VOTE | 875 fans

#226 : Un pour tous...

Scénario : Joan Rater et Tony Phelan - Réalisation : Rob Corn
Guest stars : Loretta Devine, Jeffrey Dean Morgan, Tessa Thompson, Hallee Hirsh, Brooke Smith (I), Tiffany Hines 

Denny a besoin d'urgence d'un coeur pour sa greffe. Izzie et George essayent de le rendre plus mal en point qu'un autre patient pour qu'il ait un coeur le plus vite possible. Burke ne peut opérer Denny après que son coeur se soit arrêté et Denny se trouve dans une situation inquiétante. Derek, alors qu'il opère Burke qui s'est pris une balle perdue, réalise qu'il a la vie d'un ami entre ses mains. Cristina est responsable des urgences et s'inquiète pour Burke. La nièce du Dr. Webber, Camille, arrive à l'hôpital, elle semble faire une rechute de son cancer alors qu'elle était à son bal de promo.


Popularité


4.55 - 11 votes

Titre VO
Deterioration of the Fight or Flight Response

Titre VF
Un pour tous...

Première diffusion
15.05.2005

Première diffusion en France
10.10.2006

Plus de détails

[INT SGH]


(Plan sur le parking des urgences où Bailey s’occupe de Burke qui vient de se faire tirer dessus)


VOIX OFF (Meredith) : Les êtres humains ont besoin de beaucoup de choses pour se sentir vivant.


(Plan sur le monitoring plat de Denny)


VOIX OFF (Georges) : La famille.


VOIX OFF (Cristina) : L’amour.


VOIX OFF (Izzie) : Le sexe.


VOIX OFF (Derek) : Mais, la seule chose essentielle….


VOIX OFF (Burke) : C’est d’être en vie.


(Plan sur Derek accoudé à la rambarde de la mezzanine)


VOIX OFF (Cristina) : Il nous faut un cœur palpitant


(Plan sur Burke toujours allongé sur le parking des urgences et perdant beaucoup de sang. On observe la scène en partie à travers les yeux de Burke)


VOIX OFF (Addison) : Lorsque notre cœur est menacé,…


VOIX OFF (Alex) : Nous réagissons de deux façons.


VOIX OFF (Burke) : Ou nous fuyons ou,….


VOIX OFF (Izzie) : Nous nous battons.


VOIX OFF (Richard) : Il y a une expression pour dire ça.


VOIX OFF (Alex) : Le combat.


VOIX OFF (Addison) : Ou la fuite.


VOIX OFF (Bailey) : C’est instinctif.


VOIX OFF (Meredith) : Nous ne pouvons pas le contrôler.


(Monitoring plat)


(Plan sur la chambre de Denny)


VOIX OFF (Izzie) : En sommes-nous capables ?


GEORGES : Izzie ? (Il prend les choses en main) Son cœur ne bat presque plus ! Il faut appeler du monde ! Il n’a pas de pouls ! Izzie, il faut appeler du monde !


IZZIE : Non, j’ai un autre moyen !


GEORGES : On le perd ! Il faut appeler !


IZZIE, empêchant Georges d’appeler de l’aide : Non ! Si nous appelons, ils vont l’emmener d’urgences en chirurgie ! Ils remplaceront l’appareillage cardiaque et Denny se stabilisera ! Il faut que son état empire pour obtenir ce cœur. (Elle installe une pompe sur le tube qu’elle vient de couper pour faire le travail manuellement)


GEORGES : Izzie, c’est de la folie !


IZZIE : Il faut qu’il ait ce cœur ! Il mourra avant d’avoir une autre occasion et tu le sais !


GEORGES : On doit appeler Izzie !


IZZIE, lui rentrant dedans pour pas qu’il appelle : Non ! (elle le plaque contre le mur) Si tu appuies sur ce bouton, je te ferai mal Georges ! Pas trop parce qu’on est amis mais assez pour que tu ne m’empêches pas de suivre mon plan ! Je n’ai pas peur de toi !


GEORGES : Izzie !


IZZIE : T’as une décision à prendre ! Tu peux rester ici et m’aider ou tu peux foutre le camp ! Qu’est-ce que tu décides, Georges ?


(Plan sur les urgences ou un blessé sur un brancard vient d’arriver. Cristina se prépare pour accueillir les blessés)


CRISTINA, à Richard : Chef ? Qu’est-ce qu’il se passe ? C’est grave ? Ca à l’air grave ! Je suis là ! Je peux aider ! S’il y a besoin de moi en chirurgie, je suis là !


RICHARD : Voulez-vous aller en trauma 2, docteur Yang ?


CRISTINA : Et je pourrais avoir la trauma 2 sous ma responsabilité ?


RICHARD : Oui, mais appeler moi au cas où et prenez conseil de vos confrères.


CRISTINA, tout excitée : J’y vais tout de suite.


(Cristina part s’occuper de son patient et Richard se dirige vers Bailey qui arrive avec Burke sur un brancard)


RICHARD : Degrés de gravité ?


BAILEY : Plaie par balle, épaule droite. Il a perdu beaucoup de sang.


RICHARD : Emmenez le en trauma 1 et laissez les stores fermés. Yang est à l’étage.


(Plan sur la salle de trauma 2 où se trouve Cristina)


INFIRMIER : Plaie volontaire par balle à la tête. Pouls filant.


CRISTINA : C’est lui le tireur ?


INFIRMIER : Oui. Il a vidé son chargeur avant de se tuer.


CRISTINA : Se faisant exploser la tête ? Bien. Bien. Mets un milligramme d’adré et branche-le au scop.


INFIRMIER : C’est vous la responsable ?


CRISTINA, ravie : Absolument, c’est moi !


(Plan sur la trauma 1 où Bailey et Richard soigne Burke)


RICHARD : Hey attendez !


BURKE, essayant de se lever : Non, je vais bien !


RICHARD : Vous devez rester allongé. Vous avez perdu beaucoup de sang.


BURKE : Je vais bien ! Laissez-moi ! Je vais bien ! J’ai un patient que je dois surveiller !


BAILEY : Non ! Non, c’est vous qui êtes le patient alors allongez-vous !


BURKE : Ah ! Docteur Bailey ? Vous êtes arrivé quand ?


RICHARD : Bipez Sheperd !


(Plan sur Cristina s’occupant toujours de son patient. De là où elle est, elle voit Derek arriver et pousser la porte de la trauma 1. Elle voit alors Burke allongé sur le lit)


CRISTINA, à l’infirmier : Continuez le massage.


(Elle sort de la trauma 2 et se précipite voir ce qu’il se passe avec Burke)


DEREK : C’est le point d’entrée.


CRISTINA : Tu es blessé ?


BURKE : Cristina ?


RICHARD : Yang, retournez à votre poste !


CRISTINA : Il est blessé ?


BAILEY : Yang ! On s’occupe de lui d’accord ? Sors d’ici !


CRISTINA, retournant voir son patient : Ce type lui a tiré dessus !


INFIRMIER : Il est condamné !


CRISTINA : Poussez-vous !


INFIRMIER : C’est terminé pour lui.


CRISTINA : On n’essaie pas de se tuer ! On ne s’en sort pas aussi facilement ! Passez-lui une forte dose d’adré.


INFIRMIER : Docteur Yang ?


CRISTINA : Quoi ? Je veux pouvoir dire à sa famille que j’ai fait tout ce que j’ai pu pour sauver sa misérable vie ! Trois doses d’adré ! Alllez ! Grouillez-vous !


[EXT SGH]


(Plan sur Alex au Mercy West)


ALEX, au Dr Hahn : On devrait avoir des nouvelles du docteur Burke dans peu de temps.


DR HAHN : Hum ! C’est ce que vous m’avez dit il y a une demi-heure ! Mais, qu’on est de ses nouvelles ou pas, quand le délai sera passé, le cœur sera pour moi !


[INT SGH]


(Plan sur Burke en train de se faire soigner)


BAILEY : Oh non ! Pas d’orifice de sortie.


DEREK : Entrée en haut de l’épaule droite, c’est peut-être dans la moelle épinière !


RICHARD : Oui.


DEREK : Il faut le mettre sur le côté.


RICHARD : D’accord. Doucement.


DEREK : Bien, attention au bras.


RICHARD : Doucement.


DEREK : Docteur Burke ? La balle parait assez mal placée. Nous voulons vérifier le fonctionnement de votre main.


RICHARD : Je voudrais que vous serriez mes doigts, d’accord ?


(Rien ne se passe. Cristina entre.)


CRISTINA : Ils ont embarqué mon patient en haut.


BAILEY : Je veux que tu attendes dehors.


CRISTINA : Je ne vais pas attendre dehors. Burke ?


BURKE : Laissez-nous une minute.


RICHARD : Juste un instant. Je ne veux pas perdre de temps.


(Derek, Bailey et Richard sortent de la pièce)


BURKE : Cristina ?


CRISTINA : Chéri, non ne dis rien. Je sais que tu es désolé. Je sais que tu ne voulais pas me priver de la transplantation. Je ne t’en veux pas. Je t’en ai voulu mais je ne suis plus en colère alors surtout ne t’inquiète pas de tout ça. N’y pense même pas, d’accord ? Tout ce qui compte c’est que tu ailles mieux et que tu t’en sortes. Et je suis là pour toi, pour tout ce que tu veux. Je suis là.


BURKE : J’ai besoin...que tu… que tu ailles…que tu ailles voir Denny Duquette.


CRISTINA : D’accord. Et n’en profites pas pour faire des bêtises sinon je finirai par me fâcher d’accord ?


(Plan sur Adèle Webber, la femme de Richard, et sur Addison)


ADELE : Addison ? Merci de nous recevoir.


ADDISON : Qu’est-ce que vous avez de si important à me dire que je sois obligé de cacher à mon chef de chirurgie ?


ADELE : Je chaperonnai ma nièce ici présente à un bal d’étudiants. Nous avons eu une petite complication.


ADDISON : Camille Travis, 17 ans, a perdue conscience au cours d’un rapport sexuel ?


ADELE : Addison, moins fort !


CAMILLE : C’est rien tante Adèle ! Je vais bien !


ADELE : Quand ton oncle Richard apprendra que sa nièce chérie n’est plus vierge, personne n’ira bien, crois-moi !


(Des amies de Camille, Claire et Nathalie, ainsi que son petit ami débarquent paniqués)


CLAIRE : Camille ?


NATHALIE : Oh Mme Webber !


CLAIRE : Oh mon Dieu ! Elle va bien ?


NATHALIE : Elle va aller bien ? C’était sa première fois !


CLAIRE : Personne ne meurt d’avoir fait l’amour n’est-ce pas ?


BRIAN, petit ami de Camille : Vous ne direz rien à mes parents hein ? J’ai fait attention, j’ai utilisé un préservatif !


(Plan sur la chambre de Denny Duquette. Izzie est en train de le ventiler manuellement grâce à une pompe. Georges est là aussi. Meredith entre dans la chambre)


MEREDITH : Georges m’a bipé en urgences.


IZZIE : T’as appelé Meredith ?


GEORGES : On a besoin d’aide, figure-toi!


