VOTE | 864 fans

#215 : Franchir la ligne

Scénario : Dr. Zoanne Clark - Réalisation : David Paymer
Guest stars : Pamela Roylance, Kenneth Mitchell, June Lockhart, Leisha Hailey, Dona Hardy, Rae Allen, Betty Garrett, Kate Burton, Steven W. Bailey, Moe Irvin, Sarah Utterback, Robin Pearson Rose, Kali Rocha, Jeremy Rabb, Cathy Lind Hayes, Teddi Siddall, Monica Calhoun, Regine Nehy, Zibby Allen, Amy Cale Peterson 

Les infirmières en chirurgie sont en grève, ce qui ne rend pas les choses faciles pour les médecins qui se retrouvent seuls. George refuse d'aller travailler et rejoint les infirmières dans le piquet de grève car il soutient les syndicats. De leur côté, Alex, Cristina, Izzie et Meredith rencontrent la remplacante de Bailey : le Dr. Cindy Aaron est l'opposée de Miranda Bailey. Izzie accepte de travailler avec Addison Shepherd sur le cas d'une adolescente enceinte avec une tumeur qu'il faut absolument opérer. Cristina et Alex s'occupent d'une jeune femme mariée ayant une drôle de réaction sur la peau. Meredith, quant à elle, se trouve dans l'obligation d'intuber une vieille femme, mais apprend par la suite qu'elle ne souhaitait pas être réanimée.

Popularité


4 - 9 votes

Titre VO
Break on Through

Titre VF
Franchir la ligne

Première diffusion
29.01.2005

Première diffusion en France
11.09.2006

Plus de détails

En chirurgie, il y a une ligne rouge sur tout le sol qui délimite l'endroit où l'hôpital ne peût être accessible qu'à certaines personnes qui en ont le droit. Passé au-delà de cette ligne défendue n'est pas toléréEn général, les lignes ne sont pas là pour rienPrudence, sécurité, précision. Quand on choisit de franchir la ligne, on le fait à ses risques et périlsAlors pourquoi, plus la ligne est grande plus forte est la tentation de la traversée.

Jour de grève dans un premier temps Izzie et George n'osent pas traverser le piquet de grève.

Cristina arrive.

Cristina se lance dans la foule et se ramasse plein de nourriture. Puis Izzie fait même.

Meredith vient voir sa mère mais découvre que son chef est avec elle.

George reste dehors avec la grève.

Avec la grève, Derek et Burke réclame d'autres infirmières.

Les internes cherche le remplacent de Bailey, elle arrive les appellant chacun leur tour et se rent compte qu'elle à affaire à un groupe soudé.

Personne ne veut travailler avec elle chacun va de son coté.

Alex et Cristina s'occupe d'une patiente qui est en lune de miel.

Meredith découvre une patiente en détresse, elle l'ausculte puis réclame une infirmière.

Retour à la grève Olivia vient à George qui lui dit qu'il peut y aller mais il refuse (à cause des métiers de ses parents instituteur et routier) mais s'il rentrechez lui il perdra sa place, il finit par dire qu'il est syndiqué il se joint à la grève.

Meredith réclame une infirmière et une élève arrive et elle va aider Meredith pour l'intuber.

Addison et Izzie ausculte une très jeune femme  qui va avoir un bébé. Sa mère voudrait rentrer mais leur problème fait qu'elles doivent rester ici ; Addison va emmener les échantillons afin de pouvoir l'operer. Izzie rassure la mère qui l'incite à aller travailler qu'elle veillera sur sa fille.

Meredith se joint au chef devant le tableau des opérations, elle lui dit qu'elle a vu sa mère ce matin, il lui demande comment va t'elle  elle répond très bien.

Cristina s'occupe de sa patiente elle lui fait un marquage pour l'etendue de l'infection.

Meredith et Derek se croisent, il lui donne des nouvelles de son chien et Addison arrive qui s'implique dans la conversation et répond qu'elle lui manque et lui propose de venir le voir le chien. Puis elle s'éclipse, pour les laisser tout les deux.

Addison demande à son mari si il connaitrait un bon neurochirurgien il rigole puis elle s'en va.

Retour à la grève : George s'est joint à la grève et Olivia, Tyler ont besoin de quelqu'un pour leur patient ils ont pensé à George.

Alex, Cristina et le Dr Aaron opère leur patiente quand soudain le téléphone sonna et leur annonce que c'est une fasciite nécrosante.

Meredith va voir sa patiente Grace Biquame qui demande à Patricia qui lui dit qu'elle refuse d'être réanimer; ses amies s'en prennent viollemment à Meredith.

Elle leur demande qui elles sont pour elle.

 

George franchit le piquet de grève pour aller voir les patients de ses amis en entrant il interpellé par le chef et lui répond qu'il n'est pas là.

Le mari de la patiente (fasciite nécrosante) n'en croit pas ses yeux et doit prendre une décision importante maintenant pour peût être sauver la jambe et sa femme en même temps il accepte. Cristina n'est pas d'accord avec Alex.

Derek, Izzie, et Addison sont au chevet de Cheyenne patiente de ces dernières.

Derek et Addison la rassure pour l'opération.

Izzie fait plus ample connaissance avec elle en parlant litterature et du confort du bébé à venir puis s'en va.

Opération de Cristina et Alex qui ne sont toujours pas du même avis.Christina sort du bloc et va rejoindre Burke pour se plaindre du Dr Aaron (résidente), elle convaint Burke d'y aller.

Meredith et le chef sont avec les amies de Grace Biquame, qui sont entrain de le draguer.Elles veulent faire en sorte que les dernières volontées de Grace soit respectées.Seule sa fille peût-être en mesure de donner son accord(responsable de sa mère). Meredith remarque le comportement du chef envers les vieilles dames.

Si sa fille accepte, Meredith devra tuer sa patiente. Le chef lui demande si ça va et répond qu'elle n'a pas besoin de lui.

Izzie aperçoit Cheyenne entrain de lire à son bébé.

Dans le bar de Joe, toutes les infières trinquent à George.

Cristina et Merdith discutent leur cas. Alex, Izzie et George les rejoingnent.

Tout à coup une chaude altercation entre Cristina et une infirmière. Meredith prend Cristina par le bras et l'emmene avec elle et George les suit.

Izzie retoune voir Cheyenne et lui rèvéle un très lourd secret personnel.

Cristina est chez elle et Burke l'attend; il lui explique qu'il n'a jamais remis en doute la décision d'un collègue.

George donne des actes médicaux à faire pour Meredith. 

Burke réclame quelqu'un pour un acte, George lui répond qu'il ne peut pas et crie leur slogan "les heures payeés, un salaire décent".

George se rend compte que les medecins ne disent jamais merci aux aides soignantes et que les chirurgiens ne savent pas leur noms.

Alice Biquame arrive pour voir sa mère, Meredith l'emmene la voir.

La maman de Cheyenne arrive n'est pas contente du Dr Stevens.

Le Dr Aaron et Alex vont voir comment va leur patiente.

Quand elle sort de la chambre dit à Cristina qu'elle accepte ses excuses quant elle veut.

La fille de Grace Biquame signe le formulaire qui autorise Meredith à la débrancher.

Meredith commence, et Richard lui propose de le faire mais elle dit qu'elle à tout installé, elle peut tout enlever.

Sa fille lui demande combien de temps cela va t'il durer. Meredith répond peût-être un certain temps.

Cristina rejoint Burke, il lui dit qu'elle doit présenter ses excuses au Dr Aaron.

 

Richard et Meredith sont sorti de la chambre, elle lui demande combien de temps cela fait, il répond 2 heures 17 minutes. Elle lui avoue qu'elle la vue avec sa mère  au long séjour et qu'il y allait 2 à 3 fois par semaine. Il ne sait pas pourquoi il ne lui en a pas parlé. Il lui demande si elle va l'empêcher d'y retournr mais sans réponse. Elle retourne voir sa patiente mais lui demande si elle se sent seul sa mère, et lui répond que oui.

 

Opération de Cheyenne : Derek, Izzie, et Addison s'occupe d'elle et de son bébé à naître.

 

Izzie s'occupe du bébé.

 

Retour autour de Graçe qui s'en va, Meredith annonce le décès à 12h42.

 

Meredith s'en va pleurer dans la réserve, et Derek la suit car il s'inquiète et l'aide à mieux respirer et prête son épaule pour l'occasion.

 

Elle ne veut pas que sa mère meurt toute seule puis lui dit que ça va mieux puis ont un regard qui en dit long sur leur sentiments l'un envers l'autre.

 

Izzie  va voir Cheyenne qui lui demande si elle n'a pas regretter d'avoir abandonner son enfant.

Puis elles discutent de ce que Cheyenne pourrait faire. 

Meredith dit au chef qu'il peut continuer à voir sa mère quand t'ils sont ensemble elle est heureuse. 

Burke et Cristina vont vers Alex et le Dr Aaron pour qu'elle aille excuser auprès d'elle.

Richard parle avec Patricia (ex infirmière) de la grève.

Les grévistes ont gagnés.

On ne peut s'en empêcher, on voit une ligne il faut qu'on la franchise, c'est peût-être pour le frisson de passer du connu à l'inconnu, une sorte de défi personnel le seul problème c'est que une fois qu'on la franchi la ligne, c'est pratiquement impossible de revenir en arrière. 

[INT SGH]

VOIX OFF (Meredith) : En chirurgie, il y a une ligne rouge sur le sol qui délimite l’endroit où l’hôpital ne peut être accessible qu’à certaines personnes qui en ont le droit. Passer au-delà de cette ligne défendue n’est pas toléré.

(Plan sur le piquet de grève devant l’hôpital. Les grévistes scandent un slogan : « Des heures sup’ payées! Un salaire décent! )

GEORGES, devant la limite du piquet de grève : Je peux pas ! Non je peux pas ! Je peux pas briser le piquet de grève !

IZZIE : Attends, j’aime pas ça non plus ! Mais, qu’est-ce qu’on a d’autres comme choix ? D’après ton serment, t’es là pour guérir les gens !

GEORGES : Mon père est routier, ma mère est instit’. S’ils me voient à la télé briser le piquet de grève, ils survivront rien que pour cracher sur ma tombe.

VOIX OFF : En général, les lignes ne sont pas là pour rien !

CRISTINA, arrivant à son tour : Tu sais qui est passé déjà ? Des infirmiers non-grévistes sont entrés.

VOIX OFF : Prudence, sécurité, précision.

IZZIE : Non mais, les infirmières devraient savoir qu’on est tous de leur côté non ? Tu crois pas ?

CRISTINA : On est médecin, à l’intérieur on a des malades qui nous attendent pour qu’on les opère.

IZZIE : D’accord. Alors, vas-y, toi d’abord.

CRISTINA, franchissant la ligne pour aller travailler : Et puis merde ! (Elle se fait huer et jeter des choses sur elle) Je fais mon travail. Je fais mon travail !

IZZIE : Ils ont lancé de la nourriture sur elle ! Je ne suis pas d’accord ! Bon bah moi j’y vais !

OLIVIA, qui fait la grève : Changez-vous-même les bassins Stevens !

IZZIE : Ouais et bravo pour la syphilis Olivia ! (une fois arrivée au bout) Georges, alors tu viens ?

GEORGES, qui n’a pas bougé : Non, je suis bien ici !

VOIX OFF : Quand on choisit de franchir la ligne, on le fait à ses risques et périls.

[EXT SGH]

(Plan sur la maison de repos où Meredith rend visite à sa mère)

MEREDITH : Bonjour.

DAME DE L’ACCUEIL : Bonjour Meredith.

MEREDITH : Comment est-elle aujourd’hui ?

DAME DE L’ACCUEIL : Très bien. Elle est heureuse chaque fois que le Dr Webber est là.

(On entend les rires d’Ellis Grey et de Richard. Ils sont assis tous les deux dans un fauteuil. Meredith les observe de loin.)

ELLIS : je ne vais pas céder d’un pouce dans mon bloc ! Pas en face de ces machos opportunistes !

RICHARD : C’est la dernière fois que Winston t’as traité de minette dans ton dos !

ELLIS, touchant le bras de Richard : Un jour, je dirigerai le service de chir’ ! La première femme à le faire.

RICHARD, tenant la main d’Ellis : Je n’en doute pas Ellis ! Je n’en doute pas une seconde !

VOIX OFF : Alors, pourquoi plus la ligne est grande, plus forte est la tentation de la traversée !

[INT SGH]

(Plan sur le piquet de grève.)

(Plan sur le bureau des infirmière où Patricia essaie de gérer les nouveaux intérimaires)

PATRICIA, à une infirmière : Je ne le dirai jamais assez, les dossiers doivent avoir des numéros de chambre. Je sais que vous êtes intérimaires mais ça ne justifie pas le manque de rigueur !

BURKE, parlant en même temps que Derek : Ils ont rapporté le dossier de demande sur la rééducation ?

DEREK, parlant en même temps que Burke : Je ne peux pas travailler sans…

PATRICIA : Vous savez pourquoi je ne suis plus infirmière ? C’est parce que les médecins ne donnent pas de coups de main ! (Elle s’éloigne)

(Richard Webber passe dans le couloir. Derek et Burke l’interpelle.)

BURKE, en s’éloignant : Il faut qu’on trouve un compromis !

DEREK : C’est la catastrophe ! Il nous faut de vraies infirmières !

RICHARD : Il nous faut 40 infirmières de plus pour soulager les heures sup’ contre lesquelles elles font la grève ! 2 millions de dollars que nous n’avons pas !

DEREK : Vous avez regardé dans le canapé ? Je trouve souvent de la monnaie sous les coussins. (Webber lui lance un regard noir.) D’accord, d’accord. Je me tais, j’ai compris.

(Plan sur le bureau des infirmières où se trouve Cristina, Izzie et Alex.)

CRISTINA : Izzie, Izzie c’est lui ? Il a publié deux ouvrages et il est très célèbre.

IZZIE : Ah non, non pas lui ! Ce type-là c’est un fou, il te laisse jamais parler au bloc .

CRISTINA : Il est irréprochable !

ALEX : Je crois que c’est plutôt lui. Comment il s’appelle déjà ?

CRISTINA : Ah oui. Mr Beau Parleur. Il te laissera opérer tout seul si tu lui plait.

IZZIE : Oh.

MEREDITH, qui vient juste d’arriver : Vous faites quoi ?

ALEX : On essaie de savoir qui va remplacer Bailey pendant son congé.

