VOTE | 864 fans

#104 : Combat de femmes

Scénario : James D. Parriott - Réalisation : Adam Davidson
Guest stars : Valerie Cruz, F.J. Rio, Jack Merrill, Taylor Nichols, Anna Maria Horsford, Kate Burton, Moe Irvin, Tom Choi

Alors que George se sent de moins en moins masculin en raison de la façon dont Izzie et Meredith le traitent (comme une sœur), Izzie doit s’occuper d’un patient assez peu coopératif qui a un cancer de la prostate et donc va perdre sa masculinité. Cristina, qui n’a rien perdu de sa compétitivité, arrive plus tôt et décide de s'occuper d'une femme malade en volant son dossier, qui s'avère justement avoir été l'infirmière de bloc de la mère de Meredith. Alex, en attendant, s’occupe à photocopier et coller des images d'Izzie en lingerie partout dans la salle des internes, photos qu'elle avait faites il y a quelques années pour pouvoir payer ses études de médecine. Tandis que Meredith essaye de faire face à la maladie d’Alzheimer de sa mère, Derek, aidé par George et Alex, s'occupe d'un patient qui a des clous enfoncés dans la tête. 

Les patients de l'épisode

Popularité


4 - 13 votes

Titre VO
No Man's Land

Titre VF
Combat de femmes

Première diffusion
17.04.2005

Première diffusion en France
10.07.2006

Vidéos

Scènes entre Meredith et Derek

Scènes entre Meredith et Derek

  

Scènes entre Izzie et Derek

Scènes entre Izzie et Derek

  

Fin

Fin

  

Plus de détails

Intimité, un mot de huit lettres pour dire : voici mon cœur et mon âme, tu peux les mettre en pièce si tu veux. L’intimité est une chose qu’on désire et qu’on craint en même temps, difficile de vivre avec, et impossible de vivre sans. L’intimité est indissociable de trois catégories de personnes : la famille, les amoureux et les colocataires. Il y a certaines choses qu’on ne peux éviter, et d’autres qu’on voudrait ne pas connaître.


Meredith adresse un chèque pour la maison de repos de sa mère.

Izzie entre dans la salle de bain alors que George est en train de se doucher. Celui-ci est très gêné, mais elle ressort aussitôt en se brossant les dents. George espère qu’elle n’a pas pris sa brosse à dent à lui. 

Meredith regarde des photos où elle était encore petite. Izzie se joint à elle, toujours en se brossant les dents, et Meredith remarque qu’elle est en sous-vêtements 'Hello Kitty'.

A 4h30 du matin, George, Izzie et Meredith arrivent ensemble à l’hôpital. George fait une scène à Izzie pour être entré dans la salle de bain, mais elle ne l’écoute pas, et lui demande juste d’acheter des tampons quand il ira faire les courses. 

Bailey est dans les vestiaires et donne quelques consignes pour les pré-visites. Alex remarque, quand Izzie arrive, qu’elle a un tatouage sur le bas de son ventre, mais elle l’envoie balader. Meredith espère avoir de bons patients, et Cristina lui révèle qu’elle va opérer dans la journée. Alors que Meredith la poursuit dans les couloirs pour en savoir plus, elle tombe sur Derek qui commence à l’interroger sur ce qu’elle a pu prendre au petit-déjeuner, après lui avoir proposé de lui en offrir un. Elle lui demande de rester professionnel à l’hôpital et de ne pas s’afficher avec elle. Il lui répond qu’il n’est qu’un titulaire qui cherche à mieux connaître une interne. Quant à Bailey, elle cherche le dossier d’une patiente.

Cristina entre dans une chambre avec le fameux dossier et interroge la patiente qui s’avère être une ancienne infirmière de bloc. Celle-ci a compris que Cristina cherche à être sur son intervention du pancréas. 

Izzie réveille un patient pour la pré-visite mais lorsqu’il l’aperçoit, il refuse qu’elle s’occupe de lui. Il lui montre une des photos qu’elle avait faite, en lui demandant si c’est elle et lui demande de sortir de sa chambre.

George demande à Meredith d’installer des règles dans la maison pour qu’Izzie ne rentre pas dans la salle de bain pendant qu’il se douche. Meredith croit comprendre que George est amoureux d’Izzie mais il nie en bloc. Bailey les interrompt et les envoie voir Derek avec Alex. Lorsqu’ils le rejoignent, ils voient un patient avec des clous dans la tête. 

Derek et les trois internes s’occupent du patient et Derek veut absolument l’opérer prochainement. George et Alex sont chargés de chercher des cas similaires dans les archives, tandis que Meredith doit le rassurer.

Cristina explique le cas de sa patiente à Burke, et Richard les rejoint. Richard veut confier son cas à Meredith pour que les deux femmes se parlent. La patiente, Liz, a été l’infirmière de bloc de sa mère pendant dix-huit ans. Burke et Richard parlent du cas du patient de Meredith et font râler Cristina. Burke commande à Cristina tout un tas d’examens à faire et s’en va avec Richard. 

Meredith interroge son patient Jorge et sa femme les rejoint.

George a trouvé vingt-trois cas avec des clous dont un suicide, mais ce qui intéresse le plus Alex est le fait que George peut voir Izzie et Meredith en sous-vêtements, et qu’elles le considèrent donc comme un frère. 

Bailey est avec Izzie et lui demande si son patient est prêt, mais Izzie n’en est pas sûre car elle n’a pas pu le voir. Izzie se reprend en main, et entre dans la salle avec courage juste après Bailey mais le patient, qui la remarque, ne veut pas d’elle dans la salle. Izzie sort aussitôt.

La femme de Jorge, Sona, interroge Meredith sur l’état de son mari et lui raconte un peu leur vie. 

Bailey, en sortant de la salle d'examen, interroge Izzie sur la réaction du patient et celle-ci lui raconte toute l’histoire, qu'elle a posé pour une pub Bethany Wisper. Bailey l’oblige à grader ce patient et à s’occuper de lui.

Meredith parle de Jorge avec Derek juste avant l’intervention, et pense qu’il a une tumeur. George et Alex font un rapport par téléphone et lorsqu’ils ont terminé, Alex reste dans la salle à contempler un magazine et la pub d’Izzie. 

Alex fait des photocopies dans un bureau et sourit.

Jorge raconte quelques souvenirs de sa femme, qui a toutes ses affaires rouges, juste avant l’opération. 

Bailey fait un rapport au chirurgien qui va opérer le patient d’Izzie, et a programmé l’intervention pour le lendemain.

Richard explique le cas de Jorge aux personnes qui regardent, et Derek commence à enlever les clous. Cristina arrive et rejoint Alex et George pour voir l’opération et ils commentent, mais Burke qui est aussi présent renvoie Cristina pour s’occuper de Liz. Lorsqu’elle sort, Izzie prend sa place et rappelle à George d’acheter des tampons en lui donnant sa part pour les courses. 

Liz parle de son expérience à Cristina, qui ne l’écoute pas du tout. Mais alors qu’elles se rendent à l’IRM, elles sont tout le temps interrompues par de vieilles connaissances de Liz qui demandent des nouvelles.

Derek vient de terminer d’enlever les clous et veut laisser le patient se reposer. Cristina veut voir la fin mais elle arrive trop tard. Elle voit que Burke n’a pas d’intervention de prévue. Lorsqu’elle lui demande et lui propose de la programmer, il refuse catégoriquement et veut attendre le lendemain. 

Liz renvoie tous ses admirateurs pour pouvoir dormir un peu, et Meredith entre dans la chambre. Liz se rappelle des souvenirs et le caractère de la mère de Meredith. Elle prend des nouvelles et Meredith s’en va.

A la maison de repos, Meredith montre des photos de sa jeunesse. Lorsqu'elle l’interroge, sa mère lui parle et se souvient très bien de Liz. 

A la maison le lendemain, Izzie se dispute avec George car il a oublié les tampons. Elle est dans la salle de bains, et ouvre même les portes de la douche où se trouve George. Meredith entre, et Izzie boude. Lorsque Meredith se rend compte de 'l’oubli' de George, elle se met aussi en colère.

A l’hôpital, Derek prend des nouvelles de Jorge auprès de Meredith. Celui-ci est très en forme et a même retrouvé la vue. 

Lorsqu’ils arrivent à l’hôpital, tout le monde observe Izzie. En réalité, il y a une affiche de sa pub sur les portes de l’ascenseur.

Cristina réveille Liz et l’examine. Burke les regardent se parler et se disputer. Quand Cristina sort, elle demande à parler avec Burke. 

Quand Izzie veut entrer dans les vestiaires, George, arrivé quelques secondes plus tôt, lui barre le passage mais elle le bouscule. Elle aperçoit des photocopies de sa pub un peu partout, et tout le monde la regarde. Elle s’énerve auprès d’Alex tout en se déshabillant, et se justifie en disant qu’elle a fait ses photos pour ne pas avoir de dettes avec ses études, puis elle s’en va furieuse.

Derek examine le patient et Meredith regarde. 

Izzie entre dans la chambre et règle ses comptes avec son patient, mais celui-ci lui dit qu’il ne veut pas d’elle car il avait beaucoup fantasmé sur cette pub, et ne veut qu’elle le voit quand on lui enlèvera sa 'virilité'.

Cristina veut absolument opérer car les analyses de Liz sont très mauvaises, mais elle se rend compte que Burke n’en a jamais eu l’intention et elle s’énerve. 

Meredith et Derek ont fait un IRM au patient et Derek est obligé de reconnaître que Meredith avait raison, et qu’il a bel et bien une tumeur.

Derek explique à Jorge et Sona l’opération, les risques, les conséquences et les laisse décider. 

Meredith est dans la chambre de Liz et les deux femmes parlent tranquillement. A un moment donné de la conversation, Meredith avoue tout sur la maladie de sa mère.

Cristina n’est pas d’accord avec la décision de Burke et en parle avec Meredith et Izzie. Les trois filles finissent par admirer une pub d’Izzie quand celle-ci parle de son patient. Meredith et Cristina envient son physique. 

Bailey a bipé Izzie mais celle-ci ne veut pas aller à l’opération pour respecter le patient.

Jorge et Sona ont décidé de faire l’ablation de la tumeur, même s’il risque de perdre la mémoire. 

Liz est en train de mourir et révèle tout à Cristina, qui aurait voulu le savoir plus tôt. Lorsqu’elle fait un arrêt, Cristina fait tout pour la réanimer.

Meredith parle avec Sona. 

Cristina a appelé l’équipe de réanimation.

Meredith n’est pas d’accord avec leur décision mais ils sont décidés, et Derek intervient pour calmer le jeu. 

Cristina fait tout son possible mais Burke ne veut pas, car Liz a demandé à ne pas être réanimée.

Izzie rejoint George qui va opérer à sa place. Elle lui pose des questions par rapport à ce qu’ils sont l’un pour l’autre, et se réconcilient. Izzie intervient pendant l’opération pour que le chirurgien épargne les nerfs. Comme celui-ci ne veut pas, Bailey insiste et l’oblige. 

Cristina a du mal à se faire à l’idée qu’elle n’a pas le droit d’aider Liz, et s’en va après avoir prononcé l’heure du décès.

Sona ne veut plus parler avec Meredith et celle-ci ne veut plus parler avec Derek car il n’était pas d’accord avec elle. 

Burke rejoint Cristina dans les escaliers, mais elle ne veut pas lui parler et il l’oblige à rester avec lui.

Bailey parle avec Izzie de l’opération. 

Jorge prend des photos de Sona.

Meredith marche avec sa mère. 

George sort de la douche et remarque qu’Izzie est aux toilettes dans la salle de bains, avec lui. Il sort, après lui avoir dit de ne pas prendre sa brosse à dents, ce qu’elle a déjà fait.

Meredith rejoint Derek dans un restaurant pour dîner.


J’aimerais qu’il y ait un règlement pour l’intimité. Une sorte de manuel qui pourrait nous dire quand on franchit la ligne. Ce serait bien si on pouvait voir ce moment venir, mais je ne sais pas comment on pourrait transcrire ça sur une carte. Vous devenez intime avec qui vous pouvez, et vous le restez aussi longtemps que vous le pouvez. Quant aux règles, peut-être qu’il n’y en a pas. Peut-être que les règles de l’intimité, c’est quelque chose qu’on doit définir pour soi même.

(Il pleut, Meredith est assise à son bureau, devant sa fenêtre. Elle fait son courrier.) 

MEREDITH VOIX OFF (MVO) : Intimité. Un mot de huit lettres pour dire voici mon cœur et mon âme, tu peux les mettre en pièces si tu veux.

(Meredith remplit un chèque.) 

MVO : L’intimité est une chose qu’on désire et qu’on craint en même temps.

(Izzie entre dans la salle de bain en T-shirt et culotte alors que George est sous la douche.) 

MVO : Difficile de vivre avec…

GEORGE : Et, bah dis donc. Quand même.

MVO : … et impossible de vivre sans.

(Izzie met du dentifrice sur une brosse à dent et repart. George passe la tête hors de la douche et s’essuie les yeux.) 