MEREDITH : Mais enfin, qu’est-ce qu’il se passe ?


(Cristina entre aussi dans la chambre)


CRISTINA : Mais, enfin, qu’est-ce qu’il se passe ?


MEREDITH : C’est exactement ce que je viens de dire.


GEORGES : Elle a coupé le tube de l’appareillage cardiaque !


MEREDITH : Comment ça tu as coupé le tube ?


CRISTINA : Tu veux le tuer ? Tu es folle ?


IZZIE : Nan, j’essaie de le sauver ! Tout ce que j’ai à faire, c’est confirmer que son état s’est aggravé. Et Burke pourras contacter la banque d’organes pour que Denny remonte dans la liste et obtienne ce cœur !


CRISTINA : Attends, à propose de Burke….


GEORGES, à Meredith : Elle est folle ! Je me trompe pas ?


MEREDITH : Non, tu ne te trompes pas !


CRISTINA : A propos de Burke….


IZZIE, criant : Vous inquiètez pas ça va aller !


MEREDITH : Izzie !


IZZIE : Oui, quand Burke sera là tout se passera bien, croyez-moi ! Il saura quoi faire !


CRISTINA, criant pour se faire entendre : A propos de Burke !


GEORGES : Quoi ?


CRISTINA : Il s’est fait tirer dessus !


[Générique]


(Plan sur la chambre de Denny. Georges a pris le relai d’Izzie pour ventiler Denny. Cette dernière fait les cent pas en se tenant la tête)


IZZIE : Oh Burke ne vas pas venir !


MEREDITH : Cristina, ça va ?


CRISTINA : Oui, ça va, ça va.


IZZIE : Burke ne va pas venir !


GEORGES : Pourquoi j’ai pas fait mon internat à San Diego ! Rien de tout ça ne serait arrivé si j’étais à San Diego !


IZZIE : Burke ne va pas venir !


CRISTINA : Non Izzie, Burke ne viendra pas ! Tu vas avoir de gros problèmes ! Tu vas peut-être te faire accuser de meurtre à cause de ton idée stupide de voler un cœur ! Mais Burke a d’autres chats à fouetter !


IZZIE : Oh Denny va mourir ! Denny va mourir et je l’aurai tué !


GEORGES : T’aurais jamais dut faire ça !


MEREDITH : Georges !


GEORGES : Il faut avertir quelqu’un !


MEREDITH : Non ! Denny n’aura pas le cœur et Izzie sera virer du programme !


CRISTINA : Je m’en vais.


GEORGES : Quoi ?


MEREDITH : Cristina ?


CRISTINA : Tu sais Burke pourrait mourir aussi. Les blessures par balles occasionnent souvent des complications. (Elle se tourne vers Izzie) Tu devrais y penser !


IZZIE : Oh c’est pas vrai !


CRISTINA : Tu veux que je te dise ? Rien de tout ça ne serait arrivé si tu avais pensé avec ta tête !


GEORGE, à Izzie : T’es complètement folle ! Et le règlement t’y as pensé ?


IZZIE : J’ai fait ce que je croyais être le mieux ! Y’a pas que le règlement qui compte !


GEORGES : As-tu pensé un jour à quelqu’un d’autre qu’à toi-même !


MEREDITH : LA FERME ! LA FERME ! La ferme ! Personne ne va partir et personne ne va mourir !


DENNY : Merci ! Ca commençait à me taper sur les nerfs ce discours sur la mort.


IZZIE : Denny ?


DENNY : Tout va bien ! Je crois qu’on devrait tous écouter Meredith. On dirait qu’elle a peut-être un plan.


IZZIE, se levant : Oh ! Tu as un plan ?


MEREDITH : Donnez-moi une minute !


(Plan sur Adèle et les amis de Camille qui attendent dans le couloir pendant qu’Addison l’ausculte)


ADELE : Vous devriez repartir au bal.


CLAIRE : Vous allez appeler les parents de Camille ?


ADELE : Tant que je n’y suis pas obligé non. Tu connais sa mère, elle devient vite hystérique !


RICHARD, se raclant la gorge.


ADELE : Oh ! Brian disparait !


BRIAN, au téléphone : Quoi ?


ADELE : Disparait ! Va-t-en ! Disparait ! Richard ! Richard !


RICHARD : Adèle ?


ADELE : hum hum.


RICHARD : Euh… Tu es venu pour voir Preston ?


ADELE : Preston ? Qu’est-ce qui est arrivé à Preston ?


RICHARD : On lui a tiré dessus.


ADELE : Oh, Preston s’est fiat tiré dessus ?


RICHARD : Oui. (Il regarde à travers le fenêtrons de la porte de la chambre où se trouve Camille.) Camille ? Mais qu’est-ce qui est arrivé à Camille ?


ADELE : Richard ?


RICHARD : Pourquoi tu ne m’as pas appelé ?


ADELE : Richard ? Elle a 17 ans. Dans quelques mois elle en aura 18. La plupart des filles la perde bien avant.


RICHARD : Adèle ! Tu crois que j’ai envie d’entendre ça ? Tu crois que j’ai envie d’imaginer ma nièce chérie en train de la perdre ?


ADELE : Richard, surtout respire bien chéri !


ADDISON : Adèle, l’hémorragie s’est arrêtée mais l’examen abdominal m’inquiète, je voudrais faire une échographie.


RICHARD : Il y a trois ans, on a diagnostiqué chez Camille un cancer des ovaires. Ils n’ont enlevé qu’un seul ovaire pour qu’elle puisse espérer avoir des enfants. Depuis tous ces examens se sont révélés excellents.


ADDISON : Très bien. Alors, il est bien trop tôt pour s’inquiéter !


(Addison part)


ADELE : Oh !


RICHARD, voyant Brian au loin : Toi ? Oui, toi ! Attends ! J’ai deux mots à te dire !


ADELE, fais signe à Brian, dans le dos de Richard, de s’en aller : File.


RICHARD, se mettant à courir après Brian : Reviens !


ADELE : Richard !


RICHARD : Arrête ! J’ai dit arrête !


ADELE, se mettant à courir après Richard : Richard ! Richard je t’en prie ! Richard !


(Plan sur la chambre de Denny)


GEORGES : Oh ! C’est un plan stupide !


MEREDITH : Si Burke ne vient pas, on va donc être obligé de confirmer nous-même l’état de Denny. On fait les examens sanguins, on fait l’écho et personne ne saura jamais ce qu’Izzie a fait.


IZZIE : Mais, on a jamais fait d’écho tout seul avant !


MEREDITH : Cristina oui. Burke lui a appris.


CRISTINA : Je ne m’en mêle pas.


IZZIE : Et si c’était Burke ? Et si c’était moi ?


CRISTINA : Ça ne va pas ! Ce n’est pas déontologique ! Et c’est très grave ! Il y a un règlement, je refuse de jouer avec ça !


IZZIE : Si tu étais à ma place ?


CRISTINA : Je ne serai pas tombé amoureuse d’un patient !


IZZIE : Tu es tombée amoureuse d’un titulaire !


CRISTINA : Meredith aussi et alors ?


MEREDITH : On ne peut pas venir en aide à ceux dont on est amoureux.


GEORGES : Oui.


IZZIE : Ouais.


(Plan sur Burke. Derek et Richard sont en train de l’ausculter)


DEREK, à Richard : Ses mains sont froides.


BURKE, semi-conscient : Mes mains sont toujours froides…


RICHARD : Votre main est froide Preston.


BURKE, semi-conscient : J’ai les mains froides.


(Derek regarde les radios qu’on vient de lui apporter)


RICHARD : La balle est peut-être logée dans le plexus brachial. C’est dangereux.


DEREK : Oui, c’est très dangereux, ça m’inquiète.


RICHARD : Faudra faire un angiogramme.


BURKE, dans un murmure pratiquement inaudible : Mes mains sont toujours froides….


(Derek et Richard continuent de parler de la radio)


BURKE, dans un murmure pratiquement inaudible : Toujours froides….


(Tout d’un coup on entend les machines se mettre à biper)


DEREK : La trachée a dévié à droite !


RICHARD, écoutant le cœur de Burke avec son stéthoscope : Aucun murmure vésiculaire à droite !


DEREK, à l’infirmier : Bétadine !


RICHARD : Allez ! Allez !


DEREK : Sonde d’angio de 14 !


RICHARD : Dépêchons !


DEREK : Docteur Burke ? Docteur Burke, restez avec moi maintenant ! (Burke reprend conscience) Voilà c’est ça ! Voilà, tout va bien ! Voilà ! Votre poumon s’est collabé. Tout va bien. Tout va très bien.


[EXT SGH]


(Plan sur Alex au Mercy West. Le docteur Hahn attend toujours dans le bloc tandis qu’Alex est au téléphone)


ALEX, avec Meredith au téléphone : On lui a tiré dessus ? Merde !


(Plan sur Meredith)


MEREDITH, au téléphone : Il faut qu’on fasse tous les examens de Denny nous-même.


(Plan sur Alex)


ALEX, au téléphone : On nous a donné une heure ! Dans quelques minutes ce sera fini pour de bon !


(Plan sur Meredith)


ALEX, au téléphone : Ecoute Meredith, cette fille c’est une dure à cuire, elle ne voudra pas attendre !


MEREDITH, au téléphone : Il faudra que tu la fasses patienter encore !


ALEX, au téléphone : Non, je ne veux pas être impliqué là-dedans !


(Plan sur Alex)


ALEX, au téléphone : Et je me fiche que cet imbécile de pleurnichard est un cœur ou non !


MEREDITH, au téléphone : Alex ! Fais-le ! Pour Izzie.


ALEX, au téléphone : Je ne peux rien te garantir du tout.


[INT SGH]


(Plan sur Camille se faisant ausculter par Addison. Ses amies, Natalie et Claire sont présentes.)


NATHALIE : Alors ? C’était vraiment romantique ?


CLAIRE : Oui, enfin,….avant qu’on t’emmène en urgences à l’hôpital !


CAMILLE : Oui, écoutez. Vous savez ce qu’on ressent quand on… On regarde l’autre au fond des yeux et qu’on se sent dans la douceur, qu’on oublie qui on est, et que tout est simplement parfait !


ADDISON : Camille ? Avez-vous eu des symptômes : douleurs abdominales, nausées ou autres ?


CALIRE : Non, elle allait bien !


ADDISON : Vous n’alliez pas bien, n’est-ce pas ?


CAMILLE : Non, je n’ai pas été bien pendant un mois.


NATHALIE : T’as été malade pendant un mois ?


CAMILLE : Je voulais aller au bal moi aussi ! Je…je ne voulais pas être encore une fois la fille qui a un cancer.


CLAIRE : Mais, t’as pas de cancer ? (se tournant vers Addison) Hein ?! Elle a pas de cancer ?!


(Plan sur Addison qui rejoint Adèle dans le couloir)


ADDISON : Adèle ?


ADELE : Oh ! J’étais en train d’essayer de me rappeler la nuit où j’ai perdu ma virginité.


ADDISON : Hum !


ADELE : Et j’ai oublié !


ADDISON : Oh !


