panicked): Isn’t there something more that we can do? There has to be something more we can do.


DR. BURKE: The best we can do is to get him up to CICU and wait and see if his heart will stabilize.


ALEX: Izzie, we should- we should go.


IZZIE (pushes off Alex and goes up to Denny): No you go um I’m gonna stay.
 

(Alex walks out)



(Cut to Bailey rummaging through some medical supplies in a hallway. Richard comes up to her)


DR. BAILEY (to herself): No, yes, yes.


RICHARD: I see you.


(Bailey jumps a little)


DR. BAILEY: No you don’t.


RICHARD: Your husband was discharged over an hour ago.
 

DR. BAILEY: I’m not here.


RICHARD: Go home. You’re not working today. You’re on maternity leave.


DR. BAILEY: Exactly.


(She takes the medical supplies she grabbed and heads off)



(Cut to Cristina checking Keith’s heartbeat with a stethoscope in Keith’s room. Amy is standing next to him)


CRISTINA: Have you made your decision?


KEITH: Wh- Oh ah about the surgery um (he glances at Amy) no we’re still ah- we’re still talking about it. Uh we were thinking maybe we should wait until after the wedding. Um.


AMY: So, so how is he?


CRISTINA: Ah he’s pretty much the same.


KEITH: Oh that’s good, right?


CRISTINA: Ahh no. Not really. It- (she sighs) see with your condition you’re gonna be okay until your not and if you opt against the surgery and if you leave now it’s just a matter of time. And you might make it to your wedding but you might not and you won’t know. You’re just gonna be okay until you die.


KEITH: Wh- what? (he chuckles) You’re trying to comfort me?


CRISTINA: No. I’m trying to convince you to let Dr. Burke operate.


AMY: So that he can die today?


CRISTINA: He might die today anyway but Dr. Burke is the very best and he’s your very best chance.



(Cut to Denny’s room in the ICU. Burke is at the nurses’ station outside just hanging up the phone. Izzie comes up to the desk)


DR. BURKE: Stevens. Is everything alright?


IZZIE: Ah it’s just … it’s just not fair you know. It’s really not fair. (she sighs) We treat jerks all the time. Patch ‘em up, send ‘em off whether they deserve it or not. No big deal but … Denny. He’s a good guy Dr. Burke. He’s a really good guy with a bad heart and all we can do for him is wait.


DR. BURKE: Believe me I know. I’ve been treating Denny a long time.
 

IZZIE: He doesn’t deserve this.


DR. BURKE: What he deserves is the best cardiac care. We’re giving him that. (Izzie nods) You really like him don’t you?


IZZIE (shrugs): He just … he just doesn’t deserve this.


(Cut to Addison in her exam room still in the stirrups. Bailey is sitting in front of her with an ice pack. Bailey puts on the ice-pack on Addison)


ADDISON: Ah!


DR. BAILEY: Sorry, how’s that? Is that ice-pack helping?


ADDISON: I don’t know. I don’t think so. Eh!


DR. BAILEY: Mind if I ask how exactly this happened?


ADDISON: I slept with Mark!


DR. BAILEY: Oh! … And he had poison oak on his-


ADDISON: No! I slept with Mark a year ago and apparently this is what I get!


DR. BAILEY: Yeah. But how did you-


ADDISON (upset): I live in a trailer. I have Meredith Grey’s dog. And I went outside to throw a stick and I had to pee. So I squatted! Because I didn’t want to go inside and wake up my husband because the way he’s been looking at me since yesterday. I just wanted a few minutes of peace. (she starts crying and points to her legs) And this is what I get.

DR. BAILEY: No. No, no. Don’t cry.
 

ADDISON (crying): This is what I get!

DR. BAILEY: Please don’t cry! Pleassse don’t cry! (Bailey stands up) Stop! You’re gonna make me- (Addison continues crying and Bailey removes her hands from her breasts. Her shirt is all wet) lactate.


ADDISON (crying): I’m sorry.

DR. BAILEY: Get, get me some gauze. Get me some gauze.

ADDISON (crying and hands over some gauze): I’m sorry.
 

(There’s a knock at the door)


DR. BAILEY: Stop. Ssh.
 

(There’s a knock again. Bailey opens the door slightly and reveals Richard standing there)


DR. BAILEY: Can I help you Chief?