GEORGE : Tu t’es pas gouré de brosse à dent ?

(Meredith pose sa dernière lettre et prends un album photo. Elle regarde une photo oû il y a une femme, un homme et une petite fille dans une carriole rouge.) 

MVO : L’intimité est indissociable de trois catégories de personnes : la famille, les amoureux…

(Izzie arrive derrière Meredith en se brossant les dents.) 

MVO : … et les colocataires.

IZZIE : Café ?

MVO : Il y a certaines choses qu’on ne peut éviter…

(On voit que Izzie porte une culotte Hello Kitty.) 

MVO : … et d’autres qu’on voudrait ne pas connaître.

MEREDITH : Hello Izzie.



(Il est 4h30 à Seattle, George, Izzie et Meredith sortent de la voiture garée devant l’hôpital et marchent.)
 

GEORGE : Met toi bien ça dans le crâne : moi testicules, toi ovaires.

IZZIE : Ah oui, tient ça me fait penser, on a plus de tampons.

GEORGE : Tu parades en petite culotte quand je suis à poil sous la douche.

IZZIE : Ajoute les à la liste.

GEORGE : Quoi ?

IZZIE : Les tampons.

MEREDITH : A la liste des course, c’est ton tour.

GEORGE : Attendez un peu, je suis un mec. Ouais, je suis un mec, j’achète pas de trucs de fille. Et… et puis  je veux pas que tu entres pendant que je prends une douche, et je veux pas te voir en sous-vêtements.

IZZIE : Ah, ça me dérange pas. Regarde moi passer en sous-vêtements. George, ça me dérange pas. Y’a pas de souci.

(Izzie et Meredith entrent dans l’hôpital, George reste immobile devant la porte.)  

 

(Dans les vestiaires, le Dr Bailey parle aux internes qui sont en train de se changer. Izzie enfile une blouse, George tient un livre rouge.) 

BAILEY : Vous êtes la première personne qu’il voit le matin. Vous dîtes s’il vous plaît. Vous dîtes merci beaucoup. Vous leur parlez… (Alex entre dans les vestiaires) gentiment en entrant dans leur chambre. Il faut les mettre en confiance, qu’il se sente bien avec vous. Pourquoi c’est important ? Parce que ainsi ils vous parleront, ils vous diront ce qui ne va pas. Pourquoi ça c’est important ? Parce que ainsi vous pourrez dire à votre titulaire ce qu’il doit savoir pendant la visite. Et pourquoi ça c’est important ? Parce que si vous mettez votre résidente dans l’embarras, elle vous torturera jusqu’à ce que vous imploriez votre maman. Allez, sortez d’ici. Je veux que la pré-visite soit terminée à 5h30.

(Alex est assit sur un banc, il regarde Izzie.) 

ALEX : Bonjour Dr Top Model. 

IZZIE: Dr Satan. (Il regarde son tatouage avec une petite lampe.) 

ALEX : Jolie tatouage. Ils le masquent quand tu fais des photos ?

IZZIE : J’en sais rien. Comment ils font pour le 666 sur ton crâne ?

ALEX : Ouh

(Toujours dans les vestiaires, Cristina lit un carnet pendant que Meredith lui parle.) 

MEREDITH : Faudrait que j’ai des bons patients aujourd’hui. Hier, j’ai eu deux gars a qui j’ai dû refaire des pansements toutes les quinze minutes.

CRISTINA : Je vais opérer aujourd’hui. C’est mon jour.

MEREDITH : Sur quoi ?

CRISTINA : Je dois rien dire.

MEREDITH : Comment tu peux le savoir ?

CRISTINA : Je suis arrivée une bonne demi-heure avant toi.

MEREDITH : Dis-le moi

CRISTINA : Non. C’est pas moi l’interne qui s’envoie avec un titulaire.

MEREDITH : Je ne m’envoie pas…

(Cristina sort du vestiaire, Meredith est sur le point de la suivre lorsque Derek arrive devant elle. Ils marchent ensemble dans le couloir.) 

MEREDITH : Tu es là très tôt.

DEREK : J’ai une laminectomie à faire, ça ne me prendra qu’une heure alors je pourrais te payer le petit déjeuner avant tes visites.

MEREDITH : J’ai déjà mangé.

DEREK : Oh, t’as pris quoi ? 

MEREDITH : Ca ne te regarde pas.

DEREK : T’es quel genre de personne ? Céréales direct dans la boite ou arroser de lait ? Des pancakes, tu aimes les pancakes.

MEREDITH : Ca va, un reste de fromage grillé. Ta curiosité est satisfaite ?

DEREK : Oh, c’est triste. C’est pathétique. Une journée commence avec un bon petit déjeuner.

(Meredith et Derek s’arrêtent devant le bureau des infirmières.) 

MEREDITH : Ecoute, je veux pas m’afficher avec toi dans cet hôpital, c’est clair ? Alors évite, c’est pas très professionnel.

DEREK : C’est un titulaire qui cherche à connaître l’une de ses internes.

MEREDITH : Il a couché avec elle.

DEREK : Une inconnue à l’époque.

MEREDITH : Et ça devrait rester comme ça.

DEREK : Tu veux que je sois professionnel ? Je serais professionnel.

MEREDITH : C’est ce que je veux.

DEREK : Alors c’est ce que tu auras.

MEREDITH : Je crois que vous allez être en retard au bloc.

DEREK (d’une voix plus forte): C’était très intéressant, Dr Grey.

(Meredith et Derek s’en vont. Bailey cherche un dossier.) 

BAILEY : Est-ce que quelqu’un a vu le dossier de la nouvelle admission ?



(Cristina ouvre une porte et allume la lumière, la patiente a un masque sur les yeux.) 

PATIENTE : C’est toujours comme ça maintenant ici ? Tu parles d’un réveil en douceur.

CRISTINA (en lisant un dossier): Vous êtes Elizabeth Fallon ?

LIZ FALLON (enlevant son masque): Que dit mon dossier ?

CRISTINA : Que vous étiez infirmière ici.

LIZ FALLON : Infirmière de bloc.

CRISTINA : Que vous avez une masse abdominale compatible avec un cancer du pancréas.

LIZ FALLON : Oh, et vous ce que vous espérez c’est qu’ils me fassent un whipple. Une pancréato-duodénectomie. Cet hôpital a ça environ une fois… et bien, environ une fois tous les six mois. C’est pour ça que vous êtes arrivée à 4h30 ?

(Cristina examine son pancréas.) 

CRISTINA : A 4h00.

LIZ FALLON : Oh, pour prendre mon dossier avant que n’importe qui jette un œil dessus. Pour impressionner le Dr Burke avec votre examen de pré-visite. Comme ça ce sera vous l’interne qu’il va appeler pour le jour de l’opération. (Elle rie.) Je connais toutes les ficelles Dr…

CRISTINA : Yang. Cristina Yang.

LIZ FALLON : Je vous appellerais Cristina. Et vous m’appellerez infirmière Fallon.

 

(Izzie entre doucement dans une chambre en allumant la lumière.)

IZZIE : Mr Humphrey, excusez-moi de vous réveiller.

MR. HUMPHREY : Mm, laissez-moi. Je vous aie rien demandé. (Il ne se lève pas.)

IZZIE : Désolé Mr Humphrey. Je dois vous faire un examen rapide. Vous pouvez vous asseoir un instant. (Il s’assoit.) Merci. Ce sera peut-être un petit peu froid. (Izzie pose son stéthoscope sur son dos.) Allez-y, respirez à fond. (Il la regarde.) Vous voulez bien respirez à fond ?

MR. HUMPHREY : Vous n’êtes pas médecin.

IZZIE : Je suis le Dr Stevens. Je vais aider le Dr Bailey pour votre biopsie ce matin.

MR. HUMPHREY (en la repoussant): Non, ça c’est hors de question.

IZZIE : Mr Humphrey, ce sera pas très long.

MR. HUMPHREY (cherchant quelque chose): Appelez le Dr Bailey, ou le Dr Victor.

IZZIE : Je dois seulement faire un examen.

MR. HUMPHREY : Vous devez surtout ne rien faire. C’est vous ? (montrant un photo dans un magazine) Hein, c’est vous ?

IZZIE : Heu…

MR. HUMPHREY : Hein, j’ai raison. Allez, sortez de ma chambre. 

IZZIE : Mr… Mr Humphrey.

MR. HUMPHREY : Sortez de ma chambre !

(Izzie sort, Mr Humphrey regarde une autre photo.)  
 

 

(George est dans le couloir avec Meredith qui vérifie les dossiers des chambres.) 

GEORGE : Il doit y avoir des règles.

MEREDITH : Quel genre de règles ? On peut se balader en sous vêtement un mardi sur deux ? Ou tu peux nous voir en soutien-gorge mais pas en culotte ? Ou tu parles de règles plus strictes ? Parce que si tu crois que t’as une chance qu’Izzie se couvre de la tête aux pieds, tu rêves.

GEORGE : L’abondance de chaire exposée n’est qu’un des points. Tu dois faire quelque chose, c’est ta maison.

MEREDITH : C’est celle de ma mère en l’occurrence.

GEORGE : Meredith.

MEREDITH : T’es dingue d’Izzie, c’est ça que t’essayes de me dire. T’as flashé sur elle.

GEORGE : Non. Oh non, Izzie, non… Je suis pas dingue d’Izzie. Izzie, non, c’est… c’est pas elle qui me branche du tout.

MEREDITH : C’est pas elle. Donc y’en a une en fait. (Elle pose un dossier.)

GEORGE : Non, non. Oh, écoutes, il doit y’avoir un minimum de règles.

(Ils arrivent au bureau des infirmières oû se trouve déjà Bailey.) 

BAILEY : O’Malley, Grey. Prenez Karev et descendez en traumato. Shepherd à besoin de vous.

MEREDITH : Shepherd est en train d’opérer.

BAILEY : Ils l’ont appelé en bas en urgences.

 

(Meredith, George et Alex sortent d’un ascenseur, ils arrivent dans une salle. Une infirmière s’occupe du patient qui a des clous plantés dans la tête. Derek est là.) 

MEREDITH : On dirait des…

DEREK : Des clous.

(George regarde un écran oû on voit un crâne avec des clous plantés.) 

PATIENT (levant ses mains): Je vois pas mes mains.

GEORGE : Il est conscient.

ALEX : Respire à fond George, tu vas pas t’évanouir. 

DEREK (s’adressant aux infirmiers): Passez à 4mg de morphine. Titrez jusqu’à 10. Faites attention, il ne faut pas qu’il bouge.

PATIENT : Je vois rien.

MEREDITH : Ca va allez, vous ne devez sur tout pas bouger Mr…

INFIRMIERE : Cruz, Roy Cruz. Il a trébuché et fait une chute dans les escaliers avec son pistolet à clous.

ALEX : Atroce.

(Derek examine les yeux de Cruz avec une lampe.) 

DEREK : Allez savoir comment il a fait pour rater un gros vaisseau, c’est un miracle. Le nerf optique a été touché. (Il fait passer une roulette sur son épaule.) Vous sentez ça ? Paresthésie de son côté droit. Quelle est notre première urgence ?

MEREDITH : L’infection.

DEREK : Exact. Je veux pouvoir sortir ces choses dans la prochaine demi-heure. Il me faut un scan.

INFIRMIERE : Le scan est en panne.

DEREK : Comment ça ?

INFIRMIERE : Ils l’ont emmené cette nuit. Des composants ont lâché. Ils le remettent en place à 13h.

DEREK : Alors, quelles sont les options ?

GEORGE : Une IRM.

ALEX : Non, moi je sais. Ce mec a des clous dans la tête. On peut le mettre sous un aimant géant ou on filme en rayons X comme ça on suit à l’écran pour les enlever.

DEREK : Excellent. Vous deux épluchez les dossiers pour voir s’il y a déjà eu ce genre de cas.

ROY CRUZ : Ma femme, ma femme…

INFIRMIERE : Elle est en chemin.

MEREDITH : Votre femme va arriver, Mr Cruz.

DEREK (enlève ses gants): Restes avec lui, faut pas qu’il s’agite. Et surveille les changements.

(On peut voir que Roy Cruz porte une alliance.) 

ROY CRUZ : Je vois rien.



(Dans la chambre de Liz Fallon, Burke lit son dossier alors que Liz regarde Cristina.) 

CRISTINA : Femme de 55 ans avec un adeno-carcinome du pancréas. Elle a eu une radiothérapie pour réduire le volume tumoral. Douleur abdominale estimée à 3 sur 10. Se plaint aussi de nausées mais n’a pas vomi. (Richard entre dans la chambre.) Diarrho, hématémèse, mélano, hapopyrétique avec température à 37,2 et constante stable. Elévation importante de la bilie totale à 10 et bilan hépatique perturbé.

BURKE (en lui rendant le dossier): Merci à vous, Dr Yang.

LIZ FALLON : C’est une sacrée petite chipie, celle-ci. Elle a sauté sur mon dossier durant la pré-visite afin d’être sûre d’être choisi pour l’intervention. Elle espère faire un whipple.