ADELE : Je me rappelle le garçon avec qui c’était et je me rappelle que j’avais 18 ans mais, je n’arrive pas à me rappeler tous les autres détails.


ADDISON : Je peux me souvenir de tous les détails. Ceux dont je me passerai volontiers !


ADELE : A ce point-là ?


ADDISON : Non ! Non, mais ce n’était pas réussi. Ça a marché plus tard. Et le plaisir est arrivé.


ADELE, elle rit puis reprend son sérieux pour parler de Camille : Cette petite est encore au tout début de sa vie de femme. Elle ne sait rien des plaisirs qui l’attendent. Je vous en prie, Addison, dites-moi qu’elle va avoir une chance de découvrir les bonnes choses de la vie ?


(Addison ne dit rien mais par son regard on comprend que la réponse est non.)


ADELE : Oh !


ADDISON : Je suis navrée Adèle !


(Plan sur la chambre de Denny. Cristina lui fait une écho)


IZZIE : Comment va le cœur ?


CRISTINA : Le ventricule gauche est naze et il pompe à peine.


IZZIE : Je suis désolée. Je sais que tu t’inquiètes pour Burke.


CRISTINA : Oui, ça va aller.


IZZIE : Cristina, si tu essayais au moins de comprendre ! J’aime cet homme !


CRISTINA : Tu ne le connais même pas !


IZZIE : Si, je le connais très bien !


CRISTINA : Tu ne l’a jamais vu en dehors des quatre murs de cet hôpital ! Tu ne le connais pas !


IZZIE : Je le connais bien ! Et peut-être que je ne vis pas avec lui ou que je ne travaille pas avec lui comme toi avec Burke mais, je sais que je connais cet homme ! Et il a… Il a la possibilité de s’en sortir ! Alors, entre le choix de fuir et celui de rester…


CRISTINA : Tu devrais fuir. Une personne saine d’esprit, une personne qui tient à sa carrière, qui a tout sacrifié pour elle, une personne qui a un cœur fier et courageux devrait s’enfuir !


DENNY, à Izzie : Une personne saine d’esprit devrait m’épouser.


IZZIE : Quoi ? Qu’est-ce que t’as dit ? Qu’est-ce qu’il a dit ? Il a dit m’épouser ? Il a dit m’épouser, non ?


GEORGES : Oui.


IZZIE : Denny ? Réveille-toi ! Denny ?


(Une machine se met à biper)


GEORGES : Qu’est-ce qu’il se passe ?


IZZIE : Je pompe plus fort !


MEREDITH : Il est en arrêt ?


CRISTINA : Non il n’est pas en arrêt ! Il y a du mouvement, regardez ! Bon, on va le choquer ! Charge le défibrillateur !


IZZIE : Ventile Georges !


GEORGES : Ca y est !


IZZIE : Chargez à 200 !


CRISTINA : Tu l’as ?


IZZIE : Oui ! Dégagez !


[EXT SGH]


(Plan sur Alex et le docteur Hahn au Mercy West)


DR HAHN : Le docteur Burke est vivant ?


ALEX : Oui.


DR HAHN : Dommage ! Il est aurait certainement fait un bon donneur. (Elle rentre dans le bloc) Bon allons-y ! Allons chercher nos organes et fichons le camp d’ici.


ALEX : Ce cœur n’est pas encore à vous ! Seattle Grace attends toujours des résultats.


DR HAHN : Eh bien pas moi ! Lame de 10.


ALEX : Vous pouvez pas faire ça !


(Le Dr Hahn ouvre la poitrine du patient)


DR HAHN : Je viens de le faire.


[INT SGH]


(Plan sur Richard Webber descendant les escaliers du hall de l’hôpital. De nombreux adolescents sont présents.)


RICHARD, à Claire et Nathalie : Mesdemoiselles ?


CLAIRE : Euh… j’ai appelé Jillian.


NATHALIE : Et j’ai appelé Tessa. Et elles ont appelés Simon, Bianca et Déborah.


RICHARD : Mesdemoiselles !


NATHALIE : C’est son premier bal Dr Webber ! Elle peut pas raté son premier bal alors, on… On va le faire ici !


RICHARD, s’adressant à tout le monde : Jeunes gens ? Jeunes gens ! Ecoutez-moi ! Je sais que vous voulez voir Camille. Vous devriez venir demain, pendant la journée, en petit groupe. (A claire et Nathalie) Ecoutez, je suis désolé, mais je ne peux pas avoir une bande d’ados qui trainent dans les couloirs. Il y a des malades ici. Des gens qui meurent.


CLAIRE : Qui meurent ! Oui, on sait !


(Plan sur la main de Preston. Celui-ci essaie de plier ses doigts. Derek est là aussi)


DEREK : Comment ça va ?


BURKE : J’ai un engourdissement dans mon quatrième et mon cinquième doigt.


DEREK : Et il y a un pseudo-anévrisme de la sous-clavière. Vous connaissez le truc. Il faut attendre quelques jours. (Piquant avec une aiguille dans les doigts de Preston) Il peut ne pas augmenter de taille.


BURKE : Oui. Si.. S’il reste de cette taille, il y aura beaucoup trop de lésions.


DEREK : On peut aller voir et arranger ça. On soulagera la compression nerveuse.


BURKE : Mais l’opération pourrait causer des dommages neurologiques.


DEREK : Oui.


BURKE : Et je pourrais perdre l’usage de tout le bras.


DEREK : Oui.


BURKE : Vous pouvez le faire ? Vous êtes assez bon pour opérer ?


DEREK : Oui, je crois.


BURKE : Mais, vous n’êtes pas sûr ?


DEREK : Mais, je ne suis pas sûr.


BURKE : Alors, qu’est-ce que je décide ?


DEREK : Ce n’est pas votre genre de poser ces questions-là !


BURKE : Ce n’est pas votre genre de ne pas avoir de réponses !


(Plan sur Adèle marchant dans un couloir et se dirigeant vers Richard)


ADELE : Comment as-tu osé renvoyer ces enfants ?


RICHARD : Adèle, je t’en prie ! Tu es émotive ! Arrête !


ADELE : Je viens d’annoncer à ma sœur que sa fille adorée a de nouveau un cancer. Alors, oui, tu peux dire que je suis émotive ! Si tu ne veux pas oublier ton précieux règlement pour Camille, c’est parfait ! Ne le fait pas pour elle, fait le pour moi ! Fais le pour la femme qui ne t’as jamais rien demandé, qui ne dis rien sur ton emploi du temps si chargé, qui n’a pas essayé de savoir quand tu avais une aventure avec une autre femme, qui t’as aidé à te sortir de l’alcool quand cette femme t’as quitté, qui est resté à tes côtés quand tous me disait que je serais mieux toute seule ! Je ne te le demande pas, non, je te le dis ! Tu vas faire ce qu’il faut Camille ! Tu vas privilégier les besoins des membres de ta famille et les mettre au-dessus de ceux de tes patients sinon,… Il faudra que tu te trouves un autre endroit pour dormir !


(Adèle s’en va laissant en plan Richard dans le couloir)


(Plan sur Derek marchant dans le couloir. Addison marche derrière lui pour le rattraper)


ADDISON : Derek ?


DEREK : Pas maintenant Addison !


ADDISON : Derek ??


DEREK : Pas maintenant !


(Derek entre dans une chambre, ferme la porte et soupire. Il croit être seul mais Richard est là aussi)


RICHARD, assis sur un canapé : Il n’y a pas un seul endroit où se cacher dans cet hôpital.


DEREK, s’asseyant à côté de lui : J’essaie un peu d’y voir clair ! Tout me parait énorme, comme si c’était… Enfin, j’arrive pas à y voir clair.


RICHARD : MA nièce a un cancer qui récidive. Elle a 17 ans et elle va mourir. Et puis, il y a 25ans, j’ai eu une liaison secrète avec Ellis Grey. Et aujourd’hui, je viens de découvrir que ma femme était au courant de tout ! Il n’y avait donc aucun secret. Et elle est restée avec moi.


DEREK : Je le respecte vous savez. Le Dr Burke. Je le respecte. C’est un homme décent et honorable, un arrogant qui monopolise le bloc et se prend pour Dieu mais,…Un homme décent et honorable. Je le respecte. C’est l’un des plus grands chirurgiens cardiaque de notre pays et il faut que… C’est sa main ! Je ne sais pas ce qu’il faut faire. Je peux pas… Je peux pas le prendre ne charge.


RICHARD : Preston Burke est un homme décent et honorable mais, vous l’êtes aussi Derek. Vous êtes un homme décent et honorable, et vous avez trop d’honneur pour fuir. (Regardant sa tasse) Si vous saviez à quel point j’aimerai que ce soit du bourbon !


(Plan sur la chambre du Dr Burke. Miranda Bailey vient lui rendre visite)


BAILEY : Je peux faire quelque chose pour vous Dr Burke ?


BURKE : Non. Ça va.


BAILEY : Y’a bien quelque chose !


BURKE : J’aimerai bien avoir de la glace. Euh…et un peu de morphine si j’y ai le droit. Et euh…Cristina.


BAILEY : Je m’en occupe. (Elle va pour sortir de la chambre) Où est Cristina ? Où sont… ? Où sont tous les lèches bottes ?


BURKE : Je vous demande pardon ?


BAILEY : Mes internes ! Obséquieux, toujours avide d’aller au bloc, toujours en compétition les uns avec les autres, où sont-ils ? Pourquoi ils ne sont pas là pour vous chercher de la glace et de la morphine ? A qui sont-ils en train de lécher les bottes ? (Elle regarde Burke d’un air suspicieux) Vous savez quelque chose !


BURKE : Je suis un patient.


BAILEY : Preston Xavier Burke…Qu’est-ce que vous avez fait à mes lèches bottes ?


(Plan sur la chambre de Denny)


IZZIE, en panique : Qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on fait ?


MEREDITH : Je démarre la perf de dobu et dopa. On peut les utiliser ensemble ? Et la mélrinone ?


IZZIE : Oh j’en sais rien !


CRISTINA : Personne ne le sait ! On commence la dobutamine et la dopamine.


GEORGES : Et la dézéritine ? Ça pourrait aider ?


DENNY : J’ai l’impression que mon cœur se fait la malle !


MEREDITH : Son poul est à 217 !


IZZIE : Tachychardie auriculaire !


CRISTINA : Non, Izzie arrête de pomper ! Arrête !


GEORGES : Y’a pas de changements !


MEREDITH : Il nous faut ce médoc !


IZZIE : Quel médoc ?


MEREDITH : Je le saurai quand je le verrai !


GEORGES : Oui, c’est celui qui arrête le cœur ! (A Izzie) Tiens, tiens le masque !


DENNY : Oh non ! Il faut continuer à faire battre mon cœur !


IZZIE : Non, non, non ! Ça n’arrête ton cœur que pendant 6 secondes !


GEORGES, après avoir feuilleter son livret : Meredith, c’est de l’adénosine.


CRISTINA : Euh son cœur s’emballe !


IZZIE : Il faut qu’on fasse quelque chose ! Il ne supportera pas ça très longtemps !


GEORGES : Et si on le choquait ?