RICHARD: Dr. Bailey. I don’t know what you’re doing in there but whatever it is- (Bailey opens the door wider and Richard notices the two large round wet stains on Bailey’s top) Oh. Oh. Oh no. Um (he clears his throat) Dr. Bailey. Ah, I’m … sorry. Uh carry on.


(He clears his throat again and walks away. Bailey shakes her bemused and closes the door)



(Cut to Dr. Shepard entering Shawn’s room. Debbie the nurse is standing over Shawn’s bedside and Meredith is standing on the other side. Rick and Michael are standing a bit to the side. Shawn appears conscious and Debbie and Meredith are prepping him for surgery. Another nurse is there as is Alex)


DR. SHEPARD: Okay fill me in.
 

MEREDITH: I was doing his routine neuro check-


DR. SHEPARD: Uh huh.


MEREDITH (continues): I noticed he was altered. Most likely a clot. Acute hydrocephalus.


(Derek checks Shawn’s eyes)


DR. SHEPARD: Oh damn.  We need to relieve the pressure right now.
 

ALEX: Cranial access kit is ready.


RICK: Cranial access? Access to Shawn’s brain?


DR. SHEPARD: Debbie, get them out of here.


DEBBIE: Gentlemen.


(She starts leading Rick and Michael out but Rick pushes past her)


MICHAEL: Rick.


RICK: We’re not going anywhere.


DR. SHEPARD: Look I’m about to drill a hole into your son’s skull. You don’t want to watch this.


RICK: He’s our son. We’re not leaving. (Michael tries to get him to leave) We are not leaving his side!


DR. SHEPARD: 15 blade please. I want a catheter ready to drain as soon as I penetrate the dura.


(Michael takes Rick’s hand in his and Rick takes on Shawn’s hands)


DR. SHEPARD (to the parents): Do not panic.


(Rick nods)


DR. SHEPARD: I want the drill.


(Alex hands him the drill and Derek starts drilling into Shawn’s brain)


DR. SHEPARD: Almost in. Okay there. (A little bit of blood squirts out and Rick clenches his eyes shut) Get that. (he hands the drill back) Okay catheter to go in.
 
(he places the catheter in)


MEREDITH (checks Shawn’s eyes): Pupils reactive.


DR. SHEPARD: Pressure’s stabilizing.
 

RICK: Is he okay?


DR. SHEPARD (to Alex and Meredith): I want neuro checks every hour and increase the supervision. (to Rick and Michael) We- we’re in the clear for now.
 

RICK: We’re in the clear?


DR. SHEPARD: You guys did well.
 

(Shawn is conscious now)


SHAWN: Ah I have a headache.
 

ALEX: Welcome back little man. (his pager goes off) 911.


(He leaves as Derek is sewing up the hole he made. Rick looks a little pale. Shawn notices)


SHAWN: Dad you look white, are you okay?


(Rick half nods and then shakes his head and then pulls to the side and vomits onto the floor)


DEBBIE: Oh great.
 


(Cut to Denny’s room where his monitors are beeping rapidly. Izzie is already standing in there with a nurse as Alex comes in)


ALEX: You got in here quick
.

IZZIE: We got to get his heart rate under control. (to the nurse) Push 300 of andripol now.


(Burke enters)


DR. BURKE: Status?


IZZIE: Atrial fibrillation. His heart is beating too fast. If we can’t get it to slow down-


ALEX (injects the drug and shrugs): It’ll give out.
 

DR. BURKE: Alright let’s try synchronized cardio-version. (to the nurse) Push 5 of morphine.


(The nurse hands Alex the morphine)


DENNY (groggy): Izzie?


IZZIE: You’re awake.
 

DENNY: Hey, I was hoping I might get to see you.


IZZIE: You’re working us pretty hard around here.


DENNY: The things I have to do to get a girl’s attention.
 

(Alex seems annoyed)


DR. BURKE: Denny, we’re about to send a series of electric currents through your body. Hopefully the shocks will be enough to slow your heart rate back to normal.
 

(Another nurse brings in the crash cart)


IZZIE: I’ll be here the whole time.


(Alex seems really annoyed now)


DENNY: Is this gonna hurt?


DR. BURKE: It won’t be fun.
 

DENNY (to Izzie): Iz, maybe you ought to hold my hand then huh?


(Izzie smiles and takes Denny’s hand into her own)


ALEX: Do you mind if I handle the paddles?


DR. BURKE: Be my guest.
 

