VOTE | 864 fans

#216 : Code noir

Scénario : Shonda Rhimes - Réalisation : Peter Horton
Guest stars : Jilian Armenante, Kyle Chandler, Cress Williams, Sarah Utterback, Christina Ricci, Cathy Lind Hayes 

Un patient avec l'obus d'un bazooka artisanal non explosé dans le corps arrive aux urgences, les vies de tous ceux qui se trouvent à l'hôpital sont en danger. Le docteur Burke déclenche alors un code noir pour évacuer toute l'aile chirurgicale. Bailey, sur le point d'accoucher, apprend que son mari a eu un accident de voiture et que Derek est en train de l'opérer. Toute l'aile est évacuée, mais Meredith et Cristina refusent de partir. Ils attendent alors l'équipe de déminage pour savoir quoi faire. C'est alors que l'anesthésiste resté dans la salle avec Hannah, la secouriste, décide de partir et la laisse toute seule avec la main dans le corps de M. Calrson et faire les mouvements pour qu'il continue à recevoir de l'oxygène. Meredith n'arrive pas à empêcher Hannah d'enlever sa main et tout le monde se baisse alors qu'elle s'enfuit. Ils se relèvent car la bombe n'a pas explosé et voit que Meredith a pris la relève. Izzie et George se rendent comptent qu'ils préférent regarder plutôt qu'agir contrairement à Meredith et Cristina.


Popularité


4.82 - 11 votes

Titre VO
It's the End of the World

Titre VF
Code noir

Première diffusion
05.02.2005

Première diffusion en France
18.09.2006

Plus de détails

C'est une lueur dans le regard des patients. C'est une odeur, l'odeur de la mort. Une sorte de sixième sens. Quand la mort se dirige vers vous, vous le sentez. Quelle est la chose que vous avez toujours rêvé de faire avant de mourir ?

Un patient, M. Carlson, arrive à l'hôpital, le torse ouvert. Une secouriste, Hannah, a la main enfoncée dedans dans le but d'arrêter l'hémorragie et de sauver la patient. Malheureusement on apprend que ce qui a blessé ce patient n'est rien d'autre qu'un bazooka et que le projectile n'a pas explosé. Burke déclenche donc un code noir, fait évacuer toute l'aile chirurgicale, et appelle l'équipe de démineurs qui arrive peu de temps après. Ils cherchent un moyen d'enlever la bombe mais ils n'ont pas assez de détails pour cela.

 

Pendant ce temps Bailey, qui a perdu les os, ne veut pas accoucher tant que l'on ne lui a pas dit où était son mari, qui ne répond pas au téléphone. Son mari est en fait en train de se faire opérer par Derek, qui est le seul à ne pas avoir évacuer dans l'aile où se trouve la bombe. Il ne veut pas être responsable de la mort du mari de Bailey.

Izzie elle s'est remis avec Alex, mais seulement pour le sexe. Elle et George trouvent qu'ils restent sur le côté, alors que Meredith et Cristina sont des fonceuses.

 

De son côté, Hannah, qui est maintenant seule après la fuite de l'anesthésiste, panique. Elle dit qu'elle ne peut pas continuer comme ça, qu'elle est trop jeune pour mourir et qu'elle va enlever sa main. Tous ceux qui sont dans la pièce (le chef des démineurs, Burke, Cristina et Meredith) paniquent à leur tour et essayent tous de la convaincre de ne pas faire ça. Alors qu'elle retire sa main et s'enfuit, tout le monde se jette à terre. Quand ils remarquent que la bombe n'a pas explosé, ils se relèvent et découvre que Meredith a pris la place d'Hannah, et que c'est maintenant elle qui risque sa vie.

 

Qu'est ce que j'ai fait ?

[INT SGH]

(Plan sur Meredith et Derek dans un bloc vide. Meredith pleure)

VOIX OFF (Meredith) : C’est une lueur dans le regard des patients. C’est une odeur, l’odeur de la mort. Une sorte de sixième sens. Quand la mort se dirige vers vous, vous le sentez. Quelle est la chose que vous avez toujours rêvez de faire avant de mourir ?

[EXT SGH]

(Plan sur Izzie, Meredith et Cristina. Elles prennent leur douche ensemble de manière très sensuelle.)

VOIX OFF : Attendez ! Y’a une erreur ! Ça c’est pas mon rêve !

(Georges fait son apparition)

CRISTINA, d’une voix sensuelle : Georges !

IZZIE, d’une voix sensuelle : Je n’ai jamais connu un seul mec aussi viril que toi !

CRISTINA, d’une voix sensuelle : Tu es plus brillant que moi et tu as les plus beaux cheveux de la terre !

MEREDITH, d’une voix sensuelle : Je suis amoureuse de toi Georges ! Je t’ai toujours aimé et je ne cesserai jamais de t’aimer.

(Georges rejoins les filles dans la douche)

(Plan sur Georges qui tombe de son lit)

VOIX OFF : Vous voyez, je vous l’avez dit ! C’est pas mon rêve !

(Izzie rentre dans la chambre de Georges en éternuant)

IZZIE : Euh… Bon, c’est la dernière fois que je te le dis, si tu bouches les toilettes, tu dois immédiatement les déboucher. Autrement faudra que tu fasses tes besoins dehors. Mais, qu’est-ce que tu fais par terre ? Viens, il y a un problème avec Meredith.

(Izzie sort de la chambre de George.)

(Plan sur la chambre de Meredith. Elle est couchée dans son lit et refuse de se lever. Georges et Izzie essaie de la convaincre de se lever.)

MEREDITH, grognon : J’irai pas. Inutile d’insister.

IZZIE, un paquet de céréales à la main : Tu dois aller bosser ! T’es une interne, je veux dire sauver des vies, c’est pas une option !

MEREDITH : Si, au contraire ! Et maintenant, laissez-moi !

IZZIE, à Georges : Mais restes pas comme ça ! Aide-moi !

GEORGES, s’asseyant sur le lit : Meredith, peut-être qu’il va y avoir un terrible accident tout près de l’hôpital et qu’on devra faire des sternotomies, des craniotomies et ce serait vraiment super !

MEREDITH, se cachant sous son oreiller : Je veux pas entendre parler de chirurgie !

CRISTINA, venu elle aussi pour convaincre Meredith : Tu es énervée, fatiguée ? Qu’est-ce que tu as ?

MEREDITH : Une sensation.

CRISTINA : D’accord mais, quoi comme sensation ?

MEREDITH : Je crois que je vais mourir.

CRISTINA : Aujourd’hui ? Demain ? Ou dans 25ans ?

(Georges et Izzie écoute derrière la porte)

CRISTINA : Parce que on va tous mourir mais pour l’instant on est en retard ! En route !

MEREDITH : Cristina ! Lâche-moi !

CRISTINA, s’asseyant sur le lit à côté de Meredith : Bon, aller ! Raconte-moi un peu tes malheurs !

MEREDITH : C’est vrai ?

CRISTINA : Oui ! Aller, vas-y ! Le bureau des pleurs est ouvert !

MEREDITH : D’accord. Le mec que j’aime a une femme et il l’a choisi, au lieu de moi ! Et cette femme a pris mon chien ! Elle n’a pas vraiment pris le chien, je lui ai donné.

CRISTINA : Oui.

MEREDITH : Mais, je ne voulais pas lui donner à elle, je pensais lui donner à lui ! Mais ça ne change rien au fait que c’est elle qui a mon super amant et mon super chien ! Elle a ma super vie ! Et moi, qu’est-ce que j’ai ? Je ne me souviens même pas de notre dernier baiser ! Tu penses jamais que le dernier baiser, c’est le dernier. Tu penses qu’il y en aura plein d’autres. Tu crois avoir toute la vie mais, c’est faux ! En plus, mes cheveux sont secs et très emmêlés et j’ai plus d’après shampoing du tout ! J’ai besoin qu’il se passe quelque chose ! Qu’il y ait du changement, d’avoir un signe que les choses changent, d’avoir une raison de continuer et d’espérer un peu ! Et en l’absence de tout espoir, je vais rester dans mon lit avec l’idée que je pourrais mourir aujourd’hui !

CRISTINA, se mettant debout sur le lit pour faire sortir Meredith du lit : Peu importe ! Tout le monde a des problèmes maintenant, lève-toi, arrête de te plaindre et va bosser ! Aller grouille ! Debout ! Debout ! Debout !

GEORGES, au moment où la porte s’ouvre : Euh, tu disais ?

IZZIE : Euh…

CRISTINA : Bon, c’est bon, en route !

[INT SGH]

(Plan sur Burke qui rejoins Richard devant le tableau de chirurgie)

BURKE : Y’a pas grand monde.

RICHARD : Je sais.

BURKE : C’est mauvais signe.

RICHARD, énervé : Oui je le sais ! Vous croyez que je ne le sais pas ?

DEREK, arrivant à son tour : Oh ! Y’a pas grand monde !

RICHARD, râlant : Rho !

DEREK, à Burke : Il est de mauvais poil ?

BURKE : Y’a pas grand monde.

DEREK : Oui il déteste quand y’a pas grand monde.

RICHARD : Vous savez j’entends que vous parlez de moi !

BURKE : Tout ce qu’on dit c’est que…

RICHARD, énervé : Un planning à moitié plein, ça veut dire des problèmes ! Un planning à moitié plein c’est la mort ! Ça ne laisse rien présager de bon ! Et arrêtez de me regarder avec cet air-là !

(Richard s’éloigne en rouspétant)

BURKE : Docteur Sheperd.

DEREK : Docteur Burke ? Vous et moi, ça commence à faire un moment qu’on se côtoie n’est-ce pas?

BURKE : Euh… C’est exact.

DEREK : On a fiat plusieurs interventions avec succès ensemble.

BURKE : Exact.

DEREK : Votre petit-amies et la meilleure amie de mon ex-maitresse.

BURKE : Oui.

DEREK : On pourrait s’appeler par nos prénoms, vous ne croyez pas ?

BURKE : Je ne crois pas non.

DEREK : Vous êtes sérieux ?

BURKE : Très sérieux ! Docteur Sheperd.

DEREK : Docteur Burke.

(Plan sur les internes qui se préparent pour aller aux urgences)

CRISTINA : Je ne suis pas allée au bloc depuis deux jours ! Je ne peux pas attendre plus longtemps. On n’a pas eu un seul résident correct cette semaine.

IZZIE : Les deux derniers n’étaient pas si mal.

ALEX : Hum. Peu importe les résidents qu’on a ils sont nuls ! Ils sont tous nuls !

CRISTINA : Ouais.

GEORGES : Le Docteur Bailey me manque !

(Ils rentrent tous dans la salle des urgences sauf Meredith qui reste en retrait. Derek vient lui parler)

DEREK : Ça va ?

MEREDITH : J’ai une sensation bizarre.

DEREK : Ouais je connais ça.

MEREDITH : C’est vrai ?

DEREK : Ouais.

MEREDITH : Et alors ?

DEREK : Il suffit d’attendre et ça passe.

MEREDITH : Promis?

DEREK : C’est promis.

(Meredith rentre à son tour dans la salle des urgences. Derek ne bouge pas et est rejoint par Addison)

ADDISON : Salut ! Qu’est-ce que tu fais ?

DEREK : J’attends seulement que ça passe.

ADDISON : Que quoi passe ?

(Plan sur les internes sur le parking des ambulances.)

ALEX : Tu veux qu’on fasse les dossiers après ?

IZZIE : Ca n’arrivera jamais.

ALEX : Quoi ?

IZZIE : Alex, je t’ai donné ta chance. Tu as eu ta chance et tu as couché avec une autre fille. Je t’ai pardonné parce que pour être une meilleure personne, il faut avoir un esprit ouvert et bien qu’aujourd’hui que j’ai de jolis sous-vêtements, la marchandise restera à l’intérieur. Alors, toi et moi, ça n’arrivera jamais.

ALEX : Donc, tu ne veux pas faire les dossiers ?

IZZIE : Va attendre là-bas.

CRISTINA : On peut revenir à notre sujet ?

GEORGES, surpris : On avait un sujet ?

CRISTINA : Oui. A quel chirurgien il faudra faire de la lèche aujourd’hui ?

BAILEY, surgissant derrière les internes : Certainement à moi !

CRISTINA, étonnée : Dr Bailey ?

BAILEY, remontée : Je m’absente deux semaines ! Que deux semaines ! Et vous mener un enfer à deux résidents ! J’ai vingt coups de téléphone par jour de gens qui se plaignent et qui me disent que mes internes sont des monstres de la pire espèce !

IZZIE : Oh, faut pas pousser !

BAILEY, remontée : Personne ne veut de vous ! Vous croyez que j’ai le temps pour ça ? Je suis enceinte ! Je dois normalement être chez moi et me reposer, normalement faire pousser un être humain, normalement être calme ! Est-ce que j’ai l’air d’être calme pour vous ? Est-ce que j’ai pris soin de vous pour que vous soyez des parias ?

GEORGES, prenant le Dr Bailey dans ses bras : Vous êtes revenues !

BAILEY : Je ne suis pas là pour ça !

GEORGES : C’est vrai ?

BAILEY : Oh, aller, lâche moi ! Yang, Karev, Grey, occupez-vous du patient dans cette ambulance ! O’malley appelle Addison Sheperd ! Stevens, va chercher une chaise roulante !

IZZIE : Une chaise roulante ?

BAILEY : Oui, une chaise roulante !

GEORGES : Qu’est-ce que je dois dis au Dr Montgomery-Sheperd ?

BAILEY : Eh bien, qu’est-ce que j’ai dit ?

GEORGES : Docteur Bailey ?

BAILEY : Quoi ?

GEORGES: Qu’est-ce que vous voulez que je dise au Dr Montgomery-Sheperd ?

BAILEY : Dis-lui que mes contractions sont espacées de 10minutes et que ma poche des eaux s’est vidée sur tes chaussures.

IZZIE : Vite, venez !

(Georges porte le Dr Bailey et la met sur la chaise roulante)

BAILEY : Oh, arrête O’malley, lâche-moi !

IZZIE : Georges, tu peux faire attention !

(Plan sur Cristina, Meredith et Alex qui sont sur le parking des urgences et qui accueillent une ambulance qui arrive. Cristina ouvre les portes de l’ambulance dans laquelle se trouve une femme qui a son pull couvert de sang et qui hurle et pleure)

AMBULANCIER : Emmenez-la !