MEREDITH : J’ai trouvé !


IZZIE : Oh elle a trouvé !


GEORGES : Cristina, vient par-là !


CRISTINA : Oui d’accord.


GEORGES : Lève son bras. Les infirmières lève toujours le bras quand elles injectent l’adénosine, ça arrive plus vite au cœur.


IZZIE : Bon, Denny, tu vas te sentir…


DENNY : Izzie….


IZZIE : Non, ça va aller. Ça va aller. Tu vas juste te sentir…


DENNY : Je vais mourir.


IZZIE : Tu ne vas pas mourir. Je te le promets. Ceux sont les médicaments.


CRISTINA : On revient à plat. Tu es sûr que c’est le bon produit ?


GEORGES : D’après le bouquin, c’est le bon.


MEREDITH : J’ai utilisé celui que je connais.


IZZIE : Il ne va pas mourir, hein ? Répondez ! Répondez !


(Monitoring plat…. Puis de nouveau un rythme.)


IZZIE, soulagée : Oh !!! (Puis elle reprend la ventilation manuelle)


(Bailey entre dans la chambre accompagnée d’Olivia)


BAILEY : Espèces d’inconscients ! Vous avez intérêt à avoir une bonne explication à me fournir. Tu vas t’éloigner du patient. (Tout le monde s’éloigne sauf Izzie) Je veux que tu t’éloignes du patient!


IZZIE : Je peux pas. Je dois pomper son cœur.


(Bailey se rend compte que le tube de l’appareillage a été coupé)


BAILEY : Olivia ? Va remplacer le Dr Stevens. Izzie, c’est fini maintenant. J’ai besoin que tu quittes cette pièce.


OLIVIA : Izzie, je….


IZZIE, criant : Non, ne me touche pas !


BAILEY, choquée : Olivia reste avec le Dr Stevens. Aide-la si elle te laisse faire. Vous trois, dehors ! Tout de suite !


(Plan sur Bailey, Cristina, Georges et Meredith devant la chambre de Denny)


BAILEY, chuchotant : Vous avez perdus la raison ? Vous avez oublié de réfléchir ? Vous avez oublié de penser : sauver la vie avant tout ? Et la morale ? L’éthique ? Où était votre bon sens quand vous avez décidé d’aider cette fille tous les trois ?


MEREDITH : Mais, on…


BAILEY, l’interrompant : Nan, nan, nan ! On ne répond pas ! Personne ne parle ! Je ne veux pas avoir à témoigner contre vous dans un tribunal ! Pas un seul mot !


(Les trois internes se regardent)


BAILEY : Elle a sectionné le tube de son appareillage !


GEORGES, se raclant la gorge.


BAILEY : J’ai dit : pas un mot !


GEORGES : Mais j’ai rien dit !


BAILEY : Et on ne bouge pas ! Cristina, Burke a demandé à te voir : vas-y ! (A Meredith et Georges) J’imagine que vous avez fait des examens ? Je vous pose une question. Répondez-moi !


MEREDITH : Vous avez dit de ne pas parler.


BAILEY : Je sais ce que j’ai dit !


MEREDITH : Oui.


BAILEY : O’malley, va me chercher les résultats du labo. Tu te dépêches, tu ne parles avec personne, tu rases les murs, tu me ramène les résultats ici ! (Georges s’en va) Grey, viens avec moi !


(Plan sur Cristina observant Burke du pas de la porte)


CRISTINA : Comment ça va ? Tu as l’air bien. (Elle regarde le dossier) Ceux sont tes radios ? (Elle les regarde)Oh Burke !


BURKE : Sheperd ne sais pas s’il peut réparer ma main. Je vais peut-être attendre. Je verrais si la parésie disparait.


CRISTINA : Oui.


BURKE : Ou alors, je laisse Sheperd opérer.


CRISTINA : Oui.


BURKE : Je pourrais perdre l’usage de ma main. Et si je ne pouvais plus jamais opérer ?


CRISTINA : Oui.


BURKE : Cristina ?


CRISTINA : Oui ?


BURKE : S’il te plait, arrête de dire oui.


CRISTINA : D’accord.


BURKE : J’ai besoin… J’ai besoin que… Tu as dit que tu serai là… pour moi.

 

CRISTINA : Oui. Euh…. Désolée.


BURKE : Cristina ? Je voudrais que tu me dises…ce que je dois faire à ton avis.


CRISTINA : Je…. Je…. J’ai dit au Dr Bailey que je reviendrai vite. D’accord ? Je lui ai dit que je ne serai pas longue.


BURKE : Cristina ?


CRISTINA : Je vais y réfléchir. C’est promis. Je vais… Je vais y penser d’accord ?


(Elle sort de la chambre laissant Burke désemparé)


(Plan sur Cristina entrant dans une chambre de garde. Elle prend de grandes inspirations pour tenter de reprendre son calme)


(Plan sur la chambre de Denny. Izzie ventile toujours. Bailey, Meredith et Olivia sont là elle aussi)


BAILEY : Comment vous sentez-vous Denny ?


DENNY : Bien, vraiment bien. Comme un athlète ou un super-héros ou n’importe quelle autre personne en bonne santé.


IZZIE : Ce que t’es drôle ! T’es vraiment très drôle !


MEREDITH : Izzie ! Ne parle pas !


DENNY : J’ai coupé le tube de mon appareillage tout seul. Je suis un mauvais garçon ! Je l’ai fait tout seul !


BAILEY : Chut ! Vous êtes sassez faible comme ça s’il vous plait ne gâchez pas votre énergie avec des mensonges !


(Cristina entre dans la chambre)


IZZIE : Dr Bailey ?


BAILEY : Je crois vous avoir dit de ne pas parler !


IZZIE : J’en ai rien à faire ! Il va avoir ce cœur n’est-ce pas ? Vous allez signer les dossiers et discuter avec le coordinateur des greffes ?


(Georges entre à son tour dans la chambre)


GEORGES, tendant une feuille à Bailey : Voilà les résultats.


IZZIE : Vous voyez ? Vous voyez l’uré et la créat sont élevées. Il est en suboap. Il faut absolument qu’il soit prioritaire sur la liste. Il ne vous reste plus qu’à appeler la banque d’organes qu’il lui donnera le cœur.


BAILEY : Melle Stevens, les conseils médicaux, je les prends des médecins. Vous n’êtes ici qu’en visite.

 

IZZIE : Quoi ?


BAILEY : A partir de maintenant, vous êtes en visite dans cet hôpital. Vous ne serez plus médecin dans cet hôpital  tant que je n’en aurai pas décidé autrement ! Olivia, tu vas maintenant prendre cette pompe !


(Izzie passe la pompe à Olivia)


IZZIE : Il aura le cœur quand même, hein ?


(Plan sur le Dr Webber feuilletant un dossier. Bailey arrive pour lui parler)


BAILEY : Monsieur ? J’ai une question à vous poser, c’est à propos d’une hypothèse.


WEBBER : On ne peut pas faire ça plus tard ?


BAILEY : Euh si quelqu’un de l’équipe médicale avait délibérément coupé le tube de l’appareillage cardiaque d’un patient nécessitant une transplantation pour aggraver son état et le mettre en haut de la liste des donneurs… C’est une hypothèse monsieur.


WEBBER : Je crois qu’il faut que vous me disiez exactement de quoi il est question.


BAILEY : Croyez-moi, il est nécessaire que cela reste une hypothèse. Parce que si quelque chose comme ça arrivait vraiment, vous devriez en faire le rapport immédiatement et notre hôpital pourrait alors perdre l’autorisation officielle de transplanter des organes.

 

WEBBER : Continuez votre raisonnement !


BAILEY : Eh bien je continue ! Si l’état du patient a empiré, serait-il contraire à la déontologie que ce patient reçoive le cœur bien qu’il se retrouve en haut de la liste des donneurs à cause d’une faute médicale ? C’est une hypothèse !


WEBBER : Comment est-il ?


BAILEY : Le tant qu’on lui mette un nouvel appareillage cardiaque, il risque de mourir.


WEBBER : Notre responsabilité va d’abord au patient. Si médicalement, il se trouve en haut de la liste alors il a le droit à ce cœur. C’est une hypothèse.


BAILEY, s’en allant : Je vous remercie monsieur.


WEBBER : Mais dans la pratique, la personne qui a osé priver le patient de son appareillage cardiaque, ne bénéficiera d’aucune clémence et elle devra être punie avec la sévérité due à sa faute !


BAILEY : Oui, monsieur.


[EXT SGH]


(Plan sur le Mercy West. Alex est au téléphone et interpelle le Dr Hahn avant qu’elle ne s’en aille avec le cœur)


ALEX, à la personne au téléphone : Attendez ! (Au Dr Hahn) Dr Hahn ? Dr Hahn ?


DR HAHN : Vous ne pouvez plus m’arrêter maintenant, je n’ai que quelques heures pour faire ma transplantation.


ALEX : Dr Hahn ?


DR HAHN : L’agence des transplants a donné le cœur à Seattle Grace ?


ALEX : Ils ont déjà appelé en demandant de ne pas préparer votre patient.


DR HAHN : Oh, c’est pas vrai ! Il a des enfants de 4 et 5 ans. Est-ce que vous savez depuis combien de temps il attendait ? C’est quelqu’un d’estimable. Il mérite d’avoir ce cœur.


ALEX : Je suis désolé.


DR HAHN, pouffant : Ah bah voyons !


ALEX : Non. Non, c’est vrai. Croyez-moi. (Le Dr Hahn lui tend la glacière) Ecoutez. On a un hélicoptère qui attend sur le toit.


DR HAHN : Et ?


[INT SGH]


(Plan sur Burke allongé dans son lit. Derek est à côté de lui)


DEREK : Vous pourriez vous mettre à la pêche ?


BURKE : Je ne pêche pas.


DEREK : La pêche c’est beaucoup plus amusant que la chirurgie !


BURKE : Ma main fonctionne à 80%.


DEREK : 80% ce n’est pas assez ! Surtout pour vous !


BURKE : La pêche alors.


DEREK : Vous ne pêchez pas !


(Plan sur l’hélicoptère arrivant sur le toit. Le Dr Hahn et Alex en descendent)


(Plan sur Denny allant au bloc. Izzie l’accompagne et lui tient la main. Olivia tend la ventilation à Bailey)


BAILEY : Merci.


(Plan sur Burke entrant en salle d’opération)


BURKE : Sheperd ?


DEREK : Ne me remerciez pas. Je suis sûr qu’un jour vous me rendrez la pareil !


BURKE : J’allais juste dire « Je vous en prie ne me tuez pas » !


DEREK : Je ferai de mon mieux !


BURKE : D’accord !


DEREK : Parfait !


(Ils endorment Burke)


(Plan sur Denny allongé et inconscient sur la table d’opération)


DR HAHN, tenant le cœur de Denny entre ses main : Regardez-moi ça !


ALEX : Ouais. Le ventricule gauche est trop dilaté.


BAILEY : Il n’aurait pas vécu une heure de plus avec ce cœur-là !


DR HAHN : Non, certainement pas !