(Alex takes the paddles and moves to shock Denny with them)


IZZIE: Ready?


DENNY: Yeah. Hit me.


ALEX: Clear.


(Izzie drops Denny’s hand as Alex shocks Denny)


DENNY: AUGH! God!


DR. BURKE: No change. Try it one hundred.


(Alex looks like he’s getting some kind of sick pleasure from this)


ALEX: Clear!


(He shocks Denny again)


DENNY: AUGH! Oh, oh, oh! Holy smokes. (his heart monitor returns to normal) Oh.


DR. BURKE: Denny, you are a lucky man.


(Izzie looks down relieved)


DENNY (breathing hard): Oh. Oh, oh Doc. I outta kick your ass for making me yell like a baby in front of the girl I’m trying to impress man. (Izzie can’t stop a smile from forming) Oh geeze.


(Izzie is chuckling and Alex looks on jealous)



(Cut to Bailey walking down the hallway trying to clean up her shirt still. Derek notices her a few feet away)


DR. SHEPARD: Dr. Bailey.


(Bailey starts walking faster and Derek runs up quickly to catch her)


DR. SHEPARD: Dr. Bailey! Did you hear me?
 

(He stops her)


DR. BAILEY: Ah, ah I’m a little distracted right now.


(Derek notices the ‘spots’)


DR. SHEPARD: Oh yes. I’ve been paging you.


DR. BAILEY: I’m not on call. I’m on maternity leave.
 

DR. SHEPARD: I’ve been paging my wife as well but she hasn’t been answering either. You know where she is.


DR. BAILEY: Just because I know doesn’t mean you should. (Derek looks confused) There’s some things you don’t get to know. Not from me and really you don’t wanna know.


DR. SHEPARD: Yeah but you have to tell me where she is. (Bailey looks up with a look saying  ‘Oh really?’) I saved your husband’s life.


DR. BAILEY: She saved my baby.


DR. SHEPARD: So baby trumps husband?


DR. BAILEY (nods): Mmm.


(She walks away)


DR. SHEPARD (calls out in disbelief): Baby trumps husband?



(Cut to Meredith walking down a hallway writing in a chart. George is walking the same hall from the opposite direction. They stop when they both see each other. George kinda moves to talk to Meredith but Meredith puts her chart away and walks back the way she came quickly. George looks on hurt)


(Cut to a waiting room lounge where George enters to make himself coffee. He notices that the room is not empty but has Amy in it sitting at a table with her wedding planner)


GEORGE: Hey Amy.


AMY: My website said you should save your receipts.


GEORGE: I’m sorry?


AMY: Oh you know just in case something happens. You know, have them. (She opens up the wedding planner) I have all of ours here right here. You know I’ve got my dress and the band and the ballroom deposit and the honeymoon. And my mom said I shouldn’t you know keep them. It was bad luck. It was tempting fate.


GEORGE: This isn’t your fault.


AMY: You, you have a life. You, you fall in love. You, you make plans. You have fantasies. (She closes the book and stands up) And none of them involve all of them ending in the blink of the eye.
 

(George looks sad as he understands and Amy leaves)



(Cut to Alex whistling walking down a hallway where he notices Meredith sitting on some empty chairs in corner. He walks up to her)


ALEX: What are you doing?


MEREDITH: Hiding.


(He sits down across from her)

ALEX: Alright, so you slept with O’Malley. Get over it already.
 

MEREDITH: He told you?


ALEX (shocked): Eh … no.


(Meredith stares at him and Alex still stares at her shocked until he starts to laugh)


ALEX: Oh I was just kidding. Uh. I mean it’s not like I should be surprised.
 

MEREDITH: Why not?


ALEX: Because when your life is sucking, you get drunk and sleep with inappropriate men. It’s your thing. Whatever. I find it charming.


MEREIDTH: You sleep with inappropriate women when you’re sober.


ALEX: One inappropriate woman and Izzie forgave me for that. O’Malley, he’s not gonna get over this.


MEREDITH: Izzie hasn’t forgiven you.


ALEX: Yes she has. We’re together.


MEREDITH: No you’re not. Izzie may be sleeping with you but she’ll never see you the way she saw you before you slept with Olivia.


ALEX: Why are you trying to piss me off?


MEREDITH: You’re trying to suggest that it’s forgivable for you to sleep with Olivia but not forgivable for me to sleep with George.
 

