VOTE | 847 fans

#107 : Moments de vérité


Scénario : Kip Koenig - Réalisation : Darnell Martin
Guest stars : Russell Hornsby, Ever Carradine, Shenita Moore, Regan Forman, Kim Morgan Greene, Amanda MacDonald, Rebecca Rogers, Vanessa Rogers, Sarah Utterback

Derek et Meredith essayent, sans succès, d’être discret alors qu'ils ont passé la nuit ensemble chez Meredith. Mais leur relation commence à faire du bruit – ce qui arrive aux oreilles de Bailey, qui avertit Meredith de mettre rapidement fin à cette relation. En attendant, George suspecte un anesthésiste de boire pendant son travail mais hésite à en parler, Alex traite un ancien lutteur qui trouve maintenant son honneur dans l’art de l'automutilation, Izzie doit s'occuper d'un patient qui ne veut pas laisser partir sa petite amie, et Cristina semble avoir la grippe.

Les patients de l'épisode

Popularité


4 - 9 votes

Titre VO
The Self-Destruct Button

Titre VF
Moments de vérité

Première diffusion
01.05.2005

Première diffusion en France
17.07.2006

Vidéos

Scène entre Meredith et Izzie

Scène entre Meredith et Izzie

  

Plus de détails

Si quelqu’un vous dit que vous aurez le temps de dormir quand vous serez mort, dites lui de venir me voir après quelques mois en temps qu’interne. Bien sûr il n’y a pas que le travail qui tient éveillé toute la nuit. La vie est déjà assez difficile alors pourquoi on ne peut pas s’empêcher d’aller au devant des problèmes ? Pourquoi a-t-on un si grand besoin d’autodestruction ?

Meredith se réveille dans le lit avec Derek et elle éteint le réveil.

Izzie et George sont dans la cuisine et se plaignent de ne pas avoir pu dormir. Ils voient passer Derek qui tente de descendre et de sortir discrètement de la maison. Meredith rejoint ses amis dans la cuisine et ceux-ci veulent l’interroger mais elle évite les questions.

Les trois colocataires retrouvent Cristina et Alex sur le parking de l’hôpital. Cristina a la grippe.

Dans le vestiaire, les quatre internes interrogent une nouvelle fois Meredith qui se défile à nouveau.

Bailey garde Izzie et Meredith avec elle et envoie George, Cristina et Alex à la clinique. Meredith a plusieurs patient en garde alors que Bailey et Izzie s’occupe d’un homme qui a avalé les clés de sa petite amie pour ne pas qu’elle le quitte.

Meredith a affaire à une jeune fille, Claire, réticente à l’idée qu’elle l’examine. Elle fait sortir ses parents.

Alex rencontre un homme qui a rendez-vous et qui a une balle dans le bras. Il l’emmène avec Cristina et le patient, Digby, leur apprend qu’il s’est fait tiré dessus exprès car il adore les cicatrices.

Cristina et Alex soignent l’homme qui leur raconte sa passion et son mode de vie. Alex et lui se trouvent des points communs, ils font tous deux de la lutte et viennent du même Etat mais Cristina ne les comprend pas.

Meredith remarque que Claire a subi récemment une opération mais ses parents ne sont pas au courant.

George examine une petite fille qui ne contrôle pas les mouvements de sa jambe. Il part appeler Derek.

Bailey autorise Izzie à se débrouiller avec son patient puis elle contrôle le travail de Meredith et lui en donne du nouveau.

Cristina est mal et remercie ironiquement Burke de lui avoir donné la grippe.

George et Izzie parlent dans les couloirs de la relation de Meredith et Derek.

George observe Derek qui opère et une personne lui apporte les scanners de la petite fille. Ils laissent passer un anesthésiste, le Dr Taylor, qui sent l’alcool et a l’air éméché.

George parle à Derek de Jamie, la petite fille avec une anomalie cérébrale et part refaire des examens.

Burke et Alex regardent des radios de l’épaule de Digby. Burke se souvient du patient et montre la radio à Bailey qui s’en rappelle elle aussi. Bailey et Meredith remarquent que Claire a une dérivation gastrique qui a été mal faite et qui s’aggrave.

Meredith et Bailey parlent aux parents de Claire et sa mère semble très agacée après sa fille. Elle n’arrête pas de la critiquer. Bailey leur dit qu’elle ne sait pas si tout guérira et le père lui demande de faire ce qu’elle peut.

Derek examine Jamie et celle-ci fait de l’épilepsie dans sa jambe gauche. Il la confie à George pour faire un IRM.

Izzie s’occupe toujours de son patient et assiste à une dispute de couple.

Burke examine Digby et lui parle des dégâts.

Claire reçoit la visite de sa mère qui ne comprend pas pourquoi elle a fait ça et la jeune fille leur explique le but de cette opération. Lorsque Meredith lui parle de ce qui va se passer, Claire s’affole et ne veut pas mais elle est obligée par sa mère.

Derek et George observent l’IRM de Jamie qui montre que la moitié de son cerveau est 'mort'.

Les parents de Jamie ont du mal à le croire mais ne sont pas contre l’intervention. Derek propose à George de l’assister.

George vient annoncer la nouvelle à Cristina qui est jalouse. Ils parlent de la relation de Derek et Meredith avec Izzie qui les rejoint. La conversation s’arrête lorsque Alex arrive et George demande ce qu’il doit faire à propos du Dr Taylor.

Burke opère Digby qui est heureux d’être conscient pendant l’intervention. Alex prend une photo pour le souvenir et lui promet de passer pour s’entraîner.

Meredith et Bailey opèrent Claire et Bailey rappelle à Meredith tout le travail qui lui reste. Meredith en a marre de devoir en faire plus que les autres et veut remettre les choses en place avec Bailey mais celle-ci lui répond que c’est à cause de sa relation avec Derek. Meredith se justifie mais c’est alors qu’elle reçoit une substance blanche et visqueuse partout sur elle.

Jamie va se faire opérer. Derek, George et le Dr Taylor parlent et George dénonce l’anesthésiste alors Derek se voit obliger de le faire sortir, contraint par le Dr Taylor.

Izzie récupère les clés alors que la petite amie n’arrête pas de parler.

Meredith a le droit de prendre une douche avant d’aller voir les parents de Claire et retrouve Izzie et Cristina dans les vestiaires. Alors que Bailey vient chercher une interne pour aider Derek, Izzie explose et raconte à Meredith tout ce qu’elle sait et qu’elle pense d’elle. Cristina finit par rejoindre Derek et Izzie sort vexée. Bailey lui montre qu’elle avait raison.

Alex va voir Burke pour Digby qui semble avoir un autre problème.

Derek opère avec Cristina à côté qui comprend ce qui s’est passé.

Meredith parle aux parents de Claire de l’intervention. Meredith dit à la mère de Claire ce qu’elle pense d’elle et celle-ci semble contrariée mais le père est d’accord avec Meredith.

Digby reçoit la visite d’Alex qui constate qu’il est de plus en plus mal. Il a une infection qui grandit à cause d’un récent tatouage.

Pendant l’opération, Derek se rend compte que Jamie bouge et commence à se réveiller. Il demande à Cristina de prévenir le Dr Taylor mais elle remarque qu’il s’est endormi alors que la petite fille est presque totalement réveillée.

Le Dr Taylor se réveille grâce aux appels de Derek. Celui-ci le met dehors et appelle un autre docteur en se rendant compte que George avait raison.

Burke rejoint Alex car Digby est en train de mourir.

Derek a fini l’intervention et rejoint George en dehors. Il s’excuse de sa réaction mais le met en garde pour la prochaine fois. Ils se serrent la main et Derek ajoute qu’il sait que George l’a vu sortir de la maison ce matin.

Meredith rassure Claire et lui annonce qu’elle a appelé les services sociaux pour l’aider.

Tous les traitements n’ont eu aucun effet et malgré l’acharnement d’Alex, Digby meurt.

Le soir à la maison, Izzie finit un gâteau au chocolat et Meredith entre dans la cuisine. Les deux amies s’expliquent et se réconcilient.

Alex s’entraîne sur un rameur dans les vestiaires de l’hôpital.

Derek et George observent Jamie qui est avec sa mère.

Burke rejoint une chambre de repos de l’hôpital avec un plateau à la main. Il cherche Cristina.

Cristina enfermée dans les toilettes, regarde deux tests de grossesse.

Derek et Meredith se couchent épuisés.

Peut-être qu’on aime la douleur. Peut-être qu’on est fait comme ça. Parce que sans elle, je ne sais pas… Peut-être qu’on ne se sentirait pas vivant. On peut se demander : pourquoi on continue à se taper la tête contre les murs ? Parce que ça fait tellement de bien quand on arrête.

(Meredith est dans son lit, toute nue, son réveil se met à sonner et elle l'attrape pour l'éteindre. Derek arrive autour d'elle et la caresse.)

MEREDITH VOIX-OFF: Si quelqu'un vous dit que vous aurez le temps de dormir quand vous serez mort, dites-lui de venir me voir après quelques mois en tant qu'interne. Bien sûr il n'y a pas que le travail qui tient éveillé toute la nuit.

Meredith: Il faut que tu te lèves.

Derek: Quoi ? Bon sang, mais quelle heure il est ?

(Elle roule sur lui.)

Meredith: 5h20, j'ai la pré-visite. Et il faut que tu partes avant qu'ils te voient.

Derek: Oh, allez. Pourquoi ne pas les laisser me voir ?

(Il roule sur elle.)

Meredith: Non!

Derek: S'il te plaît!

Meredith: Non!

(Izzie est dans la cuisine, elle regarde le café qui coule dans la cafetière quand George entre.)

George: T'as réussi à dormir ?

Izzie: Oh, elle devrait prendre un lit moins bruyant, ça c'est sûr. Déjà ne pas le mettre contre le mur.

George: C'est qui le mec?

Izzie: Tu crois que c'est un seul mec qu'elle fait tout ce boucan ?

George: J'ai pas vraiment envie de parler de ça.

Izzie: Oh, t'es jaloux ?

George: Je suis pas jaloux.

Izzie: Moi, oui. Mais je sais qu'elle va avoir une dure journée de travail.

(Derek essaie de partir discrètement pour ne pas être vu, mais Izzie et George le voit.)

Izzie: Maintenant, on sait. Comme quoi, il est pas seulement doué en neurochirurgie.

George: Non, ça se peut pas. C'est son patron.

Izzie: On est en retard. Et c'est aussi notre patron. Dis donc, elle a participé à un tas d'interventions avec lui, récemment.

George: Non, Meredith ne coucherai pas avec lui juste pour ça... Non.

Izzie: Et si elle a rien à se reprocher, pourquoi elle le voit en cachette ?

George: C'est peut-être pas le cas. Peut-être bien que c'est arrivé... C'est peut-être arrivé juste cette nuit.

(Meredith entre dans la cuisine.)

Meredith: Salut. 

Izzie: Bonjour. Hey, apparemment t'as vraiment pris un pied d'enfer cette nuit. Et toute la nuit. C'est qui ce mec?

Meredith: Oh, tu le connais pas.

Izzie: On est en retard. En route.

MVO: La vie est déjà assez difficile, alors pourquoi on peut pas s'empêcher d'aller au devant des problèmes, pourquoi a-t-on un si grand besoin d'autodestruction ?

(Ils arrivent au travail et sortent de la voiture. Cristina est sur le parking sur sa moto)

Meredith: Quelle tête, je voudrais pas te croiser dans une ruelle sombre.

Cristina: C'est réciproque.

(Alex arrive en joggant)

Izzie: Non! Tu viens en courant ?

Alex: Chaque matin, ma belle, chaque matin.

Meredith: Tu souffres pas assez ?

Alex: Tout ce qui te tues pas, te rend plus fort.

Cristina: Oh, ça va, joue pas tout le temps les infatigables, Karev. Tu te traînes et t'es crevée comme nous.

Alex: C'est quoi ça ? Un aveu de faiblesse, Dr. Yang ?

Cristina: Ça s'appelle la grippe, c'est tout.

Alex: Ouais.

(Les internes dans le vestiaire.)

George: Bon, j'ai besoin que ça bouge vachement aujourd'hui, moi. Sinon, je vais m'écrouler.

Alex: Oh, t'as fais pleins de bêtises, cette nuit, George ?

Izzie: Ce serait plutôt Meredith.

Alex: T'as fais pleins de bêtises, Meredith ?

Cristina: Raconte ça.

Meredith: Y a rien à raconter.

Cristina: Ouais, ça veut tout dire.

(Izzie claque la porte de son casier)

Meredith: Oui, j'ai une vie sexuelle, navrée.

Alex: Oh, t'as pas à t'excuser. Profite-en. Eclate-toi. J'attendrais mon tour.

Izzie: La prochaine fois, sois sympa, tiens-moi au courant, si je dois aller à l'hôtel pour que je puisse dormir une heure au moins.

Meredith: J'ai manqué un épisode ?

George: Cette nuit, c'était très sonore.

(Tout le monde part, excepté Cristina et Meredith.)

