VOTE | 864 fans

#212 : L’esprit de Noël

Scénario : Krista Vernoff - Réalisation : Peter Horton
Guest stars : Jenny O'Hara, Michael Hyatt, Sarah McDermott, Steven W. Bailey, Robin Pearson Rose, Kathe E. Mazur, Helen Slater, C.J. Sanders, Richard Jenik, Sean McDermott, Troy Curvey Jr., Andrew Bilgore

Les fêtes de fin d'année sont sur le point de commencer, mais personne n'est d'humeur festive. C'est le dernier jour d'Alex à l'hôpital, à moins qu'il ne réussisse son examen pratique le jour suivant. Tout le monde finit par aider Alex à réviser son examen mais cela ne plait pas beaucoup à Izzie et Meredith doit lui rappeler ce qu'est le véritable esprit de Noël. Justin a besoin d'un nouveau coeur. Par chance, il y en a un de disponible mais il n'en veut pas car il ne croit pas que ce soit un cadeau du Père Noël comme sa mère le lui a dit. Cristina et Burke, tout les deux responsables du cas de Justin, ont des points de vue opposés par rapport à leurs positions différentes concernant la religion. Malgré une réconciliation avec sa femme, Derek n'est pas d'humeur festive. George s'occupe d'un cas simple d'une femme qui a un ulcère, il réalise que l'ulcère est provoqué par son entourage mais échoue dans sa tentative de les pousser à partir, avec pour conséquence l'aggravation de la santé de sa patiente.

Popularité


4.78 - 9 votes

Titre VO
Grandma Got Run Over By A Reindeer

Titre VF
L’esprit de Noël

Première diffusion
11.12.2005

Première diffusion en France
04.09.2006

Plus de détails

[EXT.SGH]

(Plan sur la maison de Meredith. On entend des aboiements et on voit un sapin illuminé. Dehors il pleut. Meredith revient de sa balade avec Doc, le chien qu’elle a  adopté depuis l’épisode précédent)

VOIX OFF (Meredith): C’est un mythe urbain de dire que le taux de suicide connaît un pic durant les fêtes. Non, pas du tout, c’est une période où il est en baisse !

(Izzie est dans le salon en train de décorer le sapin. Doc entre en courant dans la maison suivit de près par Meredith.)

VOIX OFF : Les experts pensent que c’est parce que les gens sont moins enclin à se supprimer quand ils sont entourés par leur famille.

(Georges arrive lui aussi dans le hall d’entrée. Avec Meredith, ils regardent Izzie s’affairé dans le salon)

GEORGES : On dirait que le Père Noël s’est un peu lâché.

MEREDIHT : C’est rien. On va devoir se montrer compréhensif.

IZZIE, enjouée : Ah ! Salut ! Qu’est-ce que vous en dites ? Est-ce que j’ai dépassé les bornes ? Oh, je sais, je sais parfois je peux aller un peu trop loin !

GEORGES : Non ! On adore ça !

MEREDITH : Non. C’est génial.

IZZIE, enjouée : Oh oui ! Oh, Noël ça me met en joie !

GEORGES et MEREDITH, d’une même voix : On sait…

VOIX OFF : Ironiquement, c’est aussi le même rapprochement familial qui est invoqué comme raison au pic de dépression durant les fêtes.

(Georges et Meredith se regardent dépité)

VOIX OFF : Oui, bien sûr, Izzie est un cas à part !

(Plan sur l’appartement de Burke où celui-ci est en train de lire le journal et boire son café. Cristina déboule de la chambre déjà prête et habillée, son thermos à la main. Elle sourit en regardant Burke, puis tourne la tête et voit un petit sapin posé sur la table basse du salon. Burke se tourne à son tour)

BURKE : Oh, je… J’ai pensé que tu aimerai m’aider à le décorer ce soir. Pour marquer notre premier noël ensemble !

CRISTINA : Je suis juive !

BURKE, étonné : C’est sérieux ?

CRISTINA : Par mon beau-père. Saul Rubbinstein.

BURKE: Oh, oui ! Oui, bien sûr….Oui…Oui…

(Cristina récupère son thermos, prend ses clés et sort de l’appartement. Burke reste assis, sa tasse à la main et regarde tristement son sapin.)

[INT. SGH]

(Plan sur Miranda Bailey qui se touche le ventre en marchant dans les couloirs, suivit des internes)

GEORGES : Regardez son ventre. Elle est presque aussi large que haute.

MEREDITH : Ses chevilles sont enflées. C’est pour ça qu’elle se dandine ?

IZZIE : Qu’est ce qui va nous arriver quand elle sera en congé ?

CRISTINA : Congé ? Elle va prendre un congé ?

MEREDITH : Tu crois qu’il se passe quoi, quand une femme expulse un bébé de son vagin ?

GEORGES, ricane : Vous croyez qu’on aura un autre résident ?

CRISTINA : Quoi ?

ALEX : Nan ! Ils vont surement nous laisser vaqués sans surveillance pour voir les dégâts qu’on peut faire !

IZZIE : Question dégâts, tu t’y connais ! (Pause. Elle se reprend) Oh ! Vous savez ? On devrait tous se réunir et faire un cadeau de Noël à Bailey pour le bébé ! Ou on pourrait prévoir un cadeau de Noël mystérieux !

CRISTINA : D’accord. Ecoute joyeux lutin, tu peux garder ….

(Meredith et Georges interrompt Cristina et lui bloque le passage)

GEORGES : C’est génial !

MEREDITH : Le cadeau secret ça parait génial Izzie !

IZZIE, surexcitée : D’accord !!

(Izzie s’éloigne)

CRISTINA, dépitée : Oh….

MEREDITH, avec un sourire forcé : On se montre compréhensif !

(Bailey et les internes marchent rapidement dans le couloir. Derek arrive et interpelle Meredith)

DEREK: Eh ?

MEREDITH: Eh! Tu vas bien? T’as l’air euh…

DEREK : Oui. Tu sais… les fêtes…

MEREDITH : Oh. Oui. Je connais ça.

(Derek sourit et Meredith s’éloigne)

(Plan sur la chambre d’un patient. Il est allongé sur son lit et ses trois enfants sont présents dans la chambre.)

JAKE (le fils), vidant une boite de jouets sur son papa : Tiens papa. Tu veux jouer avec moi ?

FILLE CADETTE : J’aime jouer de la guitare.

(Derek, suivit de Bailey et ses internes entrent dans la chambre)

LEA (la fille ainée de Mr et Mme Epstein) : Salut !

MEREDITH : Tim Epstein, 38 ans, a fait une chute du toit de sa maison.

TIM : Je posais les lumières annuel et un des bardeaux c’est détaché. Je suis tombé.

IZZIE : Annuel ?

TIM : Annuel, Nonouka, on fête toutes les fêtes.

IZZIE, un grand sourire aux lèvres : C’est incroyable !

FEMME de Tim : Il est tombé de 4 mètres.

TIM : Ouais ! Mais, la bonne nouvelle c’est que ma tête a amorti ma chute.

MEREDITH : Euh, il n’y a aucune déformation apparente, mais il présente clairement une faiblesse au niveau du bras gauche.

(Brouhaha des enfants qui jouent et parlent)

FEMME de Tim : Il va sûrement aller bien. Il a la tête dure, je le connais.

TIM, rigolant : Aie.

DEREK : C’est douloureux quand vous riez ?

TIM : Ça cogne dans ma tête.

DEREK : Suivez mon doigt. Avec vos yeux s’il vous plait.

JAKE, grimpant sur le lit voisin et s’adressant à Bailey : Je sais faire du Karaté.

BAILEY : Euh….euh… Je crois que votre mari a besoin d’un peu de silence et il y a une cafétéria au premier…

TIM, interrompant le Dr Bailey : Non, non, non ! Non, non. J’ai envie qu’il reste. Douleur ou non, je ne veux pas manquer une minute des fêtes avec mes enfants.

(Izzie, toujours aussi enthousiaste par les fêtes, rigole avec les enfants)

DEREK : Qui veut conduire Mr Epstein en bas pour un scan crane ?

(Izzie surexcitée lève la main)

DEREK : Stevens ? D’accord !

(Plan sur la chambre d’une patiente. Elle est allongée dans son lit. Sa mère est assise sur une chaise à côté d’elle. Sur le lit voisin est allongé son père qui regarde la télévision, et son fils est assis en train de jouer à une console de jeux portable. Son mari est aussi présent dans la chambre. Il y règne un brouhaha sans nom. On y entend la télévision, les bruitages du jeu vidéo et tous les membres de la famille ont tendance à parler en même temps sans s’écouter les uns les autres. Le Dr Webber entre accompagné de Georges, Meredith, Alex, Cristina et le Dr Bailey)

GRAND-MERE : Tu devrais avoir un chien !

JOSH (le fils de Nadia Shelton) : Nan, pas de chien.

GRAND-MERE : Mais si, prends un chien !

GEORGES : Nadia Shelton, 41 ans, programmé pour une exérèse de son ulcère gastrique.

GRAND-MERE : Oh, bah ça nous fait une belle jambe ! Elle est programmée depuis 3 jours !

NADIA : Maman, ce n’est pas sa faute.

MR SHELTON : Chaque jour, elle est reprogrammée à cause des urgences !

WEBBER : Nous sommes vraiment navrés pour ces désagréments.

GRAND-MERE : Désagréments ? Vous regardez notre fille passer trois jours à souffrir et ensuite, vous venez me parler de désagréments ?

WEBBER : Nous avons de nombreux traumas en cette période de fête. L’ulcère de votre fille est sérieux, mais ce n’est pas une urgence.

GRAND-PERE : Est-ce que c’est les infos ?

MR SHELTON : Vous voulez dire que ma femme n’est pas importante ? C’est ça que vous voulez dire ? Qu’elle n’est pas importante ?

WEBBER : Je n’ai jamais dit une chose pareille.

BAILEY : Ça suffit !

GRAND-MERE : Quand est-ce que vous allez vous occuper d’elle ?

JOSH : Grand-père, c’est pas la télécommande

NADIA : Maman, s’il te plait !

GRAND-MERE : On a des réservations pour diner au Space Little, on les a depuis des mois !

JOSH, parle en même temps que sa grand-mère : Grand père, c’est pas la télécommande !!

WEBBER, agacé : D’accord ! Dr O’malley préparez Mme Shelton pour l’exérèse de son ulcère qui aura lieu ce matin.

GRAND-MERE : Merci à vous !

GRAND-MERE : Ernie, Ernie ! Je suis tellement heureuse ! (Le mari tapote l’épaule de Georges) On va pouvoir aller au Lillte ! Wouhou !!

(Tous les médecins sortent de la chambre sauf Georges)

(Plan sur les couloirs de l’hôpital. Dr Bailey marche suivit par Alex, Meredith et Cristina)

BAILEY : Grey, Karev vous couvrez la mine. Vous pouvez vous attendre à toutes sortes de cas idiot très fréquents pour les fêtes. C’est mon petit cadeau pour vous ! Yang,…

(Burke arrive et interromps le Dr Bailey)

BURKE : Dr Bailey ? Le centre de don d’organes, ils ont un cœur pour l’un de mes patients.

CRISTINA : Je suis libre pour la transplantation !

ALEX : Je peux le faire aussi ! Je suis complétement dispo !

MEREDITH : Je suis libre

BAILEY, en faisant les gros yeux à Alex et Meredith : Je vous ai dit que vous couvriez la mine !

BAILEY, se tournant vers Cristina : Yang c’est pour toi.

CRISTINA : Merci !

BAILEY, à Alex et Meredith : LA MINE !                                                

(Alex et Meredith s’éloignent ensemble)

ALEX, déçu : Dommage ! Une transplantation, j’aurai aimé voir ça.

MEREDITH : Ca se reproduira.

ALEX : Oui, peut-être pour toi….

MEREDITH : Tu veux dire quoi ?

ALEX : Je repasse mon examen demain. Je suis presque sûr de le foiré. Ça veut dire qu’aujourd’hui c’est mon dernier jour et je dois le passer à faire des points à la mine !

(Alex entre dans les toilettes pour homme)

(Plan sur Burke et Cristina. Ils marchent ensemble dans un couloir.)

BURKE : Alors, quand tombe hanoukka cette année ?

CRISTINA, concentrée à prendre des notes sur son carnet : Aucune idée.

BURKE : Oh ! Eh bien, s’il y a d’autres traditions que tu veux que je…

CRISTINA : Voyons Burke, arrête ! Je n’ai pas observé la moindre fête religieuse depuis que j’ai l’âge de faire mieux !

(Un silence gêné s’installe entre les deux puis Cristina s’éloigne laissant Burke en plan dans le couloir)

(Plan sur la chambre d’un patient de Burke.)

MARION, la maman du patient est en train de lui lire une histoire : Cours aussi vite que tu peux-tu vas le rattraper.

BURKE : Oh, Bonjour Justin ! Marion.

MARION : Oh bonjour !

JUSTIN : Salut Dr Burke !

BURKE : J’ai une très bonne nouvelle. Une nouvelle fabuleuse

MARION, toute souriante : Vous voulez dire que…

BURKE : Le centre a appelé. On a un cœur !

MARION, riant de joie : Ohohoh !!!

BURKE : Je vais t’opérer ce matin !

MARION : Tu entends ça mon ange ? Le Père Noël t’a apporté un nouveau cœur dans sa hotte !

JUSTIN, mécontent se tournant vers le Dr Burke : Dis à ce gros lard qu’il le donne à quelqu’un d’autre ! J’en veux pas !

BURKE, se raclant la gorge : Hum hum !

[Générique]

MARION, le sourire aux lèvres : Je suis désolée Dr Burke. Il est…fatigué aujourd’hui

JUSTIN, en colère : Je suis fatigué tous les jours ! Je déteste noël tous les jours ! Et je ne veux pas qu’on me fasse une autre opération !

BURKE, s’asseyant sur le lit de Justin : Justin ! Je sais qu’une intervention peut t’effrayer mais, tu as besoin de ce cœur. Tu as usé le dernier que tu as eu.

CRISTINA, étonnée : Euh ? Le dernier qu’il a eu ?

BURKE : Justin a déjà été transplanté étant bébé mais, son cœur n’a pas vieillit aussi bien que lui. Tu comprends ça Justin ? Aujourd’hui, tu ne peux plus garder ce cœur, il t’en faut un nouveau.

JUSTIN : Ca m’est égal. J’en veux pas.

BURKE : Tu peux me dire pourquoi ?

(Justin reste sans réponse. Burke échange un regard avec Marion)

(Plan sur le Dr Bailey en tenue de chirurgien. Elle avance dans le couloir en se regardant les mains. Elle arrive devant le tableau des chirurgies où se trouve déjà le Dr Webber)

WEBBER : Crise d’angoisse, anévrisme et ulcère.

BAILEY : Ça doit être décembre !

(Patricia, la secrétaire du chef arrive)

PATRICIA : Chef ? Adèle a téléphoné.

WEBBER : Dites-lui que je suis en chir.

PATRICIA : Elle sait que vous n’y êtes pas. Elle m’a dit de vous dire, je cite : « Nous allons voir notre nièce à son spectacle de l’école ce matin. Tu es prévenu depuis des mois, et après ton comportement de Thanksgiving… » Et ensuite, elle a commencé à utiliser des mots qu’il m’est assez pénible de répéter.

WEBBER : J’ai sept chirurgiens en vacances.