RICHARD (posant sa main sur l’épaule de Liz): En fait, Liz, je voulais vous confier à Meredith Grey.

LIZ FALLON : La fille d’Ellis ?

RICHARD : Oui, elle est interne cette année. Je pense que vous avez des choses à vous raconter.

LIZ FALLON : Oh, ça m’étonnerait. En fait, j’ai été son infirmière de bloc pendant 18 ans. J’ai pratiquement vécu avec cette femme et j’ai jamais rencontré sa fille.

BURKE : Quoi qu’il en soit, Shepherd l’a sur le type qu’a des clous dans le crâne.

CRISTINA (étonnée): Y’a un gars avec des clous dans le crâne ?

BURKE : Sept. Il s’est blessé avec un pistolet à clous.

CRISTINA (stupéfaite): A la tête ?

BURKE : Des clous en métal de 8 cm de long.

CRISTINA (sous le choc): Et il est encore en vie ?

BURKE : En vie et conscient. Sûrement une opération très intéressante.

RICHARD : Mais je crois que vous avez le whipple ?

BURKE : Très bien. Alors je veux un bilan bio complet et un scan abdominal.

RICHARD : Le scan est en panne ce matin.

BURKE : Une IRM alors. Il lui faut un lavement, une endoscopie avec cathé rétrograde et stent et puis une biopsie cet aprèm.

RICHARD : Prenez soin d’elle. Liz est une institution ici.

(Richard et Burke quittent la chambre.) 

LIZ FALLON : Bien joué. Dr. Grey a l’homme au crâne perforé et vous avec l’institution à qui il faut faire un lavement.



(Dans la chambre oû se trouve Roy Cruz, Meredith lui pose des questions.)
 

MEREDITH : Vous diriez que vous êtes en bonne santé ces temps ci ?

ROY CRUZ : Parfois j’ai mal à la tête. Mais c’est rien comparé à ça. Sona, c’est ma femme. Sona, va me dire : mais un pistolet à clous, c’est dangereux, imbécile. Elle déteste cet appareil.

MEREDITH : A juste titre.

ROY CRUZ : Oui.

(Derek attend devant la porte, Sona arrive.) 

SONA : Mon amour ?

ROY CRUZ : Sona.

SONA : Alors là, tu es vraiment dans le pétrin. (Il lui prend la main et l’embrasse.)

DEREK (à Meredith): Essaies d’en savoir un peu plus avant de te préparer.

MEREDITH : D’accord.

DEREK : Merci.

  

(Alex et George sont dans une salle avec des ordinateurs, ils font des recherches.)
 

GEORGE : J’en ai 23. Apparemment, des mecs se sont accidentellement plantés des clous dans la tête 23 fois.

ALEX : L’un deux a fait une tentative de suicide, ça compte pas.

GEORGE : Oh, donc il a pointé un pistolet sur sa tête délibérément. Ca me remonte pas le moral.

ALEX : Alors, Grey et Stevens se baladent vraiment en sous-vêtements ?

GEORGE : Euh, non pas tout le temps quand même. Seulement quelques fois, tu sais. Pas tout le temps.

ALEX : Des dessous sexy ?

GEORGE : Ouais, on peut dire…

ALEX : Et elles te laissent… les regarder ?

GEORGE : Ben, ouais.

ALEX (en souriant): Comme des sœurs ?

GEORGE : Non, mais qu’est-ce que tu racontes ? Non, non, je les voit pas comme des sœurs.

ALEX : Mais elles te font pas d’avances.

GEORGE : Pas exactement.

ALEX : Elles s’attendent pas à ce que tu tentes quoi que ce soit.

GEORGE : Non.

ALEX : Comme des sœurs. Ouais, comme des sœurs.



(Izzie attends dans une salle à l’extérieur de la chambre, Bailey ouvre la porte.) 

BAILEY : Il est préparé ?

(Izzie regarde à travers la porte de la chambre.) 

IZZIE : Je crois que ça y’est maintenant.

BAILEY : Tu crois ? Il doit avoir une biopsie de la prostate. Je peux te dire que si t’étais pas restée là, tu le saurais.

 (Bailey entre dans la chambre, Mr Humphrey est allongé les jambes en l’air.) 

BAILEY : Très bien, Mr Humphrey. Nous allons commencer. (Izzie entre dans la chambre.) Bon.

 (Mr Humphrey voit Izzie.) 

MR HUMPHREY : Ah non, faites la sortir. Je veux qu’elle sorte d’ici.

BAILEY (essayant de le calmer): Mr Humphrey.

MR HUMPHREY : Faites la sortir tout de suite. (à Izzie) Allez-vous en !

BAILEY : Mr Humphrey !

MR HUMPHREY : Allez-vous en tout de suite !

(Izzie sort de la chambre.)

BAILEY : S’il vous plait. Arrêtez, du calme. Du calme, Mr Humphrey.

 

(Meredith est dans un couloir, elle parle avec Sona.) 

SONA : Il pourra voir à nouveau ?

MEREDITH : On le saura une fois que les clous seront enlevés.

SONA : Il vous a dit qu’il prend des photos ? De magnifiques photos, c’est son hobby. Je viens de lui offrir le tout dernier appareil numérique et il ne s’arrête plus. Il l’a tout le temps sur lui. Il est tout le temps en train de prendre des photos de moi.

MEREDITH : Votre mari dit qu’il a parfois des migraines. Vous pouvez m’en dire plus. Est-ce que c’est récent ?

SONA : Euh, je sais pas trop. Peut-être bien qu’il en a depuis deux mois.

MEREDITH : Est-ce que vous savez s’il a déjà eu des pertes de repères ou peut-être des vertiges.

SONA (en réfléchissant) : Oui, oui, en effet.

MEREDITH : D’accord.

  

(Bailey sort de la salle oû se trouve Mr Humphrey, Izzie est assise sur un brancard.) 

BAILEY : Tu veux me dire pourquoi il voulait que tu partes ?

(Izzie se lève.) 

IZZIE : J’en sais rien. Il a pas toute sa tête, j’imagine.

(Bailey remplit un dossier, Izzie se rapproche.)

IZZIE : Bethany Whisper.

BAILEY : Quoi ?

IZZIE : Bethany Whisper. J’ai fait une pub Bethany Whisper en lingerie qu’il a vu dans un magazine.

BAILEY (étonnée): Tu as le temps de poser pour un magazine ?

IZZIE : Non, je l’ai faite l’an dernier mais elle sort que maintenant.

BAILEY : Alors parce qu’il t’as vu en string…

IZZIE : Non, c’était pas un string.

BAILEY : Maintenant tu te caches dans le couloir.

IZZIE : Ca faciliterait énormément les choses si vous désignez quelqu’un d’autre.

BAILEY : Facile n’est pas dans la description de ton boulot. Tu es médecin, c’est un patient. C’est ton patient. (Elle lui donne un échantillon) Emporte ça pour analyse. Si elles reviennent positives, j’espère te voir à l’opération. (Elle est sur le point de partir mais revient) Hey, t’es sur ce cas, c’est clair, t’as compris ? (Izzie prend l’échantillon) 



(Avant d’entrer dans la salle d’opération Derek se lave les mains pendant que Meredith attends.)

DEREK : Des vertiges ou des étourdissements ?

MEREDITH : Des étourdissements. Il devait se tenir pour sortir du lit.

DEREK : Ca pourrait être pleins de choses. Un simple orthotatiste. (Meredith le regarde fixement) Quoi ?

MEREDITH : Qu’est-ce qui l’a fait tomber dans les escaliers ?

DEREK : Il a dit qu’il avait trébuché. C’est pas parce que le vent se lève qu’il va y avoir une tempête.

MEREDITH : Quelque chose lui a fait perdre connaissance. Et il est tombé dans les escaliers. Il pourrait avoir une tumeur.

(Ils entrent dans le bloc opératoire.) 

DEREK : Je ne sais pas pourquoi ce type est encore en vie, bouge et parle. J’en sais rien. (Il s’essuie les mains) Mais occupons nous déjà de ça avant de commencer à chercher autre chose. (Derek enfile une blouse et répond au téléphone) Shepherd. 23 cas ?

(Alex et George sont aussi au téléphone dans une autre pièce oû ils regardent les résultats sur des ordinateurs.) 

ALEX : Dont une tentative de suicide.

DEREK : Ca compte pas. Parlez moi de la procédure.

GEORGE : Gros problèmes d’hémorragie et d’infection mais les risques diminuaient avec des interventions rapides.

ALEX : En résumé, fallait les enlever en vitesse et surveiller l’hémorragie.

DEREK (en mettant des gants) : Ouais, j’ai compris. Autrement dit, je me débrouille.

(George repose le combiné, prêt à partir.) 

GEORGE (à Alex) : Tu viens ?

ALEX : Euh, je connais la route, j’ai pas besoin d’escorte. Vas-y, allez. (George part) Bien, bien, bien. Dr Bethany Whisper, ça c’est super. (Il regarde un magazine.)  

(Alex est en train de faire des photocopies des photos d’Izzie.)
 


(Dans un bloc, Jorge Cruz a le crâne rasé, il parle avec Meredith qui lui tient la main.)

JORGE CRUZ : Quand on s’est connu, elle avait tout en rouge ou presque. Sa voiture, ses vêtements, ses sacs. Pour tout dire, moi je détestais cette couleur trop tape à l’œil. (George entre dans la galerie et regarde avec les autres internes.) Mais, y’a deux ans, je l’ai emmené dans les montagnes. Elle avait une de ces robes rouges. Et dans un champ en face, il y avait… pleins de petits coquelicots. Elle a sauté de la voiture, elle s’est mise à courir au milieu, en riant très fort. Ca la faisait rire tout ce rouge.

(Derek arrive, Meredith le regarde.)  


(Mr Humphrey est sur lit, Bailey sort de la chambre avec Izzie et le Dr Victor.) 

BAILEY : La bonne nouvelle, c’est que le cancer n’a pas envahi les ganglions lymphatiques de la prostate.

DR VICTOR (regarde le dossier) : Bon, avec une prostatectomie totale, on peut tout en lever. Bon pronostique.

BAILEY : Epargnez certains nerfs. Donnez lui la chance d’avoir une vie sexuelle normale.

DR VICTOR : Les jeunes chiots aiment prendre des risques avec le cancer. Les vieux chiens comme moi, on fait ce qui marche.

BAILEY : Oui, monsieur, bien sûr.

DR VICTOR : On est au planning de demain ? (Il rend le dossier à Izzie)

BAILEY : Oui, à 10h.

DR VICTOR : Bien, j’aurais peut-être le temps de faire un parcours de golf.

(Le Dr Victor s’en va.) 

BAILEY : Un connard qui fait des conneries. On l’appelle l’émasculeur. Il n’épargne jamais les nerfs.

(Bailey part. Izzie regarde dans la chambre puis s’en va.)  

(Richard explique pendant que Derek tente d’enlever les clous.) 

WEBBER : Comme vous le voyez, le patient s’est tiré sept clous directement dans le crâne sans causer de dégâts importants. A part sur le nerf optique. Et on pourra peut-être remédier à ça. L’idée est d’enlever les clous selon l’angle exact de leur entrée dans le crâne. A la moindre secousse, on risque de causer plus de dégâts qu’ils n’en ont fait en entrant.

(Cristina entre dans la galerie, Alex et George sont déjà là.) 

CRISTINA : Oû ils en sont ? (à George) Pousse un peu.

GEORGE : Ils viennent de commencer et j’ai entendu dire que t’avais un whipple ?

CRISTINA : Tu parles d’un whipple. Burke me met vraiment une pression d’enfer. Bon sang, mais regarde ces clichés. C’est de la folie.

(Alex passe sa tête en Cristina et George.) 

ALEX (en modifiant sa voix) : Oh, oh, oh, c’est Hellraiser.

INFIRMIERE : La trajectoire est bonne. Continuez comme ça.

(Derek retire un clou du crâne de Jorge Cruz.) 

INFIRMIER : Petite augmentation puis on stabilise. (Il pose le clou dans un pot en fer.)

DEREK : Gel mousse. (L’infirmière met du gel)

INFIRMIERE : Voilà.

 
(Dans la galerie, ils regardent la télé.) 

CRISTINA : Adieu les souvenirs du lycée.

BURKE (se tournant vers Cristina) : Dr Yang. Tu as demandé le bilan sanguin.

CRISTINA : Heu, juste avant de venir ici.

BURKE : Emmène la en radiologie pour son IRM ; Bipes moi quand c’est fait. (Elle ne bouge pas) Tu veux le whipple, hein ?

CRISTINA : Oui.

(Cristina s’en va. Izzie arrive et donne de l’argent à George.) 

IZZIE : Oh, tiens, ma part pour les courses. Tu y vas quand ?

GEORGE : Ce soir.

IZZIE : Super. Sérieusement, George, t’oublies pas.

GEORGE : On peut éviter d’en parler ici ?

IZZIE : De quoi ? Des tampons ? (Elle s’assoit.)