(George is standing at the doorway near them)


GEORGE: You told him? I-


MEREDITH: George.


GEORGE: Wow when I’m wrong about someone-


MEREDITH (interrupts): No I-


GEORGE (continues): I am really wrong!


MEREDITH: No George! (George starts walking off and Meredith and Alex start running after him) It’s not! It’s not what you think!


ALEX: Dude chill!


GEORGE (stops angry): You chill! You chill! I’m not- I’m not gonna chill.


(he starts walking off again and they start following him again)


MEREDITH: George! I-


(Izzie comes into the hallway)


IZZIE: What’s going on?


ALEX: The fetus is freaking out.


IZZIE: I can see that. (She tries to grab George’s arm) Why are you freaking out?


(George stops again and Cristina comes in from the other side of the hall)


GEORGE: You think that someone is your friend you know. (Meredith looks ashamed and George is angry) You think at the very least she’d respect your privacy!


CRISTINA: What’s going on?


(George starts walking off again and Meredith follows)


ALEX: Baby boy is freaking out.


IZZIE: She can see that!


CRISTINA (at the same time): I can see that!


IZZIE: Why is he freaking out?


(The others follow as well and see George and Meredith a few feet away. George is standing in front of the door leading into a stairwell)


MEREDITH: George, can we at least talk?


GEORGE: I don’t wanna talk! Not to you! I wanted to keep my mouth shut! And if you hadn’t been running away from me every time you see me you would know that.


(George enters the stairwell and starts hurrying down the stairs. Meredith follows)


MEREDITH: Okay, you’re right but can we just talk now?


(The others follow)


GEORGE (yells): You wanna talk now because you told everyone that we had sex!


MEREDITH (eyes widen): Ssh.
 

IZZIE: You had sex?!!


CRISTINA: You had sex with George?!!


GEORGE: You didn’t tell them?


MEREDITH: No.


GEORGE: Damn it!


(He moves to walk down the next flight of stairs but ends up falling down them instead)


(All the girls yelled concerned)


GEORGE: Ah!


(Alex just laughs. Izzie whacks his arm)



(Cut to George sitting in a trauma room with what looks like a sore arm. Alex, Izzie, Meredith and Cristina are watching him through the window. Meredith walks away)


GEORGE: Go away.


(They walk away to where Meredith is standing a few feet away)


MEREDITH: He’s gonna be okay right?


ALEX: He dislocated his shoulder. He’s gonna be fine.
 

(Alex walks off)


MEREDITH: That’s not exactly what I meant.


IZZIE: Meredith, if you can’t make this right, if you can’t fix this with George, just so you know if it comes to choosing sides, I’m on his.


(Izzie walks off and Meredith turns to look at Cristina)


CRISTINA: He’s the weaker kid. I mean I don’t even beat up on weaker kids. It’s cheap.


MEREDITH (teary-eyed): I did a terrible thing. I didn’t- (she shakes her head) I did a terrible thing.


CRISTINA: He’s been in love with you since Day One. There’s no way you didn’t know that. (Meredith looks down) We all do terrible things.


MEREDITH: Thank you.


CRISTINA: You’re welcome.


(She leaves)



(Cut to George sitting the trauma room looking gloomy. An orthopedic surgeon named Calliope "Callie" Torres walks in with George’s chart)


CALLIE: George O’Malley?


GEORGE: Uh hi.


CALLIE: Dr. George O’Malley. You’re the heart in the elevator guy!


GEORGE: Yeah that’s me.


CALLIE (smiles): That was amazing.


GEORGE: Uh thanks. I uh dislocated my shoulder.


(Callie checks his shoulder)


CALLIE: Yeah.


GEORGE: Oh!


CALLIE: I can see that.


GEORGE: It’s really not so bad.


(Callie moves to write in his chart)


CALLIE: Yes it is. Pick your poison.


GEORGE: Uh … no pain killers, thanks.


CALLIE: Bold choice.


GEORGE: No I just ah officially I’m on duty.


CALLIE (chuckles): And planning to stay?


GEORGE: Mmm Hmm.


CALLIE: Bolder choice.


GEORGE: All I need is help ah popping it back in.


CALLIE: You got into a fight?


GEORGE: I fell, fell down some stairs.


(Callie moves to the side where George has dislocated his arm)


CALLIE: Where? At your girlfriend’s?