PATRICIA : Elle a également parlé de divorce.

WEBBER, à Bailey : Vous allez devoir faire mon exérèse d’ulcère.

BAILEY : Oui Monsieur.

WEBBER, en partant avec Patricia : Cette femme n’est pas raisonnable ! Depuis quand allez voir une gamine de six ans habillée en roi mage est important ? Vous ne pouviez pas lui raccrocher au nez ?

(Bailey s’étire devant le tableau)

(Plan sur le parking des urgences. Meredith prend en charge un patient arrivant en ambulance. Elle est suivit de près par Karev.)

AMBULANCIER: Homme de 44ans, a eu un pontage gastrique, trois semaines post-op, se plaignait d’une douleur très violent quand on l’a trouvé. Il a parlé d’un cake aux fruits.

MEREDITH : Il a dut se faire une éventration. Tu vas devoir me passer sur le corps pour celui-là.

ALEX : Il est tout à toi ! C’est mon cadeau de départ.

(Alex retourne dans l’hôpital et Meredith le regarde s’éloigné, surprise)

(Plan sur Addison et Derek marchant côte à côté dans le couloir. Addison tiens à la main un catalogue)

ADDISON : D’accord. Pour ta maman, j’ai une couverture de mohair tissée main à Edimbourg. Elle est douce confortable, idéale pour lui dire : « Ne m’en veuillez pas d’avoir fait souffrir votre fils »

DEREK : Addie ! Tu sais que ma mère t’adore !

ADDISON : Non, elle m’adorait ! Je veux essayer de me faire pardonner avec ces cadeaux. Alors, à ton avis, je la prends unie ou bien écossaise ?

DEREK : Euh… J’en sais rien, comme tu voudras

ADDISON : Mais, tu aimes faire les boutiques pour Noël ?!

DEREK : Je suis pas vraiment d’humeur pour l’instant… D’accord ?

ADDISON, prenant Derek par le bras: D’accord. Bon, alors je te propose un bon diner et des catalogues ce soir vers 9h.

DEREK : Hum… et bien, je crois que, ça dépendra vers quelle heure je vais sortir….

IZZIE, interrompant leur conversation : Dr Sheperd ?

DEREK, semblant soulagé de cette interruption : Oui ?

IZZIE : J’ai les résultats du scan cran de Tim Epstein.

DEREK : Ah ! Bien !

(Derek rejoint Izzie pour étudier les radiographie et laisse Addison en plan au milieu du couloir).

DEREK : Alors ? Qu’est-ce que tu en dis ?

IZZIE : C’est pas génial.

DEREK : Ah ! Non, c’est pas génial du tout !

(Plan sur la chambre de Nadia, la patiente qui souffre d’un ulcère gastrique. Il y a toujours autant de bruit dans sa chambre)

MR SHELTON, s’adressant à sa femme : Mon petit lapin, qu’est-ce que tu dirai de ça ? Une jolie bicyclette.

GEORGES : Excusez-moi, il faut que je lui prenne sa tension.

GRAND-PERE : Je t’en prie Josh, qu’est-ce qu’il dit ?

JOSH (le fils) : Grand-père attend, j’ai trois niveaux….

NADIA : Josh !

GRAND-MERE, à Josh : Surveille ton langage Josh !

GEORGES : Avez-vous des questions à propos de l’intervention ?

MR SHELTON : A part savoir quand vous allez la faire ?

GEORGES : C’est pour maintenant.

MR SHELTON : Génial.

NADIA : je suis désolée.

MARI, à sa femme : Ne t’excuse pas.

GEORGES : Avez-vous des questions ?

NADIA : Non, j’ai eu trois ulcères hémorragiques au cours des cinq dernières années.

MR SHELTON, à Georges : Ouais, j’espère que vous avez lu son dossier !

GEORGES : Oui.

MR SHELTON : Bon.

(Plan sur Alex assis sur un brancard en train de réviser)

(Plan sur Bailey et Georges se préparant pour aller au bloc. Meredith arrive pour leur annoncer une nouvelle urgence)

MEREDITH : Dr Bailey ? Une perforation gastrique vient d’arriver.

BAILEY : Oh ! Quelle poisse ! D’accord. On reconduit Mme Shelton dans sa chambre.

GEORGES : C’est sérieux ?

BAILEY : Est-ce que j’ai l’air de plaisanter ? Dis-lui qu’on l’opérera cet après-midi. Grey, appelle les urgences. Dis-leur de monter le patient au bloc et prépare-toi.

(Georges rentre dans le bloc)

MEREDITH, a Bailey : Alex Karev a raté ses examens et il doit en repasser demain. Il ne peut pas étudier les cas pratiques seul, c’est impossible. S’il échoue encore, il sera viré.

BAILEY : D’accord, vas-y.

(Meredith part en courant. Bailey appuie sur l’interphone pour s’adresser à Georges)

BAILEY : O’malley ?

GEORGES : Oui ?

BAILEY : Après l’avoir déposé dans sa chambre, reviens te préparer.

GEORGES : D’accord.

(Plan sur un autre bloc opératoire. Justin est allongé sur la table d’opération)

ANESTHESISTE : Ca va Justin ?

JUSTIN : Non ! Je vous ai dit que je ne voulais pas de ce cœur ! Pourquoi vous faites ça ?

CRISTINA : Parce que tu en as besoin ! Et jusqu’à ce que tu aies 18ans, c’est ta mère qui prend les décisions.

JUSTIN : Ma mère est une menteuse ! Vous l’avez entendu ? Elle dit que ce cœur vient du père noël et quand on dit ce genre de trucs, on a le droit à rien du tout !

CRISTINA : Oui. Bon, tu devrais partir en courant. Mais, le cœur que tu as te laisserait pas aller loin.

(Dr Burke entre dans le bloc)

BURKE : On est prêt ?

ANESTHESITE : Presque.

BURKE, à Justin : Et toi bonhomme ? Tu es prêt ?

JUSTIN : Si je meurs quand vous faites l’opération, est ce que ce cœur ira à un autre petit garçon ?

BURKE : Ca n’arrivera pas Justin ! Pas tant que je serai là !

ANESTHESISTE, en endormant Justin : C’est bon.

(Plan sur la chambre de Tim Epstein. Ses deux petites filles sont assises sur son lit et lui raconte une histoire. Sa femme est assise sur le deuxième lit.)

FILLE CADETTE : La lampe n’avait plus d’huile que pour une journée.

TIM : Et après, qu’est ce qui s’est passé ?

LEA : Ça a duré huit jours et huit nuits.

FILLE CADETTE : Et c’était un miracle !

JAKE : Je voulais le dire moi ça !

IZZIE : Mr Epstein ? Désolée de vous interrompre. Vous vous rappelez le Dr Sheperd ?

DEREK : Euh… Je pourrais vous parler en privé ?

FEMME de Tim : Dites tout devant nous. Il va mal ?

DEREK : La chute a causé un hématome sous-dural.

LEA : Je sais même pas ce que ça veut dire.

DEREK : Ca veut dire que ton papa a son cerveau qui saigne.

LEA : Génial….

DEREK : C’est une intervention qui comporte certains risques mais, il faut la pratiquer pour éviter que ça s’aggrave.

FEMME de Tim : Quels genres de risques ?

DEREK : Le saignement est dans une zone du cerveau qui contrôle la… la parole et la motricité.

JAKE : On n’a pas besoin d’opération, d’accord ?

TIM, à son fils : Tu sais, Jake, je crois qu’il faut la faire.

FEMME de Tim : Mais tu as entendu chéri, on sait quelque chose de très important.

JAKE : Quoi ?

FEMME de Tim : On sait que ce médecin s’appelle Sheperd.

TIM : Ca veut dire « berger ». C’est un signe de Dieu, tu ne trouves pas ?

(Plan sur le bloc opératoire où Burke est en train d’opérer Justin)

BURKE : Regardez ça ! Ça fonctionne à merveille ! Maintenant, tout ce qu’il faut comprendre, c’est pourquoi il est en colère.

CRISTINA : Si j’avais une mère comme, je serai aussi en colère. En fait, j’ai une mère comme ça.

BURKE : La mère n’est pas le problème. Elle l’aime, elle ne le quitte jamais.

CRISTINA : Elle ne l’écoute jamais non plus. Elle ne le connaît pas.

BURKE : Justin est déprimé, tu l’as entendu. Il ne veut pas vivre. J’espère seulement qu’il changera d’avis avant qu’il ne soit trop tard.

CRISTINA : Comment ça trop tard ?

BURKE : Dans un état médical identique, pourquoi certains patients vivent, et d’autres meurent ? (Pause) Je crois qu’il y a une connexion entre le corps et l’esprit. Si Justin ne veut vraiment pas de ce cœur, son corps le rejettera.

CRISTINA : D’accord. Donc si je comprends bien, tu ne fais pas que fêter Noël, tu crois aussi au Père Noël !

(Silence gêné et regards insistant au sein de toute l’équipe médicale du bloc opératoire)

BURKE : Dr Yang ? Je veux que vous programmiez un avis psy pour notre patient.

CRISTINA : Mais on n’a pas fini !

BURKE : Vous, si !

(Plan sur Meredith qui aide Alex à réviser)

MEREDITH : J’en sais rien ! J’ai mal ici et ici, et là derrière.

ALEX : Aucune chance qu’un camion t’ai renversé et que t’ai oublié ?

MEREDITH : Tu es jugé sur ta manière d’approcher les gens. Je ne serai pas surprise si c’était pour ça que t’avais échoué la dernière fois !

ALEX : Remets-en une couche pendant que t’y es !! J’ai pas demandé que tu m’aides !

MEREDITH : Arrête avec ton ego espèce de bébé ! J’ai refusé une intervention pour ça ! Alors ? Si on reprenait ? C’est douloureux ici, et ici, et puis là derrière. Oh ! Et ce matin, j’ai remarqué que mes selles avaient une couleur grisâtre !

(Plan sur le bloc opératoire où Georges et Bailey sont en pleine intervention)

GEORGES : Wahou !!! C’est tout ce que vous pouvez sauver de son estomac ?!

BAILEY : Oui. Si manger c’est tout ce qui compte pour lui, on ferait mieux de l’achever tout de suite.

GEORGES : On bipe le Dr Karevian !

(Toute l’équipe médicale rigole)

BAILEY : Qu’est-ce que tu as dit ?

GEORGES, ricanant : C’est une blague ! A cause de Kevorkian, le célèbre euthanasiste Kevorkian ! Karevian !

BAILEY, ne trouvant pas ça drôle du tout : J’ai compris la blague ! Mais je ne la trouve pas drôle ! Tu vois ça O’malley ? (elle lui montre le bistouri) Je commets une erreur avec ce bistouri et cet homme meurt ! Mon mari commet des erreurs sans arrêt à son travail et d’après ce que je sais, il n’a jamais tué personne mais, moi oui ! Et ça t’arrivera ! C’est arrivé à Alex ! Il a commis une erreur mathématiques et un homme en est mort. Va en parler à ton comptable et demande-lui ce qu’il ressentirait si à chacune de ses erreurs quelqu’un devait mourir. Tu n’es pas obligé d’aimer Alex, tu n’as pas à te soucier de lui mais, tu ferais bien d’être de son côté. (Pause) Tiens ça.

(Plan sur le bloc opératoire où Derek est en train d’opérer Tim Epstein. On entend le bruit des instruments électriques)

IZZIE : Quelle merveilleuse famille !! Annuel ! Nonouka ! Et ces enfants sont adorables !

DEREK : Vraiment Dr Stevens ? Nonouka ?

IZZIE : Je trouve ça mignon.

DEREK : Tu sais à quelle période de l’année les neurochir’ sont les plus occupés ?

IZZIE : Non. Il y a une période ?

DEREK : Ça n’a pas été prouvé mais, les blessures cérébrales ont tendance à augmenter durant les fêtes. Comme pour notre ami. Les gens tombent de leur toit pendant qu’ils accrochent les lumières, ou ils font du patin à glace pour la première fois depuis dix ans et ils s’ouvrent la tête. Et chaque année, les gens conduisent dans la tempête pour aller à leur réveillon où ils vont embrasser toute une bande d’étranger contagieux sous une branche de gui vénéneux. Et ensuite, ils sont tellement bourrés, qu’ils s’éclatent la tête contre leur pare-brise en rentrant chez eux. Mais, comme je le disais, ça n’a jamais été prouvé.

(Plan sur Meredith et Alex qui révisent les examens pratiques. Pour cela Alex touche le ventre de Meredith)

ALEX : C’est douloureux Mlle Grey ?

MEREDITH : Oui Docteur.

(Bruit de porte)

ALEX : Et par ici ? C’est douloureux ?

MEREDITH : Oui, très.

(Cristina arrive et les surprend.)

CRISTINA : Oh, je rêve ! Si tu te sens aussi seule, tu sais qu’il existe d’excellents vibromasseurs ? J’ai un catalogue.

MEREDITH : Il a raté ses examens, je suis là pour l’aider à étudier.

CRISTINA, à Alex : Tu as raté la pratique ?

ALEX, à Meredith : Ravi de voir que tu peux garder un secret !

MEREDITH, à Alex : Je veux bien le garder mais, ça va pas t’aider. (Elle se tourne vers Cristina) Il a besoin d’un coup de main.

CRISTINA : Han, tu n’es pas sérieuse ?

(Le bipper de Meredith sonne)

MEREDITH : Et si c’était toi ?

CRISTINA : C’est impossible.

MEREDITH : Mais si c’était possible ?

CRISTINA : C’est impossible.

MEREDITH : Je dois y aller ! Sois sa patiente fais le pour moi !

CRISTINA : Bon, mais quand le joyeux lutin se changera en psychopathe pour se venger, on en reparlera !

MEREDITH, à Alex : Diagnostique ?

ALEX : Calcul biliaire !

MEREDITH, en levant le pouce en signe d’encouragement : Oui !

(Meredith part. Cristina s’assoit sur le brancard tandis qu’Alex range ses documents)

CRISTINA : Homme de 55ans, je suis nauséeux et j’arrête pas de vomir.

ALEX : Laisse tomber. J’ai demandé l’aide de personne.

CRISTINA : D’accord mon vieux ! Ou tu campes sur tes positions et tu deviens brancardier, ou tu peux réussir ton examen et être toubib’. A toi de voir !

ALEX, réfléchit un peu puis se lance : Ok. Douleurs abdominales ?

CRISTINA : Si, ça part de mon énorme ventre jusqu’à mon dos. Et je suis bourré. Complétement.

(Plan sur Meredith en tenue de chirurgie. Elle rejoint Georges et Bailey qui viennent de finir leur opération précédente.)

MEREDITH, tendant un dossier au Dr Bailey : J’en ai un autre pour vous !

BAILEY, en train de manger, elle parle la bouche plein : Cet homme a essayé d’emballer un très gros téléviseur pour sa femme.

GEORGES : Hernie ?

MEREDITH : Etranglée. Plutôt moche.

BAILEY : Et vous savez à quel point les femmes détestent la télé. Grey, est ce que ça t’intéresse ?

MEREDITH : Bien sûr.

BAILEY : Alors vas t’habiller. O’malley, va dire à Nadia Shelton qu’elle vient d’être reprogrammée à demain.

(Plan sur la chambre de Nadia Shelton)

MR SHELTON : Seulement demain ?

NADIA : Attendre encore une journée ne va pas me tuer.