GEORGE : Oui. Tu te souviens de ce que je t’ai di ?

IZZIE : T’es un mec, on est au courant.

ALEX : Tu sais, O’Malley, ta virilité laisse sérieusement à désirer.

(George s’en va.)  

(Cristina est dans l’ascenseur avec Liz qui est sur un brancard.) 

LIZ FALLON : J’ai toujours classé les chirurgiens dans deux catégories. Ceux qui sont capables de se rappeler de leurs patients et ceux qui le sont pas. Ils ont tous en mémoire toutes leurs opérations, bien sûr. Chaque fil, chaque point de suture.

(Elles sortent de l’ascenseur, Cristina pousse le brancard dans un couloir.) 

CRISTINA : Mais seuls les bons se rappellent du noms des patients.

LIZ FALLON : Hey, j’ai pas dis ça. Certains, même les meilleurs chirurgiens, prennent leurs distances délibérément. Ils pensent que ne pas garder une certaine réserve nuit à la médecine.

(Elles croisent une infirmière qui les salue.) 

INFIRMIERE : Salut Liz.

LIZ FALLON : Salut.

CRISTINA : Mais ? Je m’attends à un mais. Je suis sûre que c’est pas finit. Il doit y’avoir un mais.

(Elles croisent de nombreux infirmières et infirmiers.) 

INFIRMIER 1 : Arrêtes toi là.

INFIRMIER 2 : Salut Liz.

LIZ FALLON : Hey.

INFIRMIER 2 : Ca a l’air d’aller.

LIZ FALLON : Oh, menteur.

INFIRMIER 2 : Comment tu te sens ?

LIZ FALLON : Oh, ça va à merveille. J’ai la forme.

  

(Dans un bloc opératoire, Derek finit d’opérer Jorge Cruz.) 

DEREK : Ca saigne ?

INFIRMIER : C’est propre.

DEREK : Très bien. Bravo à tous. Excellent travail. Merci. Je ne crois pas qu’on est empiré les choses. La grande question, c’est le nerf optique. On saura demain matin.

MEREDITH : Je demande une IRM ?

DEREK : Il doit se stabiliser. On la fera demain.

  

(Cristina monte des escaliers, elles croisent plusieurs médecins.) 

CRISTINA : C’est fini ? Hey, c’est fini.

MEDECIN : Ouais, c’est fini.

(Cristina regarde le tableau des opérations.) 

CRISTINA : Est-ce que Burke a un whipple de prévu ? (Elle croise Burke et lui parle en marchant.) Dr Burke, vous avez vu les résultats de Liz Fallon ?

BURKE : Je les aie vu.

CRISTINA : Ils ne sont pas bons. Le stent n’a eu aucun effet sur sa jaunisse.

BURKE : Non.

CRISTINA : On ne devrait pas faire quelque chose ?

BURKE : On le fait.

CRISTINA : J’ai vu que vous n’aviez pas de whipple au planning. Vous voulez que je m’en occupe ?

BURKE : Oh, j’ai besoin des résultats de sa biopsie et des analyses de la nuit également.

CRISTINA : De la nuit prochaine ?

BURKE : Oui. T’es bien de garde ?

CRISTINA : Euh, oui, oui.

BURKE : Très bien. Alors je te laisse faire.

CRISTINA : Vous allez l’opérer, hein ? Vous ferez toujours le whipple ?

BURKE : Cette femme est une patiente avec un cancer, Dr Yang. On va s’en occuper.

CRISTINA : D’accord, d’accord.

  

(Dans la chambre de Liz Fallon, les infirmières venues lui rendre visite s’en vont. Meredith attends devant la chambre.) 

LIZ FALLON : Embrasse le petit pour moi.

INFIRMIER : Oui, faut que tu dormes.

LIZ FALLON : D’accord.

INFIRMIERE : Bonne nuit, Liz.

LIZ FALLON (à Meredith) : Vous êtes plus petite que votre mère.

MEREDITH : Vous étiez son infirmière de bloc.

LIZ FALLON : Liz Fallon. Approchez.

MEREDITH : Meredith Grey.

LIZ : Ouais.

MEREDITH : Elle m’a demandé de vous saluer.

LIZ : Ca, c’est pas son genre.

MEREDITH : Je vous demande pardon ?

LIZ : La Ellis Grey que j’ai connu n’a jamais eu d’égard pour qui que ce soit excepté Ellis Grey. Mais vous le savez déjà, non ? Et oû est-elle ?

MEREDITH : Elle fait un voyage.

LIZ : Un voyage.

MEREDITH : Oui.

LIZ : Elle opère toujours ?

MEREDITH : Plus tellement, non.

LIZ : Oh, pas son genre ça non plus. Elle était toujours au boulot. Tout comme moi elle partait jamais de l’hôpital. Mais ça vous le savez aussi, j’en suis sûre. Et elle va bien ?

MEREDITH : Oui, ça va.

LIZ : Tant mieux.

MEREDITH : Je voulais vous saluer de sa part. Prenez soin de vous.

LIZ : Ouais.

(Meredith quitte la chambre.) 

(Meredith est avec sa mère à la maison de repos, elle lui montre des photos.) 

MEREDITH : Je pense qu’elles ont été prises dans l’ancienne maison. Ici c’est toi avec ta blouse.

ELLIS : Qui est-ce ?

MEREDITH : C’est papa.

ELLIS : Qui ?

MEREDITH : C’est ton mari. Thatcher Grey. Tu l’appelais Thatch. 

ELLIS: Thatch. 

MEREDITH: C’est la carriole rouge que j’avais eue pour mon anniversaire. J’ai environ quatre ans sur cette photo. C’est ta famille.

ELLIS : Oui, bien sûr.

MEREDITH : J’ai vu Liz Fallon à l’hôpital aujourd’hui.

ELLIS (en rigolant): Oh, Liz. Oh, je l’adore. Ca alors, elle est toujours infirmière de bloc ? C’était la meilleure de toutes.

  

(Dans la salle de bain, George est sous la douche, Izzie en culotte et top.) 

IZZIE : Je te l’ai rappelé avant que t’y ailles.

GEORGE : J’ai oublié une fois là-bas.

IZZIE : Non, tu as fais exprès de pas les acheter.

GEORGE : Je suis tout nu, sort. Je suis tout nu.

IZZIE : C’est juste des tampons. J’ai vraiment besoin de tampons. (Meredith entre dans la salle de bain) Oh, c’est dingue. Je fais pas le trajet avec ce débile.

MEREDITH : Si tu comptes le faire comme ça, t’y vas pas avec moi. Oû sont les tampons ?

IZZIE : Il les a pas acheté.

MEREDITH : Tu les as pas acheté ?

GEORGE : Les mecs achètent pas de tampons. (il ouvre la porte de la douche.)

IZZIE : George, il faut que tu arrêtes avec ce discours machiste. On est des femmes ! On a des vagins ! Faudra t’y faire.

GEORGE : Arrête, hein. Parce que je suis pas ta sœur.

  

(Meredith est au bureau des infirmières, Derek arrive avec un café, elle prend le dossier qu’il lui tend.) 

DEREK : Fromage grillé encore ?

MEREDITH : Reste de pizza.

DEREK : Bien réveillée ?

MEREDITH : Et en super forme.

DEREK : Vraiment ? Allons voir ça tout de suite.

(Ils entrent dans la chambre de Jorge Cruz, sa femme est là.) 

DEREK : Bonjour, bonjour. Alors, comment va-t-il ce matin ?

SONA : Dis leur de quelle couleur est ma robe.

JORGE : Je saurais toujours le dire même si je pouvais plus voir.

  

(George et Izzie entrent dans l’hôpital.) 

IZZIE : Je prends l’ascenseur, tu prends l’escalier.

GEORGE : C’est bien ce que j’allais faire.

(George prend les escaliers.) 

IZZIE : Tant mieux. Attendez. (Elle monte dans l’ascenseur, elle se retrouve seule avec des hommes.) Merci. (Ils la regardent) Quoi ?

(Les portes de l’ascenseur se referment, une photo d’Izzie est collée dessus.)  

(Cristina entre dans la chambre de Liz, elle allume la lumière.) 

LIZ : Oh, on ne réveille pas un patient comme ça. Comment est-ce qu’il faut vous le dire pour que ça rentre.

CRISTINA : Un petit peu d’indulgence. J’étais de garde cette nuit. J’ai pas tellement dormi.

LIZ : Oh, arrêtez de pleurnicher. Vous préférez passer la nuit ici, vous le savez. (Cristina examine Liz) Qu’est-ce que vous avez chez vous qui vous attends ? Un petit copain ?

CRISTINA : Non.

(Burke arrive, il reste sur le pas de la porte.) 

LIZ : Une petite copine ?

CRISTINA : Non.

LIZ : Un animal ? De la famille ?

CRISTINA : Un bon lit.

LIZ : Y’en a pleins de bons lits ici. Je suis pas du tout triste pour vous. C’est ce que nous sommes. C’est notre vie. Oh, dites lui Dr Burke.

(Cristina passe devant Burke pour partir.) 

CRISTINA (à Burke): Vous avez une seconde ?

  

(Devant les vestiaires des internes, George essaye d’empêcher Izzie d’entrer.) 

INTERNE 1 : Venez, venez.

INTERNE 2 : Quoi, qu’est-ce qui ce passe ?

INTERNE 3 : Pardon. Qu’est-ce qu’il y a ?

(George essaye de cacher l’entrée des vestiaires à Izzie.) 

IZZIE : George, arrêtes.

(Izzie entre dans les vestiaires, de nombreuses photos d’elle en lingerie sont placardées sur tous les casiers.) 

ALEX : Chut, chut, chut. On a Bethany Whisper dans nos murs. Oh, y’a une petite retouche pour faire disparaître le tatouage, pas vrai ? (Il lui montre une photo.)

IZZIE : Tu veux le voir ? Tu veux vraiment le voir ? (Elle enlève sa veste) Parfait. Alors regardons ce tatouage d’un peu plus près, si tu veux. (Elle enlève son chemisier) Et c’est quoi ça ? Oh mon Dieu, des seins ! Comment quelqu’un qui pratique la médecine circule avec ces choses là dans le coin. (Elle enlève sa pince et la jette) Oh, et qu’est-ce qu’on a par ici ? Voyons voir si je me rappelle mon anatomie. (Elle enlève son pantalon) Des fesses, c’est ça ? Etudions les également. Que chacun approche et regarde un peu le cul qui permet à Izzie Stevens de faire ses études. Ca te suffit ou je continue ? Parce que j’ai vraiment pleins de tatouages très intéressants, je t’assure. Tu veux m’appeler Dr Top Model ? Très bien. Seulement pendant que t’as un prêt étudiant de 200 000 dollars sur le dos, moi j’ai pas de dettes.

(Izzie passe devant George.) 

GEORGE : Je vais les enlever.

IZZIE : Pas la peine. (Une interne sort d’un vestiaire) Entre.

(Izzie prend ses affaires et entre dans le vestiaire.)  



(Derek fait un test sur le pied de Jorge Cruz.) 

DEREK : Vous avez mangé quoi au petit déjeuner lundi ?

JORGE : Une omelette au fromage. Et dimanche aussi. Et samedi aussi. Ainsi que vendredi. Sona se lève en même temps que moi et me prépare une omelette au fromage tous les matins.

SONA : C’est la seule chose qu’il aime.

JORGE : C’est la seule chose que tu sais cuisiner.

DEREK : On va vous faire une IRM dans la matinée. C’est normal, c’est simplement pour vérifier que tout va bien. D’accord ?

(Meredith et Derek s’en vont, Sona embrasse Jorge.)  



(Izzie entre dans la chambre de Mr Humphrey, elle pose une photo d'elle devant lui.) 

IZZIE : Ca c’est ce que j’étais. Ca n’a rien à voir avec ce que je suis maintenant. Je suis un médecin, un chirurgien. Et sachez une bonne chose, je suis aussi qualifiée que chacun des autres internes de cet étage. Alors arrêtez d’avoir une attitude sexiste envers moi et laissez moi faire mon travail.

MR HUMPHREY : Je suis persuadé que vous êtes un bon médecin.

IZZIE : Alors quel est votre problème ?

MR HUMPHREY : Ecoutez, j’ai fantasmé sur vous… ou plutôt sur la femme de cette photo, peu importe qui elle est. Je ne suis pas fière de ça. Mais c’est la vérité. Vous savez ce qu’on va me faire aujourd’hui ? J’ai un cancer. On va me soulever les jambes et m’exposer au monde entier pour retirer ma prostate et mes nerfs. On va me castrer, autrement dit. C’est si difficile à comprendre que je ne veuille pas que la femme qui est sur cette photo puisse assister… à mon émasculation ?

(Izzie le regarde l’air gêné.)  



(Cristina est dans une salle avec Burke.) 

CRISTINA : Vous avez vus ses dernières analyses ?

BURKE : Je les aie vu.

CRISTINA : Vérifier son bilan hépatique ?

BURKE : Il est pas bon.