SYDNEY HERON, enjouée : Yang? Stevens? Grey? O’malley? Karev? Ah, vous voilà! Je vous ai tous cherché dans les vestiaires mais vous n’étiez pas là! Et je me suis dit peut-être que mes internes sont en train de me chercher aussi ! Et bah oui ! Vous êtes tous là ! Ah, ça alors, vous avez l’air d’un sacré groupe. C’est formidable ! Mon horoscope m’annonçait une journée délicate et je m’inquiétais mais… Mais non, en fait ! Vous avez l’air d’un très bon groupe ! C’est super on va pouvoir passer du bon temps ensemble ! (Elle prend Cristina dans ses bras) Bonjour ! Bonjour, bonjour ! Oh ! Bonjour !

CRISTINA : Euh… Euh… oh….

SYDNEY : Oh, désolée. Je vous ai fait mal ?

CRISTINA : Non, mais je déteste qu’on me touche !

SYDNEY : Je suis Sydney Heron, quatre ans d’assistanat et ma philosophie autant que vous la connaissiez c’est guérir avec amour !

(Les internes ne la prennent pas vraiment au sérieux et font tous plus ou moins la grimace.)

SYDNEY : D’accord ? Bien, c’est merveilleux. Alex, Izzie, Meredith, Cristina et en fait euh il nous manque plus que…

CRISTINA : O’malley !

SYDNEY : O’malley.

CRISTINA : Oui. Il tremble de peur derrière le piquet de grève, quelle mauviette!

SYDNEY : Une mauviette qui sait défendre ses convictions. Hum, bien. Alors, les urgences ont besoin de quelqu’un pour une consultation. Qui veut ? Est-ce que quelqu’un veut y aller ?

MEREDITH : On peut choisir ?

CRISTINA : Oh, moi je veux bien !

ALEX, suivant Cristina : Moi aussi !

MEREDITH, partant à son tour : J’ai des patients à surveiller.

SYDNEY : Eh bien, il ne reste plus que vous et moi Izzie MacGuie !

IZZIE : Euh, écoutez c’est Stevens, Izzie Steven.

SYDNEY : Euh bah oui je le savais, je faisais juste des vers !

IZZIE : Oh ! Des vers. Oui. Oui c’est excellent.

ADDISON, qui interrompt cette conversation : Dr Stevens ?

IZZIE : Oui ?

ADDISON : Vous êtes libre pour une consultation ?

IZZIE : Oui, tout à fait. Absolument.

(Izzie par en suivant Addison et laisse Sydney planter là, toute seule)

(Plan sur les urgences où se trouvent Cristina et Alex)

ALEX : Donc, vous avez besoin d’une consult’ dermato ?

INFIRMIER : Ca se propage plutôt vite. Je voulais m’assurer qu’il n’y avait rien de chirurgical.

CRISTINA : Mme Solomon ?

(Cristina ouvre le rideau et sur le brancard, un couple est en train de se peloter)

CRISTINA : Oh !

CLAIRE SOLOMON : Oh oui ! Désolée.

WADE SOLOMON : C’est notre lune de miel !

CLAIRE : Oui.

ALEX : Charmant !

CRISTINA : Euh… Vous pouvez …. Vous séparez s’il vous plait ?

CLAIRE : Oui.

CRISTINA : Très bien.

(Plan sur Meredith marchant dans un couloir. Elle entend une patiente gémir)

GRACE BICKAM, gémissant : Lenny ! C’est toi ? Lenny !

(Meredith regard autour d’elle, ne voyant personne, elle rentre dans la chambre)

MEREDITH : Vous vous sentez-bien Madame ? (Elle regarde sur son bracelet) Grace Bickam. Madame Bickam vous savez qui est votre médecin ? Je ne vois pas votre feuille. Je vais vous demander de vous calmer Madame. (Mme Bickam gémit sans cesse le nom de Lenny). C’est votre mari ? Je suis sûr qu’il va revenir dans un moment. Vous avez du mal à respirer, je vais vous faire faire des examens. S’il vous plait, une infirmière vite !

(Plan sur le piquet de grève. Georges n’a pas bougé. Olivia vient lui parler)

OLIVIA : Humpf. Tu peux y aller Georges. On jettera rien sur toi.

GEORGES : Nan, c’est pas ça qui me gêne.

OLIVIA : Alors, pourquoi t’es resté ici ?

GEORGES : A la grève des profs en 2003, ma mère a fait le piquet 48 jours. Alors, …je peux pas y aller.

OLIVIA : Eh bien alors rentre chez toi.

GEORGES : Je peux pas non plus. Je peux pas. SI je rentre, j’en ai fini de mon internat, je perds ma place à l’hôpital. Je suis médecin. Non. Non. Je suis syndiqué.

OLIVIA, tout sourire : Qu’est-ce que ça veut dire ?

GEORGES, déterminé : Donne-moi ta pancarte !

(Georges franchi le piquet de grève, sa pancarte à la main, et se fait applaudir e acclamer par tous les grévistes.)

[Générique]

(Plan sur la chambre de Mme Bickam)

MEREDITH : S’il vous plait, j’ai besoin d’une infirmière !

(Angela, une infirmière intérimaire arrive)

MEREDITH : Elle est en hypotension, elle ne respire plus.

ANGELA : Oh là ! Elle meurt ?

MEREDITH : Vous êtes infirmière ?

ANGELA : Bah, en fait euh, je suis élève.

MEREDITH : Il faut intuber. Donnez-lui une sonde de 7,5. C’est dans le couloir.

(Angela va chercher ce qu’il faut dans le couloir puis revient. Elle tend un objet à Meredith.)

MEREDITH : Merci. (Angela lui tend une sonde) Non, pas celle-là. Celle où il y a marqué 7,5.

(Meredith pratique l’intubation puis, ausculte Mme Bickam pour voir si elle respire mieux)

MEREDITH : C’est bien.

ANGELA, soulagée : Formidable !

(Plan sur Addison et Izzie qui sont avec une jeune patiente enceinte, Cheyenne, et sa maman. Addison prélève du liquide amniotique du ventre de Cheyenne.)

CHEYENNE : Il y en a trop ?

ADDISON : Il y a beaucoup de liquide amniotique, c’est vrai Cheyenne mais, votre bébé est en bonne santé.

MAMAN DE CHEYENNE : Ca veut dire qu’on peut partir ? Je vous remercie de nous avoir reçus, c’est gentil mais, la route est longue pour rentrer. Et, je ne veux pas manquer un autre jour de boulot.

ADDISON : Malheureusement, la grosseur sur le cou du bébé est responsable de la production liquidienne. Ca comprime sa colonne vertébrale et ses voies aériennes.

CHEYENNE, effrayée : Oh, maman !

MAMAN DE CHEYENNE : Tout va bien ! Écoute-moi !

ADDISON : On va pratiquer une intervention dite d’extraction. En fait, on fait une césarienne mais, en sortant le bébé à moitié.

CHEYENNE : En sortant le bébé à moitié ?

ADDISON : C’est exact. Nous sortons la tête et les bras mais, on ne coupe pas le cordon ombilical.

CHEYENNE : Pourquoi ?

IZZIE : La tumeur empêchera l’air d’atteindre les poumons du bébé. Alors, pour le maintenir en vie pendant l’opération, on a besoin du cordon. C’est extraordinaire quand on y pense, vous maintiendrez votre bébé en vie grâce au cordon !

ADDISON : Et après l’opération, si tout va bien, on coupera le cordon ombilical et alors, vous serez la maman d’une belle petite fille. Quand pensez-vous ?

MAMAN DE CHEYENNE : Ca va coûter beaucoup d’argent ?

ADDISON : Eh bien, votre médecin à la clinique est l’un de mes anciens étudiants. Vos dépenses sont couvertes. Je peux donc emmener tout ça au labo.

(Addison sort de la pièce.)

IZZIE : En chirurgie, l’hôpital peut effacer une ardoise. Le Dr Sheperd en profite.

MAMAN DE CHEYENNE : Alors, ce n’est pas de la charité ?

IZZIE : Pas du tout. Vous travaillez à quelle heure ?

MAMAN DE CHEYENNE : De 6h à 6h.

IZZIE : Travail de nuit ? A « Chez Alice » ?

MAMAN DE CHEYENNE : Oui.

IZZIE : C’est à 4h de route. Vous devriez y aller. Je veillerai sur elle.

CHEYENNE : Vas-y.

(Plan sur Meredith qui déambule dans les couloirs. On entend une voix à l’interphone qui dit « les infirmiers intérimaires sont attendus en salle de conférences. Les intérimaires en salle de conférence ». Meredith rejoint le chef Weebber qui est en train d’observer le tableau des chirurgies. )

MEREDITH : Chef.

RICHARD : Meredith.

MEREDITH : J’ai vu ma mère ce matin.

RICHARD, enlevant ses lunettes : Ah oui ? Comment va-t-elle ?

MEREDITH : Très bien.

RICHARD : Ça me fait plaisir. Dis-lui que je pense à elle.

(Plan sur Cristina et Alex. Ils sont aux urgences en train de soigner Claire Solomon.)

CLAIRE : Pourquoi vous…. ?

CRISTINA : Oh je trace un trait qui délimite les bords de l’infection. On vérifiera dans quelques heures. Si ça ne s’étend pas vous aurez des antibiotiques.

WADE SOLOMON : Et si ça s’étend plus loin ?

ALEX : Ca veut dire que l’infection est trop importante et on fera une biopsie musculaire.

CLAIRE : Vous allez prendre un morceau du muscle ?

CRISTINA : Hum.

CLAIRE : Normalement, on doit courir 10km demain.

CRISTINA : Avec cette jambe ? J’en doute.

ALEX : Quand avez-vous remarqué les premières rougeurs ?

WADE : Quand on escaladait le Mon Rainier hier.

SYDNEY, arrivant à l’instant : Wahou ! Vous êtes monté par le glacier Emmons ?

CLAIRE : Je vous en prie ! Ça peut se faire en 4x4. On a fait le liberty Ridge.

SYDNEY : Ah c’est génial ! Ca c’est costaud! Bonjour. Sydney Heron. Je supervise ces deux là.

CLAIRE : Bonjour. Moi c’est Claire. Et voici Wade. C’est notre lune de miel.

SYDNEY : Oh c’est merveilleux ! Oh quelle jolie pierre !

CRISTINA : Euh, vous vous êtes blessés pendant votre balade ? Vous êtes tombés ? Votre jambe s’est cognée contre quelque chose ?

CLAIRE : Non.

WADE : Bah euh… Elle euh… Elle s’est coupée le pied sur des coquilles d’huitres sur la plage il y a quelque jours en faisant de la planche à voile à Puget Sound.

SYDNEY : Bah dis donc, il va vous falloir une lune de miel pour vous remettre de votre lune de miel !

CLAIRE : Oh !

SYDNEY : Oui c’est vrai !

ALEX, rigolant avec Sydney : Oui.

CLAIRE : Ca va aller ma jambe ?

ALEX : Oh oui, c’est surement une petite infection.

CRISTINA : Pas du tout. Regardez.

(L’infection s’est étendue bien au-delà du trait que Cristina avait tracé sur la jambe de Claire.)

(Plan sur Meredith. Derek arrive à sa rencontre.)

DEREK : Salut.

MEREDITH : Salut.

DEREK : Ton chien va bien.

MEREDITH : C’est ton chien maintenant.

DEREK : Hum.

MEREDITH : Il me manque.

ADDISON, arrivant à son tour : Vous lui manquez aussi.

DEREK, surpris : Ah !

ADDISON : Venez donc le voir. Le chien, je veux dire.

MEREDITH, s’en allant : Bon, j’y vais. Je vous laisse.

ADDISON : Bien. Hum... Je cherche un chirurgien pour avis sur une tumeur vertébrale sur fœtus. Tu connais quelqu’un de bien ?

DEREK : Hum.

(Plan sur le piquet de grève. Les grévistes sont toujours en train de scander leur slogan.)

OLIVIA : Non, pas à Georges.

DEBBIE : Ah non, sûrement pas !

OLIVIA : Je suis très inquiète !

GEORGES : Ah génial ! On me montre du doigt ! Je soutiens leur lutte et je suis montré du doigt !

OLIVIA : Georges ?

GEORGES : Quoi ?

OLIVIA : On a besoin d’un service.

DEBBIE: Ava Jenkins en pédiatrie, chambre 41-14, c’est le moment de lui changer ses pansements. Ça lui fait peur mais, quand on lui chante une petite chanson, elle arrête de se mettre dans tous ses états.

TYLER : Mme O’Brien, à la 24-12, est souvent prise de panique surtout si on ne vient pas la voir au moins une fois par heure.

OLIVIA : Il y a aussi le monsieur qui a la…

GEORGES : Attendez ! Attendez ! Vous voulez que je franchisse le piquet de grève ?

OLIVIA, TYLER ET DEBBIE : Oui !

GEORGES : Mais pourquoi ?

OLIVIA : Parce que ce sont aussi nos patients Georges ! Et que nous, on doit rester là !

(Plan sur le bloc opératoire où Sydney, Alex et Cristina sont en train d’opérer la jambe de Claire Solomon)

SYDNEY : Ça intéresse quelqu’un d’explorer la plaie ?

ALEX et CRISTINA : Moi !

ALEX : Moi aussi, j’aimerai essayer de soigner avec amour !

SYDNEY, tendant les ciseaux à Alex : J’aime votre façon de penser Alex. A vous l’honneur ! Cristina, c’est toujours bon d’apprendre à partager. (A Alex)Très bien. Ici. Glissez-vous dedans.

ALEX : Aucune résistance.

CRISTINA, à Alex : Laisse-moi voir. Laisse-moi voir !

INFIRMIERE, tendant le téléphone à Sydney : Dr Heron ?

SYDNEY, au téléphone : Oui ?

CRISTINA : Un muscle sain oppose plus de résistance.

SYDNEY, venant de raccrocher le téléphone : Oh mon dieu ! Pauvre fille ! Bien, écoutez-moi, ce bloc est fermé. Que tout le personnel non essentiel quitte les lieux.

CRISTINA : C’était l’anapath ? Est-ce que …. ?

SYDNEY : Une facilite nécrosante.

CRISTINA, stupéfaite : La bactérie qui ronge les chairs ?

SYDNEY : Absolument.

(Plan sur Meredith qui rentre dans la chambre de Mme Bickam. Patricia est elle aussi présente dans la chambre)

MEREDITH : Oh, enfin! Quelqu’un est là ! Comment va-t-elle ?

PATRICIA : Vous l’avez intubé.