(Plan sur le bloc où Derek opère Burke)


DEREK : Très bien. Ecartez ce petit bout juste là. Maintenant, j’écarte l’anévrisme et le paquet nerveux.


INFIRMIERE : Les neutros baissent.


ANESTHESISTE : La tension a baissé de moitié.


WEBBER : Vous avez entaillé la racine nerveuse ?


DEREK : Je ne vois aucune discontinuité des nerfs. Très bien. On fait les réflexes de la main. Chef ?


WEBBER : D’accord. Pas de réactions.


DEREK : Bon sang ! Essayez encore !


WEBBER, faisant non de la tête.


DEREK : Ça n’a aucun sens ! Je le saurai si j’avais coupé un nerf !


WEBBER : Derek, est-ce que le bras est paralysé ?


DEREK : Il faut que je fasse un test neuro.


WEBBER : Derek ?


DEREK : Il n’y a qu’une personne qui pourrait me dire si oui ou non j’ai endommagé le nerf. Et cette personne c’est Burke.


WEBBER : Il a déjà subi un gros choc aujourd’hui.


DEREK : J’essaie de prévenir le traumatisme qu’il va subir si je dois lui annoncer que son bras est paralysé.


(Plan sur Georges, Cristina, Izzie et Meredith assis sous le tableau des chirurgies)


GEORGES : Bailey nous traite comme des enfants ! On n’est pas des gamins ! On ne devrait pas être assis là comme si on nous avait mis au coin !


MEREDITH : Mais on nous a mis au coin ! Ce qu’on a fait mérite qu’on nous empêche de travailler !


CRISTINA : Vous vous rendez compte qu’on pourrait être virés du programme ?


IZZIE : Pas nous. C’est moi seul. C’est moi ! Vous avez peut-être raison. Je devrais m’en aller en courant. Mais je préférerais courir vers quelqu’un plutôt que de m’enfuir.


WEBBER : Yang ? Sheperd vous demande.


CRISTINA : Ah..euh… pour l’opération de Burke ?


WEBBER : Oui, dépêchez-vous !


CRISTINA : Euh… je dois rester ici. Je n’ai pas le droit de partir.


WEBBER : Tout ça est terminé ! Dépêchez-vous Yang ! On a besoin de vous !


CRISTINA, se levant pour y aller : Oui, monsieur.


IZZIE : Il a dit « Tu devrais m’épouser », hein ? Il l’a dit ? Ça c’est vraiment passé ?


GEORGES : Ça c’est vraiment passé.


MEREDITH : Oui, il l’a dit.


IZZIE, se levant : Je m’en fous, je vais voir Denny.


(Plan sur l’opération de Burke)


DEREK : Bon alors, on en est où ?


ANESTHESISTE : Il est juste au seuil de la conscience. Il devrait se réveiller bientôt.


DEREK : Très bien. Yang ? C’est à toi !


CRISTINA : Oh. Euh…quoi ? Qu’est-ce que vous voulez que je fasse ?


DEREK : Quand il va revenir à lui, il sera désorienté. Il va vouloir arracher l’intubation. On ne peut pas lui endormir le bras, on a besoin qu’il bouge ses doigts alors, il va beaucoup souffrir et on a besoin de toi pour l’aider à se concentrer. D’accord ?


CRISTINA : D’accord. Oui.


DEREK : Très bien. Alors, réveillons-le.


CRISTINA : Burke ?


(Plan sur Meredith et Georges toujours assis dans le couloir)


MEREDITH : Merci. De m’avoir appelé pour Izzie.


GEORGES : Je ne cherchais pas à te faire plaisir.


MEREDITH : Mais, ça a été important que tu m’appelle. Ça a été très important pour moi. 
GEORGES : Ca ne voulait rien dire.

 


MEREDITH : Oui. D’accord. Désolée.


GEORGES, s’énervant : Mais arrêtes de me dire que tu es désolée !! (Reprenant son calme) Tu veux savoir une chose ? Je savais… Je savais que tu ne ressentais rien pour moi. Même quand on… quand on était ensemble au lit, je le savais. Je le savais et j’ai laissé les choses se passaient parce que…. Rho… Je me suis dit que…une nuit avec toi, c’était mieux que rien du tout. Alors, tu peux t’arrêter de me dire que tu es désolée parce que toi tu ne savais pas. Moi oui. Et… Je suis désolé. Je suis désolé Meredith.


(Plan sur le bloc opératoire où Burke se fait opérer)


CRISTINA : Burke ? C’est Cristina. Excuse-moi, je… Réveilles-toi ! Réveilles-toi ! Allez, réveilles-toi ! Burke ?


(Vu depuis les yeux de Burke)


CRISTINA : Allez, réveilles-toi ! Fais-le pour moi, ouvre les yeux ! Bonjour. Salut !


(Retour en vue depuis l’extérieur. Burke se débat contre la sonde d’intubation)


DEREK : Tiens-toi prête ! Attention ! Maintiens-le ! Tu dois le calmer !


(Cristina ne réagit pas)


RICHARD : Yang ??


DEREK : Cristina approches-toi !! Parles-lui tout prêt ! Parles-lui Cristina !


RICHARD : Yang !!


DEREK : Approches-toi ! Calme-le ! Allez, maintiens-le ! Cristina !!

 

(Plan sur le cœur de Denny)


BAILEY : Ciseaux.


ALEX : Beau travail Dr Hahn.


DR HAHN : Le plus dur reste à venir. Bien. On le débranche du pontage. Voyons si ce cœur pourras battre tout seul.


BAILEY : Rien.


DR HAHN : D’accord. Allez Denny ! Battez pour moi.


(Retour sur Burke qui se débat toujours avec sa sonde et Cristina ne réagit pas.)


DEREK : CRISTINA !!! (A Richard) Tenez-le bien chef ! Tenez son bras ! (A Burke, lui tenant le visage) Preston ? Preston, regardez-moi ! Regardez-moi dans les yeux ! Ecoutez ! Calmez-vous ! Doucement ! Doucement. Ecoutez, on a une complication. On a la solution mais vous devez bouger vos doigts de la main droite. Est-ce que vous pouvez le faire ? Allez ! Je sais que vous pouvez ! Regardez-moi. Regardez-moi ! (Burke se calme un peu) La main droite. D’accord ? Je sais, je sais, je sais. C’est entre vous et moi. On peut le faire. On peut y arriver. Allez-y. Concentrez-vous. Concentrez-vous. Maintenant, vous allez bouger les doigts de votre main droite. Vous pouvez y arriver. Allez Preston. Vous pouvez bouger les doigts de la main droite. Allez. Allez. Concentrez-vous. Allez ! Allez, allez, allez, allez !


(Plan sur le Dr BAILEY en train d’utiliser les palettes internes sur le cœur de Denny)


BAILEY : Pas de réponses. On charge à 20.


DR HAHN : Dégagez.


(Zoom sur le monitoring plat.)


DR HAHN : Allez ! (Elle fait un massage interne) Allez Denny !


(Zoom sur le monitoring qui reste plat. Puis sur le cœur de Denny qui ne bat toujours pas. Izzie est dans l’observatoire.)


(Plan alterné sur Burke puis sur Denny)


DR HAHN : Allez !


(Plan sur Derek et sur la main de Burke dont les doigts ne bougent pas)


(Plan sur Denny. Puis sur Izzie.)


[Générique de fin]

(Bailey is in front of the hospital helping Burke who has been shot)

MVO: Human beings need a lot of things to feel alive.

(Denny's heart monitor is flatlined)

George Voice Over: Family.

(Denny is lying in bed motionless.)

Cristina Voice Over: Love.

Izzie Voice Over: Sex.

Derek Voice Over: But we only need one thing...

Burke Voice Over: To actually be alive.

(Derek is standing on the balcony overlooking the hospital floor)

Cristina Voice Over: We need a beating heart.

(Bailey is performing CPR on Burke.)

Addison Voice Over: When our heart is threatened...

Alex Voice Over: We respond in one of two ways.

George: We either run...

Burke Voice Over: Or...

(Camera switches to Burke's point of view, he is seeing blurry and sees Bailey above him. Burke opens his eyes.)

Izzie Voice Over: We attack.

Richard Voice Over: There's a scientific term for this.

Alex Voice Over: Fight...

Addison Voice Over: Or flight.

Bailey Voice Over: It's instinct.

MVO: We can't control it.

(Denny is flatlined and Izzie is standing next to him still holding the scissors.)

Izzie Voice Over: Or can we?

George: Izzie. His heart's barely beating. We need to call a code. I can't feel a pulse. Izzie, we need to call a code!

Izzie: No! I have a plan.

George: He's crashing! I need to call the...

Izzie: No! If we call a code, they will rush him to surgery and replace his LVAD and then he will stabilize. He needs to get worse if he's gonna get this heart.

George: Izzie, this is crazy.

Izzie: He has to get this heart. He will die waiting for another chance. You know he will.

George: We have to call a code!

Izzie: No! You press that code button, I will hurt you. Not a lot, cause we're friends, but enough so that things will break and you will lie on the floor out of my way.

George: Izzie...

Izzie: You have a decision to make. You can stay here and help me with this or you can go. What's it gonna be, George?

(Cristina enters the ER and walks up to Richard.)

Cristina: Chief! How bad is it? It looks bad. Um, I'm here. I can help. If there's anything surgical, I can help.

Richard: Why don't you go run Trauma 2, Dr. Yang?

Cristina: I get to run Trauma 2 all by myself?

Richard: Yes, but find me if you need help. And get consults.

Cristina: I'm on it.

(Cristina runs off to Trauma 2. Richard walks to the entrance where Bailey is wheeling Burke inside.)

Richard: How bad is it?

Bailey: Uh, GSW to the right shoulder. He's lost a lot of blood.

Richard: All right. Get him to Trauma 1 and keep the blinds closed. Yang's on the floor.

(Trauma 2)

Doctor: Self inflicted GSW to the head. Pulse is thready.

Cristina: This guy's the shooter?

Doctor: Yep. Emptied his clip, then shot himself.

Cristina: And blew off half his head. Ok, ok. Um, push one of epi and get him on the monitor.

Doctor: You're running this?

Cristina: Damn right, I am.

(Burke's ER. Burke is struggling to get off the gurney)

Bailey: Hey. Wait.

Burke: I'm fine.

Richard: You need to lay down. You've lost a lot of blood.

Burke: I'm fine. Let go. I'm fine. I have a patient that I have to go check on.

Bailey: No, no. No, you are the patient. Lay down!

Burke: (Laughing) Dr. Bailey, when did you get here?

Richard: Page Shepherd.

(Cristina's ER, she is doing CPR on Petey, Derek walks past the window and enters the ER where Burke is. As the door opens, Cristina sees Burke inside.)

Cristina: Take over compressions.

(Cristina goes into Burke's ER)

Cristina: You're shot?

Burke: Cristina?

Richard: Get back to your station, Yang.

Cristina: He's shot?

Bailey: Yang, we got it. It's ok.

Cristina: That guy shot you.

(Cristina goes back into her ER)

Cristina: Move.

Doctor: He's a lost cause.

Cristina: Move.

Doctor: He's circling the drain.

