VOTE | 879 fans

#223 : Ce que patient veut ...

Scénario : Elizabeth Klaviter - Réalisation : Jeff Melman
Guest stars : Jayne Brook, Jeffrey Dean Morgan, Jean Louisa Kelly, Andrew Borba, Chris O'Donnell, Sara Ramirez, Albert Hall 

La patiente de Addison est une femme catholique enceinte et déjà mère de sept enfants. Addison est ennuyée après avoir appris que le mari de sa patiente est contre toute forme de contraception. Derek va voir un avocat spécialisé dans les divorces qui lui demande s'il a vraiment besoin de ses services. Alors que Izzie et George parlent de leurs vies personnelles, ils "entendent" la conversation de Derek lorsqu'il parle de son hypothétique divorce. Alex se brouille avec Addison car il est une fois de plus dans l'incapacité de tenir sa langue quand il le devrait. Burke lui s'occupe d'un de ses amis, Eugene, grand musicien qui demande qu'on lui enlève son pacemaker car ça l'empêche de jouer correctement, le rythme de son coeur étant différent.


Popularité


3.92 - 12 votes

Titre VO
Blues for Sister Someone

Titre VF
Ce que patient veut ...

Première diffusion
30.04.2005

Première diffusion en France
09.10.2006

Photos promo

Meredith, Finn et Doc

Meredith, Finn et Doc

Meredith, Finn, et Doc

Meredith, Finn, et Doc

Finn

Finn

Meredith, Finn et Doc

Meredith, Finn et Doc

Meredith, Finn et Doc

Meredith, Finn et Doc

Finn

Finn

Finn

Finn

Finn

Finn

Plus de détails

[INT SGH]


(Plan sur les sous-sols de l’hôpital)


VOIX OFF (Meredith) : La clé pour réussir son internat, c’est de savoir ce qu’on est prêt à abandonner : le sommeil, les amis ou une vie normale.


(Plan sur Georges et Callie en train de faire l’amour.)


VOIX OFF (Meredith) : Nous sommes prêts à tout sacrifier pour cet instant extraordinaire. L’instant où nous pouvons légalement nous appeler chirurgien.


CALLIE : Merci ! Merci ! Merci ! Merci !


[EXT SGH]


(Plan sur la caravane de Derek où lui et Addison viennent de faire l’amour)


ADDISON : Merci.


VOIX OFF (Meredith) : Il y a des jours où ce titre vaut bien qu’on lui sacrifie tout.


DEREK, riant : Rho c’est pas vrai ! Tu me remercie pour cette partie de jambe en l’air complètement ratée ?


ADDISON, riant aussi : Oh ! Je ne savais pas quoi dire d’autre ! C’est vrai, tu as fait de ton mieux!


DEREK : Ah génial ! Merci, toi aussi t’étais parfaite.


ADDISON : Mais on était plutôt bon à ce jeu-là avant !


DEREK : Oh oui ! Bah on va recommencer jusqu’à ce que ce soit bon !


(En voulant recommencer, ils se cognent la tête l’un contre l’autre. Le téléphone de Derek se met à sonner.)


ADDISON : Parfait !


DEREK : C’est l’hôpital ! (Décrochant le téléphone) Allo ? Salut. ….Non, non, non. (A Addison) C’est à propose de Doc. (Au téléphone) Oui ? Non je suis là…. Oui, je peux venir le prendre ce matin….Bien sûr. Au revoir.


(Addison prend le téléphone des mains de Derek)


ADDISON, au téléphone : Docteur Dandrige ?


DEREK, à Addison : Donne-moi ça !


ADDISON, au téléphone : Docteur Dandridge, écoutez, on va vous rappeler plus tard parce que là on essaie de faire l’amour correctement là tout de suite !


(Plan sur Meredith, dans le cabinet du vétérinaire. Elle tient son téléphone à la main. C’est elle qui avait cette conversation avec Derek. Elle n’a pas encore raccroché et on entend ce qu’il se dit à l’autre bout du fil. Meredith fait la grimace)


DEREK, riant.


ADDISON : Quoi ? Mais, qu’est-ce qu’il y a de si drôle ?


VOIX OFF (Meredith) : Et il y a des jours où tout nous semble un sacrifice…


FINN DANDRIDGE, amenant Doc : Tout va bien ?


MEREDITH : Oui. Tout va très bien. (A Doc) Hey Doc ! Tu as l’air bien ! (A Finn) Il a récupéré ?


FINN : C’est peut-être qu’un virus mais avant les résultats d’analyse de sang et les radios, je ne veux pas me prononcer.


MEREDITH : Il peut rentrer aujourd’hui ? Derek  dit qu’il peut venir le prendre.


FINN : Oui.


MEREDITH, à Doc : Tu entends ça Doc ? Tu peux rentrer à la maison.


FINN : Alors, Derek et vous ? Vous êtes ensemble ?


MEREDITH : Derek…Derek et moi, nous sommes justes amis. Il est marié et moi je tricote un pull. Et, en fait je parle beaucoup en ce moment de ce que je fais ou de ce que je ne fais pas. Et, j’aimerai que quelqu’un puisse me dire de me taire mais, mais, c’est vrai pour l’instant, oui, on est amis. Il est marié et moi je tricote un pull. Voilà.


FINN : Alors, vous êtes seule ?


MEREDITH : Seule.


FINN : Je…Je me demandais si vous voudriez sortir avec moi ?


MEREDITH : Sortir. Avec vous.


FINN : Un rendez-vous, ce soir.


MEREDITH : Ce soir. Un rendez-vous.


FINN : Oui. Vous répétez tout ce que je dis pour que vous…vous ayez le temps de trouver un moyen de m’envoyer promener. Nan, je comprends.


MEREDITH : Non !


FINN : Nan, c’est bon, je comprends.


MEREDITH : Non, non, non, je…. Euh, vous savez vous êtes très…mais, si moi je l’étais alors, vous ne sortiriez pas…avec moi.


VOIX OFF (Meredith) : Et puis parfois, on ne comprend pas pourquoi on fait quand même certain sacrifice.


[INT SGH]


(Plans sur Burke, Richard et Bailey en train de regarder le tableau de prévisions des chirurgies)


BAILEY : Un autre jour, et encore une fois, je ne vois pas mon nom sur le tableau ! Chef ? Y’a-t-il une raison pour que mon nom ne soit pas sur le tableau ?


RICHARD, tapotant l’épaule de Bailey : C’est calme aujourd’hui. (Il s’en va)


BAILEY, à Burke : Il m’a tapé sur l’épaule ! Dites-moi, depuis quand je suis quelqu’un à qui on tape sur l’épaule ?


BURKE : Vous croyez qu’il vous materne ?


BAILEY : Quoi ? Pourquoi vous dites ça ?


(Burke va s’asseoir au bureau)


BURKE : Voulez-vous vous occuper de Denny Duquette pour moi aujourd’hui ?


BAILEY : Je suis tout à fait d’accord. Merci, docteur Burke.


BURKE : Merci.


(Bailey s’éloigne et Cristina arrive)


CRISTINA, à Burke : Je t’apporte un café.


BURKE : Oh, merci. C’est très sympa. (Puis il retourne à ses occupations ignorant le café de Cristina)


CRISTINA : Quoi ?


BURKE : Euh non rien. Je me traine aujourd’hui. J’ai couru trois bornes ce matin. O’malley et moi, on arrivé à en faire six tous les deux.


CRISTINA : Ah, Georges te manque.


BURKE : Non. Non, non, bien sûr que non.


CRISTINA : Alors, bois ton café.


BURKE : Non, non ça va aller, en fait j’attendais….


GEORGES, arrivant : Cappuccino !


BURKE, se levant de la chaise sur laquelle il était assis : Salut O’malley !


(Il se serre la main et se font une sorte d’accolade en se tapant les épaules)


GEORGES : Grande nouvelle ! Eugene Foot est ici. Il a des problèmes avec son pacemaker.


BURKE : Eugene Foot est ici, dans cet hôpital ?


GEORGES : Hum hum.


BURKE : Mais…..


CRISTINA : Qui est Eugene Foot ?


GEORGES : Le génie du violon ! Le héros de Burke ! Burke a été à San Francisco l’année dernière pour lui installer son pacemaker. Il a 40 albums de lui.


BURKE : 42 !


GEORGES : AH non, en fait, ça fait 43 avec la compil que vous avez acheté, il y a même un dvd !


BURKE : Oh oui, oui ! Tu viens pour son opération ?


GEORGES : Ouais ! Mais, je suis en neuro avec le docteur Sheperd.


BURKE : Oh !


(Georges s’éloigne en trottinant)


CRISTINA, à Burke : Euh, je suis partante. Coucou, je suis partante.
BURKE : Oh bien sûr. Oui, bien sûr.


CRISTINA : Burke, hier soir j’étais allongée sur toi, j’étais nue. Tu n’as donc aucune, aucune nostalgie de ce moment ?


(Cristina part à son tour)


(Plan sur Meredith et Alex en train de récupérer des dossiers)


MEREDITH : Je peux quand même pas sortir avec lui.


ALEX : Est-ce que je suis une nana à tes yeux ? Est-ce que je m’intéresse aux crèmes antifongiques ou aux peines de cœur ? Il est pas en taule, il se  drogues pas, il a pas découpé un de ces copains en petit morceaux. Si tu veux te le faire, vas-y.


(Cristina arrive)


MEREDITH : Pas me le faire ! Sortir avec lui ! Je ne veux plus me faire personne, je tricote !


CRISTINA : Je veux le dossier d’Eugene Foot. (Meredith lui tend) Oh euh…..De qui vous parlez ?


MEREDITH : C’est bizarre non ? C’est le vétérinaire de Derek, c’est le vétérinaire de Doc, c’est mon vétérinaire. C’est le docteur véto. C’est bizarre de sortir avec lui, non ?


CRISTINA : Il est vétérinaire ?


MEREDITH, hochant la tête pour dire oui.


CRISTINA : Il soigne les animaux ?


MEREDITH, hochant la tête pour dire oui.


CRISTINA : Rho non. Ne sort pas avec un véto, c’est même pas un médecin !


(Addison arrive un peu plus loin. Elle s’est renversé du café sur sa veste)


ADDISON, à elle-même : Rho c’est pas vrai ! Vraiment, quelle idiote ! Oh, j’avais bien besoin de ça ! Oh ça me fait marrer !


MEREDITH, assez loin d’Addison pour qu’elle n’entende pas : Ca n’a pas dû être si génial ce matin !
CRISTINA : Quoi ?


MEREDITH : Tu l’évites si elle te regarde !


ADDISON : J’ai besoin d’un interne tout de suite !


MEREDITH, partant travailler : Je suis avec Bailey.


CRISTINA, partant travailler : Je suis avec Burke


ADDISON : Karev !


ALEX : Je fais pas les vagins ! En tout cas, pas en tant que médecin.


ADDISON : Hein, très drôle ! Bah pour la peine, vous avez un dossier sur les bras !


(Plan sur Bailey et Meredith entrant dans la chambre de Denny)


BAILEY : Comment vous sentez vous ce matin Denny ?


DENNY : Super ! Je me sentirai encore mieux si vous me débranchiez, docteur !


BAILEY : Denny, je le ferai volontiers mais alors, votre cœur s’arrêterait de battre, le docteur Burke serait furieux et ça nous ferait une très mauvaise journée à tous les deux !


MEREDITH : Il est candidat pour l’appareillage cardiaque ?


DENNY, en montrant Meredith du doigt : Eh bah voilà ! C’est de ça que je parle, moi ! C’est beaucoup moins encombrant et ça marche !


(Izzie arrive et se tient sur le pas de la porte, tenant une tasse à la main. Elle écoute la conversation)


BAILEY : Bien ! Vous vous êtes renseigné, c’est ça ?


DENNY : Tout à fait !


IZZIE, intervenant dans la conversation : Je lui ai déjà dit qu’il n’était pas encore prêt.


BAILEY : Docteur Stevens, je ne vous ai pas envoyé en neuro aujourd’hui ?


IZZIE : Si j’y allais et je me suis arrêtée en chemin. Mais, vous pouvez lui parler de toutes les complications ?


MEREDITH : Vous risquez l’embolie gazeuse et la fibrillation.


IZZIE : Oui et les ondes peuvent se coincer sur leur trajet auquel cas on devra vous transférer d’urgence au bloc.


BAILEY : Docteur Stevens, à moins que le cœur de monsieur Duquette ne soit devenu un cerveau, vous n’êtes pas en train de faire votre travail !