(Meredith emmène la dame aux urgences. Cristina et Alex restent pour le deuxième patient. C’est un homme blessé au thorax et l’ambulancière a sa main à l’intérieur de son thorax)

ALEX, surpris : La vache !

CRISTINA : Oh ouais !

[EXT SGH]

(Vue sur le port de Seattle)

[INT SGH]

(Plan sur Cristina qui fait son rapport à Burke sur le patient qui vient d’arriver en ambulance tout en descendant les escaliers)

CRISTINA : James Carlson, 46ans. Les secouristes l’ont trouvé inconscient et il saignait. On ne sait pas comment il s’est blessé mais, il a une plaie thoracique béante et une femme avec beaucoup de voix.

BURKE : Les paramètres vitaux ?

CRISTINA : Tachycarde à 140, PA stable autour de 90.

BURKE : T’étais plus là quand je me suis réveillé.

CRISTINA : Oh, euh..J’avais un truc à faire.

BURKE : Tu n’as pas laissé de mot.

CRISTINA : Oui, bah, euh…j’avais ce truc à faire alors il fallait que j’y aille.

BURKE : Ça recommence encore !

CRISTINA : Quoi ?

BURKE : On va se coucher toi et moi, je crois que tout va très bien et puis à mon réveil, le lendemain, tu es devenue légèrement cinglé.

CRISTINA : Arrête ! Je suis pas cinglé ! J’avais un truc

BURKE : D’accord !

(Burke et Cristina rentre dans la salle des urgences dans laquelle se trouve déjà Meredith, l’ambulancière et le patient James Carlson.)

BURKE, à Meredith : Au niveau respiratoire, ça donne quoi ?

MEREDITH : Absence de murmures vésiculaires à droite, présence de bulles d’air au niveau de la plaie. Il est en état de choc et commence à cyanosé.

JAMES CARLSON : Ma femme n’a pas l’air très bien.

(On voit sa femme à travers la vitre. Elle est avec une infirmière et ne cesse de crier.)

BURKE : On va l’intuber et poser un pansement occlusif sur la plaie. (Il se tourne vers l’ambulancière) Votre nom ?

AMBULANCIERE : Anna. Anna Davis.

BURKE : Anna, pourquoi avez-vous la main à l’intérieur de mon patient ?

AMBULANCIER : Je tiens à signaler que je lui ai dit de ne pas le faire !

ANNA : J’ai essayé de stoppé l’hémorragie en appuyant avec des compresses mais, le seul moyen de le faire c’était avec ma main. A chaque fois que j’essayais de l’enlever, ça recommençait à saigner. Je peux sortir ma main maintenant ?

AMBULANCIER, sur un ton de reproche : Tu ne dois pas mettre la main dans le corps d’un patient quand tu ne sais pas à quel point il est blessé ! Tu ne dois jamais le faire, en aucun cas !

ANNA, agacée : Oui, ça va, j’ai entendu !

BURKE : On n’a pas besoin de vous.

AMBULANCIER : Elle va rester ?

BURKE : Elle a la main coincée dans le thorax de mon patient.

ANNA : Merci, c’est gentil.

BURKE : Ne vous réjouissez pas trop ! Vous avez la main sur une importante hémorragie et Mr Carlson n’a pas tellement de temps à perdre. La seule chose que vous avez gagné c’est un voyage en première classe pour le bloc. Docteur Grey, préparez le. On l’emmène au bloc. Aller, c’est parti ! On se dépêche un peu !

CRISTINA : Oh, euh, et qu’est-ce que je fais, moi ?

BURKE : Je veux que tu obliges cette femme à se calmer très vite pour qu’elle nous dise ce qui s’est passé.

CRISTINA : Je ne vais pas au bloc ?

BURKE, en s’en allant : Non, tu as un truc à faire !

CRISTINA, soupirant : Humpf….

MEREDITH : Mais, qu’est-ce qui lui prend ?

CRISTINA : Si j’avais su que t’allais décrocher le gros lot, je ne t’aurai pas sorti du lot ce matin !

(Plan sur Mindy Carlson, la femme qui ne cesse de hurler. Alex et Izzie sont présents auprès d’elle.)

ALEX : Elle n’a pas arrêté de crier depuis 20-25minutes. Elle a surement du battre un record !

IZZIE : En plus, elle est ni rouge, ni essoufflée !

CRISTINA, arrivant à son tour : Elle a de la voix hein ! Burke a dit de la calmer !

OLIVIA, courrant à travers les urgences : On nous amène un blessé ! AVP avec véhicule très endommagé. Il a fallu 30minutes pour le sortir, il a une blessure à la tête, tout le reste est stable et il sera là dans 5 minutes !

CRISTINA : Je m’en charge !

IZZIE : Je m’en charge !

CRISTINA : Je l’ai dit avant !

ALEX, à Cristina : Je croyais que Burke t’avais dit de la calmer ?

CRISTINA, partant sur le parking des urgences : Ah non, Burke a dit que c’était à toi de le faire !

ALEX : Madame ? Madame ? Madame euh (regardant le dossier) Carlson ? Etes-vous blessée ? Vous devez essayer de vous calmer, d’accord ? Madame Carlson ? Vous avez compris ? Vous m’entendez ?

(Alex attrape la patiente et lui crie dessus comme elle. La patiente se tait un instant….)

ALEX : Bon voilà ! Maintenant, allez-y, dites-moi exactement ce qui est arrivé à votre mari.

(…puis se met à pleurer)

(Plan sur Georges regardant par la petite fenêtre d’une porte de chambre. Richard arrive à son tour)

RICHARD : Qu’est-ce que vous faites ?

GEORGES : Chef, Bailey est ici !

RICHARD : Bailey est revenu ?

(Richard regarde à son tour dans la chambre)

RICHARD, sur un ton de reproche : O’malley !

GEORGES : Elle est en travail ! Le Docteur Montgomery-Sheperd examine son col de l’utérus !

RICHARD : Oui j’ai vu ça ! Et de façon très nette !

(Georges regarde à nouveau)

RICHARD, sur un ton de reproche : O’malley ! Arrêtez maintenant !

GEORGES : c’est plutôt impressionnant, hein ? Le miracle de la vie.

RICHARD : Notre Bailey, prête à devenir mère ! Ca fait chaud au cœur d’avoir à nouveau Bailey, ici, à l’hôpital. C’est pas du tout pareil sans elle.

GEORGES : C’est ce que je pense aussi.

(Derek arrive)

DEREK : Messieurs. (A une infirmière) Pouvez-vous donner ça au Docteur Sheperd pour moi ? (A Georges et Richard) Qu’est-ce qu’il se passe ?

GEORGES : Bailey est ici !

DEREK : Oh c’est super ! J’ai hâte de la revoir !

(Il se précipite pour regarder à travers la fenêtre)

DEREK, choqué : Et elle est en train de se faire examiner par ma femme ! Et ça c’est une image que je n’arriverai jamais à oublier ! Merci de m’avoir prévenu. (Son bipper se met à sonner)

GEORGES : De rien.

(Addison sort de la chambre)

ADDISON : Eh bien ! Des hommes regroupés devant la salle de travail, ça me rappel une époque révolue !

DEREK, en s’en allant : Salut Bailey pour moi !

ADDISON : Hum.

RICHARD : Comment va-t-elle ?

ADDISON : Elle encaisse comme une femme. Le col est dilaté à 6cm, effacé à 50% et elle refuse tous les médicaments antidouleur, ce que je trouve stupide mais, ce n’est pas moi qui suis en travail alors !

(Addison s’éloigne. Bailey sort à son tour de sa chambre. Elle est en chemise de nuit et robe de chambre)

BAILEY, à Georges et Richard : Qu’est-ce que vous fabriquez ici ?

RICHARD : Vous allez bien ? Il vous faut quelque chose ?

BAILEY : Un petit garçon de la taille d’une immense boule de bowling se fraye un chemin hors de mon ventre. Vous avez quelque chose pour ça ? Un nouveau vagin ?

RICHARD : Eh bien….

BAILEY : Je ne crois pas ! Ecoutez ! J’apprécie l’attention mais, je vais bien ! Il ne s’agit que d’un accouchement ! Tout ce dont j’ai besoin c’est de mon mari qui devrait déjà être ici à l’heure qu’il est !

GEORGES, tendant au Dr Bailey un calepin : Notez son numéro. Je vais l’appeler et le localiser.

BAILEY, en train de noter le numéro : Et ensuite, du balai ! J’ai besoin d’un peu d’intimité. Je ne veux plus revoir l’un de vous ici avant que le bébé soit nait, ce qui, si tout se déroule comme prévu, devrait avoir lieu dans moins de 4h30 environ. Disparaissez !

(Bailey ferme la porte de sa chambre)

RICHARD : C’est bien notre Bailey !

GEORGES : Ah ça, y’a pas de doutes !

(Plan sur les urgences où Izzie et Cristina s’occupent du patient qui a eu un accident de la route)

IZZIE : C’est mon patient Cristina ! Trouves en un autre !

CRISTINA : J’en avais un, Meredith me l’a pris !

IZZIE : Alors, t’essaie d’avoir le mien !

CRISTINA : Si je peux, oui.

LE PATIENT : Ma femme est là ? Est-ce qu’elle est là ?

IZZIE : Elle était dans la voiture avec vous ?

LE PATIENT : Elle…elle… Elle devrait être ici. Elle…elle…elle est censée être ici.

IZZIE : On va l’a trouvé Mr Jones.

DEREK, entrant dans la pièce : Qu’est-ce qu’on a ?

IZZIE : Tucker Jones, 35ans, a perdu le contrôle de son véhicule qui s’est mise à faire plusieurs tonneaux avant de…

CRISTINA : Il a une contusion thoracique et le scan cérébral montre une fracture du crâne à gauche avec enfoncement et hématome extradural. Le glasgo était à 14 et il s’enfonce à 12. L’examen moteur est normal.

DEREK : On le met à 1g de dilantin et 70 de manitol.

IZZIE : Je m’en charge.

DEREK : Mr Jones ? Je dois vous examiner d’accord ?

(Un téléphone sonne)

TUCKER JONES : Mon téléphone, il faut décrocher, c’est surement ma femme, vous devez répondre !

DEREK : D’accord, d’accord, on va répondre

TUCKER JONES : Elle a besoin de moi.

DEREK : Docteur Stevens, le téléphone.

IZZIE : Mais, je…

DEREK : Allez-y !

CRISTINA : Je vais continuer !

DEREK : Mr Jones ? Pouvez-vous me serrer les doigts s’il vous plait ? Mr Jones ?

TUCKER JONES : Mon téléphone.

DEREK : Mr Jones ? Je veux que vous serriez mes doigts, d’accord ? Il convulse ! On le met sur le côté ! Attention à son bras !

IZZIE, au téléphone : Allo ?

DEREK : Attention à son bras !

IZZIE, au téléphone : Georges ? Mais, qu’est-ce que…. C’est moi ! Izzie !

DEREK : Aller, on l’emmène au bloc

IZZIE, au téléphone : Mais, non j’ai pas le téléphone du mari de Bailey ! Je crois que je le saurai si j’avais le téléphone du mari de Bailey !

DEREK : Attention à son bras, doucement !

IZZIE, au téléphone : Attends, comment s’appelle le mari de Bailey ?

DEREK : Aller, on y va ! Attention !

(Izzie réalise que le patient qui part au bloc est en effet le mari de Bailey)

(Plan sur le bloc opératoire. Anna a toujours sa main dans le thorax de Mr Carlson. Meredith se prépare pour l’opération.)

MEREDITH : Comment ça va Anna ?

ANNA : Euh, j’ai la main engourdie et je dois avouer que la laisser au milieu de ces organes sanglants et visqueux, ça commence à me donner des haut le cœur. Mais, autrement, ça va. Ça ne gêne pas que je sois là, comme ça ?

MEREDITH : Dès que le Docteur Burke sera ici, il vous fera sortir la main. Ensuite, vous pourrez partir et on commencera à l’opérer.

ANNA : Tant mieux ! Parce que je sais que je n’ai pas les connaissances en médecin suffisante pour accéder à un bloc. C’est ma deuxième semaine en tant que secouriste et je suis sortie de l’école il y a un mois.

MEREDITH : Ça fait pas très longtemps que je fais ça moi aussi.

ANNA : Oh. C’est joyeux comme apprentissage hein ?

(Plan sur Derek qui arrive pour se préparer pour son opération. Burke est déjà là en train de se préparer.)

DEREK : Docteur Burke.

BURKE : Docteur Sheperd.

(Addison arrive à son tour)

DEREK, à Addison : Salut.

ADDISON : Tu as le mari du Docteur Bailey sur la table ?

DEREK : Hum hum.

BURKE : Le mari de Bailey va être opéré ?

DEREK : Oui. Il a eu un accident de voiture en venant à l’hôpital pour l’accouchement.

ADDISON : Qu’est-ce qu’on dit à Bailey ?

DEREK : Rien. Attendons que je l’ouvre pour connaître la gravité de son état et avoir quelque chose de concret à lui dire.

ADDISON : Oui. Tant qu’on ne sait pas ce qu’il a, évitons de l’affoler.

DEREK : Oui.

ADDISON : J’y vais, tiens moi au courant. Salut Preston.

BURKE : A plus tard Addison. (A Derek) Quoi ?

DEREK : Elle peut vous appeler par votre prénom et pas moi ?

BURKE : Je l’aime bien.

DEREK : Et vous ne m’aimez pas ?

BURKE : Non.

(Plan sur Derek qui rentre dans le bloc opératoire)

DEREK : Qu’est-ce que ça donne ?

IZZIE : Il est stable.

ANESTHESISTE : Je suis sur le point de l’endormir.

TUCKER : Docteur ?

DEREK : Oui ?

TUCKER : Vous êtes Sheperd, c’est ça ?

DEREK : Oui. C’est moi.

TUCKER : J’en étais sûr. Miranda, elle vous aime bien vous savez.

DEREK : Je l’aime bien moi aussi.

TUCKER : On…On va avoir un bébé.

DEREK : Je sais. Je vais m’occuper de vous. Je vais vous rendre à votre femme sain et sauf.