Cristina: Ils savent que c'est à cause du charmant docteur qu'ils n'ont pas pu fermer l'œil de la nuit?

Meredith: J'espère que non. J'ai déjà Bailey après moi, j'ai pas besoin que mes colocataires pensent que j'ai un traitement de faveur.

(Tous les internes sont dans le couloir avec Bailey. Meredith bâille.)

Bailey: O'Malley, Yang, Karev, à la consultation.

(George regarde Derek se mettre des gouttes dans les yeux, à travers la vitre.)

Bailey: O'Malley, les patients attendent. Vous deux, venez avec moi. Izzie, tu restes avec moi aujourd'hui. Tu vas... Bonjour Dr. Shepherd.

Derek: Dr. Bailey.

Bailey: La nuit a été longue, Grey ?

Meredith: Non, la caféine n'a pas encore fait effet. 

Bailey: Eh bien, dans ce cas, tu devrais prier pour qu'elle fasse effet rapidement. Tu as une patiente à la mine. Une fille avec fièvre et douleur abdominale. Après ça, Nicholas, à la 307, il a besoin de son traitement. M. Mauer à sa perf qui diffuse et il est dur à piquer. Les prescriptions post-op aux 329, 322, 363 et 380.

Meredith: 381. 322, 363, et en 32...

Bailey: Pourquoi est-ce que tu es encore plantée devant moi? (Meredith s'en va) (À Izzie) Oh, t'as l'air aussi sympathique que moi. Qu'est-ce qui se passe ?

Izzie: Rien du tout.

Athéna: Au secours! Aidez-moi vite !

Bailey: Quel est le problème ?

Athéna: (Avec difficulté) C'était pour pas qu'elle quitte la ville.

Bailey: Localise tout de suite les clés.

(Meredith examine une fille d'environ 18 ans. Elle se ronge les ongles.)

Mme Rice: Elle a dû attraper un virus pendant son périple au Mexique avec ses amis. Je lui avais dit de ne pas aller dans un pays sous-développé, mais elle n'écoute jamais rien.

M. Rice: Elle est malade depuis, et elle a perdu du poids.

Claire: À peine.

M. Rice: Elle s'est évanouie ce matin, sous la douche.

Meredith: À quand remonte ce voyage ?

Claire: Y a à peu près quinze jours. Croyez-moi, ça va, j'ai juste un peu de fièvre.

Meredith: D'accord, bon, vous voulez bien vous allonger s'il vous plaît ?

Claire: Non, pas ça, c'est pas nécessaire. Juste un petit peu d'antibiotiques et on repart.

Meredith: Oui, peut-être que ce n'est qu'une fièvre. Mais les urgences ont appelé un chirurgien donc je vais devoir donner le feu vert pour vous laisser sortir. Alors, laissez-moi vous ausculter.

M. Rice: Allez, sois raisonnable.

Claire: Non. C'est une perte de temps. Je vais bien.

Mme Rice: Pour l'amour du ciel, Claire, je n'ai pas envie de passer ma journée entière ici.

Meredith: Vous savez, à vrai dire Mme Rice, ce serait peut-être plus facile si je pouvais être un peu seule avec Claire. Vous voulez bien attendre à l’extérieur ?

M. Rice: Bien sûr.

(Bureau des admissions de l'hôpital.)

Digby: Digby. Digby Owens. J'ai rendez-vous.

Alex: Excusez-moi, monsieur, vous saignez. Vous permettez que je...

Digby: Bien sûr, regardez voir ça.

Alex: On vous a tiré dessus.

Digby: Ah ouais.

Alex: On a une plaie par balle. On doit l'amener à la mine.

(Cristina arrive  avec une chaise roulante)

Alex: Très bien, asseyez-vous monsieur...

Digby: Digby. On y va, mais ça c'est pas une urgence. J'ai calculé mon coup.

Alex: Quoi, le coup de feu ?

Digby: Ouais, c'est mon pote qui a tiré.

Cristina: Son pote?

Digby: Ouais, ouais, c'était un petit service.

Cristina: Délibérément ?

Digby: Bah ouais, mais il voulait pas me faire du mal, non, non. Mais vous savez, c'est...

Alex: Pourquoi ?

Digby: J'adore les cicatrices.

(Alex nettoie la plaie par balle de Digby.)

Digby: Tout le monde a des tatouages, mais mon art repose sur l’engagement personnel.

Alex: Alors, ça c’est votre art ?

Digby: Rien de plus vrai.

Cristina: Rien de plus stupide. La balle a traversé le bras.

Digby: Elle a rebondi sur mes côtes. J’en ai encore une sur mon épaule. Chouette, hein ?

Cristina: (D’un ton sarcastique) C’est digne d’être au Louvre.

Digby: Moi, j’ai un crédo. Pourquoi se prendre la tête à faire des trucs, à moins d’essayer de faire ce qui n’a jamais été réalisé.

Alex: Ce qui vous tue pas, vous rend plus fort, pas vrai ?

Digby: Exact. Et l’important c’est de gérer la souffrance. Mon entraîneur me disait tout le temps, la douleur n’est pas ce qui vous fait baisser les bras.

Alex: Football?

Digby: Non, lutte, Iowa State.

Alex: Oh, moi aussi, moins de 60 kg.

Digby: Moins de 74, moi.

Alex: Vous devez être plus près des 90, là.

Digby: Eh, essayez un peu de repasser sous les 70, si vous y arrivez.

Cristina: Excusez-moi, mais vous imaginez en collants, me donne vraiment envie de... vomir.

Alex: Y a la grippe qui circule dans l’hôpital.

Digby: C’est plutôt ironique.

(Meredith examine Claire.)

Claire: Aïe. Vous appuyez trop fort.

Meredith: Claire, relevez votre t-shirt pour que j’examine votre estomac.

(Elle hésite un moment puis relève son t-shirt. On voit des cicatrices.)

Meredith: Où avez-vous eu ça ? Claire, vos cicatrices sont encore bien roses. On vous a opéré récemment?

Claire: Ne dîtes rien à mes parents.

Meredith: Vous avez fait ça au Mexique pour que vos parents ne soient pas au courant ? De quoi s’agissait-il ?

(George est avec une petite fille, son pied tremble.)

George: Ahh. Et vous avez remarqué que son pied se crispait ? C’est bien, Jamie.

Jamie: Mes pieds.

George: Oh, oui. Y a à peu près trois mois ?

Mme Hayes: C’était léger. On l’a emmené tout de suite à l’hôpital. Elle a eu un scanner qui a montré...

George: Une anomalie cérébrale. Et la crispation a augmenté ?

M. Hayes: Oui, encore plus. Chez nous, ils n’ont pas le matériel approprié pour savoir ce qui ne va pas.

Jamie: C’est maman...

George: Tu es très gentille... Et ta maman...  D’accord, vous avez bien fait de venir jusqu’ici. Tu restes sagement ici, Jamie, hein ? Je vais demander au docteur Shepherd de venir te voir. D’accord?

Jamie: Dr. Shepherd.

George: D’accord? Dr. Shepherd. C’est un spécialiste du cerveau.

Mme Hayes: Docteur ? Il est doué, ce Dr. Shepherd ?

George: Il est doué pour tout, à vrai dire, ouais.

(Bailey et Izzie regardent les radios de l’homme qui a avalé les clés de sa copine.)

Bailey: J’imagine que la dame a besoin de ses clés pour filer loin de ce crétin?

Izzie: Ouais.

Bailey: Bon, bah alors aide-la.

(Ils commencent à marcher dans le hall)

Izzie: Il lui faut une bronchoscopie.

Bailey: On regarde, on fait, on enseigne. T’en as déjà vu une, il est temps d’en faire une.

Izzie: Quoi, toute seule ? C’est sérieux ? Merci, cette marque de confiance en mes capacités, c’est quelque chose. Je croyais que personne avait remarqué je bosse dur pour y arriver.

Bailey: Izzie ?

Izzie: Oui.

Bailey: Vas-y.

Izzie: Oui.

(Bailey marche vers Meredith)

Meredith: Vous m’avez bipé ?

Bailey: Où on en est?

Meredith: J’ai vu mes malades, prescris les perfs, les traitements, vu les post-op, enfin tout.

Bailey: Et la patiente des urgences ?

Meredith: Elle est fébrile et elle a des signes péritonéaux.

(Cristina passe devant elles.)

Bailey: Tout va bien, Dr. Yang ?

Cristina: Oui. Je reprends mes consultations.

(Cristina s’en va, elle a l’air très malade.)

Meredith: Je pense qu’elle a subi une opération illégale au Mexique.

Bailey: Un avortement clandestin?

Meredith: Non, elle a quatre incisions laparoscopiques sur l’abdomen, elle refuse de dire d’où elles viennent. Les parents ne sont pas au courant.

Bailey: Elle est mineure.

Meredith: 17 ans, en première année de fac.

Bailey: Tu as demandé un scan?

Meredith: Oui.

Bailey: Alors, pendant qu’elle y est, les infirmières n’ont pas pu sonder M. Garay, il lui faut une sonde coudée si tu peux pas en mettre une normale. Fais les prescriptions post-op de tous les patients de chirurgie qui sont sortis du bloc ces dernières 24 heures. Interprète toutes leurs radios et leurs ECG. Et traque-les si tu les trouve pas.

Meredith: Comme si c’était fait.

(Cristina est toujours dans le couloir, nauséeuse. Burke passe à côté d’elle.)

Burke: Hey. Oh? Tu as la grippe ?

Cristina: Oui, merci beaucoup. T ‘aurais pu éviter de me la repasser.

Burke: Oh là, j’y suis pour rien. Y a une épidémie dans l’hôpital. Faut te reposer un peu.

Cristina: Oh, virus, diagnostic et prescription pour un seul mec.

Burke: Non sérieux, allez viens, je te ramène chez toi.

Cristina: Alors ça, ça va pas me faire rentrer chez moi. Toi, rentre, ça vaut mieux.

Burke: Mais je vais bien.

(Burke hausse les épaules puis touche ses glandes.)

(George se promène dans le couloir, il croise  Izzie.)

George: Hé, hé, attend, t’as vu Shepherd ?

Izzie: Pas d’aussi près que Meredith, en tout cas.

George: Quoi? T’essaies de lui attirer des ennuis? C’est notre ami.

Izzie: George, ce programme va bâtir ou briser nos carrières. On sait bien qu’on va pas tous réussir, ils prendront que les meilleurs. Et cette décision dépend entièrement des recommandations de médecins tels que Shepherd. C’est pour ça qu’on ne couche pas avec les titulaires.

George: C’est pas sa faute. C’est Shepherd qui profite d’elle. C’est lui le temps-plein. Ce qui est arrivé, c’est sa faute à lui.

Izzie: En tout cas,  de toute évidence, il ne s’est rien passé contre sa volonté hier soir.

(Derek en salle d’opération.)

Derek: Voilà, on n’est pas trop mal, là.

Nurse: Oui, je pense, Dr. Shepherd.

Derek: Ça a l’air d’aller.

(George regarde Derek à travers la vitre de la salle de préparation stérile, un radiologiste entre.)

Assistant de radiologie: Ah, vous êtes là. Tenez docteur, le scan de la fillette vient d’arriver.

George : Merci.

(Le Dr. Taylor entre.)

Dr. Taylor: Excusez-moi.

George: Désolé, Dr. Taylor.

(Le Dr Taylor entre dans le bloc.)

Assistant de radiologie: C’est sûrement du bourbon.

George: Quoi ?

Assistant de radiologie: Je l’ai senti aussi. Et c’est le meilleur anesthésiste de tout le service. Je m’inquièterai quand il sera trop bourré pour faire ses mots croisés.

(Dr. Taylor commence à faire ses mots croisés.)

Derek: Vous voulez bien refermer? Merci à tous.

(Dans le couloir à l’extérieur du bloc.)

George: Dr. Shepherd...

Derek: Je vais chercher un petit café.

George: Jamie Hayes vient d’être admise. La petite fille avec l’anomalie cérébrale.

Derek: Comment se présente-t-elle?

George: Elle a ce qui ressemble à des convulsions continues de son pied gauche. Elle a pas d’équilibre. Ses parents sont venus jusqu’ici pour voir ce qui va pas.

(Derek regarde les scans de la fillette)

Derek: De quand datent ces clichés ?

George: Trois mois environ.

Derek: Non, il m’en faut des nouveaux. Son cerveau est peut-être différent aujourd’hui.

George: D’accord, je m’en occupe...

Derek: Merci.

(Les portes de l’ascenseur se ferment.)

George: ...docteur.

(Alex et Burke regardent les radios de Digby.)

Burke: Et ça?

Alex: C’est une balle qui provient d’un précédent coup de feu.

Burke: Un précédent coup de feu ? Très bien.

Alex: Aucune raison de l’enlever.

Burke: Non, il adore avoir mal.

Alex: C’est son credo.

Burke: Ouais, c’est intéressant. Une minute, je crois que je le connais.

(Bailey entre, Burke lui montre les radios.)

Burke: Vous vous rappelez ce gars-là ?

Bailey: Ah, le tatoué masochiste.