IZZIE : J’y vais ! (A Denny) Surtout pas de bêtises, hein, d’accord ?


DENNY : Je fais ce que je veux aujourd’hui, femme !


(Izzie sort de la chambre. Bailey et Meredith se regardent s’interrogeant sur la scène à laquelle elles viennent d’assister)


(Plan sur la chambre d’Eugene Foot)
EUGENE : Je veux que vous le retiriez.


BURKE : Le retirer ? Monsieur Foot, votre cœur fonctionne beaucoup mieux depuis que nous avons mis le pacemaker. L’amélioration est notoire.


EUGENE : Vous connaissez ma musique docteur Burke ?


BURKE : Très bien, monsieur. Elle a changé ma vie.


EUGENE : Votre machine a changé mes battements de cœur, elle a changé mon rythme. Je ne peux plus jouer. C’est un sacrifice que je refuse de faire. Vous comprenez ?


CRISTINA : Euh… Mais, vous seriez prêt à sacrifier votre vie pour votre musique ?


EUGENE : Elles sont intimement liées.


BURKE : Avant de choisir la solution drastique, laissez-moi encore essayer un réglage du pacemaker. Juste un autre réglage monsieur Foot. Je vous en prie.


EUGENE : D’accord, je veux bien.


BURKE : Bien.


(Plan sur Addison rentrant dans la chambre d’un patiente, Rose Ward. Elle est accompagnée de son mari et de ses  six enfants)
ADDISON : Bonjour à tous !


ENFANTS : Bonjour madame !


ADDISON, à Rose : On attend vos résultats Comment vous vous sentez?


ROSE : Je me sens énorme ! Enorme comme une vache !


FILS : Comme une vache ?


ROSE : Maman est une vache qui a besoin de parler avec le docteur.


CHRIS, le mari de Rose, à ses enfants : Alors, qui veut une glace ?


ENFANTS : Moi ! Ouais super !


(Au moment où le mari et les enfants de Rose sortent de la chambre, Alex rentre)


ALEX : La NFS et le iono sont bons.


ADDISON : Rose?


ROSE : Hum... Je suis désolée. Je suis si fatiguée.


ADDISON : Eh bien, avec six enfants et 38 semaines de grossesse, une sainte serait fatiguée!


ROSE, les larmes aux yeux: Oui.  Je ne suis pas une sainte! (Elle s'essuie les yeux et se reprend) Ce bébé, Joseph, Dr Sheperd, il faut que ce soit le dernier. Je dois être la femme la plus fertile de la planète.


ADDISON : Si vous voulez que je vous donne d'autres moyens contraceptifs, je peux tout à fait....


ROSE, l'interrompant : Non. Ce que je veux, c'est que : aujourd'hui pendant la césarienne, vous me ligaturiez les trompes. Et, il ne faut surtout pas que mon mari apprenne que vous l'avez fait.


[Générique]


[INT. SGH.]


(Plan sur la chambre de Rose où se trouveny Addison et Alex)


ADDISON, à Rose : Rose, vous êtes une adulte! C'est votre mari, pas votre tuteur légal, il n'y a que vous pour le tenir au courant de vos actes.


ROSE : Non, si vous faisiez payer mon asusurance, il le verrai! Quelque soit la facture envoyé, il la verrai! J'ai mis de l'argent de côté et je peux vous payer en privé.


ADDISON : Vous me dites que vous voulez que je vous opère, sans le noter dans votre dossier?


ALEX, intervenant dans la conversation : Madame Ward, si vous êtes maltraité, il faut en parler à qui de droit.


ROSE : Oh! Chris,il est incapable de maltraité quelqu'un!


ALEX : Alors, si nous récupérons votre dossier médical , nous ne trouverons pas de multiples fractures,ou de...


ROSE, l'interrompant : Si vous étudiez mon dossier médical, vous trouverez trois accouchements par voies naturelles, trois césariennes, deux séjours à l'hôpital pour extrême fatigue et une pour déshydratation parce que j'étais tellement occupée à courir après tous mes enfants que j'en ai oublié de boire, ne serait-ce qu'une goutte pendant trois jours. Je crois que Dieu comprend ce que je traverse aujourd'hui. Et je crois que DIeu me pardonnera, mais Chris... Pour lui, la religion n'est pas un buffet où l'on peut choisir uniquement ce qu'on veut et laisser tout le reste. Et la pape est contre la contraception. Alors, j'ai besoin de votre aide.


ALEX : Vous n'avez pas besoin de notre aide. Votre mari ne vous maltraite pas, ne lui mentez pas et ne rendez pas le pape responsable.


(Plan sur Alex et Addison sortant de la chambre)


ADDISON : Dr Karev, je...


ALEX : Je veux pas vous vexez, mais je suis pas intéressé par l'obstétrique et la gynécologie Dr Sheperd. Alors, si vous voulez vous débarasser de moi, allez-y!


ADDISON : Dr Karev, je suis peut-être chirurgien-gynéco, mais je suis aussi chargée de cours en médecine foetale et également en génétique et je me dois d'ajouter que je suis parmi les chirurgiens néonataux les plus réputés de ce pays. Quand vous ferez mieux que ça, vous pourrez être insolent, mais en attendant vous allez faire votre travail et vous allez le faire bien, ce qui pour le moment vous obligera à la fermer jusqu'à ce que je vous donne la permission de l'ouvrir à nouveau! C'est compris? (Attendant une réponse d'Alex) C'est compris?


ALEX: Oh! Alors j'ai la permission de parler?


(Addison dépitée, tourne les talons)


(Plan sur Derek, Georges et Izzie entrant dans la chambre d'une patiente : Mme Graber. elle est allongée dans son lit et travaille sur un ordinateur portable)


DERK : Bonjour Mme graber!


MME GRABER : Oh! Vraiment? Bonjour?


DEREK : Hum!


MME GRABER : Vous ne m'avez pas laissé dormir pendant trois jours! En plus ce chapeau ridicule est particulièrement moche et je n'ai toujours pas eu d'attaques cérébrales! Mais bon , je vais accepter ce bonjour si ça vous fait plaisir!


DEREK: Madame est ici pour un repérage cérébral. Dr Stevens?


IZZIE: Repérage cérébral : c'est quand on localise la région cérébral d'où provienne les crises et qu'on l'enlève en préservant au mieux le tissu environnant.


DEREK : Excellent!


MME GRABER : Excellent, à part le fait que ça ne fontionne pas et  que je perds un temps précieux! A moins ... Aucun de vous ne cherche à sortir d'un mauvais mariage?


IZZIE et GEORGES: Non!


MME GRABER : Dr Sheperd?


DEREK : Oui. Non! Ca va, je vous remercie!


MME GRABER : C'est vrai ?


DEREK : Oui.


MME GRABER : Je suis une excellent avocate pour les divorces!


DEREK : Je vous crois volontier.


MME GRABER : Il y a eu un regard. Un regard entre ces deux là.


DEREK, se tournant vers Georges et Izzie : Un regard?


IZZIE : Non, y'a pas eu de regards!


GEORGES : Non.


MME GRABER : C'est quoi? Vous vous êtes mariés jeunes et vous n'avez plus rien en commun? Oh non,  ne me dites rien je sais, la conversation est toujours bonne mais le sexe s'est fait la malle?


(Plan sur Derek, Georges et Izzie discutant de la patiente dans le couloir)


IZZIE : La faire convulser? Comment fait-on convulser quelqu'un?


DEREK : Faites des recherches, soyez créatifs!


GEORGES : Mais, si toutes les méthodes classiques ont échoués, qu'est-ce qu'on peut trouver comme...


DEREK : Prenez un stromboscope, ennnivrez-la, pendez-la au plafond la tête en bas et frappez la avec une batte en plastique! Faites la convulser parce que sans ça je ne sais pas où opérer, et si je ne le sais pas, je ne peux pas me débarasser de cette femme qui a déjà fichu ma matinée en l'air!


(Il s'éloigne et Izzie se retient de rire)

 

(Plan sur Georges et Izzie en train de faire des recherches)


IZZIE : Je suis une fouine Georges! Une toute petite fouine! (Elle rit) Tu te rends compte? Très bien. J'aimerai juste savoir où tu habites.


GEORGES : Ecoute moi  ça, il y a un vieux jeu vidéo plusieurs fois cité et connu pour provoquer de statques si tu atteint le cinquante-troisième niveaux.


IZZIE : Notre avocate n'a sûrement jamais atteint le niveau cinquante-trois d'un jeu. Oh, Georges à propos? Où est-ce que tu habites?


GEORGES : Je travaille Dr Stevens!


IZZIE: Rho!!


GEORGES : J'ai pas le temps de bavasser!


(Callie arrive dans la pièce)


CALLIE : Bonjour Dr O'malley!


GEORGES : Oh! Bonjour Dr Torres!


(Callie s'approche du bureau de Georges)


CALLIE : Tu veux savoir?


(Callie et Georges font des messes basses)


GEORGES: Non?


CALLIE : Oui!


(Ils rient ensemble sous le regard agacé d'Izzie)


IZZIE : Dr O'malley, où en sont vos recherches?


(Plan sur la chambre d'Eugène Foot. Celui-ci est en train de jouer du violon)


EUGENE FOOT : Dites-moi?


BURKE : C'est un honneur de vous entendre!


EUGENE FOOT : Vous ne savez pas mentir! Je lis en vous. Il n'y a plus de cadence, il n'y a plus de rythmes. Cet homme n'a plus le droit de s'appeler Eugène Foot!


BURKE : Vous devez comprendre que quelques mois après la première intervention, un tissu cicatriciel s'est formé autour du pacemaker. L'enlever, n'est pas aussi simple que cela en a l'air.


EUGENE FOOT : J'ai pris un violon en main à l'âge de  6ans. C'était chez mon grand-père dans le grenier. Je ne savais même pas ce que c'était, mais je me rappelle l'avoir pris en main. Et je me rappelle... Je me rappelle avoir posé l'archet sur les cordes et avoir tiré. (Il éxécute le geste) Juste ça. Juste ce petit grincement délicieux et c'était tout, j'étais envouté. Vous vous rappelez un moment comme ça dans votre vie?


BURKE : Oui.


EUGENE FOOT : Cette intervention risque de me tuer, mais je sais que vous êtes le meilleur. Ce qui fait de vous ma meilleure chance de survie. J'aimerai que ce soit vous qui m'opériez, Dr Burke. Mais si vous refusez, je trouverai quelqu'un qui acceptera.


(Plan sur Burke et Cristina marchant dans les couloirs.)


BURKE : Il a raison.


CRISTINA  : Quoi? il ne peut plus jouer?


BURKE : Il ne peut plus jouer comme Eugène Foot.


CRISTINA : D'accord. Alors, euh, chirurgie?


BURKE : Il dit qu'il ira voir quelqu'un d'autre si je refuse. Je devrais le laisser faire.


CRISTINA : Pourquoi? Oh! Tu ne peux pas le laisser voir quelqu'un d'autre. Mais qu'est-ce que....  Ecoute. Si il s'agissait de toi? Si tu ne pouvais plus jamais être chirurgien? Ou que tu puisses en être un mais, mais pas un grand, juste un moyen. Il peut avoir son intervention ailleurs mais le chirurgier sera peut-être moyen.


(Plan sur la chambre de Denny. Meredit et Bailey sont avec lui dans sa chambre)


MEREDITH : ECG, écho, et scinti. Tout dans les limites de la normale.


BAILEY : Denny, dans ce cas, je ne vois pas pourquoi vous ne pourriez pas marcher.


DENNY : Quelle musique douce à mes oreilles Dr Bailey!


BAILEY : Bien. Avez-vous des questions?


DENNY: Non, c'est....


BAILEY : Nous pouvons repousser, ce n'est pas grave d'attendre quelques semaines. Si vous avez des questions, si vous êtes inquiets.


DENNY : J'ai une vingtaine de tubes qui sortent de mon corps, dont un qui va directement dans mon vous savez quoi. A un moment donné j'aimerai utiliser ce vous savez quoi pour autre chose que de faire pipi dans un sac comme par exemple faire pipi dans les toilettes!


BAILEY : Hum!


DENNY : C'est surtout que.... Izzie m'a donné un conseil médical et vous m'en donnez un différent. Et il se trouve que votre conseil et celui que je veux entendre.


MEREDITH : Oh, le Dr Bailey est au dessus du Dr Stevens. Il est donc normal de suivre le conseil du Dr Bailey!