(Plan sur Alex et Tyler aux urgences avec Mindy Carlson)

TYLER : Elle est couverte de sang et c’est pas le sien.

ALEX : Elle n’est pas blessée. Crise d’angoisse aigüe. Donne-lui 2 diazépams pour la calmer.

TYLER : Elle est sous le choc ?

MINDY CARLSON, qui parle pour la première fois : Oui, on dirait.

ALEX : Vous pouvez nous dire ce qu’il s’est passé ?

MINDY : J’ai subi un choc important. J’ai été choquée. Drôlement choquée. Allez dire à mon mari que si je l’attrape, c’est un homme mort. Vous m’entendez ? Me faire une peur pareil !

ALEX : Dites-nous comment votre mari s’est blessé.

PAUL, le meilleur ami de James : Mindy ? Mindy tu es là ?

MINDY : Oui, je suis là. Abruti !

PAUL, arrivant, habillé en tenu de soldat : Et James ça va ?

MINDY : Il a perdu tout son sang sur place ! Voilà comment il va ! La fille dans l’ambulance a mis sa main à l’intérieur de sa poitrine ! Voilà comment il va !

PAUL: Pourquoi tu me crie dessus ? Je peux savoir ?

MINDY : Parce que toi et James vous êtes des idiots ! Vous passez des journées à jouer !

ALEX : Excusez-moi euh….

PAUL : On ne joue pas, on refait des batailles !

MINDY : Vous jouez ! Vous mettez vos panoplies et vous fabriquez vos stupides jouets…

PAUL: Nan !

MINDY :….et vous vous mettez à jouer !

PAUL: On refait des batailles !

MINDY : A jouer les petits soldats, voilà où on se retrouve ! Pauvre cloche !

ALEX, à l’homme : Dites-moi ce qu’il s’est passé !

MINDY : Vous voulez savoir ce qu’il s’est passé ? Je vais vous le dire ! Mon mari et son abruti de meilleur ami !

PAUL : Arrête de m’appeler abruti !

MINDY : Son abruti de meilleur ami ont fabriqué une espèce de fusil géant !

PAUL : C’est une réplique exacte de l’arme anti-char des alliés pendant la deuxième guerre mondiale. Le bazooka M9A1.

MINDY : Alors, ils enfilent leurs déguisements ridicules, ils vont ensuite se mettre dehors et ils essaient de tirer avec ce truc !

PAUL : C’est James qui charge et c’est moi qui tire. On a suivi les instructions à la lettre. Oh, faut voir ça ! C’est une roquette de 60mm qui pèse à peu près 1kg. Franchement c’est une merveille !

MINDY : Le truc a foiré ! Et comme un idiot, mon mari s’est approché et est resté devant cette machine de guerre en essayant de voir ce qui n’allait pas ! C’est là justement que ce stupide jouet a fonctionné !

PAUL : Arrête d’appeler ça un jouet !

MINDY : Ca occupe la moitié de mon garage alors je l’appelle comme je veux !

ALEX, réalisant ce qu’il se passe : Oh oh, une petite minute ! Il s’est blessé avec le bazooka ?

MINDY : Oui !

ALEX, se tournant vers Paul : Il s’est blessé avec le bazooka ??

PAUL : Euh…oui.

MINDY : C’est ce que je disais : des abrutis ! Une paire d’abrutis !

ALEX : Il y a eu une explosion ?

PAUL : Hein ?

ALEX : Est-ce qu’il y a eu une explosion ?

PAUL, ahuri : Non, pourquoi ? (puis réalisant ce qu’il se passe) Oh, c’est pas vrai !

(Alex part en courant)

MINDY, ne comprenant pas : Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ?

(Plan sur Alex qui coure dans les couloirs le plus vite possible)

RICHARD, voyant Alex courir : Hey ! Doucement !

(Plan sur Derek qui commence la craniotomie sur Tucker, le mari de Bailey)

DEREK : Si Bailey le demande, c’est pas moi qui ait fais ça.

(Plan sur Bailey dans sa chambre qui sent que quelque chose ne va pas et réessaie d’appeler son mari)

(Plan sur Alex qui coure toujours)

(Plan sur Burke qui va commencer l’opération sur James Carlson)

BURKE : Ecoutez bien, je vais faire une thoracotomie et Anna pourra enlever sa main. Le Dr Grey va clamper le vaisseau qui saigne quand on y verra mieux. (A Anna) Prête ?

ANNA : Plus que prête !

BURKE : Bistouri.

(Plan sur Alex qui coure)

(Plan sur Georges aux urgences qui voit le téléphone de Tucker sonner)

(Plan sur Bailey qui est au téléphone)

BAILEY, au téléphone : Tucker Jones, crois-moi tu as plutôt intérêt à être raide mort dans un coin mon chéri parce qu’à la minute où je vais te mettre la main dessus, je vais…..avoir ton bébé ici et maintenant !

(Plan sur Alex sui grimpe les escaliers)

(Plan sur Burke prêt à commencer la chirurgie sur James)

BURKE : Très bien, je compte jusqu’à 3 : 1

(Plan sur Alex qui coure)

BURKE : 2

(Plan sur Alex qui coure)

(Plan sur Bailey qui a de fortes contractions)

(Plan sur Burke prêt à dire 3. Mais, Alex arrive à temps.)

ALEX : Dr Burke ? Je dois vous parler Monsieur.

BURKE : Je suis en train d’opérer Karev.

ALEX, insistant : Il faut vraiment que je vous parle !

INFIRMIERE, récupérant le bistouri que lui tend le Dr Burke : Merci.

BURKE, à l’équipe médicale : Excusez-moi (A Alex) Karev, si tu viens pour m’interrompre, j’espère que c’est que tu as une bonne raison.

ALEX : Ça l’a traversé de part en part ?

BURKE : Quoi ?

ALEX : La blessure de James Carlson, elle est de part en part ?

BURKE : Non. Il n’y a qu’une entrée, pas de sortie. Pourquoi ?

ANNA, à Meredith : Il est mignon ! Il est célibataire ?

BURKE, après qu’Alex lui a expliqué la situation : Tu es sûr de toi ?

ALEX : Ouais. J’en suis absolument certain.

(Tout le bloc opératoire de pose des questions. Meredith pose les clamps qu’elle tenait dans sa main)

BURKE : Anna ?

ANNA : Oui Dr Burke ?

BURKE : Que sentez-vous dans le corps de Mr Carlson ? Que touche votre main ?

ANNA : Comment ça ?

BURKE : Est-ce que votre main touche quelque chose de dur ?

MEREDITH : Dur ?

BURKE : Comme du métal.

ANNA : Euh…je sais pas.

BURKE : Ne bougez pas votre main. Dites-moi seulement ce que vous sentez.

MEREDITH : Docteur Burke, qu’est-ce qu’il se passe ?

BURKE : Anna ?

ANNA : Euh… mes doigts touchent quelque chose d’assez dur. Oui oui, y’a pas de doute.

DOCTEUR MILTON : Oh, c’est pas vrai !

BURKE : Docteur Milton !

ANNA : Quoi ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

BURKE : Anna, ne bougez ni votre main, ni votre corps. Pas d’un pouce.

ANNA : Ecoutez, vous commencez vraiment à me faire peur

BURKE : N’ayez pas peur. Tout va bien se passer. Dr Grey, vous pouvez…. Tu vas sortir tout de suite, tranquillement, sans courir, et tu vas dire à l’infirmier en chef qu’on a un code noir.

MEREDITH : Je vous demande pardon, un code noir ?

BURKE : Un code noir. Dis-lui que c’est très sérieux et qu’il appelle tout de suite les démineurs.

(Plan sur Burke qui est dans le bloc. Alex, Meredith et toute l’équipe médicale sont devant la porte du bloc)

ALEX : C’est dingue ! Pourquoi elle a mis sa main là-dedans ?

MEREDITH : Elle essayait de lui sauver la vie !

ALEX : Et maintenant, à cause de ça, elle risque de mourir.

(Burke sort du bloc)

MEREDITH, à Burke : Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

BURKE : En attendant les démineurs, je ne fais rien. Vous partez et vite ! Vous tous, partez !

ALEX : Meredith, alors, tu viens ? (Pause) Si t’as envie d’y rester !

MEREDITH : Il vous faut une équipe chirurgicale.

BURKE : Non, j’ai seulement besoin du Dr Milton. Pour ce qui est du reste, je me débrouillerai.

(Meredith et quelques autres se décident de rester)

BURKE : Très bien. Mais, aller vous mettre près de l’ascenseur et attendez. Je ne veux personne ici qui ne soit pas utile dans ce bloc. On y verra plus clair quand les démineurs sont là. En attendant, Milton et moi, on gère tout seul alors, reculez !

(Plan sur le Dr Bailey qui se fait masser le dos par Addison)

BAILEY, souffrant des contractions : Oh ! Aller, aller ! (elle souffle)

GEORGES, rentrant dans la chambre : Huit minutes d’intervalles.

ADDISON : Il n’y a pas de honte à avoir une péridurale Miranda !

BAILEY : Une péridurale augmente la possibilité d’avoir une césarienne.

ADDISON : Diminue aussi la douleur Miranda et c’est un très gros bébé, votre premier bébé et je peux vous dire que ce ne sera pas un accouchement facile et rapide.

BAILEY : Je supporte la douleur, croyez-moi ! Aucun problème ! Partout dans le monde, des femmes accouchent chez elle, avec rien d’autre qu’une paire de ciseaux et une bassine d’eau bouillie.

GEORGES : Oui et partout dans le monde, chaque jour des femmes meurent en accouchant chez elle. (Pause) C’est moi qui ai dit ça ?

BAILEY : Tu es censé te rendre utile au lieu de philosopher et aller voir où est passé mon mari !

ADDISON : Il n’est pas ici.

BAILEY : Il devrait déjà être à l’hôpital maintenant !

ADDISON : On va essayer de le trouver ! D’accord Dr O’malley ?

GEORGES : oui, j’y vais.

(Le bipper d’Addison se met à sonner)

BAILEY : Qu’est-ce qu’il y a ?

ADDISON : Euh…rien. Je… je reviens tout de suite.

(Plan sur le bloc où Derek opère Tucker. Un bipper se met à sonner)

DEREK : Yang, tu peux voir ce que c’est ?

IZZIE : Comment va-t-il ?

DEREK : Difficile à dire. J’ai localisé le caillot, j’essaie de trouver l’origine de l’hémorragie. Vas voir Addison, dis-lui que c’est plus grave que ce que je croyais.

CRISTINA : Euh…

DEREK : Qu’est-ce qu’ils veulent ?

CRISTINA : Ils veulent qu’on évacue.

DEREK : Ils ont donné une raison ?

CRISTINA : Non, mais, sur votre bipper il y a « code noir ».

DEREK : Tu es sûre de ça ?

CRISTINA : Oui.

DEREK : C’est peut-être un exercice mais, même si s’en es pas un, je ne peux pas évacuer, je suis en pleine opération. Je ne vais pas laisser le mari de Bailey sur la table avec le crâne ouvert. Ceux qui veulent sortir peuvent le faire. Quelqu’un veut évacuer ? Une fois. Deux fois. Trois fois. Tu es sûre qu’il y avait écrit « code noir » ?

CRISTINA : Oui.

(Plan sur l’ascenseur dans lequel se trouve Georges et Addison)

GEORGES : J’aime pas être obligé de mentir au Dr Bailey.

ADDISON : Epargnez-moi vos états d’âme Dr O’malley !

GEORGES : Elle préférerait le savoir ! Il faut lui dire comment va son mari. (Le bipper de Georges se met à sonner) « Code noir » ? C’est quoi « code noir » ?

IZZIE, courant pour retenir l’ascenseur : Attendez ! Attendez-moi ! Docteur Sheperd, l’autre Docteur Sheperd m’envoie vous dire que l’hémorragie est plus étendue qu’il l’avait d’abord cru. Ca va prendre encore plusieurs heures pour avoir quelque chose de concret à dire au Dr Bailey !

ADDISON : Merci Stevens.

GEORGES : C’est quoi un « code noir » ?

IZZIE : Un quoi ? (Son bipper se met lui aussi à sonner) Code noir ? Code rouge, code bleu, code blanc, j’ai jamais eu de code noir ! Docteur Sheperd ?

ADDISON : Je crois que le mieux qu’il y a à faire c’est d’aller à votre vestiaire et d’attendre les instructions de votre résident.

IZZIE : Mais, on n’a pas de résidents.

GEORGES : Qu’est-ce qu’il se passe ?

IZZIE : C’est grave ?

(Les portes de l’ascenseur s’ouvrent. Les autorités sont présentes dans l’hôpital et déroule un plan d’action)

ADDISON : Oui, extrêmement grave.

(Plan sur Anna qui est toujours dans le bloc opératoire avec le Dr Burke et le Dr Milton)

ANNA : Alors, je tiens le projectile d’une arme qui n’a pas encore explosé ?

BURKE : J’en ai bien peur.

ANNA : C’est pas ce qu’il y a de plus agréable au monde.

BURKE : Non, je ne crois pas.

ANNA : Et, il est toujours inconscient ?

DR MILTON : Oui.

ANNA : Mais, là, il n’est plus branché à la machine !

BURKE : J’ai demandé au Dr Milton de débrancher le respirateur. Le flux d’oxygène représentait un danger. Il respire sous embus maintenant.

ANNA : Mais est-ce qu’il m’entend ?

BURKE : Non. (Pause) Anna ?

ANNA : Bon et si je sortais ma main super vite ?

BURKE : Il vaut mieux attendre. On posera la question aux démineurs dès leur arrivée. Mais, j’imagine que ça pourrait faire bouger l’engin et le faire exploser. (Pause) Anna ?

ANNA : Oui ?

BURKE : Votre main empêche Mr Carlson de se vider de son sang. Vous le maintenez en vie.

ANNA : Oui. Et les démineurs sont en chemin ?

BURKE : Les démineurs sont en chemin.

ANNA : D’accord. D’accord.

(Plan sur Richard Webber qui fait un discours devant de nombreux médecins de l’hôpital pour leur expliquer la situation)

ADDISON, soulagée de voir Richard : Oh, Richard.