GEORGES : Je promets que demain c’est certain.

GRAND-MERE : Aujourd’hui c’était certain !

GRAND-PERE : Qu’est-ce qu’il a dit ?

GRAND-MERE : Il dit qu’ils peuvent pas l’opérer avant demain !

GRAND-PERE, montrant Georges du doigt : C’est un scandale !

GRAND-MERE : J’arrive pas à croire un truc pareil !

GRAND-PERE : Un scandale !

(Nadia Shelton est dans son lit et n’a pas l’air très en forme)

GEORGES : Est-ce que vous pouvez, s’il vous plait baisser le son ? Votre mère a besoin de repos !

JOSH : Vous êtes qui ? Mon père ?

GEORGES : Monsieur, pourriez-vous dire à votre fils que….

MR SHELTON : Ah non, ne me parlez pas de mon fils. Pour qui vous vous prenez ?

GEORGES : Désolé… Sincèrement désolé….

GRAND-MERE : Est-ce que quelqu’un à un mouchoir ?

GEORGES : Je crois que votre femme devrait se reposer.

GRAND-PERE : Nan mais, j’écoute là !

GRAND-MERE, en larmes : J’ai pas été faire mes courses de Noël

JOSH: Tu m’as fait perdre Grand-mère !

GRAND-MERE : Vous êtes doué pour tout gâcher ! J’espère que vous êtes contents….

NADIA : Maman, arrête.

GEORGES : Je vous présente encore toutes nos excuses !

GRAND-MERE : Oui, oui.

GRAND-PERE : C’est ça vous nous présenter vos excuses et ça s’arrête là, Docteur, merci beaucoup !

(La grand-mère pleure de plus belle. Georges sort de la chambre)

(Plan sur Alex et Cristina qui révise. Alex est en train de réaliser un palper mammaire sur Cristina)

CRISTINA : Euh, oui, d’accord, la façon dont tu me touches, c’est une agression ! (Elle attrape la main d’Alex et lui montre comment la placer) C’est… c’est un examen ! Soit professionnel !

GEORGES, qui observe la scène de loin : Quoi ?! Ca veut dire quoi ? Izzie est au courant ? Et Burke, il est au courant de ça ?

CRISTINA : Te fais pas de films Georges ! J’aide Alex à étudier. (à Alex) Fais-le.

GEORGES : C’est dur de te croire alors qu’il a une main posé sur tes nibards !

CRISTINA, à Alex : Enlève ta main de mes seins.

GEORGES : Merci. Etudier pourquoi ?

ALEX : La ferme Yang !

CRISTINA : Il a raté ses examens.

GEORGES : T’es sérieux ?

ALEX : J’ai raté une partie de mes examens, c’est tout !

GEORGES, l’air satisfait : Ouh oui… C’est quand même embrassant !

(le bipper de Cristina se met à sonner)

CRISTINA : Voilà, il est tout à toi Georges ! Fais pour le pire !

(Cristina part. Georges se tourne vers Alex)

GEORGES : Je te préviens : pas de toucher rectal ! Et puis, n’essaie pas de me faire tousser.

(Plan sur Cristina qui rejoint Burke devant la chambre de Justin après son opération)

CRISTINA : Tu m’as bipé ?

BURKE, agacé : Je n’ai toujours pas vu de psy rendre visite à Justin.

CRISTINA : J’ai pas pu en avoir un. J’ai essayé mais ils m’ont dit de revenir en janvier.

BURKE, agacé : Tu m’as manqué de respect. Tu t’es moqué de moi dans mon bloc, et je ne le tolère pas.

CRISTINA, gênée : Je….Ca ne se reproduira plus.

BURKE : Tu as rabaissé ma spiritualité à une vulgaire croyance au Père Noël !

CRISTINA : Burke ! La science, il n’y a que ça ! Tu entends ? C’est la seule chose qu’on ait en commun ! Je suis une interne, toi non. Je suis bordélique, toi non. Je dis que je n’ai pas envie que tu dévoiles notre relation et tu fonces chez le chef de chirurgie, et tu me demandes de vivre chez toi, et maintenant t’es branché religion !

BURKE : Spiritualité ! Ça fait une différence.

CRISTINA : Pas pour moi. Qu’est-ce qu’on fait ensemble ?

BURKE : Pour l’instant, on travaille. Bipes moi s’il a un pic de fièvre. Dis à Mme Davidson de faire venir un psy de l’extérieur ou un prêtre, quelqu’un à qui Justin peut se confier.

(Burke pousse le dossier vers Cristina et part)

(Plan sur Izzie qui se dirige vers la famille de Mr Epstein pour leur donner des nouvelles de l’opération)

IZZIE : Mme Epstein ?

MME EPSTEIN : Ah ! Comment il va ?

IZZIE : Il va aller bien ! Il est encore groggie mais…

JAKE : Mon papa veut me voir. Je le sais !

IZZIE, souriante : Tu le sais ? Alors, venez !

JAKE : D’accord !

FILLE CADETTE, dans les bras de sa maman : Maman, il faut qu’on court vite, vite, vite !

MME EPSTEIN : Oui, on va courir vite, vite, vite ! On va courir voir papa !

(Ils rentrent tous dans la chambre de Mr Epstein. Il est allongé sur le lit, il a un bandage sur la tête)

MME EPSTEIN, elle pose sa fille cadette par terre : Ca va aller les enfants. Papa va guérir.

(La fille cadette se précipite vers son papa et monte sur le lit)

FILLE CADETTE : Papa, papa, je vais t’embrasser pour que tu ailles mieux !

TIM : Liliane, j’ai mal à la tête !

LEA  : Je vais te chanter une chanson pour toi papa !

TIM : Non !

LEA, toute souriante, se met à chanter : Il est né le divin enfant !

TIM : Non ! Léa ! Ca suffit Léa ! Ferme-la ! Je supporte pas cette chanson débile ! Tais-toi !

MME EPSTEIN : Tim !

(Mme Epstein prend ses enfants avec elle pour les faire sortir et Derek Sheperd entre dans la chambre)

TIM : Allez ! Dehors ! Dehors ! Foutez-moi le camp d’ici ! J’ai dit dehors !

JAKE : t’es un gros nul Dr Sheperd ! T’as démoli le cerveau de mon papa !

[EXT SGH]

[INT SGH]

(Plan sur Izzie et Derek marchant dans le couloir)

IZZIE : C’est arrivé comment ? Je veux parler de sa personnalité, vous ne vous êtes pas approché de son lobe frontal ?

DEREK : Peut-être que le scan a manqué quelque chose. Ou que sa personnalité a changé parce que l’effet de l’anesthésie se dissipe. Il peut souffrir.

IZZIE : Il souffrait beaucoup avant l’intervention !

DEREK : On va le surveiller quelques heures. Si son état ne s’améliore pas on fait un scan.

(Derek se dirige vers la cage d’escalier pour descendre)

IZZIE, suspicieuse : D’accord !

(Derek fait demi-tour)

DEREK : Dr Stevens ?

IZZIE, sur un ton de reproche : Vous lui avez ouvert le cerveau, vous l’avez vraiment ouvert et il était étendu là, inconscient et vulnérable et…

DEREK, ironique : Tu crois que j’ai polué son esprit avec mon venin anti-fête ?

IZZIE : C’est vous qui dite toujours qu’on ignore énormément de choses sur le cerveau ! Comment êtres vous sur que vos paroles ne l’ont pas touchés à un niveau inconscient ? C’est vrai, il voyait en vous son… son berger…

DEREK : Dr Stevens ! Vous devriez vous sentir un peu gêné !

IZZIE : c’est le cas !

DEREK : Bon.

(Izzie repart dans le couloir. Derek met ses écouteurs et descend les escaliers)

(Plan sur la chambre de Justin. Marion, sa maman est en train de décorer la chambre et y à installer un sapin quand Cristina arrive)

CRISTINA : Oh, on est au soin intensif ici. Les sapins de sont pas autorisés.

MARION : Je sais mais les règles ne sont pas toujours respectées alors…. Comment il va ?

CRISTINA : L’intervention s’est bien passée mais, il est trop tôt pour se prononcer.

MARION : C’est un gentil petit garçon ! Mais, vous l’avez rencontré à un moment difficile, il est déprimé ! Je ne sais pas pourquoi. Mais le père Mickaël pourra le faire parler.

CRISTINA : Sans vouloir vous vexer, votre fils à l’air de ne pas apprécier les fêtes de fin d’année. Il ne croit pas au Père Noël !

MARION : Oui, mais le rôle d’une mère est de protéger l’innocence de son enfant. Et ce noël pourrait être son dernier. Alors,….

JUSTIN : C’est ce que tu as dit l’an dernier. Et l’année d’avant aussi !

MARION : Oh mon bébé !! Tu es réveillé ! Tu as l’air d’aller ! Mon petit garçon si fort, le père noël t’as ramené à moi !

(Cristina agacé d’entendre ses paroles, débranche les décorations et enlève le sapin. La maman la regarde surprise)

MARION : Qu’est-ce que vous faites ?

CRISTINA : Désolée. Ce sont les consignes du service.

(Cristina sort de la chambre en emportant avec elle le sapin)

(Plan sur Meredith et le Dr Bailey en salle d’opération)

MEREDITH : Est-ce qu’on utilise du tulle ?

BAILEY : Oui. Le tendon conjoint est…. (elle enlève ses mains du corps qu’elle est en train d’opérer) Oh…. (elle pose ses instruments chirurgicaux)

MEREDITH : Dr Bailey ?

(Bailey tourne le dos à la table d’opération)

BAILEY : Je ne voudrais pas vomir dans son corps.

INFIRMIERE, lui tendant une serviette : Dr Bailey ?

BAILEY : Non.

MEREDITH : Est-ce que ça va ?

INFIRMIERE : D’accord.

MEREDITH : Vous voulez…

BAILEY : J’ai besoin d’une minute Grey. Quand on opère, le reste du monde disparaît : la faim, la soif, la douleur. On ne les ressent pas dans le bloc. Mais ce n’est pas la même chose quand on partage son corps avec une autre personne. Bon… D’accord. (Elle reprend ses instruments chirurgicaux et recommence l’opération) Est-ce qu’on a un écarteur ?

MEREDITH : Vous êtes sûre que vous ne voulez pas que j’aille chercher quelqu’un pour vous remplacer ?

BAILEY : Ce que je veux, c’est que tu me rapportes un milk-shake à  la fraise. Très épais.

MEREDITH : C’est sérieux ?

BAILEY : Oui. La nausée vient avec la faim Grey. Vas-y ! Alors.

(Plan sur Georges qui aide Alex à réviser)

GEORGES, faisant une drôle de voix : Ma gorge, elle est enflée M’sieur ! J’déguste un max ! En plus, j’ai des tas de boutons qui sortent de partout !

ALEX : Eh, arrête !

(Georges se lève et part)

ALEX, pour le retenir : D’accord, d’accord ! Assied-toi, assied-toi !

(Georges fais demi-tour et se rassoit sur le brancard où il était)

ALEX : Ouvrez la bouche, je voudrais voir vos amygdales.

GEORGES, ouvre la bouche et Alex l’ausculte : Aaaaaahhhhh.

(Izzie arrive et les voit faire)

IZZIE, s’inquiétant pour Georges : Y’a un problème ? T’es malade ?

ALEX soupire

GEORGES : Je suis un faux malade.

ALEX : J’ai raté mon examen pratique. O’malley veut bien m’aider à étudier.

IZZIE, à Alex : T’as raté ton…. (Elle se tourne vers Georges) Et toi tu veux bien l’aider ?

GEORGES : Oui, à étudier ! Rien d’autre !

ALEX : Izzie !

IZZIE : Non t’as pas le droit de prononcer mon nom ! (A Georges) Et toi, t’es pas croyable !

(Izzie tourne les talons et s’en va)

GEORGES, se levant et courant pour rattraper Izzie : Rhooo…. Je faisais une mononucléose ! La fièvre, les ganglions, l’acné ça faisait partie de la panoplie de l’ado c’est tout ! Izzie attend ! Je t’en prie !

(Georges court après Izzie)

IZZIE, remonté après Georges : J’ai dit que je craqué pour lui, et tu pouvais pas t’empêcher de le détester !

GEORGES : Izzie !

IZZIE, énervée : Et dès que ringard me trompe, tu deviens son nouveau meilleur ami !

GEORGES : Izzie ! Il a raté ses examens ! C’est important !

(Dans le couloir où se trouvent Georges et Izzie, Meredith arrive dans l’autre sens. Elle les croise puis les suit quand ils tournent dans un autre couloir)

IZZIE, marchant comme une furie : Il m’a trompé !

MEREDITH : Coincé ?

GEORGES : Ouais elle m’a coincé !

MEREDITH : Son examen a lieu demain !

IZZIE : Toi aussi t’es dans le coup ? Ce crétin m’a trompé !

(Ils croisent tous Cristina dans un autre couloir. Cette dernière a un sapin sous le bras)

CRISTINA : Je vous avais dit qu’elle finirait par le savoir.

IZZIE, à Cristina : Bien sûr, toi aussi tu l’aides !

GEORGES, à Izzie : Elle l’a laissé lui toucher les roploplos.

CRISTINA, frappant Georges avec le sapin qu’elle tient sous le bras : Oh !

IZZIE : Cette ordure m’a trompé avec la grognasse syphilitique de Georges !

GEORGES : Ca c’est vraiment grossier !

MEREDITH : On sait tous qu’il t’a trompé ! C’est pour ça qu’on t’as laissé transformer le salon en village du Père Noël !

IZZIE : Quoi ?!

MEREDITH : On est pas très emballé par les fêtes, tu le sais bien. Mais, on a essayé d’être compréhensif parce que tu traverses un moment difficile. Mais, pour l’instant, Alex traverse une période plus difficile encore !

IZZIE : Pourquoi tout le monde s’intéresse au genre de problèmes qu’Alex traverse ?

MEREDITH : Parce que c’est le vilain oncle Sal !

CRISTINA : Quoi ?

IZZIE : C'est-à-dire ?

GEORGES : Je suis paumé

CRISTINA : Explique.

MEREDITH: Le villain oncle Sal! Celui qui empoisonne toutes les réunions de famille, qui embrasse tout le monde, qu’on peut pas laisser seul avec les adolescentes, mais qu’on invite quand même au pique-nique à chaque fois !

CRISTINA : Désolée.

IZZIE : Quoi ?

GEORGES : Je suis toujours paumé.

MEREDITH : J’ai une mère qui ne me reconnaît pas et tout ce qui ressemble à une famille, c’est cet hôpital. C’est vous tous, voilà ! Alors, je sais que tu en veux à Alex mais, peut-être que tu pourrais quand même faire un effort pour l’aider, ne serait-ce que dans cet esprit de Noël avec lequel tu nous gave à longueur de journée !

(Izzie hoche la tête puis part dans un sens, tandis que Meredith part dans le sens opposé. Cristina et Georges restent planté là, au milieu du couloir)

CRISTINA : Et toi, tu….

(Cristina part à son tour laissant Georges seul)

GEORGES : Quoi ?

CRISTINA : Roploplos….

(Le bipper de Georges se met à sonner)

(Plan sur la chambre de Nadia Shelton où celle-ci est en train de vomir du sang dans une bassine)

GRAND-MERE : Mais faites quelque chose !