MEREDITH : Oui.

PATRICIA : Vous l’avez intubé ?

MEREDITH : Il le fallait, elle ne pouvait plus respirer. Sa saturation était autour de 80 et elle était toute seule. Quoi ?

PATRICIA : Une des intérimaires à trouver un document important dans son dossier au second étage et….

(Les trois amies de Mme Bickam surprennent cette conversation en entrant dans la chambre)

AGNES : Vous avez intubé Grace ?!

AMIE 2 : Elle a intubé Grace ?

AMIE 3 : Quoi ? Elle a intubé Grace !

PATRICIA : Mme Bickam était porteuse d’une BCPO terminale. Elle était en soin paliatif.

MEREDITH : On avait arrêté les soins ?

PATRICIA : C’est exact. Ne pas réanimer.

(Une des amies de Mme Bickam frappe Meredith avec son sac à main)

AMIE 2 : Petite imbécile ! Vous deviez la laisser mourir.

AMIE 3 : Pas de machine elle avait dit.

AGNES : C’est vrai je m’en souviens parce que sa fille Alice était là avec sa petite amie. Elle est lesbienne, sa fille, très gentille d’ailleurs.

AMIE 2 : Agnès arrête, ne saute pas du coq à l’âne, viens au fait.

MEREDITH : Excusez-moi. Qui êtes-vous exactement ? Les sœurs de Mme Bickam ?

LES 3 AMIES, en cœur : Oh non !!

AGNES : Oh non ! Sa sœur Rose est décédée en 83.

AMIE 2 : Qu’elle repose en paix.

AGNES : De la grippe ! Ou du chrome.

AMIE 3 : Il n’y a que les bébés qui meurent du chrome. Rose est décédée à cause d’un rhume de poitrine.

AGNES : Une pneumonie !

AMIE 3 : Oui c’est ça, une pneumonie. Il y avait aussi son autre sœur Ariette.

AMIE 2 : Qu’elle repose en paix.

AGNES : Elle s’est fait incinérée.

AMIE 2 : Grace voulez mourir. Elle nous a fait promettre à toutes….

MEREDITH : C’est une question importante dont il faut absolument que je parle avec son mari.

AMIE 3 : Lenny n’a jamais beaucoup parlé de son vivant alors là maintenant c’est un petit peu tard !

MEREDITH : Lenny est décédé ?

AMIE 2 : Qu’il repose en paix.

MEREDITH : Mais Mme Bickam a dit qu’elle l’avait vu.

AGNES : Parce qu’elle essayé de le rejoindre en quittant cette vie !

AMIE 2 : Elle a failli mourir deux fois le mois dernier et elle l’a vu à chaque fois ! Si vous voulez mon avis, elle avait perdu la raison.

AMIE 3 : Mais non, pas du tout ! Je suis sûre qu’il l’attendait de l’autre côté.

AGNES : Oh et elle ne peut pas y aller tout ça à cause de vous !

(Les deux autres amies approuvent et Meredith grimace)

(Plan sur Georges qui marche dans les couloirs, un petit carnet à la main. Il croise le Dr Webber.)

RICHARD : O’malley, je voudrais que vous alliez faire quelques….

GEORGES : Je suis pas là.

RICHARD : Pardon ?

GEORGES : Je suis là mais, je suis pas là….

RICHARD : Vous seriez nulle part dans environ 30 secondes si vous….

GEORGES : Monsieur, je n’oublie pas le respect que je vous dois mais,…mais, je ne briserai pas le piquet de grève.

RICHARD : Et vous êtes pourtant là, juste en face de moi !

GEORGES : Euh oui, parce que les infirmières m’ont confiés leurs patients alors,… Alors je suis venu mais, après je vais les rejoindre dehors.

RICHARD : Vous êtes un médecin !

GEORGES : Mais, je suis aussi syndiqué Monsieur. (Dr Webber lui fais les gros yeux.) Avec tout le respect que je vous dois.

RICHARD : Bien.

(Richard tourne les talons et part)

GEORGES, rattrapant le Dr Webber : Oh, monsieur ! Pendant que je vous ait, il faut que je vous dise que Mme O’Brien à la 24-12 est allergique au chocolat mais, dès qu’elle peut, elle enlève de son dossier l’étiquette qui le signale.

RICHARD, ironique : Magnifique !

GEORGES : Et… Et le monsieur dont vous vous occupez, Mr Roberts à la 21-19, il doit prendre des diurétiques en fait, il adore les stocker sous son matelas.

RICHARD, agacé : Ce sera tout ?

(Georges hoche la tête pour dire oui, puis, le Dr Webber part)

GEORGES : 40 à 50 heures obligatoires supplémentaires, c’est beaucoup ?

RICHARD, se retournant de nouveau : O’malley !!

GEORGES, se mettant à courir dans l’autre direction : Oui, oui Monsieur ! Je suis désolée ! Sans vouloir vous offenser Monsieur !

(Plan sur Sydney, Alex et Cristina qui sont venus voir le mari de Claire, Wade pour lui expliquer la situation)

WADE : Quoi ? Attendez ! Qui ronge les chairs ? Vous rigolez ? C’est une plaisanterie, elle voulait me faire blague ?

CRISTINA : Non, c’est très sérieux. Nous allons amputer la jambe.

SYDNEY, sur un ton de reproche : Cristina !

WADE : mais, c’est notre lune de miel….

SYDNEY : Je suis désolée

CRISTINA, étonnée : Mais, c’est impossible….

SYDNEY : Wade, c’est angoissant, je sais mais, l’amputation n’est pas la seule option. Nous pouvons….

CRISTINA, stupéfaite interrompt le Dr Heron : Non, c’est la seule raisonnable. Excusez-moi. SI nous ne traitons pas tout de suite l’infection, elle risque de mourir !

WADE : Mais, il y a une autre option ?

ALEX : Nous pouvons juste couper les endroits infectés. Ce ne sera pas beau mais, nous pouvons peut-être sauver la jambe.

SYDNEY : Un bon point pour le Dr Karev.

WADE : Il faut que je la voie !

CRISTINA, agacée par la situation : Il n’y a pas le temps !

ALEX, pédagogue, prend le temps d’expliquer la procédure : Il faudrait elle se réveille et qu’on la remette sous anesthésie. Vous devez prendre une décision maintenant.

WADE : Vous savez, elle court le marathon, c’est notre lune de miel, elle aime l’aventure, elle… C’est vrai, elle est comme ça.

SYDNEY : Très bien. Nous ferons tout ce qu’il faut pour sauver la jambe.

ALEX : Vous pouvez compter sur nous.

(Sydney, Alex et Cristina repartent en salle d’opération. Cristina prend Alex à part)

CRISTINA, à Alex : Tu penses vraiment que c’est une bonne idée ?

ALEX : Oui, je pense vraiment que c’est une chirurgie à tenter.

(Alex part à son tour en salle d’opération laissant Cristina en plan)

(Plan sur la chambre de Cheyenne dans laquelle se trouve Addison, Derek et Izzie)

DEREK : Cheyenne, le diagnostic est excellent. Alors, ce que nous voulons essayer de faire, c’est d’enlever la tumeur le plus possible pendant l’opération.

CHEYENNE : Alors, mon bébé ira bien ?

DEREK : Oui.

ADDISON : Et à la fin de la semaine, vous pourrez le ramener chez vous.

CHEYENNE : Si tôt ?

ADDISON : Absolument ! Elle sera tout à vous !

CHEYENNE : Oh… Parfait.

DEREK : Bien. Si votre maman à des questions, le Dr Stevens m’appellera. D’accord ? A plus tard.

ADDISON, suivant Derek : Au revoir.

(Izzie reste seule avec Cheyenne)

IZZIE, prenant un livre sur la tablette : Oh ! Shakespeare !

CHEYENNE : Je le lis à mon bébé. C’est pour mes cours de littérature. C’était….Le bébé devait arriver un peu plus tard alors, évidemment maintenant….

IZZIE : Plus d’école.

CHEYENNE : c’est bizarre. Quand on est obligé d’aller à l’école, on déteste ça.

IZZIE : Jusqu’à ce qu’on en soit empêché. Tu as déjà fait des plans ?

CHEYENNE : Des plans ?

IZZIE : Pour acheter un couffin ou pour une crèche ou pour une nourrice ?

CHEYENNE : Pas encore.

IZZIE : Tu vas vivre avec ta maman ?

CHEYENNE : Je devais faire des économies pour m’acheter un mobil home à moi mais, je sais pas, j’ai cru que j’aurai plus le temps que ça. Neuf mois ça passe vite.

IZZIE : Oui. Oui c’est vrai…. A toute à l’heure.

CHEYENNE : Au revoir.

(Izzie sort de la chambre)

(Plan sur la salle d’opération où Sydney, Cristina et Alex sont en train de pratiquer la chirurgie sur la jambe de Claire)

CRISTINA : Sydney ? Vous avez déjà vus beaucoup de facilite nécrosante ?

SYDNEY : Non, et vous ?

CRISTINA : SI l’infection se propage dans le sang, elle mourra.

ALEX : Si elle se réveille sans sa jambe, elle aura peut-être envie de mourir.

SYDNEY : Le Dr Karev a raison ! Elle est jeune, en bonne santé et elle vient de se marier.

CRISTINA : Le traitement que vous préconisez est fondé sur son physique ? Si c’était une femme de 80ans, vous l’auriez amputé tout de suite ?

SYDNEY : Elle n’a pas 80ans ! Où est votre compassion ?

CRISTINA : Ma compassion ? Essayer d’éviter la mort à un patient, c’est de la compassion !

SYDNEY : Je dois dire que vous me décevez ! Pourquoi vous n’êtes pas comme Alex ?

CRISTINA : Je vous demande pardon ?

SYDNEY : Bah oui, lui il est compatissant, chaleureux, il se bat avec moi pour sauver la jambe de Claire.

ALEX : Et on va réussir !

SYDNEY : Oui !

ALEX : Hum !

CRISTINA : Excusez-moi, je vais aux toilettes.

(Plan sur Cristina dans un couloir. Elle ne va pas aux toilettes mais va voir le Dr Burke)

CRISTINA : Burke ?

BURKE : T’es pas en chirurgie ?

CRISTINA : J’étais. Facilite nécrosante.

BURKE : Sans blague. Mais qu’est-ce que tu fais là ?

CRISTINA : Bah, la nouvelle résidente, c’est la nouvelle Bailey sauf qu’elle est exactement l’opposé de Bailey ! Et pour moi, elle est dangereuse, épouvantablement dangereuse !

BURKE : Cristina !

CRISTINA : Je crois qu’elle est en train de tuer notre patiente !

(Plan sur Burke accompagné de Cristina qui rentre dans le bloc opératoire où se déroule la chirurgie du Dr Heron)

BURKE : Dr Heron, c’est bien ça ?

SYDNEY : C’est exact. Et vous êtes ?

BURKE : Preston Burke.

SYDNEY : Dr Burke ? Non, sans blague? Je vous admire tellement.

BURKE : Merci. Je…J’ai su que vous aviez un cas de facilite nécrosante. C’est un cas qu’on ne rencontre pas très souvent.

SYDNEY : Ah oui d’ailleurs, un chirurgien cardiaque n’en a pas trop l’occasion.

BURKE : Oui. Eh bien, j’étais curieux de connaître le protocole que vous préconisez.

SYDNEY : Vous étiez curieux ou Cristina était inquiète ?

BURKE : Euh… J’espère que vous excuserez mon intrusion. Ce n’est pas contre vous, seulement nous n’avons encore jamais travaillé avec vous et le Dr Yang voulait être sûre que …

SYDNEY : Le Dr Yang voulait s’assurer que la gentille petite écervelée n’était pas en train de tuer une patiente, c’est ça ? Avec tout le respect que je vous dois Dr Burke, je suis très bonne dans ma spécialité. Ma patiente est une marathonienne de 25ans et j’ai dit à son mari que j’allais sauver sa jambe. Mon plan est de rester ici le temps qu’il faudra pour racler jusqu’à la dernière cellule de chair nécrosée. Quand j’aurai fini, si ça s’étend encore alors, on amputera. Et si nous le faisons, et bien votre jeune interne pressée pourra tenir la scie. Contrairement au Dr Karev, la gentillesse et la compassion ne sont pas sur la liste de ses priorités mais, si elle manipule une scie, cela me vaudra peut-être un peu de respect. Alors, Dr Yang, vous êtes prête à nous rejoindre ?

(Plan sur la salle d’attente où les trois amies de Mme Bickam sont en train de discuter avec le Dr Webber. Meredith se tient un peu à l’écart.)

AMIE 3 : C’est vous qui êtes à la tête de tout l’hôpital ?

RICHARD : Seulement des chirurgiens.

AMIE 3 : Eh bien, il devrait vous nommez à la tête de tous les services.

AMIE 2 : Elle lui fait de l’œil tu vois ? elle lui fait de l’œil !

AGNES : Dr Webber, voyez-vous, Grace veut retrouver son Lenny. Il lui manque terriblement.

MEREDITH : Vous vous rendez compte que si je lui retire le tube, Grace mourra.

AGNES : On est vieille mon petit, pas stupide.

AMIE 2 : Débranchez-la, c’est ce qu’elle veut.

RICHARD : Mesdames, je sais que vous êtes inquiètes pour votre amie mais, il nous faut contacter quelqu’un de la famille ou un avocat qui l’a représente.

AMIE 3 : Appelez Alice, appelez Alice !

AGNES : C’est la fille de Grace !

AMIE 2 : Elle est lesbienne.

AMIE 3 : Ca n’a pas d’importance ça ! Elle peut donner son pouvoir à un avocat.

RICHARD : Euh, c’est bien mais, il faut la signature d’Alice.

AMIE 2 : Bah ça, elle vit dans l’Oregon.

AGNES : Elle peut le faxer.

RICHARD : Je suis désolée, il nous faut sa signature originale.

AMIE 3 : On est vraiment obligé d’en passer par là ?

AMIE 2 : C’est reparti ! Elle lui fait de l’œil ! Ca va marcher….

RICHARD : Excusez-moi mesdames.

(Richard et Meredith s’éloignent)

MEREDIHT : Vous savez parler à l’oreille des vieilles dames. Elles sont toutes émoustillées dès que vous êtes là.

RICHARD : Meredith, tu comprends que si sa fille confirme demain qu’on peut signer la décharge,…

MEREDITH : Je serai obligée de tuer ma patiente, je sais.

RICHARD : Comment ça va ? Je peux faire quelque chose pour toi ?