Cristina: (To Petey) You don't get to kill yourself. You do not get off that easily. Push high dose epi.

Doctor: Dr. Yang...

Cristina: What? I want to be able to tell his family that I did everything I could to save his pathetic, miserable life. Give him three of epi. Now!

(Seattle Scenes)

(Mercy West)

Alex: We should be hearing from Dr. Burke any minute.

Erica: That's what you said half an hour ago. Well, whether or not we hear from him, we hit that hour mark, I'm going in to get my heart.

(Burke's ER)

Bailey: Ok, no, no exit wound.

Derek: Entry upper right shoulder. Could be lodged in the spine. Ok, lets roll him over.

Richard: Easy.

Derek: Watch the arm.

Richard: Easy.

Derek: Hey. Dr. Burke?

Burke: Hmm?

Derek: The bullet is in dangerous property here, ok? We need to check your hand function.

Richard: I want you to try and squeeze my fingers, ok?

(Cristina enters)

Cristina: They moved my guy upstairs. How is he?

Bailey: I need you to wait outside.

Cristina: I'm not gonna wait outside. Burke?

Burke: Can we have a moment?

Richard: Only a moment. I don't want to waste any time, ok?

Burke: Cristina.

Cristina: Honey, you don't have to say anything. I know you're sorry. I know you didn't mean to kick me off the transplant and I'm not mad. I mean, I was, but I'm not anymore. So, don't even think about it. Ok? I mean, all that matters it that you get better and you get through this. And I'm here for you. Whatever you need. Anything.

Burke: I need...you...to...to go...to check on Denny Duquette.

Cristina: Ok.

Burke: Mm-hmm.

Cristina: Ok, that was my best "supportive girlfriend" and you kind of ruined it with medicine. Ok?

(Adele pulls up a curtain in the ER to reveal Addison walking up)

Adele: Addison! Thank you for meeting us.

Addison: You wanna tell me what's so important I'm keeping it secret from my Chief of Surgery?

(A young lady, Camille is on a hospital bed in full prom attire)

Adele: I was chaperoning a prom for my niece. We had a little bit of a situation.

Addison: Camille Travis, 17, lost consciousness during sexual intercourse?

Adele: Oh, keep it down.

Camille: It's ok, Aunt Adele, I'm fine.

Adele: When your Uncle Richard finds out you were cashing in your V-card, none of us will be fine.

(Two girls and a boy enter in their prom attire)

Claire-Camille?

Natalie: Mrs. Webber!

Claire: My God! Is she ok?

Natalie-She has to ok, right?

Claire-No one ever died from having sex, right?

Brian-You're not going to tell my parents, right? I mean, I even used a condom and everything.

(Denny's room. George is looking at a computer while Izzie is manually pumping Denny's heart. Meredith enters)

Meredith: George's page said it was an emergency.

Izzie: You paged Meredith?

George: We need help!

Meredith: What the hell is going on?

(Cristina enters)

Cristina: What the hell is going on?

Meredith: Exactly what I said.

George: She cut his LVAD wires!

Meredith: What do you mean you cut his LVAD wires?

Cristina: Are you trying to kill him?

Izzie: I'm trying to save him. All I have to do is confirm that his condition is worse, then Burke can call UNOS and he'll move up on the list and he will get his heart.

Cristina: About Burke...

George: She's gone insane, right? It's not just me?

Cristina: About Burke...

Izzie: Everything will be fine!

Meredith: Izzie!

Izzie: When Burke gets here, everything will be fine. He will know what to do.

Cristina: About Burke...

George: (Loudly) What?

Cristina: He's been shot!

(George is now pumping Denny's heart)

Izzie: Burke's not coming?

Meredith: Cristina, are you ok?

Cristina: I'm fine.

Izzie: Burke's not coming?

George: Why didn't I take the internship in San Diego? None of this would be happening if I was in San Diego.

Izzie: Burke's not coming.

Cristina: No, Izzie. Burke is not coming. I know your having problems here what with your possible murder charges and your unbelievably stupid idea about stealing a heart, but Burke's kind of busy right now!

Izzie: Denny's gonna die. Denny's gonna die and I killed him.

George: (Yelling) You shouldn't have done it!

Meredith: George!

George: We have to tell someone.

Meredith: No! Denny won't get the heart and Izzie'll get kicked out of the program.

Cristina: I'm leaving.

George: What?

Meredith: Cristina!

Cristina: Burke could die, too. Complications arise all the time because of gunshot wounds! You think about that.

Izzie: Oh, my God.

Cristina: Oh, God. You know what, none of this would have happened, if you were thinking with your head...

Izzie: I did what I thought was best!

George: Did you think about the rules? Did you think for one second...

Meredith: Shut up! Shut up! Shut up! No one is leaving. And no one is dying.

Denny: Thank you. It was kind of getting on my nerves all this dying talk.

Izzie: Denny.

Denny: It's ok. I think, uh, maybe we should all listen to Meredith. It looks like she might have a plan.

Izzie: You have a plan?

Meredith: Just give me a minute.

(Outside Camille's room)

Adele: You girls should go back to the prom.

Claire: Are you gonna call Camille's parents?

Adele: Not until I have to. You knew her mom. She gets a little hysterical.

(Richard walks up to a nearby nurse's station)

Adele: Brian, disappear.

Brian: What?

Adele: Disappear! Go! Disappear! Richard. Richard.

Richard: Adele.

Adele: Hmm.

Richard: Um, what? Are you here to see Preston?

Adele: Preston? No. What happened to Preston?

Richard: Preston was shot.

Adele: Preston was shot?

Richard: Yeah.

(Richard peeks through the window over Adele's shoulder and sees Camille inside. She is now wearing a hospital gown.)

Richard: Camille. What happened to Camille?

Adele: Richard...

Richard: Why didn't you call me?

Adele: She's 17, sweetheart. She'll be 18 in a few months. Most girls lose it way before...

Richard: Uh-huh! Do you think I want to hear that? Do you think I wanna picture my baby niece..."losing it"?

Adele: Richard, Richard, take deep breaths.

(Addison walks out of Camille's room and up to them)

Addison: Well, the bleeding has stopped, but her pelvic exam does concern me. I'd like to do an ultrasound.

Richard: Three years ago, Camille was diagnosed with ovarian cancer. They only removed one ovary to try and preserve fertility, but her checkups have been clean since then.

Addison: Ok. Well, let's not worry until we have to.

(Brian walks by)

Richard: You! You wait right there! I want to talk to you! (Adele motions for him to run and Brian starts to run away) I said wait. Stop! I said stop!

Adele: Richard, take deep breaths! Richard!

(Denny's room)

George: Oh, that's a stupid plan!

Meredith: Well, if Burke isn't coming, then we have to confirm Denny's condition ourselves. We get the blood work. We do the echo. And no one even has to know what Izzie did.

Izzie: But none of us have done an echo on our own before.

Meredith: Cristina has. Burke taught her.

Cristina: I'm not involved.

Izzie: What if this were Burke? What if you were me?

Cristina: This is bad. This is bad and serious and against a lot of rules. It's not fun for me. I don't wanna play.

Izzie: What if you were me?

Cristina: Well, I wouldn't have fallen in love with a patient.

Izzie: You fell in love with an attending.

Cristina: Well, so did Mer. What's the point?

Meredith: The point is, we can't help who we fall in love with.

George: Yeah.

Izzie: Yeah.

(Burke's room)

Derek: His hands are cold.

Burke: My hands are always cold.

Richard: You hand is cold, Preston.

Burke: I have cold hands.

(Derek and Richard look at the X-rays)

Richard: The bullet could be lodged in the brachial plexus. That's dangerous.

Derek: Yes, very dangerous.

Burke: My hands are always cold.

Richard: We'll have to do an angiogram.

Derek: Yeah.

Burke: I'm always cold.

(Burke's monitor starts beeping)

Derek: Trachea's deviated to the right!

Richard: Absent breath sound on the right side! Lets go! Lets go! Lets go!

Derek: 14 gage angio

Richard: Gotta hurry!

Derek: Dr. Burke? Dr. Burke? You gotta stay with me now. There you go. That's it. There you go! You're all right. Right here. Right here. Your lung collapsed. You're ok. You're ok now.

(Mercy West, Alex in on the phone with Meredith)

Alex: He's been shot? Dude.

Meredith: We're gonna have to run these tests ourselves.

Alex: UNOS gave us an hour. In a couple of minutes, our time is up. I'm telling you, this chick is hardcore. She's not gonna wait.

Meredith: Ok, well, you just have to stall her.

Alex: I'm not getting involved with this. Look I don't care if that drawling bedridden whiner ever gets a heart.

Meredith: Alex. Do this. For Izzie.

Alex: I'm not guaranteeing anything.

(Camille's room)

Natalie: So...was it totally romantic?

Claire: Yeah, before...the pain and the paramedics and everything?

Camille: Ok, so...you know that feeling when you look into someone's eyes and you're totally comfortable and you aren't self-conscious and everything just...is, like, perfect?

Addison: Camille, have you had any symptoms, um...any abdominal pain? Nausea? Anything?

Claire: No, she's been fine.

Addison: You haven't been fine, have you?

Camille: No, not for, like, a month or so.

Natalie: You've been feeling sick for a month?

Camille: I wanted to go to prom. I, I...I didn't want to be the girl with cancer, again.

Claire: You're not. She's not, right?

(Addison walks up to Adele)

Addison: Hey.

Adele: Oh. I was just trying to remember the night I lost my virginity. And I can't. I remember who it was with and I remember I was 18, but...I can't remember any of the details.

Addison: I can remember all of the details. Kind of wish I couldn't.

Adele: That bad?

Addison: No, just not good. Good came later. And then really good came.

Adele: That little girl in there's just getting started. She hasn't even seen what good is yet. Please. Addison. Tell me she's going to have a chance to see what the good stuff is.

(Addison doesn't say anything but from the look on her face you can tell the answer is no)

Adele: Oh.

Addison: I'm so sorry, Adele.

(Denny's room)

Izzie: How's his heart looking?

Cristina: His left ventricle's shot and he's barely pushing blood out.

Izzie: I'm sorry. I know that you're worried about Burke.

Cristina: You know, whatever. It's fine.

Izzie: Cristina, can't you just try to understand? I love him.

Cristina: You don't even know him.

Izzie: I do know him.

Cristina: No. You've never even seem him outside the four walls of this hospital. You don't know him.

Izzie: I know him. Maybe I don't live with him or work with him like you do with Burke, but I do know him. And there's....there's possibility here. And given the choice of running or staying...

Cristina: You should run. A sane person, a person who values her career and everything she's worked for, a person who values her own heart, for God's sake...that person would run.

Denny: A sane person...would marry me.

Izzie: What? What did you say? What did he say? He said marry me? He said marry me, right?

George: He did.

Izzie: Denny. Wake up. Denny.

(Monitor starts beeping loudly)

George: What's happening?

Izzie: I'm pumping harder. I don't know.

Meredith: He's flatline.

Cristina: No, no, no. He's not flatline. There's movement in his heart. Ok, um, uh, lets shock him. Uh, charge the defibrillator.

Izzie: Ventilate George!