BAILEY : Ce n'est pas ça qui l'inquiète Dr Grey! Ce qui l'inquiète c'est que le Dr Stevens puisse être d'une certaine façon blessée qu'il ai pris une autre décison. J'ai raison, n'est-ce pas?


DENNY : Non, non, pas du tout!


BAILEY : Parce que c'est moi qui serait inquiète si vous prenez une décision médicale fondée uniquement sur la façon dont pourrais réagir le Dr Stevens!


DENNY : Alors, dans ce cas, je décide de faire cette chose! On s'en fiche de cette blonde et néanmoins médecin!


BAILEY : Ca n'arrange rien Denny!


DENNY : Non?


MEREDITH et BAILEY : Non!


(Plan sur Meredith et Bailey sortant de la chambre)


BAILEY : Qu'est-ce qu'il y a entre Stevens et Denny? C'est un béguin, c'est un flirt innocent ou alors Stevens est en train de dépasser les limites?


MEREDITH : Je crois qu'elle l'aime bien. Je n'imagine pas qu'Izzie puisse faire ça!


BAILEY : Hum hum.... Je n'aurait pas imaginé que toi et Yang vous seriez assez stupides pour tomber amoureuse de vos titulaires, mais j'ai eu tord tu ne crois pas?


MEREDITH : En ce moment, je tricote. Et puis je pense que je vais accepter de sortir avec un vétérinaire.


BAILEY : Grey? Tu crois vraiment que ça m'intéresse?


MEREDITH : Non.


BAILEY : Bien. Peut-être que tu n'es pas si tupide après tout.


(Bailey s'éloigne laissant Meredith réfléchir)


(Plan sur Georges et Izzie dans la chambre de Mme Graber. Pour tenter de la faire convulser ils la placent à quelques centimètres d'un écran)


MME GRABER : Expliquez moi encore une fois comment vous pensez obtenir une résultat?


GEORGES : Avoir la télé aussi près peut rendre les tremblottements et les clignottements plus intense ce qui peut vous faire convulser.


MME GRABER : Normalement, j'ai pas le temps de regarder la télé mais, cette semaine j'ai décourvert Oprah Winfrey. Elle est connu dans mon métier pour ne s'être jamais marié avec ses petits-amis. Quelle sagesse! J'admire cette femme.


(Georges est assis dans le canapé de la chambre et Izzie va s'asseoir à côté de lui)


IZZIE : D'abord tu refuses de me dire où tu habites et maintenant, tu parles en langage codé avec Callie et je comprend rien! Depuis quand tu m'a mis sur la touche Georges?


GEORGES : T'es pas sur la touche.


IZZIE : Et en plus tu mens! Tu oses me mentir!


GEORGES : Tu deviens paranoiaque!


MME GRABER : J'ai un retour d'acide mais je ne convulse pas. Ca peut compter quand même?


(Plan sur Addison et Alex dans la chambre de Rose. Addison est en train de lui faire une échographie.)


ADDISON: Rose, vous avez sept enfants. C'est beaucoup! Vous êtes sûre que Chris ne pense pas comme vous?


ROSE : Quand on s'est marié on était tellement fauché que j'ai pris la pillule pendant quelques temps et Chris a cessé d'aller communier. Quand il fait ça, il pense qu'il.....


ALEX: Qu'il va aller en enfer? Que vous irez tous les deux en enfer?


ROSE : Vous savez pourquoi on a pas eu de bébés pendants 4ans? C'est parce qu'on s'est abstenu pendant trois ans! Vous imaginez comment s'est possible de ne pas faire l'amour avec votre mari?


ADDISON: Euh....La pillule....


ROSE : Je ne peux pas cacher la pillule, il la trouverai!


ALEX : Et s'il la trouve? De toute façon il ne divorcera pas, il ne croit pas du divorce!


ROSE, à Addison : Vous voyez la façon dont il me regarde là?


ADDISON : Le Dr Karev allait s'en aller!


ROSE : Non, mais, regardez le juste un instant. Ce regard qu'il a sur son visage, c'est le regard que mon mari aurait s'il savait ce dont nous avons parlé et je ne veux pas que mon mari me regarde comme ça. Et je ne veux plusa voir d'uatres bébés.


(Plan sur Christina et Meredith. Meredith est en train de manger une glace. Izzie arrive à ce moment là)


IZZIE : Je tiens à vous dire que je suis de votre côté aujourd'hui! Georges est nul.


CRISTINA : Burke n'est pas de ton avis. C'est son nouveau meilleur ami!


IZZIE : Je me demande si Burke sait où il habite! (A meredith) Comment va Denny? Bailey ne lui parle plus de l'appareillage cardiaque?


MEREDITH : A ce propos? Je croyais qu'Alex plasantait quand il disait que tu l'avais laissé tomber pour un patient! Tu l'as vraiment laissé tomber pour un patient?


IZZIE : Bien sûr que non!


MEREDITH: Parce que Denny est un patient. On ne peut pas tomber amoureuse d'un patient.


CRISTINA : Toi, celui qui te plait c'est un véto!


MEREDITH : En fait, j'envisage la possibilité de peut-être sortir avec un véto!


CRISTINA : C'ets tout ce que je dis!


(Cristina se lève et séloigne)


MEREDITH, à Izzie : Mais moi je dis que Bailey est sur le sxentier de la guerre à propose de Denny et toi alors, fais gaffe!


(Meredith se lève à sont tour et laisse Izzie perplexe).


(Plan sur le bloc opératoire où Addison, assisté du Dr Karev, est en train de pratiquer la césarienne sur Rose. On voit un bébé sortir en couveuse.)


ADDISON : Combien de compresses Dr Karev?


ALEX : Elles sont toutes là. Mais je vois que ça saigne ici.


ADDISON : C'est minime. Prenez ce bistouri et cautérisez.


ALEX : Ca y est.


ADDISON : Très bien. Il y a un saignement à côté de la trompe ici. Vous pouvez me passer le bistouri Dr Karev?


ALEX : Je vois aucun saignement anormal.


ADDISON : C'est vous le chirurgien?


ALEX, contrarié : Non.


ADDISON : Alors, donnez moi le bistouri. (Elle tend la main attendant le bistouri) Donnez moi le bistouri Dr Karev! (Il finit par le lui tendre)


(Plan sur la chambre de Rose. Addison prend le bébé de Rose dans les bras pour le lui présenter)


ADDISON, au bébé : Oh! Eh bonjour Joseph! Bienvenue sur cette planète!


(Elle s'asseoit sur le lit à côté de Rose après lui avoir donné son bébé)


ADDISON : Rose, avant que votre famille vienne vous voir, je voulais vous faire savoir qu'il y a eu une petite complication au cours de l'opération. Nous avons eu un saignement tout à fait innatendu qui a endommagé les deux trompes de fallope.


ROSE: Vous êtes en train de dire....


ADDISON : Vous ne pourrez plus avoir d'enfants.


ROSE : Merci Dr Sheperd.


ADDISON : Comme je vous le disais, il s'agit d'une complication.


ROSE: Je comprend.


(Plan sur Addison et Alex sortant de la chambre de Rose)


ALEX : Une complication? Vous appelez ça comme ça?


ADDISON : Oui, c'est ce que c'était!


ALEX : Vraiment? Alors dans ce cas, c'est la complication la plus étrange de toute l'histoire de l'obstétrique.


ADDISON : Elle est notre patiente. Notre devoir c'est de l'écouter elle et elle avant tout.


(Alex s'éloigne contrarié, laissant Addison en plan au milieu du couloir)


(Plan sur Meredith  courant pour attraper un ascenseur. Derek se trouve justement dans l'ascenseur.)


MEREDITH : Hey.


DEREK : Salut.


(Un sentiment de gène s'installe entre eux suite au coup de téléphone du matin)


MEREDITH : Tu as pris Doc?


DEREK : Oui. Il est à la maison.


MEREDITH : J'ai l'impression qu'il va beaucoup mieux.


DEREK : J'ai l'impresison aussi.


(Ils se mettente à rire)


MEREDITH : Oh, je ne me moque pas de toi!


DEREK : Non!


MEREDITH : Non! C'est que quand ça ne marche pas au lit ce n'est pas le genre de trucs que les épouses ont envie d'annoncé aux vilaines ex-maîtresses!


DEREK : TU n'es pas l'ex-maîtresse, tu es une amie! Elle est ton amie, je suis ton ami, nous sommes tous amis!


MEREDITH : Mais tu ne lui a rien dit?


DEREK, hochant la tête : Non.


MEREDITH : Oh.


DEREK, soupirant: Tu passes une bonne journée?


MEREDITH : Ouais, super.


DEREK : Bien.


MEREDITH : Oh, le véto m'a demandé si nous....


DEREK : Quoi? Qu'est-ce qu'il t'a demandé?


MEREDITH : Si on était ensemble.


DEREK : Hum hum.


MEREDITH : Et je lui ai dit la vérité.


(Derek regarde Meredith d'un air sceptique. Les portes de l'ascenseur s'ouvrent et Derek en  sort).


DEREK, en sortant : Bonne journée Meredith!


MEREDITH, en sortant à son tour : Toi aussi Derek!


(Ils partent dans les directions opposées)


(Plan sur la chambre de Mme Graber où Georges et Izzie essaient toujours de la faire convulser)


MME GRABER : Je ne peux plus boire une goutte d'expresso! C'est non! Non! non!


GEORGES : Mais, si vous pouvez! Vous êtes la meilleure spécialiste du divorce de Seatlle!


IZZIE : La meilleure!


GEORGES : C'est pas un expresso qui va vous faire peur?


IZZIE : Cul sec!


GEORGES : Cul sec!


IZZIE : Cul sec!


IZZIE et GEORGES : Cul sec! Cul sec! Cul sec!


(Mme Graber boit son expresso)


MME GRABER : Oh!


GEORGES et IZZIE : Oui !


(Georges et Izzie rient)


MME GRABER : Bon alors, la caféine pour la crise cardiaque. Et les beignets c'est pour quoi?


IZZIE : Ils sont là pour absorber une peu de café et empêcher de faire un trou dans votre estomac!


MME GRABER : Bien! Très bien! Excellente idée!


(Elle prend un beignet. Izzie et Georges sont installés sur le lit et mangent eux aussi des beignets.)


MME GRABER, savourant son beignet : Hum! Oh! Vous savez depuis combien de milliers d'années j'ai pas mangé un beignet? J'adore! J'adore! J'adore! J'adore les beignets!


GEORGES : Pourquoi vous en mangez pas alors?


MME GRABER : Je dois  rester au top de ma forme! Pas le temps de faire du sport, pas de féculents, pas de sucres, pas d'hypoglicémie au tribunal! (Croquant dans un beigent) Hum! Il est idiot ce tribunal! Il est stupide parce que j'adore les beignets!


(Ils rient tous les trois ensemble. Derek arrive et les surprend. Izzie et Georges se lévent aussitôt du lit!)


IZZIE, la bouche pleine de beignet et prenant le dossier de la patiente : Hum, vous faites beaucoup de progrès !


[EXT SGH]


(Plan sur la façade de l'hôpital)


[INT SGH]


(Plan sur la chambre de Denny où Bailey est en train de lire le dossier. Richard Webber entre dans la chambre)


DENNY : Bonjour chef! Vous venez pour me débrancher?


(Denny est assis sur son lit et Meredith l'aide)


RICHARD : Oui Denny, je n'attends que ça!


(Richard met ses lunettes et lit le dosser par dessus l'épaule de Bailey)


BAILEY : Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous chef?


RICHARD : Son ECG?


BAILEY : Normal, de même que son écho et sa scinti.


RICHARD : Sa perfusion?


BAILEY : Il est prêt chef!


RICHARD : Hum, ça me semble bien! Continuez.


BAILEY, légèrement agacée : Je vous remercie, monsieur.


(Plan sur Mme Graber en train de jouer à un jeu vidéo sous la surveillance de Georges et Izzie)


MME GRABER, en train de jouer : Crève! Crève! Oh oui! Oui! Niveau suivant! Je suis dans le niveau suivant! Génial! J'adore ça!


GEORGES : Bien! Continuez! Continuez! Continuez! VOus n'avez plus que douze niveaux avant d'atteindre le premier potentiel convulsif!


IZZIE : C'est marrant! Hein? Tu vois c'est marrant! C'est marrant comme quadn on s'amusait à la maison et que tu me disais des trucs comme l'endroit où tu vis!


GEORGES : Rho tu vas pas recommencer!


IZZIE : Je ne recommence rien! Je dis qu'on s'amusait, que tu t'amusais avec moi, ta meilleure copine.