Burke: Oui, il s’est encore fait tirer dessus.

Bailey: Toujours aussi stupide.

Alex: C’est son credo.

Burke: Allons le voir pour lui dire ce qui l’attend.

(On voit Meredith assise à un bureau dans la même pièce.)

Meredith: Dr. Bailey ? Le scan abdominal de Claire Rice.

Bailey: Cette fille, elle est obèse ?

Meredith: Non, rien d’anormal de ce côté-là .

Bailey: Alors dis-moi ce que tu vois ?

Meredith: Son estomac est agrafé. Elle a une dérivation gastrique.

Bailey: Et pas des plus jolies..

(Bailey et Meredith sont dans le hall de l’hôpital, elles parlent avec les parents de Claire.)

Meredith: Une dérivation gastrique est une opération pratiquée en général sur des patients obèses afin qu’ils perdent du poids.

M. Rice: Claire? Mais elle n’a pas de poids à perdre.

Mme Rice: Tu veux rire ? C’est le plus important à ses yeux. (À Meredith et Bailey) C’est vraiment typique de cette fille, toujours chercher la facilité. C’est ce qu’elle a fait avec tout, et ce, depuis qu’elle est née.

Bailey: Mme Rice, sachez que maintenant ça ne sera pas facile. Elle devra lutter sa vie toute entière contre la malnutrition, si elle n’a pas une intervention pour inverser le processus.

Mme Rice: Alors faites l’intervention. (À M. Rice) Je lui ai dit de surveiller son poids et ce qu’elle devait faire. Eviter les cochonneries, faire de l’exercice. Mais quand elle est rentrée à la maison pour Noël, qui a dû encore l’amener faire les boutiques pour lui acheter des jeans parce qu’elle ne rentrait déjà plus dans ceux qui avaient six mois ?

M. Rice: Tina, mais elle travaille si dur. C’est la réalité. Elle a de bonnes notes, elle a des A.

Mme Rice: Elle est allée se faire opérer à Mexico.

Bailey: J’ai autre chose à vous dire. Il y a eu des complications avec la dérivation.

M. Rice: Quoi, comment ça ?

Bailey: Elle a de toute évidence un abcès sous-diaphragmatique avec un œdème, ce qui correspond à un gonflement de la paroi intestinale. On ne peut pas garantir qu’elle récupérera complètement.

M. Rice: Alors faites ce que vous avez à faire pour qu’elle aille mieux, d’accord ?

(Derek dans la chambre de Jamie.)

Derek: Tu as l’air d’une princesse ? Tu sais que tu es un princesse ?

Jamie: C’est pas du rouge à lèvres.

Derek: Non, non, c’est pas du rouge à lèvres.

Derek: Tu veux le poser sur mon épaule ? Ha, c’est gentil.

Jamie: Et sur ton nez?

Derek: On va découvrir ce qui cause des convulsions. Euh, c’est bon, l’IRM nous attend ?

George: Vous avez dit un scan.

Derek: Je dis une IRM maintenant.

George: C’est disponible.

Derek: Bien.

M. Hayes: Docteur, elle va devoir être opérée? 

Derek: Je n’en sais rien encore.

M. Hayes: Ma femme et moi on travaille et je dois voir si notre assurance...

Mme. Hayes: Et on sait que ça coûte très très chères les opérations.

Derek: Ne vous en faites pas pour ça.

(Les jambes de Jamie commencent à trembler rapidement.)

Derek: C’est une épilepsie focale gauche. On lui passe immédiatement le diazépam.

Infirmière: Diazépam.

Derek: Et un garrot, s’il vous plaît.

Infirmière: Garrot.

Derek: Hé Jamie, alors voilà ce qu’on va faire. On va te mettre ça autour du bras, d’accord ? C’est rigolo, hein ? Ah oui, tu as vu, un beau bracelet. Ça va être un petit peu froid. Et ça, c’est un papillon. Le papillon qui atterrit. Et voilà, et y fait un peu frais alors on lui met une couverture.

(Ses jambes arrêtent de trembler.)

Derek : C’est magique, vous avez vu?

Mme Hayes: Hum, hum.

Derek: Tu veux aller dans un vaisseau spatial ?

Jaimie: Oui.

Derek: C’est vrai ? D’accord, alors on va avec le capitaine O’Malley, mon premier lieutenant, jusqu’au vaisseau spatial IRM. C’est parti.

(Izzie se prépare pour la procédure sur l'homme qui a avalé les clefs.)

 

Izzie: C’est plus sûr en fait d’attendre que vous ayez digéré pour faire l’intervention.

Athéna: Parfait, ça c’est juste parfait. J’avais espéré être à Portland à l’heure qu’il est.

Izzie: Vous allez être sous sédation consciente, ce qui signifie que vous serez réveillé mais groggy.

JP: Attendez, attendez, ce sera douloureux ?

Izzie: Vous aurez une petite gêne, mais vous ne devriez pas avoir mal.

Athéna: Tu te rends compte que c’est moi qui passe pour une idiote ?

JP: Je croyais que tu trouverai ça drôle, ça te fait rire?

Athéna: Ça te fait rire?

JP: Romantique?

Athéna: Et avec le thérapeute, c’était drôle et romantique aussi ?

JP: Ça, c’était drôle.

Athena: Non, c’était triste. Il appelé mon thérapeute un matin, en prétendant être son thérapeute, afin de savoir ce que je disais sur lui.

Izzie: Vous êtes un peu passif-agressif ?

Athéna: Ça c’est sûr, c’est le roi du passif-agressif. Et un manipulateur avec ça... et un parasite.

Izzie: Ça vous fait un bon tiercé.

JP: Et qu’est-ce que je gagne ? (Izzie secoue la tête) Quoi?

(Digby est sur une civière dans le couloir quand Burke et Alex arrivent.)

Digby: Doc!

Burke: Je préférerais ne plus vous revoir, M. Owens.

Digby: Digby. Et la trompette, ça progresse ?

Burke: C’est vraiment un jeu d’enfant comparé à votre hobby. Se faire tirer dessus c’est légèrement plus risqué. 

Alex: C’est justement le but.

Burke: Il a de la fièvre.

Alex: Dûe au grand stress qui a été provoqué par le coup de feu. 

Burke: Digby, l’impact de la balle sur votre thorax a fracturé une côte et causé un hemopneumothorax.

Digby: Ça craint ça, je crois.

Alex: Vous avez le poumon touché. 

Burke: Le prix à payer a augmenté depuis la dernière fois.

Digby: On n’a jamais rien sans rien, pas vrai?

Burke: C’est une façon de voir les choses.

Alex: On a un truc en commun, vous les docteurs, et moi. 

Burke: Ah oui ?

Digby: On fait les choses à fond, on pousse, on pousse, on pousse. Moi, quand je luttais, si vous vouliez me plaquer par terre, fallait arriver à me tuer.

Alex: Dans l’Iowa, c’est ça ?

Digby: L’Iowa State, ouais. Au pays, on est les pires ennemis, mais à Seattle, on est frères.

Digby : Alors, qu’est-ce qu’on va faire à propos de ce hémopneumo Jurassic ?

Alex: On va vous poser un drain thoracique pour aspirer le sang et réexpandre votre poumon.

Digby: S’il vous plaît, dîtes-moi que je verrai ça ?

(Burke part.)

Alex : Ouais, mon frère, Iowa, y’a que ça de vrai.

(Les parents de Claire entrent dans la chambre.)

Claire: Ça va, je sais que vous êtes en colère. 

Mme  Rice: Surpris en fait Claire, juste surpris.

M. Rice: Et très inquiets. Où as-tu trouvé l’idée de faire ça ?

Claire: Sur Internet.

Mme Rice: Mais chérie, il y a une façon plus saine de maigrir.

Claire: Ouais, et j’ai essayé mais... mais ça n’a pas marché pour moi, autant que pour toi.

M. Rice: Ecoute, tu n’as pas de poids à perdre.

Mme Rice: De quoi tu te nourris ? Et tu as vraiment fait suffisamment d’exercice ? Crois-moi, le plus souvent quand les gens atteignent le poids qu’ils se sont fixés, ils font des efforts pour y rester.

(Meredith regarde Claire.)

Claire: Tout le monde prend du poids à la fac, maman, à cause de la tension nerveuse... y a pas assez de temps pour faire de l’exercice. Et j’ai cru que si j’avais pas à me remettre à la diète, alors je me concentrai plus sur mes études.

Mme Rice: Donc tu as encore pris un raccourci. La vie ne se vit pas de cette manière, Claire.

M. Rice: Tina!

Mme Rice: Quoi ? Tu veux en discuter ?

(Il se tait.)

Mme Rice: (À Meredith) Elle a tellement de potentiel, si seulement elle se donnait la peine de...

Meredith: D’accord. D’accord, Je crois qu’on doit avant tout s’intéresser à la santé de votre fille. Et, Claire, vos parents sont d’accords, la meilleure chose à faire est de démonter la dérivation.

Claire: Non! Non, je veux pas être opérée. Non, je veux qu’on me laisse tranquille, je vous en prie.

Meredith: Il y a de sérieuses complications. Ils ont un impact sur votre santé.

Claire: Mais je préfèrerais maigrir.

Mme Rice: Eh bien, tu n’as pas trop le choix là, j’en ai peur.

(Jamie est dans le scanner et Derek et ses parents regardent les résultats.)

Derek: Ça s’appelle l’encéphalite de Rasmussen... (Il pointe son doigt vers l’écran) Ce qui se passe c’est que, cette partie de son cerveau, ce côté est sain, il fonctionne parfaitement. Cette partie sombre de son cerveau là, tout ça, est mort ou mourant. La situation a évolué et s’est sérieusement dégradée depuis trois mois.  Si on ne fait rien, la maladie va la tuer.

Mme Hayes: Dans combien de temps ?

Derek: Peu de temps.

M. Hayes: Et, est-ce qu’il y a un traitement ?

Derek: Le traitement nécessite que toute la partie atteinte du cerveau soit retirée et isolée. À la longue le liquide cérébro-spinal va remplir la cavité.

M. Hayes: Mais retire la partie atteinte c’est...

Derek: La moitié de son cerveau, oui.

Mme Hayes: La moitié de son cerveau... Ça semble impossible.

Derek: Son âge rend ça possible. Son cerveau n’est pas complètement développé, alors les neurones restants peuvent compenser la perte.

(Mme Hayes sort vers sa fille, George la suit.)

M. Hayes: Mais, elle sera normale ?

Derek:  Il y a des risques dans toute intervention et celle-ci n’est pas évidente, mais si on réussi à la faire, Jamie pourra sortir de l’hôpital dans deux semaines et mener une vie relativement normale. Je sais que ça fait beaucoup à digérer, mais l’important c’est de ne pas oublier qu’on peut lui sauver la vie.

 (Derek et M. Hayes partent de la salle. Jamie est sur un brancard dans le couloir.)

Mme Hayes: Merci.

(M. et  Mme Hayes partent avec leur fille.)

Derek: Dr. O'Malley?

George: Oui? Quoi? (Il semble irrité.)

Derek: Pardon de t’importuner, mais si les parents sont d’accords, je crois que tu serai content de m’assister lors de l’hémisphérectomie. T’en es ou pas ?

George: J’en suis.

Derek: Bien.

(Cristina est dans le hall de l’hôpital, elle mange un cookie et semble avoir des nausées..)

George: Yang! Je vais participer à une hémisphérectomie avec Shepherd. 

Cristina: Oh, je serai prête à tuer pour ça.

George: On va retirer la moitié du cerveau de la petite et on va la sauver. C’est gigantesque. J’ai plus de mal à le détester, là.

Cristina: Pourquoi tu le détestes?

George: Oh, non, rien.

Cristina: T’es au courant pour lui et Meredith.

George: T’es au courant ?

Cristina:  Je sais absolument tout ce qui se passe, tu devrais le savoir.

(Izzie arrive par les escaliers.)

George (À Izzie.) Elle est au courant.

Izzie: Quoi, pour docteur sexe?

Cristina: Ça dure depuis un sacré bout de temps.

Izzie: T’es sérieuse, là?

George:  Et tu nous a rien dit?

Cristina: Vous êtes des commères.

George: J’en suis pas une, moi.

Izzie: Je suis une commère.

(Ils arrivent près de la machine à café.)

George: Il va faire une opération délicate sans avoir dormi. C’est pas très responsable.

Cristina: Jaloux, O’Malley ? S’envoyer en l’air toute la nuit rend pas irresponsable.

Izzie: Non c’est seulement s’envoyer en l’air. J’en reviens pas que tu sois pas plus en rogne à propos de ça, c’est vrai, surtout toi.

Cristina: Elle travaille dur tous les jours, elle fait bien son boulot. En quoi ça te regarde ce qu’elle fait la nuit ? C’est vrai, toi, tu aimes bien cuisiner. Certains vont prendre un verre. D’autres aiment crier quand ils ont un bel orgasme.

(Alex arrive.)

Alex: (La bouche pleine de beignet.) Ouais, c’est sûr. Oublier que j’ai dit ça. Faites comme si j’étais pas là. Tu ressembles à un mort-vivant.