CRISTINA : Non, c’est pire. Elle déborde de bile. Elle a la jaunisse.

BURKE : C’est une femme extrêmement malade.

CRISTINA : Pourquoi vous n’avez pas prévu le whipple ?

BURKE : C’est toi son chirurgien ?

CRISTINA : Je suis son agent de voyage personnel. Je la ballade toute la journée. Cette femme sature le drain. Il faut agir au plus vite.

BURKE : Je jetterais un œil à sa biopsie.

CRISTINA : On s’en fout de sa biopsie.

BURKE : Dr Yang…

CRISTINA : Non, ça suffit. Ah non, je… vous savez ce que je crois ? Je crois que vous n’avez jamais eu l’intention de l’opérer. Je crois que tout ça, c’était du vent. Vous agissez comme si la seule chose qu’elle était censée faire dans cet hôpital, c’est mourir.

(Burke la regarde, Cristina comprend, il part.)  



(Jorge est en train de passer une IRM, Derek et Meredith regardent.) 

DEREK : Là. C’est une tumeur. Médiane près de l’hypothalamus.

MEREDITH : C’est terrible.

(Meredith et Derek sont dans la chambre avec Jorge et Sona.) 

DEREK : Ce qu’il y a de mieux à faire, c’est probablement l’ablation de la tumeur. Probablement parce que je ne retirerais pas tout. 99% mais pas la totalité. Avec les rayons et la chimio, on peut espérer dix bonnes années.

JORGE : Allons-y.

DEREK : Je dois vous dire le mauvais côté. La tumeur est logée dans une zone du cerveau oû sont située votre mémoire et votre personnalité. Et à cause des bords irréguliers de ce type de tumeur, je dois l’enlever en taillant large. Donc, vous avez de gros risques de perdre la mémoire, d’oublier qui vous êtes.

SONA : Y’a pas d’autres solutions ?

DEREK : L’alternative, c’est le traitement par gamma knife qui focalise les rayons. C’est moins invasif. Il y a un petit risque de perte de mémoire ou de personnalité, et ça vous laisse dans les trois à cinq ans.

SONA (en pleurant): Trois à cinq ans, c’est tout ?

DEREK : C’est une décision extrêmement difficile. Si vous avez des questions, ou si vous voulez me parler, je suis là, d’accord.

(Derek part, Meredith récupère le dossier et le suit. 

 

(Liz est dans son lit, Meredith est assise sur une chaise et la regarde.) 

MEREDITH : J’ai parlé à ma mère. Elle se souvient très bien de vous.

LIZ : Bien sur qu’elle s’en souvient. Ellis Grey n’oublie jamais rien. Pas une seule chose.

(Meredith rie nerveusement.) 

MEREDITH : Je suis désolée. Y’a rien de marrant, à vrai dire. Non vraiment rien, mais…

LIZ : Quel est le diagnostic ?

MEREDITH : Alzheimer.

LIZ : Ah.

MEREDITH : Très précoce.

LIZ : Mais elle ne veut pas que les gens soient au courant.

MEREDITH : Non. Elle est dans une maison de repos. Je suis la seule personne qu’elle autorise à aller la voir.

LIZ : Et telle que je connais Ellis Grey, elle a obligé la maison de repos à signer un contrat à cet effet.

MEREDITH : Vous connaissez bien ma mère.

LIZ : C’est une vraie peste.

 (Meredith et Liz rient ensemble.) 

 

(A l’accueil, Cristina est allongée sur un banc, Izzie est assise à côté.) 

IZZIE : Cet hôpital, c’était toute sa vie. C’était chez elle. Ce qu’ils font pour elle, c’est vraiment gentil.

CRISTINA : Ca bloque un lit pour rien et ça me fait perdre mon temps en plus.

(Meredith arrive, elle tient un livre.) 

MEREDITH : De qui vous parlez ?

CRISTINA : De Liz Fallon. C’est pour mourir qu’elle est ici. 

IZZIE ; Tu voudrais pas qu’on fasse pareil pour toi ?

CRITINA : Non. Je vais te dire, je voudrais avant tout qu’on me sauve la vie, qu’on m’ouvre de la tête aux pieds si ça peut être utile.

(Cristina se relève et s’assoit.) 

MEREDITH : Parfois, intervenir ça peut être pire que rien faire.

(Cristina lit un magazine sur Seattle.) 

CRISTINA (à Izzie) : Tu as une taille qu’on voudrait toutes. Des seins absolument parfaits, des cheveux magnifiques. Si j’étais toi, je me baladerais à poil tout le temps. Tout le temps. (Elle passe le magazine à Meredith.) Je ferais rien, c’est simple. Pas d’activité, ni de travail. Je saurais même pas lire. Je serais nue, et rien d’autre.

IZZIE : C’est le maquillage, je suis pas aussi bien. Et la photo est retouchée.

CRISTINA : Tu sais qu’on te déteste, pas vrai ?

(Le biper d’Izzie sonne.) 

IZZIE : Bailey encore.

CRISTINA : Un patient qui bave sur les photos de son médecin perd de fait ses droits. Tu vas pas laisser tomber la prostatectomie, hein ? Izzie ? (Izzie met son manteau.) Oh, parfois je t’assure, c’est une immense souffrance de bosser avec toi.

 (Izzie sort de l’hôpital.)

  

(George, Bailey et plusieurs infirmières préparent M Humphrey, Izze arrive.) 

BAILEY : Oû est-ce que tu étais ? Quand je te bipe, tu réponds. C’est pas si difficile à comprendre. O’Malley a fait ton installation, lui il a répondu à son biper. (Izzie se décale pour laisser passer le lit) Si j’entends le nom Bethany Whisper une fois de plus…

IZZIE : Je regrette, je ne peux pas. Je suis… désolé. Il ne veut pas de moi à l’intérieur.

BAILEY : Non, ce qu’il veut, c’est ne pas avoir de cancer. Ce qu’il veut, c’est seulement être sauvé. Tu veux rester hors du bloc, et bien c’est ton choix.

(Bailey part et laisse Izzie seule.)  



(Derek parle avec Jorge et Sona, il sort de la chambre et croise Meredith.)

DEREK : D’accord. A plus tard. Ils veulent tous les deux l’intervention.

MEREDITH : Et ce malgré les conséquences ?

DEREK : C’est leur décision.

(Il s’en va, Meredith regarde Jorge et Sona.)  



(Cristina entre dans la chambre de Liz, elle a du mal à respirer.) 

LIZ : Ils n’ont jamais envisagé d’opérer.

CRISTINA : Vous auriez du me le dire.

LIZ : Ca n’aurait pas été amusant. Disons que c’est en quelque sorte un bizutage. (Elle lui prend la main.) Bienvenue à vous.

CRISTINA : Ne parlez pas, Liz. Gardez vos forces. Détendez-vous. Détendez-vous. (Liz ne respire plus) Liz ? Liz ? Restez avec moi. Restez avec moi, Liz.

(Cristina appuie sur le bouton pour appeler les infirmières.) 



(Meredith est toujours devant la chambre de Jorge, Sona sort.) 

MEREDITH : Sona ?



(Des infirmières arrivent avec le chariot de réanimation, Cristina lui fait un massage cardiaque.)
 

INFIRMIER 1 : Allons-y.

INFIRMIER 2 : Pardon, laissez passer.

CRISTINA : Passez l’adrénaline et l’atropine. Que quelqu’un bipe Burke.

INFIRMIERE 1 : Allez, ventilation.

INFIRMIERE 2 (en ballonnant) : Posez une voie

CHRISTIAN : Elle refuse la réa.

CRISTINA (continuant à faire le message cardiaque): Un, deux, trois.

CHRISTIAN : Ne pas réanimer. Dr Yang !

CRISTINA : On se bouge un petit peu ! Une ampoule d’adré, vite ! Dépêche !

  

(Meredith parle avec Sona dans le vouloir.) 

MEREDITH : Vous devez tenir compte de ce que vous perdrez. A quoi bon ces dix années s’il ne plaisante plus à propos de vos omelettes, s’il ne se souvient plus vous avoir vu dans cette robe rouge.

SONA : C’est toujours cinq ans de plus en tout cas.

MEREDITH : Vous ne comprenez pas. Il sera peut-être là, mais ce ne sera plus vraiment lui. Il ne vous reconnaîtra pas, Sona.

SONA : Alors ça, c’est moi que ça regarde.

MEREDITH : Vous n’imaginez pas ce que ça vous fera. Est-ce que partager cinq belles années, ça ne vaut pas mieux que dix mauvaises ?

(Derek arrive.) 

DEREK : Meredith, mais qu’est-ce que tu fais ?

MEREDITH : J’essaie de lui faire comprendre…

SONA : Je comprends très bien. Vous croyez que c’est pour me rendre service, que je ne demande ça rien que pour moi ?

MEREDITH : Pas du tout.

SONA : C’est sa décision. Et si finalement c’est dix mauvaises années pour moi, très bien. Je lui donnerais au moins ces années parce que je vais lui donner tout ce qu’il veut.

DEREK : Je suis vraiment désolé. Je vous en prie, veuillez l’excuser.

SONA : Et s’il ne se souvient pas de moi, s’il ne se souvient pas de nous, il reste mon amour. Et s’il le faut, moi je me souviendrais pour nous deux.

DEREK : Oui, venez.

(Derek emmène Sona, Meredith reste seule.)

  

(Dans la chambre de Liz, Burke arrive, Cristina continue le massage cardiaque.) 

CRISTINA : On va y’arriver. Un, deux, trois. Un, deux, trois. Un, deux, trois.

BURKE : Qu’est-ce que tu fais ?

CRISTINA : J’ai plus de pouls. Un, deux, trois.

BURKE : Laisse la.

CRISTINA : L’adré ça vient.

BURKE : Elle refuse la réa. Je sais qu’elle est contre alors laissa la. (Burke repousse Cristina) Ne pas réanimer.

CRISTINA : Très bien.

BURKE : C’est écrit dans son dossier

CRISTINA : Bon très bien.

BURKE : Alors tu la laisses.

CRISTINA : Je…

BURKE : Laisse la s’en aller.

(Cristina et Burke restent dans la chambre avec les infirmiers.)

  

(Dans la salle de préparation, George regarde Baile et le Dr Victor opérer. Izzie arrive.) 

IZZIE : Oû ils en sont ?

GEORGE : Ils résèquent la prostate, atteignant le nerf distal.

IZZIE : Tu as dit que je n’étais pas ta sœur. Tu as l’impression que je veux t’émasculer ?

GEORGE : Non, non. Je suis trop masculin pour être émasculé, moi.

(Izzie rie.) 

IZZIE : Je suis désolé.

GEORGE : Je crois que t’as mis le Dr Top Model au placard.

IZZIE : Ah ça oui.

 
(Dans le bloc opératoire.) 

BALEY : Excusez-moi, Dr Victor, mais ce sont des nerfs importants. Epargnons les, ça vaudrait mieux.

DR VICTOR : Ca prendra au moins une heure de plus. Et on n’est pas surs de tout enlever.

 
(Dans la salle de préparation.) 

IZZIE : Tu sais qu’ils l’appellent l’émasculeur.

(Dans le bloc opératoire.) 

BAILEY : Ses chances avec de la chimio sont assez bonnes. (Izzie prend un masque) Et franchement, si vous avez peur de manquer votre partie de golf, je me ferais un plaisir de terminer. (Izzie entre dans le bloc) Dr Stevens ?

DR VICTOR : On peut vous aider ?

IZZIE : Excusez moi Dr Bailey. Dr Victor, je suis de son avis. Vous ne pouvez pas… (Elle enlève son masque) Vous devez épargner les nerfs.

DR VICTOR : Quoi ?

IZZIE : Les nerfs. Vous devez les épargner à tout prix.

BAILEY : Dr Stevens, laissez moi m’occuper de ça.

IZZIE : Non, vous m’avez dit que le plus important est de donner au patient ce qu’il veut. Ce que veut Mr Humphrey, c’est son érection.

DR VICTOR : Elle est à vous. Faite la sortir.

BAILEY : Non, désolé docteur. Ces jeunes d’aujourd’hui, vous savez bien comment ils sont.

DR VICTOR : Je ferais un rapport à Richard sur vous deux.

BAILEY : Bonne idée. Seulement d’ici là, imaginons que c’est vous sur cette table et faisons ce qu’il convient.

(George fait un signe de victoire à Izzie.)  



(Il y a plein d’infirmiers dans le couloir et la chambre de Liz Fallon, Richard, Cristina et Burke sont là.) 

BURKE : Dr Pinosky. (Il éteint le moniteur.) On va prononcer l’heure du décès. (à Cristina) Tu l’as déjà fait ?

CRISTINA : Non.

RICHARD : Allez-y, docteur.

CRISTNA : Heure du décès, 11h23.

(Elle quitte la chambre.)

 

(Derek parle avec Sona dans le couloir, elle passe devant Meredith. Derek la regarde.) 

MVO : J’aimerais qu’il y ait un règlement pour l’intimité. Une sorte de manuel qui pourrait nous dire quand on franchit la ligne.