George: I am.

Izzie: Charging to 200!

Cristina: You got it?

Izzie: Yeah. Clear.

(Mercy West)

Erica: Is Dr. Burke alive?

Alex: Yes.

Erica: Shame. He'd probably have made a good donor. (To her team) Ok, people, let's get our organs and get out of here.

Alex: Hey! That heart is not yours yet. Seattle Grace is still waiting for test results.

Erica: Well, I'm not. Ten blade.

Alex: You can't do that.

Erica: I just did.

(Richard walks down a set of stairs into the waiting room, which is full of teenagers dressed in their prom attire.)

Richard: Girls.

Claire: Um, I called Jillian.

Natalie: And I called Tessa.

Claire: And then they called Simon and Bianca and Deborah.

Richard: Girls...

Natalie: It's her prom, Dr. Webber. She can't miss her whole prom! So...we, like, brought it to her.

Richard: (Loudly) Kids! Kids! Listen up. Look, I know you wanted to see Camille. Why don't you come back tomorrow? During the day. In smaller groups. (Quietly) Look, I'm sorry, girls. I can't have a bunch of teenagers running in the hallways. People are sick. People are d...

Claire: Dying? Yeah, we know.

(Burke's room)

Derek: How're you doing?

Burke: I'm developing numbness in my...fourth and fifth fingers.

Derek: And there's a pseudo-aneurysm in the subclavian artery. You know the drill. Wait a few days, maybe the aneurysm won't grow.

Burke: Yeah, if...if it stays this size, there's too much damage.

Derek: We'll just go in there and we'll fix it. Relieve the compression on the nerves.

Burke: But the operation could cause damage to the nerves.

Derek: Yes.

Burke: And I could...lose function of the entire arm.

Derek: Yes.

Burke: You can do this? You're good enough to do this?

Derek: I think so.

Burke: But you're not sure.

Derek: But I'm not sure.

Burke: So...what do I do?

Derek: It's not like you to ask those kind of questions.

Burke: It's not like you not to have the answers.

(Adele walks up to Richard who is standing at the nurse's station)

Adele: How dare you send those kids away?

Richard: Adele. Please. You're emotional. Ok?

Adele: I just told my sister her baby's cancer is back. You're damn right, I'm emotional. If you don't want to bend your precious rules for Camille, fine. Don't do it for her. Do it for me. Do it for your wife who never asks you for anything. Who says nothing about your long hours. Who looks the other way while you have an affair with another woman. Who sobered you up when that woman left you. Who stayed with you when everyone, everyone said I would be better off alone. I'm not asking you, I'm telling you, you're going to make this up to Camille. You're gonna prioritize the needs of your family above those of your other patients. Or...you're going to find a new place to sleep.

(Derek is walking through the hall, Addison walks up behind him.)

Addison: Derek.

Derek: Not now, Addison.

Addison: Derek.

Derek: Not now.

(Derek enters a dark conference room)

Richard: There's never a good place to hide in this hospital.

Derek: I'm trying to get perspective. Everything feels enormous. Like it's all just...I ...I can't get perspective.

Richard: My niece's cancer has come back. She's 17 years old and she's going to die. Plus...25 years ago, I had a secret affair with...Ellis Grey. And today, I find out that my wife knew the entire time. There was no...secret. And she stayed with me.

Derek: Hmm. I respect him, you know? Dr. Burke...I...I respect him. He's decent. He's honorable. An arrogant ass who just hogs the OR but thinks he's God, but...he's decent and he's honorable. I respect him. He's one of the foremost cardiothoracic surgeons in the country and I've gotta just...it's his hand. I cannot get perspective. I can't do this. I can't be responsible for it.

Richard: Preston's an honorable and decent man, but, Derek, so are you. You are honorable and decent. And you're too honorable and decent to run. (Looks at his coffee cup) You don't know how much I wish this was bourbon.

(Burke's room, Bailey enters)

Bailey: Anything I can get for you, Dr. Burke?

Burke: No. I'm fine.

Bailey: Um, there...there must be something.

Burke: It would be nice...to have some ice chips. And a touch of morphine if I'm allowed. And, uh...Cristina.

Bailey: Coming right up. Where is Cristina? Where are...where are all of the suck-ups?

Burke: Excuse me?

Bailey: My interns. My ass kissing, surgery-hungry, competitive suck-ups. Where are they? Why aren't they here fetching you ice chips and morphine? Why aren't they here sucking up? You know something.

Burke: I'm a patient.

Bailey: Preston Xavier Burke...what have you done with my suck-ups?

(Denny's room)

Izzie: What do we do? What do we do?

Meredith: I'm starting dopamine and dobutamine drips. We can use those together, right? What about milrinone?

Izzie: I don't know.

Cristina: You know, none of us do. Just start the dobutamine and dopamine.

George: What about...what about...gluceratide? That might help.

Denny: I feel like my chest is running away.

Meredith: His heart rate's 217.

Izzie: He's in SVT.

Cristina: No, no. Izzie, stop pumping. Stop.

George: No, there's no change.

Meredith: We need that medicine?

Izzie: What medicine?

Meredith: I'll know it when I see it.

George: I think...the one that stops the heart. Here hold the mask.

Denny: No. The whole point is to keep my heart beating.

Izzie: No, no, no. It only stops it for six seconds.

George: Meredith, it's adenosine.

Cristina: Uh, his heart is speeding up! Guys!

Izzie: You guys! We have to do something! He cannot take this for much longer.

George: What about shocking him?

Meredith: Found it!

George: Cristina, come over here. Lift up his arm. The nurses always lift the arm when they push adenosine. It gets to the heart faster.

Izzie: Ok, Denny. You're gonna feel, um...

Denny: Izzie!

Izzie: No, it's ok. It's ok. It just feels like...

Denny: I'm gonna die.

Izzie: You're not gonna die, I promise. It's the meds.

Cristina: Yeah, we're heading back to flatline. Are you sure we used the right drugs?

George: The book said it was right.

Meredith: I used the one I know.

Izzie: He's not going to die, right? Right? Right?

(Flatline for six seconds then heart begins beating again. Bailey enters)

Bailey: You fools better have a good explanation for this. Step away from the patient. (Everyone steps back except Izzie) Step away from the patient.

Izzie: I can't. I have to pump his heart.

(Bailey notices the cut LVAD wire)

Bailey: Olivia, take over for Dr. Stevens. Izzie, you're done here. I need you to leave the room.

Olivia: Izzie...

Izzie: No! Do not touch me!

Bailey: Olivia, stay with Dr. Stevens. Help her if she'll let you. You three. Outside. Now! Where was rational thought? Where was cognitive thinking? First do no harm? The morals, the ethics? Where was sanity when you three decided to help that girl?

Meredith: We didn't...

Bailey: No, no. No speaking. Nobody speaks. I do not want to have to testify against any of you in a court of law. Not one word. She cut his LVAD wire. (George clears his throat) Look, I said no speaking!

George: I didn't say anything!

Bailey: Then no moving! Cristina. Burke is asking for you. Go! I'm assuming you ran labs? I'm asking a question. Answer me!

Meredith: You said no speak...

Bailey: I know what I said.

Meredith: Yes.

Bailey: O'Malley, get me the lab results. Do not pass go. Do not even talk to another living soul. Get the labs! Get back here! Grey...come with me.

(Cristina is standing outside of Burke's room)

Cristina: How are you? You look good. Are those your films? Oh, Burke...

Burke: Shepherd, uh, doesn't know if he can fix my hand. Maybe I'll wait it out. See if this numbness subsides.

Cristina: Yeah.

Burke: Or I could let Shepherd operate.

Cristina: Yeah. Yeah.

Burke: I could lose all hand function. What if I can never operate again?

Cristina: Yeah.

Burke: Cristina:

Cristina: Yeah.

Burke: Stop saying yeah.

Cristina: Ok.

Burke: I need...I need...you said you were here. For me.

Cristina: Yeah. Oh, sorry.

Burke: Cristina.

Cristina: Hmm?

Burke: I need you to tell me...what you think I should do.

Cristina: I...I...I told Dr. Bailey that I would be back. Ok? I...I told her that I wouldn't be long.

Burke: Cristina...

Cristina: I'm...I'm...I'm...going to think about it. I mean...I'm going to think about it. Ok?

(Cristina enters a dark closet. She just stands there breathing deeply.)

(Denny's room)

Bailey: How you feeling Denny?

Denny: Really, really good. Like an athlete or a superhero. Or some other kind of really healthy person.

Izzie: You're funny. You're a funny guy.

Meredith: Izzie. No speaking.

Denny: I cut my own LVAD wires, you know? I went rogue. All by myself.

Bailey: Shush. You're weak enough as it is. Please don't waste energy on lying.

(Cristina enters the room)

Izzie: Dr. Bailey?

Bailey: I did indeed say no speaking.

Izzie: I don't care! He's gonna get the heart right? You're gonna sign the charts and talk to the transplant coordinator?

(George enters the room)

George: Here are the labs.

Izzie: See? See, his BUN and creatinine are increasing. He clearly has pulmonary edema. He deserves to move up to 1-A status on the transplant list. UNOS will give him the heart. You just have to call.

Bailey: Isobel Stevens, I take my medical advice from doctors. You are a visitor.

Izzie: What?

Bailey: As of now, you are a visitor in this hospital. You will not be a doctor in this hospital again until I decide you are. Olivia, take over the heart pump.

Izzie: He gets the heart though, right?

(Bailey walks up to Richard who is standing at a nurse's station.)

Bailey: Sir? Uh, I need to ask you a hypothetical question.

Richard: Can we do this another time?

Bailey: Uh, if someone on the staff deliberately unhooked a transplant candidate from his LVAD in an attempt to worsen his condition and get him moved up on the donor list...? Hypothetically, sir.

Richard: I think you need to tell me exactly what's going on here, Dr.

Bailey: Believe me, sir, you want this to stay a hypothetical. Because I'm thinking if something like that did happen, you'd be duty bound to report it and the hospital would be in danger of losing its accreditation as a transplant site.

Richard: So hypothetically?

Bailey: Hypothetically, if the patient got worse, would it be unethical for him to receive the heart even though, medically, his worsened condition now puts him at the top of the donor list? Hypothetically?

Richard: How bad is he?

Bailey: In the few hours it would take a new LVAD to be delivered, he'll be dead.

Richard: Our responsibility is to the patient. If, medically, he's at the top of the list, then he should get the heart. Hypothetically.

Bailey: Thank you, sir. (she starts to walk away)

Richard: But practically? Whoever removed the patient from the LVAD, I expect to be given names and there will be severe, severe consequences.

Bailey: Yes, sir.

(Mercy West, Dr. Hahn is walking down the hall carrying a cooler. She passes Alex who is on the phone.)

Alex: Wait. Hold on. Dr. Hahn? Dr. Hahn!

Erica: Can't stop now, Karev. I only have a few hours to get this heart into my guy.

Alex: Dr. Hahn.

(She stops, and has a knowing look on her face.)

Erica: UNOS gave the heart to Seattle Grace.

Alex: The transplant coordinator already called and stopped your guy from being prepped.