GEORGES : Ecoute, on est plus au lycée. (Il mange une part de pizza)


IZZIE : Georges, je comprends rien, articule! Si t'as un truc à dire, dis-le!


GEORGES : La dernière fois que tu m'as donné ce conseil ça a super bien marché.


IZZIE : T'es fâché contre moi à cause de ce qu'il s'est pasé entre Meredith et toi?


GEORGES : Non. Oui!


(Plan sur le bloc opératoire où Burke, assisté de Cristina, est en train d'opérer Eugène Foot. Un morceau de violon passe dans le bloc)


BURKE : Oh! Il a enregistré ce morceau au Hollywood Ball il y a quelques années.


CRISTINA : Oh, c'est joli.


BURKE : C'est pas joli. C'est brillant.


(Plan sur Mr Ward, le mari de Rose, qui vient trouver le Dr Karev pour parler avec lui)


CHRIS WARD : Excusez-moi? Vous êtes un des médecins qui s'est occupé de ma femme? Rose Ward.


ALEX : Oui, c'est exact.


CHRIS WARD : Elle vient de me dire qu'il y a eu une complication avec la césarienne.


(Plan sur Izzie et Georges en train de se disputer dans la chambre de Mme Garber)


IZZIE : Je t'ai conseillé de lui dire ce que tu ressentais, pas de lui sauter dessus au plumard.


MME GARBER, observant la scène : Adultère?


GEORGES : Quoi que tu m'ai conseillé, pourquoi tu m'as envoyé vers elle? C'était pour m'humilier?


IZZIE : Non, je....


GEORGES : Si tu savais qu'elle ne m'aimait pas, pourquoi? Tu crois que c'ets un conseil d'amie ça?


(Plan sur Mr Ward, le mari de Rose, discutant avec Alex)


CHRIS WARD : Ca a été comme un choc. Quelqu'un dit qu'il y a une complication et tout d'un coup tout change.


(Plan sur la chambre de Denny. Bailey est en train de lui faire un examen quand il commence à avoir du mal à respirer.)


BAILEY : Quoi?


DENNY : Je peux plus respirer!


RICHARD: Vous êtes sûre que ses batteries ?


BAILEY : Oui, elles sont chargée, j'ai vérifié moi même.


MEREDITH : Il a des épisodes de TV!


RICHARD : Peut-être une embolie gazeuse?


BAILEY : Je m'en occupe!


(Plan sur le bloc opératoire où Burke, assisté de Cristina, est en train d'opérer Eugène Foot. Un morceau de violon passe dans le bloc)


BURKE: On a une tamponnade!


INFIRMIERE : La tension ne s'affiche pas.


BURKE : Continuez la transfusion de culot. Il a une perforation ventriculaire. Passez moi un fil. Cristina? Mets ta main à la place de la mienne. C'est ça!


CRISTINA : D'accord.


BURKE : Et maintiens le en vie!


(Plan sur Izzie et Georges en train de se disputer dans la chambre de Mme Garber)


IZZIE : Tu ne voulais pas l'entendre!


GEORGES : Mais, si je voulais!


MME GARBER : La mauvaise fois


IZZIE : Tu ne voulais pas l'entendre! Tu voulais continuer à l'aimer! Tu ne voulais pas l'entendre!!


(Plan sur la chambre de Denny.)


MEREDITH : On ne devrait pas intuber?


RICHARD : On va appeler le pneumo pour le faire.


(Plan sur Mr Ward, le mari de Rose, discutant avec Alex)


CHRIS WARD : Rose dit que c'est une bénédiction, que c'est la volonté de DIeu. Peut-être que oui?


ALEX : Peut-être que oui. C'est peut-être une bénédiction cette complication.


(Plan sur le bloc opératoire où Burke, assisté de Cristina, est en train d'opérer Eugène Foot. Un morceau de violon passe dans le bloc)


CRISTINA : Son coeur ne bat plus du tout!


BURKE : Continue de comprimer comme je le faisais.


INFIRMIERE : Il n'y a plus de signes vitaux. La pression est inexistante.


(Plan sur la chambre de Denny.)


RICHARD: Des sondes sont peut-être coincés, on doit l'emmener au bloc!


BAILEY : J'ai dis je m'en occupe!


RICHARD: Ca ne m'en a pas l'air!


BAILEY : Je m'en occupe!


(Plan sur Izzie et Georges en train de se disputer dans la chambre de Mme Garber)


IZZIE: C'est pas vrai!!! TU connaissais les risques! Tu savais qu'elle en aimait un autre!


MME GARBER : J'ai une sensation de....


IZZIE : Je ne dis pas qu'elle avair raison, non! Je ne dis pas qu'elle avait raison! Sûrement pas! Je dis juste que tu dois prendre tes responsabilités!


(Mme Garber se sent mal et s'effondre)


GEORGES: Quelles responsabilités?


IZZIE: Tu deviens ridicule!


GEORGES, voyant Mme Garber : Oh! Elle convulse! Appelle Sheperd!


(Plan sur Mr Ward, le mari de Rose, discutant avec Alex)


ALEX : Cette complication c'est peut-être Dieu qui vous permet denvoyer vos septs enfants à l'université.


CHRIS WARD : Qu'est-ce que vous dites?


ALEX : Trouvez-vous un avocat monsieur. (Il s'éloigne et laisse Mr Ward)


(Plan sur la chambre de Denny, il arrive mieux à respirer)


(Plan sur le bloc opératoire de Burke. Le morceau de vilon est finit est on entend que le bip plat du monitoring.)


BURKE : Heure du décès : 18h32.


(Plan sur la chambre de Denny. Meredith est en train de l'ausculter)


MEREDITH : Tout va très bien Denny.


DENNY : Remerciez le Dr Bailey pour moi. Je m'en suis chargé déjà  une fois mais ça mérite vraiment un double bravo!


MEREDITH, s'asseyant sur le lit : Je sais que je ne vous connait pas très bien.


DENNY : C'est d'Izzie que vous voulez me parler?


MEREDITH : Oui.


DENNY : Parce que vous désaprouvez?


MEREDITH : Non. Non. Non, non, je ne vous juge pas. Ca n'a aucun rapport avec une quelconque arrogance. L'arrogance n'a jamais fait partie de mon caractère. Mais, ce qui existe entre vous et Izzie, fait partie des interdictions sur les relations entre médecin et patient.


DENNY : Vous connaissez plutôt bien Izzie? Vous croyez que si j'allais la voir en lui disant : "tu sais notre relation ça va pas être bon pour ta carrière, il vaut mieux que tu ne viennes plus t'occuper de moi!" Vous croyez que ça aurait un effet quelconque? Je vais vous dire. J'ai été en bonne santé toute ma vie jusqu'à ce que ça s'arrête. Et au cours de l'année dernière, j'ai eu tout le temps, allongé dans mon lit, de réfléchir à ce que j'ai fait dans ma vie. Et mes plus beaux souvenirs? Eh bien, ce sont les choses que... que je n'aurai pas du faire et que j'ai faites quand même. Alors, voilà Meredith, la vie est mille fois trop courte pour ne pas enfreindre les interdictions.


(Meredith sourie)


(Plan sur Bailey qui parle avec Richard Webber devant les ascenseurs)


BAILEY, énervée : Puis-je savoir ce qui vous a motivé à sapper mon autorité devant mon patient et mon interne?


RICHARD : Je ne suis pas injuste avec vous Dr Bailey!


BAILEY : Oh mais bien sûr que si! j'ai eu un bébé et vous êtes injuste!


RICHARD : Oui, vous avez eu un bébé et vous manquez de sommeil.


BAILEY : Tous les médecins manquent de sommeil dans cet hôpital!


RICHARD : Vous revenez de votre congè maternité, je ne suis pas certain que vous soyez au mieux de vos capacités! Ce n'est pas une punition, ni même une critique. Je vous connais trop bien mais, c'est dans l'ordre des choses.


(Ils sont interrompus par une infirmière)


INFIRMIERE : Désolée de vous déranger chef, mais il y a quelqu'un qui demande à vous voir.


(On voit au plan arrière que la personne qui demande à voir le chef est Chris Ward, le mari de Rose, la patiente d'Addison)


RICHARD, à Bailey : Excusez-moi.


(Il laisse Bailey en plan, toujours aussi contrariée)


INFIRMIERE : C'est ce monsieur.


RICHARD : Bonjour monsieur. Que puis-je pour vous?


(Richard et Chris Ward continue leur conversation mais on ne peut distingué leur propos)


[EXT SGH]


(Plan sur Finn Dandridge, le vétérinaire, dans son cabinet. La porte s'ouvre et on entend le "ding" de la porte)


FINN, en se retournant pour voir qui entre : On est fermé.


MEREDITH, entrant et femrant la porte derrière elle : Bonsoir.


FINN : Je croyais que vous tricotiez un pull?


MEREDITH : C'est vrai. Mais si vous voulez toujours, je peux aussi sortir avec vous. (Finn ne répond pas) J'aurai du appeler. J'allais vous appeler.


FINN : Non, non, non, non. N'appelez pas. N'appelez jamais. Venez, même sans prévenir.


MEREDITH : D'accord.


FINN : D'accord. Mais, ce soir c'est que j'ai une mission à remplir, il faut que je file.


MEREDITH : J'adore les missions.


(Plan sur des écuries)


FINN : Ca ne devrait pas durer trop longtemps. Après, on pourra aller dîner.


MEREDITH : Après?


FINN : Après qu'elle est mis bas.


MEREDITH : La jument? Vous allez l'accoucher?


FINN : Oui!


MEREDITH : Aider cette jument à mettre bas, c'était ça votre mission?


FINN : Ouais. J'aurais du vous le dire avant mais, je ne voulais pas vous faire peur et vous renvoyez à votre tricot.


(La jument commence à s'agiter)


FINN : Elle est très inquiète. Vous pouvez attendre là? (Il rentre dans le box.)


MEREDITH : Pourquoi là?


FINN : Venez si vous voulez mais ça peut-être un peu salissant.


MEREDITH : Vous rigolez? Je veux vous aider à l'accoucher.


[INT SGH]


(Plan sur Addison arrivant à la rencontre de Richard Webber)


ADDISON : Richard, il faut que nous parlions d'Alex Karev. Je sais qu'il a du talent mais son attitude, à mon avis, devient absolument  innacceptable.


RiCHARD : Addison. Aujourd'hui, vous avez un problème autrement plus grave que Karev.


(On voit à l'arrière plan Mr Ward disucter avec un autre homme)


RICHARD : Mr Ward s'est entretenu avec notre avocat au sujet de l'opération de sa femme. J'ai lu votre dossier, j'ai lu les notes de l'infirmière. Alors, je vous demande de m'expliquer quelles genres de complications dans une césarienne peut conduire à la ligature des deux trompes de fallope?


(Addison reste sans voix)


(Plan sur la chambre de Mme Garber. Derek lui explique les résultats et Izzie et Georges sont à la porte observant la scène)


DEREK : La mauvaise nouvelle c'est que vous avez fait une crise de grand mal. La bonne nouvelle c'est que maintenant on sait d'où ça part dont on peut opérer.


MME GARBER : Non. En fait, j'ai décidé de renoncer à l'opération.


DEREK : Pardon?


MME GARBER : Je ne veux pas vous offenser mais les risques de la trépanation, tels que vous les avez décrits, ne sont pas vraiment engageants.


DEREK, s'asseyant sur le lit de la patiente : Oui, il y a des risques mais, il faut mettre en balance ces risques avec les effetes désastreux que vos crises ont sur votre vie.


MME GARBER : Sauf si c'est ma vie qui a un effet désastreux sur mes crises à répétitions. C'est comme vous et votre femme. Le problème c'est que ça ne marche pas au lit ou ça ne marche pas au lit parce qu'il y a d'autres problèmes?


DEREK : Euh... Je ne vais pas répondre à ça.


MME GARBER : Voilà où je veux en venir. jamais je ne me suis autant amusée de toute ma vie. Je n'ai pas d'amis, je n'ai pas de loisirs, je n'ai que le boulot, le boulot et mes crises. Et ce n'est pas une coïncidence si quand j'ai cessé de travailler, les crises ont disparus. Jusqu'à la dispute de vos internes.


DEREK : Je vais leur dire deux mots.


MME GARBER : Non. Non, vous ne comprenez pas. Voir des gens qui se disputent, ça fait une bonne quinzaine d'années que je ne fais que ça. Alors, je vais changer ma vie. Et si ça ne marche pas, je reviendrai ici et je vous laisserez m'opérer. D'accord?


DEREK : Oui, je suis d'accord.