GEORGE: What? No I’m single.
 

CALLIE: Single, huh.


(She grabs George’s arm suddenly and snaps it back into place)


GEORGE: Augh! Ah!


CALLIE: It hurts less if you don’t see it coming.


(She helps George place his arm into a sling. It’s obvious she seems to ‘like’ him)


GEORGE: All set?


CALLIE: All set.


GEORGE: Okay. (he gets up) Thanks.


CALLIE: You’re welcome.


GEORGE: Bye.


CALLIE: Bye.


(George leaves)



(Cut to Meredith and Derek entering an empty elevator. Meredith looks upset and Derek looks at her concerned)


MEREDITH: Don’t.


DR. SHEPARD: Don’t?


MEREDITH: Don’t be nice to me. … I did a terrible thing.


DR. SHEPARD: We all do terrible things.


MEREDITH: No, I- I- I did a thing that I- I can’t even believe I did and … I was sad (she shakes her head) and uh. I’m pretty sure I’m gonna lose all my friends.


DR. SHEPARD: You won’t lose me.


(He half-smiles at her)


MEREDITH: You’re not my friend.


DR. SHEPARD: Yes I am. (She shoots him a look) Well then I could be. (he smiles) I’m a very good friend.


MEREDITH: No we can’t be friends.


DR. SHEPARD: We could be friends. You’d be lucky to have me.


MEREDITH (upset): How? How can we be friends?


DR. SHEPARD: We could ah … hangout. Mmm hmm. I walk Doc every other morning. Tiger Mountain Trail. We could meet. Have coffee. Watch Doc play and … discuss the complex nature of our existence.
 

MEREDITH: Right.


DR. SHEPARD: We could. Might be fun. I could be your friend Meredith.
 

(The doors bing open)


MEREDITH: No, we can’t be friends.


(She walks out. The doors close on Derek who is looking down and gloomy)



(Cut to Denny’s patient room in ICU. Izzie is in there with him. He smiles at her and she smiles back)


IZZIE: Just adding nitro. Your blood pressure is stable now. Your CHF has improved and the atrial fibrillation resolved.


DENNY (smiles): I like the way you say fibrillation.


IZZIE (sexy voice): Fibrillation. (she laughs)


DENNY (smiling): Geeze.


IZZIE: How are you feeling?


DENNY: You ah … you believe in karma?


IZZIE: Um … actually I do. Yeah.


DENNY (grins): I think you might be mine.


IZZIE (chuckles and smiles): Well you must have been very, very good to deserve me.


DENNY (grins): Must have.


(Izzie laughs. The camera pans out and shows Alex looking on jealously through the window of the patient room)



(Cut to Derek walking down the hall and about to knock on the door to Addison’s room. Richard comes up to him)


RICHARD: I wouldn’t do that if I were you.


DR. SHEPARD: Dr. Bailey said she-


RICHARD (interrupts): If she wants some privacy then we will give her, her privacy, understood?


DR. SHEPARD: Well Dr. Bailey paged me.
 

RICHARD: She did?


DR. SHEPARD: Yeah.


(Bailey comes up to them also carrying her baby boy)


DR. BAILEY: I did and I’m still not here. I’m still on maternity leave and (to Richard) I still need some privacy Chief. (She opens the door to the room and to Derek) Come here.
 

(Both Derek and Richard try to walk in but only Derek gets in before Bailey closes the door in Richard’s face. The camera cuts to Derek in the room trying to peer over the curtain shielding Addison)


DR. BAILEY: No moving, no peeking, no pulling the curtain. Just stand there. Let her talk to you, understand?


DR. SHEPARD: Is this really necessary?


DR. BAILEY: I said do you understand?


DR. SHEPARD: I’m not mentally challenged.


DR. BAILEY: I’m not so sure about that. (speaks loudly so Addison can hear) Let her talk.


(Bailey leaves the room)


DR. SHEPARD: Addison, this is ridiculous.


ADDISON: Stay where you are! Promise!


DR. SHEPARD: Okay, I promise.


ADDISON: I’m gonna show you something and when I do you do not get to laugh and you do not get to gloat.


DR. SHEPARD: Why would I gloat?


ADDISON: I have poison oak.


(Derek pulls back the curtain to reveal Addison sitting upright in the stirrups looking glum)


DR. SHEPARD: What?