Erica: Oh, come on! He has kids. They're four and five. Do you know how long he's been waiting for this? He's a good person. He deserves a heart.

Alex: I'm sorry.

Erica: I'll bet you are.

Alex: No. I am. Believe me.

(She hands Alex the heart.)

Alex: Listen, we have a chopper waiting on the roof.

Erica: And?

(Seattle scenes)

(Burke's room, Derek is there)

Derek: You could take up fishing.

Burke: I don't fish.

Derek: Fishing's a lot more fun than surgery.

Burke: I have 80 percent hand function now.

Derek: Hmm. 80 percent's not enough. Not for you.

Burke: Fishing, huh?

Derek: You don't fish.

(Roof of SGH, the chopper lands and Erica gets out with Alex. SGH hallway, Izzie is escorting Denny through the hall. Bailey gives her a nasty look and he enters the OR area. Burke is going into surgery.)

Burke: Shepherd.

Derek: You don't have to thank me. I'm sure you'll return the favor one day.

Burke: I was going to say, please try not to kill me.

(Everyone in the OR laughs)

Derek: I'll do my best.

Burke: Ok.

(Denny's OR. Dr. Hahn is performing the transplant.)

Erica: Hmm. Look at that thing. (She lifts out Denny's heart)

Alex: Left ventricle's excessively dilated.

Bailey: He wouldn't have lasted another hour with this heart.

Erica: No, he wouldn't have.

(Burke's OR)

Derek: Ok, retract that little bit right there. Ok, I am now removing the aneurysm from the nerve cluster.

Doctor: NAPs are dropping.

Intern: Arterial pressure's down 50 percent.

Richard: Did you cut the nerve root?

Derek: I don't see any discontinuity of the nerves. All right, lets do a, um, reflex test on his hand. Chief.

Richard: Ok. Nothing.

Derek: Damn it. Try it again.

Richard: Uh-uh.

Derek: This doesn't make sense. I'd know if I severed a nerve.

Richard: Derek, is the arm paralyzed?

Derek: I have to do a wake-up test.

Richard: Derek.

Derek: There's only one person who can help me figure out whether or not I've damaged the relay or not, and that's Burke.

Richard: He's been through a lot of trauma today.

Derek: I'm trying to prevent the trauma he's going to feel if I have to tell him he's paralyzed.

(George, Cristina, Izzie and Meredith are sitting on the floor below the OR board.)

George: Bailey's treating us like we're children. We're not children. We shouldn't have to sit out here like we're on a time out, or something.

Meredith: It is a time out. What we did is way in need of a time out.

Cristina: You realize we could get kicked out of the program for this?

Izzie: Not we. I did this. I did this. And you're probably right. Maybe I should run. But I'd rather be running towards somebody than running away.

(Richard walks into the hall)

Richard: Yang? Shepherd's asking for you.

Cristina: Uh, for Burke's surgery?

Richard: Yes. Hurry up.

Cristina: Uh...I-I can't. I'm...I'm in a time out.

Richard: Time out's over. Right now.

Cristina: Yes, sir.

Richard: Yang, we need you.

(Richard and Cristina walk off)

Izzie: He said marry me, right? He did? That really happened?

George: It really happened. '

Meredith: It really did.

Izzie: Screw this. I'm checking on Denny. (Izzie walks off)

(Burke's OR)

Derek: Ok. How we doing?

Doctor: He's just at the edge of consciousness. Very light. He should be up soon.

Derek: Ok. Yang? You're up.

Cristina: Oh...what? I'm sorry. What do you need me to do?

Derek: When he comes to he's doing to be disoriented and he's probably gonna fight the intubation. We can't numb the arm because we need him to move his fingers. So, he's gonna be in a lot of pain. So we need you to keep him focused, ok?

Cristina: Ok. Yeah.

Derek: Ok, let's, let's wake him up.

Cristina: Burke?

(George and Meredith are still sitting in the hallway.)

Meredith: Thank you. For calling me about Izzie.

George: Hey, I didn't do you any favors.

Meredith: Well, it meant something that you called. It meant something to me.

George: It didn't mean anything.

Meredith: Right. Ok. Sorry.

George: Stop saying that you're sorry! You want to know something? I knew. I knew you didn't feel that way about me. Even during...when we were in bed, I knew. I knew and I still let it happen. Because...um...I...I figured that one night with you was better than never. So will you just stop saying that you're sorry cause you didn't know any better. But I did. And...I'm sorry.

(They look at each other)

George: I'm sorry, Meredith.

(Burke's OR)

Cristina: Burke, it's Cristina. I'm sorry. Wake up. Wake up. Wake up. Burke. Baby, wake up. Do it for me. Open your eyes. Hi!

(He starts fighting)

Derek: Get ready. Get ready. Hold him down. Calm him down.

Richard: Yang!

Derek: Cristina, get in there. Get in his face. Talk to him, Cristina.

Richard: Yang!

Derek: Get in there. Hold him down. Hold him down. Calm him down. Cristina.

(Denny's OR)

Erica: Scissors.

Alex: It's beautiful work, Dr. Hahn.

Erica: The hard part is still to come. All right, let's start taking him off bypass. See if this heart will beat on it's own.

Bailey: Nothing.

Erica: All right come on, Denny. Beat for me.

(Burke's OR)

Derek: Cristina! Hold him down, Chief. Hold his arm. Preston? Preston, look at me. Look at me. Right here. Listen, listen. Calm down. Calm down. Calm down. Listen, there was a complication. We can fix it. We need you to move your fingers on your right side. Can you do that? Come on, you can do this. Look at me. Look at me. On your right hand. Ok? I know, I know. It's just you and me. We can do this. Ok. Come on. Focus. Focus. Now you're going to move your fingers on your right hand. Can you do that? Come on, Preston. You can do it. Move your fingers. Move your fingers. Come on. Come on. Come on, come on, come on, come on.

(Denny's OR)

Bailey: No response. Charge to 20.

Erica: Clear. Come on. Come on. Come on.

(Alex looks up and sees Izzie in the gallery)

(Burke's OR, he is still coughing.)

(Denny's OR, Erica is still massaging the heart.)

Erica: Come on

(Burke's OR, still focused on his hand)

(Denny's OR, Izzie watching intently from the gallery)

Kikavu ?

Au total, 244 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Locksley 
03.06.2020 vers 09h

mtaylor 
19.05.2020 vers 01h

Mangiss 
12.04.2020 vers 22h

Shannah 
09.04.2020 vers 16h

stella 
22.03.2020 vers 14h

Vanou0517 
20.05.2019 vers 14h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

labelette  (15.10.2020 à 21:51)

Cet épisode est moins stressant que le précédent, même si on voit Izzie complètement paniquer dans la chambre avec Denny et George, puis avec Meredith et Cristina. On dirait des apprentis sorciers qui testent des remèdes sur un cobaye et non de vrais médecins !

C'est chouette de voir les 5 internes aussi proches et solidaires. Je mets 5, car même si Alex n'est pas avec eux, il a tout fait pour avoir le coeur pour Denny qu'il ne porte pourtant pas dans son coeur.

Et quand Bailey les surprend dans la chambre, je n'aurais pas aimé être à leur place ! Elle a de la poigne... et la manière dont elle s'adresse à Burke qui pourtant n'est pas très bien en point le prouve une fois de plus.

Le Dr Hahn ne nous apparaît pas comme très sympathique, mais elle faisait son job... avoir un coeur pour son patient elle aussi.

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

L'HypnoCard Downton Abbey de la catégorie Places a été élue HypnoCard du mois de novembre 2020 !
HypnoCard du Mois | Nouvelle session !

Retrouvez désormais tous les EVs de la citadelle dans la rubrique HypnoFanfics!
HypnoFanfics | Parcourez la bibliothèque!

Notre quartier dédié à la série Elite vient d'ouvrir ses portes ! Bonne visite !
Nouveau quartier ! | Elite

On recherche un nouveau rédacteur de news pour la partie Accueil d'Hypnoweb !
On recrute ! | Plus d'infos

Gagnez l'HypnoCard de votre choix en choisissant une case de notre calendrier de l'Avent !
Les HypnoCards fêtent Noël | Misez !

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne ABC

17.04 : You’ll Never Walk Alone (inédit)
Jeudi 3 décembre à 21:00

Logo de la chaîne ABC

17.05 : Fight The Power (inédit)
Jeudi 10 décembre à 21:00

Logo de la chaîne ABC

17.06 : No Time for Despair (inédit)
Jeudi 17 décembre à 21:00

Dernières audiences
Logo de la chaîne ABC

17.03 : My Happy Ending (inédit)
Jeudi 19 novembre à 21:00
5.96m / 1.3% (18-49)

Logo de la chaîne TF1

16.21 : Sourire à la vie (inédit)
Mercredi 18 novembre à 22:00
2.72m / 13.1% (Part)

Logo de la chaîne TF1

16.20 : En chantant (inédit)
Mercredi 18 novembre à 21:00
3.11m / 12.8% (Part)

Logo de la chaîne ABC

17.02 : The Center Won’t Hold (inédit)
Jeudi 12 novembre à 22:00
5.93m / 1.3% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

17.01 : All Tomorrow’s Party (inédit)
Jeudi 12 novembre à 21:00
5.93m / 1.3% (18-49)

Logo de la chaîne TF1

16.19 : L'amour de ma vie (inédit)
Mercredi 11 novembre à 21:55
3.02m / 13.4% (Part)

Toutes les audiences

Actualités
Le sondage de fin d'année est là !

Le sondage de fin d'année est là !
Pour le précédent sondage, avec 47% des voix, vous préférez traiter un homme qui a fait peur à sa...

Combien d'épisodes pour la saison 17 ?

Combien d'épisodes pour la saison 17 ?
Suite à la crise du COVID-19, les séries sont impactées pour leurs nouvelles saisons. Grey's Anatomy...

Saison 17 - Informations diffusions

Saison 17 - Informations diffusions
La saison 17 de Grey's Anatomy revient dans deux semaines en raison des fêtes de...

Diffusion ABC - 1703

Diffusion ABC - 1703
Le troisième épisode de la saison 17 sera diffusé ce soir sur ABC. Intitulé "My Happy Ending", il...

Diffusion de la fin de saison sur TF1

Diffusion de la fin de saison sur TF1
C'est ce soir que la fin de la saison 16 sera diffusée sur TF1. Les deux derniers épisodes "En...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

pretty31, Hier à 21:03

Nouveaux calendriers sur HypnoClap, Zoey's EP, Skins et Haven N'hésitez pas à venir faire un coucou

byoann, Hier à 21:36

Bonsoir, Nouveaux PDM et calendriers sur Robin des Bois et Merlin

swceliikz, Hier à 22:00

Bonsoir, Nouvelle PDM et Nouveau calendrier sur le quartier de Shadowhunters

sauveur, Aujourd'hui à 03:20

Nouvelle PDM et nouveau calendrier sur le quartier Dallas. N'hésitez pas à venir faire un tour

CastleBeck, Aujourd'hui à 04:17

Pour son 1er anniversaire, le quartier Anne vous propose un calendrier de l'Avent en guise d'animation. Merci

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site