(Ils sourient tous, satisfaits de ce qu'il vient de se passer)


[EXT SGH]


(Plan sur un petit poulain venant de naître)


FINN : C'est beau, non?


MEREDITH : Oui. C'est beau oui.


(Ils se regardent en souriant béatement)


[INT SGH]


(Plan sur la chambre de Rose. Elle tient son bébé dans ses bras. Addison entre dans la chambre)


ADDISON : Comment vous sentez-vous?


ROSE : Un peu endolori.


ADDISON : On le serait à moins.


(Addison se râcle la gorge)


ROSE : Je suis désolée d'avoir parler de la complication à Chris. Je vouslais qu'il sache que Joseph serait notre dernier pour qu'il en profite. Je ne savais pas qu'il allait faire ça.


ADDISON : Rose. J'ai besoin que vous disiez à votre mari que vous m'avez demandé de ligaturer vos trompes.


ROSE : Pour vous c'est une question d'assurance et vous n'aurez même pas à payer. Mais pour moi, c'est mon mariage qui est en jeu. C'est ma famille!


ADDISON : C'est ma carrière Rose! C'est ma réputation.


ROSE : Vous êtes la meilleure. On vient du fin fond du pays pour vous consultez et ça, ça ne changera pas. Je ne lui dirai rien.


(Addison agacée lui tourne le dos prête à partir)


ROSE : Dr Sheperd? Je suis navrée. Je vous suis extrêmement reconnaissante mais, je ne peux aps lui dire.


(Addison sort de la chambre)


(Plan sur Burke dans une chambre de garde mettant un CD d'Eugène Foot. Il s'asseoit par terre contre le lit et écoute la musique)


[EXT SGH]


(Plan sur Finn et Meredith de retour chez Finn après leur mission)


FINN : Est-ce que ça s'en va?


MEREDITH, tenant une paire de chaussures à la main : Non, pas exactement.


FINN : Désolé.


MEREDITH : Oh, ne le soyez pas. J'ai adoré cette soirée.


FINN : Ce n'était pas la soirée dont j'avais rêvé pour nous mais....Vous pourriez venir chez moi, je vous ferai la cuisine.


MEREDITH, surprise : Que je vienne chez vous?


FINN : Ben, vous voulez venir chez moi?


MEREDITH : Oui.  Non. Enfin, non, non, non je...J'en ai envie, mais en fait non.


FINN : Vous refusez.


MEREDITH : Non, j'ai envie (en bafouillant) mais enfin....Je... Non... j'en ai envie mais j'hésite.


FINN, s'asseyant sur un fauteuil de la salle d'attente de son cabinet : Bien. Alors voilà. Vous avez deux options. Vous pouvez venir chez moi, enlevez vos vêtements, les nettoyer, prendre une douche, m'emprunter une chemise et je fais la cuisine. Ca c'est l'option numéro un. La numéro deux: vous rentrez chez vous. Je pense que vous derviez choisir la numéro un parce que ça voudrait dire que vous seriez nue dans mon appartement mais, ce n'est que mon choix.


MEREDITH : Je veux que vous sachiez qu'il n'y a absolument rien que vous puissiez dire qui me ferai monter dans votre chambre. Je suis choquée que vous envisagiez que je puisse monter avec vous dans votre chambre. Sachez que je suis célibataire alors,....


FINN : Taisez-vous.


MEREDITH : Il n'est pas question que je fasse l'amour avec vous. Vous comprenez?


FINN : Si vous choisissez la numéro un, je ne ferai pas l'amour avec vous croyez moi.


MEREDITH : Vraiment?


FINN : Je vous le promet. Je vous embrasserai même pas.


MEREDITH : Pourquoi?


FINN : Meredith?


MEREDITH : Quoi?


FINN : Choisissez la numéro un!


[INT SGH]


(Plan sur la chambre de Mme Garber qui fait ses valises)


VOIX OFF (Meredith) : Un homme sage a dit un jour : "on peut tou obtenir dans la vie si on est prêt à tout sacrifier pour l'avoir"


(Georges entre dans la chambre de Mme Garber)


GEORGES : J'espère que ça va marcher. Le fait de changer votre vie.


MME GARBER : Moi aussi!


GEORGES, sortant de la chambre : Ouais.


MME GARBER : Hey Georges. Il y a au moins une chose dont je suis sûre dans l'existence c'est que lorsque les gens se disputent comme Izzie et vous, c'est qu'en fait ils s'aiment.  Elle a besoin de retrouver son ami.


VOIX OFF (Meredith) : Il voulait dire qu'on a rien sasn rien.


(Plan sur Addison. Elle prend les escaliers et croise Alex)


ALEX : L'enfer est pavé de bonnes intentions.


VOIX OFF (Meredith) : Alors, avant de se lancer dans la bataille, il faut savoir ce qu'on est prêt à perdre.


ADDISON : Dr Karev? Vous avez fait un tellement bon boulot aujourd'hui, que je vais demander au Dr Bailey qu'elle vous affecte à mon service.


ALEX : Quoi? Combien de temps?

ADDISON : Autant de temps que je le voudrais. Vous allez être à moi jusqu'à ce que j'en décide autrement. Félicitations!


(Plan sur Izzie dans la chambre de Denny. Il est debout grâce à l'appareillage cardiaque)


IZZIE, inquiète : Ca y est tu l'as?


DENNY : Oui, oui ça y est!


IZZIE : Et tu te sens bien?


DENNY : Tu plaisantes? Ca va super! Regardes moi ça! De jolies batteries, des fils de couleurs derniers cris : tous les patients voués à l'appareillage cardiaque portent ça de nos jours!


IZZIE : Ah oui? Moi ça me semblait passer de mode!


(Denny s'avance et prend Izzie dans ses bras)


IZZIE : Tu es grand!


DENNY : Ouais, je sais.


(Bailey est sur le point d'entrer dans la chambre mais se ravise en voyant la scène)


VOIX OFF (Meredith) : Trop souvent, courir après ce qui nous fait plaisir signifie abandonner ce qui est juste à nos yeux.


(Plan sur Burke allongé dans un lit en chambre de garde. Cristina s'asseoit à côté de lui)


CRISTINA : Tu as fait tout ce que tu as pu.


BURKE : Il y avait une interview qu'Eugène a donné. Je l'ai mise de côté. Je l'ai collé sur mon miroir de ma salle de bain. Il disait que, qu'il n'était pas le plus talentueux des étudiants de son écolde de musique mais que ce qu'il lui manquait en facilité naturelle, il l'avait compensé par de la discipline. Il pratiquait son instrument sans jamais s'interrompre. Il ne s'arrêtait pas de pratiquer. Je n'ai pas été comme toi. J'ai pas été  l'étudiant le plus talentueux à l'université, j'étais pas le plus brillant. Mais j'étais le meilleur.


(Cristina pose sa tête sur le torse de Burke)


CRISTINA : Tu t'entrainais?


BURKE : Oui, je m'entrainais.


VOIX OFF (Meredith) : Et s'ouvrir à quelqu'un, c'est accepter de faire tomber ses propres murailles.


[EXT SGH]


(Plan sur le cabinet de Finn. Derek aattend derrière la porte du cabinet tenant Doc dans les bras. Finn vient lui ouvrir.)


DEREK : Quand je suis rentré, je l'ai trouvé sans énergie et il avait rien mangé.


FINN, prenant Doc dans les bras : Je vais jeter un oeil.


(Derek ferme la porte. Finn emmeène Doc dans une salle de consultation. Meredith à ce moment là descend les escaliers et voit Derek.  Elle a les cheveux mouillé et porte un t-shirt appartenant à Finn.)


VOIX OFF (Meredith) :  Bien entendu, les sacrifices les plus durs sont ceux qu'on ne voit pas venir.


MEREDITH : Salut.


DEREK, séchement : Salut.


MEREDITH : Il est encore malade?


DEREK : Oui.


(Plan sur la maison de Meredith. Georges est là. Izzie est dans la cuisine mangeant un cookies.)


IZZIE : Georges?


GEORGES, entre suivit de Callie : Salut.


IZZIE : Oh! Bonsoir.


CALLIE : Bonsoir.


GEORGES, prenant des bières dans le frigo.  : On a passé la nuit chez Callie hier. Alors, on a eu envie de dormir ici cette nuit.


IZZIE : Ca veut dire que tu reviens ou c'est  juste, juste pour cette nuit?


GEORGES, assit à la table avec Callie : Callie est là pour la nuit et moi, je sais pas. C'est ma chambre tu sais. Je paie le loyer.


IZZIE : Bienvenue à la maison.


VOIX OFF (Meredith) :  Quand on a pas le temps d'établir une stratégie, de choisir son camp, ou d'évaluer les pertes éventuelles....


(Plan sur Derek entrant dans la caravane. Addison est assise sur le lit)


ADDISON : Tu ne croiras jamais la journée que j'ai eue! Je me suis laissée aller à faire exactement ce qu'une patiente voulait que je fasse tout ça pour que àa m'explose en pleine figure! Procès, menaces, Richard est furibard et ne me parle surtout pas d'Alex Karev!


DEREK : Viens dans la douche!


ADDISON : Quoi.


DEREK, se déshabillant : Viens dans la douche avec moi!


ADDISON : Rho! Chéri c'est une très petite douche! Je....


DEREK : T'as envie de faire l'amour?


ADDISON : Oh Merci!


VOIX OFF (Meredith) : Quand cela arrive, quand on doit faire face et qu'il n'y a pas d'alternatives, c'est là que le sacrifice peut devenir insuportable.


[générique de fin]

(Hospital basement)

MVO: The key to being a successful intern is what we give up. Sleep, friends, a normal life. We sacrifice it all for that one amazing moment. That moment when you can legally call yourself a surgeon.

(Callie and George come out from underneath the blankets, obviously just having finished having sex.)

Callie: Thank you. Oh, thank you, thank you, thank you.

(Derek and Addison's trailer. They are lying in bed looking disgusted.)

Addison: Thanks.

MVO: There are days that make the sacrifices seem worthwhile.

Derek (Laughing): Oh, my God. You're thanking my for the most boring sex ever?

Addison: I didn't know what else to say. I mean, you did your best.

Derek: Oh, great. Thanks. You too. It's really nice work.

Addison: We used to be really good at this, didn't we?

Derek: We're going to do this until we get it right. (They butt heads) Ow! Jeez!

(The phone rings.)

Addison: Perfect. Ow.

Derek: That's the hospital. Hello? Hi. No, no, no, no, no. It's about Doc. Yeah. No, I'm here. Yeah, I can pick him up this morning. Sure. Bye. No. Come on.

(Addison takes the phone from Derek.)

Addison: Dr. Dandridge. Dr. Dandridge. I...We're gonna have to call you back. We're trying really hard to have some decent sex here.

(Screen switches to show Meredith on the phone.)

Addison: Come on. What's so funny?

(Meredith is at the vet, she hangs up without saying anything.)

MVO: And then there are the days where everything feels like a sacrifice.

(Finn enters the room with Doc.)

Finn: Everything ok?

Meredith: Yeah. Everything's great. Hey, Doc. You look good. He looks good.

Finn: It may just be a virus. But I'd like to wait until we get the blood tests and the x-ray results back before I say anything for sure.

Meredith: So he can go home today? Cause Derek says he can pick him up.

Finn: He can go home.

Meredith: You hear that, Doc? You can go home.

Finn: So you and Derek, uh...you're together?

Meredith: Uh...Uh, Derek and I are, um, just friends. He's married and I'm knitting a sweater. And, uh, well, I guess I'm rambling, which I tend to do a lot of lately, and I wish somebody would just tell me to shut up. But my point is...yeah, we're...uh...He's married and I'm knitting a sweater.

Finn: So you're single?

Meredith: Single.

Finn: I ask because I was wondering if you'd like to go out with me.

Meredith: Out. With you.

Finn: On a date. Tonight.

Meredith: A date. Tonight.

Finn: And you're repeating everything I say so that you can buy yourself some time and figure out how, a way to let me down easy. It's ok. I get it.

Meredith: No. No. I...I...um...you know, you're very...it's just that if I were, you would...not dating.

MVO: And then there are the sacrifices that you can't even figure out why you're making.

(Richard, Burke and Bailey are standing in front of the OR board.)

Bailey: Another day, and once again I don't see my name on the board. Chief, any reason my name isn't on the board?

(Richard pats her on the back)

Richard: Slow day.

(Richard walks away.)

Bailey: He just patted me on the back. Tell me, when did I become a person who gets patted on the back?