Cristina: Et toi, à Alex .

George: En parlant de boire, Dr. Taylor, l’anesthésiste, là...(Il fait un signe de la tête en direction du Dr. Taylor qui se trouve à côté.) Vous croyez qu’il boit ?

Cristina: Chacun peut faire ce qui lui plaît.

George: Non, je parle d’ici, au boulot. Tout à l’heure, j’ai eu la nette impression que... eh bah ses patients ont confiance en ce mec, et... et je devrais sans doute en parler. 

Alex: C’est pas ton problème, George. On n’était pas en train de parler de sexe juste avant ?

Izzie: Oh !

(Burke est dans une salle de trauma, il opère Digby.)

Digby: Ça va laisser une belle cicatrice sexy, hein?

Burke: Non, essayez de ne plus avoir d’idées absurdes.

(Alex prend une photo avec un appareil photo polaroïd. )

Digby: Vous croyez que j’ai des idées absurdes?

Burke: J’ai un peu tendance à le croire.

Alex: Ça lui va bien de dire ça, il fait de la trompette.

Digby: Hé, je suis un petit peu dans le coltard.

Burke: Vous avez perdu un peu de sang.

Digby: Ah, c’est super. Hé... Comment ça se fait que je t’ai jamais vu à la salle de Beltown ?

Alex: J’ai pas une minutes à moi.

Digby: Prend le temps, champion. J’espère t’y voir.

Alex: Je passerai.

(Bailey et Meredith opèrent Claire.)

Bailey: Fais attention. Cette chose est pleine de... (Elle lui donne l’intestin.)

Meredith: Saletés. Je sais.

Bailey: On doit libérer l’intestin des adhérences dues à l’abcès. Pauvre petite, à quoi elle pensait ?

Meredith: Elle voulait l’approbation de sa mère. Elle voulait lui faire plaisir. 

Bailey: Et voilà le résultat. Là, resecte ça.

Meredith: Bistouri électrique, s’il vous plaît. (Elle redonne l’intestin à Bailey.)

Bailey: Quand tu auras fini, tu as encore les post-op.

Meredith: Je sais, Dr. Bailey.

Bailey: Cristina a la grippe, alors tu iras la remplacer à la consultation.

Meredith: Oui, je balayerai aussi par terre, d’accord? (Bailey lui lance un regard furieux.) Désolé, c’était déplacé.

Bailey: C’est pas la seule chose qui soit déplacée. Puisqu’on aborde le sujet, tu pourrais me dire à quoi ça rime ?

Meredith: Je vous passerai tous vos cicatrices, si c’est ce que vous voulez, mais ce que je fais en quittant l’hôpital, ça ne regarde que moi.

Bailey: La moitié de l’hôpital est au courant. La grippe n’est pas le seul virus à se propager, ici.

Meredith: J’ai fais un choix, et je sais que vous ne me respectez pas, justement pour ça, mais j’en assume les conséquences.

Bailey: Alors je vais devenir très capricieuse, tu peux en être sûre.

Meredith: J’ai fais tout ce que vous m’avez demandé, peut-être pas à votre manière, mais tout est fait. Alors s’il y a encore autre chose, n’hésitez pas.

(L’intestin de Claire explose, aspergeant Meredith avec les entrailles de Claire.)

(Les gens dans la galerie ont un cri de dégoût.)

Bailey: D’accord, Dr. Grey, maintenant que vous l’avez drainé, nous devons tenter de le réparer.

Meredith: Maintenant ma journée est parfaite.

(Jamie va en chirurgie, ses parents lui disent au revoir. George et Derek se préparent à entrer au bloc.)

Mme Hayes: À tout à l’heure, ma chérie.

(Salle de préparation stérile.)

George: J’apprécie de... d’avoir la chance d’être au bloc sur ce genre d’opération. C’est... ouais, j’apprécie beaucoup.

Infirmière: Tenez. Un triple expresso, pas trop chaud.

Derek: Oh, je vous aime à la folie.

Dr. Taylor: Ah, le café, où en serait la médecine maintenant, sans le café ?

Derek: Ouais, j’espère que tu as pris les mots-croisés Taylor, ça va être assez longtemps.

Dr. Taylor: (Il pointe son doigt sur les mots-croisés dans sa poche.) Je ne m’en sépare jamais. C’est un grand jour pour toi petit. Félicitations.

George: Merci.

Derek: (À Jamie) Salut princesse. Prête à faire la sieste ?

Dr. Taylor: Hé, regarde ce que j’ai.

Infirmière : N’aie pas peur, Jamie.

Derek: Allez respire, oui c’est bien.

Derek: (À George) Quoi ?

George: Vous sentez...?

Derek: Sentir quoi ? J’ai un masque.

George: Euh...Excusez-moi, Dr. Taylor, mais... est-ce que vous avez bu ?

Dr. Taylor: Je te demande pardon ?

Derek: Quoi?

George: Je trouve que... je trouve que vous sentez l’alcool.

Dr. Taylor: De quel droit te permets-tu de m’accuser d’une chose pareille ?

Derek: George, tu dépasses les bornes.

George: Il y a des règles. Il y a des règles pour une bonne raison. Il y a une petite fille de 2 ans sur cette table. Et vous ne devriez pas profiter de la vulnérabilité de quelqu'un.

Dr. Taylor: J'ai pas besoin d'un petit con d'interne pour me dire ce qui est en jeu ici. Fais-le sortir Shepherd. (George et le Dr. Taylor regardent Derek) Shepherd ?

Derek: Sors, George.

(George s’en va.)

Derek: (Au Dr. Taylor) T'as intérêt à être sur le coup, Taylor.

Dr. Taylor: Je ne serais pas là si ce n'était pas le cas.

(Izzie commence à extraire les clés de la gorge de JP.)

Athéna: Tu veux vraiment savoir pourquoi je m'en vais ? Non, sérieusement rappelle-toi quand tu me demandais sans arrêt de quitter mon travail, au moment où j'ai commencé à gagner plus que toi ? Eh ben ça, ça a été la goutte qui a fait débordé le vase. Ah non, non, non, la goutte d'eau ça a été quand j'ai découvert que ces mystérieux coups de fil que tu recevais, qui selon toi ne venaient pas d'une autre femme, étaient en réalité de ta propre mère. Ça, c'est malsain.

Izzie: Restez tranquille, s'il vous plaît.

Athéna: N'essaie surtout pas de recoller les morceaux!

Izzie: Ça suffit, je vous en prie, stop !

Athéna: Tu ne m'aimes pas, JP. Ce que t'aimes surtout, c'est m'étouffer. Et je voudrais juste que tu l'admettes, comme ça je pourrais te quitter en ayant un peu de respect pour toi.

Izzie: D'accord Athéna, je vous laisse rester pour qu'il soit un peu plus calme. Alors si vous n'arrêtez pas de l'agiter...

Athéna: Non, écoutez ça. J'ai aucun respect pour un mec si débile qu'il avale un trousseau de clés pour que je reste dans les parages. Ça, oui c'est ça, la goutte d'eau en trop!

Izzie: Michelle, faites-la sortir en vitesse.

Michelle: Madame ?

Athéna: Très bien!

Michelle: Allez, venez.

(JP commence à s'enfoncer.)

Athena: Quoi ? Qu'est-ce qui se passe ?

Izzie: Les clés sont un peu descendues.

Athéna: Oh mon Dieu, qu'est-ce que ça veut dire ? (À JP) T'as pas intérêt à mourir, t'entends, tu vas pas faire ça JP !

Izzie: Je vous en prie, allez, taisez-vous un peu.

Athéna: Respire, JP. Allez respire.

Izzie: Je les ai. (Elle sort les clés de la gorge.) Très impressionnant, JP.

Athéna: Il va bien ? Tu vas bien ?

Izzie: Oh oui, ça va aller.

(JP sourit et rit vers Athéna.)

Athéna: Tu... tu l'as fait exprès, je parie, allez avoue !?

Izzie: Ecoutez, je vous donne un petit conseil, allez dans votre voiture et allez-vous en, vous nous rendrez service.

JP: Essaye de la trouver, elle ne pourra pas y arriver.

(Elle attrape les clés et s'en va.)

(Meredith et Bailey marchent dans le couloir.)

Meredith: Faut que je prenne une douche.

Bailey: Moi, faut que je prenne une douche. Toi, il faut que tu ailles dire à ses parents quelle genre de fille ils vont récupérer.

Meredith: J'ai pas le droit de me doucher avant ? 

Bailey: Un petit caprice, en somme, on va dire que c'est ça.

Meredith: Ça se pourrait bien, en effet.

Bailey: Douche-toi avant, dans ce cas.

(Meredith entre dans les vestiaires, Izzie et Cristina se trouvent à l'intérieur.)

Izzie: Oh, c'est quoi qui empeste autant?

Meredith: Ça doit être moi, ou plus exactement les entrailles de ma patiente partout sur moi.

Izzie: C'est bizarre, je trouve ça très marrant.

Cristina: Oh, Meredith, tu pues comme...

Izzie: Le karma.

Meredith: Quoi ?

Izzie: Non, rien.

Cristina: T'as un truc dégueulasse collé dans les cheveux, sois gentil, va là-bas s'il te plaît.

Meredith: Je sais pas trop si ça me plaît d'être chirurgien maintenant.

Izzie: Le karma.

Meredith: Mais qu'est-ce que le karma à avoir avec tout ça ?

Izzie: Ça m'éclate. On te met à chaque fois sur les meilleures interventions et, et là, t'empeste, c'est une infection. Et t'es couverte de trucs crados. Le karma c'est pourri.

Bailey: (En entrant dans les vestiaires.) Le Dr. Shepherd cherche un interne pour le bloc. Laquelle de vous est libre?

Izzie: Je suis libre!

Cristina: C'est bon, Dr. Bailey, vous voulez que j'aille où ?

Bailey: Non, toi, tu dois aller t'allonger quelque part.

Cristina: Je vais bien, je suis en pleine forme.

Bailey: Grey ?

Izzie: Ah, bien sûr.

Meredith: C'est quoi ton problème ?

Izzie: Hum, c'est toi ! Il paraît clair que tu peux aider le charmant docteur comme aucun autre des internes.

Meredith: Je rêve, t'as pas dit une chose...

Izzie: Si, je l'ai dit!

Bailey: Hé! (À Cristina.) Hémisphérectomie dans le bloc 1 avec le Dr. Shepherd. Allez, fonce.

(Cristina et ensuite Izzie s'en vont.)

Bailey: Il paraît clair que je ne suis pas la seule à faire des petits caprices.

(Burke est au bureau des infirmières, Alex arrive vers lui.)

Alex: Docteur. La NFS post-op de Digby montre une magnifique hyper leucocytose.

Burke: À combien?

Alex: À 27.000 avec 60% de P.N.

Burke: Oh, y a un truc qui va pas. C’est trop élevé pour un simple stress. Essaie de voir s’il y a d’autres sources possible d’infections ou de récentes maladies.

(Derek est dans le bloc opératoire. Il commence à opérer Jamie.)

Derek: Très bien, nous allons commencer l’intervention avec la lobectomie temporale gauche, puis... Merci de vous joindre à nous, Dr Yang... Après le lobe temporal, nous ferons le frontal. Et ensuite la lobectomie occipitale.

(Cristina regarde en haut dans la galerie où se trouve George. Le Dr Taylor fait ses mots-croisés.)

(Meredith marche dans le hall avec M. et Mme Rice.)

Meredith: Nous avons pu remettre en continuité l’estomac mais nous avons perdu une importante partie de l’intestin. Et à cause du syndrome du grêle court, Claire ne mangera plus jamais normalement.

M. Rice: D’accord, mais... qu’est-ce qu’on peut faire pour l’aider ?

Meredith: Avoir une alimentation équilibrée sera vraiment un éternel problème pour Claire.

Mme Rice: Magnifique! Comme si on n’en faisait déjà pas assez pour elle.

Meredith: Elle a des notes excellentes. Elle est sage et travaille bien. Elle est intelligente. Et je crois qu’elle s’imagine que rien de ce qu’elle fait n’est assez bien pour vous.  

Mme Rice: Êtes-vous en train me dire que c’est moi qui suis responsable de tout ça ?

Meredith: Je crois qu’elle cherche, en détruisant sa vie, à vous plaire à vous.

Mme Rice: Oh, pitié. Vous n’avez aucune idée de ce que cette fille a dans le crâne, croyez-moi.

Meredith: Vous êtes sa mère. Elle vous admire, vous êtes son idole. Ce n’est en aucun cas pour elle, qu’elle l’a fait.

Mme Rice: Cette situation est complètement ridicule...

M. Rice: Tina, Tina...Ferme-la.

(Meredith et Mme  Rice sont choquées, M. Rice s’éloigne.)

(Alex entre dans la chambre de Digby. Il est recroquevillé sous une couverture et transpire.)

Alex: Qu’est-ce qui se passe ?

Digby: Je suis gelé, docteur. Et j’ai la tremblote.