MEREDITH : Oh non, ça va monsieur, je m’en sors. Je n’ai pas besoin d’aide venant de vous, merci.

(Plan sur Izzie, qui observe Cheyenne, depuis le pas de la porte, avant de rentrer chez elle)

CHEYENNE, faisant la lecture à son bébé : Bon voyage mon seigneur. Un jour peut-être, dans un monde meilleur, je connaitrais l’amour qui est en votre cœur.

[EXT SGH]

(Plan sur les infirmiers, infirmières qui boivent un verre chez Joe)

OLIVIA : Au Dr O’malley !

TOUS ENSEMBLE : Au Dr O’malley !!

(Plan sur Cristina, au bar, qui discute avec Meredith et Izzie)

CRISTINA : Je ne suis pas gentille ! Elle a dit que je manquais de compassion devant mon petit-copain ! Elle s’est permis de dire ça !

MEREDITH : Il va falloir que je tue une femme demain. Je vais devoir enlever le tube qui l’a maintient en vie.

CRISTINA : Izzie ?

JOE, à Izzie : Qu’est-ce que t’as ? Tu penses à autre chose ?

IZZIE : Euh…

MEREDITH : Il faut que je tue une femme demain.

CRISTINA : Mais, arrête de te prendre la tête avec ça ! C’est vrai, si c’est ce qu’elle veut, c’est ce qu’elle veut ! Il n’y a rien de pas gentil ou qui manque de compassion là-dedans ! Moi je suis une personne très compatissante. (A Alex qui vient chercher un autre verre) Je suis plus compatissante que toi, Alex !

ALEX : Oh la ferme Yang, tu veux !

GEORGES : Hey Joe, on peut avoir une autre tournée s’il te plait ?

ALEX : Ouais, offre un verre de ma part à l’infirmière O’malley.

GEORGES : Rho ! Qu’est-ce que t’as dit ? (Il se tourne vers les infirmiers/Infirmières grévistes) Hey, Karev vient de m’appeler « infirmière ». (De nouveau à Alex) Alors, c’est la pire insulte qui t’es venu à l’esprit ? Oh attends, c’était peut-être pas une insulte ? C’était censé être drôle ?

(Une infirmière en pensant renverse volontairement son verre sur Cristina)

INFIRMIERE : Oh, zut alors !

CRISTINA : Mais, tu te fous de moi ! Oh, je vais te casser la figure ! Fais gaffe !

INFIRMIERE : Vas-y ma poule !

CRISTINA : Ah ouais ! C’est ça vas-y ma poule ! D’accord, viens voir un peu ! Oh la la ! C’est ça ton équipe ! Et qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? Espèce de femmelette !

INFIRMIERE : Oh ! Qui femmelette ? Tu vas voir ce qu’elle va te faire la femmelette ! J’ai pas peur de toi !

JOE, intervenant pour ne pas qu’elles se battent : Hey ! Hey !

CRISTINA : Je vais la fiche par terre en deux en trois mouvements !

JOE : Ne vous battez pas ! Si vous restez sur le carreau, y’aura plus personne pour remettre vos en place !

CRISTINA : Ben voyons ! Je te signale que moi je fais un boulot !

JOE : Alors arrêtez s’il vous plait !

INFIRMIERE : Et nous alors, on fait quoi ? On travaille cent fois plus que vous !

JOE : HEY !

MEREDITH, attrapant Cristina par le bras pour partir : Oh, on s’en va !

CRISTINA : Oui ! Pour aller sauver des vies !

INFIRMIERE : Bon vent !

GEORGES : Excusez-moi. Pardon. Excusez-moi. Elle me dépose. Excusez-moi.

[INT SGH]

(Plan sur Izzie qui est retournée à l’hôpital pour discuter avec Cheyenne)

IZZIE : T’es réveillée ?

CHEYENNE : Oui, le bébé fais des bons de cabri dans mon ventre, ça me donne envie de faire pipi.

IZZIE : Hum !

CHEYENNE : Vous faites beaucoup d’heures de travail !

IZZIE : Oui, mais je suis de repos là maintenant. Je suis venu te parler. J’ai grandi à « Chez Alice » moi aussi.

CHEYENNE, surprise : C’est vrai ?

IZZIE : Ouais c’est vrai. A Forest Park.

CHEYENNE : Le terrain à caravane (d’une seule vois avec Izzie) derrière l’église.

IZZIE : Au numéro 6 !

CHEYENNE : Ma copine Shelley habite là ba.

IZZIE : Ouais, ma mère y vit encore.

CHEYENNE : C’est drôle !

IZZIE : Ouais.

(Elles rigolent ensemble).

IZZIE : Je peux te dire un secret ? (Cheyenne hoche la tête en signe d’approbation et Izzie sort une photo de sa poche) C’est ma fille.

(Pause)

IZZIE : Sur la photo elle a 6ans mais, elle en a 11 aujourd’hui. Elle vivait à Santa Barbara mais, ils ont déménagé et je ne sais pas où. Mais, je sais qu’elle s’appelle Hannah et elle adore les petits cochons.

CHEYENNE : Les petits cochons ?

IZZIE : Ouais, elle en collectionne plein ! Des figurines, des porte-clés, des peluches. C’est probablement parce que sa maman lui a lu les « Trois petits cochons ».

CHEYENNE : Je croyais que c’était vous sa maman ?

IZZIE, les larmes aux yeux : Je suis sa mère mais, je ne suis pas sa maman. Ecoute, je sais que là d’où on vient, ce genre de chose on n’en parle pas beaucoup. Mais, je voulais que tu sache qu’il existe plus d’une façon d’être une bonne mère. A 16ans, je ne pouvais pas lui offrir tout ce que je voulais pour elle.

CHEYENNE : J’aime mon bébé.

IZZIE : Bien sûr que tu l’aimes. Mais, tu lui lis du Shakespeare. Quand tu auras fait tes 12 heures au restoroute, comme nos mères, tu ne rentreras pas chez toi pour lui lire du Shakespeare.

[EXT SGH]

(Plan sur Cristina qui rentre dans l’appartement où elle vit avec Burke. Burke à sa trompette à la main)

CRISTINA : Oh ! Je t’entendais à trois pâtés de maison d’ici.

BURKE : Désolé.

CRISTINA : Oh, ne le soit pas ! J’aime ça. Simplement, je ne sais pas si les voisins apprécient, ce qui est par la même occasion, pas une chose dont se soucierait une personne qui manque de compassion !

BURKE : Et la jambe de ta patiente ?

CRISTINA : Drôlement amoché mais, encore attaché au corps. On l’a surveillé toute la nuit. Qu’est-ce qu’il y a ?

BURKE : Jamais dans ma carrière je n’ai mis en doute la décision d’un collègue en train d’opérer. Je n’avais pas réaliser le problème que pouvait poser la relation entre interne et titulaire jusqu’à aujourd’hui.

[INT SGH]

(Plan sur le piquet de grève. On entend les grévistes scandé le même slogan que la veille : « Un salaire décent ! Des heures sup’ payées ! »)

(Plan sur Georges, dans un couloir, qui rapporte à Meredith les instructions que lui ont transmis les infirmiers/infirmières)

GEORGES : Et ne croit pas la 25-19 quand elle te dis qu’elle est allé aux toilettes. Elle veux juste rentrer chez elle. Elle dit qu’elle est allée aux toilettes et elle revient deux jours plus tard.

MEREDITH : Compris.

BURKE, qui les croisent dans le couloir : Hey, j’ai besoin de sutures à la 26-02.

GEORGES : Je ne peux rien pour vous !

BURKE : Quoi ?

GEORGES : Les heures sup’ payées ! Un salaire décent ! Sans vous offenser monsieur.

BURKE : Han, c’est rien.

(Georges continue de marcher dans le couloir et croise Izzie au bureau principal)

IZZIE : Alors, comment ça se passe ?

GEORGES : Est-ce que tu sais, tu te rends comptes que les médecins ne disent pratiquement jamais « merci » aux aides-soignantes ? Que les chirurgiens ne savent même pas comment elles s’appellent ? Je devrais pas être là moi.

(Deux dames arrivent à ce même bureau et s’adressent à Meredith)

ALICE : Excusez-moi, je cherche Richard Webber.

MEREDITH : Je peux vous aider ?

ALICE : Je m’appelle Alice Bickam. Je suis venue pour ma mère, Grace.

MEREDITH : Bien sûr. Euh…. Venez avec moi s’il vous plait.

(Meredith part suivit des deux dames. La maman de Cheyenne arrive à son tour au bureau et s’adresse à Izzie)

MAMAN DE CHEYENNE : Vous deviez veiller sur elle !

IZZIE : Pardon ?

MAMAN DE CHEYENNE : Vous m’aviez dit d’aller travailler et que vous veilleriez sur elle !

IZZIE : Mme Woods, euh… pouvez-vous me suivre s’il vous plait ?

MAMAN DE CHEYENNE : C’est une enfant vous savez ! Elle a assez peur comme ça sans que vous lui mettiez des idées dans la tête. Comment avez-vous pu lui conseiller d’abandonner son bébé ?

IZZIE : Je n’ai rien dit, je ne lui ai rien conseillé, rien mis dans la tête. Je…je lui ai parlé c’est tout.

(Georges observe Izzie de loin)

MAMAN DE CHEYENNE : Vous n’êtes pas psy, pas sa mère ! C’est MON enfant ! Et vous avez outrepassé vos droits.

IZZIE :Je suis désolée.

MAMAN DE CHEYENNE : Vous n’êtes pas désolée, vous êtes supérieures ! Parce que vous êtes médecin, vous vous permettez de nous juger ! vous dites à ma fille comment elle doit vivre sa vie !

IZZIE : Cheyenne a des capacités ! C’est une jeune fille intelligente, qui sait réfléchir et qui mérite plus. Elle mérite plus qu’une vie dans une caravane et un boulot de nuit dans un routier. C’est ça que vous voulez pour elle ? C’est vraiment ça ? Et franchement, en oubliant le fait que je suis supérieure et que je me permet de vous juger en vous disant ce qui est le mieux pour votre famille, en faisant abstraction de tout ça, serait-il possible que je puisse avoir raison ?

(Plan sur la chambre de Claire. Elle est allongée dans son lit. Son mari est assis auprès d’elle. Sydney, Alex et Cristina sont eux aussi présents.)

SYDNEY : Rétablissement exceptionnel Claire !

CLAIRE : C’est vrai ? Vous croyez que ça va aller ?

SYDNEY : Je pense qu’on a enlevé presque toute la nécrose. Après quelques séances dans le caisson hyperbare vous serez tiré d’affaires.

CLAIRE : Merci de m’avoir sauvé la jambe !

SYDNEY : Mais je vous en prie ! Le Dr Karev vous expliquera le fonctionnement du caisson hyperbare. Docteur ?

ALEX : Merci Dr Heron. Le caisson hyperbare remonte la pression à l’intérieur du caisson ce qui aide à tuer les bactéries.

(Le Dr Heron sort de la chambre et passe devant Cristina)

SYDNEY : J’accepte vos excuses quand vous voulez !

(Plan sur la chambre de Grace Bickam. Sa fille et sa compagne ainsi que ses trois amies sont auprès d’elle. Meredith et le Dr Webber sont également présents. Alice tend le document qu’elle devait signer à Richard)

RICHARD : Merci.

MEREDITH : Alors, je vais lui donner un sédatif qui rendra les choses moins pénibles et ensuite, j’enlèverai le tube. Très bien.

COMPAGNE D’ALICE : Tu es prête ?

ALICE : Oh….Oui.

(Meredith s’apprête à donner le sédatif)

ALICE : Attendez ! (elle se penche vers sa maman et l’embrasse sur le front). Au revoir maman. Oh…. Vous voulez… ?

AGNES : Oh non, nous lui avons déjà fait nos adieux. Nous voulions simplement être là quand elle s’en ira.

ALICE : Je suis prête.

RICHARD, mettant une main sur l’épaule de Meredith : Je peux le faire.

MEREDIT, les larmes aux yeux : J’ai tout installé, je peux tout enlever.

(Meredith injecte le sédatif, éteins les machines)

COMPAGNE D’ALICE : Combien de temps ça va prendre ?

MEREDITH : Un certain temps peut-être.

(Meredith enlève l’intubation)

(Plan sur Cristina et Burke)

CRISTINA : Elle veut que je lui présente des excuses !

BURKE : Tu as été trop loin.

CRISTINA : Je ne vais pas m’excuser.

BURKE : Tu m’as fait aller trop loin.

CRISTINA : Comme si j’avais une influence sur toi !

BURKE : Ce n’est pas ta faute. C’est la mienne. Je suis ton professeur, je dois me comporter comme tel. Mais, c’est ton petit-ami que tu es venu voir et j’ai réagi comme ton petit-ami.

CRISTINA : Je ne suis pas habituée à avoir tord.

BURKE : Je sais. Mais, tu es une interne, comprendre un résident ce n’est pas ton boulot.

(Plan sur Richard et Meredith, devant la chambre de Mme Bickam.)

MEREDITH : Combien de temps ça a pris ?

RICHARD : Deux heures et dix-sept minutes.

MEREDITH : Je vous ai vu au long séjour avec ma mère.

RICHARD : Oh.

MEREDITH : Ils m’ont dit que vous y alliez deux ou trois fois par semaine.

RICHARD : A chaque fois que je peux.

MEREDITH : Pourquoi ne pas me l’avoir dit ?

RICHARD : J’en sais rien. Tu veux m’empêcher d’y retourner ?

MEREDITH : Je vais retourner auprès de Grace. (Elle commence à rentrer dans la chambre puis fais demi-tour) Vous croyez qu’elle se sent seule ma mère ?

RICHARD : Je le crois.

(Plan sur l’intérieur de la chambre de Mme Bickam où tout le monde est là)

(Plan sur le bloc opératoire où Addison et Derek opère Cheyenne et son bébé. On entend les premiers pleurs du bébé.)

(Plan sur la chambre de Mme Bickam. Grace rend son dernier souffle)

AMIE 2 : Qu’elle repose en paix.

MEREDITH : Heure du décés : 12h42.

(Meredith sort de la chambre en pleur et se précipite dans un placard. Derek la voit et la rejoins)

MEREDITH, pleurant à chaudes larmes : Je peux pas ! Non, non ! Je veux pas ! Je veux pas ! Je veux pas…. Je veux pas… Je veux pas que ma mère meure toute seule !