Burke: You think he's mommy tracking you?

Bailey: What...what have you heard?

Burke: How about you handle Denny Duquette for me today?

Bailey: Absolutely. Thank you, Dr. Burke.

(Bailey walks away and Cristina walks up.)

Cristina: I brought you a coffee.

Burke: Oh, thanks. Uh, very thoughtful.

Cristina: What?

Burke: Nothing. I'm just dragging a little. I only did two miles this morning. O'Malley and I were up to six, we pushed each other.

Cristina: Oh, you're missing George.

Burke: No. No, of course not.

Cristina: Drink your coffee.

Burke: No, that's all right. Actually, I'm waiting on...

(George walks up)

George: Cappuccino.

Burke: Hey, O'Malley.

George: Big news. Eugene Foote is here. He's having problems with his pacemaker.

Burke: Eugene Foote is here? What? In this hospital?

George: Uh-huh.

Cristina: Who's Eugene Foote?

George: Genius violinist? Burke's hero? Burke flew down to San Francisco last year, to put in his pacemaker. Burke has like 40 of his albums.

Burke: No. Um, 42.

George: Actually, 43. Because you just got the greatest hits. You know, the one with the DVD.

Burke: Oh! Right. You want in on Foote?

George: Yes. But, uh, I'm on neuro today with Dr. Shepherd.

Burke: Ok.

George: Eugene...

(George runs off)

Cristina: I want in. Hello. I want in.

Burke: Hmm? Oh. Sure. Yeah, right.

Cristina: Burke? Um, I laid on top of you naked last night. So why don't you wax nostalgic about that?

(Meredith and Alex are standing at the nurse's station.)

Meredith: Obviously, I can't go out with him, right?

Alex: Do I look like a chick to you? Do I look like I care about yeast cream or tingling feelings? I mean, he's not in jail or on drugs or keeping body parts in his basement. You want to do him, do him.

(Cristina walks up)

Meredith: Not do him. Date him. I'm not doing anybody. I'm knitting.

Cristina: I need Eugene Foote's chart. Oh! Who are we talking about?

Meredith: It's weird, right? I mean, he's Derek's vet. He's Doc's vet. He's my vet. He's McVet. It's weird to date him, right?

Cristina: Wait, did you say vet?

Meredith: Mm-hmm.

Cristina: Like animals? Oh, you can't date a vet. He's not even a real doctor.

(Addison walks up.)

Addison: Damn it! Sex. Hot sex. Need that! Ha-ha, very funny.

Meredith: Mustn't have gone so well this morning.

Cristina: What?

Meredith: Just run if she looks at you.

Addison: I need an intern. Now.

Meredith: I'm with Bailey.

Cristina: I'm with Burke.

Addison: Karev.

Alex: I don't do vagina. Not as a doctor anyway.

Addison: Oh. Back talk. You know what? You just bought yourself a case.

(Meredith and Bailey enter Denny's room)

Bailey: How you feeling this morning, Denny.

Denny: Great. Be even greater if you'd get me off this machine.

Bailey: Denny, you know I would, but then your heart would stop beating, and Dr. Burke would yell at me and that'd make for a very bad day for both of us.

Meredith: Is he a candidate for the portable LVAD?

Denny: Now, see? That's what I'm talking about. Half the size, twice the fun.

(Izzie enters)

Bailey: Ah, you've been doing your research, huh?

Denny: I have.

Izzie: I've already told him, he's not ready for it yet.

Bailey: Dr. Stevens, didn't I assign you to neuro this morning?

Izzie: Yeah. I was...I'm on my way. But could you tell him about the complications?

Meredith: You'd be risking air embolus, v-fib.

Izzie: Yeah and the tubing could kink inside of your body, in which case, we'd have to rush you to emergency surgery.

Bailey: Dr. Stevens, unless Mr. Duquette's heart has suddenly grown a brain, you are currently not doing your job.

Izzie: I'm going. (To Denny) Just don't be stupid, ok?

Denny: You're not the boss of me today, woman.

(Eugene Foote's room)

Eugene: I want you to take it out.

Burke: Take it out? But Mr. Foote, your heart function has improved exponentially since we put the pacemaker in. The setting is working well.

Eugene: You know my music, Dr. Burke.

Burke: Very well, sir. Changed my life.

Eugene: Well, your contraption has changed my heartbeat. It changed my rhythm. I can't play. And that's a sacrifice I am unwilling to make.

Cristina: But you'd be willing to sacrifice your life for your music?

Eugene: They're one and the same.

Burke: Before we do anything drastic, just let me try one more setting on the pacemaker. Listen, one more setting, Mr. Foote. Please.

Eugene: Ok, sure.

(Addison enters the room of Mr. and Mrs. Ward.)

Addison: Hello, Wards.

Kids: Hi.

Addison: We're just waiting on your labs. How you feeling?

Rose: I'm feeling large. Large and cow-like.

Child: Cow?

Rose: Mommy is a cow who needs a quiet talk with the doctor.

Mr. Ward: Hey, guys. Who wants ice cream?

Kids: Me! Me!

(Alex enters the room as Mr. Ward and the kids leave)

Alex: CBC and CHEM-7 look fine.

Addison: Rose?

Rose: I'm sorry. I'm so tired.

Addison: Oh, Rose, well, you know, six kids, 38 weeks pregnant. A saint would be tired.

Rose: Well...I'm no saint. This baby, Joseph...Dr. Shepherd, I need him to be my last. And I really seem to be the most fertile woman on the planet.

Addison: Well, if you're interested in alternative forms of birth control...

Rose: No. What I mean is...today, during the C-section, I need you to tie my tubes. And I need you to do it without my husband ever knowing.

Addison: Rose, you're an adult. He's your husband, not your legal guardian. Telling him would be entirely up to you.

Rose: No, if you charged my insurance he would see it. Any bill you sent, he would see it. I've been saving for this and I can pay you privately.

Addison: So you're saying you want me to do the surgery and leave no record of it?

Alex: Mrs. Ward, if you're being abused, there are people you can talk to.

Rose: Oh, Chris is...He's the opposite of abusive.

Alex: So, if we pull up your medical records we're not gonna find a bunch of old broken bones or...

Rose: If you pull up my medical records, you'll find three natural child births, three C-sections, two hospital stays for exhaustion, and one for dehydration because I was so busy chasing my kids around I forgot to take a sip of water for three days. I think God understands what I'm going through. And I think God will forgive me. But Chris...For him, religion isn't like a buffet table where you get to choose what you want to take and leave the rest. And the Pope says no to birth control, so...I need your help.

Alex: You don't need our help. Your husband's not abusing you. And you don't get to lie to him and blame it on the Pope.

(Outside Rose's room)

Addison: Dr. Karev.

Alex: No offense, but I have no interest in obstetrics or gynecology, Dr. Shepherd. So if you want to throw me off the case, feel free.

Addison: Dr. Karev, I may be a board certified OB/GYN but I also have fellowships in maternal fetal medicine and medical genetics and I'm one of the foremost neonatal surgeons in this country. When you can top that, you can mouth off. Until then, you will do your job and you will do it right, which at this point in time means you keep your mouth shut unless I give you permission to open it. Understood? Understood?

Alex: Oh, are you giving me permission now?

(Derek, George and Izzie enter Ms. Graber's room.)

Derek: Good morning, Ms. Graber.

Ms. Graber: Oh, really? "Good morning?" You haven't let me sleep in three nights.

Derek: Hmm.

Ms. Graber: And this ridiculous hat is destroying my self esteem and I still haven't had a seizure. But, ok, sure, we'll go with "Good morning" if it makes you feel better about yourself.

Derek: Ms. Graber is here for brain mapping. Dr. Stevens?

Izzie: Brain mapping, um it's where you locate the area of the brain where the seizures originate and surgically remove it with minimal damage to the surrounding tissue.

Derek: Excellent.

Ms. Graber: Excellent, except for the fact that it's not working, and I'm losing billable hours. Unless any of you are looking to get out of a bad marriage?

(Derek, George and Izzie have looks on their faces.)

George and Izzie: No.

Ms. Graber: Dr. Shepherd?

Derek: Yes. No. I'm fine, thank you.

Ms. Graber: Really?

Derek: Yes.

Ms. Graber: Cause I'm an excellent divorce attorney.

Derek: I'm sure you are.

Ms. Graber: And there was a look. Between these two.

Derek: A look?

Izzie: No. No look.

Ms. Graber: What is it? You married young and now you have nothing in common? Oh, no, don't tell me. I know. The conversation is still good but the sex has gone to pot.

(Outside Ms. Graber's room.)

Izzie: Make her seize? How do we make someone have a seizure?

Derek: Do your research. Get creative.

George: Well, if all the normal methods have failed, then...what are we supposed to do?

Derek: Use a strobe light. Get her drunk. Hang her from the ceiling upside down and hit with a Wiffle Ball bat for all I care. Ok? Just make her seize. Because until she seizes, I don't know where to operate. And if I don't know where to operate, I can't get this woman out of my life. And this woman is not how I like to start my mornings.

(George and Izzie are sitting a computers, researching.)

Izzie: I'm just curious, George. Curious George. Get it? Never mind. All I'm asking is where you live.

George: Listen to this, there's an old school arcade game that's been know to induce seizures if you reach level 53.

Izzie: Our divorce lawyer is so not playing an arcade game for 53 levels. Oh, George, by the way, um, where do you live?

George: I'm busy doctoring, Dr. Stevens. No time for chitchat.

(Callie enters)

Callie: Morning, Dr. O'Malley.

George: Uh...morning, Dr. Torres.

Callie: Hmm. So, guess what.

(They begin talking and laughing in hushed tones, while Izzie looks on.)

Izzie: Dr. O'Malley, how's all the doctoring going?

(Eugene is playing his violin, Burke is watching on)

Eugene: You tell me.

Burke: It's an honor to hear you play.

Eugene: Too good a man to lie. I'll read your mind: his timing is off. His rhythm is off. This man has no business calling himself Eugene Foote.

Burke: You understand, sir, that in the months since the initial surgery, scar tissue has formed around the pacemaker. Removing it is not nearly as simple as it sounds.

Eugene: I picked up the violin at six years old. It was in my grandfather's attic. I didn't even know what it was. But I remember picking it up. That moment. I remember putting the bow to the strings and pulling. Just that. Just that screechy little chirp. And that was it. I was hooked. You remember a moment like that in your life? I know this surgery could kill me. I also know you're the best, which makes you my best shot of survival. I'd like you to be the one to operate, Dr. Burke. But if you won't, I'll find someone who will.

(Burke and Cristina are walking down stairs in the hospital.)

Burke: He's right.

Cristina: What? He can't play?

Burke: He can't play like Eugene Foote.

Cristina: Ok. So, uh, surgery?

Burke: He says he will go somewhere else if I refuse. I might let him.

Cristina: Why? Oh, you can't let him go somewhere else. What are you...? Ok, what if it were you? What if you couldn't be a surgeon anymore? Or...Or you could still be one, but...but not a great one. Just average. He can get his surgery somewhere else. But that surgeon might be average.

(Meredith and Bailey are in Denny's room.)

Meredith: EKG, ECHO, and nuclear all within normal limits.

Bailey: Denny, in that case, I see no reason why you can't be up walking.

Denny: Music to my ears, Dr. Bailey.

Bailey: Good. So, you have any questions?

Denny: No. It's...

Bailey: We can put it off. No harm in waiting a few weeks if you have questions. If you're worried.

Denny: I've got 20 tubes coming out of my body, one of which goes directly into my you-know-what. At some point I'd like to use that you-know-what for something besides peeing into a bag. Like, for instance, peeing into a toilet. It's just...Izzie gave me medical advice. You're giving me different advice. It just so happens that yours is the advice I want to hear.

Meredith: Well, Dr. Bailey outranks Dr. Stevens. So, it's safe to say Dr. Bailey's advice is the one to follow. (Meredith gives Denny a "shut up" look.)

Bailey: That's not what he's worried about, Dr. Grey. He's worried that Dr. Stevens might get her ego bruised and her feelings hurt, am I right?

Denny: (glances at Meredith) No, no. Definitely no.

Bailey: Because, it would concern me if you were making medical decisions based on how our Dr. Stevens might feel about it.

Denny: Well, in that case, I say we do this thing. Screw that dizzy blonde doctor girl.

Bailey: That's not helping, Denny.

Denny: No?

Meredith and Bailey: No.

(Outside Denny's room)

Bailey: What's going on between Stevens and Denny? Is it a crush? Is it an innocent flirtation? Or is Stevens actually crossing the line?