Olivia:  Sa température est montée un peu plus et sa TA chute..

Alex: Très bien Digby. Vous avez eu une maladie ces temps-ci ? De nouveaux piercings, des tatouages, des blessures ?

Digby: Un tatouage au mollet, c’est vrai.

(Alex soulève la couverture de Digby et on voit un tatouage très infecté sur le mollet, représentant une araignée.)

Alex: Eww!

Digby: Oh, bon sang! C’était pas vraiment aussi dégueulasse ce matin.

Alex: Mais c’était infecté. Pourquoi vous n’avez rien dit ?  

Digby: C’était pas grand chose. Je suis pas le genre à me plaindre pour un aussi petit truc.

Alex: L’infection a été exacerbée par le stress causé par le coup de feu. Mettez-le en soins intensifs. On va vous mettre sous antibiotiques.

(Bloc opératoire du Dr. Shepherd.)

Derek: Effectué la lobectomie frontale, nous allons rencontrer la...

(Jamie bien qu’étant sous sédation, commence à cligner de l’œil.)

Cristina: Nous allons rencontrer l’artère cérébrale antérieure.

Derek: Oui, et on va devoir...

(Jamie cligne de nouveau des yeux.)

Cristina: Les branches de l’artère doivent être coagulées et disséquées.

Derek: Taylor, son anesthésie est incomplète.(Le Dr. Taylor ne répond pas, Jamie cligne encore des yeux.) Taylor, elle se réveille !

Cristina: Dr. Taylor ? Mais, il dort !

Derek: (En criant) Taylor! Dr. Taylor!

Dr. Taylor: Hein ? Désolé, désolé, je m’en occupe. Excuse-moi Shepherd.

Derek: Il avait raison, hein ?  

Dr. Taylor: Je me suis assoupi, c’est tout.

Derek: C’est comme que tu tiens toute la journée ?

Dr. Taylor: Steph, donnez-moi du café.

Steph: Tout de suite, docteur.

Dr. Taylor: Ça va aller. Ça se reproduira plus.

Derek: Non, pas ici, ça c’est sûr. Euh, Steph, appelez le Dr.Pellington. Hopkins, prenez la suite jusqu’à ce qu’elle soit là. Sors d’ici et ressaisis-toi.

(Burke court à travers le couloir, Alex examine Digby.)

Burke: Qu’est-ce qui s’est passé ?

Alex: Il est entré en défaillance multi-viscérale secondaire à la septicémie. Il est inconscient.

Burke: Stabilisez sa tension, ça peut aider son cerveau.

Alex: Les vasopresseurs sont au maxi. On a une TV.

Burke: Il va mal. Pose-lui les patchs de défibrillation et fais-lui 150 d’Amiodarone.

Alex: J’ai plus de pouls.

Burke: Fibrillation. Laisse tomber les patchs. Donne-moi les palettes et chargez à 200. Dégagez. (Il choque Digby.) Encore, à 300. Dégagez. (Il le choque encore une fois.) On a qu’une activité résiduelle.

(Burke continue de choquer Digby avec les palettes.)

Alex : Un peu plus, Digby, je t’en prie, un petit peu plus.

Burke : On a un pouls ?

Alex : Non. Une ampoule d’adré. Tiens bon, Digby.

Burke : Commence le massage... Non, attends. Dégagez. 300. Allez, massage.

(Alex commence le massage cardiaque.)

Burke : Sortez la digitaline.

Alex : Dépêche, dépêche !

(Bloc opératoire du Dr. Shepherd.)

Derek: Ce pansement, on l’espère, va prévenir l’hémorragie. Dr. Yang, vous voulez ajouter quelque chose ?

Cristina: Nous allons permettre la LCR de remplir la cavité.

Derek: Hum, très bien.

Derek: Je peux vous laisser fermer ?

Docteurr: Yes, docteur.

Derek: Je vais me coucher.

Cristina: C’était irréel. Je veux dire... y a rien de mieux au monde. Je me sentais pas bien jusqu’à ce que je vienne ici.

Derek: J’étais crevé. Je suis encore crevé. Charmant retour à la réalité.

(Derek pointe du doigt la galerie et fait signe à George de le rejoindre à l’extérieur.)

Derek: Laisse-moi t’expliquer.

George: Non, ça va.

Derek: Non, il y a un code chez les médecins, George. Entre nous, on ne se pose jamais les moindres questions. Pas entre les murs de cet hôpital.

George: D’accord, j’ai mal agi, oui.

Derek: Attends, non. C’est moi qui ai mal agi. Quand on est au bloc, quelqu’un doit assumer la responsabilité. C’est le rôle du médecin qui dirige les choses. Là, c’était le mien. T’as pas mérité ce qui t’es arrivé aujourd’hui. Tu as très bien agi. Code ou pas code.

(Derek tend sa main à George pour une poignée de main, George hésite, puis tend finalement sa main à Derek.)

Derek: Tu m’as vu quitter la maison ce matin, hum ?  

George: Ah bon, c’était vous ?

Derek: Je ne cherche pas à l’utiliser. Et elle n’a aucune faveur.  

George: Elle est plutôt chouette, vous savez.

Derek: Hmm. Allez viens, allons dire aux parents de Jamie qu’elle ira bien à moins qu’il y ait des complications.

(Meredith transporte Claire dans le couloir.)

Claire: Je suis comme avant maintenant ?

Meredith: Non, pas complètement.

Claire: Alors, je vais pas être grosse ?

Meredith: Non.

Claire: Oh. Ça c’est cool.

Meredith: Claire j’ai demandé aux services sociaux de contacter vos parents.

Claire: Pourquoi ?

Meredith: Ils peuvent vous aider.

Claire: À faire quoi ?

Meredith: Vous ne le savez pas encore, mais la vie n’est pas supposée être ainsi. Non, c’est pas supposé être si dur.

(Digby a toujours un encéphalogramme plat.)

Burke: Heure du décès, 20h27.

Alex: J’avais encore jamais croiser un gars de chez moi, ici.

(Alex ramasse et regarde la photo Polaroïd puis la jette sur la civière.)

(Scènes de nuit de Seattle.)

(Izzie étale du glaçage sur son gâteau quand Meredith entre dans la cuisine.)

Meredith: À cette heure, je pensais que tu dormirais déjà.

(Meredith regarde dans le frigo.)

Izzie: Ouais, eh ben, je dors pas. Et si t’attends un petit peu, t’auras une part de gâteau fait-maison et avec cœur. En fait, je l’ai fait avec une immense dose de ressentiment, de rage et d’hostilité, mais il est très bon quand même.

Meredith: Alors, t’es au courant ?

Izzie: Ouais.

Meredith: Bon, tu veux la version longue et sordide, ou juste la version courte pour savoir quand j’ai commencé à coucher avec un gars, qui était en fait mon patron ?

Izzie: Aucune des deux.

Meredith: Izzie, lâche-moi un peu, d’accord.

Izzie: Non. T’es allée à Dartmouth. Ta mère c’est Ellis Grey. T’as grandi comme... Mais regarde cette maison ! Quand tu entres au bloc, y a personne qui pense que tu devrais pas y être. J’ai grandi dans une caravane. Je suis allée au collège du coin. Je me suis payée la fac de médecin en posant en sous-vêtements. Oh, et moi, quand j’entre au bloc, ils me prennent tous pour l’infirmière, tu sais. Toi, t’as leur respect sans même rien faire. Et tu vas tout gâcher pour quoi ? Pour des interventions intéressantes ?

Meredith: Non. C’est pas pour les interventions. C’est pas pour avancer encore.

Izzie: Alors pour quoi ? T’envoyer en l’air ? Tu es prête à perdre toute ta crédibilité pour ça ? Je sais pas Meredith, mais enfin, qu’est-ce que tu fais, là ? Oh, c’est pas vrai, je vois, t’en es folle amoureuse.

Meredith: Ça, crois-moi, non.

Izzie: Oh, mais si, ça se voit.

Meredith: Non, je le suis pas du tout.

Izzie: Oh si, tu l’es. Ah merde, je te plains, tu sais.  

Meredith: Tu vois, c’est juste qu’il est si... et moi je... ça a pas été facile dernièrement.

Izzie: T’es dans une phase... romantique. (Elle lui tend une part de gâteau.)  Fleur bleue, et t’es toute bouleversée.

Meredith: Je te déteste ! Et ton gâteau aussi !

Izzie: Il est délicieux. Alors, comment c’est, côté sexe ?

Meredith: Izzie.

Izzie: Quoi ? Je t’en prie, j’ai personne ces temps-ci. Et pitié, donne-moi un petit peu de détails.  

(Alex est dans le vestiaire, il s’entraîne sur un rameur.)

MVO: Peut-être qu’on aime la douleur.  

(Chambre de Jamie.)

Jamie: Nounours.

Mme Hayes : Oui.

George: Comment elle va ?

Derek: Bien.

George: Tant mieux.

MVO: Peut-être qu’on est fait comme ça.

(Burke entre dans une salle de garde, il fait sombre.)

Burke: Cristina ?

(Il allume la lumière et trouve la salle vide.)

MVO: Parce que sans elle, je ne sais pas...

(Cristina est dans la salle de bain, elle regarde un test de grossesse.)

MVO: ...peut-être qu’on ne se sentirait pas vivant.

(Le test est positif.)

(Meredith et Derek sont chez Meredith, ils vont se mettre au lit.)

Derek: On pourrait peut-être juste...

Meredith: Dormir ?

Derek: On pourrait, oui, enfin... si toi tu veux ?

Meredith: Oui.

(Ils se jettent tous les deux dans le lit.)

MVO: On peut se demander, « pourquoi on continue à se taper la tête dans les murs ? »

Meredith: Oh, Dieu soit loué.

MVO: Parce que ça fait tellement de bien quand on arrête.

(Meredith is in bed, naked, her alarm starts going off. Derek reaches around her to cuddle.)


MVO: Ok, anyone who says you can sleep when you die, tell them to come talk to me after a few months as an intern. Of course, it's not just the job that keeps us up all night.


Meredith: You have to get up now.


Derek: What? My God, what time is it?


(She rolls on top of him)


Meredith: It's 5:20, and I have pre-rounds. And you have to leave before they see you.


Derek: Oh, come on, now. Why don't you just let them see?


(He rolls on top of her)


Meredith: No!


Derek: Please!


Meredith: No, No!



(Izzie is watching coffee percolate in the kitchen when George enters)


George: You get any sleep?


Izzie: Oh, she could oil the bedsprings as a courtesy or at least buy a padded headboard.


George: So who's the guy?


Izzie: You think it was just one guy doing all that work?


George: Yeah, do you mind if I don't think about that?


Izzie: Oh, jealous?


George: I'm not jealous.


Izzie: Well, I am. But at least I know she'll be having a long day at work.


(Derek tries to sneak out but Izzie and George see him)


Izzie: Well, at least we know brain surgery isn't his only skill.


George: They can't be...He's her boss.


Izzie: We're late. He's all of our boss. You know she has been scrubbing in a lot lately on his surgeries.


George: No, Meredith wouldn't sleep with him just to...No.


Izzie: Well, if she's not ashamed of it, why is she keeping it a secret?


George: Maybe she didn't. Maybe it just happened. You know, spontaneously, last night.


(Meredith enters kitchen)


Meredith: Hi. Good morning.


Izzie: Morning. Hey, so it sounded like you were having some pretty radical sex last night, all night long. Who was the guy?


Meredith: no one you know.


Izzie: We're late. Let's go.


MVO: I mean, if life's so hard already, why do we bring more trouble down on ourselves? What's up with the need to hit the self-destruct button?



(They arrive at work and get out of the car. Cristina is on the parking lot on her motorcycle.)


Meredith: Yikes, wouldn't want to meet you in a dark alley.


Cristina: Right back at ya.


(Alex jogs up)


Izzie: A run? You run?


Alex: Every day, babe, every day.


Meredith: Not suffering enough?


Alex: What doesn't kill you, makes you stronger.


Cristina: Don't go acting all indefatigable. You're dragging like the rest of us. Oh, what is that, professional weakness, Dr. Yang?


Cristina: It's called the flu.


Alex: Yeah.


(Interns are in the locker room)


George: I'm gonna need a major rush to make it through this day. I need a kick-ass surgery.


Alex: Ooh, you a bad boy last night, George?


Izzie: That would be Meredith.


Alex: You a bad boy, Meredith?


Cristina: Do tell.


Meredith: Nothing to tell.


Cristina: That says it all, huh?


(Izzie slams locker door)


Meredith: Sorry, I have a sex life.


Alex: Don't apologize. Embrace it. Share it. Count me in.


Izzie: Yeah, next time, just let me know if I need to go to a hotel so I can get some sleep.


Meredith: Am I missing something?


George: You were just a little loud.


(Everyone leaves except Meredith and Cristina)


Cristina: Do they know its McDreamy keeping them up all night?


Meredith: I hope not. I already have Bailey riding me, I don't need my roommates thinking I'm getting special treatment.



(All interns are in hallway with Bailey. Meredith yawns)


Bailey: O'Malley, Yang, Karev, go on to clinic.