(Addison slowly pulls up the sheet covering her legs. Derek looks confused and then steps forward and peers down at Addison lower body. He stands up amused)


DR. SHEPARD: Hmm. You do indeed have poison oak.


(Addison has a very grumpy look on her face and Derek is struggling not to smile)


ADDISON (yells): So are we even yet? I mean is this bad enough? Have we repaid my debt to society, Derek?

(Derek cracks up laughing and Addison throws a pillow at him also trying not to smile. He continues laughing and throws the pillow back at her. Addison chuckles)



(Cut to Bailey outside listening in through the door)


DR. SHEPARD (amused): Alright, let’s take a look.


ADDISON: Get out!


(Bailey smiles and starts walking down the hallway with her baby)


DR. BAILEY: Oh. Ah. Come on Tuck. Let’s take your daddy home. Oh. Big boy. Big boy.



(Cut to George with his arm in a sling and Cristina walking down the hallway)


GEORGE: She really didn’t tell you about it?


CRISTINA: No. God is that a bad thing?


GEORGE: Well she tells you everything. So it didn’t even matter enough to her to talk about it.


(Cristina stops George walking)


CRISTINA: Okay George, the pity thing? Not good. If you want crappy things to stop happening to you, then stop accepting crap and demand something more.
 

(Cristina walks off to the nearby nurses’ station and George is about to walk into Keith’s room when Amy comes out with her wedding planner and her bag)


GEORGE: Hey Amy.


AMY: Oh could you tell ah Dr. Burke that um Keith is going to have the surgery.


(Cristina walks up to them)


CRISTINA: Oh that’s great.


GEORGE: Where are you going?


AMY: Um I’m- I’m not strong enough for this.


GEORGE: Oh Amy I know it’s hard but your fiancée say is going into surgery. You’re gonna want to be here when he wakes up.


AMY (sad): No I won’t. Um he’s not my fiancée anymore.


(She moves to walk off)


GEORGE: You’re leaving him?


AMY: I’m not strong enough for this.


CRISTINA: So the in sickness and in health part of your vows, you’re just planning to leave those out?


AMY: Please try to understand. I don’t like that I’m not strong enough. I just know that I’m not.


(Nurse Olivia suddenly opens the door to Keith’s room and pops out)


OLIVIA: George, he’s crashing.


GEORGE: What?


CRISTINA: His aneurysm may have blown. Page Dr. Burke!


(They rush into Keith’s room where you can hear the monitors beeping rapidly. Amy looks sick and walks away)



(Cut to Burke about to operate on Keith in the O.R with an O.R team. Cristina is assisting)


DR. BURKE: Okay everyone. It’s actually a coronary artery aneurysm.
 

(The camera pans up to show George sitting in a fairly empty gallery by himself watching. Olivia comes in dressed to go home)


OLIVIA: He’s gonna live?


GEORGE: Burke’s a miracle worker. Do you know this guy’s fiancée left?


OLIVIA: Oh. Sounds like he dodged a bullet.


GEORGE: I don’t think he’s gonna see it that way.


OLIVIA: If she can’t love him back the way he loves her … then she doesn’t deserve him.


(George looks down)


GEORGE: You heard about me and Meredith?


OLIVIA: Well everyone heard. George, you were yelling about it in the hallway.
(George sighs and brings his hand to his forehead) Must’ve sucked. I’m sorry.

GEORGE: I’m sorry. (Olivia looks confused) Um- If I made you feel anything like I’m feeling right now. … I’m sorry.


OLIVIA: That’s nice to hear.


(Olivia leaves)



[INT. MEREDITH’S TOWNHOUSE, GEORGE’S BEDROOM]


(George is emptying out his sock drawer with his one agile arm. He dumps it onto the bed. The scene switches him to shutting his suitcase and locking it. He opens the door to Meredith’s bedroom and he pauses at the doorway. He flashes back to the previous night)


(George and Meredith are in her bed together. He moves from under the sheets to rest on top of her. He appears breathless. They both appear to be naked. George seems to be happy)


GEORGE: How’s that?


MEREDITH: Good. Really good.
 

GEORGE: Yeah?


(He leans to kiss her neck)


MEREDITH: Yeah.


GEORGE: Cause I could ah- I could do it again. I like doing it.
 

MEREDITH: No it’s-


GEORGE: I could do it until you-


MEREDITH (forces a smile): No it’s okay. I’m fine.


GEORGE: Yeah?