RICHARD, faisant son discours : Les patients en pré-op ont été transportés à Mercy West, les traumas dirigés vers le Seattle Presbyterian. Il n’y a aucun danger dans les ailes nord, sud ou ouest de cet hôpital, uniquement dans l’aile chirurgicale est. Cela dit, ceux qui veulent partir peuvent le faire. Tous ceux qui restent ici doivent avoir choisi de rester. C’est clair ?

TOUS LES MEDECINS : C’est clair.

ADDISON : Richard, c’est vraiment un code noir ?

RICHARD : Oui, j’ai fermé les blocs.

ADDISON : Pour les traumas ?

RICHARD : Tout.

ADDISON : Une minute, ils sont fermés quoi qu’il arrive ou… ?

RICHARD : Il y a dix minutes environ, tous les blocs opératoires du Seattle Grace ont été entièrement vidés à l’exception de celui du Dr Burke et de son équipe.

IZZIE : Et du Dr Sheperd également.

RICHARD : Quoi ? Comment ça celui du Dr Sheperd ?

IZZIE : Il est encore dans le bloc 2.

DEBBIE : Les démineurs viennent d’arriver.

RICHARD, suivant Debbie : Excusez-moi.

(Plan sur les démineurs qui arrivent à l’étage des blocs.)

DYLAN YOUNG, le démineur : Vous savez où ça se passe ?

MEREDITH : Oui.

DYLAN : Dylan Young, démineur. (Aux autres démineurs) Déployez-vous, inspectez la zone. Je m’occupe du patient. (A Meredith) Où sont-ils ?

MEREDITH : Le Dr Burke est dans le bloc.

DYLAN : Et le reste de l’étage a été évacué ?

MEREDITH : Oui.

DYLAN : D’accord. Vous restez ici. Personne ne bouge sans que je l’autorise.

UN DEMINEUR : On a du monde ici !

DYLAN : Vous disiez que l’étage avait été évacué.

MEREDITH : C’est ce que je croyais. Je ne suis pas la responsable ici.

CRISTINA : C’est une zone stérile, vous ne passerez pas cette porte !

MEREDITH : Non, non ! Attention, elle va lui faire mal !

CRISTINA : Qu’est-ce qu’il se passe ?

MEREDITH : Une bombe dans le corps d’un patient.

CRISTINA : Merde ! J’ai seulement le crâne en miettes du mari de Bailey.

MEREDITH : Quelle opération ?

CRISTINA : Une craniotomie avec Sheperd.

MEREDITH : Sheperd a le mari de Bailey sur la table ? Bailey va avoir son bébé maintenant.

DYLAN, criant pour se faire entendre : Excusez-moi ? Arrêtez de parler !

CRISTINA : Oh, pas sympa hein…

(Plan sur Izzie assise sur la mezzanine à voir le monde qui s’affaire. Georges arrive et s’assoit à côté d’elle.)

GEORGES, donnant un sandwich à Izzie : Il faut que tu manges quelque chose.

IZZIE : Tu sais que Meredith et Cristina sont là-haut avec la bombe ?

GEORGES : Ouais.

IZZIE : C’est mal d’être jaloux ? On a le droit d’être jaloux, c’est pas vrai ?

GEORGES : Le fait qu’on soit jaloux parce qu’elle pourrait exploser n’est pas un trait significatif de notre caractère. C’est plutôt de se sentir inutile.

IZZIE : Inefficace

GEORGES : Ouaip. Pour convaincre Meredith d’aller bosser ce matin, on a dut appeler Cristina. J’aime pas ça du tout

IZZIE : Tu veux que je te dise Georges ? Je crois que Meredith et Cristina sont des fonceuses.

GEORGES : Elles foncent oui. Ceux sont des fonceuses.

IZZIE : Elles foncent. Et nous, on regarde…on est des spectateurs

(Izzie observe Alex qui s’active dans le hall. On l’entend donner des ordres à un infirmier au loin)

IZZIE, déterminée : On doit devenir beaucoup plus actif Georges ! On doit devenir des fonceurs

GEORGES : Se battre pour obtenir ce qu’on veut.

IZZIE, se levant : Oui, on doit agir !

GEORGES, se levant à son tour : Oh, tu veux dire on commence maintenant, alors ? D’accord.

(Plan sur Izzie qui va parler à Alex)

IZZIE : Alex ?

ALEX : C’est dingue ce truc ! On dirait l’apocalypse !

IZZIE : Alex ?

ALEX : C’est vrai, regarde autour de toi. La moitié des patients à qui on devrait sauver la vie ont fui l’hôpital pour se sauver eux-mêmes, le mari de Bailey est presque mort en venant voir naitre son gamin, les deux miss prisent de tête sont au même étage avec un mec qui pourrait littéralement leur exploser au visage, c’est la mort qui plane sur l’hôpital. Les gens devraient profiter tant qu’il en est encore temps parce que y’aura peut-être pas de demain !

IZZIE, s’impatientant : Alex ?

ALEX : Quoi ?

(Plan sur Izzie et Alex qui s’embrasse dans la réserve)

IZZIE : Enlève ton pantalon !

ALEX : Qu’est-ce que tu fais ?

IZZIE : Je deviens une fonceuse. J’en profite tant qu’il est encore temps. Enlève ton pantalon !

ALEX : Tu réalises qu’en disant apocalypse, c’était une métaphore, c’était pas au sens littéral hein ?

IZZIE, impatiente : Alex ! J’ai eu aucune relation sexuelle depuis huit mois et vingt-quatre jours. Je suis à moitié nue, vraiment très excité et prête ! Alors, tu veux rester là à faire des métaphores ou tu veux littéralement enlevé ton pantalon ?

(Plan sur Derek au bloc opératoire)

INFIRMIERE : Eponge.

DYLAN : Docteur Sheperd ? Il y a un engin explosif dans la salle d’à côté. Je veux que vous évacuiez maintenant !

DEREK : Et moi, j’ai un homme avec le cerveau à nu sur cette table ? Je ne vais pas partir et le laisser mourir. (A son équipe médicale) Vous pouvez partir. Allez-y. Aspiration.

DYLAN : Vous devez le refermer. Vous vous dépêchez de faire ce qu’il faut. Le chef du service de chirurgie m’a autorisé à vous dire de sortir !

DEREK : Le chef du service de chirurgie ne me fait pas peur. C’est le Docteur Bailey qui me fait peur. Je ne tiens pas à être celui qui laissera mourir son mari. Et c’est ce qui arrivera si je laisse son cerveau dans cet état. Maintenant, bombe ou pas, sortez de mon bloc ! Aspiration.

(Plan sur le Dr Bailey qui n’a toujours pas accouché et qui a des contractions de plus en plus fortes. Addison rentre dans sa chambre.)

BAILEY : Je voudrais que les lois de la gravité jouent en ma faveur. Je suis dilaté à 9cm et j’essaie de gagner un dernier centimètre.

ADDISON, la tête ailleurs : D’accord. C’est bien.

BAILEY, voyant que quelque chose ne va pas bien : Docteur Sheperd ? Allez-y, dites-moi où est mon mari !

ADDISON : Il est avec le mien en ce moment.

(On observe la scène travers la vitre de la chambre. Addison explique la situation au Dr Bailey qui s’effondre en apprenant la vérité)

(Plan sur le Dr Burke et Dylan qui observent les radios de Mr Carlson)

DYLAN : Ça ne nous dit pas à quel point c’est dangereux. Il nous faut plus d’infos.

BURKE : Plus on attend et plus il risque de faire une hémorragie et de mourir.

(Plan sur le bloc opératoire où se trouvent Anna et le Docteur Milton)

MILTON : Brume rose.

ANNA : Je vous demande pardon ?

MILTON : Chaque fois qu’une personne explose, les démineurs emploient ce terme : « la brume rose ». J’ai lu ça quelque part. Une bombe éclate et c’est fini. Tous les gens à portée explosent en un million de morceaux. Ils sont pulvérisés et liquidés. Il n’en reste rien à part des fragments de chair humaine et du sang. La brume rose. Ils ont même du mal quelque fois à retrouver un doigt. Un moment vous êtes un être humain et vous êtes l’instant d’après une espèce de pluie sanglante. Tenez. Prenez ça. (Il lui tend l’embut)

ANNA, surprise : Quoi ?

MILTON : Allez-y. Maintenant, je veux que vous fassiez une pression à intervalle régulier. C’est ça. Non, non, pas trop vite. Pas trop vite. Oui, voilà.

(Il s’éloigne doucement de la table d’opération et se dirige vers la porte)

ANNA : Dr Milton ?

MILTON : J’ai des enfants. Il ne faut pas arrêter. Faites une pression à intervalle régulier. C’est ça.

(Anna reste toute seule dans le bloc opératoire et se met à paniquer d’autant plus.)

(Plan sur Mindy Carlson qui discute avec le chef Webber)

MINDY : Et mon mari ? Combien de temps il va rester comme ça avec cet engin explosif enfoncé dans la poitrine ?

RICHARD : Je n’en ai aucune idée.

MINDY : Mais, vous allez essayer de la sauver, n’est-ce pas ?

RICHARD : Oui. Il faut d’abord que les démineurs déterminent le moyen de sortir le projectile.

PAUL : Je suis désolé Mindy, vraiment désolé !

MINDY : LA FERME ! On a trois enfants, crétin ! Et tu lui fais fabriquer des bazookas ! (se retourne vers le Dr Webber) Oh, non ! Il va mourir….

RICHARD : Euh… Paul pourriez-vous aller avec cet officier de police et répondre à ces questions au sujet de l’engin que vous avez construit ?

PAUL : Oh, oui, si ça peut aider.

RICHARD : Hey, Karev !

ALEX : J’ai ce….

RICHARD : Oh, Karev, emmenez donc Mme Carlson prendre un petit café.

MINDY : Je crois qu’il faut voir le bon côté de l’histoire, y’a aucun risque que ce soit pire. C’est vrai, c’est déjà le cas. C’est aussi mauvais que ça en a l’air n’est-ce pas ?

(Plan sur Georges qui vient voir comment se porte le Dr Bailey)

GEORGES : Docteur Bailey ? Ah, j’avais… Dr Bailey, qu’est-ce que vous….?

BAILEY : J’arrive pas à retrouver ma valise ! J’ai besoin de ma valise, je rentre chez moi !

GEORGES : Euh,…. Docteur Bailey, vous allez avoir un bébé !

BAILEY : Pas question de mettre un bébé au monde aujourd’hui ! T’as bien compris ? J’aime mieux le laisser où il est ! Je l’aurai demain mais, pas aujourd’hui, pas dans ces conditions ! Non ! J’ai dit….non ! Je rentre chez moi ! Je m’en vais immédiatement ! (pause pour une contraction) Je peux pas…. Je peux pas le faire si mon mari est pas là…. J’y arriverai pas toute seule. Ça va, ça, ça va….

(Plan sur Meredith et Cristina qui observent à travers la vitre, les radios de Mr Carlson)

MEREDITH : Comment ils vont réussir à récupérer ce truc sans tué Anna et le Docteur Milton ?

(Cristina va voir ce qu’il se passe dans le bloc)

MEREDITH : Cristina, le chef des démineurs a dit qu’on ne devait pas s’approcher.

CRISTINA : C’est moi ou Anna a la tremblote ?

MEREDITH : Qu’est-ce que…. ? Non mais, attends, elle ventile l’embut elle-même ?

CRISTINA : Où est le Docteur Milton ?

MEREDITH, ouvrant doucement la porte du bloc : Anna ? Où est l’anesthésiste ?

ANNA : Il est…hum… Il est parti. Il voulait pas mourir.

MEREDITH : Anna ?

Je crois que je vais retirer ma main maintenant.

(Plan sur Burke et Dylan toujours devant les radios)

DYLAN : Les gens sont vraiment inconscients !

BURKE : Après tout, ce n’est peut-être pas aussi terrible que ça en a l’air.

DYLAN : L’engin qu’elle tient pourrait tout faire sauter !

BURKE : Ou peut-être que sa main est seulement là tout près de l’explosif. On ne peut pas savoir.

DYLAN : Mais, d’après ce qu’a dit son copain, ils ont fait ce truc-là eux-mêmes ce qui veut dire qu’il est instable et vraiment peu fiable. Il fonctionne peut-être pas mais on n’a aucun moyen de le savoir. Et en plus de ça, on a un chirurgien dans le bloc d’à côté qui refuse de partir et une secouriste nerveuse qui a la main plongé dans un corps.

BURKE : Oui, en effet, c’est bien aussi terrible que ça en a l’air.

DYLAN : C’est exactement ce que je dis.

CRISTINA, criant depuis le bloc : Au secours ! On a besoin d’aide ! Venez nous aider !

(Burke et Dylan courent jusqu’au bloc pour voir ce qu’il se passe)

DYLAN, à un autre démineur : Surveille le couloir !

ANNA : Je vais retirer ma main maintenant !

MEREDITH : Vous y êtes presque. C’est bientôt terminé. Vous allez y arriver !

ANNA : Non ! Non, non, c’est fini ! Tout ce que je veux, c’est la retirer et partir loin d’ici !

MEREDITH : Anna ?

BURKE : Anna ? Il n’y en a plus pour longtemps. N’oubliez pas que vous l’empêcher de perdre tout son sang !

ANNA : Non, je n’ai que 22ans ! Je ne devrais même pas être ici ! C’est pas normal !

DYLAN, à Burke : Elle panique, il faut évacuer rapidement.

MEREDITH : Je ne l’abandonne pas

BURKE : Grey, tu sors !

MEREDITH : Je reste avec elle !

DYLAN : Vous devez faire sortir tout le monde Docteur Burke !

MEREDITH : Anna ? Ecoutez.

BURKE : C’est mon interne, elle est sous ma responsabilité !

DYLAN : Vous devez y aller, tout se passera bien !

ANNA : Non, je vais sortir ma main ! Je vais sortir ma main !

MEREDITH : Anna, vous ne devez pas la retirer.

BURKE : Yang, tu vas avec Dylan.

CRISTINA : Toi vas avec Dylan !

ANNA : Non !

MEREDITH : Anna, regardez-moi !

ANNA : Non, il faut que je la sorte !

MEREDITH : Anna.

ANNA : Non, non.

MEREDITH: Anna, regardez-moi, vous pouvez le faire.

ANNA : NON !

DYLAN : Essayez de vous calmer et de vous détendre ! Ça ira. Tout va bien se passer !