(Derek s’approche, Meredith s’en va.) 



(Burke ouvre la porte des escaliers, Cristina est là.) 

CRISTINA : Je suis désolé.

BURKE : Tu n’as pas à agir comme ça.

CRISTINA : C’est tout

MVO : Ce serait bien si on pouvait voir ce moment venu.

CRISTINA : Je vais y’aller

(Burke la retient par le bras.) 

BURKE : Laisse la.

MVO : Mais je ne sais pas comment on pourrait transcrire ça sur une carte.

BURKE : On doit respecter sa volonté.

(Burke la retient toujours, Cristina le regarde.) 

 

(Le brancard oû se trouve Mr Humphrey passe, Izzie et George le regardent passer alors que Bailey arrive.) 

BAILEY (à Izzie) : Bien sur, chaque fois qu’il aura une érection, en n’importe quelle circonstance, il pensera à toi.

MVO : Vous devenez intime avec qui vous pouvez.

 

(Dans la chambre, Jorge prend Sona en photo.) 

JORGE : Tourne un peu la tête vers moi

SONA : D’accord.

MVO : Et vous le rester aussi longtemps que vous pouvez.

 
(A la maison de repos, Meredith aide sa mère à descendre les escaliers.) 


(George est sous la douche, Izzie est assise sur les toilettes, elle se brosse les dents.) 

MVO : Quand aux règles…

GEORGE : J’espère que t’as pas encore pris ma brosse à dent.

IZZIE : C’est la mienne. (Elle regarde la brosse à dent et sourit.)

MVO : … peut-être qu’il n’y en a pas.

 
(Meredith rejoint Derek à une terrasse d’un café.) 

MVO : Peut-être que les règles de l’intimité, c’est quelque chose qu’on doit définir pour soi même.

(Opens seeing Meredith through a rain covered window into her bedroom)
 

MVO: Intimacy is a four-syllable word for, "Here are my heart and soul.


(Meredith is writing check to Roseridge home for extended care)


MVO: Please grind them into hamburger and enjoy."


(Meredith licks envelope)


MVO: It's both desired and feared,


(Izzie walks into bathroom, George is in the shower)


MVO: difficult to live with...


George: Uh, excuse me! Excuse me!


(Izzie is brushing teeth and walks out)


MVO: ...and impossible to live without.


(George peeks out shower)


George: Is that my toothbrush?!


(Meredith is flipping through pictures and stops on one of little girl in wagon, with man and woman standing around it)


MVO: Intimacy also comes attached to life's three R's: Relatives, romance and roommates.


(Izzie walks in wearing her underwear and t-shirt and brushing her teeth)


Izzie: Coffee?


MVO: There are some things you can't escape. And other things you just don't want to know.


Meredith (to Izzie): Hello, kitty.

 

(Screen flashes 4:30 am and siren wails in the background)


(Seattle Grace parking lot, everyone getting out of Meredith's jeep)


George: You don't understand. Me gonads, you ovaries.


Izzie: Oh, that reminds me. We are out of tampons.


George: You're parading through the bathroom in your underwear when I'm naked in the shower.


Izzie: Can you add it to your list, please?


George: What?!


Izzie: Tampons


Meredith: To the list, it's your turn.


George (yelling): I am a man! I don't buy girl products! I don't want you walking in while I'm in the shower, and I don't want to see you in your underwear.


Izzie: It doesn't bother me, ok? Look at me in my underwear, George. Take your time. It's no big deal.


(Interns are entering hospital; car alarm beeps in the background)



(SGH locker room, interns are standing around, getting dressed and ready for pre-rounds)


Bailey: You are the first person they see in the morning. You say please. You say thank you. You apologize for waking them up.


(Alex enters, late and gets a glare from Bailey)


Bailey: You make them feel good about you. Why is that important? Cause then they'll talk to you and tell you what's wrong. Why is that important? Because then you can tell you're attending what they need to know during rounds. And why is that important? Because if you make your resident look bad, she'll torture you until you beg for your mama. Now get out there. I want pre-rounds done be 5:30 am.


Alex (to Izzie): Morning, Dr. Model.


Izzie: Dr. Evil Spawn.


Alex: (shines light on Izzie stomach) Ooh, nice tat. They airbrush that out for that catalogs?


Izzie: I don't know. What do they do for the 666 on your skull?


Alex: Ooo


Meredith (to Cristina): I'd better get good patients today. Yesterday I had two guys with colostomies who needed dressing changes every 15 minutes.


Cristina: I'm gonna be in surgery. Today's my day.


Meredith: On what?


Cristina: Like I'd tell you.


Meredith: What do you know?


Cristina: I know that I was here at 4:00 and you didn't get here till 4:30.


Meredith: Tell me.


Cristina: No. I'm not the intern who's screwing an attending.


Meredith: I am not screw...


(Leaves locker room and runs into Derek)


Meredith (to Derek): You're here early.


Derek: I have a chordotomy at 5:00. I'll be out at 6:00. I thought I might buy your breakfast before your rounds.


Meredith: I've already eaten.


Derek: What'd you have?


Meredith: None of your business.


Derek: You a cereal person? Straight out of the box? Or all fruit and fiber-y? (He laughs) Pancakes? Do you like pancakes?


Meredith: Fine, leftover grilled cheese. Curiosity satisfied?


Derek: That's sad. It's pathetic. A good day starts with a good breakfast.


Meredith: Look, I'm not being seen with you in this hospital. Learn it, live it. It's unprofessional.


Derek: I'm just an attending getting to know one of his interns.


Meredith: He slept with the intern


Derek: Barely knew her.


Meredith: And it should stay that way.


Derek: You want me to be professional? I'll be professional.


Meredith: That's what I want.


Derek: Then that's what you get.


Meredith: You're gonna be late for your chordotomy.


Derek: Nice talking to you, Dr. Grey.


(Bailey at desk)


Bailey: Anyone seen the floor chart on the new admission?



(Cristina opens door, flips on light to a room)


Woman: You always come in like that, bang the light on?


Cristina: You're Elizabeth Fallon?


Liz: What does my chart say?


Cristina: It says you used to be a nurse here.

Liz: A scrub nurse


Cristina: And you have abdominal mass consistent with pancreatic cancer.


Liz: Oh, and you are hoping they're gonna give me a Whipple. Pancreatic duodectomy. This hospital sees those?maybe once every six months. That's why you got here at 4:30, huh?


Cristina: 4:00


Liz: Grabbed my chart before anybody else could see it. Impress Dr. Burke with your pre-round exam so you'd be the logical intern for him to ask to scrub in. Ha-Ha! I know all the tricks, doctor.


Cristina: Yang. Cristina Yang.


Liz: I'll call you Cristina. You call me Nurse Fallon.



(Scene: Izzie entering Mr. Humphrey's room, quietly)


Izzie: My Humphrey? Mr. Humphrey, I'm sorry to wake you.


Mr. Humphrey: Come on. What time is it?


Izzie: Ten after 5. I'm sorry. I just need to do a brief exam. If you could sit up for one moment. Thanks. This might be a little bit cold, so just take a deep breath. If you could just take a deep breath.


Mr. Humphrey: You're not a doctor.


Izzie: I'm Dr. Stevens but you can call me Izzie. I'll be helping Dr. Bailey with your biopsy this morning.

Mr. Humphrey: No, I don't think so, no.


Izzie: Mr. Humphrey, this will just take a moment.


(Mr. Humphrey digs around on nightstand.)


Mr. Humphrey: No, get me Dr. Bailey or Dr. Victor.


Izzie: I just need to do a brief?


Mr. Humphrey: You don't need to do anything. Is this you?


(Opens magazine to photo spread of Izzie in her underwear)


Mr. Humphrey: Huh? Is this you? It is, isn't it? You know, get out of my room.


Izzie: Mr. Humphrey?


Mr. Humphrey: Get out of my room.


(Izzie leaves)



(George and Meredith walking through hallway)


George: There need to be some rules.


Meredith: So, what, we can walk around in our underwear on alternate Tuesdays, or you could see bras but not panties? Or are you talking Amish rules? Because if you think you're gonna get Izzie to cover herself?


George: The amount of flesh exposed is not the point. You have to do something. It's your house.


Meredith: It's my mother's house.


George: Meredith?


Meredith: Do you like Izzie? Is that what this is about? Do you have a crush on Izzie?


George: Izzie? No. I don't like Izzie. Izzie?no. She's not the one I'm attracted to.


Meredith: Not the one. So, there's a one.


George: This is not...Look, there just have to be some rules.


(Enter hallway, Bailey is at a desk)


Bailey: O'Malley, Grey, get Karev and head down to Trauma. Shepherd needs you.


Meredith: Shepherd's in surgery.


Bailey: He got pulled before he could start.



(Interns exiting elevator and enter trauma room)


Meredith: Those look like?


Derek: Nails.


(Show x-ray screen of man with 7 nails in his head)


Man: I can't see my hands.


George: Oh my God! He's conscious.


Alex: Breathe deeply George. You won't pass out.


Derek: Use 4 mg's of morphine. Titrate up to 10. You know what? I don't want him to move.


Man: I can't see.


Meredith: It's ok. We need you to be very still, Mr?


Doctor: Cruz, Jorge Cruz. He tripped and fell down a flight of stairs holding a nail gun.


Alex: Sick.


Derek: Somehow he managed to miss a blood vessel. That's a minor miracle. Optic nerve's been affected. Can you feel this? Numbness on his right side. What's our immediate concern?


Meredith: Infection.


Derek: Right. I wanna be pulling these nails out in the next half-hour. I need a CT.


Doctor: CT's are down.


Derek: What?


Doctor: They exchanged them out last night. Computer's crashed; have them back up by 1:00.


Derek: So typical. So what are the options?

George: An MRI?


Derek: No!


Alex: Brilliant. The man's got nails in his head. Let's put him in a giant magnet. You want films from three axis points and a C-arm in surgery.

Derek: Excellent! You guys dig up research and find out if this has ever happened before. Go!


Jorge: My wife, my wife, my wife.


Doctor: She's on the way.


Meredith: Your wife is on the way, Mr. Cruz.


Derek: Stay with him, keep him calm and look for changes.


Jorge: Ohh. I can't see.



(Nurse Fallon's room, Cristina is presenting rounds)


Cristina: Fifty-five-year-old woman with adenocarcinoma of the pancreas. Has had radiation therapy to reduce the tumor load. Rates her abdominal pain three out of ten. Positive nausea, but no vomiting. Diarrhea, hematochazia, melena, afebrile with T-max 37-2 and stable vital signs. Lab significant for a total ability of seven and elevated liver enzymes.


Burke: Thank you, Dr. Yang.


Liz: Aggressive little witch, isn't she? She stole my chart during pre-rounds so she could scrub in on my surgery. She's hoping for a Whipple.


Chief Webber: Well, actually, Liz, I was gonna give you to Meredith Grey.


Liz: Ellis's daughter?


Chief Webber: Yes, she's an intern this year. Thought you'd have something to talk about.


Liz: Oh, I doubt that. I was Ellis's scrub nurse for 18 years, practically lived with that woman. I didn't meet that daughter once.


Burke: Well, anyway, Shepherd has her on the guy with the nails in his head.


Cristina: There's a guy with nails in his head?


Burke: Seven of them. Shot himself in the head with a nail gun.


Cristina: "Nail" nails?


Burke: Sixteen pennies, three and a half inches long.


Cristina: Wait, and he's still alive?


Burke: Fully conscious. Should be a pretty interesting surgery.


Chief Webber: But I guess you've got the Whipple.


Burke: I'm gonna need a full blood work-up and abdominal CT.


Chief Webber: CT's are down this morning.


Burke: Then an MRI. She needs an enema, an ERCP for a stent and brush biopsy this afternoon.


Chief Webber: Take care of her. Liz is an institution around here.


(Burke and Webber leave)


Liz: Good call doctor. Grey's got the human two-by-four, and you have the institution in need of an enema.



(Scene Jorge's trauma room)


Meredith: You'd say your healths been good recently?


Jorge: Maybe some headaches. Nothing compared to now. Sona, that's my wife. Sona, she'll say "Why you think they call it a gun, moron?" She hates the damn things.


Meredith: With good reason.


(Derek and Sona enter)


Sona: Baby?


Jorge: Sona. You are in so much trouble.


Derek: Get a history from her before you scrub in.


Meredith: Ok.


Derek: Thank you.



(Research room)


George: 23. People have been accidentally shot in the head with nails 23 times.


Alex: One was attempted suicide, doesn't count.


George: Oh, so he pointed a nail gun at his head on purpose? That makes me feel better.


Alex: So, uh, Grey and Stevens really walk around in their underwear?


George: Not all the time. I mean, some of the time, you know. But not all the time.


Alex: Sexy underwear?


George: Yeah, I mean?


Alex: And they just, uh, let you look at them?


George: Well, uh?yeah.


Alex: Like sisters.


George: No, well, not like sisters. (Laughs) I don't think of them as sisters.


Alex: But they're not coming on to you.