MR SHELTON : On a besoin de quelqu’un ici ! S’il vous plait Docteur, tout de suite !

(Georges arrive en courant dans la chambre)

GRAND-MERE : Quelle horreur !!

MR SHELTON : Faites quelque chose Docteur !

FILS : Qu’est-ce qu’elle a ? Faites quelques chose !

GEORGES : On vous conduit en chirurgie ! (Se tourne vers l’infirmière) Préparez-la tout de suite !

(Plan sur Meredith qui sort de l’ascenseur. Elle tient dans la main le gobelet de milk-shake pour le Dr Bailey. Elle rejoint le Dr Bailey.)

BAILEY : Oh c’est pas trop tôt ! Bon sang !

MEREDITH : Désolée, J’ai été retardé !

(Georges déboule en courant)

GEORGES : Nadia Shelton, ulcère perforé, elle vomit des litres de sang !

BAILEY, en train de boire son milk-shake : Et le chef, il est pas là ?

(Georges hoche la tête pour dire non)

MEREDITH : Je ne l’ai pas vu.

GEORGES : Non.

BAILEY : Bon, euh, habillez-vous tous les deux. Je vais avoir besoin de toute l’aide possible.

(Bailey boit d’une traite son milk-shake sous les yeux étonnés de Meredith et Georges qui commencent à se préparer)

(Plan sur le scanner. Derek et Izzie refont passer un scan à Tim Epstein)

DEREK : Voilà, c’est ici. Sur le côté gauche du lobe frontal. Pourquoi on ne l’a pas vu plus tôt ?

IZZIE : Les saignements intracrâniens peuvent être visibles avec retard.

DEREK : Exact. (Au radiologue) Vous pouvez le sortir de là. (A Izzie) Fais préparer un bloc, je vais parler à sa femme.

(Izzie s’en va. Elle croise Addison qui arrive pour parler à Derek.)

ADDISON : Dr Stevens. J’adore discuter avec vous !

(Izzie l’ignore)

ADDISON, à Derek : Tu crois qu’elle me reparlera ?

(Derek l’ignore)

ADDISON : Je suis invisible ? Je me sens bizarrement invisible. Et aussi inaudible.

DEREK : Tu dis quoi ?

ADDISON : Une autre intervention ? Je crois que notre diner-shopping est annulé.

DEREK : Oui. En tout cas pour ce soir. Désolé.

ADDISON : Non, tu n’es pas désolé. J’me demande bien pourquoi. C’est Noël Derek !

DEREK : Oui. Je sais.

ADDISON : C’est notre saison ! Mais, qu’est-ce que tu as ? Tu es furieux, tu es déprimé, quoi ?

DEREK : Non. Mr Epstein, lui est déprimé. Il saigne dans son lobe frontal. Tout va bien. On va bien Addie, je t’assure. On se retrouve chez nous. D’accord ?

(Derek s’éloigne. Addison reste là dépité)

(Plan sur la chambre de Tim Epstein)

DEREK : Vous devez être opérer à nouveau Mr Epstein. Le lobe frontal est atteint. On devrait pouvoir arranger les choses mais,….vous devez être préparé à une éventuelle aggravation de votre état.

TIM, en colère : Génial. Oh ça c’est génial. Je suis ravi qu’on soit venus dans cet hôpital pour être soigné par une bande de charlatans qui sont pas foutus de savoir ce qu’il se passe à l’intérieur de mon crâne.

DEREK, chuchotant à Mme Epstein : Suivez-moi.

(Derek et Mme Epstein sortent de la chambre)

MME EPSTEIN : Ce n’est pas mon mari. Ce n’est plus mon mari. Il ne m’a jamais parlé comme ça. Il n’a jamais parlé à personne comme ça.

DEREK : Je sais que c’est difficile Mme Epstein mais, le plus important c’est de réussir à stopper cette hémorragie.

MME EPSTEIN, en larmes : C’est l’amour de ma vie. Et je sais que vous avez des tas d’autres patients et…et que vous faites des tas d’autres interventions mais, c’est l’amour de ma vie. Et j’ai besoin que vous me donniez votre parole que vous allez traiter son changement de personnalité avec autant de sérieux que vous traiteriez un cancer. Parce que, c’est aussi horrible pour mes enfants et moi. On était heureux, on était une famille heureuse alors, si vous pouvez le guérir… Docteur, guérissez-le.

DEREK : Mme Epstein, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir, c’est juré. D’accord ?

(Plan sur la chambre de Justin. Sa maman est assise à la gauche de son lit et le père Mickaël est debout à sa droite. Cristina écoute leur conversation depuis le couloir)

JUSTIN : Je ne le voulais pas. J’ai déjà eu un nouveau cœur. J’en méritais pas un autre.

PERE MICKAEL : Justin, tu n’as pas à te sentir coupable d’avoir un nouveau cœur. Dieu veut que tu vives. C’est pour ça qu’il t’a envoyé ce cœur.

JUSTIN : Je suis pas débile d’accord ! Ce cœur, Dieu me l’a pas envoyé et je crois pas qu’il y ait un Dieu !

MARION : Justin !

PERE MICKAEL: Marion. Marion. C’est rien.

JUSTIN: Le cœur que j’ai aujourd’hui, ma maman m’a dit qu’il venait du Père Noël. Je croyais que ses lutins l’avaient fait dans leur atelier ou un truc du genre. Mais, tout ça c’est pas vrai, je sais.

PERE MICKAEL : Non, c’est pas vrai.

JUSTIN : Ouais. J’ai entendu les infirmières discuter et ce cœur il vient d’un petit enfant et cet enfant a du mourir. Il a dut donner son cœur pour que je vive.

MARION : Justin ! Oh, mon bébé !

JUSTIN : J’ai trop grandi pour mon ancien cœur. Et ça va faire deux ans que ma maman fait des prières pour qu’un autre enfant meurt pour moi. (Se tourne vers sa maman) T’as prié pour ça tout le temps, je parie. C’est vrai maman ? (Au père Mickael) Oui, elle a prié pour ça mon père. Comment réagit Dieu pour ça ?

(Justin ferme les yeux et semble sur le point de s’endormir)

PERE MICKAEL : Justin ? Justin ?

(On entend les moniteurs se mettre à bipper)

MARION : Justin ?

PERE MICKAEL : Justin ?

MARION : Justin, mon bébé ?

(Cristina qui est au bureau des infirmières, devant la chambre de Justin, entend les machines et se précipite voir ce qu’il se passe).

MARION : Réveille-toi Justin !

PERE MICKAEL : Justin ?

MARION : Infirmière ? Oh pitié non !

CRISTINA, arrive en courant : Laissez-moi passer ! S’il vous plait !

MARION, en larmes : Oh Justin !

CRISTINA : J’ai un arrêt ! Restez en arrière !

MARION, en larmes : Oh Seigneur, pitié ! Justin mon bébé, je suis là ! Justin mon chéri !

(Le père Mickael la retient)

CRISTINA, son stéthoscope à la main pour écouter le cœur de Justin : Je vous en prie faites-la taire un peu !

INFIRMIERE : Le chariot de réa arrive.

CRISTINA : Il fébrile. On charge les palettes à 100.

INFIRMIERE : On y va. Chargez.

CRISTINA : Dégagez !

INFIRMIERE : Gel.

CRISTINA : Dégagez !

(Cristina choque Justin, puis elle regarde le rythme cardiaque sur le moniteur. Justin se met à tousser)

(Plan sur Burke et Cristina sortant de la chambre de Justin)

CRISTINA : Tu peux le remettre sur la liste d’attente ? Si son cœur est mauvais….

BURKE : Son cœur n’est pas mauvais.

CRISTINA : Mais, tu peux le remettre sur la liste ?

BURKE : Il a attendu deux ans pour ce cœur. Il doit se battre pour lui, il doit décider s’il veut vivre

CRISTINA : D’accord. Médicalement parlant, est-ce qu’il y a quelque chose qu’on a pas fait ?

BURKE : Tu vois, ce que tu ressens à cet instant. C’est pour ça que j’ai besoin de croire à quelque qui me dépasse. Parce que, si je ne croyais pas, cette impuissance me dévorerai vivant.

(Burke monte les escaliers en regardant Cristina. Cette dernière, descend les escaliers en soupirant, désespérer de ne rien pouvoir faire.)

(Plan sur Derek et Izzie en train d’opérer de nouveau Tim Epstein)

DEREK : Trépan s’il vous plait.

INFIRMIERE : Voilà.

IZZIE : Aucun danger de pratiquer deux craniotomie dans la journée ?

DEREK : Pas plus que d’en faire une. On peut avoir de la musique ?

INFIRMIERE : Quel genre ?

DEREK : Des chants de Noël. Ou d’Hanoukka. Il existe des chants d’Hanoukka ? Le cerveau est une chose mystérieuse Dr Stevens. On ne sait jamais ce qui peut pénétrer la psyché.

IZZIE rigole.

(Plan sur le Dr Bailey dans le bloc. On est en train de lui donner à boire. Elle se dégourdit les jambes. )

GEORGES, surpris : Wahou ! Regardez-ça !

MEREDITH : Des ulcères en miroir. Un déchiré et l’autre hémorragique.

GEORGES : Deux ulcères ?! C’est pas étonnant avec cette famille ! J’aurai du les foutre à la porte. Pourquoi je ne les ai pas virés ?

(Une infirmière de bloc tamponne le front du Dr Bailey avec une serviette.)

GEORGES : C’est ce que j’aurai du faire. Je ne sais pas pourquoi j’ai rien fait.

BAILEY, prête recommencer à opérer : Arrête de pleurnicher O’malley ! Tu as eu ta chance, tu ne l’a pas saisie, pense à autre chose !

GEORGES : Oui. Pardon.

BAILEY : Et arrête de me donner des coups de pieds !

GEORGES : Excusez-moi ?

BAILEY : Est-ce que tu me donnes des coups de pied sous la table Georges ?

GEORGES : Nan !

BAILEY : Alors, il me semble que ce n’est pas à toi que je parle ! Oh… (Elle pose ses instruments et se recule de la table d’opération) Oh ! Tu ne peux pas me donner des coups de pieds pendant que je travaille ! (Elle se masse le ventre) Merci ! (Et elle recommence à opérer).

[EXT SGH vu de nuit]

[INT SGH]

(Plan sur Izzie qui avance vers Alex. Il est étendu sur un brancard en train de dormir. Izzie le réveille en le tapant)

IZZIE : Debout ! Pas étonnant que t’es raté tes examens ! T’espère quoi ? Que ça va venir tout seul en dormant ?

ALEX : Qu’est ce que tu fais ici ?

IZZIE : Je suis un fermier, d’accord ? Je bave, je vomis et en plus j’ai fait dans mon froc.

ALEX, étonné : T’es venue ici pour m’aider à réviser ?

IZZIE : Bah de toute évidence, j’ai pas fait dans mon froc il me semble !

ALEX : Pourquoi tu voudrais m’aider après ce que je t’ai fait ?

IZZIE : Parce que c’est ce que ferai Jésus, pauvre Dom Juan à la manque !

(Plan sur la chambre de Justin. Justin est allongé dans son lit, il a les yeux fermés. Marion, sa maman, dort sur un fauteuil près de son lit. Cristina est là, dans la chambre. Elle vérifie que Marion dort bien, puis s’assoit près de Justin.)

CRISTINA : Tu sais, je crois pas au Père Noël. Je trouve ça idiot. Je crois pas non plus en Dieu. Je crois en la médecine. Et c’est un miracle médical que tu sois en vie. Avec le cœur que tu avais, tu aurais dut … Tu aurais dut mourir quinze jours après ta naissance. SI ce n’est qu’un bon chirurgien a trouvé le moyen de te donner le cœur de quelqu’un d’autre et ça c’est plus cool que le Père Noël ! Alors, voilà ce que j’ai à te dire : je crois que tu devrais décider de vivre. Vivre pour devenir médecin et trouver enfin le moyen de transplanter des cœurs sans que personne n’ai à mourir. Ou vivre pour pouvoir grandir et avoir des enfants que tu élèveras sans qu’ils soient obligés de croire au Père Noël. Tu peux être sûr que ta mère serait furieuse ! Alors, décide de vivre, parce que dans ton cas, mourir n’ait pas du tout la meilleure des revanches.

(Plan sur la famille de Nadia Shelton qui attend sur des fauteuils dans la salle d’attente. Georges et le Dr Bailey arrive pour leur donner des nouvelles. La grand-mère et le mari de Nadia se lève pour leur parler)

MR SHELTON : Comment va-t-elle ?

GRAND-MERE : Elle va aller bien ?

BAILEY : Ca va aller. Nadia a perdu énormément de sang mais, on a pu régler ça et réparer les ulcères. Elle va rester quelques jours en observation mais, elle devrait très bien se remettre.

MR SHELTON, soulagé : Ah Dieu merci !

GRAND-MERE : Dieu merci oui ! Parce que c’est pas vous qu’on va remercier dans cette histoire en tout cas ! On devrait même vous attaquer pour votre attitude ! On est resté assis là des heures, et des heures (La grand-mère continue de parler mais le Dr Bailey et Georges ne l’écoute plus : et des heures, et des heures, et des heures, et on vous as vu prendre patients, après patients, après patients ….

BAILEY, en apparté à Georges, tandis que la grand-mère continue de râler : Est-ce que tu peux m’aider ?

GEORGES : Vraiment ?

BAILEY : Tu as une seconde chance alors, vas-y, la gâche pas.

GRAND-MERE :… pendant que vous faisiez attendre ma fille trois jours entier pour son opération ! Je devrais vous attaquer vous et ce foutu hôpital !

GEORGES, remonté contre toute la famille de Nadia Shleton : D’accord ! Oui, vous pouvez nous attaquer ou vous pouvez envisager la possibilité de calmer le jeu et de la fermer !

GRAND-MERE : Qu’est-ce que vous m’avez dit ? Vous avez entendu ce qu’il a osé me dire ?

JOSH : Vous ne pouvez pas parler à une dame de son âge sur ce ton !

GRAND-MERE : Où est ma fille ? Je veux la voir !

GEORGES : Non, c’est impossible ! Je suis son médecin, c’est ma patiente et c’est un hôpital. C'est-à-dire un lieu où les personnes ont le droit en général à un peu de tranquillité et de silence. Alors, non, pour l’instant vous ne la verrez pas ! Et je ne dis pas ça parce que vous menacer d’attaquer le Dr Bailey qui vient de passer des heures à sauver la vie de votre fille, à sauver la vie de votre femme. Je dis ça parce que c’est ma patiente et qu’elle est encore en salle de réveil de cet hôpital à essayer de se remettre. Et les heures de visites sont terminées ! Alors, bonne nuit ! Et…. Joyeux Noël !

(Georges s’éloigne. Dr Bailey reste planté là, debout, les bras croisés, face à la famille de Nadia Shelton)

BAILEY : C’est un interne. Trop émotif. Toutes mes excuses.

(Et elle s’éloigne)

(Plan sur Alex qui révise en compagnie d’Izzie. Izzie est assise en tailleur sur le brancard et Alex lui fait face.)

ALEX : Hum. Est-ce que les nausées sont constantes ou intermittentes ?

IZZIE : Constantes.

ALEX : Quand… Quand est-ce que ça a commencé ?

IZZIE : Après une journée à bosser dans les champs.

ALEX : Est-ce que vous vous connaissez des allergies ?