(George and Bailey watch Derek putting in eye drops through the window)


Bailey: O'Malley, patients are waiting. You two come with me. Izzie, you're hanging with me today. Good morning, Dr. Shepherd.


Derek: Dr. Bailey. Late night, Grey?


Meredith: No, caffeine just hasn't kicked in yet. If you're at all religious, you would want to start praying it kicks in soon. There's a consult in the pit. Girl with a fever and abdominal pain. After that, Nicholas in 3311 needs his meds. Mr. Moeller's IV fell out, and he's a hard stick. Postops in 1337, 3342, 3363, and 2381.


Meredith: 381. 3342, 3363, and 23...


Bailey: Why are you still standing in front of me? (Meredith leaves) (To Izzie) You look more like me than you right now. What's the matter?


Izzie: Nothing


Woman: Help! I need immediate help.


Bailey: What's the problem?


Woman: My damn boyfriend swallowed my keys.


Man: (With difficulty) I didn't want her to leave.


Bailey: Locate the lady's keys.



(Meredith is examining a girl about 18. Claire Rice is biting her nails.)


Mrs. Rice: I think she got some bug on her trip to Mexico with her friends. I told her not to go to a Third-World country, but does she ever listen?


Mr. Rice: She's been weak ever since and she's lost weight.


Claire: Barely.


Mr. Rice: And this morning, she passed out in the shower.


Meredith: When was the trip?


Claire: A couple weeks ago. I'm really fine. I just have a fever.


Meredith: Ok, well, will you lie back for an exam for me?


Claire: No, please, I don't need an exam. Just give me some antibiotics and send me home.


Meredith: Well, maybe it is just a fever, but they called down for a surgeon, so I have to give the ok to let you go. So just let me do the exam.


Mr. Rice: Do the exam.


Claire: No. This is crazy. I'm fine.


Mrs. Rice: For God's sake, Claire, I don't want to spend my entire day here.


Meredith: You know, actually, Mrs. Rice, this might be easier if we had some privacy. So would you two mind leaving the room?


Mr. Rice: That's fine.



(Hospital admitting)


Digby: Digby. Digby Owens. I have an appointment.


Alex: Excuse me, sir, uh, you're bleeding. You mind if I...


Digby: Sure, sure. Have a look.


Alex: That's a gunshot.


Digby: Yeah.


Alex: We got a gunshot wound. We got to get him down to the pit.


(Cristina runs up with wheelchair)


Alex: Sit, Mr...


Digby: Uh, Digby. All right, but it isn't an emergency. I scheduled it.


Alex: What, the gunshot?


Digby: Yeah. My buddy shot me.


Cristina: Buddy?


Digby: Yeah, just as a favor.


Cristina: On purpose?


Digby: Hell, yeah. I mean he wasn't trying to hurt me or nothing, but you know...


Alex: But why?


Digby: I like the scars.


(Alex is cleaning Digby's wound)


Digby: Look, everyone in town has tats, but my art is about commitment.


Alex: So, this is your art, huh?


Digby: Damn straight.


Cristina: Damn stupid. The bullet went all the way through.


Digby: Bounced off my ribs. I have another one still in my shoulder. Nice, huh?


Cristina: (Sarcastically) You could hang it in the Louvre.


Digby: I have an ethos. Why do anything unless you're willing to go one step further than anybody else?


Alex: What doesn't kill you makes you stronger.


Digby: Exactly. And pain is the great divide. My coach used to say, it's all about how we process pain.


Alex: Football?


Digby: Wrestling, Iowa State.


Alex: Iowa, 141.


Digby: 157.


Alex: You got to be more than 180 now.


Digby: I'd like to see you get back under 145.


Cristina: Excuse me, but thinking of you men in tights makes me want to...puke.


Alex: There's a flu going around the hospital.


Digby: Somewhat ironic.



(Meredith examining Claire.)


Claire: Ow. Don't push so hard.


Meredith: Can you lift your shirt so I can examine your stomach?


(She lifts her shirt to reveal pink scars)


Meredith: Where did you get these? Claire...you've had surgery recently. These scars are still pink.


Claire: Don't tell my parents.


Meredith: You did this in Mexico so your parents wouldn't know? What did you have done?



(George with a young child, her foot is twitching)


George: Ahh. And you noticed her foot twitching? Come on, Jamie.


Jamie: My foot.


George: Oh, yeah. About three months ago?


Mrs. Hayes: Just a little. We took her to County Hospital and she got the CT scan, which showed her...


George: Brain abnormality. Here, you can put it...And the twitching has gotten worse?


Mr. Hayes: A lot worse. They just don't have the proper equipment back home to figure out what's wrong.


George: You did a... you did a good thing.


Jamie: Show Mommy.


George: Yes, your mommy.


Jamie: Show Mommy and Daddy.


George: Ok, you did a good thing by coming all this way, Mr. and Mrs. Hayes. You sit tight Jamie, ok? I'm gonna bring in Dr. Shepherd to see you, ok.


Jamie: Shepherd.


George: Ok? Dr. Shepherd. Ok? He's the brain specialist.


Jamie: Mommy and Daddy.


Mrs. Hayes: Doctor? Is he good, this Dr. Shepherd?


George: At just about everything.



(Bailey and Izzie looking at films of the man who swallowed his girlfriend's keys.)


Bailey: I assume the lady needs her keys to leave this guy's sorry ass behind.


Izzie: Yeah.


Bailey: Well, help her out.


(Start to walk through hall)


Izzie: He needs a bronchoscopy.


Bailey: See one, do one, teach one. You've seen one. It's time to do one.


Izzie: Alone? Seriously? Thanks. I mean, the vote of confidence in my skills and all. I didn't think you well, anyone was noticing how hard I've been working...


Bailey: Izzie? Go.


Izzie: Yeah.


(Bailey runs into Meredith)


Meredith: You paged?


Bailey: Where are we?


Meredith: I did the consult, did the IV, the meds, the Postops, everything.


Bailey: How is your pit patient?


Meredith: She's febrile and has peritoneal signs.


(Cristina walks by)


Bailey: you all right, Dr. Yang?


Cristina: Fine. On my way back to clinic.


(Cristina walks away looking very sick)


Meredith: I think she had some sort of illegal surgery done in Mexico.


Bailey: Botched abortion?


Meredith: No! She has four laparoscopic scars on her abdomen and won't say what they're from, the parents are clueless.


Bailey: She's a minor.


Meredith: Seventeen. Freshman in college.


Bailey: You order up for a CT?


Meredith: Yes.


Bailey: So while she's there, the nurses couldn't get a Foley on Mr. Garay. He may need a Coude cath if you can't get a normal one in there. Write up postop notes on all surgical-floor patients that had surgery within the last 24 hours. Be sure to document their EKG's and x-rays. Hunt them down if you can't find them.


Meredith: Right away.



(Cristina is standing the hallway still sick and Burke walks up)


Burke: Hey. Whoa. Got the flu?


Cristina: Yeah, and thanks for it. It's making my life so much easier.


Burke: I didn't give it to you. It's all over the hospital. You should be in bed.


Cristina: Disease, diagnosis and prescription from one man.


Burke: Seriously, I'll give you a ride home.


Cristina: This is not gonna make me go home. You go home.


Burke: But I feel fine.


(Burke shrugs then feels his glands)



(George is walking through hallway, runs up to Izzie)


George: Hey, hey, hey. Have you seen Shepherd?


Izzie: Not as up close as Meredith has.


George: What? Are you trying to get her in trouble? She's our friend.


Izzie: George, this program will make or break our careers. Some of us will make it through, and some of us won't. And that decision depends entirely on recommendations from doctors like Shepherd. There is a reason we don't sleep with the attendings.


George: It's not her fault, ok. It's Shepherd's. He's the attending, he should know better. He's taking advantage of her.


Izzie: It didn't exactly sound like anything was happening against her will last night.



(Derek in surgery)


Derek: Ok, I think we're in good shape here.


Nurse: I think so, Dr. Shepherd.


Derek: Looks good.


(George is watching from the scrub room, an x-ray tech enters)


X-ray Tech: Here you go, doc. The kid's CTs just arrived from County. Thanks.


(Dr. Taylor enters)


Dr. Taylor: Excuse me.


George: Sorry, Dr. Taylor.


(He enters surgery)


X-ray Tech: That would be bourbon.


George: What?


X-ray Tech: I smelled it too. And he's the best anesthesiologist on the staff. I'll worry when he's too juiced to do his crossword puzzle.


(Dr. Taylor starts working on his crossword puzzle)


Derek: Will you close up for me? Thank you everyone.



(In the hall outside of the surgery)


George: Dr. Shepherd...


Derek: I got to get some coffee.


George: Jamie Hayes has been admitted. The little girl with the brain abnormality.


Derek: How's she presenting?


George: She has what looks like continuous seizure activity in her left foot. Her balance is off. Her parents have come along way to find out what's wrong.


(Derek looks at CT films)


Derek: How old are there?


George: Three months old.


Derek: I need new ones. Her brain could look dramatically different today.


George: Ok, I'll order them...


Derek: Thank you.


(Elevator door closes)


George: ...doc.



(Alex and Burke looking at Digby's x-rays.)


Burke: And that?


Alex: That's a bullet from a previous gunshot.


Burke: Previous gunshot? Ok.


Alex: No reason to take it out.


Burke: No, the guy likes pain.


Alex: It's his ethos.


Burke: Pain as an ethos? Wait, I think I know this guy.


(Bailey walks in, Burke shows her the x-rays)


Burke: You remember this guy?


Bailey: Hey, the tattooed masochist.


Burke: Had himself shot again.


Bailey: Glad to see he's still stupid.


Alex: It's his ethos.


Burke: Let's go tell him what he gets to do today.



(Meredith has been sitting at a desk unnoticed)


Meredith: Dr. Bailey? Claire Rice's abdominal CTs.


Bailey: Is this girl fat?


Meredith: Not at all. She's a normal college kid.


Bailey: So, what do you see?


Meredith: Her stomach's stapled. She's had a gastric bypass.


Bailey: And a bad one, at that.


(Bailey and Meredith in the hall talking to Mr. And Mrs. Rice.)


Meredith: Gastric bypass is a procedure normally done on obese patients to help them lose weight.


Mr. Rice: Claire? She doesn't need to lose weight.


Mrs. Rice: Are you kidding? This means the world to her. (To Meredith and Bailey) But it is so typical of this girl to take the easy way out. She's done it with everything since she was a little kid.


Bailey: Mrs. Rice, nothing about this is gonna be easy. She's gonna face a lifelong struggle with malnutrition unless she has surgery to reverse the procedure.


Mrs. Rice: Do the surgery. (To Mr. Rice) I told her to watch the freshman 15. Don't eat junk, exercise. But when she came home Christmas, who had to take her out and buy her a brand new pair of size 6 jeans because she couldn't get in the ones I got her last summer?


Mr. Rice: Tina, you know, she tries so hard. She does. She gets good grades. She gets A's.


Mrs. Rice: She has illegal surgery in Mexico.


Bailey: Unfortunately, there were complications with the bypass.


Mr. Rice: What do you mean?


Bailey: She has what looks like an abscess under her diaphragm, and edema, which is a swelling of the bowel wall. I can't say for certain she'll recover completely.


Mr. Rice: Just do whatever you have to do to make her well, ok?


(Derek is in Jamie's room)


Derek: you look like a princess. Do you know you're a princess?


Jamie: It's not lipstick.


Derek: It's not lipstick? No, it's not lipstick. Want to do my shoulder? Oh, good.


Jamie: And nose?


Derek: We're gonna find out what's causing these seizures. Does MRI know we're coming down?


George: You said CT.


Derek: Now I'm saying MRI.


George: It's available.


Derek: Good.


Mr. Hayes: Doctor, is she gonna need surgery?


Derek: I don't know yet.


Mr. Hayes: It's just that my wife and I, we both work and I don't know if our insurance...


Mrs. Hayes: We know it can be very expensive.


Derek: I don't want you to worry about that.


(Jamie legs starts twitching quickly.)


Derek: It's a focal, left-side seizure. Ok, let's get the diazepam running now, please.


Nurse: Diazepam, IV.


Derek: Tourniquet please. Jaime, here's what we're gonna do. We're gonna put this on your arm, ok? Isn't that fun? Here, we're gonna put that right there, like that. And this is gonna feel cold. This is a butterfly. Butterfly fly lands right there. Good. Blanket for the butterfly. Good, nicely done.


(Jamie's leg stops twitching)


Derek: It's amazing stuff, isn't it?


Mrs. Hayes: Um-hmm.


Derek: Hey, you like spaceships?


Jamie: Yeah.


Derek: You do? Ok, should we take Captain O'Malley, my first lieutenant, to the spaceship MRI. Let's go.



(Izzie prepares for the procedure on the man who swallowed the keys)


Izzie: It'll be safer to wait until your lunch digests before we do the procedure.


Woman: Perfect, this is just perfect. I was hoping to be in Portland right now.


Izzie: You're gonna be under conscious sedation JP, which means you'll be awake, but groggy.