DEREK : Chut ! Doucement, doucement, doucement ! Chut ! Doucement, respire doucement ! Prends une grande inspiration ! Et oui voilà ! (il lui tend un sac en papier) Doucement, doucement, doucement ! Respire ! Respire lentement.

(Meredith pose sa tête sur l’épaule de Derek. Elle parvient à se calmer)

MEREDITH : Ca va, ca y est.

DEREK : Ca va aller ?

MEREDITH : Merci

DEREK : Je t’en prie.

(Meredith se lève et sort, laissant Derek dans le placard)

(Plan sur Izzie qui s’occupe du bébé de Cheyenne. Cheyenne est là aussi)

CHEYENNE : Vous n’avez jamais regrettée de l’avoir fait ?

IZZIE : Non. Vraiment jamais.

CHEYENNE : Si je décide de l’abandonner, si quelqu’un l’adopte, je pourrais lui donner un prénom ?

IZZIE : Tu peux lui en donner un pour toi.

CHEYENNE : Vous l’avez appelé comment ?

IZZIE : Sarah.

CHEYENNE : C’est un joli prénom.

IZZIE : Ouais.

(Plan sur Meredith qui s’avance vers Richard)

MEREDITH : Vous devriez continuer à la voir je crois.

RICHARD : Tu es sûre ?

MEREDITH : Oui. Quand vous êtes près d’elle, elle est heureuse. Elle revit.

(Plan sur Burke qui accompagne Cristina pour qu’elle fasse des excuses à Sydney)

CRISTINA : Oh, elle est avec Alex ! Je ne peux pas faire ça devant Alex.

BURKE : Bien sûr que si et tu vas y aller !

CRISTINA : Oh mais, attends, pourquoi tu vas pas t’excuser toi ?

BURKE : Je suis un titulaire, je ne m’excuse pas auprès des résidents. Toi au contraire, tu es une interne.

CRISTINA, s’avance vers Sydney : Sydney, je voulais euh… Euh…je voulais vous présenter…vous présenter mes excuses, je suis allée trop loin, je suis vraiment désolée, voilà.

SYDNEY : Vous voyez c’est la compassion qui est si chère à mon cœur. Très bien ! Excuses acceptées ! Alors, on s’embrasse ?

CRISTINA : Oh… euh…

ALEX : Vas-y ! Aller !

CRISTINA, s’éloignant : Oh oui….

SYDNEY : Venez !

(Plan sur Richard et Patricia qui regardent un reportage à la télévision sur la grève)

RICHARD : On a besoin d’elles Patricia !

PATRICIA : Oui ! On a besoin d’elles !

RICAHRD : Alors ? Où est ce que je vais trouver l’argent qui manque ? Ce n’est pas comme si j’allais décourvrir la fortune nécessaire sous les coussins de mon canapé.

PATRICIA : Mais, il me semble me rappeler avoir vu une demande acceptée pour un robot d’une valeur de plusieurs millions.

RICHARD : Il y avait une liste d’attente de deux ans pour ce robot qui peut nous rapporter gros.

PATRICIA : Avec tout le travail que ce robot peut nous rapporter on aura besoin d ‘infirmières !

(Plan sur le piquet de grève duquel s’élève des cris de joie.)

VOIX OFF : On ne peut pas s’en empêcher ! On voit une ligne, il faut qu’on la franchisse. C’est peut-être pour le frisson de passer du connu à l’inconnu.

RICHARD, serrant des mains aux grévistes : Félicitations ! Félicitations !

VOIX OFF : Une sorte de défi personnel.

[EXT SGH]

(Plan sur la caravane de Derek. Derek et Addison sont allongés l’un contre l’autre)

VOIX OFF : Le seul problème, c’est qu’une fois qu’on a franchi la ligne, c’est pratiquement impossible de revenir en arrière.

(Plan sur Georges, allongé dans son lit en train de jouer à la console de jeux. Izzie arrive et s’allonge à sa gauche)

GEORGES : Ca va ?

IZZIE : Ouais. Ouais, ça va.

(Meredith rentre à son tour et se couche à droite de Georges)

GEORGES : Ca va ?

MEREDITH : Oui.

GEORGES: Qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui?

IZZIE ET MEREDITH : Rien.

GEORGES : D’accord.

IZZIE : On sait peu de choses les uns sur les autres Georges.

MEREDITH : Ouais.

GEORGES : C’est vrai.

VOIX OFF: Mais, si on réussit malgré tout à revenir en arrière, on se sent à l’abri de tout!

(Meredith éteins la lumière)

GEORGES : Qui veut faire l’amour ?

(Izzie et Meredith rient)

MEREDITH : Georges !

GEORGES: Quoi?

[INT.  SGH]

(Opens up with the camera focused on the floor of a hallway in Seattle Grace Hospital. It runs down the floor until it comes up to a thick red line)

Meredith Voice Over (MVO): In surgery there is a red line on the floor that marks the point where the hospital goes from being accessible to being off limits to all but a special few. Crossing the line, unauthorized is not tolerated.
 

[EXT. SEATTLE GRACE HOSPTIAL ENTRANCE]


(There is a large group of nurses protesting having formed a picket line in front of the hospital. They are chanting ‘Fair hours, fair wages!’ They’re also holding various signs protesting. George and Izzie stand at the end of the picket line looking at it all)


GEORGE: Can’t. Can’t, can’t cross the picket line. I can’t.


IZZIE: I don’t like it either George, but what choice to we have? Okay you took an oath to heal. You’re a healer.


GEORGE: Dad’s a truck driver. Mom’s a teacher. The evening news shows me crossing the picket line … they’ll outlive me just to pee on my grave.
 

(Izzie gives George a weird look)


MVO: In general, lines are there for a reason.
 

(Cristina walks up to them)


CRISTINA: Has there been any blood yet? I bet they brought in scab nurses.
 

MVO: For safety. For security. For clarity.


IZZIE: I think the nurses know that we are on their side.
 

VOICE SHOUTS OUT: Don’t cross the line!


IZZIE: Don’t they?

CRISTINA: Well we’re doctors. We have sick patients inside. We have surgeries.
 

IZZIE: Okay. … Then you go first

CRISTINA: Screw it.


(She heads through the line and has food thrown at her which she attempts to fend off)


CRISTINA: Yeah doing my job! Doing my job! Ha ha!


IZZIE (to George): They threw food at her!

(George nods)


IZZIE: That is just wrong! Fine I’m going in!


(She goes in and also has food thrown at her. She uses her bag to fend the fruit off. In the mass of nurses she walks past Olivia who screams at her)


OLIVIA: Change your own bed pan Stevens!


IZZIE: Yeah, enjoy your syphilis Olivia.


(She makes it to the front doors and squeals as one last one is thrown at her)


IZZIE (yells out): George, are you coming?


GEORGE: No, I’m good here.


(He just stands at the end of the picket line watching)


MVO: If you choose to cross the line, you pretty much do so at your own risk.
 


(Cut to Meredith entering the Nursing Home where Ellis is. She walks up to the nurse on duty)


MEREDITH: Good morning.


NURSE HOME STAFFER: Morning Meredith.


MEREDITH: How is she today?


NURSE HOME STAFFER: She’s great. She really lights up when Dr. Webber visits.
 

(The nurse turns to look into the living room and Meredith follows her gaze. There she sees Richard and Ellis having a good old laugh in the living room. Meredith appears shocked and confused at the closeness the two appear to have. Especially with all the not so subtle touches on each other’s arm)


ELLIS (laughs): And I did not back down. Not in my O.R. Not in front of those jock ortho idiots.


RICHARD (chuckles): Yeah that was the last time Windsor called you little lady. Not even fighting back.


ELLIS: One day I’m gonna be the Chief of Surgery. First woman Chief! You watch!


RICHARD: I don’t doubt it Ellis. 
                                                                     

(Ellis laughs kinda evilly)


MVO: So why is it …


RICHARD (takes one of Ellis’ hands in his): Don’t doubt it for a minute.


MVO: … the bigger the line, the greater the temptation to cross it?
 

(Meredith seems weirded out and leaves the way she came)



(Cut to the outside of SGH picket line where the nurses are still chanting and George is still standing in his stand still position)


[INT. SGH]

(Patricia is walking down the hall with one of the temp nurses up to a nurses’ station. The place looks a little bit like a disaster area)


PATRICIA: And I can’t say this enough charts are organized by room number. I know your temp nurses but there’s no excuse for sloppiness.


(The nurse nods and walks into an adjoining room. Patricia walks up to the nurses station where Dr. Shepard and Dr. Burke standing going over their own charts, complaining about the whole situation and how they can’t do their job properly)


PATRICIA (interrupts their babble): You know why I stopped being a nurse? Doctors. Doctors who don’t know how to pitch in.


(She walks off)


DR. BURKE: Right.
 

(Richard walks by and the two pounce on him)


DR. SHEPARD: This place is going to hell.


DR. BURKE: We need to find a way to compromise.


(Burke walks off)


DR. SHEPARD: We need the real nurses back.
 

RICHARD: We need an additional 40 nurses to relieve the overtime that they’re striking about. That’s 2 million dollars a year we don’t have.


DR. SHEPARD: Have you checked under the couch? I always find spare change under the cushions. (Richard gives him a sour look) Okay, I’m silencing myself.
 

(Richard and Derek part ways)



(Cut to Cristina, Alex and Izzie waiting for their new resident. Cristina sees a doctor walk by)


CRISTINA: Yes, yes that’s him. He’s been published twice and he’s flawless.
 

IZZIE: Oh, I don’t want that guy. That guy’s a freak. He doesn’t let you speak in the O.R.


CRISTINA: Yeah, but he’s flawless.


(Another doctor walks by)


ALEX: I think it’s him. What’s his name again?


CRISTINA: Oh yeah, mouth breather guy. But he’ll let you do a procedure on your own if he likes you.


(Meredith walks up to them)


MEREDITH: What are we doing?


ALEX: Trying to figure out who they’re going to pick for Bailey’s replacement.


(A loud booming voice sounds from the stairs)


SYDNEY: Yang, Stevens, Grey, O’Malley, Karev!


(A young, cheerful female doctor named Sydney Heron bounds down the stairs and makes her way up to them)


SYDNEY: Here you are! I was looking for you guys in the locker room but you weren’t there and then I thought well maybe my interns are looking for me too and then I come out her and here you are. (She chuckles) Yeah. (Cristina looks horrified) You guys look like a great group. (Meredith looks like she wants to laugh) Which is awesome. Because my horoscope said it’s going to be a very challenging day and I was a little worried but no you guys … yeah, you look like a good group. Which is great! Because we’re going to have so much fun! Hi!


(She holds out her arms and hugs Cristina)


SYDNEY: Hi, First of all hi! Hi.


(Cristina remains stiff and uncomfortable)


CRISTINA: Ow, ow, ow.


(Sydney backs up)


SYDNEY: Ooh, am I hurting you?

CRISTINA: Ah, no you’re, you’re touching me.
 

SYDNEY (has an Oh look on her face but loses it quickly): I’m Sydney Heron. 4th Year and my philosophy just so you know is um is heal with love. (Alex and Izzie raise their eyebrows) Okay, so wonderful. So, Alex, Izzie, Meredith, Cristina and our little group is just missing-


CRISTINA (interrupts): O’Malley. Yeah he’s cowering behind the strike line like a little girl.


SYDNEY: Standing up for what he believes in, that’s my kind of little girl. Right? So … The E.R needs somebody down there for a consult, does anybody … who wants to …


MEREDITH: We get to pick?


CRISTINA: Oh me, I’ll, I’m on it.


ALEX: I’ll help.


(They both dash off quickly)


MEREDITH: I have patients I need to check on.


(She dashes away fast as well leaving Izzie by herself)


SYDNEY: So it looks like it’s just you and me, Izzie McGee.

IZZIE (force chuckles): Right, right, it’s ah, It’s ah Stevens. It’s Izzie Stevens.
 

SYDNEY: Oh, no I knew. I was just rhyming.

IZZIE: Oh, rhyming right, yeah. That’s, that’s neat.


(Addison comes up to Izzie)


ADDISON: Hey Dr. Stevens.


IZZIE (answers eagerly): Yeah.


ADDISON: Could use you on a consult?


IZZIE: Okay. I’m on it. Absolutely.


(She drops what she’s doing and grabs Addison’s file. They leave)


SYDNEY: Yeah.



(Cut down to the pit where Alex and Cristina are walking with an ER resident)


ALEX: You need a consult for a rash?


ER RESIDENT: It’s spreading pretty fast. I wanted to make sure nothing surgical going on.


(Cristina moves back the curtain concealing a bed)


CRISTINA: Mrs. Solomon, oh!


(A young couple, Claire and Wade Solomon are making out pretty heavy on the bed. Alex looks amused. They stop when they realize the doctors are there)


CLAIRE: Oh god. Sorry. Sorry.


WADE: We’re on our honeymoon.


CLAIRE: Yeah.


ALEX (nods approvingly): Sweet.


CRISTINA (shoots Alex a disapproving look): Ah, can you um … dismount? Please.


CLAIRE: Yeah.
 

CRISTINA: Great.


(Wade starts moving off the bed)



(Cut to Meredith walking down the hall when she hears a person crying out)


GRACE: Len!


(Meredith walks up to the door where she’s an elderly woman named Grace Bickham lying on a hospital bed looking like she’s in pain)


GRACE: Lenny is that you?


(Meredith looks around for any doctors but she can’t see anyone)


GRACE: Lenny!


(She has trouble breathing and Meredith rushes in)


MEREDITH: Are you okay ma’am? (She looks down at her name on the bed) Grace Bickham. Mrs. Bickham do you know who your doctor is?


GRACE: Len, Lenny …


MEREDITH: I don’t see your chart here.
 

GRACE: Are you there?


MEREDITH: I’m gonna need you to calm down for me, okay?


GRACE: Lenny?


MEREDITH: Is that your husband?


GRACE: Oh, where is he? He was here.


MEREDITH: I’m sure he’ll be back any moment. You’re having some trouble breathing. I’m going to need to run some tests. (Grace just moans) Nurse! I need a nurse in here!



[EXT. SGH, PICKET LINE]


(George is still standing outside, shaking his head and refusing to go in. The nurses are still chanting ‘Fair hours, fair wages’. Nurse Olivia walks up to him holding her own sign looking resigned)


OLIVIA: You can go George. We won’t throw donuts.


GEORGE: Oh I can take the donuts.


OLIVIA: Then what are you still doing here?


GEORGE: Teacher strike of ’03 mom walked the line for 48 days. I can’t … just, I can’t cross.