IZZIE, qui commence à pleurer : Nan.

(Alex, sentant le malaise, s’assoit à côté d’Izzie)

ALEX : Izzie. Je n’ai jamais voulu te faire de mal.

IZZIE : Vous ne m’avez pas fait de mal. Et on ne se connaît pas, je suis un fermier.

ALEX : Tu es… Vous êtes toujours le patient ?

IZZIE : Qu’est-ce que je serai d’autres ?

ALEX : Ce sont les phosphates organiques. Empoisonnement à un pesticide. Et tes excès de larmes sont un des symptômes.

IZZIE, toujours en larmes : Exact.

(Plan sur Meredith. Elle a fini sa journée de travail. Elle est sur le point de rentrer chez elle. Elle marche dans un couloir. Elle sourit en voyant le Dr Bailey qui dort sur un brancard. Elle s’avance dans le hall d’entrée de l’hôpital. Au même moment, Derek sort de l’ascenseur. Meredith ne le voit pas et continue d’avancer.)

DEREK, à Meredith : Salut !

MEREDITH, s’arrête et se retourne : Salut.

DEREK : Tu vas bien ? T’as l’air….

MEREDITH : Oui, oui. Tu sais les fêtes.

DEREK : Oui. Je sais oui.

(Ils sortent de l’hôpital)

MEREDITH: Joyeux Noël.

DEREK: Joyeux Noël.

(Ils partent chacun dans une direction opposée.)

[EXT SGH]

(Plan sur Derek qui rentre dans le bar de Joe)

DEREK : Ah !

JOE : Salut !

DEREK : Joyeux Noël !

JOE, en train de servir un verre: Joyeux Noël ! Un double scotch ? Hein ? Pour finir la journée.

DEREK, prenant le verre : Vous êtes un chef !

ADDISON, assise à une table : Bonsoir Dr Sheperd.

DEREK, levant son verre : Dr Sheperd !

(Derek s’avance pour rejoindre Addison à sa table)

ADDISON : Alors ? Comment va le lobe frontal de Mr Epstein ?

DEREK : Il s’est réveillé avec le sourire.

ADDISON : Félicitations !

DEREK : Merci. Qu’est ce que tu bois ?

ADDISON : Oh c’est… C’est un lait de poule. Délicieux !

DEREK : C’est très Dickens !

ADDISON : Oh non ! Enfin si, c’est une boisson de Noël. Noël. Tu te rappel Derek ? On aime Noël ! Enfin, on l’aimait !

DEREK : Oui. Noël donne envie d’être avec les personnes qu’on aime. Je dis pas ça pour te blesser ou parce que je veux te quitter parce que c’est pas le cas. Meredith n’était pas une passade. Elle était pas une revanche. J’étais amoureux d’elle. Et ça ne disparaît pas parce que j’ai décidé de rester avec toi.

(Il s’assoit et boit)

VOIX OFF : Il y a un proverbe qui dit qu’on ne choisit pas sa famille.

(Plan sur Cristina qui rentre dans l’appartement de Burke. Elle voit le sapin décoré dans le salon et le chandelier de Hanoukka)

VOIX OFF : On prend ce que le destin nous donne.

(Plan sur Cristina en pyjama qui rejoint Burke dans le lit et se cale contre lui pour se réchauffer)

VOIX OFF : Et qu’on l’apprécie ou non. Qu’on l’aime ou non. Qu’on la comprenne ou non.

CRISTINA : Justin va mieux. Sa fièvre est bien tombée et sa tension est remontée.

BURKE : Je me demande ce qui l’a fait changer !

CRISTINA : J’en sais rien.

VOIX OFF : On fait avec !

(Plan sur le sapin illuminé dans le salon de Meredith. Izzie est couché dessous et regarde les illuminations. Meredith arrive dans le salon)

MEREDITH : Joli !

IZZIE : Ouais.

(Meredith se couche à côté d’Izzie)

VOIX OFF : Et puis, il y a une autre école de pensée selon laquelle la famille dans laquelle on est venu au monde n’est qu’un point de départ !

GEORGES, arrivant à son tour dans le salon : Vous regardez quoi ?

IZZIE : La guirlande.

(Georges se couche à côté d’elles deux)

VOIX OFF : Elle vous habille, vous nourrit et prend soin de vous jusqu’à ce que vous soyez prêts à entrer dans le monde…

(On entend les pas de Doc qui arrive à son tour se coucher à côté de Georges, Izzie et Meredith)

VOIX OFF : … et à trouver votre tribu !

[EXT. MEREDITH’S TOWNHOUSE]

(Opens with Meredith coming home to the townhouse after walking their dog, Doc. It’s pouring outside)


Meredith Voice Over (MVO): It’s an urban myth that suicide rates spike at the holidays. Turns out they actually go down.

(Camera pans to the side and enters through a window to show Izzie decorating a massive Christmas Tree in the living room. Very, very impressive)

MVO: Experts think that people are less inclined to off themselves when surrounded by family.

(Camera moves out and shows Meredith entering the house. Doc runs into the living room and Meredith stands in the hallway astounded by the level of decorating Izzie has taken. George comes in his pajama’s looking half asleep and stands next to Meredith also taken aback by the decorations)

GEORGE: Looks like Santa threw up in here.

MEREDITH (nods): Just … go with it. We’re being supportive.

IZZIE (finally notices them): Oh hey! What do you think? (They both fake smile back) Did I go too overboard? Oh I know, I know sometimes I can go a little overboard.

(Meredith and George speak at the same time)

GEORGE: No we love it.

MEREDITH: It’s great.

IZZIE (big ass smile): Oh yay! I love Christmas.

MEREDITH: We know.

GEORGE (forced smile): Clearly.

MVO: Ironically that same family togetherness is thought to be the reason depression rates do spike at the holidays.

(Izzie turns back to decorating the living room. Meredith and George give each other looks. Izzie turns around and gives the another big smile)

MVO: Yeah, okay Izzie doesn’t count.

[INT. BURKE’S APARTMENT]

(Burke is sitting at the kitchen bench, reading a newspaper and drinking coffee. Cristina comes rushing in dressed ready to go work and heads to grab coffee to go. She smiles at Burke and instantly stops when she sees a tiny little undecorated Christmas tree standing on the coffee table. She gives Burke a look. He turns and sees what she’s giving him the look for)


DR. BURKE: I … thought you might like to help me decorate it tonight. Mark our first Christmas together.

CRISTINA (pours coffee into her mug): I’m Jewish.

(Burke takes a large swallow of his coffee)

DR. BURKE: Seriously?

CRISTINA: My Step-father. Saul Rubenstein.

(She grabs her keys and heads to the door)

DR. BURKE: Oh right. Right.

(She leaves the apartment)

DR. BURKE: Right.

(He looks slightly off put and looks back at his Christmas tree)

[INT. SGH]

(Cut to Bailey, who’s looking quite pregnant walking down a hallway. She’s taking a few deep breaths. Meredith, George, Izzie, Cristina and Alex tailing follow her a few feet behind her)


GEORGE (to Meredith): Look at her belly. She’s almost as wide as she is tall.

(Izzie grins at this)

MEREDITH: Are her ankles swollen? Is that why she’s waddling?

IZZIE: What’s gonna happen to us when she goes on leave?

CRISTINA: Leave? She’s going on leave?

MEREDITH: What do you think happens when people push babies out of their vaginas?

GEORGE (chuckles): Do you think we’re gonna get a new resident?

CRISTINA: What?

ALEX: Nah. Probably just let us all walk around unattended. See how much damage we can do.

(They stop walking as Bailey has stopped at a nurse’s station still a few feet away)

IZZIE: Yeah well you would know. (Izzie rounds to the front, suddenly smiling) Hey you guys, we should all get together and get Bailey a Christmas gift for the baby. Or we could um organize some sort of secret Santa thing.

CRISTINA (looks less than impressed): Okay, listen Tiny Tim you can take ---

(Meredith and George move quickly to block Cristina and interrupt her loudly)

GEORGE: Sounds great.

MEREDITH: Secret Santa sounds great Izzie.

IZZIE (smiles): Okay.

(She turns around and starts heading off to Bailey. George and Meredith turn to face Cristina. Cristina has a ‘what the hell’ look on her face)

MEREDITH: We’re being supportive.

(Cut to them all walking down another hall but this time Meredith is the one lagging. Dr. Shepard is close behind and calls out to her)

DR. SHEPARD (solemn): Hey.

(Meredith stops and waits for him)

MEREDTIH: Hey. You okay? You seem …

DR. SHEPARD: Yeah. (he sighs) You know … Holidays.

MEREDTIH: Oh, yeah. I do know.

DR. SHEPARD: Hmm.

(She walks off)

(Cut to a Mr. Tim Epstein’s patient room. He is a new patient. His wife is sitting on a chair nearby and his 3 young boisterous kids are playing around the room. Dr. Shepard is in there and Bailey and her interns walk in)


MEREDITH: Tim Epstein, 38. Fell off the roof of his house.

MR. EPSTEIN: I was stringing Hanumas lights and ah a shingle came loose.

IZZIE: Hanumas?

MR. EPSTEIN: Hanumas. Chrismakkuh. We ah go all out.

IZZIE (broad smile): Awesome.

MRS. EPSTEIN: He fell 12 feet.

MR. EPSTEIN: Ah good news is that my head broke my fall.

(One of his daughters flings a rubber lizard which smacks Derek’s face – haha)

MEREDITH: Ah there are no visible deformities but he’s definitely having some focal left arm weakness.

MRS. EPSTEIN: He’ll probably be fine. He’s always been a little hard-headed.

(Mr. Epstein chuckles but quickly moans slightly in pain)

DR. SHEPARD: Does your head hurt when you laugh?

MR. EPSTEIN: Is that a bad thing?

DR. SHEPARD: Follow my finger with your eyes please.

(He moves his finger from side to side in front of Mr. Epstein’s face. Mr. Epstein’s son, Jake jumps of his bed and jumps onto the adjacent one and sits up in front of Bailey)

JAKE: I know karate.

DR. BAILEY: Mmm Hmm. (He whacks the jug sitting on the table which Izzie quickly removes) Ah.

(Bailey moves quickly away to where Mrs. Epstein is sitting)

DR. BAILEY: You know your husband might need a little ah quiet so there’s a cafeteria right down the hall …

MR. EPSTEIN (interrupts): No, no, no. Let them stay. Pain or no I don’t want to miss out the holidays with my kids.

DR. SHEPARD: Who would like to take ah Mr. Epstein down for a CT?

(Only Izzie puts her hand up very eagerly)

DR. SHEPARD: Stevens it is.

(Cut to a patient’s room with a young woman named Nadia Shelton lying in bed. She is surrounded by various family members who are speaking loudly. Nadia looks exasperated but is quiet. George walks in with her chart. The chief walks also walks in up to her bed. And Bailey, Alex, Meredith and Cristina follow)

GEORGE: Ah, Nadia Shelton. 41. Scheduled for excision of her gastric ulcer.

(He hands the chart over to Richard)

MRS. SHELTON (Nadia’s mother): Lot of good it’s done us. She’s been scheduled for three days.

NADIA: Mom. It’s not his fault.

JIMMY (her husband): Everyday, she gets rescheduled for some emergency.

RICHARD: Yeah well we’re very, very sorry for the inconvenience.

MRS. SHELTON: Inconvenience? You watch your child spend 3 days in pain and then come and talk to me about inconvenience.

RICHARD: We get a lot of trauma cases at the holidays. Your daughter’s ulcer is serious but it’s not critical.

ERNIE (Nadia’s father, pointing to the tv that is on loud): Is that? Is that the news?

JIMMY: Are you saying that my wife is not important? Is that what he’s saying? Is that ..

(Everyone starts talking loudly and all at once)

RICHARD: Alright! Uh, Dr. O’Malley prep Mrs. Shelton for her ulcer excision which will happen this morning!

(He leaves)

MRS. SHELTON: Thank you! Ernie, Ernie! I am so happy! We’re going to go the needle!

(Everybody leaves aside from George. Nadia is left looking a little unsure)

(Cut to Bailey, Cristina, Meredith and Alex walking down a hospital hallway)


DR. BAILEY: Grey, Karev cover the pit. You can expect all sorts of holiday idiocies so that is my gift to you. Yang …

(Burke who walks down the hallway up to Bailey and the gang, interrupts)

DR. BURKE: Dr. Bailey, U.N.O.S just called. They have a donor heart for a patient of mine.

(Cristina, Alex and Meredith jump at this)

CRISTINA: I’m free. I’m totally free right.

ALEX: I can totally do this.

MEREDITH: I’m free.

ALEX: I’m available.

(Bailey gives Alex and Meredith scolding looks)

DR. BAILEY: No you’re not! You’re covering the pit. (she turns to Cristina) Yang, it’s yours.

CRISTINA: Thank you.

DR. BAILEY: Pit!

(Alex and Meredith wander off down the hallway)

ALEX: Damn. Heart transplant. Would’ve like to have seen that.

MEREDITH: There’s always tomorrow.

ALEX: Yeah, well maybe for you.

MEREDITH: Meaning?

ALEX: I re-take the boards tomorrow. Pretty sure I’m gonna fail. Which makes today my last day here and I get to spend it doing stitches in the pit.

(He walks into the male’s toilets)

(Cut to Burke and Cristina walking down a hallway. Cristina is taking notes)


DR. BURKE: So when does Hanukkah fall this year?

(Cristina looks up surprised)

CRISTINA: Uh, no idea.

DR. BURKE: Oh. Well are there any more traditions you want me to be aware of …

CRISTINA (interrupts): Oh no Burke seriously, I haven’t observed religious holidays since I was old enough to know better.

(Burke looks off put by this and Cristina walks off)

(Cut to Burke and Cristina entering a patient’s room. This is the heart transplant patient, a small young black boy named Justin. His mother is there with him)


DR. BURKE: Good morning Justin. Mariann.

MARIANN: Morning.

JUSTIN: Hi Dr. Burke.

DR. BURKE: I’m here with good news. Great news.

MARIANN (smiles): You don’t mean that …

DR. BURKE: UNOS called. We have a heart.

(Mariann smiles and chuckles happily)

DR. BURKE: I’ll operate this morning.

MARIANN: You hear that baby? Santa Claus is bringing you a new heart for Christmas.

JUSTIN (looks annoyed and turns to Burke): Tell that fat ass to give it to someone else. I don’t want it.

(Burke and Mariann look uncomfortable at this while Cristina just looks on amused)

MARIANN: Sorry Dr. Burke, he’s tired today.

JUSTIN: I’m tired everyday. I hate Christmas everyday. And I rather not have another stupid operation.

DR. BURKE: Justin, I know surgery can be frightening but you need this heart. You’ve worn out your last one.

CRISTINA: His last one?

DR. BURKE: Justin had a heart transplant as a baby but his heart hasn’t aged as well as he has. You understand that Justin? Your heart just can’t keep up with you anymore. You need a new one.

JUSTIN: I don’t care. I don’t want it.

DR. BURKE: Can you tell me why not?

(Justin just looks down. Burke looks at Mariann for answers but she is silent)

(Cut to Bailey walking down the O.R hallway up to Richard who’s standing in front of an O.R board)


RICHARD: Anxiety attacks, aneurysms and ulcers.

DR. BAILEY: Huh. Must be December.

(Patricia, Richard’s assistant walks up to them)

PATRICIA: Chief, Adele just called.