ANNA : NON!

MEREDITH : Anna?

BURKE : Anna?

MEREDITH: Vous allez y arriver. Vous allez y arriver.

ANNA : Non ! Je vais la retirer maintenant !

DYLAN : Restez calme !

BURKE : Non, vous laissez votre main là, rien qu’un petit instant encore !

ANNA : Je vais la retirer ! Je vais la retirer ! Il le faut !

BURKE : Ecoutez-moi !

(Anna enlève sa main et Burke, Cristina et Dylan se jette par terre, craignant une explosion. Anna sort en courant du bloc opératoire. Cristina se relève et voit Meredith qui a mis sa main à la place de celle d’Anna)

CRISTINA : Meredith ?

MEREDITH : Qu’est-ce que j’ai fait ?

BURKE : Oh, mais, qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

DYLAN : Restez où vous êtes ! Personne ne bouge. Restez exactement où vous êtes !

MEREDITH : Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que j’ai fait ?

[INT. SGH, OPERATING ROOM]

(Opens up with a large light overhead from an O.R flashing on. A heart monitor is beeping in the background)


Meredith Voice Over: It’s a look patients get in their eyes.

(Meredith is standing decked out in full scrubs gear in the O.R which is dead silent aside from the heart monitor. She is breathing heavily and teary eyed)


MVO: There is a scent. A smell of death.


(Derek is standing opposite to her also in his scrub gear just looking at her. The camera pans out and the O.R is absolutely completely empty. No tables, no equipment, no other people, nada aside from them two. Meredith is holding out one of her hands to Derek)


MVO: Some kind of sixth sense.


(Camera closes up on Meredith who sheds a tear. The camera follows the tear down her face onto her chin where it hangs)


MVO: When the great beyond is headed for you, you feel it coming.


(The heart-monitor flat lines and the tear falls from her chin)


MVO: What’s the one thing you’ve always dreamed of doing before you die?
 

(The screen goes black)


[INT. MEREDITH’S TOWNHOUSE, BATHROOM, SHOWER]

(Cut to a shower. Izzie and Meredith appear to being naked showering together and scrubbing each other sensuously. Cristina is also in there helping them. They look like they’re having a blast)


MVO: Okay, hello clearly not my dream.

(The shower screen door opens revealing George who also appears naked with a towel wrapped around his waist. The three girls turn their attention to them)


CRISTINA (whispers): George.


IZZIE: You’re the strongest most masculine man I have ever known.
 

CRISTINA: You’re smarter than. And you’ve got really great hair.


MEREDITH: I’m in love with you George. I always have been and I always will be.
 

(George enters the shower and shuts the door behind. He then re-opens it, tosses his towel on the ground. Scene switches abruptly to George falling from his bed in his bedroom in the house)


MVO: See I told you, not my dream.
 

(He looks confused for a second. His bedroom door opens revealing Izzie in her pajamas holding a box of cereal. She sneezes loudly, startling George)

IZZIE: Okay. (she sniffles) This is the last time I gonna tell you this. (George scrambles to get his blanket to cover him if you know what I mean)  If you’re gonna clog up the toilet you’ve got to be willing to use a plunger. Otherwise we’re gonna make you crap in the backyard. What are you doing on the floor? Get up. Something’s wrong with Meredith.

(She leaves the room and George lies down on the floor)



(Cut to Meredith’s bedroom where Meredith is still lying in bed. George and Izzie are both in her room standing at her bedside)

MEREDITH: I’m just not going.


IZZIE: You have to go to work. You’re an intern. Saving lives is not optional.
 

MEREDITH: Yes it is. I’m staying home.
 

IZZIE (to George): You’re supposed to be helping.


(George moves down to sit on Meredith’s bed)


GEORGE: Uh Mer, maybe um there’ll be a horrible accident nearby the hospital. Cut a bunch of people open. Sternotomies, Craniotomies. That’d be fun, right?


MEREDITH: I don’t care about surgeries.


(She grabs the pillow next to her and pulls it over her head)



(Cut to Cristina now dressed for work in Meredith’s bedroom)


CRISTINA: You have ah feeling?


(Izzie and George are now no longer in the room. Meredith removes her pillow to see Cristina standing there)


MEREDITH: Yes.


CRISTINA: Okay what kind of feeling?


MEREDITH: Like I might die.


CRISTINA: Today? Tomorrow? In 50 years?


(The camera switches quickly to show Izzie and George now dressed for work, listening at the door outside Meredith’s room)


CRISTINA: Cause we’re all gonna die eventually! (Scene switches back to the room) But now we’re late. Let’s go.


MEREDITH: Cristina! Come on.


(Cristina sighs. She sits down on the bed)


CRISTINA: Okay. This is me being supportive.
 

MEREDITH: Really?


CRISTINA: Yeah, okay fine. I’m totally supportive. Go.


(Meredith sits up)


MEREDITH: Okay the man I love has a wife. And then he chooses her over me. And that wife takes my dog. (Cristina has a confused look on her face) Okay she didn’t take the dog, I gave it to her but I didn’t mean to give it to her I meant to give it to him. But that does not change the fact that she’s got my Mc Dreamy! And my Mc Dog. She’s got my Mc Life! And what have I got?


(Meredith stares at her as if to say nothing)


MEREDITH (more calm and sad tone): Do you know I can’t remember the last time we kissed. Cause you never think the last time is the last time. You think there’ll be more. You think you have forever but you don’t. (She slumps back down in the bed again and is hyped up again) Plus my conditioner decided to stop working and I think I have brittle bones. I just, I just need something to happen. I need a sign that things are going to change. I need a reason to go on. I need some hope. And in the absence of hope I need to stay in bed and feel like I might die today.


(Cristina stands up thoughtfully for a second before yanking the sheets away from Meredith. She stands up over her)


CRISTINA: Whatever! Everybody has problems. Now get your ass out of bed and get to work! Now! Move! Move! Move!


(She kicks Meredith to move off the bed who does so very quickly)


(The camera switches to George and Izzie listening. The door opens)


GEORGE (to Izzie): What were you saying?


IZZIE: I don’t know.


(Meredith gives them both disapproving looks as she makes her way to get ready. Cristina follows her)


CRISTINA: We’re good to go.


(George and Izzie nod at each other)



[EXT. SEATTLE CITY, SPACE NEEDLE IN THE SHOT]


[INT. SGH, O.R HALLWAY]


(Richard is standing in front of the O.R board looking slightly uneasy. The board has very few surgeries scheduled on it. Burke walks up to him)


DR. BURKE: Quiet board.
 

RICHARD: I know.


DR. BURKE: That’s a bad sign.


RICHARD: I know that. Don’t you think I know that?


(Derek walks up to them)


DR. SHEPARD: It’s a quiet board.


(Richard groans loudly)


DR. SHEPARD (to Burke): Why is he in a bad mood?


DR. BURKE: Quiet board.


DR. SHEPARD: Right, I hear it’s a quiet board.


RICHARD: I can hear you talking about me.


DR. BURKE: We’re just saying.


RICHARD: Quiet board means trouble. A quiet board is death! A quiet board bodes bad news! (He turns around to face them) And stop looking at me like that!


(He walks off)


DR. BURKE: Dr. Shepard.


(He starts to walk off)


DR. SHEPARD: Dr. Burke.


(Burke stops walking and faces Derek)


DR. SHEPARD: You and I, we’ve known each other for a while now.


DR. BURKE: Yes.


DR. SHEPARD: We’ve done several successful surgeries together.
 

DR. BURKE (looks confused as to where this is leading): Yes.


DR. SHEPARD: Your girlfriend is my ex-girlfriend’s best friend.


DR. BURKE: Yes.


DR. SHEPARD (smiles): Why can’t we call each other by our first name?


(Burke stares at him for a bit)


DR. BURKE: I don’t think so.


DR. SHEPARD: Seriously?


DR. BURKE: Seriously. Dr. Shepard.

DR. SHEPARD: Dr. Burke.

(Burke walks away)



(Cut to Cristina, Izzie, George and Alex in the pit getting ready for incoming cases in their lovely yellow gowns)


CRISTINA (to Izzie): I haven’t been in the O.R in two days. I’m getting some O.R time.


(They all start making their way to the double doors where the patients come in)


CRISTINA: We haven’t had a decent resident this week.


IZZIE: Oh the last two weren’t that bad.


ALEX: Doesn’t matter which resident we get. They suck.


GEORGE: They all sucked.


IZZIE: Yeah.


(They’ve all walked to the door except for Meredith who is a few feet behind them to still putting on her yellow gown)


GEORGE: I miss Dr. Bailey.


(The door closes and the whole area goes deathly silent. The camera closes up on Meredith who looks a little ill. The camera pans to the side to an empty nurses’ station aside from Derek who is standing there watching her holding some files. Meredith turns to Derek)


MEREDITH: I have a feeling.


DR. SHEPARD: I get those.
 

MEREDITH: Yeah?


DR. SHEPARD: Yeah.


(He moves a few feet closer to her)


MEREDITH: And?


DR. SHEPARD: If you wait long enough it passes.
 

(An elevator bing sounds)


MEREDITH: Promise?


DR. SHEPARD: I promise.


(Meredith nods slightly and walks after where the others go. All the normal hospital sounds return gradually. Derek looks pensive. Addison walks up to him)


ADDISON (smiling): Hey. Whatcha doing?


DR. SHEPARD: Waiting for it to pass.


ADDISON (confused): For what to pass?



(Cut to Meredith walking through the sliding doors to outside the pit where the ambulances come in. She comes up behind where Izzie and Alex are standing together and Cristina and George are standing in front of them)


ALEX (to Izzie): So you want to do charts later?


IZZIE: Never gonna happen.


ALEX: What?


IZZIE: Alex I gave you your chance. You had your chance and you slept with someone else.


(George rolls his eyes and Cristina looks like she wants to crack up laughing. She and George both chuckle)


IZZIE: I forgave you in the spirit of being a bigger person. Of rising above but these legs are closed to you now. The panties are staying on. So you and me? Never gonna happen.


ALEX: So you don’t wanna do charts later?


IZZIE: Go stand over there.


(She gestures for to move away from her)


CRISTINA: Can we get back to the point?


GEORGE: You had a point?


CRISTINA: Yeah, which surgeon are we going to have to suck up to today?
 

DR. BAILEY: That would be me!


(They all turn around startled and find Dr. Bailey looking very pregnant but still dressed in normal everyday clothing standing behind them)


CRISTINA: Dr. Bailey?


DR. BAILEY: I’ve been gone 2 weeks. 2 weeks! And you ran off 2 residents! I’ve got people phoning me at home, screaming telling me my interns are Rosemary’s babies.


(They all looking slightly offended by that)


DR. BAILEY: Nobody wants you! Do you think I have time for this? I am pregnant! I’m supposed to be on bed rest. I’m supposed to be growing a human being. I’m supposed to be calm! Do I look calm to you? Did I raise you fools to be pariahs?
 

(George pushes past Meredith and Izzie and walks up right to Dr. Bailey who looks confused at George’s behaviour. He grabs her in a tight hug)


GEORGE: You’re back.


DR. BAILEY: Ah! I’m not back.


GEORGE (tightens the hug): You’re not?


DR. BAILEY (hits his back): Get off me.


(George finally breaks the hug. He smiles at the other interns. Bailey shrugs off the hug. An ambulance can be heard approaching)


DR. BAILEY: Uh Yang, Karev, Grey, stay here and wait for the incoming case. O’Malley page Addison Shepard. (George nods and moves back into the hospital) Stevens get a wheelchair.


IZZIE: A wheelchair?


DR. BAILEY: A wheelchair.


(George dashes back to Bailey while Izzie goes into the hospital)


GEORGE: What shall I tell Dr. Montgomery-Shepard?


DR. BAILEY (to Alex, Cristina & Meredith): What did I say?


(They move off to meet the ambulance)


GEORGE: Dr. Bailey?


DR. BAILEY: What?


GEORGE: What do you want me to tell Dr. Montgomery-Shepard when she answers her page?


(Izzie comes with a wheelchair. A large gushing sound is heard. Both Bailey and George look down at Bailey’s feet. George takes a step back shocked and Izzie has a large oh my god look on her face)


DR. BAILEY: Tell her my contractions are 10 minutes apart and my water just broke all over your shoes.
 

(She moves past him to get to the wheelchair. George attempts to lift her into the wheelchair)


DR. BAILEY: Uh my get off me!



(Cut to Cristina, Alex and Meredith standing in front of the incoming ambulance. They open the doors. A young paramedic helps a very powerful screaming lady who has blood spatters over her climb out of the ambulance. Alex and Cristina pass of the lady to Meredith who takes her into the hospital. There is another paramedic named Hannah Davies [Cristina Ricci] in the ambulance who looks very nervous. Alex looks down at the patient and sees that Hannah has her hand in a very large chest wound of the patient)


ALEX: Dude.

CRISTINA: Yeah.
 

(She and Alex both scramble into the ambulance)


(Cut to Cristina and Burke walking down a stairwell in the hospital)

CRISTINA: James Carlson. Aged 46. Paramedics found him unconscious and bleeding. Mechanisms of injury are unknown but he has a large sucking chest wound. And a wife with very healthy lungs.


(They enter a hallway)


DR. BURKE: Vitals?


CRISTINA: Tachycardic in the 140s. BP holding in the 90s.
 

(They walk for a bit)

DR. BURKE: You were gone when I woke up.


CRISTINA: Oh I, I had to do a thing.


DR. BURKE: You didn’t leave a note.


CRISTINA: Yeah I had this thing to do. You know I did this thing.


DR. BURKE: And once again …


CRISTINA: What?


DR. BURKE: We go to sleep. I think everything is fine and by the time I wake up you’re just a little bit crazy.


CRISTINA: Okay, I’m not crazy. I had a thing.


DR. BURKE: Okay.



(Cut to Burke entering a trauma room with the patient James Carlson. You can hear his wife screaming from far. Hannah is still there with her arm plugging the wound. Meredith is checking James’ heart rate. There are other nurses and doctors in there as well, including the other paramedic who helped Mindy Carlson out of the ambulance)


DR. BURKE: How’s his respiratory effort?


MEREDITH: Absent breast sounds on the right side. Air bubbling on the side of the wound. He’s shocky and getting a little cyanotic.