OLIVIA: So go home.


GEORGE: I can’t go home! You just don’t go home. Yeah and get kicked out of the program. Lose my place as a resident. I’m a doctor, no way. No. … No. I’m a union guy.


(Olivia smiles broadly)


OLIVIA: So that means …


GEORGE: Give me that sign.


(George takes the sign from her and walks down the picket line. The sign reads ‘Proud to be a Nurse’. The nurses applaud him)


OLIVIA: Alright, Dr. O’Malley!



[INT. SGH, GRACE’S HOSPITAL ROOM]


(Grace is having more trouble breathing than before)


MEREDITH: Help! I need a nurse in here please!


(A temp nurse named Angela comes in)


MEREDITH: Her pressure’s falling. She’s stopped breathing.


ANGELA: Woah. Is she dying?


MEREDITH: Are you a nurse?


ANGELA: Um, I’m like a nursing student.


MEREDITH: I need to intubate. Get me a 7 and a half tube. They’re out in the hall.


(Angela rushes out as Meredith prepares to intubate Grace. Angela comes back in quickly with a tray of stuff)


MEREDITH: Not that one. The one that says seven five.
 

(She hands Meredith the tube and she intubates. Angela holds a breathing bag and pumps it. Meredith checks Grace’s heartbeat)


MEREDITH: I’m in.


ANGELA (smiles): Awesome.


(Meredith gives Angela a look and she immediately stops smiling)



(Cut to an exam room where Addison and Izzie are performing an ultra sound on a young black girl named Chayenne Wood who is pregnant. Cheyenne’s mother sits next to her)


CHEYENNE: Is that too much?


ADDISON: It’s a lot of extra amniotic fluid Chayenne but your baby looks strong.
 

MRS. WOOD: Does that mean we can go? I mean appreciate you seeing us, I really do but this is a long drive for us and I can’t afford to miss another shift.


ADDISON (to Cheyenne): Unfortunately Miss. Wood the mass on the baby’s neck is what’s causing the build up in fluid. It’s also obstructing her airway and the spine.


CHEYENNE: Mom.

MRS. WOOD: It’s alright. Just listen.


ADDISON: We’re going to do a procedure called an exit surgery. Basically we do a C-section and only half deliver the baby.


CHEYENNE: Half deliver?


ADDISON: That’s right. We pull the head and the arms out but we don’t cut the umbilical cord.


CHEYENNE: Why?


IZZIE: The tumor won’t let air get to the baby’s lungs. So we need the umbilical cord to keep her alive during the operation. It’s kinda cool if you think about it. You’ll be like your baby’s life support machine.


ADDISON: And then after the surgery if all goes well, we cut the umbilical cord and you’ll be the mother of a healthy baby girl. How does that sound?


(Cheyenne looks relieved)


MRS. WOOD: That sounds expensive.


ADDISON: Well your doctor at the clinic is a former student of mine, so it’s covered. (to Izzie) I’m gonna go head up and take this to the lab.

(She leaves the room)


IZZIE: The hospital gets a write off the surgery. Makes Dr. Shepard look good, so…

MRS. WOOD: So it’s not charity?

IZZIE: It’s not charity. What time’s your shift?


MRS. WOOD: 6 to 6.


IZZIE: Graveyard. (Mrs. Wood nods) In Chehalis?


MRS. WOOD: Yeah.


IZZIE: It’s 3 hours away. Better get going. (Mrs. Wood looks at her) I’ll look out for her.


(Cheyenne nods at her mother)



(Cut to Meredith walking down the hallway where she sees Richard standing in front of the O.R board. She walks up to him)

MEREDITH: Chief.


RICHARD: Meredith.


MEREDITH: Saw my mother this morning.


RICHARD: Did you? How is she?

MEREDITH: She’s fine.


RICHARD (uneasy): I’m glad to hear it. Give her my best.
 

(He walks off)


(Cut to the pit where Claire is now sitting up right on the bed with Wade sitting next to her on a chair. Claire and Wade are very touchy feely. Alex is there. Cristina is there also drawing a black line across her leg)


CLAIRE: Why-


CRISTINA (interrupts): Oh I’m drawing a line to mark the borders of the infection. We’ll watch it for a couple of hours. If it doesn’t cross the line you’ll get IV antibiotics.


WADE: And if it does cross the line?


ALEX: Well it would mean the infection is aggressive. We’d have to do a muscle biopsy.


CLAIRE (stops giving lovey-dovey looks and looks concerned): You have to take out a piece of my muscle?


CRISTINA (nods): Mmm Hmm.


CLAIRE: Well we’re supposed to run a 10k tomorrow.


CRISTINA: Oh on this leg I doubt it.


ALEX: Can you tell us when you first noticed the rash?


WADE: When we were climbing Rainer yesterday.


(Sydney the cheerful Resident comes up to them)


SYDNEY: Wow! You took the Emmons Glacier route?


CLAIRE: Please you can do that in an SUV. We did ‘Liberty Ridge’.


SYDNEY: Wow! That’s hardcore. (She shakes Wade’s hand) Hi. I’m Sydney Heron. These guys teacher.


CLAIRE (shakes her hand): Hi. I’m Claire. This is Wade. It’s our honeymoon.
 

SYDNEY: Wow that’s amazing. God look at that rock.


CRISTINA (annoyed): Ah did you sustain any trauma on the hike? Did you fall down? Or bang your leg against something?


CLAIRE: No.


WADE: Oh, she cut her foot on some oyster shells at the beach a couple of days ago. (He turns to Sydney) We were windsurfing at ‘Puget Sound’.


SYDNEY: Oh wow sounds like you guys are going to need a honeymoon to recover from your honeymoon.


(Wade and Sydney chuckle and Alex forces himself to chuckle. Cristina mean while checks Claire’s leg)


CLAIRE: Ow.


(Cristina continues checking)


CLAIRE: My leg’s going to be okay though, right?


ALEX: Oh, yeah, yeah, it’s probably just a simple skin infection.


CRISTINA: Ah, no it’s not. Look.


(They all look closely at the black line. The infection has passed the line really fast)



(Cut to Meredith wandering down the hallway. Derek comes up to her)


DR. SHEPARD: Hey.


MEREDITH: Hey.

DR. SHEPARD: Your dog’s fine.
 

MEREDITH: He’s your dog now.


DR. SHEPARD: Hmm.


MEREDITH: I miss him.


(Derek nods and is about to speak but Addison comes up and interrupts)


ADDISON: He misses you too.


DR. SHEPARD: Ah.


ADDISON: You should come visit. (Meredith looks uncomfortable. Addison chuckles) The dog, I mean.


MEREDITH: I’m walking away now.


(Meredith walks off. Addison turns and faces Derek)


ADDISON: So um I’m looking for a neurosurgeon to consult on a fetal spinal tumor. You know anybody good?


(Derek chuckles)



(Cut to Picket Line outside where the nurse’s are marching and still chanting. George is marching with them, still holding his ‘Proud to Be A Nurse’ sign. Nurse Debbie, Olivia and Tyler are all walking behind George whispering to each other)


OLIVIA: Do not ask George.


DEBBIE: Why not he’s a doctor? Go ahead.


OLIVIA: Don’t worry about it.


DEBBIE: Just go ahead.


(George notices this)


GEORGE (to himself): I see whisper and point. I’m showing support, they whisper and point.


(Olivia walks up to him)


OLIVIA: George.


GEORGE: What?


OLIVIA: We need a favor.


DEBBIE: Ava Jekins in PETS, Room Forty-One, Fourteen. It’s almost time to change her dressing and it’s scary for her but if you sing the alphabet or the ‘wheels on the bus’ song she can handle it.


(George looks mighty confused)


TYLER: Mrs. O’Brien, Twenty-four, twelve. Will have a major panic attack if they don’t check on her at least once an hour.


OLIVIA: And there’s this guy in Twenty-nine, Twenty-four-


GEORGE (interrupts): Hey, Hey, hang on! Hang on!


(They stop walking near the side of the line)


GEORGE:  What you want me to cross the picket line?


OLIVIA, TYLER & DEBBIE: Yeah.
 

GEORGE (amazed): Why?


OLIVIA: Because they’re our patients too George. (looks nervous) And we can’t.
 


(Cut to an O.R where Sydney is operating on Claire Solomon’s leg. Alex and Cristina are helping and watching)


SYDNEY: Anyone care to probe the wound?


CRISTINA & ALEX (at the same time): I do.


ALEX: I’d really like to try your method of healing with love.


SYDNEY: I like the way you think Alex. (she hands him the scalpel while Cristina looks on annoyed) You do the honors. (Sydney notices Cristina’s look) Cristina, looks like someone needs to learn how to share. (to Alex) Oh, there just go ahead and slide it in.


(A phone rings)


ALEX: Woah.  No resistance.


CRISTINA (hisses to him): Let me see.


(Cristina grabs the scalpel off him)


SCRUBS NURSE (holds a phone up to Sydney): Dr. Heron.


(Sydney listens to whoever is on the line)


SYDNEY (into the phone): Yes?


CRISTINA: Oh! No healthy muscle gives away that easily.


SYDNEY: Oh my god. Oh this poor girl.


(She pulls away from the phone and the scrubs nurse hangs up)


SYDNEY: Okay everyone, we’re locking down the O.R. All non-essential personnel must leave now.


CRISTINA: Was that pathology? Is she-


SYNDEY (interrupts): It’s necrotizing fasciitis.


ALEX (amazed): The flesh eating bacteria?


SYDNEY: In the flesh.
 


(Cut to Meredith entering Grace’s room. Patricia is in there looking concerned)


MEREDITH: Oh good somebody’s in here. How’s she doing?


PATRICIA: You intubated her?


MEREDITH: Yeah.


PATRICIA (disapproving): You intubated her.


MEREDITH (defensive): I had to. She was struggling to breathe. Her stats were in the 80s. She was in her room all alone. (she notices Patricia’s look) What?


PATRICIA: One of the temp nurses found the paperwork from her chart on the second floor. And-


(Grace’s friends are standing at the doorway of the room and are outraged)


AGNES: You put a tube in Grace!


RUTH: She put a tube in Grace?


ELEANOR: She put a tube in Grace?


PATRICIA: Mrs. Bickham was diagnosed with end-stage COPD. She’s on hospice.


MEREDITH: End of life care?


PATRICIA (holds out the chart with DNR on it): DNR. Do not resuscitate.


(Ruth comes in and bangs her bag against Meredith’s back. Meredith jumps and turns around startled)


RUTH: You little shnook. You were supposed to let her die.
 

(Ad break. The scene resumes with Meredith surrounded by Grace’s friends in Grace’s room. Patricia has left the room)


ELEANOR: No machines she said.


AGNES: She did. I remember because her daughter Alice was there with her girlfriend – Ah She’s a lesbian. (Meredith nods but looks uncomfortable) The daughter. Nice girls. But-


RUTH (interrupts): Stop with the rambling Agnes. Make your point.


MEREDITH: I’m sorry.


(She walks out of their little surrounding circle and turns to face them)


MEREDTIH: Who are you exactly? Mrs. Bickham’s sisters?


AGNES (chuckles): Oh no. No. (The other two shake their head) Her sister Rose died in ’83.


RUTH: May she rest in piece.


AGNES: Influenza. Or Croup.


ELEANOR: Only babies die of Croup! Rose died with a cold in her chest.
 

AGNES: Pneumonia!


ELEANOR: Right, pneumonia. And there was her other sister, Harriet.


RUTH: May she rest in peace.


AGNES: They cremated her.


RUTH: Gracie wanted to die. She made us all promise.
 

MEREDITH: This really is something that I need to speak with her husband about.


ELEANOR: Lenny never talked much when he was alive. Good luck getting a word now.


MEREDITH: Lenny’s dead?


RUTH: May he rest in peace.


MEREDITH: But Grace said she just saw him.


AGNES: Because she was trying to cross-over.


RUTH: She almost died twice in the last month. Said she saw him each time. You ask me that’s a little meshuggenah.
 

ELEANOR: It’s not meshuggenah! He was waiting for her in the light.


AGNES: Mmm Hmm.


(Ruth rolls her eyes)
 

AGNES (to Meredith): Which thanks to you, she can’t reach now!


(Eleanor nods)

(Cut to George still dressed in his normal everyday clothes walking quickly down the hospital hallway with a notepad. He sees the Chief opposite and darts to the side to avoid him)


RICHARD: O’Malley, I need you to round all-


GEORGE (interrupts): I’m not here.

RICHARD: Excuse me?

GEORGE: I’m here but I’m not here.


RICHARD (angry): You won’t be anywhere in about thirty seconds if you don’t-

GEORGE (interrupts): Sir, all do respect, no offence intended. Ah but I won’t cross the picket line.


RICHARD: And yet somehow you’re standing in front of me.


GEORGE: Uh, yep well because some of the nurses want me to check on their patients and so I am but then I’m going right back out there to join them.


RICHARD: You’re a doctor!


GEORGE: Yes sir … but I’m also a union man. … All do respect, no offence intended.

RICHARD: Fine!


(He starts to walk off)


GEORGE (runs after him): Sir, while I have you here I’m supposed to tell you that ah Mrs. O’Brien in twenty-four twelve is allergic to chocolate but she pulls the allergy sticker off her chart every chance she gets.


RICHARD: Wonderful.


GEORGE: And ah that ah you’re supposed to watch Mr. Roberts in Twenty-One Nineteen take and swallow his diuretics. Apparently he likes to hoard them under his mattress.


(Richard stops walking and turns around angrily)

RICHARD: Is that it?


(George nods fast. Richard turns around)


GEORGE: 40 to 50 hours of mandatory overtime is extremely-


RICHARD: O’Malley!

(George turns and runs off)


GEORGE: Yes sir, I’m very sorry. No offence intended!



(Cut to a waiting room where Cristina, Sydney and Alex are delivering the news to Wade about Claire’s leg)


WADE: What? Wait, flesh eating … I mean this is some kind of joke right? She put you up to this.


CRISTINA: Ah no it’s not a joke. We have to amputate the leg.


SYDNEY (disapprovingly): Cristina.


(Cristina gives her a ‘what’ look)


WADE: We’re on our honeymoon.
 

SYDNEY: I’m sorry Wade. I know this is scary but amputation is not the only option.


CRISTINA: It’s the only sane opt- (she stops herself and turns to Wade) Excuse me if we don’t get this infection under control immediately she is going to die.

WADE: But there is another option?