RICHARD: Tell her I’m in …

PATRICIA (cuts off Richard): She knows you’re not in surgery and she said to tell you, quote “We are going to our niece’s school pageant this morning. You have known about it for months and after what you pulled on Thanksgiving” (Bailey grins madly) and then she started to use a great many words that I don’t feel comfortable repeating.

RICHARD: I have 7 surgeons on vacation.

PATRICIA: And there was something about divorce.

(Richard contemplates this grudgingly)

RICHARD (to Bailey): You’ll have to cover my ulcer excision.

DR. BAILEY: Yes, sir.

(Richard starts walking down the hallway with Patricia)

RICHARD: Woman is unreasonable! Watching a 6 year old dressed up like a wiseman ….

(His voice trails off as he gets further away from Bailey who looks tiredly with her arms cradling her head at the O.R board)

(Cut to Meredith and Alex at the emergency doors outside leading to the pit. An ambulance officer pulls down a man lying on a gurney)


PARAMEDIC #1: Male. 44. Had a gastric by-pass. 3 weeks post-op. Reported extreme pain when we found him. Said something about fruitcake.

(Meredith checks the patient)

MEREDITH: Must’ve torn his abdomen. (She turns back to Alex) You’re going to have to fight me for this one.

ALEX: He’s all yours. My parting gift.

(He walks away despondent. Meredith just looks after him)

(Cut to Derek and Addison walking down a hallway. Addison is excitedly looking through a Christmas catalogue while Derek walks beside her looking less than enthused)


ADDISON: Okay for your mom, I got a lamb’s wool blanket, hand made in Edinburgh. It’s soft, comfortable and says don’t hate me for hurting your son. Accept the fabric.

DR. SHEPARD (tiredly): Addie, you know my mom loves you.

ADDISON: No, she used to love me. I got a lot of ground to make up for with these gifts. (she holds the catalogue to Derek) So what do you think? Plain or plaid?

DR. SHEPARD: Uh I dunno, whatever you know.

ADDISON: But you love Christmas shopping.

DR. SHEPARD: I’m just really not in the mood for it right now.

ADDISON: Okay well how about French food and Scottish catalogues tonight around 9?

DR. SHEPARD: Uh, um I guess that depends what time I get out of here …

(Izzie who is scanning the hallway a few feet away and is obviously looking for someone calls out)

IZZIE: Dr. Shepard!

DR. SHEPARD: Yeah.

IZZIE: I have Tim Epstein’s CT scans back.

DR. SHEPARD: Ah good.

(He quickly walks away from Addison and over to Izzie eager to get away from the situation. Addison stops smiling and looks on disappointed)

DR. SHEPARD: What do you think?

IZZIE: It’s not great

DR. SHEPARD: Oh no that’s not great at all.

(Cut to Nadia Shelton’s room. Her annoying family is still there. George is in there)

JIMMY (holds a catalogue up to Nadia): Honey-bunny what do you think of this scooter?

GEORGE: Ah I need to take her blood pressure.

(Josh, Nadia’s son is playing his gameboy loudly while his Grandfather, Ernie yells at him. Mrs. Shelton also starts speaking loudly. Nadia just looks upset)

GEORGE (tries to talk to Nadia): Any questions about the surgery?

JIMMY: Apart from when you’re actually going to do it.

GEORGE: We’re doing it now.

JIMMY: Good.

NADIA (to George quietly): I’m sorry.

JIMMY: Don’t apologize.

GEORGE: Do you have any questions?

NADIA: No. I’ve had 3 bleeding ulcers in the last 5 years.

JIMMY: Yeah, I hope you read the chart.

GEORGE: Yes.

JIMMY: Good.

(Cut to Alex studying on a hospital bed in the abandoned hallway hangout)

(Cut to Meredith entering the Scrubs room adjacent to an O.R. Bailey and George are in there preparing for Nadia’s surgery
)

MEREDITH: Dr. Bailey, gastric perforation just came in.

DR. BAILEY: Damn. (George has look that says this can’t be happening) Uh, um alright. (She pats George) Take Mrs. Shelton back to her room.

GEORGE: Seriously?

DR. BAILEY: Do I look like I’m kidding? Tell her we’ll get to her this afternoon. (George heads into the O.R annoyed) Grey call the E.R, tell them to send him up and then scrub in.

(Meredith nods)

MEREDITH: Ah, Alex Karev failed his boards and he’s re-taking them tomorrow. He can’t study for a practical by himself. If he fails again he’s out.

DR. BAILEY: Okay, go.

(Meredith runs off. Bailey presses the intercom button and speaks into the O.R)

DR. BAILEY: O’Malley.

GEORGE: Yeah?

DR. BAILEY: After you drop off Mrs. Shelton come back and scrub in.

GEORGE: Alright.

DR. BAILEY: Okay.

(Cut to an O.R where Justin is lying on a table ready for surgery. The anaesthesiologist is trying to put the mask on Justin to put him to sleep)

ANAESTHESIOLOGIST: Okay, Justin …

JUSTIN: No, I told you I don’t want the heart. Why are you doing this?

(Cristina who is in there walks up)

CRISTINA: Cause you need it. And until you’re 18 your mother calls all the shots.

JUSTIN: My mother is a liar. You heard her. She said the heart came from Santa Claus. She shouldn’t get to decide anything.

CRISTINA: Yeah, well you could make a run for it but the heart you have won’t get you very far.

(Burke enters the O.R)

DR. BURKE: Are we ready?

ANAESTHESIOLOGIST: Just about.

DR. BURKE (to Justin): How bout you buddy? Are you ready?

JUSTIN: If I die in this surgery can you give this heart to some other kid?

DR. BURKE: Not gonna happen Justin. Not on my watch.

(The anaesthesiologist puts the mask on Justin)

ANAESTHESIOLOGIST: Here we go.

(Justin falls to sleep)

(Cut to Mr. Epstein’s Room. His two young daughters, one named Leah are sitting on his bed with him; Mrs. Epstein & Jake are lying down on an empty bed next to them)


DAUGHTER #1: And it was only one day.

MR. EPSTEIN: And then what happened?

LEAH: It lasted 8 whole days and nights!

DAUGHTER #1: And it was a miracle!

JAKE: I wanted to say that part!

(Izzie and Dr. Shepard knock and enter the room)

IZZIE: Mr. Epstein, I’m sorry to interrupt. You remember Dr. Shepard?

DR. SHEPARD: Um, should we talk more privately?

MRS. EPSTEIN (shakes her head): Just tell us, is it bad?

DR. SHEPARD: The fall has caused a sub-dural haematoma.

LEAH: I don’t even know what that means.

DR. SHEPARD: That means your dad … his brain is bleeding.

LEAH (looks down upset): Great.

DR. SHEPARD: Look there are some risks to the surgery, it has to happen before the bleeding gets worse.

MRS. EPSTEIN: What kind of risks?

DR. SHEPARD: The bleed is uh in an area of the brain that controls the um speech and the motor control.

JAKE: We don’t need operation, okay?

MR. EPSTEIN: You know, Jake I think we do.

(Dr. Shepard shakes his to Izzie)

MRS. EPSTEIN (to Jake): Hey honey, you know something else?

JAKE: What?

MRS. EPSTEIN: We have a doctor named Shepard.

MR. EPSTEIN: Shepard. Is that a sign from God or what?

(Derek looks a little weirded out by that comment. Izzie just smiles at him)

(Cut to the O.R. with Justin’s surgery. Dr. Burke and Cristina are there performing the surgery. Burke has finished placing the transplant into Justin)


DR. BURKE: Look at that. Beautiful fit. Now all we have to do is to figure out why he is so angry.

CRISTINA: If I had that mother I’d be angry too. (A nurse passes a surgical tool to Burke) Actually I do have that mother.

DR. BURKE: His mother is not the problem here. She loves him, she never leaves.

CRISTINA: She also never listens. She doesn’t know him.

DR. BURKE: Justin’s depressed. You heard him. He doesn’t want to live. I just hope he changes his mind before it’s too late.

CRISTINA: Uh what do you mean too late?

DR. BURKE: With all medical realities being equal, why does one patient live and another dies? I believe there’s a mind-body-spirit connection. And if Justin really doesn’t want this heart, his body will reject it.

CRISTINA: Okay, let me get this straight. You don’t just celebrate Christmas, you actually believe in Santa Claus?

(The scrub nurses and interns watching all look amused at this and give each other looks)

DR. BURKE: Dr. Yang, go and schedule a psychiatric consult for our patient.

CRISTINA: We’re, we’re not done here.

DR. BURKE: You are.

(The scrub nurses and interns again give each other looks. Cristina sighs and moves away from the operating table)

(Cut to the deserted hallway, hospital hangout. Meredith is lying on a bed, pretending to be a patient while Alex paces up and down hall walking by the bed)


MEREDITH (in a creepy old woman’s voice): I don’t know. It hurts here and here and back here.

(Alex stops walking in front of the bed)

ALEX: Any chance you got hit by a truck and forgot about it?

(Meredith sits up and speaks normally)

MEREDITH: You’re judged on bedside manner Alex. I wouldn’t be surprised that’s why you failed the last time.

ALEX: Could you be any more patronizing? I didn’t ask for your help.

MEREDITH: Enough with the ego! You big baby! I gave up a surgery for this! (she lies back down and goes back to creepy old woman’s voice) Now like I said, it hurts here, and here and back here. Oh and this morning I noticed my poop was a funny grayish colour.

(Alex looks less than amused)

(Cut to Bailey and George in the O.R, operating on the gastric perforation guy)


GEORGE: Wow, that’s all you can save of his stomach.

DR. BAILEY: Yup. Eating is what this man lives for. It should put him out of his misery.

GEORGE: Paging, Dr. Karevian.

(Everybody in the O.R laughs except Bailey)

DR. BAILEY: What did you just say?

GEORGE: Just, it’s a joke. Kevorkian, karevian. (Bailey just stares at him) Alex Karev.

DR. BAILEY: I get the joke. I just don’t think it’s funny. (She holds up a scalpel) You see this O’Malley. I make one mistake with this scalpel and this man’s dead. My husband, he makes mistakes at his job all the time. As far as I know he’s never killed anyone but I have and you will and Alex did. He made a math mistake and a man died for it. They run that past your accountant. See how he’d feel if every mistake he made, someone ended up dead. You don’t have to like Alex, you don’t have to care about him, but you damn well have to be on his side.

(George just stands there, looking sufficiently told-off)

(Cut to Dr. Shepard in the O.R with Izzie, just starting to operate on Mr. Epstein)


IZZIE: What a great family. Hanumas. Chrismakkuh. And how cute are those kids?

DR. SHEPARD (sarcastic): Really Dr. Stevens. Chrismakkuh.

IZZIE: I think it’s sweet.

DR. SHEPARD: Do you know what time of year neurosurgeon’s are the busiest Dr. Stevens?

IZZIE: No, there’s a time of year?

DR. SHEPARD: Well there’s no hard or fast rule but brain injuries tend to pile up around the holidays. Like our friend here. Folks fall of their roofs while they string up lights or when they go skating for the first time in a decade, break their heads open. (Izzie looks slightly ill at this and looks worse by the time he stops talking) And every year people drive through blizzards to get to parties where the kiss germ-infected strangers under poisonous mistletoe and they get so drunk they smash their heads against their windshield on their way home. Like I said, there’s no hard or fast rule.

(Cut to the deserted /closed down hallway. Alex is pushing against Meredith’s stomach)

ALEX: Does it hurt here, Mrs. Grey?

MEREDITH (old voice): Yes Doctor.

ALEX (reaches under her back): How bout here, does it hurt here?

MEREDITH: Yes it does.

(Cristina walks in to the hallway and stops when she sees the previous scenario before her. Her mouth hangs open in shock)

CRISTINA: Okay, seriously if you’re that lonely there are excellent vibrators. I can get you a catalogue.

MEREDITH (normal voice): He failed his medical boards. I’m helping him study.

CRISTINA (walks up to them): You failed your practical?

ALEX: Glad to know you can keep a secret, Grey.

MERDITH: I kept your secret; it didn't do you any good. He needs our help.

CRISTINA: Oh, you're not serious.

MEREDITH: What if it were you?

CRISTINA: It wouldn't be.

MEREDITH: But what if it were?

CRISTINA: It wouldn't be.

(Meredith gets paged. She gets up off the bed)

MEREDITH: I have to go. Be a patient. Do it for me.

CRISTINA: Fine, but when Tiny Tim goes all Norman Bates on us, I'm blaming you.

(Meredith walks to the end of the hall and calls out)

MEREDITH: Diagnosis?

ALEX: Gall-stones.

MEREDITH (thumbs up): Yes!

(She leaves. Cristina sits on the bed Meredith just vacated and sighs)

CRISTINA: I’m a 55 year old man. I’m nauseous and I can’t stop throwing up.

ALEX: Forget alright, I didn’t ask for anybody’s help.

CRISTINA: Okay Evil Spawn, you can nurse your pride; key word being nurse or you can pass your test and be a doctor. Up to you.

ALEX (sighs and stands in front of her): Any abdominal pain?

CRISTINA: Yes from my giant fat belly all the way to my back. Oh and I’m drunk. Hiccup, hiccup.

(Cut to Meredith entering the scrub wash room with a chart. George is already in there as is Bailey who’s sitting down and eating a chocolate bar)

MEREDITH (hands Bailey the chart): I got another one for you.

DR. BAILEY: He tried to gift wrap a 70-inch TV for his wife?

GEORGE: Hernia?

MEREDITH: Strangulated. Pretty ugly.

DR. BAILEY: And you just know his wife just hates TV. Grey is that other project covered.

MEREDITH: I think so.

DR. BAILEY: Then scrub in. O’Malley, go tell Nadia Shelton she’s off the schedule until tomorrow.

(George looks upset at this)

(Cut to Nadia Shelton’s room where her boisterous, noisy family are still being annoying and creating a huge racket)


JIMMY (shocked): Till tomorrow?

NADIA: Another day is not gonna kill me Jimmy.

GEORGE: I promise tomorrow for sure.

MRS. SHELTON (outraged): Today was for sure!

ERNIE: What’s he saying?

MRS. SHELTON (yells): He’s saying they can’t operate until tomorrow!

ERNIE (yells): Outrageous!

(There’s all this loud talk and yelling. George looks annoyed)

GEORGE (speaks to Josh playing the really loud gameboy): Could you please turn that down your mother needs to rest.

JOSH: Who are you? My Dad?

GEORGE: Sir, could you please tell your son---

JIMMY: Don’t talk to me about my son. Who the hell do you think you are?

GEORGE: Sorry. Sorry. (Mrs. Shelton and Mr. Shelton are still yelling loudly) I just think your wife should rest …

(Nadia looks grateful at the attempt but the noise of the family is just too loud)

GEORGE: I am very sorry.

(George just leaves the room)

(Cut to the deserted hallway where Alex is now what it looks like feeling up Cristina. Or at the very least groping her boob. Cristina backs up)


CRISTINA: Okay the way you’re grabbing me now, that’s assault.

(She grabs his hand, flattens his palm and uses the tips of his fingers to press against her chest)

CRISTINA: This is an exam. Pat, pat, pat.

(George comes into the hallway and looks dumbfounded)

GEORGE: What? What the hell? (loud) Does Izzie know? Does Burke know about this?

CRISTINA: Un-bunch your panties, George. We’re helping Alex study.To Alex Do it.