Meredith: I know she likes him. I can't imagine Izzie would do that.

Bailey: Uh-huh. I couldn't imagine you and Yang would be stupid enough to fall for your attendings, but I was wrong about that, wasn't I?

Meredith: I'm knitting these days. Plus, I'm thinking about accepting a date with a veterinarian.

Bailey: Grey. Do you actually believe I care?

Meredith: No.

Bailey: Good. Maybe you're not so stupid after all.

(George and Izzie are in Ms. Graber's room.)

Ms. Graber: Explain to me one more time exactly what this is supposed to do.

George: Having the TV this close makes the flickering and flashing bigger and more intense, which can cause seizures.

Ms. Graber: Oh. Normally I don't have time to watch TV, but this week I've discovered Oprah. You know, she's famous in my business for never marrying that boyfriend of hers. Wise, wise woman.

(George and Izzie sit on a couch in the room while Ms. Graber watches the TV.)

Izzie: So, first you won't tell me where you live and now I'm on the outside of your inside jokes, with Callie. When did I end up on the outside, George?

George: You're not on the outside.

Izzie: Ok, now you're lying. To my face.

George: You're being paranoid.

Ms. Graber: Well, I'm not seizing. But I am having an acid flashback. Does that count?

(Addison and Alex are in Rose Wade's room.)

Addison: Rose...Seven kids...it's a lot. Are you sure that Chris isn't feeling the same way? When we were first married, we were so broke that I went on the pill, for a while. And Chris stopped taking Communion. When he does that, he thinks he's...

Alex: Thinks he's going to hell. He thinks you're both going to hell.

Rose: The reason we haven't had a baby in four years is because we abstained for three. Now can you imagine not being able to make love to your husband?

Addison: Um...the, uh...pill...

Rose: I can't hide the pill. He would find out.

Alex: If he found out, what? I mean, he won't divorce you. He doesn't believe in that.

Rose: Do you see the way he's looking at me, right now?

Addison: Dr. Karev was just leaving.

Rose: No, no, no. Just...just look at him for a minute. That look he has on his face, that's how my husband would look at me if he knew about any of this. And I can't have my husband look at me like that. And I can't have any more babies.

(Izzie, Cristina and Meredith are sitting around a nurse's station.)

Izzie: For the record? I am on your side today. George sucks.

Cristina: Hmm. Burke doesn't think so. He's his new best friend.

Izzie: I wonder if Burke knows where he lives. How's Denny doing? Bailey's not caving in on the LVAD thing, is she?

Meredith: About that...I thought Alex was kidding when he said you dumped him for a heart patient. Did you really dump him for a heart patient?

Izzie: Of course not.

Meredith: Because Denny's a patient. We can't fall for our patients.

Cristina: You're falling for a vet.

Meredith: I'm considering the possibility of maybe having a date with a vet.

Cristina: That's all I'm saying.

Meredith: My point is, Bailey's on the warpath about you and Denny. So just be careful.

(OR, Rose's baby has just been delivered.)

Addison: How's the sponge count, Dr. Karev?

Alex: There all accounted for, but I see a bleeder here.

Addison: It's small. Get the Bovie and cauterize it.

Alex: I got it.

Addison: That's good. Uh, there's a little bleeding near the tube here. Can you hand me the Bovie, Dr. Karev?

Alex: I don't see any abnormal bleeding.

Addison: Are you the surgeon here?

Alex: No.

Addison: Then give me the Bovie. Give me the Bovie, Dr. Karev.

(Rose's room, Addison and Alex are there)

Addison: Hey there, Joseph. Welcome to the world. Rose, before we bring your family in to see you, I wanted to let you know that there was a complication with your surgery. We had some unexpected bleeding that caused damage to both fallopian tubes.

Rose: So you're saying...?

Addison: You won't be able to have any more children.

Rose: Thank you, Dr. Shepherd.

Addison: As I said, it was...a complication.

Rose: I understand.

(Alex and Addison leave the room.)

Alex: A complication? That's what you're calling it?

Addison: That's what it was.

Alex: Really? Cause in that case, it's one of the most bizarre obstetric complications in history.

Addison: She is our patient. Our obligation is to her and her only.

(Meredith enters the elevator where Derek is.)

Meredith: Hey.

Derek: Well, hey.

Meredith: Uh, you picked up Doc?

Derek: Yeah. He's home.

Meredith: He seems to be doing much better.

Derek: He seems to be doing good.

Meredith: (Laughing) I'm not laughing at you.

Derek: No.

Meredith: No, it's just, you know, bad sex isn't really something that wives want announced to the dirty ex-mistress.

Derek: You're not the dirty ex-mistress. You're her friend. She's your friend. I'm your friend. We're all...friends.

Meredith: But you didn't tell her.

Derek: No. How's your day going?

Meredith: Great.

Derek: Good.

Meredith: The vet asked me if we...

Derek: What? What did he ask you?

Meredith: If we were together.

Derek: Uh-huh.

Meredith: And I set him straight.

(The elevator opens)

Derek: Good day, Meredith.

Meredith: You too, Derek.

(Ms. Graber's room.)

Ms. Graber: I'm not drinking another shot of espresso. I can't.

George: You can. You're the best divorce attorney in Seattle.

Izzie: The best.

George: You can kick that espresso shot's ass.

Izzie: Kick it.

George: Kick it.

Both: Kick it, kick! Yeah!

Ms. Graber: Whoa, whoa, whoa! Ok, good. So, caffeine's for seizures. What's the doughnuts for?

Izzie: They are to absorb some of the coffee so it doesn't burn a hole through your stomach.

Ms. Graber: Good. Ok, good idea. Mm. Oh. Do you know how long it has been since I have had a doughnut? I really, really, really, really, really like doughnuts.

George: Well then, why don't you eat them?

Ms. Graber: Got to stay on top of my game. No time for exercise. No carbs. No sugar. Can't have a sugar crash in court. You know, stupid court. Court is stupid because I love doughnuts.

(Derek enters)

Izzie: You're making really good progress.

(Bailey and Meredith are in Denny's room. Richard enters.)

Denny: Hey there, Chief. You here for my big moment?

Richard: Yeah, I'm looking forward to it, Denny.

(He starts looking over Bailey's shoulder.)

Bailey: Is there something I can do for you, Chief?

Richard: His EKG?

Bailey: Normal. As well as his ECHO and nuclear study.

Richard: Mm-hmm. His perfusion?

Bailey: He's ready, Chief.

Richard: Well, looking good. Carry on.

Bailey: Thank you, sir.

(Ms. Graber's room, she is playing a video game.)

Ms. Graber: Die! Die! Oh, yeah! Oh, yeah! Next level. I'm at the next level. God, this is exhilarating!

George: Good. Keep going. Keep going. You only have 12 more levels before you reach prime seizure potential.

Izzie: This is fun. Yeah, right? You know? Like fun that we had at home back when you used to tell me things. Like where you live?

George: Don't start that again.

Izzie: I'm not starting anything, I'm just saying, there's fun to be had. All the time, with me, your best friend.

George: It's not like we're in high school.

Izzie: George, don't do the whispering under your breath thing. If you've got something to say, say it.

George: Yeah, last time you gave me that advice it went really well.

Izzie: You're seriously pissed at me because of what happened between you and Meredith?

George: No. Yeah.

(Eugene's surgery, violin music is playing.)

Burke: Oh. He recorded this at the Hollywood Bowl a couple years ago.

Cristina: It's nice.

Burke: It's not nice. It's brilliant.

(Mr. Ward walks up to Alex at the nurse's station.)

Mr. Ward: Excuse me. You were one of my wife's doctors, weren't you? Rose Ward?

Alex: Yes, I was.

Mr. Ward: She just told me there was a complication with her C-section.

(George and Izzie are in Ms. Graber's room, arguing.)

Izzie: I told you to tell her how you feel, I did not tell you to jump into bed with her.

George: Whatever you told me...

Ms. Graber: Adultery.

George: Why did you send me in there? Was it to humiliate me?

Izzie: No...

George: I mean, if you knew she didn't love me, why? What kind of friend does that?

(Alex and Mr. Ward at the nurse's station.)

Mr. Ward: It's just...it was shocking. Someone says there's a complication and everything changes.

(Denny's room, he is sitting up, wheezing.)

Denny: I...can't...breathe.

Richard: Are all those batteries...

Bailey: Yes, they're charged. I checked them myself.

Meredith: He's having runs of V-tach.

Richard: Could be an air embolism.

Bailey: I got it.

(Eugene's surgery.)

Burke: Damn it. We got to tamponade.

Nurse: BP's not registering.

Burke: Keep transfusing PRBCs. He has a full ventricular perforation. Hand me a 2-0 prolene. Cristina. Replace my hand with yours. Yes. And hold on for dear life.

(George and Izzie in Ms. Graber's room, still arguing.)

Izzie: You didn't want to hear it.

George: Yes, I...

Ms. Graber: Oh, some denial. I can work with that.

Izzie: You wanted to keep on loving her, George. You did not want to hear it.

(Denny's room)

Meredith: Should we intubate?

Richard: We'll call respiratory to do it.

(Mr. Ward and Alex)

Mr. Ward: Rose says it's a blessing. It's God's will. Maybe it is.

Alex: Maybe it is. A blessing, I mean. This complication.

(Eugene's OR)

Cristina: His heart's not moving at all.

Burke: Keep compressing as I was doing.

Doctor: There's no signs of life. Blood pressure is nonexistent.

(Denny's room)

Richard: Ok, the tubing could be kinked. We need to move him to the OR.

Bailey: Sir, I got this.

Richard: Well, it doesn't look like you've got this.

Bailey: I've got this.

(Ms. Graber's room)

Izzie: Oh, my God! You knew the risks! You knew she was in love with someone else...

Ms. Graber: I'm getting an aura.

Izzie: No! I am not saying that what she did wasn't wrong. I am just saying that you need to take a tiny piece of responsibilty...

(Ms. Graber starts seizing)

George: She's seizing. Go page, Shepherd.

(Alex and Mr. Ward)

Alex: This complication might be God's way of helping you put your seven kids through college.

Mr. Ward: What are you saying?

Alex: I'm saying get a lawyer.

(Alex walks away.)

(Denny starts breathing normally)

(Eugene flatlines)

Burke: Time of death: 18:32.

(Meredith is in Denny's room checking on him)

Meredith: Everything looks good, Denny.

Denny: Well, you gotta thank Dr. Bailey for me. I mean, I already thanked her once, but this here deserves a double scoop.

Meredith: I know I don't know you very well.

Denny: You want to talk to me about Izzie?

Meredith: Yeah.

Denny: Because you disapprove?

Meredith: No. This comes from nothing resembling a high horse. High horses want nothing to do with me. You know, this thing with you and Izzie, it's...there are strict rules about doctors dating patients.

Denny: You know Izzie pretty well, right? You think if I went to her and I said, "Hey, you know, this is going to be really bad for your career." "You probably shouldn't come round and see me anymore," you think that'll have any effect at all? The thing is, I was healthy my whole life until I wasn't. And for the last year, I've had a lot of time to lay around in bed and think about my life. And the things that I remember best? Well, those are the things that I wasn't supposed to do and I did them anyway. So the thing is, Meredith...life is too damn short to be following these rules.

(Richard and Bailey are in the hallway)

Bailey: May I ask what motive you had for undermining my authority in front of my patient and intern?

Richard: I'm not punishing you, Dr. Bailey.

Bailey: But you are. I mean, I had a baby. And so you are.

Richard: Yes, you had a baby. And now you're sleep deprived.

Bailey: Every doctor in this hospital is sleep deprived.

Richard: You just came back from maternity leave, and I'm not convinced you're back on your game. This is not a punishment or a reflection on how highly I value you. It's just the way it is.

(Nurse walks up and points to Mr. Ward.)

Nurse: I'm sorry to interrupt, Chief. But that man over there is asking to talk to you.

Richard: Excuse me.

(Vet's office, Finn is there when Meredith enters.)

Meredith: Hey.

Finn: I thought you were knitting a sweater.

Meredith: I am. But I'm also dating. You. If you still want to. I should've called, you know. I was going to call...

Finn: No, no. Uh...don't call. Never call. Always show up.

Meredith: Ok.

Finn: Ok. But I can't tonight. I've got an errand I have to run.

Meredith: I run errands.

(They enter a stable)

Finn: This shouldn't take too long. And we can grab dinner right after.

Meredith: After?

Finn: After she gives birth.

Meredith: We're birthing a horse?

Finn: Yeah.

Meredith: That was your errand? You're birthing a horse?