ALEX: Well we can try to save the leg by cutting out the infection. It won’t be pretty but we might be able to keep it functional.


(Cristina looks like she can’t believe this is even being discussed)


SYDNEY: Gold star for Dr. Karev.
 

WADE: Ah I need to see her.


CRISTINA: There’s no time.


ALEX: By the time we take her out from under anaesthesia and put her back under … you need to make a decision now.
 

WADE: Uh I mean she runs marathons. This is our adventure honeymoon. It’s, it’s who she is.


SYDNEY: Okay, then we’ll do everything we can to save the leg.
 

(Cristina looks upset and Sydney walks off. Alex follows and Cristina catches up to him)


CRISTINA: You seriously think this is a good idea?


ALEX: I seriously think this is a way cooler surgery.


(He walks off)



(Cut to Cheyenne’s patient room where Addison, Derek and Izzie are talking to her)


DR. SHEPARD: Cheyenne. The prognosis is very good. So what we want to try to do is go in and get as much of the tumor out as possible during your surgery.
 

CHEYENNE: So my baby will be fine?


DR. SHEPARD: Yes.


ADDISON: You may be able to take your baby home by the end of the week.
 

CHEYENNE: That soon?


ADDISON: Absolutely. She’ll be all yours.


CHEYENEE: Oh. Okay.


DR. SHEPARD: Okay. You know if you and your mother have any questions Dr. Stevens will page me. Alright?


ADDISON: See you later.


(Derek nods to Izzie and both he and Addison leave the room. Izzie picks up a book of Cheyenne’s bed table)


IZZIE: Oh, Shakespeare.


CHEYENNE: I was reading it to my baby. It’s really homework for English. Was. The baby wasn’t due for another few more weeks. And now I guess …


IZZIE: No more school.


CHEYENNE: It’s weird. It’s like when you’re in school … you hate it.


IZZIE: Until you can’t go anymore.


(Cheyenne just stays silent)


IZZIE: Have you made any plans?


CHEYENNE: Plans?


IZZIE: Bought a crib? Called about child care? Looked into assistance?


CHEYENNE: Not yet.


IZZIE: You’re gonna live with your mom?


CHEYENNE: I’m supposed to be saving money to get my own trailer home. But I don’t know I guess I thought that I’d have more time. Nine months go by fast.
 

IZZIE (kinda teary eyed): Yeah, yeah it does. (She fakes a smile) I’ll see you later.


CHEYENNE: Bye.


(Izzie takes her chart and leaves)



(Cut back to the O.R. where Sydney, Alex and Cristina are back operating on Claire’s leg)


CRISTINA: So Sydney have you seen a lot of necrotizing fasciitis?
 

SYDNEY: No have you?


CRISTINA: If the infection moves to her bloodstream she’ll die.
 

ALEX: If she wakes up without her leg she might wish she had.


SYDNEY: Yeah, Dr. Karev is right. She’s young, she’s healthy, she’s a newlywed.
 

CRISTINA: And your treatment plan is based on? Cuteness? If she were an 80 year old man, you’d amputate in a heartbeat.
 

SYDNEY: She’s not 80. Where’s your compassion?


CRISTINA (disbelievingly): My, my compassion? Trying to save a patient from death is pretty compassionate.

SYDNEY: I must say I’m disappointed in you. Why can’t you be more like Alex?


CRISTINA: Excuse me?


SYDNEY: Yeah this guy, he’s compassionate. He’s warm. He’s fighting with me to save Claire’s leg.


ALEX: And we’re going to win that fight.
 

SYDNEY: Yes.


(Alex laughs silently at Cristina but Sydney doesn’t notice)


CRISTINA: Ah excuse me, restroom.


(She leaves the table)


(Cut to Cristina walking the hospital hallway looking for Burke. She finds him in front of the nurses’ station outside the O.R board. She walks up to him)


CRISTINA: Burke.


DR. BURKE: Hey, I thought you were in surgery.


CRISTINA: I was. Necrotizing fasciitis.


DR. BURKE: No kidding? So why are you out here?


CRISTINA: Because the new resident, ah she’s the new Bailey. Except that she’s the exact opposite of Bailey in the most absurd, horrifying, profoundly disturbing ways.


DR. BURKE (warningly): Cristina.


CRISTINA: I think the new resident is killing our patient.
 

(Burke looks up at this)



(Cut to Burke and Cristina entering the O.R with Sydney and Alex still operating on Claire’s leg. There is only one other scrubs nurse in there)


DR. BURKE: Dr. Heron is it?


SYDNEY: It is and you are?


DR. BURKE: Preston Burke.


SYDNEY: Dr. Burke. Wow, no kidding. (she chuckles) I’m a huge fan.


DR. BURKE: Thank you. I um I heard you had a case of necrotizing fasciitis and we don’t see a lot of those around here.


(Alex shoots Cristina an annoyed look)


SYDNEY: Hmm. Yeah well being a cardiothoracic surgeon I wouldn’t think you saw any.


DR. BURKE: Right … well I was just curious about what protocol you were following here.


SYDNEY: You were curious or Cristina was concerned?


DR. BURKE: I’ll hope you’ll forgive the intrusion. It’s nothing personal. (She nods) It’s just that we haven’t worked with you before and Dr. Yang wanted to be sure-


SYDNEY (stops doing the surgery, turns around and interrupts): Dr. Yang wanted to be sure that perky little bimbo cheerleader wasn’t in here trying to kill a patient. Am I right? Now with all do respect Dr. Burke I know you don’t know me very well but I’m pretty good at what I do. And my patient is a 25 year old marathoner and I told her husband I’m going to try and save her leg. So my plan is to stand here for as many hours as it takes to scrape away every last cell of necrotic flesh. Now when I’m done, if it’s still spreading, then we’ll take the leg. And if we do then our eager young intern here can hold the saw. Now unlike Dr. Karev, kindness and compassion aren’t very high on her list of priorities but a little bone-saw action well maybe that will earn me some respect. (She turns back to the surgery) Am I right? Now Dr. Yang, you ready to scrub back in?

(Cristina leaves the O.R upset)


(Cut to Richard talking to Grace’s three friends sitting in a small waiting room. Meredith is standing watching)


ELEANOR: You’re the head of this whole hospital?


RICHARD: Just the surgeons.


ELEANOR (pats Richard’s leg): Well they should make you the head of everything.
 

RUTH (mutters to Agnes): She’s batting the lashes. You see that, she’s batting the lashes.


AGNES: Dr. Webber, the point is Grace wants to be with her Lenny. She misses him terribly.


MEREDITH: You realize if I pull out the tube, Grace will die.


AGNES: We’re old magpie, not daft.


RUTH: Pull the plug already. It’s what she wants.


RICHARD: Ladies, I appreciate your concern for your friend but we need to contact a durable power of attorney to sign the release.

ELEANOR: That’s Alice. Call Alice.


AGNES: Grace’s daughter.


RUTH: She’s a lesbian.


ELEANOR: Well that’s okay, isn’t it? I mean she still could have the power of attorney.


RICHARD: Ah fine. We’ll need Alice’s signature.


RUTH: Good luck. She lives in Oregon.


AGNES: Oh she could fax it.


RICHARD: I’m sorry. We’ll need her original signature.


ELEANOR (coos): Can’t we just skip that part?


RUTH (mutters to Agnes): Bat the lashes again. I think it was working.


RICHARD: Excuse me ladies.


(Richard stands up and starts walking away with Meredith)


MEREDITH: You’re like the old lady whisperer. (Richard cringes) They really cheer up when you come around.


RICHARD: Meredith you understand that if the daughter shows up tomorrow and confirms that she’s DNR …


MEREDITH: I have to kill my patient, I know.


RICHARD: How you doing? Something I can do for you?


MEREDITH: Oh I’m fine, sir. I don’t need any help from you. Thank you.


(She walks off)


(Cut to Izzie walking down the hall dressed to go home past Cheyenne’s room. She gets teary-eyed as she sees Cheyenne reading her baby Shakespeare)


[INT. JOE’S BAR]


(A group of nurses are camped out at the bar. A large portion of them toast George with their beers and wines)


OLIVIA: To Doctor O’Malley!


NURSES: Yeah!


(They clink glasses. George laughs)


(The camera pans up to the bar where Cristina, Meredith, Izzie and Alex are having a drink. Joe is serving them)

CRISITNA: She called me unkind. Unkind and lacking in compassion. In front of my boyfriend! I am not unkind.


MEREDITH: I think I have to kill a woman tomorrow. I have to take out the tube that’s keeping her alive.


(Meredith turns to look at the person sitting next to her. Cristina throws a peanut at her)


CRISTINA: Izzie.


JOE: This is the part where you say what’s wrong with you.


(Izzie remains quiet)


MEREDITH: I have to kill a woman tomorrow.


CRISTINA: And that is a problem, why? I mean if it’s what she wants, it’s what she wants! And that is not unkind or lacking in compassion. I’m a very compassionate person! I have more compassion than you Alex!


(The camera pans across and it appears Izzie has left the bar)


ALEX: Shut your pie-hole Yang.


(George comes up to the bar)


GEORGE: Hey Joe, can we have another round please?


(Joe hands Alex a drink)


ALEX: Yeah give Nurse O’Malley a drink on me.


GEORGE: Heh, what’d you say? (George turns to his nurse pals) Hey uh Karev just called me a nurse. (to Alex) That’s the worst you could come up with. Or wait is that an insult? Or a was I supposed to be-


(George is interrupted by a nurse walking by purposely spilling her drink onto Cristina’s lap)


NURSE: Woopsies.


CRISTINA: Are you kidding me? I will kill you, you know that?


NURSE: Bring it on!


CRISTINA: Oh, she, oh Bring it on! Okay Mama. Let’s bring it on! Oh look at her spry! What you wanna cheer it out soccer mom?


NURSE: Oh soccer mom!


(They both start yelling at each other. Joe interrupts)


JOE: Hey! Hey! Hey! Beating each other up and there’s not gonna be anybody left to set your broken bones.


(They continue to yell ignoring Joe)


JOE: Hey!


(Meredith takes Cristina’s arm and pulls her away)


MEREDITH: We were just leaving.


CRISTINA: Yeah because I gotta go save lives!


NURSE: Bye!


(Alex is smirking at the whole situation while George pushes through the nurse crowd)


GEORGE: Excuse me, they’re my ride. Excuse me.



[EXT. SGH HOSPITAL NIGHT TIME]


[INT. SGH, CHEYENNE’S PATIENT ROOM]


(Izzie dressed from the bar, enters Cheyenne’s room)


IZZIE: You’re awake.


CHEYENNE: Hey, yeah. Baby jumps up and down in my belly all night. It makes me have to pee all the time.


(Izzie nods)


CHEYENNE: You work long hours huh?


IZZIE: Yeah, but I’m off work now. I … I just came back to talk to you. … I grew up in Chehalis too.


CHEYENNE: Serious?


IZZIE: Serious. Um Forest Park.


CHEYENNE (smiles): The trailer (Izzie speaks at the same time) park behind the church.


IZZIE (continues): Yeah. On Route 6. Yeah.


CHEYENNE: My friend Shelly lives up there.


IZZIE: Yeah my mom still lives there.


CHEYENEE: No way.


IZZIE: Yeah huh. (They both smile) … … Can you keep a secret?


(Cheyenne nods. Izzie reaches into her pocket and pulls out a picture of a young girl and hands it Cheyenne)


IZZIE: This is my daughter.


(Camera cuts to Izzie now sitting next to Cheyenne)


IZZIE: In the picture she’s 6 but she’s 11 now. She lived in Santa Barbara but they moved. I don’t know where. But I know her name is Hannah and she likes pigs.


CHEYENNE (chuckles): Pigs?


IZZIE (smiles): Yep, she collects them. Like figurines or stuffed animals, you know. I think it’s because her mom probably read her ‘Charlotte’s Web’.

CHEYENNE: I thought you were her mom.


IZZIE (tear eyed): I’m her mother but I’m not her mom. … Look um I know that where we come from this kind of thing doesn’t get talked about but I wanted you to know that there’s more than one way to be a good mother. I wanted, I wanted better for her than I could do at sixteen.
 

CHEYENNE (teary eyed): I love my baby.


IZZIE: Of course you do. But you’re reading her Shakespeare. (Cheyenne starts crying softly) When you’re working 12 hour shifts at the diner like our mom’s, you won’t be coming home and reading her Shakespeare.
 

(Izzie smiles down at Cheyenne’s stomach)



[INT. BURKE’S AND ‘CRISTINA’S’ APARTMENT]


(Cristina enters the apartment and finds Burke sitting in the dark holding a trumpet)


CRISTINA: Huh, I could hear you from six blocks away.


DR. BURKE: Sorry.


CRISTINA: Don’t be. I like it. (She heads to the fridge) I’m just not sure how the neighbors would feel which by the way is not a thing someone lacking in compassion would be concerned with.


(She grabs a beer and heads to the bedroom)


DR. BURKE: How’s your patient’s leg?


CRISTINA: Carved all to hell but still on her body. (She comes back to the doorway) We’re watching it overnight. (Cristina notices Burke seems a little upset) What’s going on?


DR. BURKE: Never in my career have I questioned a fellow surgeon in their O.R. I never understood what the problem was. An intern dating an attending. Until today.


(Cristina gives him an upset look and leaves the room)



[EXT. SUNRISE]


[EXT. SGH ENTRANCE, NURSES’ PICKET LINE]


(A new day and the nurses are still chanting ‘Fair hours, Fair wages’)


[INT. SGH, HALLWAY]


(George is walking with Meredith who is taking down notes from George from the nurses)


GEORGE: And don’t believe twenty-five nineteen when she you she tells went to the bathroom. She just wants to go home. She just says she went to the bathroom and then she’s back here 2 days later.
 

MEREDITH: Got it.


(Burke walks by them)


DR. BURKE: Hey! I need sutures in twenty six o two!


GEORGE: Can’t help ya!


(Burke stops walking and turns back to George. Meredith walks to the nurses’ station nearby and George realizing what he just said turns around horrified. Izzie watches from a nurses’ station)


DR. BURKE: What?


GEORGE: … Fair hours! Fair wages! Fair hours! Fair … (He stops, Izzie looks amused) It’s no offence.

DR. BURKE: None taken.

(Burke walks off and George walks up to Izzie who hands him a cup of coffee)

IZZIE: Hey. How’s the strike going?


GEORGE: Do you know? Did you realize how rarely doctors say thank you and please to nurses? How few surgeons even know the names of them? … (He suddenly looks up) I shouldn’t be seen talking to you.