GEORGE: I can’t hear you when his hand is on your boob.

CRISTINA: Take your hand off my boob, Alex.

(Alex removes his hand)

GEORGE: Thank you. (he walks up to them) Study for what?

ALEX: Shut it, Yang.

CRISTINA: Alex failed his boards.

GEORGE: Seriously?

ALEX: I failed one part of one board. That’s it.

GEORGE: Still…that’s pretty embarrassing.

CRISTINA (She gets paged): Eh, he’s all yours Georgie! Do your worst.

(She gets up and leaves)

GEORGE: You’re not giving me a rectal. Do not ask me to cough.

(Cut to Cristina walking up a nurse’s station outside Justin’s room where Dr. Burke is standing after Justin’s surgery looking over a patient chart)

CRISTINA: You paged me? (She peers into Justin’s room)

DR. BURKE: I didn’t see a psych consult scheduled here.

CRISTINA: Ah I couldn’t get one. I tried to but they told me to come back in January.

DR. BURKE: You disrespected me. You mocked me in my O.R. That can’t happen.

CRISTINA: I wa … It won’t happen again.

DR. BURKE: You equated my spirituality with a belief in Santa Claus.

CRISTINA: Burke, science is the one thing. You know it’s the one thing we have in common. I’m an intern and you’re not. I’m a slob and you’re not. I say I want to keep our relationship private and you go and tell the Chief of Surgery and you asked me to move in with you and now you’re religious.

DR. BURKE: Spiritual. There’s a difference.

CRISTINA (shakes her head): Well not to me. …. I don’t know what we’re doing.

DR. BURKE (looks angry): Well right now we’re working. Page me if he spikes a fever. (Cristina shakes her head in dismay that Burke is ignoring what she’s saying) Tell Mrs. Davidson to hire a private therapist or priest, anyone that Justin will talk to.

(He slides the chart over to her and walks away)

(Cut to Izzie walking down the hallway, where she finds Mrs. Epstein with her three kids sitting on some chairs)


IZZIE: Mrs. Epstein?

MRS. EPSTEIN: Oh (she stands up and walks to Izzie) How is he?

IZZIE: He’s gonna be fine. He’s still a little groggy.

(Jake interrupts)

JAKE: My Dad wants to see me now, okay?

IZZIE (smiles): Okay.

(She starts walking down the way she came and the family follow to Mr. Epstein’s room. They stop at the doorway)

MRS. EPSTEIN: It’s okay guys. Daddy’s okay.

(One of the daughter’s runs into the room and jumps onto the bed)

DAUGHTER #1: Daddy, daddy. I could kiss it better Daddy.

MR. EPSTEIN (to his wife): Lou-Anne I have a headache.

(Mrs. Epstein nods)

LEAH: I’ll sing for you Daddy.

MR. EPSTEIN: No.

LEAH (sings): Dashing through the snow …

MR. EPSTEIN: No!

LEAH (continues): … on a one-horse open sleigh …

MR. EPSTEIN: Leah. Dammit Leah shut up! (Leah stops and immediately starts crying) I can’t stand that insipid song!

MRS. EPSTEIN: Tim!

MR. EPSTEIN: Just get out!

(Dr. Shepard walks in)

MR. EPSTEIN (yelling): Get out! Get the hell out of here, all of you!

JAKE (upset): You stupid Shepard! You broke my Dad’s brain!

(Cut to Izzie and Derek walking down a hallway)

IZZIE: How did that happen? I mean his personality … you didn’t go anywhere near the frontal lobe.

DR. SHEPARD: Well the CT might’ve missed something. Or a personality change could be a reaction from the anaesthesia wearing off. Could be the pain.

IZZIE: He was in pain before the surgery.

(Dr. Shepard heads into a stair well)

DR. SHEPARD: Watch him for a couple of hours, if he doesn’t improve get a new CT.

(Derek starts walking down the stairs)

IZZIE (gets a look on her face): Okay.

(Derek catches the look and walks back quickly)

DR. SHEPARD: Dr. Stevens?

IZZIE: You had his brain open. Literally open. He was laying there unconscious and vulnerable and …

DR. SHEPARD: You think I poisoned him with my anti-holiday venom.

IZZIE: Well you’re the one that’s always saying that there’s a lot about the brain we don’t know. How do you know that your words didn’t speak to him on some unconscious level? I mean he trusted you to be his … Shepard.

(Izzie seems surprised at her own choice of words)

DR. SHEPARD: Dr. Stevens, you should be a little embarrassed.

IZZIE (nods): I am.

DR. SHEPARD: Good.

(He walks down the stairs and Izzie leaves back the way they came)

(Cut to Justin’s room, where his mother is decorating his room with Christmas decorations and a Christmas tree. Cristina walks in)


CRISTINA: Oh this is the CCU. There are no trees allowed in the CCU.

MARIANN: I know, it’s never really been enforced, so … (Cristina looks off-put at this) How’s he doing?

(Cristina walks up to Justin’s bed)

CRISTINA: Ah surgery went smoothly but it’s too soon to tell.

MARIANN: He’s really a good boy you know. You just met him at a difficult time. He’s been down. I don’t know why. (Cristina checks Justin’s heart with a stethoscope) But Father Michael will be able to talk to him.

CRISTINA: No offence but uh your son doesn’t seem to be a fan of the holidays. He doesn’t believe in Santa.

MARIANN: Yes well a mother’s job is to protect her child’s innocence. This Christmas could be his last time, so.

JUSTIN: That’s what you said last year. And the year before that.

(Justin gives Cristina a look)

MARIANN: Oh my baby, you’re awake. You look great. My big, strong boy. Santa brought you back to me.

(Cristina looks thoroughly annoyed now and unplugs the Christmas tree lights and starts wheeling out the tree of the room)

MARIANN: What are you doing?

CRISTINA: Sorry. CCU regulations.

(Cut to the operating room with Bailey and Meredith, operating on the strangulated guy)

MEREDITH: Are we using mesh?

DR. BAILEY: Yes, the conjoined tendon is … (She pulls away suddenly from the surgery and puts the surgical tools down and moans) Mmm Hmmm Mmm.

MEREDITH: Dr. Bailey?

DR. BAILEY (raises her hand to silence Meredith): Just wouldn’t want to throw up in the body cavity.

MEREDITH: Do you need …?

DR. BAILEY: I just need a minute Grey. Oh when you operate the rest of the world goes away. Hunger, thirst, pain. You don’t feel it in the O.R. But it’s not that way when you’re sharing you’re body with another person. Okay.

(She turns back to the surgery and starts again)

MEREDITH: Are you sure you don’t want me to find someone to take over for you?

DR. BAILEY: What I want you to find me is a strawberry milkshake. Extra thick.

(The operating staff look amused at this)

MEREDITH: Seriously?

DR. BAILEY (nods): Yeah, nausea. Comes with the hunger Grey. Go.

(Meredith leaves the operating table)

(Cut to George sitting on the hospital bed in the abandoned hallway with Alex sititng next to him, ‘examining’ him. George is talking in the most horrible ghetto voice ever. It’s hilarious)


GEORGE: My throat, it’s like wicked sore yo. (Gestures to his face) Plus I’ve got all these like sick breakout’s right.

ALEX: Dude seriously.

(George instantly stops smiling, stands up and starts walking away)

ALEX: Alright, alright, sit down, sit down.

(George moves back and sits down. Alex stands up)

ALEX: Open up your mouth. I’d like to inspect your tonsils.

(George opens his mouth and sticks out his tongue. Alex gets a tongue presser and a flashlight to examine his throat. Izzie comes into the hallway and looks stunned at what she’s seeing)

IZZIE: What’s wrong with you are you sick?

(Alex stops examining him)

GEORGE: Fake sick.

(Izzie just looks confused)

ALEX: I failed my practical board exam. O’Malley’s helping me study.

IZZIE: You failed your …. (to George) You’re helping him?

GEORGE: Just to study. Nothing else.

ALEX: Izzie.

IZZIE: No, you don’t get to say my name (she points her finger at George angry) and you are unbelievable!

(Izzie storms off. George gets up and starts chasing after her but turns back to Alex)

GEORGE: Ah! I was doing the actually whole fever and glands thing. The acne was just part of the whole teenager thing.

(George sprints off after Izzie)

(Izzie is walking up the stairs leading away from the hangout and starts walking down a hallway. George is close behind her.)


GEORGE: Izzie would you wait.

IZZIE (yells): I say I like the guy and you can’t stop hating him. And as soon -

GEORGE (interrupts): Izzie.

IZZIE (yells): - as he screws me over -

GEORGE: Izzie!

IZZIE: You’re his new best friend!

GEORGE: He failed his boards. This is important.

IZZIE: He cheated on me.

MEREDITH (walks up behind them with the milkshake for Bailey): Busted?

GEORGE: Yeah. I’m busted.

MEREDITH: His exam is tomorrow.

IZZIE (even more angry): You’re in on this too? He cheated on me! God!

CRISTINA (walking down hall opposite from them with a Christmas tree): Oh, I told you she’d find out.

IZZIE: Oh, of course you’re in on it.

GEORGE: She let him touch her boobs!

(Cristina hits George with the Christmas tree)

IZZIE: He cheated on me with George’s skanky syph nurse!

GEORGE: That is just plain rude!

MEREDITH: We know! He cheated on you! That’s why we let you turn the living room into Santa’s freaking Village.

IZZIE: What?

MEREDITH: We’re not big on holidays you know that. But we’re trying to be
supportive because you are having a hard time. But right now, Alex, he’s having a harder time.

IZZIE: Why does everyone care what kinda time Alex is having?

MEREDITH: Because he’s dirty Uncle Sal.

(Both George and Cristina turn around and give Meredith weird looks)

GEORGE: Sorry?

CRISTINA: Huh?

MEREDITH: He’s dirty Uncle Sal. The one who embarrasses everyone at family reunions and who can’t be left alone with the teenage girls but you invite him to the picnic anyway.

CRISTINA: Sorry. What?

GEORGE: I still don’t--

Meredith: I have a mother who doesn’t recognize me. As far as family goes, this hospital, you guys are it. So, I know you’re pissed at Alex but maybe you could try and help him anyway. Sorta like in the spirit of this holiday you keep shoving down everybody’s throats.

(Izzie shakes her head and walks off. Meredith also walks off in the opposite direction)

CRISTINA: You.

GEORGE: What?

CRISTINA: Boob!

(Cristina walks off and George’s pager goes off)

(Cut to George rushing into Nadia Shelton’s room, where Nadia is sitting up vomiting blood into a bucket. Her family are going nuts)


JIMMY (yelling): Somebody do something! Doctor get in here now!

(Everybody is talking and yelling at once. George rushes up to Nadia)

GEORGE (to Nadia): Nadia we’re taking you to surgery.

(Nadia nods and George turns to the nurse holding the bucket)

GEORGE: Prep her now!

(The nurse nods and George rushes out of the room)

(Cut to Meredith walking down the hallway with the strawberry milkshake. She enters the scrub room where Bailey is sitting waiting. Meredith hands her the
shake)


DR. BAILEY: It’s about time.

MEREDITH: Sorry, I got side-tracked.

(Bailey takes off the top of the milkshake and just drinks it directly from the cup. George rushes into the room)

GEORGE: Nadia Shelton’s ulcer perforated. She’s vomiting blood by the pint.

DR. BAILEY: Is the Chief back?

MEREDITH: I didn’t see him.

GEORGE (shakes his head): No.

DR. BAILEY (frustrated): All right uh both of you scrub in. I’m gonna need all the help I can get.

(She starts drinking massive gulps of her milkshake not stopping as Meredith and George start scrubbing up)

(Cut to Derek and Izzie in the CT viewing room looking at the images on the screen as Mr. Epstein lies in the CT machine)


DR. SHEPARD: Oh there it is. Left side of his frontal lobe. (to Izzie) Now why didn’t we see that before?

IZZIE: Intracerebral bleeds can have a delayed presentation.

DR. SHEPARD: Right. (to CT tech) You wanna get him out of there?

(CT tech nods and heads out of the viewing room)

DR. SHEPARD: Ah just prep an O.R. I might talk to his wife.

(Izzie nods and heads out as well. Addison comes and stands at the doorway.)

ADDISON: Dr. Stevens.

(Izzie ignores her and continues out the door)

ADDISON (calls out): Nice talking to you. (to Derek) Think she’ll ever talk to me again? (Derek is silent, staring at the CT screen) Am I invisible? I’m feeling strangely invisible. (Derek is still silent) Also inaudible.

DR. SHEPARD: What?

(Addison walks into the room and stands over Derek’s shoulder)

ADDISON: Another surgery? So I guess dinner-shopping is out.

DR. SHEPARD: Yeah, it’s not gonna happen tonight. (Addison nods) Sorry.

ADDISON: No you’re not. I’m just trying to figure out why you’re not. It’s Christmas Derek.

DR. SHEPARD: Yeah. I know.

(He stands up and starts heading out of the room)

ADDISON: It’s our season. What’s going on? Are you mad? Are you depressed? What?

DR. SHEPARD: No. Mr. Epstein here is depressed. He’s bleeding from his frontal lobe. Everything’s fine. We’re fine Addie. You know, I’ll see you at home, okay?

(He heads off, leaving Addison looking upset)

(Cut to Mr. Epstein’s room where he’s lying down on his bed. His wife is standing beside his bedside looking upset. Dr. Shepard is standing at the foot of the bed)


DR. SHEPARD: You need second surgery, Mr. Epstein. Frontal lobe is difficult. We may be able to improve things but ah you should be prepared for the possibility that things could get worse.

MR. EPSTEIN (anger in voice): That’s great. That’s just great. I am so glad we came to this hospital so I could be treated by a bunch of quacks who don’t know their asses from the inside of my skull!

(Mrs. Epstein looks apologetically at Derek. Derek gestures at her to talk outside the room. They walk out into the hallway)

MRS. EPSTEIN: This isn’t my husband. This is not my husband. He doesn’t speak to me this way. He doesn’t speak to anyone this way.

DR. SHEPARD: I know this is difficult Mrs. Epstein but the important thing right now is that we stop the bleeding.

MRS. EPSTEIN (trying not to cry): He’s the love of my life. And I know that you have a lot of other patients and you do a lot of other surgeries but he’s all (she lets out a sob) my life. Because I just, I just need your word that you treat this change in my husband’s personality as seriously as you would a fatal cancer. Because that’s the way it feels to me and my kids. We were happy. We were a happy family. It just … if you could just fix that (she takes Derek’s hand in hers) … just fix it.

DR. SHEPARD: Mrs. Epstein, I’m going to do everything in my power, all right? Okay?

(Mrs. Epstein nods)

(Cut to Cristina standing at the nurse’s station outside Justin’s room watching Justin talk to a priest in the room and his mom sitting at his bedside)


JUSTIN: I didn’t want it. I already got one new heart. I didn’t deserve another one.

FATHER MICHAEL: Justin, you don’t have to feel guilty about having a new heart. God wants you to live. That’s why he sent you the heart.

JUSTIN: I’m not stupid, okay? God didn’t send me the heart and there’s no such thing as God.

MARIANN (shocked): Justin!

FATHER MICHAEL: Mariann. Mariann, it’s all right.

JUSTIN: The heart I have now, my mom told me the heart came from Santa. (Cristina walks in and check’s Justin’s vitals) I thought elves made it in their factory or whatever. But that’s not true, is it?