(he leans into kiss her)


MEREDITH: Ow.


GEORGE: Oh sorry.


MEREDITH: You’re in my hair. Okay.


GEORGE: Sorry.


MEREDITH: It’s okay. Yeah.


(Time seems to have moved forward and they actual seem to be in the throes)


GEORGE: Meredith. Meredith.


(George collapses on her)


MEREDITH (tears in her voice): Oh George.


(He props himself up)


GEORGE: Meredith? (Meredith starts crying really badly) What’s wrong?


MEREDITH: Oh, oh, oh nothing! (she shakes her head crying) Nothing is wrong. Why would you think anything is wrong?


GEORGE: You’re crying.


MEREDITH (crying): Oh. It’ll stop. Just ignore me.


GEORGE (smiles): No. I can’t. I can’t ignore you.
 

MEREDITH (crying): Yeah. It’s fine. It’s fine. Just- It’s okay. Just- You’re almost done, right?


GEORGE (a little shocked): No.


MEREDITH (cries out): George.


GEORGE: Meredith. Meredith.


(Meredith just continues on crying even more than before)


MEREDITH: George, please.


GEORGE: Sleep- Sleeping with me is really this awful for you?


MEREDITH (crying): No George! It’s not. (George moves off Meredith quickly and grabs a blanket and wraps it around himself) It’s not you! (George leaves and slams the door behind him. Meredith continues on crying) It’s just that I’m a whore! George!



(Cut back to George standing at the doorway now. He enters the room and grabs his shirt from the previous night off the floor. He stands up and finds Meredith standing at the doorway)


MEREDITH: There’s a suitcase in the hall.


GEORGE: I was just getting my shirt.


MEREDITH: There’s a suitcase-


GEORGE (interrupts): Yeah ah I don’t live here anymore. (He moves to walk past her) Excuse me.


(Meredith steps into the room and sits on her bed. George stops at the doorway)


GEORGE: Why? I just wanna know why you … If you didn’t want to-


MEREDITH: I didn’t know I didn’t want to. … You were there and you were saying all these perfect things and I was sad. And so I thought maybe, maybe I’ve just been overlooking what’s been in front of me. And if I just give it a chance because you’re George and you’re so great … … I didn’t know I didn’t want to until I knew I didn’t want to.


GEORGE: Yeah. (he nods) Okay.


(She turns to face him)


MEREDITH: Can we please just go back to everything the way it was?


GEORGE (looks at her in disbelief): I don’t know how to go back. No. I’m done. We’re done.


(He walks off)


GVO: One way or another, our karma, will lead us to face ourselves.
 


[INT. SGH, INTERN LOCKER ROOM]


(Izzie is standing in front of a mirror ready to go home but looking very nice. She is applying lipstick)


GVO: We can look our karma in the eye or we can wait for it to sneak up on us from behind.


(Alex appears behind Izzie smiling also dressed to go home)


ALEX: You ready?


IZZIE: What?


ALEX: Aren’t we- I thought we had plans for tonight.


(She turns around to face him)


IZZIE: Oh I forgot. I’m sorry. Raincheck?


ALEX (a little off put): Sure.


(Izzie turns back to the mirror and Alex walks away)



(Cut to Keith’s room post-op. Keith is lying in bed. Burke comes in)


KEITH: Amy …


DR. BURKE: She’s not ah … here. … Um but you are. That’s what important.

KEITH: She left? She really left. … Who does that? (tears in his voice) What kind of person does that?


(Burke tucks Keith in)


GVO: One way or another, our karma will always find us.


(Izzie walks all dressed up nice but completely casual with a large paper bag to Denny’s CICU room. Denny is reading a book)


IZZIE (smiles broadly): Hey.


DENNY (smiles back): Hey yourself.
 

(Scene moves forward with Izzie placing a small table cloth on the table in front of Denny)


DENNY: Wow. (Izzie puts two plastic wine glasses on the table and fills them with apple juice)  I gotta say, not exactly how I envisioned our perfect first date.
 

IZZIE: Are you kidding? Do you know how hard I’ve had to work to get a cute boy in bed before?


(Denny smiles at her)


DENNY: You think I’m cute.


IZZIE (chuckles): Okay. Shut up and drink your juice.


GVO: And the truth is as surgeons we have more chances than most to set the balance in our favor.
 