JP: Wait, wait. Is this gonna hurt?


Izzie: You'll have some discomfort but we'll give you something for the pain.


Woman: Do you know how stupid you make me look.


JP: I thought you would think this is funny.


Woman: Funny?


JP: Romantic?


Woman: Like the therapist thing was funny and romantic?


JP: That was funny.


Woman: No, that was sad. He called my therapist pretending to be his therapist, to find out what I'd said about him.


Izzie: That's a little passive-aggressive, JP?


Woman: A little? He is the king of passive-aggressive. And he's manipulative...and needy...


Izzie: Well, that's the trifecta.


JP: What do I win? (Izzie shakes her head) What?



(Digby is waiting on a gurney in the hallway when Burke and Alex walk up)


Digby: Doc!


Burke: I'd prefer we stop meeting like this, Mr. Owens.


Digby: Digby. So how's the trumpet playing?


Burke: Very safe, compared to your hobby. Getting shot is a little more risky.


Alex: That's kind of the point.


Burke: He's running a fever.


Alex: Due to the extra stress on his body from the gunshot.


Burke: Digby, the impact of the bullet on your chest fractured a rib and caused a hemopneumothorax.


Digby: That sucks, I guess.


Alex: Well, there's blood in your collapsed lung.


Burke: The price of body art went up since your last gunshot.


Digby: Ah, no pain, no gain, right?


Burke: That's one way to look at it.


Alex: We have that in common, you docs and me.


Burke: Do we?


Digby: Yeah, the way you guys push, push, and push. When I was wrestling, if you wanted to pin me, you was gonna have to kill me.


Alex: Iowa style.


Digby: Iowa State style. Back home, we were sworn enemies. But in Seattle, man, we're brothers. So, what are we gonna do about this, um...hemopneumo-Jurassics?


Alex: We're gonna insert a chest tube to drain the blood, then re-inflate your lung.


Burke: Oh, please...tell me I get to watch.


(Burke leaves)


Alex: Oh, man, Iowa style.



(Claire's mom enters her room angrily)


Claire: Before you guys start, I know you're mad.


Mrs. Rice: Disbelief, Claire, just disbelief.


Mr. Rice: I'm just concerned. Where did you get the idea to do this?


Claire: The internet.


Mrs. Rice: But, honey, there is a healthy way to lose weight.


Claire: Yeah, I tried that, but...it doesn't work for me like it does for you.


Mr. Rice: Hey, you don't need to lose weight.


Mrs. Rice: What are you eating? And how much have you been working out? I mean, you know, most of the time, when people hit their target weight, they have to work to stay there.


(Meredith is looking on)


Claire: Everyone gains weight in college, Mom. It's...it's stressful. There's...there's not enough time for exercise. I just thought if I wasn't worried about my diet, then...I could focus more on my studies.


Mrs. Rice: So you took yet another shortcut? Life doesn't work that way, Claire.


Mr. Rice: Tina!


Mrs. Rice: What? You want to argue this?


(He shuts up)


Mrs. Rice: (To Meredith) She has so much potential id she would just apply herself...


Meredith: Ok. Ok, I think we should focus on taking care of your daughter. And, Claire, your parents agree, the best thing to do is to reverse the bypass.


Claire: No! No, it's my body. I do not want surgery again. Please?


Meredith: There were serious complications. And this is about your health.


Claire: But I'd rather be thin.


Mrs. Rice: Well, I'm afraid the choice isn't up to you.



(Jamie is in CT scan and Derek and her parents are looking at the results)


Derek: It's called Rasmussen's encephalitis. What it amounts to is that this side of her brain... (Points to screen) This part's all healthy, working perfectly. This black part of the brain, this...all of that is dead, or dying. The condition has gotten radically worse since her CT scans three months ago. Left untreated, the disease is gonna kill her.


Mrs. Hayes: How soon?


Derek: Too soon.


Mr. Hayes: So is there a cure?


Derek: The treatment requires the diseased portion of her brain be removed and sealed off. See, eventually, the spinal fluid will fill the cavity.


Mr. Hayes: R-Remove? But, I mean, that's...


Derek: Half her brain, yes.


Mrs. Hayes: Half her brain. That...seems impossible.


Derek: Her age makes it possible. Her brain's not fully developed, so the remaining neurons will compensate for the loss.


(Mrs. Hayes runs out, George follows)


Mr. Hayes: But will she be normal?


(Derek and Mr. Hayes walk out. Jamie is on a gurney in the hall.)


Derek: There are risks to any surgery. And this is, you know, a major one. But if we're successful, Jamie could walk out of this hospital in a couple weeks, go on to live a relatively normal life. Look, I know this is a lot to digest. The important thing to remember is that we can save her life.


Mrs. Hayes: Thank you.


(Mr. and Mrs. Hayes go with Jamie)


Derek: Dr. O'Malley?


George: Yes? What? (Sounds irritated)


Derek: I'm sorry to bother you but if the parents consent I thought you'd like to scrub in on the hemispherectomy. Are you in, or not?


George: Uh, in.


Derek: Good.



(Meredith is standing in hallway eating a cookie and looking nauseous.)


George: Yang. I'm scrubbing in on a hemispherectomy with Shepherd.


Cristina: Get out! I would kill for that.


George: We're gonna cut out half a girl's brain and it's going to work. It's
outrageous. Almost makes it hard to hate him.


Cristina: Why do you hate him?


George: Oh, no reason.


Cristina: You know about him and Meredith?


George: You know?


Cristina: When are you gonna figure out that I know everything?


(Izzie walks up stairs)


George (To Izzie) She knows.


Izzie: What, about doctor-cest?


Cristina: It's been going on for, like ever.


Izzie: Seriously?


George: And you didn't tell us?


Cristina: Ooh, you're a gossip, huh?


George: I am not!


Izzie: I am.


(Arrive at hospital coffee shop)


George: He's about to go into major brain surgery on no sleep? Not very responsible.


Cristina: Jealous much? Sex all night isn't about being responsible.


Izzie: No, it's about sex all night. I can't believe you're not more pissed off about this, you of all people.


Cristina: Well, she works hard all day. She's good at her job. Why should you care how she unwinds? I mean, you like to bake all night. Some people like to drink. Others like an occasional screaming orgasm.


(Alex walks up)


Alex: Yeah, we do. Forget I said that. Pretend like I'm not here. Continue. (To Cristina) You look like you need to be spoon-fed.


Cristina: You look like Alex.


George: Yeah, about drinking, Dr. Taylor, the anesthesiologist... (Nods to where Dr. Taylor is standing nearby) Do you think he drinks?


Cristina: I said, whatever gets you through the day.


George: I mean here, at work. Earlier, I thought I smelled...Do you think...? I mean, his patients trust that...So I should say something, right?


Alex: It's a can of worms, George. Weren't we talking about sex, anyway?


George: Doofus.


Izzie: Ew.



(Burke in a trauma room, working on Digby)


Digby: This is gonna leave a pretty sexy scar, huh?


Burke: Don't get any more crazy ideas.


(Alex takes a Polaroid picture.)


Digby: You really think my ideas are crazy?


Burke: I'm leaning that way.


Alex: We wrestle, he plays trumpet.


Digby: Hey, I feel pretty dizzy.


Burke: You've lost some blood.


Digby: This, too, shall pass. Hey... How come I don't see you down at the Mat in Belltown?


Alex: Oh, man, no time.


Digby: Bro, make time. I'll be expecting you.


Alex: I'm there.



(Bailey and Meredith operating on Claire)


Bailey: Handle with care. This thing's... (Hands her bowel)


Meredith: Full of gunk. I know.


Bailey: We need to free the bowel from the adhesions caused from the abscess. This poor girl. What was she thinking?


Meredith: She wants her mother's approval. She wanted to please her.


Bailey: And this damage is the result? Here, resect that.


Meredith: Needle-tip Bovie, please. (Hands bowel back to Bailey)


Bailey: When you're done here, you have postops waiting.


Meredith: I know, Dr. Bailey.


Bailey: Cristina's got the flu. So, you need to pick up the slack in clinic.


Meredith: Look, I'll mop the floors, ok? (Bailey glares at her) Sorry, that was inappropriate.


Bailey: It's not the only thing that's inappropriate. While we're on the subject, you care to tell me what you think you're doing?


Meredith: Look, I'll jump through hoops if you want me to. But what I do what I leave this hospital is my business.


Bailey: Half this hospital knows your business. Flu isn't the only virus spreading around here.


Meredith: I made a choice, and I know you don't respect me for that choice. But I'll live with the consequences.


Bailey: Then I'll have lots of hoops for you to jump through.


Meredith: I've done everything you've asked me to do. I may not do it your way but it gets done. So whatever else you got, bring it on.


(Claire's bowel burst, spraying Meredith with toxic waste)


(People in gallery are laughing and saying "Ew")


Bailey: Ok, Dr. Grey, now that you've drained the organ, we can attempt to repair it.


Meredith: Now my day is perfect.



(Jamie getting ready to go into surgery, her parents saying good-bye. George and Derek scrubbing in)


Mrs. Hayes: Ok, bye.


(Scrub room)


George: I appreciate this. The chance to scrub in on this kind of procedure is, well...Yeah, I appreciate it.


Nurse: Here you go. Triple espresso, not too hot.


Derek: Oh, I love you, seriously.


Dr. Taylor: Ah, coffee, where would medicine be without it, huh?


Derek: I hope you have a new crossword, Taylor. We're gonna be here a while.


Dr. Taylor: (Pointing to crossword in his pocket) Never go without. Big day for you, kid. Congrats.


George: Thanks.


Derek: (To Jamie) Hey, princess. You ready to take a nap?


Dr. Taylor: Hey, look what I got.


Derek: Blow bubbles, that's it. Just breathe in. Oh, that's it.


Derek: (To George) What?


George: Do you smell...?


Derek: Smell what? I have a mask.


George: Uh...I'm sorry, Dr. Taylor, but did you just...? Have you been drinking?


Dr. Taylor? I beg your pardon?


Derek: What?


George: Do you smell...I...I smell alcohol.


Dr. Taylor: Where the hell do you get off accusing me of something like that?


Derek: George, you're out of line.


George: There are rules. You know, there are rules for a reason. You just...There is a 2-year-old girl on this table. You shouldn't take advantage of someone else's vulnerability.


Dr. Taylor: Look, I don't need some punk intern telling me what's at stake here. Get him out of here, Shep. (George and Dr. Taylor look at Derek) Shep?


Derek: You're out, George.


(George leaves)


Derek: (To Dr. Taylor) You damn well better be ready, Taylor.


Dr. Taylor: I wouldn't be here if I wasn't.



(Izzie retrieving keys from JP's throat)


Woman: Do you really, seriously want to know why I'm leaving?! Seriously? How about when you started insisting that I quit my job, right when I started to make more money than you? That should have been the last straw. No, no. The last straw should have been when I found out that those mysterious phone calls that you've been getting that you kept denying were from other women were really coming from your mother. This isn't healthy.


Izzie: Just, hold still, please.


Woman: Don't you dare try to patch this up!


Izzie: Could the both of you please stop?


Woman: You don't love me, JP. You love to smother me. And if I could just get you to admit that, then I could leave you with an ounce of respect.


Izzie: Athena, I let you stay in here to keep him calm. So, if you're just gonna keep...


Athena: Check that. I can't respect a man desperate enough to swallow my exit strategy. That is the last straw!


Izzie: Michelle, can you get her out of here?


Michelle: Ma'am?


Athena: Fine!


Michelle: C'mon.


(JP starts choking)


Athena: What? What's happening?


Izzie: The keys moved farther down.


Athena: Oh, my God, what does that mean? (To JP) What did you do? Don't you dare die, JP!


Izzie: Please! Please, just shut up!


Athena: Breathe, JP. Just breathe.


Izzie: Got it. (Lifts the keys out) Very impressive, JP.


Athena: Is he ok? Is he gonna be ok?


Izzie: Yeah, he'll be fine.


(JP smiles and laughs at Athena)


Athena: You lit...you did that on purpose, didn't you?


Izzie: Can I offer you some advice? Get in your car and go, for all of our sakes.


JP: You never gonna find where I parked it.


(She grabs the keys and leaves.)



(Meredith and Bailey are walking through the hall)


Meredith: I need a shower.


Bailey: I need a shower. You need to go tell that girl's parents what kind of kid they're getting back.


Meredith: You're not gonna let me shower first?


Bailey: That would be a hoop, would it not?


Meredith: It would qualify.


Bailey: Shower first, then.



(Meredith enters locker room, Izzie and Cristina are inside.)


Izzie: Ew, what smells?


Meredith: That would be me, or more specifically, my patient's insides all over me.


Izzie: That makes me strangely happy.


Cristina: Oh, God. Oh, Meredith, you smell like...


Izzie: Karma.


Meredith: What?


Izzie: Nothing.


Cristina: Something vile is stuck in your hair. You know, just go stand over there, please.


Meredith: Ugh, how much do I love being a surgeon right now?


Izzie: Karma.


Meredith: What does karma have to do with anything?