Finn: Yeah. I guess I could've mentioned it before. But, you know, I didn't want to scare you back to your knitting. She's getting anxious. You can wait back here.

Meredith: Back here?

Finn: If you want, I mean. It gets a little messy.

Meredith: Are you kidding? I want to birth a horse.

(Addison walks up to the nurse's station where Richard is standing.)

Addison: Richard, we have to talk about Alex Karev. I know he's talented, but his attitude, in my opinion, has reached an unacceptable low.

Richard: Addison. You've got a bigger problem today than Alex Karev. Mr. Ward has been speaking with our attorney regarding his wife's surgery. Now I read your chart. I read the nurse's notes. Now, can you explain to me what kind of complication from a C-section leads to the severing of both fallopian tubes?

(Derek is in Ms. Graber's room)

Derek: Well, the bad news is...you had a grand mal seizure. The good news is we mapped it, so now we can operate.

Mrs. Graber: No. I've decided against surgery, Dr. Shepherd.

Derek: I'm sorry.

Mrs. Graber. No offense. The risks of craniotomy...when you described them, they're not terribly appealing.

Derek: Yes, there are risks. But you have to weigh those risks with the uh, detrimental effect your seizure disorder has on your life.

Ms. Graber: Unless my life is having a detrimental effect on my seizure disorder. It's like with you and your wife: is the bad sex your biggest problem or are all the bigger problems causing the bad sex?

Derek: I'm, uh...I'm not going to answer that.

Ms. Graber: All right, my point is, I had more fun today that I can remember. I don't have any friend. I don't have any fun. I only have work. Work and seizures. And it's no coincidence that when the work stopped, the seizures stopped. Until these two started arguing.

Derek: All right, I'm gonna talk to them about that.

Ms. Graber: No, you don't get it. Watching people fight...oh. It's been my whole life for 15 years. So, I'm changing my life. Look and if that doesn't work, I'll come back here and let you cut open my brain, ok?

Derek: All right. Fair enough.

(Stable, baby foal stands up.)

Finn: It's pretty good, huh?

Meredith: Yeah, it's pretty good.

(Addison enters Rose Ward's room)

Addison: How're you feeling

Rose: A little sore.

Addison: Oh, that's to be expected.

Rose: I'm sorry I told Chris about the complication. I just...I just thought he should know that Joseph would be our last. So he could savor it. I didn't know he was going to do this.

Addison: Rose. I need you to tell him that you asked me to tie your tubes.

Rose: For you, it's just insurance. And you don't even have to pay. For me, it's my marriage. It's my family.

Addison: It's my career, Rose. It's my reputation.

Rose: You're the best. People come from all over the country to see you. That won't change. I can't tell him. Dr. Shepherd...I'm so sorry because I am so grateful to you. But I can't tell him.

(Burke is in a scrub room, he is listening to Eugene's music)

(Finn's apartment)

Finn: Is it coming off?

Meredith: Not exactly.

Finn: I'm sorry.

Meredith: Oh, don't be. It was a great date.

Finn: Technically it wasn't the date. It was the errand. Now...we could go up to my place. I could cook for you.

Meredith: Go up to your place?

Finn: Well, do you want to come up to my place?

Meredith: Yeah. I mean, no. No, I don't. I...I do. But I don't.

Finn: You don't know?

Meredith: No, I do. I mean, I...I know. No, I don't.

Finn: All right, well, here's the deal. Um...you have two options. You could come up to my place, take off all your clothes, shower off the goo, borrow one of my shirts, and I'll cook you dinner. That's door number one Door number two...you go home. I think you ought to take door one, because, you know. It involves you naked in my apartment. But, you know...that's just me.

Meredith: I should point out that there's absolutely nothing you could say that would make me go upstairs with you. I'm kind of offended that you think that I would go upstairs with you. And you should know that I am celibate. So...

Finn: Shut up.

Meredith: I absolutely cannot have...sex with you.

Finn: If you choose door number one, I absolutely will not have sex with you.

Meredith: You won't?

Finn: I promise I won't. I won't even try to kiss you.

Meredith: Why not?

Finn: Meredith.

Meredith: What?

Finn: Choose door number one.

MVO: A wise man once said, "You can have anything in life, if you will sacrifice everything else for it."

(Ms. Graber's room, she is packing to go home.)

George: I hope it works. You changing your life.

Ms. Graber: So do I.

George: Ok.

Ms. Graber: Hey, George. I don't know much but I do know fighting. And people who fight like you and Izzie...those people love each other. She misses her friend.

MVO: What he meant is, nothing comes without a price.

(Addison walks past Alex in a stairway.)

Alex: The road to hell is paved with good intentions.

MVO: So before you go into battle, you better decide how much you're willing to lose.

Addison: Dr. Karev. You did such a good job today that I'm going to talk to Dr. Bailey and have you assigned to my service.

Alex: What? For how long?

Addison: For as long as I want. Your ass is mine until I say otherwise. Congratulations.

Izzie is in Denny's room. He is standing at the doorway)

Izzie: You got it.

Denny: I did indeed.

Izzie: And you're ok?

Denny: Are you kidding me? I'm great. I mean look at this. Some nice sized batteries, colorful wires. It's what your best dressed LVAD patients are wearing these days, you know?

Izzie: Really? Because it seems so last fall.

(They hug)

Izzie: You're tall.

Denny: I know.

(Bailey walks up and sees them hugging.)

MVO: Too often, going after what feels good, means letting go of what you know is right.

(Cristina sits down on the bed next to Burke)

Cristina: You did everything you could.

Burke: There was an interview that Eugene gave. I saved it. I taped it to my bathroom mirror. He said that he wasn't the most talented student at music school. But he said what he lacked in natural ability he made up for in discipline. He practiced. All the time. All the time, he practiced. I wasn't like you. I wasn't the most talented student in school. I wasn't the brightest. But I was the best.

Cristina: You practiced.

Burke: I practiced.

MVO: And letting someone in means abandoning the walls you've spent a lifetime building.

(Derek carries Doc into Finn's place.)

Derek: I got home he was listless and hadn't eaten all day.

Finn: Oh, no. Lets have a look.

(Meredith walks down the stairs and sees Derek standing there. She has obviously just gotten out of the shower.)

MVO: Of course the toughest sacrifices are the ones we don't see coming.

Meredith: Hey.

Derek: Hey.

(Derek gives her a look)

Meredith: Is he sick again?

Derek: Yeah.

(George enters Meredith's house with Callie right behind him)

Izzie: George! Hey.

George. Hey.

Izzie: Oh, hi.

Callie: Hey.

George: So we spent the night at Callie's last night, so we figured we'd just spend the night here.

Izzie: Um, ok. So, um...you're back then just...for tonight?

George: Well, Callie's here for the night. I'm, uh...I don't know. It's my room, you know. I pay rent.

Izzie: Welcome home.

MVO: When we don't have time to come up with a strategy, to pick a side or measure the potential loss.

(Derek enters the trailer where Addison is. Derek starts undressing.)

Addison: You would not believe the day I had. I went out of my way to give a patient exactly what she wants, only to have it explode in my face. I mean, lawsuit, threats, Richard's pissed. Don't even get me started about Alex Karev.

Derek: Get in the shower.

Addison: What?

Derek: Get in the shower with me.

Addison: Honey, it's a very small shower.

Derek: You want to have hot sex?

(He is naked and she starts taking her clothes off quickly.)

Addison: Thank you.

MVO: When that happens, when the battle chooses us, and not the other way around, that's when the sacrifice can turn out to be more than we can bear.

(They enter the shower and can be seen pressing up against the glass.)

Kikavu ?

Au total, 249 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Rivotril 
18.03.2021 vers 13h

Neelah 
19.02.2021 vers 19h

Ocepk80 
08.02.2021 vers 13h

Mathry02 
24.12.2020 vers 11h

Collen08 
13.12.2020 vers 10h

marie82 
01.10.2020 vers 14h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

labelette  (12.10.2020 à 22:58)

Addison va trop loin, Alex aussi... Je pense qu'ils ont tous les 2 tort, pour des raisons différentes.

Addison n'a clairement pas été professionnelle en ligaturant les trompes de sa patiente, même si elle le lui a demnadé, mais de manière officieuse. Bien évidemment, la femme ne veut pas dire à son mari qu'elle a demandé à Addison de faire ça et laisse son mari intenter un procès à l'hôpital.

Et Alex n'avait certainement pas à aller en parler au mari. Addison se "venge" bien en le prenant dans son service pour une durée indéterminée, lui qui ne voulait surtout pas aller en gynéco (s'il savait ce qui lui réserve l'avenir... ils ont bien évolué les personnages !)

George et Callie, ils sont mimi. Même si Callie est un peu bizarre et habite à l'hôpital.

Bailey a également remarqué d'Izzie est (trop) proche de Denny... 

La scène de début est drôle, avec Addison qui prend des mains le téléphone de Derek, pour dire au vétérinaire (qu'elle pensait avoir en ligne) qu'elle va s'envoyer en l'air... mais c'est Meredith à l'autre bout de la ligne.

La fin d'épisode... encore une sacrée fin ! Meredith est chez le vétérinaire, après l'avoir aidé à mettre au monde un poulain. Elle ne veut surtout pas coucher avec lui, alors il lui dit que si elle prend une douche et met des habits propres, ils ne feront rien. Elle descend donc après la douche et tombe nez à nez avec ... bah oui Derek !! Du coup il rentre furax à la caravane et s'envoie en l'air avec Addison (en pensant à qui ???)

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Photo du mois
Aujourd'hui à 20:35

Calendriers
06.04.2021

S17E13 Good as Hell
Aujourd'hui à 20:29

S17E12 Sign O' the Times
Aujourd'hui à 20:27

Captures 913
Aujourd'hui à 12:36

Captures 911
Hier à 20:01

Captures 912
Hier à 19:57

S17E10 Breathe
Hier à 15:40

Captures 910
11.04.2021

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne ABC

17.12 : Sign O' the Times (inédit)
Jeudi 15 avril à 21:00

Logo de la chaîne ABC

17.13 : Good as Hell (inédit)
Jeudi 22 avril à 21:00

Dernières audiences
Logo de la chaîne ABC

17.11 : Sorry Doesn't Always Make it Right (inédit)
Jeudi 8 avril à 21:00
4.83m / 0.9% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

17.10 : Breathe (inédit)
Jeudi 1 avril à 21:00
4.55m / 0.9% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

17.09 : In My Life (inédit)
Jeudi 25 mars à 21:00
4.99m / 0.9% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

17.08 : It's All Too Much (inédit)
Jeudi 18 mars à 21:00
4.97m / 1.0% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

17.07 : Helplessly Hoping (inédit)
Jeudi 11 mars à 21:30
5.11m / 0.9% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
James Chee, premier médecin autochtone de la série

James Chee, premier médecin autochtone de la série
L'acteur Robert I. Mesa interprète le personnage de James Chee, nouvel interne qui est arrivé au...

Audience ABC - 1711

Audience ABC - 1711
Jeudi 8 avril était diffusé l'épisode 11 de la saison 17 de Grey's Anatomy. "Sorry Doens't Always...

Diffusion ABC - 1711

Diffusion ABC - 1711
La saison 17 se poursuit ce soir, le jeudi 8 avril,  sur la chaîne ABC, avec un nouvel épisode...

Audience ABC - 1710

Audience ABC - 1710
Malgré le retour de personnages phares de la série, Grey's Anatomy continue sa chute niveau...

Diffusion ABC - 1710

Diffusion ABC - 1710
La saison 17 de Grey's Anatomy se poursuit ce soir sur ABC. L'épisode 10 "Breathe" sera diffusé dès...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Quel est le prochain membre du casting qui va trouver la mort dans la série ?

Total : 15 votes
Tous les sondages

HypnoRooms

Sas1608, Avant-hier à 12:49

Nouveau design sur le quartier de Once Upon A Time. Merci Sevnol !

pretty31, Avant-hier à 16:35

Nouvelle manche pour The New Song chez Zoey's EP et ciné-émoji sur HypnoClap !

Supersympa, Avant-hier à 16:36

Bonjour à tous. Nouveau mois sur les quartiers Alias, Dollhouse, The L Word et nouveau calendrier chez Angel.

ShanInXYZ, Hier à 16:05

Nouveau thème dans Voyage au centre du Tardis, vous pouvez rattrapez les thèmes précédents, n'hésitez pas à passer voir le Docteur Who

swceliikz, Hier à 19:52

Hello, nouvelle PDM sur le quartier d'All American

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site