(Burke moves to check the heart rate)


JAMES (mumbles): My wife is …


(The camera shows his wife still crying and screaming loudly)


DR. BURKE (to a nurse): Let’s get him intubated and place an effusive dressing on the wound. (to the Hannah) And who are you?


HANNAH: Hannah. Hannah Davies.


DR. BURKE: Hannah, why do you have your hand inside my patient?


PARAMEDIC: I’d like to say for the record that I told her not to.
 

HANNAH: I tried to tampon out the wound with gauze and pressure but the only thing that would stop the bleeding was my hand. Every time I tried to move it he starts bleeding out.


(Burke checks the wound)


HANNAH: Can I take my hand out now?


PARAMEDIC: You don’t stick your hand inside of a patient when you don’t know how he was injured. You don’t stick your hand inside of a patient at all.

HANNAH: Yeah, I know that now!


DR. BURKE (to the paramedic): Out of my room.


PARAMEDIC: She gets to stay?


DR. BURKE: She has her hand stuck inside my patient. (Hannah smirks at the Paramedic guy who looks annoyed but he leaves the room)


HANNAH: Nice. Thanks.


DR. BURKE: Oh don’t be happy. You have your finger on a major bleeder. Mr. Carlson is running out of time. The only thing that you’ve won is an all expense paid trip to the O.R. (to Meredith) Dr. Grey, prepare to transport her to the O.R. (to Everyone) And let’s make this happen quickly people.


CRISTINA: Uh what, what do you want me to do?


DR. BURKE: I want you to … to make that woman stop screaming and tell us what happened.


CRISTINA: Oh, I can’t go to the O.R?

DR. BURKE: No. You have a thing to do.


(Burke walks away)


MEREDITH: What was that about?


CRISTINA: If I knew you were gonna get the good case I would’ve let you stay in bed.


(Cristina walks off)



(Cut to the pit where Mindy Carlson is still screaming her head off. Alex is standing in front of her. Izzie is as well but cringing at the sound)


ALEX: She’s been going at least 15, 20 minutes. This must be like some kind of record.


IZZIE: Look at her. She’s not even turning red.


(Cristina walks up to them)


CRISTINA: Good for her. Burke says shut her up.
 

(Olivia walks in)


OLIVIA: We’ve got an incoming trauma, NBC with a 30 minute extrication time and severe and intrusion damage to the car. (Mindy screams even louder at Olivia) Definite head injury. Stable vitals and everything else. 5 minutes out!
 

(Olivia walks completely by them ignoring Mindy and heads out to meet the ambulance)


CRISTINA: I got it.


IZZIE: I got it.


CRISTINA: I got it first.


(They both move towards the double doors)


ALEX: I thought Burke said for you to shut her up!


CRISTINA: No Burke told me to tell you to shut her up.
 

(Alex sighs)


ALEX: Ma’am. Ma’am.


(Mindy just screams at Alex)


ALEX: Mrs. Carlson. Are you injured?


(Her screaming just continues which is very annoying)


ALEX: I need you to try and calm down. Mrs. Carlson. (a bit louder) Can you hear me? Can you hear me?


(Mindy just screams. Alex looks fed and goes up to close to Mindy and screams loudly into her face. Mindy stops instantly screaming shocked)


ALEX: Good. Okay. Now can you tell me exactly what happened to your husband?


(Mindy just starts crying loudly)


(Cut to George standing in the hallway peering into a patient room through the tiny window on the door. Richard comes by and notices this)

RICHARD: What are you doing?


(George turns around looking happy)


GEORGE: Chief. (he points at the door) Bailey’s in there.


RICHARD (excited): Bailey’s back?


(Richard moves to the door to look in smiling but instantly stops. He looks at George mortified)


RICHARD: O’Malley!


GEORGE: She’s in labor. Dr. Montgomery-Shepard is examining her cervix.

RICHARD: I can see that quiet clearly!


(George moves back to look through the door)


RICHARD: O’Malley, stop looking!


(George moves away from the door again but still smiling)


GEORGE: Pretty amazing right? The miracle of life.


RICHARD: Our Bailey. Becoming a mother. Feels good. Having Bailey back at the hospital. The balance is being restored.


GEORGE: That’s all I’m saying, sir.


(Derek walks by and up to the nurses station nearby. He sees the two standing there)


DR. SHEPARD: Hey guys. (He hands a nurse a file) Would you ah get this to Dr. Shepard for me? (He turns back to the guys) What’s going on?


GEORGE (gestures to the room): Bailey’s in there.


DR. SHEPARD (smiling): Oh Bailey’s back? (He grins) That’s excellent.


(He makes his way to the door to peer in and quickly loses his smile)


DR. SHEPARD: And her cervix is being examined by my wife which is ah, which is a visual image I’ll never get out of my head. Thanks for the warning.


(George and Richard smile)


GEORGE: Right.


(Derek’s pager goes off)


(The door opens and Addison walks out)


ADDISON: Wow. Hmm the gathering of men outside the delivery room. How mid-century of you.


(She moves to Derek who gives her a kiss on the cheek)


DR. SHEPARD: Say hi to Bailey for me.


ADDISON: Mmm.


(Dr. Shepard walks off. Addison walks up to the nursing station. George and Richard walk up to her)


RICHARD: How’s she doing?


ADDISON: Taking it like a woman. (George and Richard exchange smiles) 6 centimeters dilated. 50% effaced and refusing all pain meds which I think is stupid but I’m not in labor so.


(She walks off. The door open suddenly and Bailey walks out)


DR. BAILEY: What are you people doing out here?


RICHARD: Are you alright? Can I get you anything?


DR. BAILEY: A boy the size of 10 pound bowling ball is working his way out of my body. Can you get me something for that? Can you get me a new vagina?


RICHARD: Oh well.


DR. BAILEY: I didn’t think so. Look everybody I appreciate the concern but I’m fine. It’s just childbirth. All I need is my husband who should’ve been here by now.


(George holds out a pad and a pen)


GEORGE: Write down his number. I’ll call him. I’ll track him down.


(Bailey takes the pad and pen and writes down her husband’s number)


DR. BAILEY: Alright. Then go away. Give me some privacy. I don’t want to see any of you again until after the baby is born. (She hands George back the stationery) Which if does like I told him to and stays on schedule, should be in about 4 and a half hours.

(Bailey makes her way back into her room. George and Richard are still standing there smiling)

DR. BAILEY: I mean it!

(She closes the door. George turns to Richard)


RICHARD (grinning): Bailey’s back.


GEORGE: She’s back sir.


(They walk off in separate directions)


(Cut to a trauma room where Izzie, Cristina and various other nurses and doctors are checking on a large black man, lying down on a gurney)


IZZIE: He’s my patient Cristina. Get your own.


CRISTINA: I had one. Meredith took him.


IZZIE: So now you’re gonna take mine?


CRISTINA: If I can.


TUCKER: Is my wife here? Is she here?


IZZIE: Was she in the accident with you?


TUCKER: She should be here. She’s supposed to be here.


IZZIE: We’ll find her.


(Derek enters the room)


DR. SHEPARD: Okay, what do we got?


IZZIE: Ah Tucker Jones. Age 35. Lost control of his car. Hit the guard-


CRISTINA (interrupts): He’s got a chest contusion and (Izzie looks pissed at Cristina) a head CT shows a left side depressed skull fracture. And a temporal epidural haematoma. GCS 14 in the field. Now down to 12. His motor exams are due back.


DR. SHEPARD: Okay let’s get him on a gram of dilan and 70g of mannitol.


IZZIE: I’m on it.


(Cristina looks annoyed)


DR. SHEPARD (to Tucker): Mr. Jones, I’m gonna need to do an examination of you, okay?


(A phone starts ringing)


TUCKER: Ah, my phone. Answer it. My phone. My wife. You need to answer it.

DR. SHEPARD: Okay, we’re going to answer it. (to Izzie) Dr. Stevens, answer his phone.


IZZIE: But-


CRISTINA: I got it.


(She grabs the injections from Izzie)


DR. SHEPARD: Mr. Jones can you squeeze my fingers for me? Mr. Jones?


(Izzie looks hella pissed and makes her way to answer the phone)


TUCKER: My phone.


DR. SHEPARD: Mr. Jones I need you to squeeze my fingers.


(Tucker starts seizing and Izzie answer’s his mobile)


DR. SHEPARD: Okay he’s seizing. Get him on his side! Watch his arm.


IZZIE: Hello? Hello? George? It’s me Izzie.


DR. SHEPARD: Okay let’s get him to the O.R


IZZIE: No I don’t have Bailey’s husband’s phone. What are you, I think I’d know if I have Bailey’s husband’s phone George.


(The others start wheeling Tucker out of the trauma room while Izzie turns around shocked realizing that Tucker could be Bailey’s husband)


IZZIE: What’s Bailey’s husband’s name?


(Izzie looks horrified)



(Cut to the O.R with a large O.R team and Meredith prepping for the surgery on Mr. Carlson. Hannah is all scrubbed up with her hand still inside Mr. Carlson)


MEREDITH: How are you doing over there?


HANNAH: My hand is getting numb and I gotta tell ya, this whole insides are all bloody and squishy thing is so not good for my gag reflex. But I’m good. Is this okay? Me being in here like this.


MEREDITH: Once Dr. Burke scrubs in. He’ll have you remove your hand and then you can go. (Hannah nods) And we’ll fix Mr. Carlson.


HANNAH: Good. Cause I know how much medicine I know and it’s just enough to never be allowed in an O.R. It’s my second week. As a paramedic. I got out of school about a month ago.


MEREDITH: I haven’t been doing this that long either.


HANNAH: Oh. Talk about on the job training huh?



(Cut to a communal scrubs area where Burke is scrubbing up. Derek walks in to scrub up as well)


DR. SHEPARD: Dr. Burke.


DR. BURKE: Dr. Shepard.


(Addison comes up to them)


DR. SHEPARD: Hey.


ADDISON: Hey. You’ve got Dr. Bailey’s husband on the table?


DR. BURKE: Bailey’s husband is going into surgery?


DR. SHEPARD (nods): Got into a car accident trying to get to the hospital before the birth.


ADDISON: What do we tell Bailey?


DR. SHEPARD: Nothing. Let’s just wait until I get in there and see how bad the damage is. Give her something concrete to tell her.


ADDISON: Yeah, no use upsetting her until we know. Okay, keep me posted. (She moves to leave) Hey, Preston.


DR. BURKE: Good seeing you Addison.


(Derek looks amazed as Addison leaves)


DR. BURKE: What?


DR. SHEPARD: She gets to call you by your first name and I don’t.


DR. BURKE: I like her.


DR. SHEPARD: And you don’t like me?


DR. BURKE: No.


(He walks off leaving Derek looking after him)



(Cut to Derek entering the O.R where Tucker is lying on an operating table being prepped for surgery. Izzie and Cristina are one of the many doctors in there)


DR. SHEPARD: How are we doing?


IZZIE: Stabilized.


ANAESTHELOGIST: I’m just about to put him under.


TUCKER: Doctor. (Derek walks up to him) You, you’re Shepard, right?


DR. SHEPARD: Yes I am.


TUCKER: I thought so. Miranda … she really likes you.
 

DR. SHEPARD: I like her too.


TUCKER: We’re having a baby.


DR. SHEPARD (nods): I know. I’m going to care of you. I’m gonna get you back to Bailey, okay? Safe and sound.


(The anaestheologist moves to put Tucker under)



(Cut to the pit where it appears Mindy has stopped crying. Nurse Tyler has helped Mindy change into a hospital gown and got her bloody clothes from her. Alex is at her bedside)


TYLER: All this blood and none of it’s hers.


ALEX: Yeah she’s fine. Acute-anxiety reaction.  Give her 2 diazepam P.O to calm her down. 


TYLER: She in shock?


MINDY: I’ll say.


(Tyler and Alex exchange a look)


ALEX: Can you tell us exactly what happened?


MINDY: You mean the shock part? It was shocking. I’m shocked. You tell my husband when I get my hands on him; He’s a dead man! Do you hear me? Scare me like this.


ALEX: Exactly how was your husband injured?


(A man named Paul calls out)


PAUL: Mindy? Mindy? Are you in here?


MINDY: I’m over here. Moron!


(A middle aged man looking fairly stressed out and kinda dressed like a war veteran walks up to the group)


PAUL: How’s James doing?


MINDY: Oh he’s bleeding all over the place. That’s how he’s doing! (she yells) The girl of the ambulance put her hand inside of him! That’s how he’s doing!

PAUL: What are you yelling at me for?


MINDY: Because! Because you and James are like idiots! Playing like 8-year olds!


(Alex tries to interrupt)


PAUL: Okay we don’t play. We re-enact.


MINDY: You play! You put on your costumes and build your stupid toys and you play!


PAUL: We re-enact.


MINDY: Nobody re-enacts World War II. You moron!


(Alex walks up to Paul)


ALEX: Exactly what happened?


MINDY: You wanna know what happened? What happened is my husband and his moron best-friend-


PAUL (interrupts): Can you stop calling me a moron?


MINDY: Moron best-friend! Decided to build some kind of big gun.


PAUL: Yeah an exact replica of the finest allied anti-tank weapon of World War II. The M19A bazooka.


MINDY: So they put on their stupid costumes and they go out into the backyard and they try to shoot the thing!


(Alex looks a little confused)


PAUL: I’m the gunner. James is the loader. Okay we follow the specifications exactly. (Alex nods) You should see it. It’s a 60 millimeter. One and a half pound rocket. It’s a beauty.


MINDY (angry): It didn’t work. So like an idiot my husband has to go and stand in front of his big gun to see what went wrong! That’s when the stupid toy starts working!


(Alex starts looking concerned)


PAUL: Stop calling it a toy.


MINDY: It’s taken up half my garage. I’ll call it whatever I want!


ALEX: Whoa, whoa, whoa, whoa. Whoa, he shot himself with a bazooka?


MINDY: Yeah!


ALEX (turns horrified to Paul): He shot himself with a bazooka?


(Paul nods)


MINDY: Like I said, morons! The pair of them!


ALEX: Was there an explosion?


PAUL: Huh?


ALEX (insistent): Was there an explosion?


PAUL: No. Why?


(Alex looks beyond horrified)


PAUL (horror-struck): Oh crap.