Izzie: I'm just saying, you've been given all the best surgeries. And now you smell like putrid goo. And you're giving off a stench. Karma's a bitch.


Bailey: (Entering locker room) Dr. Shepherd needs an intern in surgery. Which one of you is clear?


Cristina: I'm good, Dr. Bailey, where do you want me?


Bailey: You need to lie down somewhere.


Cristina: I'm fine, I'm completely healthy.


Bailey: Grey?


Izzie: Of course.


Meredith: What is your problem?


Izzie: Um, you! 'Cause apparently you can help Dr. McDreamy in ways the rest of us can't.


Meredith: You did not just say...


Izzie: Yes, I did!


Bailey: Hey! (To Cristina) Hemispherectomy in OR 1 with Dr. Shepherd. Go.


(Cristina and then Izzie leave)


Bailey: Apparently, I'm not the only one with hoops.



(Burke at desk, Alex enters)


Alex: Doctor. Digby's postop CBC shows a severe spike in the white blood cell count.


Burke: What is it?


Alex: It's 27, with 16 percent bands.


Burke: Something else is wrong. That's a little high for simple stress. Check for any other possible sources of infection or recent illness.



(Derek on Jamie's OR)


Derek: All right, we're gonna start the procedure with the left temporal lobectomy. Thanks for joining us, Dr. Yang. After the temporal, we'll do the frontal, and then the occipital.


(Cristina looks up to see George watching from the gallery. Dr. Taylor is working on his crossword puzzle.)



(Meredith walking through the hall with Mr. and Mrs. Rice.)


Meredith: We were able to reverse the gastric bypass, but we did lose a significant portion of her bowel. And because of the short gut syndrome, Claire will never eat normally again.


Mr. Rice: Ok, wait, do...? How do we help her here?


Meredith: Well, getting proper nutrition will be a lifelong problem for Claire.


Mrs. Rice: Great, as if we already don't have our hands full with her.


Meredith: She gets good grades. She stays out of trouble. She's smart. I just think she feels like nothing she does is good enough for you.


Mrs. Rice: If you somehow think that I'm responsible for this...


Meredith: I think Claire is killing herself to please you.


Mrs. Rice: Oh, please. You have no idea what's going on in that girl's mind.


Meredith: You're her mother. She worships the ground you walk on. She didn't do this for herself.


Mrs. Rice: I think that this situation is completely...


Mr. Rice: Tina...Shut up.


(Meredith and Mrs. Rice look shocked as Mr. Rice walks away)



(Alex enters Digby's room; he is curled up under a blanket and visibly sweating.)


Alex: What is it?


Digby: I'm freezing, doc. I-I cant stop shaking.


Nurse: His temp's way up, and BP's dropping, doctor.


Alex: All right, Digby, have you had any recent illnesses, new piercings, tattoos, wounds?


Digby: New tat on my calf.


(Alex flips back blanket to reveal an extremely infected tattoo of a spider on his calf)


Alex: Ew.


Digby: Oh, my God. It was nowhere near that nasty this morning.


Alex: But it was infected? Why didn't you say anything?


Digby: Ah, it was nothing. I'm not here to complain about a little pain.


Alex: The infection's been exacerbated by the stress on your body from the gunshot. (To Olivia) Get him to ICU. We'll get you started on some antibiotics.



(Jamie's OR)


Derek: From the frontal lobectomy, I'm going to encounter a, uh...


(Jamie although sedated is blinking)


Cristina: We'll encounter the anterior cerebral artery.


Derek: Yes, so we're gonna need to, uh...


(Jamie blinks again)


Cristina: The branches of the artery need to be coagulated and divided.


Derek: You know, Taylor, her anesthesia's awful light. (No response from Taylor, Jamie still blinking) Come on, Taylor, s-she's waking up.


Cristina: Dr. Taylor? Uh, he's asleep!


Derek: (Screaming) Taylor! Dr. Taylor!


Dr. Taylor: Huh? Oh, God, sorry. Sorry, I'm on it. My bad, Shep.


Derek: He was right, wasn't he?


Dr. Taylor: Aw, I nodded off. Come on.


Derek: Yeah, whatever you got to do to get through the day, right?


Dr. Taylor: Steph, get me some coffee.


Steph: Yes, doctor.


Dr. Taylor: I'll be fine. It won't happen again.


Derek: Yeah, not in here, it won't. Uh, Steph, call Dr. Pennington. Hopkins, take over until she gets here. Get out of here and get it together.



(Burke running through hallway, Alex is working on Digby)


Burke: What happened?


Alex: He went into multi-system organ failure, secondary to overwhelming sepsis. Now he's all...


Burke: Fix his BP, that should help his mental status.


Alex: He's maxed out on pressors. We got V-tach.


Burke: He's looking bad. Put the defib pads on him and give him 150 of amnioterone.


Alex: I lost his pulse.


Burke: Defib! Get the pads! Give me the paddles and charge to 200. Clear. (Shocks Digby) Again at 300. Clear. (Shocks again)


(Alex and Burke continue shocking and performing CPR on Digby)



(Jamie's OR)


Derek: This packing, we hope, will prevent hemorrhaging. Dr. Yang, do you want to add something to that?


Cristina: It will allow the cerebral spinal fluid to eventually fill the cavity.


Derek: Hmm, very nice.


Derek: You two, you wanna close up?


Doctor: Yes, doctor.


Derek: I'm gonna go to bed.


Cristina: That was unreal. I mean, that's...that's all there is. I...I was feeling sick until I came here.


Derek: I was tired. Now I'm tired again. It's back to reality.


(Derek points to gallery and motions George to come outside)


Derek: Let me explain.


George: It's fine.


Derek: No, there is a code among doctors. We're not supposed to ask each other questions, not within the walls of this hospital.


George: Ok, I was out of line.


Derek: No, you weren't. I was. I was out of line. Somebody should have taken responsibility. It should have been the guy doing the cutting. It should have been me. You didn't deserve what happened to you today. You did the right thing code or no code.


(Derek extends his hand for George to shake, George hesitates then shakes his hand)


Derek: You saw me leave the house this morning, didn't you?


George: Oh, was that you?


Derek: Hmm. I'm not using her. And I don't favor her.


George: She's pretty great, you know.


Derek: Mm-hmm. So, come on, lets go tell Jamie's parents she's gonna be fine, barring any complications.



(Meredith is wheeling Claire through the hallway)


Claire: Did you fix me?


Meredith: No, not completely.


Claire: So, I won't get fat?


Meredith: No.


Claire: Oh. That's awesome.


Meredith: Claire, I've asked social services to contact your parents.


Claire: Why?


Meredith: They can help you.


Claire: With what?


Meredith: You don't know this yet, but life isn't supposed to be like this. It's not supposed to be this hard.



(Digby is still flatlined)


Burke: Time of death, 20:49.


Alex: The first guy I ever met out here from back home.


(Alex picks up and looks at the Polaroid then throws it on the gurney)



(Izzie is frosting a cake when Meredith enters the house)

Meredith: I thought you'd be asleep by now.


(Meredith looks in fridge)


Izzie: Yeah, well, I'm not. If you wait a few minutes, you can have a piece of cake. Baked it chock-full of love. Actually, chock-full of unrelenting, all consuming rage and hostility, but it's still tasty.


Meredith: So you know?


Izzie: I know.


Meredith: Well, do you want the long, sordid version, or do you want the short version, where I started sleeping with a guy who turned out to be my boss?


Izzie: Neither.


Meredith: Izzie, cut me some slack here.


Izzie: No. You want to Dartmouth. Your mother is Ellis Grey. You grew up... Look at his house! You know, you walk into the OR, and there isn't anyone who doubts that you should be there. I grew up in a trailer park. I went to state school. I put myself through med school by posing in my underwear. You know, I walk into the OR, and everyone hopes I'm the nurse. Y-you have their respect without even trying, and you're throwing it away for...what? A few good surgeries?


Meredith: No. It's not about the surgeries. It's not about getting ahead.


Izzie: Then what? A little hot sex? You're willing to ruin your credibility over that? I mean, Meredith, what the hell are you doing? (Izzie stares at Meredith who rolls her eyes) Oh, my God. You're falling for him.


Meredith: I am not.


Izzie: Oh, you so are.


Meredith: No, I'm not.


Izzie: You so are. Damn it, you poor girl.


Meredith: You know, it's just that he's just so...And I'm just...I'm having a hard time.


Izzie: Wow, you're all, uh, mushy and...warm and full of secret feelings. (Hands her cake)


Meredith: I hate you! And your cake.


Izzie: My cake is good. So, um, how hot is the sex?


Meredith: Izzie.


Izzie: What? Come on, I'm not getting any. Help a girl out with a few details.



(Alex in locker room working out on rowing machine)


MVO: Maybe we like the pain.


(Jamie's room)


Jamie: Pooh.


George: How's she doing?


Derek: Good.


George: Good.


MVO: Maybe we're wired that way.


(Burke enters on call room, it is dark)


Burke: Cristina?


(He flips on the light to find the room empty.)


MVO: Because without it, I don't know...


(Cristina is in the bathroom looking at a pregnancy test)


MVO: ...maybe we just wouldn't feel real.


(It is positive)


(Meredith and Derek at her house, getting in bed)


Derek: You know, we could just...


Meredith: Sleep?


Derek: We could, yeah, if...if you want to.


Meredith: Yeah?


(They both crawl into bed)


MVO: What's that saying? "Why do I keep hitting myself with a hammer?"


Meredith: Oh, thank god.


MVO: "Because it feels so good when I stop."

Kikavu ?

Au total, 203 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

diana62800 
06.08.2018 vers 22h

Aloha81 
29.07.2018 vers 15h

pilato 
25.06.2018 vers 19h

sinner35 
24.06.2018 vers 15h

Luciole59 
02.05.2018 vers 17h

Jess2000 
19.04.2018 vers 14h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre la carte de Mary Sibley, sorcière de la série Salem, dans la catégorie Magic de notre collection d'HypnoCards.
En vitrine | Salem (Magic)

Venez départager les calendriers de l'Avent créés par nos membres, les votes sont ouverts jusqu'au 4 novembre !
Les votes sont ouverts ! | Date limite : 04/11

Activité récente

Photo du mois
Aujourd'hui à 11:14

Survivor
Aujourd'hui à 10:22

Saison 15 - ABC
05.10.2018

Calendriers
05.10.2018

Pendu
09.09.2018

Saison 15
Aujourd'hui à 11:38

ELLE Women
Aujourd'hui à 11:37

Atticus Lincoln
15.10.2018

Nico Kim
15.10.2018

Saison 15
14.10.2018

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne ABC

15.05 : Everyday Angel (inédit)
Jeudi 25 octobre à 20:00

Dernières audiences
Logo de la chaîne ABC

15.04 : Momma Knows Best (inédit)
Jeudi 11 octobre à 20:00
6.72m / 1.5% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

15.03 : Gut Feeling (inédit)
Jeudi 4 octobre à 20:00
6.61m / 1.6% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

15.02 : Broken Together (inédit)
Jeudi 27 septembre à 21:00
6.81m / 1.9% (18-49)

Logo de la chaîne ABC

15.01 : With a Wonder and a Wild Desire (inédit)
Jeudi 27 septembre à 20:00
6.81m / 1.9% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Audience ABC - 1504

Audience ABC - 1504
Nouvelle baisse pour Grey's Antomy, malgré le cross-over avec Station 19. L'épisode 4 "Momma Knows...

Diffusion ABC - 1504

Diffusion ABC - 1504
Ce soir l'épisode 4 "Momma Knows Best" sera diffusé sur ABC. Cet épisode est un cross-over avec la...

Josh Radnor rejoint le casting

Josh Radnor rejoint le casting
Josh Radnor (How I Met Your Mother) rejoint le casting de Grey's Anatomy pour la saison 15. Et il va...

Retrouvailles entre acteurs

Retrouvailles entre acteurs
Justin Chambers, Sarah Drew et T.R Knight se sont retrouvés dimanche 7 octobre au brunch organisé...

Audience ABC - 1503

Audience ABC - 1503
Chute libre pour Grey's Anatomy ! Le troisième épisode de la saison 15 "Gut Feeling" a rassemblé...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

BenMason, Avant-hier à 11:01

Bonjour! N'hésitez pas à venir voter pour la meilleur création du concours spécial Halloween sur le quartier de Falling Skies!

quimper, Avant-hier à 23:36

Nouveau sondage sur le quartier Rizzoli & Isles. Pas besoin de connaître la série pour pouvoir voter. N'hésitez donc pas à participer

sossodu42, Hier à 09:43

nouveau sondage sur le quartier The Listener. Pas obliger de connaître pour voter. l'équipe vous attend

grims, Aujourd'hui à 07:05

Hello ! 2 nouvelles affiches promo de la saison 5B sont arrivées sur le quartier Vikings ainsi qu'un nouveau teaser ! venez les découvrir !

grims, Aujourd'hui à 07:37

Le quartier Sons of Anarchy vous propose de découvrir les déguisements de la série dans sa nouvelle photo de la quinzaine

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site