George: Not exactly.


Alex: They don't expect you to do anything.


George: No. But?


Alex: Like sisters. Just like sisters.



(Bailey enters scrub room)


Bailey: Is he prepped?


Izzie: I think they're doing it right now.


Bailey: You think? He's having a prostate biopsy. Trust me. If you'd been in there, you'd know.


(Bailey enters and after a minute Izzie follows)


Bailey: Ok, Mr. Humphrey. We're gonna get started.


Mr. Humphrey: Get her out of here. I want her out of here! Just get her out of here!


Bailey: Wait, Mr. Humphrey.


Mr. Humphrey: Just you go! Now! Just go now!


(Izzie leaves)


Bailey: Hey, relax! Relax, Mr. Humphrey.



(Hospital hallway)


Sona: Will he be able to see again?

Meredith: We won't know until the nails come out.


Sona: Did he tell you he takes photos? Beautiful photos. It's his hobby. I just got him a new digital camera now he can't stop, you know? He always has it out, always taking pictures of me.


Meredith: Jorge said he's been having headaches. Can you tell me about them? Have they been recent?


Sona: Um?I'm not sure. Maybe the last couple of months.


Meredith: Have you seen him experience any dizziness or disorientation?


Sona: Yes, yes, I have.


Meredith: Ok.



(Bailey exits room, Izzie is waiting in the hall)


Bailey: You want to tell me what that was all about?


Izzie: Nothing. He's probably just crazy or something. (Pause) Bethany Whisper.


Bailey: What?


Izzie: Bethany Whisper. I did a new Bethany Whisper lingerie ad. He saw it in a magazine.


Bailey: You got time to pose for magazines?


Izzie: No, the shoot was last year. It just came out.


Bailey: So because he saw you in a thong?


Izzie: It wasn't a thong.


Bailey: ?you're hiding out in the hallway.


Izzie: I just think it might be easier if you assign another intern.


Bailey: Easy is not in your job description. You are a doctor. He is a patient. He's your patient. Biopsy these. If they come back positive, I expect to see you in surgery. (Pause) Hey, you're on this. You understand me?



(Scene scrub room for Derek's OR)


Derek: Vertiginous or light-headedness?


Meredith: Light-headed. Sometimes he'd have to brace himself to get out of bed.


Derek: Could be a million things. Simple orthostasis. What?


Meredith: What made him fall down the stairs with a nail gun?


Derek: He said he tripped. Just because you hear hoof beats, don't assume zebras.


Meredith: Something caused him to lose consciousness and fall down the stairs. He could have a tumor.


Derek: Look, I have no idea why this guy's still alive, let alone moving and talking. Not a clue. Let's just get him through this before we start digging around for something else. (Into phone)


Shepherd. 23 cases?


Alex: One as attempted suicide.


Derek: Yeah, that doesn't count. Talk about procedure.


George: Biggest problems were bleeding and infection but the odds improved with shorter surgery times.


Alex: Bottom line was get them out quickly and watch for bleeding.


Derek: I got it. Other words, I'm on my own.


(Research room, George gets up to leave, Alex is flipping through a magazine)


George: You coming?


Alex: Dude, I don't need an escort. Go. Go ahead. (George leaves) Well, well, well. Dr. Bethany Whisper. That's so nice.



(Scene copy machine, Alex making copies while whistling and humming.)


(Jorge's OR)


Jorge: She had this thing for red when we met. Red car, red dresses, red hats. Personally, I hated the color. Too obvious, you know? But a couple years ago, I took her up to the mountains. She was in a red dress, and there was this field of red?poppies, I think. And she jumped out of the car and ran into them and started laughing?laughing at all the red.



(Dr. Bailey leaving Mr. Humphrey's room)


Bailey: The good news is it hasn't spread from his prostate to his lymph nodes.


Dr. Victor: With a radical prostatectomy, we could probably get it all. Good prognosis.


Bailey: Spare some nerves? Give him a chance at a normal sex life?


Dr. Victor: Young puppies like to take chances with cancer. Old dogs like me, we do what works.


Bailey: Yes, sir, of course.


Dr. Victor: We on the schedule tomorrow?


Bailey: 10:00 am


Dr. Victor: Good. Maybe I can squeeze in a round.


(Dr. Victor walks away)


Bailey: An ass who deals in Asses. We call him "Limp Harry." He never spares the nerves.



(Jorge's OR)


Chief Webber: As you can see, the patient has shot seven nails directly into the skull without doing significant damage other than the optic nerve, and we may be able to save that. The idea is to remove the nails at exactly the angle they entered. Any wiggle, and we risk doing more damage than when they went in.


(Gallery)


Cristina: Where are they? Move over.


George: They're just pulling them out. Hey, I heard you got a Whipple.


Cristina: A maybe Whipple. Burke is running my butt off. Oh, man. Look at those films!


Alex: (Evil laugh) It's Hellraiser


(OR)


Woman: Maybe try to an 87.


Man: Small increase then it will stabilize.


(Derek pulls out nail)


Derek: Gelfoam.


Nurse: Here you go.


(Gallery)


Cristina: There goes the third grade.


Burke: Dr. Yang?did you put in the blood work?


Cristina: Oh, right before I got here.


Burke: Hmm. Take her to Radiology for the MRI. Beep me when you're done. (Cristina sighs) You want the Whipple, right?


Cristina: Yeah.


(Cristina leaves, Izzie enters)


Cristina: Hey.


Izzie: Hey. Here. My share of the grocery money. When are you going?


George: Tonight.


Izzie: Ok, seriously, George. Please don't?


George: Yeah, could we not talk about it here?


Izzie: What, tampons?


George: Did you not hear a word I said?


Izzie: You're a man. We know.


Alex: Talk about shrinking the salamander.



(Scene: Elevator)


Liz: I always divided surgeons into two categories: Those that remember the names of their patients and those who didn't. They all remember their surgeries, of course. Every damn suture.


Cristina: But the good ones remember the names, right?


Liz: I didn't say that. Now, some of the best ones, you know, distance themselves on purpose. They believe that the personal stuff clouds the medicine.


Woman: Hi, Liz.

Liz: Hey.


Cristina: But? I'm waiting for the "but." I'm sure there's a big fat qualifier coming.


Man: Hey, Liz.


Liz: Hey!


Man: Looking good.


Liz: Oh you liar!


Man 2: How you doing honey?


Liz: Oh fabulous, just fabulous.


Woman 2: Hey, Liz.


Liz: Hey.


Man 3: Hey, Liz.



(Jorge's OR)


Derek: Bleeding?


Doctor: It's clean.


Derek: All right. Way to go, team. Good job, everybody. Thank you. I don't think we made it worse. The big question is the optic nerve. We'll know in the morning.


Meredith: Should I order the MRI?


Derek: He needs to stabilize. We'll do it tomorrow.



(Hallway exiting gallery)


Man: One of the most amazing things I ever saw?


Cristina: Is it over? Hey, is it over?


Man 2: Yeah, it's over.


(Cristina stops to read OR board)


Cristina (loudly): Hey, does Burke have a Whipple scheduled?



(Another hallway)


Cristina: Dr. Burke, I wanted to know if you've seen Nurse Fallon's labs.


Burke: I have.


Cristina: They're getting worse. The stent doesn't seem to be helping her jaundice.


Burke: No.


Cristina: Should we be doing something?


Burke: We are.


Cristina: Oh, I noticed you didn't have the Whipple on the board. Do you want me to schedule it for you?


Burke: I want to see the results of her biopsy, and have a look at her overnight labs.


Cristina: Overnight?


Burke: You're on-call, right?


Cristina: Um?sure, yeah.


Burke: Well, good. Stick with her.


Cristina: Well, you're still doing the surgery, right? Y-you're still doing the Whipple?


Burke: The woman has pancreatic cancer, Dr. Yang. We're gonna do something.


Cristina: Ok. Ok.



(Nurse Fallon's room)


Liz: Kiss the baby for me.


Woman: I will. Get some sleep, Liz.


Liz: Ok. Good night.


Woman: See you later, hon.


Man: Bye-bye Liz.


(Meredith enters)


Liz: Oh. Your mom's a bigger woman.


Meredith: You were her scrub nurse.


Liz: Liz Fallon. Come in.


Meredith: Meredith Grey. She wanted me to send her regards.


Liz: That doesn't sound like her.


Meredith: Excuse me?


Liz: Well, the Ellis Grey I know didn't have regards for anyone except Ellis Grey. But you know that already, don't you? Where is she now?


Meredith: Traveling.


Liz: Traveling?


Meredith: Yeah.


Liz: Huh. Is she practicing?


Meredith: Not so much.


Liz: Oh. Doesn't sound like her, either. She was all work, just like me. She never left the hospital. But you know that, too, don't you? Is she well?


Meredith: She's fine.


Liz: Good.


Meredith: Just wanted to send her regards. Take care.


Liz: Yeah.



(Meredith and Ellis at the rest home)


Meredith: I think there were taken at the old house. (Opens photo album) There's you in your scrubs.


Ellis: Who is that?


Meredith: That's dad.


Ellis: Who?


Meredith: Your husband. Thatcher Grey. You called him Thatch.


Ellis: Thatch.


Meredith: That's the red wagon he got me for my birthday. I'm about four years old in this photo. This is your family.


Ellis: Sure, sure.


Meredith: I saw Liz Fallon at the hospital today.


Ellis: (Laughing) Liz. I love her. How is she? Is she still a scrub nurse? She was excellent.



(Bathroom at Meredith's house, George is in the shower, Izzie is in her underwear)


Izzie: I reminded you before you went.


George: I forgot when I got there.


Izzie: No, no. You were so passive-aggressive. (Opens shower door)


George: Naked. I am naked in the shower.


Izzie: They're just tampons, George. I really need?tampons. God! (Meredith enters) I'm not riding in the same car with him.


Meredith: Unless you're going like that, you're not riding with me. (Opens cabinet) Where are the tampons?


Izzie: He didn't buy them.


Meredith: You didn't buy them?


George: Men don't buy tampons.


Izzie: You know what. You are gonna have to get over the man thing, George. We're women! We have vaginas! Get used to it.

George: I am not your sister.



(Scene: SGH hallway)


Derek: Grilled cheese again?


Meredith: Cold pizza.


Derek: Is he awake?


Meredith: Even better.


Derek: Really? Let's see what his nurse says. (Enters Jorge's room) Hi, Sona,
Jorge. How are you this morning?


Sona: Tell them what color my dress is, Jorge.


Jorge: I'd know the answer to that even if I couldn't see.



(Scene: SGH entryway)


Izzie: I'm taking the elevator. Take the stairs.


George: I was going to anyway.


Izzie: Good! Hold it. Thank you. (Elevator is full of men laughing) What?


(Elevator doors close and there is a picture of Izzie as Bethany Whisper on the doors)



(Scene: Cristina enters Nurse Fallon's room)


Liz: You don't wake a patient like that. What do I have to do to get through to you?


Cristina: Cut me some slack. I was on call last night. I didn't get much sleep.


Liz: Oh, stop whining. You'd rather be here, and you know it. What you got waiting for you at home? Boyfriend?


Cristina: Nope.


Liz: A girlfriend?


Cristina: Nope.


Liz: A pet? Family?


Cristina: A bed.


Liz: We got plenty of beds here. I don't feel sorry for you. This is who we are. This is our lives. You tell her, Dr. Burke.


Cristina: Can I talk to you?



(Another hallway)


Man: Hey, come on, come on.


Man 2: Let's go.


Man 3: What's going on?


Woman: Excuse me. What's going on?


(George tries to block Izzie from entering locker room)


Izzie: George, stop.


(Izzie enters locker room to find pictures or her posted all over. There is whistling and cheering.)


Alex: Shh, shh, shh, shh, shh! We have Bethany Whisper in our locker room. Oh, boy, I guess they do airbrush out the tattoo, don't they?


Izzie: You want to see it? You really want to see it? Fine. (Takes off coat) Let's look at that tattoo up close and personal, shall we? (Takes off shirt) And what are these? Oh, my God! Breasts! How does anybody practice medicine hauling these things around? (Takes hair down) And what do we got back here? Let's see if I remember my anatomy. (Takes pants off) Glutes, right? Let's study them, shall we? Gather around and check out the booty that put Izzie Stevens through med school. Have you had enough or should I continue? Because I have a few more very interesting tattoos. (Alex looks ashamed) You want to call me Dr. Model? That's fine. Just remember that while you're sitting on 200 grand of student loans?I'm out of debt. (Storms off)


George: I'll take them down.


Izzie: Don't bother.



(Scene: Jorge's room)


Derek: Can you tell me what you had for breakfast on Monday?


Jorge: Cheese omelet. And on Sunday. And on Saturday. And on Friday. Sona gets up every morning and makes me a cheese omelet.


Sona: It's the only thing he likes.


Jorge: It's the only thing you know how to cook.


Derek: Ok, well, things look good. But I need Jorge to get an MRI this morning to check for residual bleeding. Ok?