(Alex runs out of the ward sprinting)


MINDY: What? What is it?



(Cut to Alex sprinting down a hallway. Richard sees him)


RICHARD: Hey! Slow down!

(Alex ignores him and keeps running)



(Cut to Derek in the O.R about to start surgery on Tucker with a drill)


DR. SHEPARD: If Bailey asks, I’m not the one who did this.


(He starts drilling)



(Cut to Bailey in her patient room holding her mobile looking concerned. She opens up her phone and starts dialing)


(Cut to Alex sprinting down another hallway)


(Cut to the O.R where Mr. Carlson is. Burke is about to start the surgery)


DR. BURKE: Okay everyone. I’m going to do a throacotomy and Hannah here is going to pull her hand out. Dr. Grey is going to clamp the bleeder when we have more exposure. (to Hannah) Ready?


HANNAH: More than ready.


DR. BURKE: Scalpel.


(A nurse hands him a scalpel)


(Cut to Alex sprinting down the hallway, breathing hard and entering a stairwell)


(Cut to George seeing Tucker’s mobile phone ring but going un-answered)


(Cut to Bailey in her room on her mobile)


DR. BAILEY: Uh, Tucker Jones you better lying in the street somewhere dead Mister (She starts getting a contraction) because when I get my hands on you (she calls out in pain) I am having your baby here Mister!


(Cut to Alex sprinting up the stairs)


(Cut back to the O.R with Burke about to cut Mr. Carlson)


DR. BURKE: Okay, on the count of the 3. One.


(Cut back to Alex running down a hallway. Scene switches back to Burke)


DR. BURKE: Two.


(Again cut to Alex running. Cut to Burke about an inch away from flesh and from making an incision)


(Cut to Bailey in her patient room moaning as the contraction passes)


(Cut back to the O.R. as Burke just presses the scalpel against Mr. Carlson’s skin. Alex slams open the door breathless)


ALEX: Dr. Burke! I need to speak with you.


DR. BURKE (annoyed): I am in surgery Karev.
 

ALEX (insistent): You wanna talk to me sir.


(Burke looks at him for a bit before handing the scalpel back to the scrubs nurse. Burke makes his way over to Alex who’s standing at the doorway while the O.R team including Hannah just look over at the two)


DR. BURKE: Karev, if you interrupt me in my O.R before-


ALEX (interrupts): Was it through and through?


DR. BURKE: What?


ALEX: The wound on James Carlson. Was it through and through.
 

DR. BURKE: No, it was just an injury. No exit. Why?


(Alex looks resigned)


(Camera moves to Hannah and Meredith)


HANNAH (to Meredith): He’s cute. He single?


(Meredith just stares at Burke and Alex who are talking in hushed tones. The O.R team give each other confused looks. The anaestheologist Dr. Milton also looks confused)


(Burke takes one step back into the O.R and Alex half-closes the door watching)


DR. BURKE: Hannah.


HANNAH: Yes, Dr. Burke?


DR. BURKE: What do you feel? Inside of Mr. Carlson. What is your hand touching?


HANNAH (confused): What do you mean?


DR. BURKE: Is your hand touching anything hard?


MEREDITH (confused): Hard?


DR. BURKE: Like metal?


HANNAH: Um, I don’t know.
 

(Hannah attempts to move her hand)


DR. BURKE: Don’t move your hand. Just tell me what you feel.


MEREDITH: Dr. Burke, what’s going on?


DR. BURKE: Hannah.


HANNAH: Um, my finger tips are touching something kinda hard. (She nods) Yeah, yeah definitely.


DR. MILTON: Oh my god!


DR. BURKE (admonishing tone): Dr. Milton!


HANNAH (panicky): What? What’s wrong?


DR. BURKE: Hannah, I don’t want you to move. Not your hand, not your body. Not an inch.


HANNAH: Okay you should know your starting to scare me.


DR. BURKE: Don’t be scared. Everything is going to be fine. Dr. Grey could you ah-


(He motions with his head for Meredith to come forward. Meredith leaves the table and walks up to him looking very confused)


DR. BURKE (quietly to Meredith): I want you to walk out of this room. Walk, do not run. Go and tell the charge nurse that we have a code black.
 

MEREDITH: I’m sorry, code black?


DR. BURKE: Code black. Tell him that I am sure. And then tell him to call the bomb squad.
 

(Meredith looks concerned and scared)


(Cut to the whole O.R team now including Alex and Meredith standing outside the O.R which has now only Burke, Hannah, Dr. Milton and James Carlson)


ALEX: Can you imagine? What she stick her hand in there for anyway?


MEREDITH: She was trying to save his life.
 

ALEX: And now she might die because of it.


(Burke opens the door and steps outside)


MEREDITH: What do we do now?


DR. BURKE: I go back in and wait for the bomb squad. You leave. You all leave.
 

(Most of the team starts leaving but a few stand their ground including Meredith)


ALEX: Mer, you coming? (Meredith turns and gives him a look) It’s your funeral.


(He walks off with the others)


MEREDITH: You need a surgical team.


DR. BURKE: All I need is Dr. Milton to keep him under. I can do the rest myself.


(Meredith and 3 other people from the O.R team just stand there)


DR. BURKE: Fine. But you wait by the elevator. I don’t want anybody in here that doesn’t need to be in this O.R. When the bomb squad arrives we’ll take it from there. Until then Milton and I are doing this alone. Now, go.


(They all walk off to stand by the elevator)



(Cut to Bailey’s patient room where Addison is helping Bailey to do some exercises to lessen the pain of her contractions)


DR. BAILEY: Okay, okay, okay. (The contraction passes) Ah!


(George enters)


GEORGE: 8 minutes apart.


ADDISON: There is no shame in an epidural Miranda.
 

DR. BAILEY: Epidural increases the possibility of a C-section.


(George places a suitcase with Bailey’s clothes on the bed)


ADDISON: It also decreases pain. Miranda, this is a big baby. It’s your first baby and I’m telling you it is not gonna be a short or an easy labor.
 

DR. BAILEY: Mmm, I can handle a little pain. No problem.


(George opens the door to leave and watches from the doorway. Bailey stands up with the help of Addison and goes to sit on the couch in her room)


DR. BAILEY: Women all over the world do this at home.


ADDISON: Mmm hmm.


DR. BAILEY: With nothing more than a pair of scissors and a bucket of hot water.


(They both sit down on the couch)


GEORGE: Well women all over the world also die giving birth at home every single day.


(Both Bailey and Addison give George I can’t believe you just said that looks)


GEORGE: I did not just say that.


(Addison shakes her head)


DR. BAILEY: You’re supposed to be making yourself useful and finding my husband.


GEORGE (confused): What? I-


ADDISON (interrupts): He’s ah not here.


(Bailey looks disbelievingly and George shrugs)


DR. BAILEY: Oh now he should be here by now!
 

ADDISON: Okay we’re going to go find him. Right, Dr. O’Malley?


GEORGE: Right.


(He leaves. Addison’s pager beeps and she does a double take when she sees it)


DR. BAILEY: What?


ADDISON: Oh nothing. I’ll … I’ll be right back.


(She leaves the room)



(Cut to the O.R where Derek is performing surgery on Tucker. Izzie and Cristina are watching from afar. Derek’s pager goes off)


DR. SHEPARD: Yang, could you check that?


(Cristina moves to check his pager and raises her eyebrows at the pager. She moves to make a phone call)


IZZIE: How’s he doing?


DR. SHEPARD: Ah, it’s touch and go. I’ve located the clot. I’m just trying to find the source of the bleeding. Go and find Addison and tell her that he’s in worse shape than I thought.


(Izzie leaves and Cristina hangs up the phone)


DR. SHEPARD: What they want?


CRISTINA: They want us to evacuate.


DR. SHEPARD: Evacuate? Did they say why?


CRISTINA (questioning tone): Ah no but your pager said ‘Code Black’?


(Derek looks up startled from the surgery)


DR. SHEPARD: You sure they said that?


CRISTINA (nods): Yes.


DR. SHEPARD (to himself): Could be a drill. Even if it’s not a drill I can’t evacuate. I’ve got an open brain on the table. I’m not leaving Bailey’s husband on the table with his skull flap open so (he speaks up louder) if anybody wants to go they should go. Anybody want to evacuate? (They all stand there) Going once. Going twice. Three times.


(Nobody leaves)


DR. SHEPARD (to Cristina): You’re sure they said Code Black?


CRISTINA (nods): Yes.


(Cut to an elevator where George gets on. Addison is already standing there. Other people are in there looking like they’re going home)


GEORGE: I don’t like having to lie to Dr. Bailey.


ADDISON: Now’s not the time Dr. O’Malley.


GEORGE: She’d want to know about her husband.


(His pager goes off. The doors begin to close)


GEORGE: Code Black? What’s a ‘Code Black?’


(Izzie runs to the doors)


IZZIE: Wait! Hold it! Woah.


(She stops the doors from closing and enters the elevator)


IZZIE: Dr. Shepard. The other Dr. Shepard wanted me to let you know that Tucker’s bleed is more extensive than he originally thought. It’s gonna be a few more hours before he has anything concrete to tell Dr. Bailey.
 

ADDISON: Thanks Stevens.


(The doors shut and George moves to speak to Izzie)


GEORGE: What’s a ‘Code Black’?


IZZIE: A what?


(She moves to look at his pager but her own goes off which she checks)


IZZIE: ‘Code Black’? Code Red, Code Blue, Code. I’ve never had a ‘Code Black’ before. (She looks to Addison) Dr. Shepard?


ADDISON: Just, just go back to your locker room and wait for your resident to give you instructions.


IZZIE (now concerned): We don’t have a resident.


GEORGE: What’s going on?


IZZIE: Is it something bad?


(The elevator dings and the doors open to reveal chaos on the floor with nurses, doctors and many police officers running around)


ADDISON: Yeah, it’s something bad.
 


(Cut to the O.R with Mr. Carlson. Hannah is still there looking very nervous. Dr. Milton is slowly pumping the manual ventilator, an ampoule bag. Burke is standing a few feet away watching)


HANNAH: So, so I’m touching live unexploded ammunition?
 

DR. BURKE: I’m afraid so.


HANNAH: Huh. Not the greatest feeling in the world.
 

DR. BURKE: No. I guess not.


HANNAH: And he’s still out?


DR. MILTON: Yeah.


HANNAH: But he’s not hooked up to the machine anymore?


DR. BURKE: I had Dr. Milton take him of the ventilator. The flow of oxygen posed a danger. The ampoule bag is breathing for him now.


HANNAH: He can’t hear me?


DR. BURKE (shakes his head): No.


(Hannah nods and looks down)


DR. BURKE: Hannah?


HANNAH (panicky): What if I just take my hand out really quickly?


DR. BURKE: We’d have to ask the bomb squad that when they arrive but I’m guessing that would cause the ammo to shift and explode.
 

HANNAH (nods teary-eyed): Oh.


DR. BURKE: Hannah?


HANNAH: Yeah?


DR. BURKE: You’re hand is keeping Mr. Carlson from bleeding out. You are keeping him alive.


HANNAH (nods and closes her eyes): Right. And the bomb squad is coming.

DR. BURKE: The bomb squad is coming.
 

HANNAH (nods again even more teary-eyed): Okay. Okay.


(Burke nods)


(Cut to Richard standing on the stairs nearby a nurses’ station. He’s giving a meeting to many attendings and residents. Addison walks up to the group with George and Izzie following)


RICHARD: We’re having pre-op patients transferred to Mercy West and all trauma re-routed to Seattle Presbyterian. There is no danger to the north, south and west wings of this hospital. Just the east surgical wing. That said anyone who wants to leave can leave. No-one stays unless they volunteer to stay, understood?  (The group nods) Okay.


(The group starts to break up and Richard starts walking off and Addison approaches him with George and Izzie listening but a few feet behind them)


ADDISON: Richard, it’s a Code Black? Really?


RICHARD: Yes, I’ve shut down the O.R’s.
 

ADDISON: Wait to trauma?


RICHARD: To everything.
 

ADDISON: Wait a minute to everything, everything?


RICHARD (stops walking): As of ten minutes ago all the operating rooms at Seattle Grace were completely evacuated with the exception of Dr. Burke’s team.
 

IZZIE: Dr. Shepard’s team.


RICHARD: What? (he walks up to Izzie) What do you mean Dr. Shepard’s team?


IZZIE: They’re still in O.R two.
 

(Nurse Debbie comes up to them)


DEBBIE: Bomb squad just arrived.


RICHARD: Excuse me.


(He leaves)



(Cut to the bomb squad coming off the elevator onto the O.R floor lead by a man named Dylan Young)


DYLAN: You the surgical team?


MEREDITH: Yes.


DYLAN: Dylan Young, bomb squad. (to his team) All right spread out and check the area and then we’ll secure the patient. (he turns back to Meredith) Where are they?


MEREDITH (points to the O.R down the hall): Dr. Burke has them in there.


DYLAN: Right, the rest of this floor has been evacuated?


MEREDITH: It has. Yes.


DYLAN: Okay, you stay here. Nobody moves unless I say so.
 

(A bomb squad member calls out)


BOMB SQUAD GUY #1: We’ve got people over here.
 

(Meredith looks confused)


DYLAN (to Meredith): I thought you said the floor had been evacuated.


MEREDITH: I thought it had. I’m not in charge or anything.


(The camera pans across and reveals Cristina yelling at a bomb squad member and blocking him from entering the O.R. Meredith sees this)


MEREDITH: Cristina!


CRISTINA (to the bomb squad guy): Back Up!


MEREDITH: Oh no she will hurt him!


CRISTINA (to Meredith): What’s going on?


MEREDITH: Bomb in a body cavity.


CRISTINA: Man. All I got is Bailey’s husband’s open brain.


MEREDITH: What procedure?


CRISTINA: Craniotomy with Shepard.


MEREDITH: Shepard’s got Bailey’s husband on the table?
 

DYLAN: Excuse me.


MEREDITH (they both ignore him): Bailey’s having a baby!


DYLAN (louder): Excuse me! Stop talking!


(Cristina and Meredith give each other looks and move away from each other)



(Cut to Izzie sitting against the wall in a hallway overlooking the floor below filled with the police and hospital staff. George comes up, sits next to her and hands her half of his sandwich)


GEORGE: Eat something.