[EXT. SGH HOSPITAL]


(George is sitting on a ledge of a window of the hospital. Callie dressed to go home walks up to him)


CALLIE: George?


GEORGE: Dr. Torres.


CALLIE (smiles): Callie. (She notices the suitcase on the ground next to him) You’re going on a trip?


GEORGE: It’s ah- sorta.
 

(he nods at her)


CALLIE: Well in that case … (she grabs out a pen from her bag and writes her number of George’s hand) Give me a call when you get back in town.
 

(George looks at her amazed and she blows gently on his hand to dry the ink. She smiles and walks away. George looks to the side and sees Dr. Burke standing at the entrance ready to go home looking at him)


GVO: No matter how hard we try, we can’t escape our karma. It follows us home.


[INT. BURKE’S AND CRISTINA’S APARTMENT]


(Burke and Cristina are in bed. Cristina is rubbing lotion on her legs while Burke is reading a book)


DR. BURKE: He’s your friend. He needed our help.


CRISTINA: Are his problems surgical?


DR. BURKE: Mmm no.


CRISTINA: Then technically he doesn’t need our help.


(Burke puts his book down and puts his glasses on his bedside table)


DR. BURKE: You’re a good person.


CRISTINA: I am not.


(She puts her lotion away and switches her lamp off so they’re shrouded in darkness. They lie down and pull the sheets over them. Burke cuddles up close to Cristina)


DR. BURKE: Goodnight.


CRISTINA: Ah ha, goodnight.


(They both close their eyes)


GEORGE (calls out from the living room): Goodnight.


(Both of them open their eyes)


(The camera pans across the living room to show George lying on the couch with a blanket and everything reading a journal. He switches off the lamp next to him)


GVO: I guess we can’t really complain about karma. It’s not unfair. It’s not unexpected. It just … evens the score.


[EXT. FOREST PARK, TIGER MOUNTAIN TRAIL?]


(It’s daybreak and the camera shows Doc eagerly running and barking along the trail. Doc stops and then barks more. The camera shows Derek slowly walking smiling behind Doc with his leash. The camera pans across to show Doc running up to Meredith where she pats him)


GVO: And even when we’re about to do something we know will tempt karma to bite us in the ass …


(Derek walks up to Meredith smiling and they both turn to watch Doc run about)


GVO: … well it goes without saying …


MEREDITH: So.


DR. SHEPARD: So.


MEREDITH: Just friends.


(He nods)


DR. SHEPARD: Just friends.
 

GVO: … we do it anyway.

Kikavu ?

Au total, 228 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Locksley 
07.09.2019 vers 21h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Lilie34 
24.04.2019 vers 22h

LILI62100 
23.04.2019 vers 09h

magrenat 
10.04.2019 vers 17h

NIMPHE 
02.04.2019 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
Un nouveau design pour la saison 16

Un nouveau design pour la saison 16
Le quartier de Grey's Anatomy présente son nouveau design pour l'arrivée de la saison 16. Totalement...

Affiche saison 16

Affiche saison 16
L'affiche promotionnelle de la saison 16 est enfin sortie. Elle représente Meredith habillée plutôt...

Jasmine Guy en rôle récurrent pour la saison 16

Jasmine Guy en rôle récurrent pour la saison 16
L'actrice Jasmine Guy va avoir un rôle récurrent dans la saison 16 de Grey's Anatomy. Elle était...

Holly Marie Combs et Allyssa Milano en guest

Holly Marie Combs et Allyssa Milano en guest
Une Charmed réunion va arriver dans la saison 16 de Grey's Anatomy. Holly Marie Combs et Allysa...

Synopsis et photos promos - 1601

Synopsis et photos promos - 1601
Le synopsis et les photos promotionnelles du premier épisode de la saison 16 sont sorties. Nothing...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

mnoandco, Avant-hier à 13:28

Merci

Sas1608, Hier à 12:09

Nouveau design sur le quartier de Grey's Anatomy

cinto, Hier à 16:50

Henry Cavill ou Jonathan Rhys Meyer? De qui souivez-vous l'ac

cinto, Hier à 16:52

Bug, je recommence: Henry Cavill ou Jonathan Rhys Meyer? Natalie Dormer peut-être ?De qui suivez-vous l'actualité? Sondage chez The Tudors. Merci !

langedu74, Hier à 20:55

Venez choisir le nouveau membre des Peaky Blinders entre Buffy Summers et Max Guevara !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site