(Scene: Izzie enters Mr. Humphrey's room and puts a Bethany Whisper picture down.)


Izzie: This is who I was. It has nothing to do with who I am now. I'm a physician, a surgeon. And I am just as qualified as any other intern on this floor. So, you're just gonna have to get over you chauvinist crap and allow me to do my job.


Mr. Humphrey: I'm sure you're a very good doctor.


Izzie: Then what is your problem?


Mr. Humphrey: Look. I fantasized about you?about the woman in this photo, whoever she is. I'm not proud of it, but it's a fact. Do you know what they're gonna do to me today? I have cancer. And they're gonna lift up my legs and expose me to the world and cut out my prostate and my nerves, effectively neuter me. So, is it so hard to understand that I don't want the woman who's in that photo to witness? my emasculation?



(Hallway)


Cristina: Have you seen her overnight labs?


Burke: I have.


Cristina: Did you check her liver panel?


Burke: They're not good.


Cristina: No, they suck. She's choking on bile. She's jaundiced.


Burke: A very sick woman.


Cristina: Why haven't you scheduled the Whipple?


Burke: Well, are you a surgeon now?


Cristina: I'm her cruise director, pushing her around all day. The woman is circling the drain. We need to do something.


Burke: I'll take a look at her biopsy.


Cristina: Screw the biopsy.


Burke: Dr. Yang?


Cristina: Enough. You know? You know? I? I? You know what I think? I think you never intended to do the Whipple. I think this entire thing has been bull, and you're behaving like the only reason she's in this hospital is to die.


(Burke raises his eyebrows and nods. Cristina realizes the relevance of her words.)



(MRI for Jorge Cruz)


Derek: There. That's a tumor. It's midline near the hypothalamus.


Meredith: Damn.


(Jorge's room)

Derek: Best practice, probably to remove the tumor. "Probably" because I can't get it all. 99%, but not all of it. Radiation and chemo, you're looking at maybe five to ten good years.


Jorge: Let's do it.


Derek: You haven't heard the downside. See, the tumor is located in a part of your brain where your memory and your personality resides. And because of the fuzzy edges of this type of tumor, I have to cut out a lot. Jorge, you stand a good chance of losing your memories. Of losing who you are.


Sona: Is there any other way?


Derek: The alternative is gamma or cyberknife treatment with focus radiation. It's less evasive. There's little chance of memory loss or him losing himself but it would only give Jorge maybe three to five years.


Sona: Three to five years?


Derek: This is an incredibly difficult decision. If you have any more questions or you need to talk to me, I'm here, ok?



(Scene: Meredith is sitting in Liz's room, she is asleep and breathing heavily.)


Liz: Hey.


Meredith: I told my mother about you. She remembers you very well.


Liz: Of course she would. Ellis Grey never forgot a thing.


Meredith: (Chuckling) Mmm. Oh?. I'm sorry. It's not really funny. It's not funny, but?


Liz: What's her diagnosis?


Meredith: Alzheimer's, early onset.


Liz: And she doesn't want anyone to know.


Meredith: No. She's in a nursing home and I'm the only person she'll allow to see her.


Liz: But if I know Ellis Grey, she made the nursing home sign a contract to that effect.


Meredith: You know my mother well.


Liz: What a bitch.


(Both laugh)



(Scene: Outside SGH)


Izzie: The woman's life was this hospital. It was her home. It's a sweet thing for them to do.


Cristina: It's a waste of a bed, and it's a waste of my time.


Meredith: Who are we talking about?


Cristina: Liz Fallon. They brought her here to die.


Izzie: Wouldn't you want them to do the same thing for you?


Cristina: No! You know what, I'd want the doctors to do everything they could. I'd want them to cut me open until the minute I die.


Meredith: Sometimes doing everything can be worse than doing nothing.


Cristina: (Flipping through Seattle magazine) You are eight feet tall. Your boobs are perfect. Your hair is down to there. If I were you I'd walk around naked all the time. I wouldn't?I wouldn't have a job. I wouldn't have skills. I wouldn't even know how to read. I'd just be?naked.


Izzie: It's makeup. It's retouching.


Cristina: You get that we hate you, right?


Izzie: (Pager beeps) Bailey again.


Cristina: You know what, any patient who spanks to his doctor's pictures forfeits his rights. You're seriously not gonna give up the prostatectomy, are you? Izzie? Oh forget it. You know, sometimes it is actually, you know, painful to be around you.



(Scene: Mr. Humphrey's room, he is getting ready to go to the OR.)


Bailey: Where the hell have you been? When I page, you answer. It's not that difficult to understand. O'Malley answered his page. He's doing your prep. (Mr. Humphrey is wheeled out.) If I hear the words Bethany Whisper one more time?


Izzie: I can't, ok? I just?can't. He doesn't want me in there.


Bailey: No, what he wants is to not have cancer. What he wants is to be saved. You want to stay in the scrub room, that's your choice.



(Jorge's room)


Derek: All right. I'll do my best. (To Meredith) Jorge and Sona want the surgery.


Meredith: They want you to cut it out?


Derek: Mm-hmm. It's their decision.



(Scene: Liz's room, her breathing is very heavy now.)


Liz: They were never gonna operate.


Cristina: You could have told me.


Liz: What fun would that have been? Think of it as a hazing ritual. (Grabs Cristina's hand) Welcome?


Cristina: Liz, don't talk. Don't talk. Liz, just?


(Liz's machines begin beeping)


Cristina: Liz? Liz, stay? Liz, stay with me. Stay with me, Liz.


(Pushes cold blue button)



(Jorge's room. He is asleep, Sona leaves quietly. Meredith is outside the door.)


Meredith: Sona?



(Scene: Code team running to Liz's room)


Doctor: Let's go.


Nurse: Here we go. Bag her. Push epi and atropine.


Cristina: Somebody page Burke.


(People are trying to resuscitate Liz)


Male Nurse: She's DNR. She's DNR. Do not resuscitate! Dr. Yang!


Cristina: Come on, people! Push another epi! Come on!



(Hallways outside of Jorge's room)


Meredith: You need to consider what you'll lose. What good is five years if he doesn't joke about your omelets and he can't remember seeing you in that red dress?


Sona: It's still five more years.


Meredith: You don't understand. He'll be there, but he won't be Jorge. He won't even recognize you.


Sona: This is our business.


Meredith: You have no idea what this will do to you. Isn't five good years better than ten bad ones?


Derek: Meredith, what the hell are you doing?


Meredith: She needs to understand.


Sona: I do understand. You think that I'm being selfish, that I don't want to give him up.


Meredith: I don't.

Sona: This is Jorge's decision. And it that means ten bad years for me, fine. I'll give him those years because I will give him whatever he wants.


Derek: Look, I am so sorry, Sona. Just please forgive her. She's an intern?


Sona: And if he doesn't remember me, if he doesn't remember what we are, he's still my Jorge. And I'll remember for us both.


Derek: Ok, all right.



(Liz's room)


Cristina: (Performing CPR) Five, breathe, one, two.


Burke: What the hell are you two doing?


Cristina: We lost pulse.


Burke: Let her go.


Cristina: Where's that epi?


Burke: Let her go! She's DNR. Let her go down.


Cristina: Four, five. One, two.


Burke: (Pulling Cristina off) Do not resuscitate.


Cristina: All right.


Burke: It is on her chart.


Cristina: All right


Burke: Let her go down. Let her go down.



(Mr. Humphrey's scrub room)


Izzie: Where are they?


George: He's resecting the prostate, coming up on the distal nerve.


Izzie: You said, "I am not your sister." Do you feel like I was emasculating you?


George: No. No. I'm too masculine to be emasculated.


Izzie: I'm sorry.


George: Guess you put Dr. Model to rest.


Izzie: Guess I did.


(OR)


Bailey: Dr. Victor, I'm sorry, these are viable nerves. We should try and save them.


Dr. Victor: It'll take at least an hour longer, and we might not get it all.


(Scrub room)


Izzie: You know, they call him Limp Harry.


(OR)


Bailey: But his prognosis with chemo is nearly as good. And frankly, if you're worried about missing your tee time, I'd be more than happy to finish. (Izzie enters) Dr. Stevens.


Dr. Victor: Can we help you?


Izzie: I'm sorry, Dr. Bailey. Dr. Victor, I agree with her. You just can't?you have to save the nerves.


Dr. Victor: What?


Izzie: The nerves, you have to save them.


Dr. Bailey: Dr. Stevens, I can handle this.


Izzie: You told me the most important thing is giving the patient what they want. What Humphrey wants is his erection.


Dr. Victor: She's yours. You get her out.


Dr. Bailey: Can't do that sir. You know how these young puppies are.


Dr. Victor: I'm going to tell Richard about both of you.


Dr. Bailey: You do that. In the meantime, let's pretend it's you on this table and give this a try.



(Scene: Liz's room is full of doctors and nurses waiting for her to die.)


Burke: Dr. Pinosky (Man turns off monitor) (To Cristina) you ever called one?


Cristina: No.


Chief Webber: Call it doctor.


Cristina: Time of death, 11:43.


(Scene: Derek talking to Sona, Meredith standing back)


MVO: I wish there were a rulebook for intimacy. Some kind of a guide that could tell you when you've crossed the line.


(Scene: Stairwell)


Burke: You can't lose it like that.


MVO: It would be nice if you could see it coming.


Cristina: I'll get her.


(Burke grabs her)


Burke: Let her go.


MVO: And I don't know how you fit it on a map.


Burke: We have to let her go.



(Scrub room)


Bailey: Of course, now you know every time he gets a rise, he'll be thinking of you.


(Izzie smiles)


MVO: You take it where you can get it?


(Jorge is taking pictures of Sona.)


MVO:...and keep it as long as you can.


(Meredith holding her moms hand walking down some stairs)



(George in the shower, Izzie is sitting on the toilet.)


MVO: And as for rules?


George: Better not be using my toothbrush.


Izzie: I'm not.


MVO: Maybe there are none.


(Meredith walks up to a table and sits down with Derek)


MVO: Maybe the rules of intimacy are something you have to define for yourself.

Kikavu ?

Au total, 236 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

hazalhia7 
29.09.2019 vers 20h

Locksley 
31.08.2019 vers 21h

Mathry02 
07.07.2019 vers 18h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Lilie34 
24.04.2019 vers 22h

magrenat 
10.04.2019 vers 17h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

HypnoPlume 2019: Participez!
On vous attend! | Teaser YouTube

Activité récente

Photo du mois
Aujourd'hui à 14:46

S16E05 Breathe Again
Aujourd'hui à 14:24

S16E04 It's Raining Men
Aujourd'hui à 14:24

Thomas Koracick
Aujourd'hui à 14:23

Andrew DeLuca
Aujourd'hui à 14:22

Richard Webber
Aujourd'hui à 14:20

Maggie Pierce
Aujourd'hui à 14:17

Amelia Shepherd
Aujourd'hui à 14:16

Jo Wilson
Aujourd'hui à 14:13

Dernières audiences
Logo de la chaîne ABC

16.03 : Reunited (inédit)
Jeudi 10 octobre à 20:00
6.09m / 1.4% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

16.02 : Back In The Saddle (inédit)
Jeudi 3 octobre à 20:00
6.01m / 1.3% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

16.01 : Nothing Left to Cling To (inédit)
Jeudi 26 septembre à 20:00
6.51m / 1.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Diffusion ABC - 1604

Diffusion ABC - 1604
C'est ce soir que sera diffusé l'épisode 1604 "It's raining men" sur la chaîne ABC. La guerre entre...

Les photos de la célébration du 350ème épisode

Les photos de la célébration du 350ème épisode
L'équipe de Grey's Anatomy et d'ABC ont célébré le 350ème épisode qui sera diffusé le 14...

Audience ABC - 1603

Audience ABC - 1603
L'épisode 3 de la saison 16 de Grey's Anatomy a rassemblé 6.09 millions de téléspectateurs, avec un...

Départ de Sophia Ali

Départ de Sophia Ali
Krista Vernoff vient d'annoncer le départ de Sophia Ali. L'actrice qui jouait l'interne Dahlia Qadri...

Diffusion ABC - 1603

Diffusion ABC - 1603
Ce soir sera diffusé l'épisode 1603 "Reunited" de Grey's Anatomy sur ABC.  Vous pourrez voir en...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

cinto, 15.10.2019 à 18:51

Vous voulez poser une question à Henry? RDV au sondage chez The Tudors et Régalez-vous à commenter. Merci à tous.

CastleBeck, 15.10.2019 à 22:21

Un nouveau concours d'écriture vous attend sur le quartier Castle. Merci

juju93, Avant-hier à 22:14

3ème catégorie des L d'or de The L Word : le personnage masculin (oui masculin vous avez bien lu) qui aurait mérité d'être + approfondi.

Locksley, Hier à 15:33

L'interview de bloom74, HypnoVIP, est publiée à l'Accueil ! Bonne lecture et bon après-midi !

sabby, Hier à 21:05

Hello bonsoir ! Un nouveau survivor vous attend sur S.W.A.T Bonne soirée à tous !!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site