IZZIE: Who knew Meredith and Cristina would be on a floor with a bomb?


GEORGE: Yeah.


IZZIE: Is it wrong that we’re jealous? It’s alright that we’re jealous, right?


GEORGE: The fact that we’re jealous because they might blow up the guy is not a reflection on our character. It’s about feeling useless.


IZZIE: Ineffectual.


GEORGE: We couldn’t even get Meredith out of bed this morning. We had to call in Cristina. How embarrassing is that?


IZZIE: You know what I think George? Meredith and Cristina are doers.
 

GEORGE: They do. They’re doers.


IZZIE: They do and we … (she sighs) we watch. We’re watchers.
 

(They both look pretty down at this. Izzie notices Alex helping out on the floor below)


IZZIE: We have to become more proactive George. We have to become doers.


GEORGE: Fight for what we want.


IZZIE: We have to do.


GEORGE: Yeah. (Izzie stands up and walks off) Oh you mean … (he stands up) We are starting right now. Okay.



(Cut to Izzie walking down an empty hallway very determinedly. She enters the Doctors’ lounge where Alex is in there by himself making a cup of coffee)


IZZIE: Alex.


ALEX: Crazy this is. Dude, it’s like the apocalypse.


IZZIE: Alex.


ALEX: It’s true. Look around you. Half the people who are supposed to be saving lives fled the building to save themselves. Bailey’s husband almost died coming to see his kid get born. (Izzie moves to speak but Alex keeps talking) The annoying twins are down on the O.R floor with a guy who literally might explode in their faces.  It’s more than what’s happening here. Just saying people should get while the gets good because they’re might not be tomorrow.
 

IZZIE: Alex!


ALEX: What?


(Cut to Izzie and Alex in a linen closet making out passionately. They break apart)

IZZIE: Take off your pants.

(She starts taking off her shoes and socks)


ALEX: Izzie what are you doing?


IZZIE: I’m being a doer. Getting while the getting’s good. Now take off your pants.


(She starts removing her top)


ALEX: Look when I said the apocalypse I meant metaphorically not literally.


(Izzie removes her top leaving her standing in her bra. She takes out her hair from its bun)


IZZIE: Alex. I haven’t had sex in 8 months and 12 days. I’m horny, I’m half-naked and saying yes. You wanna stand there and talk metaphors or do you wanna literally take of your pants! (Alex nods) Okay.


(Alex throws down his pants and stands up eagerly as Izzie removes her bra)



(Cut to Dr. Shepard still operating on Tucker with his O.R team. Dylan stands at the doorway)


DYLAN: Dr. Shepard there’s an explosive device in the O.R next door. I need you to evacuate now.


DR. SHEPARD: Yeah and I’ve got a guy who’s brain is exposed on this table. I’m not going to walk away and leave him to die. (to his O.R team) The rest of you can go.


(The majority of the O.R team leave but a few stay. Dylan doesn’t look very happy)


DYLAN: You close him up. You do whatever you have to do. The ‘Chief of Surgery’ has authorized to tell me you cannot stay here.


DR. SHEPARD: The ‘Chief of Surgery’ doesn’t scare me. Dr. Bailey scares me. I’m not going to be the one to let her husband die. And that’s what would happen if I put his skull flap on in this condition. Bomb or no bomb. Now get out of my O.R.
 

(Dylan closes the door)


(Cut to Bailey in her room standing up trying to pass off another contraction. Addison comes in)


DR. BAILEY: Trying to get gravity to do me a little favor. I’m 9 centimeters dilated. I need that last centimeter.


ADDISON (distracted): Good. That’s ah … good.


(She avoids looking at Bailey. Bailey notices this)


DR. BAILEY: Dr. Shepard? Where exactly is my husband?


(Addison faces Bailey teary-eyed)


ADDISON: He’s with my husband.


(The camera shows an outside shot of Addison giving Bailey the news)



(Cut to an x-ray viewing room where Burke is Dylan looking at x-rays of Mr. Carlson. There’s also another bomb squad guy there as well)


DYLAN: There is no telling how dangerous it is. We need more info.
 

DR. BURKE: The longer we wait, the greater the chance he’ll bleed out and die.
 


(Cut to the O.R with Hannah and Dr. Milton. They’re both wearing flak jackets now. They both seem very scared)


DR. MILTON: Pink mist.


HANNAH: Excuse me?


DR. MILTON: That’s what the bomb squad calls you when you blow up. Pink mist. I read that somewhere. Bomb goes off and anyone in range explodes into a billion pieces. You’re liquid. There’s nothing left. (Hannah does not look happy hearing this) Just flecks of human flesh and blood. Pink mist. Sometimes they don’t even find a finger. One minute you’re a person, the next … you’re bloody rain.


(Milton stares at Hannah for a bit)


DR. MILTON (holds out the ampoule): Here take this.


HANNAH: What?


DR. MILTON: Go ahead. (Hannah takes the ampoule bag with her free hand) Now I want you to squeeze it in even beats. Okay? (Hannah begins squeezing the bag) Now not too fast. Not too fast. There you go.
 

(He starts backing out of the O.R slowly and turns to leave. He reaches the door)


HANNAH: Dr. Milton?


DR. MILTON: I’ve got kids. (Hannah looks shocked as she realizes he’s leaving her) Even beats, okay? That’s it.


(He leaves the O.R, leaving Hannah thoroughly scared by herself)



(Cut to a conference room where Richard is sitting talking to Mindy. Paul is pacing around the room)


MINDY: What about my husband? How long can he stay like that with live ammo inside him?


RICHARD: I honestly don’t know.


MINDY: You’re going to try to save him, right?


RICHARD: We’re gonna try. First the bomb squad has to determine the best way to retrieve the device.


PAUL: I’m sorry Mindy. I’m so sorry.


MINDY: Shut up. We’ve got 3 kids and you’ve got him building bazookas! (she turns back to Richard) Oh god. He’s gonna die.


(She starts crying)


RICHARD: Ah Paul why don’t you go with officer there and answer his questions about the device you guys built.


(There is an officer standing at the doorway as is Alex. Mindy sits down)


PAUL: Oh anything, anything to help.


(Paul leaves and Alex comes in)


RICHARD: Uh Karev, why don’t we get Mrs. Carlson a cup of coffee.


(Alex nods and leaves. Richard pats Mrs. Carlson comfortingly)


MINDY: I guess I should look on the bright side. It’s not like this can get any worse. I mean this is it … this is bad as it gets, right?


(Richard is silent)



(Cut to George entering Dr. Bailey’s room. Bailey is pacing around. All of her stuff is piled on the table in front of her bed)


GEORGE: Dr. Bailey, I was just- Dr. Bailey what-


DR. BAILEY (interrupts): Can someone find me my suitcase? I need my suitcase. I’m going home.


GEORGE: Dr. Bailey, you’re having a baby.


DR. BAILEY (angry and upset): There’s not going to be any baby born today. You hear me? I’m holding it in! (George looks shocked) I’ll have him tomorrow. Just not now. Not like this. No! Just, no. (she has another contraction and struggles not to cry) I’m going home. I’m going home right now. (crying) I can’t. I can’t do this without my husband. I can’t do this alone. (the contraction passes) Ah! Okay, okay, okay.
 

(Cut to Cristina and Meredith standing in the O.R hallway watching Dylan and Burke discuss the situation in the x-ray room)


MEREDITH: So how are they going to remove that ammo without killing him and James?


(Cristina walks up to the outside of the O.R with Hannah and James)


MEREDITH: Cristina! (Meredith walks up to her quickly) The bomb squad guy said you’re supposed to stay away from there.


CRISTINA (peers into the O.R through the window on the door): Is it me or is she shaking?


(They both look in. They see Hannah shaking and squeezing the ampoule bag)


MEREDITH: Is she squeezing that ampoule bag by herself?


CRISTINA: Where is Dr. Milton?


(They open the door slowly. Hannah is by herself and is very pale. She’s also shaking very badly but still squeezing the bag. She’s very nervous and teary-eyed and scared)


MEREDITH: Hannah? (Hannah looks at them) Where’s the anaestheologist?


HANNAH: He um … he left. (to herself) I don’t wanna die. I don’t wanna die.
 

(She struggles not to cry and breathes erratically)


MEREDITH: Hannah.


HANNAH: I think I’m going to take my hand out now.



(Cut back to the x-ray room with Burke and Dylan)


DYLAN: When the hell are people going to learn?


DR. BURKE: Well it may not be as bad as it seems.


DYLAN: Her hand is holding that device steady.


DR. BURKE: Or maybe her hand is simply in there with the ammo. We can’t know.
 

DYLAN: Well my guys talked to the friend. That device is home made which means it’s unstable and very unreliable. It could be a dud but we have no way of knowing. Add that to the fact you’ve got a surgeon in the O.R next door refusing to leave. (Burke looks surprised at that) And a nervous paramedic’s hand in the body cavity.


DR. BURKE: It’s definitely as it seems.
 

DYLAN: That’s what I’m saying.


CRISTINA (calls from the other O.R): Hey, somebody help! Help here!


(They all sprint from the room and across the hall to the other O.R. Dylan the other bomb squad guy to leave. He and Burke enter the O.R. Cristina is now pumping the ampoule bag. Meredith is standing next to Hannah trying to comfort her)


HANNAH (upset): I think I’m going to take it out now.


MEREDITH: Okay we’re almost to the finish line. You can do this.


HANNAH (crying): No, no. No, I just want to take it out and be done with it.
 

DR. BURKE: Hannah. It won’t be much longer. Remember you’re keeping him from bleeding out.


HANNAH (very upset): No! (gasps) I am 22 years old! I should not even be in here! This is some kind of mistake!


DYLAN (to Burke): She’s panicking. We need to clear the room.


MEREDITH: I’m not leaving.


DR. BURKE: Grey, let’s move!


MEREDITH: I’m not leaving her.


DYLAN: Get everyone out now Dr. Burke.


DR. BURKE: She’s my intern. I am responsible for her.


(Meredith has her hand on Hannah’s arm that is inside James. Everyone starts talking at once)


HANNAH: No, it’s gotta come out! It needs to come out!


DR. BURKE: Yang, go with Dylan!


MEREDITH: It’s alright. Hannah, look at me.


HANNAH (shakes her head): NO! It’s gotta come out. No, NO!


MEREDITH: Hannah, look at me. You can do this.


DYLAN: Hannah, you need to calm down. You need to relax. Everything’s gonna be fine.


HANNAH (crying): No!


DR. BURKE: Hannah. Hannah.


MEREDITH: Hannah. You can do this.


HANNAH: No. It has to come out.


DR. BURKE: You keep it there. Just a little while longer.


HANNAH (yells): I have to! I have to!


(She pulls her hand fast. Burke, Dylan and Cristina all fall to the ground with the arms above there heads. Meredith is still standing. Hannah runs to the door. She opens it and leaves a bloody handprint on the wall as she runs out of the room. Meredith just stares after Hannah. The door closes slowly)


(Cristina stands up slowly and sees that Meredith now has her hand inside James Carlson. Burke stands up as well)


CRISTINA (looks shocked and whispers): Meredith.
 

MEREDITH (to herself): Oh dear god.


(Dylan is standing up as well. Burke moves to go up to Meredith)


DYLAN: Just stay right where you are. Nobody move. Stay exactly where you are.
 

(Meredith takes in a slow deep breath)


MEREDITH (whispers to herself): What did I do? What did I do? What did I do? What did I do? What did I do? (she takes a deep breath) What did I do? (breathes again) What did I do? What did I do?

Kikavu ?

Au total, 230 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Locksley 
05.09.2019 vers 20h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Lilie34 
24.04.2019 vers 22h

LILI62100 
23.04.2019 vers 09h

magrenat 
10.04.2019 vers 17h

NIMPHE 
02.04.2019 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 6 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente

Photo du mois
Aujourd'hui à 14:46

S16E05 Breathe Again
Aujourd'hui à 14:24

S16E04 It's Raining Men
Aujourd'hui à 14:24

Thomas Koracick
Aujourd'hui à 14:23

Andrew DeLuca
Aujourd'hui à 14:22

Richard Webber
Aujourd'hui à 14:20

Maggie Pierce
Aujourd'hui à 14:17

Amelia Shepherd
Aujourd'hui à 14:16

Jo Wilson
Aujourd'hui à 14:13

Dernières audiences
Logo de la chaîne ABC

16.03 : Reunited (inédit)
Jeudi 10 octobre à 20:00
6.09m / 1.4% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

16.02 : Back In The Saddle (inédit)
Jeudi 3 octobre à 20:00
6.01m / 1.3% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

16.01 : Nothing Left to Cling To (inédit)
Jeudi 26 septembre à 20:00
6.51m / 1.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Diffusion ABC - 1604

Diffusion ABC - 1604
C'est ce soir que sera diffusé l'épisode 1604 "It's raining men" sur la chaîne ABC. La guerre entre...

Les photos de la célébration du 350ème épisode

Les photos de la célébration du 350ème épisode
L'équipe de Grey's Anatomy et d'ABC ont célébré le 350ème épisode qui sera diffusé le 14...

Audience ABC - 1603

Audience ABC - 1603
L'épisode 3 de la saison 16 de Grey's Anatomy a rassemblé 6.09 millions de téléspectateurs, avec un...

Départ de Sophia Ali

Départ de Sophia Ali
Krista Vernoff vient d'annoncer le départ de Sophia Ali. L'actrice qui jouait l'interne Dahlia Qadri...

Diffusion ABC - 1603

Diffusion ABC - 1603
Ce soir sera diffusé l'épisode 1603 "Reunited" de Grey's Anatomy sur ABC.  Vous pourrez voir en...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

cinto, 15.10.2019 à 18:51

Vous voulez poser une question à Henry? RDV au sondage chez The Tudors et Régalez-vous à commenter. Merci à tous.

CastleBeck, 15.10.2019 à 22:21

Un nouveau concours d'écriture vous attend sur le quartier Castle. Merci

juju93, Avant-hier à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Locksley, Hier à 15:33

L'interview de bloom74, HypnoVIP, est publiée à l'Accueil ! Bonne lecture et bon après-midi !

sabby, Hier à 21:05

Hello bonsoir ! Un nouveau survivor vous attend sur S.W.A.T Bonne soirée à tous !!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site