FATHER MICHAEL: No it isn’t.

JUSTIN: Yeah. I heard the nurses talking. Where it really came from is some other kid. Some other kid had to die so I could live.

MARIANN (crying): Oh Justin, baby.

(She sits on the bid. Cristina walks out of the room)

JUSTIN: And then I outgrew that kid’s heart. So for the last two years my mom has been praying that another kid would die for me. (to his mother) That’s what you pray for all the time, isn’t it mom? (Mariann just looks down and doesn’t answer) That’s what she prays for father. How does God feel about that?

(Justin closes his eyes)

FATHER MICHAEL: Justin.

MARIANN: Justin.

(Justin’s monitor starts beeping rapidly. Cristina hears the beeping)

MARIANN (shaking Justin): Justin baby? Wake up Justin! (she calls out) Nurse! Oh please no.

(Cristina rushes in)

CRISTINA: Move please. (yells and moves Mariann out of the way) Move please!

MARIANN: No, no, no, God please.

CRISTINA: Code blue! (She starts prepping Justin) Just stay back!

MARIANN: Justin baby I’m right here. Please Justin I love you!

(Nurses rush in. Cristina lowers Justin’s bed, as a team brings in the crash cart)

CRISTINA: Please shut her up!

NURSE #1: He’s in V-FIB.

CRISTINA: Charge the paddle to 100.

NURSE #1: Charged.

CRISTINA: Clear.

(Cristina places the paddles on Justin and shocks his heart. Immediately the heart monitor starts beeping normally and Justin coughs awake. Cristina looks relieved while Justin just looks upset)

(Cut to Burke and Cristina walking out of Justin’s room and down a hospital hallway)


CRISTINA: Okay we need to get him back on the donor’s list. It’s a bad heart.

DR. BURKE: It’s not a bad heart.

CRISTINA: Well can you get him back on the list?

DR. BURKE: He’s waited two years for this heart. He has to fight for it. He has to decide if he wants to live.

CRISTINA (frustrated): Okay, medically speaking is there anything else we haven’t done?

DR. BURKE: The way you’re feeling right now … is why I have to believe in something bigger than me. Because if I didn’t, that powerlessness would eat me alive.

(He walks up the stairwell, leaving Cristina standing there)

(Cut to an O.R. where Dr. Shepard and Izzie are operating on Mr. Epstein again)


DR. SHEPARD: Drill please.

IZZIE: Any danger of two craniotomy’s in one day?

DR. SHEPARD: No more than with one.

(he starts drilling)

DR. SHEPARD: Is there any music?

SCRUBS NURSE: Any requests?

DR. SHEPARD (looking at Izzie): Christmas carols. Or Hanukkah. Is there such a thing as Hanukkah carols? (The bars of a Hanukkah song start) There are mystery things Dr. Stevens. You never know what may penetrate the psyche.

(Izzie looks like she’s smiling through her scrubs mask)

(Cut to another O.R where Nadia is being operated on. Bailey is being fed a drink by a scrubs nurse, while George and Meredith stand near the operating table, holding clamps and stuff in Nadia’s body cavity)

GEORGE: Oh, look at that.

MEREDITH: Kissing ulcers. One’s perfed and the other one’s bleeding.

GEORGE: Two ulcers. Not surprised by the family. I should’ve thrown them out. Why didn’t I throw them out? That’s what I should’ve done. But no I didn’t.

(Bailey turns back to the operating table, scrub mask in place and everything)

DR. BAILEY: Stop whining O’Malley, you had your chance; you didn’t take it. Move on.

GEORGE: Right, sorry.

DR. BAILEY: Do not kick me.

GEORGE: Excuse me?

DR. BAILEY: Are you kicking me under the table O’Malley?

GEORGE (shocked): No!

DR. BAILEY: Then clearly I wasn’t talking to you! … Uh! Eh! (she backs away from the operating table) You can not kick me while I’m doing my job.

(The camera lowers down and shows Bailey pressing against her pregnant belly. Everyone just stares at her amazed)

DR. BAILEY: Thank you.

(She steps back up to the operating table)

(Cut to Izzie walking down the abandoned hospital hangout. Alex is lying down on a hospital bed asleep with textbooks surrounding him. Izzie walks up to him and slaps him)


IZZIE: Wake up.

(Alex sits up groggy)

IZZIE: God, no wonder you failed your boards. What do you expect to learn this stuff by osmosis?

ALEX (sleepy): What are you doing here?


IZZIE (crosses her arms in front of her): I’m a farmer, okay? I’ve been drooling, puking and crapping in my pants.


ALEX: You came here to help me study?


IZZIE (annoyed): Well I’m not actually crapping my pants now, am I?
 

ALEX: Why would you want to help me after what I did?
 

(Izzie is silent for a moment, shaking with anger)
 

IZZIE (yells): Because it’s what Jesus would friggin’ do!
 


(Cut to Cristina standing in Justin’s room by his bedside. She looks over to his mother who is fast asleep near the door. She then takes a seat and sits next to Justin. She leans forward)


CRISTINA: You know I don’t believe in Santa either Justin or God. (Justin looks over at her slowly) I believe in medicine. And it’s a medical miracle you’re alive. With that you heart you had, you should’ve, you should’ve died after two weeks after you were born. Except some surgeon figured out a way to give you someone else’s heart which is, is so much cooler than Santa. … So I’m just saying … …. I think you should decide to live. … Live so you can become a doctor and you can find a way to do heart transplants without someone having to die. Or live so you can grow up so you can have kids and you know what raise them not to believe in Santa. And that, that would piss your mom off. (Justin smiles) Just decide to live because in your case dying really isn’t the best revenge.


(Cristina leans back into her chair)



(Cut to a hospital waiting room, where Nadia Shelton’s family sit waiting. Bailey and George walk up to them. Mrs. Shelton and Jimmy stand up immediately)
 

JIMMY: How is she?
 

MRS. SHELTON: Is she gonna be alright?


DR. BAILEY: She lost a lot of blood but we were able to replace and repair the tear. She’s gonna require several days of observation but she should have a full recovery.


JIMMY: Oh thank god.


(Bailey is smiling as she starts to leave)


MRS. SHELTON: Thank god is right ‘cause we’re certainly not going to thank you!


(Bailey stops smiling and stands where she is)

MRS. SHELTON: We should sue you for all your worth! We sat here and sat here and sat here and sat here and sat here …


DR. BAILEY (whispers to George): You wanna help me out?
 

MRS SHELTON: And watched you take patient after patient after …


GEORGE: Really?

DR. BAILEY: Yeah. You got your second chance. Just don’t screw it up.
 

MRS. SHELTON: You made my daughter wait for 3 whole days for her operation! I should sue you and this whole damn hospital!


(The rest of the family walks up to them)


GEORGE: Okay, yeah you could sue us or you could just consider the possibility of just shutting the hell up.
 

MRS. SHELTON: What did you say to me? (to Ernie) Did you hear what he said to me?
 

ERNIE: I heard him.


JOSH: You can’t talk to an old lady like that.
 

MRS. SHELTON: Where is my daughter? I’d like to see her.

GEORGE: Well you can’t. I’m her doctor and she is my patient and this is a hospital which is the kinda place where people could generally use a little peace and quiet. So no right now you can’t see her. And I’m not saying this just because you threatened to sue Dr. Bailey who spent the last several hours saving your daughter’s life (The family look outraged at this, while Bailey just looks smug) saving your wife’s life. I’m saying this because she is my patient and she is in the recovery wing of this hospital trying to recover! And visiting hours are over! So goodnight! (a little calmer) and Merry Christmas.


(He walks off, leaving the family looking shell-shocked)


DR. BAILEY: Interns. Too emotional. Oh, apologies.


(She also walks off)



(Cut to the hospital hangout where Izzie is sitting on the hospital bed and Alex is standing in front of her)


ALEX: Uh, is the nausea constant or intermittent?
 

IZZIE: Constant.


ALEX: When, when did it first start?
 

IZZIE: After I worked in the fields all day.
 

ALEX: Do you have any allergies you’re aware of?


(Camera now shows Izzie’s face close up. She’s struggling really hard not to cry. Her eyes are filled with tears)


IZZIE (tears in her voice, she shakes her head): No.


(Alex moves to sit next to Izzie as she starts crying now freely)
 

ALEX: Izzie, … I never wanted to hurt you.
 

IZZIE (crying): You didn’t hurt me. I don’t even know you. I’m a farmer!


ALEX: You, you’re still the patient?
 

IZZIE (still crying but indignant): What does it look like?


ALEX: It’s organophosphates. (Izzie nods) Pesticide poisoning. Crying is a symptom, that’s right?


IZZIE (nods and continues to cry): Right.


(Sixpence None The Richer – It Came Upon A Midnight Clear starts playing from now until the end. Cut to Meredith walking down the hospital hallway dressed to go home. She smiles when she sees Bailey fast asleep dressed to go home on an empty gurney)



(Cut to Meredith still inside the hospital but at the foyer entrance about to walk out. Derek also dressed to go home, walks out of the elevator and sees her)


DR. SHEPARD: Hey.
 

(Meredith closes her eyes and stops walking. She turns and faces Derek)
 

MEREDITH: Hey.


(She starts again heading out of the hospital)


DR. SHEPARD: You, okay?
 

MEREDITH: Yeah, yeah. You know, holidays.
 

DR. SHEPARD: Yeah. I do know.
 

(They head outside into the night)


MEREDITH: Merry Christmas.
 

DR. SHEPARD: Merry Christmas.
 

(They part ways)



(Cut to Derek entering Joe’s bar. He walks up to the bar where Joe is standing)


JOE: Hey.

DR. SHEPARD: Merry Christmas Joe.
 

JOE: Merry Christmas. (He pours Derek a drink) Double scotch. Single malt.


DR. SHEPARD: You’re a good man.

(He takes the drink)
 

ADDISON: Hey Dr. Shepard.


(Derek turns and sees Addison sitting at a bar table with catalogues and her own drink. She smiles at him. He lifts up his drink and toasts it at her)
 

DR. SHEPARD: Dr. Shepard.


(He takes a sip and makes his way over to the table)


ADDISON: So? How’s Mr. Epstein’s frontal lobe?
 

DR. SHEPARD: He woke up smiling.
 

ADDISON: Congratulations.
 

DR. SHEPARD: Thank you. What are you drinking?


ADDISON (chuckles): It’s ah hot buttered rum. It’s delicious.


DR. SHEPARD (smiling): It’s tekenzeal.
 

ADDISON: Ah no, yeah, well it is Christmas.
 

DR. SHEPARD: Hmm.


ADDISON: Christmas Derek. We love Christmas. At least we used to.


DR. SHEPARD: Yeah. … Christmas makes you want to be with people you love. (Addison looks up at this) … I’m not saying this to hurt you or because I want to leave you. Because I don’t. (Addison looks confused) Meredith wasn’t a fling. (Addison sits back instantly on guard) She wasn’t revenge. I fell in love with her. That doesn’t go away because I decided to stay with you.
 

(He sits down next to her while Addison contemplates what he has just said)
 

MVO: There’s an old proverb that says you can’t choose your family.
 

(Cut to Cristina arriving home to Burke’s apartment. She places her bag down on a table as well as her keys. She stops when she sees the little Christmas tree Burke had this morning all decorated and lit up.)
 

MVO: You take what the fates hand you …

(She smiles when she sees an 8-candle Hanukkah set sitting on the window sill. She looks into the bed room and sees Burke half lying-half sitting on the bed reading a book.)


MVO: … and like them or not, love them or not, understand them or not …

(Cristina is now dressed for bed and she climbs in next to Burke)
 

CRISTINA: Justin took a turn. His fever’s down and his BP is up.
 

(She cuddles up into Burke)
 

DR. BUKRE (knowingly): I wonder what got through to him.
 

CRISTINA: I don’t know.


MVO: … you cope.



(Cut to the Townhouse where Izzie is lying down on the floor with her head under the Christmas tree. The tree is all lit up and flashing. Meredith walks into the room)


MEREDITH: Pretty.
 

IZZIE: Yeah.


(Meredith lies down next to Izzie)


MVO: Then there’s the school of thought that says the family you’re born into is simply a starting point.


(George now comes to the living room and looks at the two confused)


GEORGE: What are we doing?
 

IZZIE: Lights.
 

(George sets down his coffee mug and runs quickly into the room and lies down next to Meredith and also begins staring at the lights)
 

MVO: They feed you and clothe you and take care of you until your ready to go out into the world.
 

(Doc barks once and enters the room and sits down next to George)


MVO: … and find your tribe.


(The camera pans up the tree and fades out)

Kikavu ?

Au total, 229 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Locksley 
31.08.2019 vers 21h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Lilie34 
24.04.2019 vers 22h

LILI62100 
20.04.2019 vers 23h

magrenat 
10.04.2019 vers 17h

NIMPHE 
02.04.2019 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente

Photo du mois
Aujourd'hui à 14:46

S16E05 Breathe Again
Aujourd'hui à 14:24

S16E04 It's Raining Men
Aujourd'hui à 14:24

Thomas Koracick
Aujourd'hui à 14:23

Andrew DeLuca
Aujourd'hui à 14:22

Richard Webber
Aujourd'hui à 14:20

Maggie Pierce
Aujourd'hui à 14:17

Amelia Shepherd
Aujourd'hui à 14:16

Jo Wilson
Aujourd'hui à 14:13

Dernières audiences
Logo de la chaîne ABC

16.03 : Reunited (inédit)
Jeudi 10 octobre à 20:00
6.09m / 1.4% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

16.02 : Back In The Saddle (inédit)
Jeudi 3 octobre à 20:00
6.01m / 1.3% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

16.01 : Nothing Left to Cling To (inédit)
Jeudi 26 septembre à 20:00
6.51m / 1.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Diffusion ABC - 1604

Diffusion ABC - 1604
C'est ce soir que sera diffusé l'épisode 1604 "It's raining men" sur la chaîne ABC. La guerre entre...

Les photos de la célébration du 350ème épisode

Les photos de la célébration du 350ème épisode
L'équipe de Grey's Anatomy et d'ABC ont célébré le 350ème épisode qui sera diffusé le 14...

Audience ABC - 1603

Audience ABC - 1603
L'épisode 3 de la saison 16 de Grey's Anatomy a rassemblé 6.09 millions de téléspectateurs, avec un...

Départ de Sophia Ali

Départ de Sophia Ali
Krista Vernoff vient d'annoncer le départ de Sophia Ali. L'actrice qui jouait l'interne Dahlia Qadri...

Diffusion ABC - 1603

Diffusion ABC - 1603
Ce soir sera diffusé l'épisode 1603 "Reunited" de Grey's Anatomy sur ABC.  Vous pourrez voir en...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

CastleBeck, 15.10.2019 à 22:21

Un nouveau concours d'écriture vous attend sur le quartier Castle. Merci

juju93, Avant-hier à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Locksley, Hier à 15:33

L'interview de bloom74, HypnoVIP, est publiée à l'Accueil ! Bonne lecture et bon après-midi !

sabby, Hier à 21:05

Hello bonsoir ! Un nouveau survivor vous attend sur S.W.A.T Bonne soirée à tous !!

Misty, Aujourd'hui à 15:54

Le quartier Dark Angel vous propose un sondage drôle et décalé... sans avoir besoin de connaître la série en plus

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site