(George moves a little to the side)



(The camera pans across to Meredith who is rifling through some files. A young woman and her partner come up to her. Unbeknownst to Meredith, this is Alice, Grace’s daughter)


ALICE: Excuse me. I’m looking for Richard Webber.
 

MEREDITH: Can I help you?


ALICE: My name is Alice Bickham. (Meredith looks up instantly) I’m here about my mother, Grace.


MEREDITH: Sure, um … come with me please.


(She walks off and Alice and her girlfriend follow her)


(The camera pans back to Izzie where Mrs. Wood comes up to her angry)

MRS. WOOD: You said you would look after her.

IZZIE: I’m sorry?

MRS. WOOD: You told me to go to work and said you would look after her.
 

IZZIE: Miss ah Wood can you ah just follow me?


(She walks a few feet away from the nurses station so George can’t hear.)


MRS. WOOD: She’s a kid you know? She’s scared enough without you putting ideas in her head. How do you tell a scared kid to give her baby away?


IZZIE: I didn’t tell her. I didn’t advise her. I didn’t pressure her. I just … talked to her.


(George is watching from far)


MRS. WOOD: You’re not a shrink! You’re not her mother. She’s my kid and you crossed the line.


IZZIE: I’m sorry.


MRS. WOOD: No you’re not sorry. You’re superior. So what you’re a big shot doctor and you get to judge us? You get to tell my kid how to live her life?


IZZIE: Cheyenne is smart. She’s smart and she’s thoughtful and she can have more. She can have more than a trailer park and a graveyard shift at a truck stop diner. Don’t you want that for her? (Mrs. Wood glares at her) I mean if you can get past the fact that I’m superior and that I’m judging you and that I’m telling you what’s best for your family. If you can just get past all of that, isn’t it possible that I’m also right?


(Izzie walks off)


(Cut to a post-op room where Claire is recovering from her surgery. Alex and Sydney are in there. Wade is sitting at Claire’s bedside)


SYDNEY: Pretty spectacular recovery Claire.


CLAIRE (groggy): Really? Do you think it’s going to be okay?


SYDNEY: I think we got almost all of the necrotic tissue. A few times in a hyperbaric chamber and I’m thinking you’ll be out of the woods.
 

(Wade nods)


CLAIRE: Thank you for saving my leg.


SYDNEY: My pleasure. (Cristina watches from the doorway) Now Dr. Karev here will explain a hyperbaric chamber. Dr. Karev.


ALEX: Thank you Dr. Heron. A hyperbaric chamber-


(Sydney starts making her way out and passes Cristina)


SYDNEY: I’ll take that apology any time.
 

(Cristina sighs)



(Cut to Grace’s room where all of Grace’s friends are, Alice, her girlfriend, Meredith and Richard are standing around Grace’s bed. Alice signs the form and hands it to Richard)


RICHARD: Thank you.


MEREDITH: So um I’m going to give her a sedative which will ease her discomfort and then I’ll remove the tube. (Alice nods) Okay.
 

ALICE’S GIRLFRIEND: Are you ready?


ALICE (nods): Yes.


(Meredith is about to inject the sedative)


ALICE: Wait.


(Meredith stops quickly almost as she was hoping Alice would stop it. Alice leans forward and kisses her mother on her forehead)


ALICE (whispers): Goodbye mommy. (Agnes pats her comfortingly) Oh … do you want to-


AGNES (interrupts): Oh no. No we already said our goodbyes. We just wanted to be here when Grace crossed over.


(Meredith looks down upset. Alice nods)


ALICE (to Meredith): Ready.


(Meredith moves to inject the sedative but Richard puts a hand her shoulder to stop her)


RICHARD: I can take care of this.


MEREDITH: I- I did it. I should undo it.


(She injects in the sedative and turns off the life support machine)


ALICE’S GIRLFRIEND: How long? I mean before …


MEREDITH: It can take a while.


(Meredith starts removing the tubing from Grace)


(Cut to Burke writing in a very roomy medical supplies closet. Cristina enters)


CRISTINA: She wants me to apologize.


DR. BURKE: You crossed the line.


CRISTINA: I’m not apologizing.


DR. BURKE: You made me cross the line.


CRISTINA: I didn’t make you do anything!


(There is a bit of a silence)


DR. BURKE: That’s not your fault. It’s mine. I’m your teacher. I’m supposed to be. But you came to me as your boyfriend and I responded that way.


(Cristina gives him a look but she knows he’s right)


CRISTINA: I’m not used to being wrong.


DR. BURKE: I know. But you’re an intern. Second guessing a resident. That’s not your job.



(Cut to Richard and Meredith standing outside Grace’s room)


MEREDITH: How long has it been?


RICHARD (looks at his watch): 2 hours and 17 minutes.
 

(Meredith nods)


MEREDITH: I saw you there. At the nursing home with my mother.
 

RICHARD: Oh.


MEREDITH: They said you go to her 3 times a week.


RICHARD (nods): Whenever I can.


MEREDITH: Why did you keep it a secret?


RICHARD (sighs): I don’t know. Would you like me to stop going?


(Meredith avoids the question)


MEREDITH: I’m gonna go check on Grace.


(She stops at the doorway of Grace’s room)


MEREDITH: Do you think she’s lonely? My mother?


RICHARD: Yeah I do.



(Cut to Grace’s room where Grace’s friends, Alice and her girlfriend, Richard and Meredith all keep a close watch over her)


(Cut to the O.R where Addison and Derek are performing the surgery on Cheyenne’s baby. Izzie is there helping them. Izzie cuts the umbilical cord and Addison takes the baby out. She hands the baby to Izzie who takes the baby girl to the side and rests her down a lined table. She smiles at the baby)


(Cut back to Grace’s room where Grace is breathing very shallowly. All of the family and friends are touching and comforting Grace. Grace suddenly stops breathing. Meredith watches)


RUTH: May she rest in peace.


(Agnes struggles not to cry and puts an arm on Ruth’s shoulder to comfort her. Eleanor rests her head against Agnes)


MEREDITH: Time of death (she clears her throat) Twelve Forty-Two.
 

(Meredith looks upset and heads out of the room)


(Camera switches to show Meredith exiting out of the room almost in tears and looking like she’s having difficult breathing. Derek from far notices Meredith who has her back to him and is about to walk up to her. He looks confused as she rushes into the nearest linen closet)



(Cut to the interior of the linen closet where Meredith is sitting down taking large gulping breaths. It seems like she’s almost hyperventilating. Derek enters and looks concerned when sees her. Meredith starts to cry as he crouches down next to her. This is one of the sweetest scenes I’ve ever seen between them)


MEREDITH (crying): I don’t. I can’t. I can’t. I don’t want. I don’t. I can’t. I don’t. I don’t want my mother to die alone.


(Derek just continues to look on comfortingly and concerned)


DR. SHEPARD (whispers): Slow down. Just slow down. Sssh. Slow deep breaths.
 

(Meredith just continues to cry and breathe difficultly)


(Derek stands up and reaches above Meredith’s head. He pulls down a white paper bag and hands it to Meredith)


DR. SHEPARD (calm quiet voice): Here. Take it easy. Slow down. Slow down.
 

(Meredith breathes into the bag. She takes on of his hands in hers and holds onto tightly. Her breathing slows down and she stops crying. She rests her head against Derek’s shoulder. Derek brings up his other free arm around her and holds her and rests his head against hers. Meredith pulls away the bag and eventually sits up)


MEREDITH: I’m okay.
 

DR. SHEPARD (smiles): You’re okay.


(She wipes a tear away and Derek brushes the hair away from her face)


MEREDITH: Thank you.


DR. SHEPARD: You’re welcome.


(They stare into each other’s eyes for a long time almost as if they might kiss. Meredith breaks the moment by looking away. She gets up and walks out leaving Derek sitting in the closet by himself)



(Cut to NICU where Izzie is checking on Cheyenne’s baby who is in an isolette. Cheyenne is sitting on a rocking chair next to them)


CHEYENNE: Do you ever wish you hadn’t done it?


IZZIE: No. I really don’t.


CHEYENNE: If I give her up, if I give her away, do I still get to name her?


IZZIE: You can name her for yourself.


CHEYENNE: Did you name yours?


IZZIE: Uh … Sarah.


CHEYENNE (smiles): That’s a pretty name.


IZZIE (nods): Yeah.



(Cut to Meredith walking down the hall and up to Richard. Richard looks apprehensive and Meredith smiles)


MEREDITH: I think you should keep visiting her.


RICHARD: You sure?


MEREDITH: Yeah. She lights up when you’re around. She’s alive.

 

(Cut to Burke and Cristina walking down the hall. A few feet away is Sydney who’s talking to Alex. Cristina stops walking)


CRISTINA: She’s with Alex. I can’t do this in front of Alex.
 

DR. BURKE: Well you can and you will.


CRISTINA: Excuse me why aren’t you apologizing?


DR. BURKE: I’m, I’m an attending. I don’t apologize to residents. You on the other hand are an intern.


(He walks up to Sydney and Alex. Cristina follows)


CRISTINA: Sydney I just wanted to …  (She glances briefly at Alex who looks very smug and straining to hear what she has to say) ah Just wanted to ah to … (very quietly) apologize for you know overstepping, I’m sorry.
 

SYDNEY: Now that’s the compassion I was looking for. Apology accepted. Okay, you wanna hug it out?


(She holds out her arms for a hug)


CRISTINA: Oh.


(Burke raises his eyebrows and watches Cristina’s reaction)


ALEX: Go, go hug.


CRISTINA: No, yeah.


SYDNEY: Come on.


(Cristina backs away and walks off. Burke walks with her)



(Cut to Patricia and Richard in a small waiting room looking at a TV which shows the protest going on outside)


RICHARD: We need them Patricia.


PATRICIA: Yes, we need them.


(They start walking down the hallway)


RICHARD: So where do I find the spare change? It’s not like whatever’s hiding underneath the couch cushions is gonna do it.
 

PATRICIA: Well I seemed to remember pushing through paperwork for a multi-million dollar surgery robot.


RICHARD: There was a two-year waiting list for that. It will bring a huge business. 

PATRICIA: And could you and the robot handle that business without nurses?
 

(She walks off and Richard looks resigned)



[EXT. SGH PICKET LINE, NIGHT]


(The line is deforming and the nurses are cheering. Richard is out there talking with them)


MVO: We can’t help ourselves. We see a line. We want to cross it. Maybe it’s the thrill of trading the familiar for the unfamiliar. A sort of personal dare.
 

[EXT. DEREK’S TRAILER]


[INT. BEDROOM OF DEREK’S TRAILER]


(Addison and Derek are in bed, with Addison lying in Derek’s arms)


MVO: Only problem is once you’ve crossed it’s almost impossible to go back.
 

[INT. MEREDITH’S TOWNHOUSE, GEORGE’S ROOM]


(George is lying in bed playing on his gameboy. His door creaks open and closes. Izzie has come in. She gets in bed next to George and lies next to him. She sighs)


GEORGE: Are you okay?


IZZIE: Yeah. Yeah I am.


(George returns back to his gameboy. His door opens again and this time Meredith enters. She goes to the other side of George’s bed and lies down next to him. She closes her eyes)


GEORGE: Are you okay?


MEREDITH: Yeah.


GEORGE (to both of them): What happened today?


MEREDITH: Nothing.


IZZIE: Nothing.


GEORGE: Okay.


(He turns back to his game boy)


IZZIE: We don’t know everything about each other George.
 

MEREDITH: Yeah.


GEORGE: True.


MVO: But if you do manage to make it back across that line. You find safety in numbers.


(Meredith turns off lamp on the bedside table and the whole screen goes dark)


GEORGE: Anybody want to have sex?


(Meredith laughs)


IZZIE: George.

Kikavu ?

Au total, 229 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Locksley 
05.09.2019 vers 20h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Lilie34 
24.04.2019 vers 22h

LILI62100 
22.04.2019 vers 14h

magrenat 
10.04.2019 vers 17h

NIMPHE 
02.04.2019 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 6 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente

Photo du mois
Aujourd'hui à 14:46

S16E05 Breathe Again
Aujourd'hui à 14:24

S16E04 It's Raining Men
Aujourd'hui à 14:24

Thomas Koracick
Aujourd'hui à 14:23

Andrew DeLuca
Aujourd'hui à 14:22

Richard Webber
Aujourd'hui à 14:20

Maggie Pierce
Aujourd'hui à 14:17

Amelia Shepherd
Aujourd'hui à 14:16

Jo Wilson
Aujourd'hui à 14:13

Dernières audiences
Logo de la chaîne ABC

16.03 : Reunited (inédit)
Jeudi 10 octobre à 20:00
6.09m / 1.4% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

16.02 : Back In The Saddle (inédit)
Jeudi 3 octobre à 20:00
6.01m / 1.3% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

16.01 : Nothing Left to Cling To (inédit)
Jeudi 26 septembre à 20:00
6.51m / 1.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Diffusion ABC - 1604

Diffusion ABC - 1604
C'est ce soir que sera diffusé l'épisode 1604 "It's raining men" sur la chaîne ABC. La guerre entre...

Les photos de la célébration du 350ème épisode

Les photos de la célébration du 350ème épisode
L'équipe de Grey's Anatomy et d'ABC ont célébré le 350ème épisode qui sera diffusé le 14...

Audience ABC - 1603

Audience ABC - 1603
L'épisode 3 de la saison 16 de Grey's Anatomy a rassemblé 6.09 millions de téléspectateurs, avec un...

Départ de Sophia Ali

Départ de Sophia Ali
Krista Vernoff vient d'annoncer le départ de Sophia Ali. L'actrice qui jouait l'interne Dahlia Qadri...

Diffusion ABC - 1603

Diffusion ABC - 1603
Ce soir sera diffusé l'épisode 1603 "Reunited" de Grey's Anatomy sur ABC.  Vous pourrez voir en...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

cinto, 15.10.2019 à 18:51

Vous voulez poser une question à Henry? RDV au sondage chez The Tudors et Régalez-vous à commenter. Merci à tous.

CastleBeck, 15.10.2019 à 22:21

Un nouveau concours d'écriture vous attend sur le quartier Castle. Merci

juju93, Avant-hier à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Locksley, Hier à 15:33

L'interview de bloom74, HypnoVIP, est publiée à l'Accueil ! Bonne lecture et bon après-midi !

sabby, Hier à 21:05

Hello bonsoir ! Un nouveau survivor vous attend sur S.W.A.T Bonne soirée à tous !!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site